Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Entretien Valérie Mangin Club des Prédateurs

Entretien

Valérie Mangin

Club des Prédateurs

 

Stéphane Dubois,

Bonjour, Valérie Mangin, vous venez de sortir « Le Club des Prédateurs » aux Éditions  Casterman, il s’agit de prédateurs comme le titre l’indique, mais nous  sommes carrément dans l’horreur.

 

Valérie Mangin,

Ce qui commence, comme une chronique sociale, de la société anglaise du 19e siècle, consomme les siens, ses propres enfants, par le biais d’usines, ou des conditions de travaux très durs, leur sont imposés. Une société où il y a énormément d’inégalités sociales, les plus pauvres sont par presque par nature les  victimes des plus riches.

 

Stéphane Dubois,

On part d’une chronique sociale, et apparait une sorte de croquemitaine, auxquels les adultes ne croient pas, aux fils des pages, l’on commence à se poser des questions quand a ce mythique personnage.

 

Valérie Mangin,

Aux fils des pages, cela devient de plus en plus dark, pour finir carrément dans l’horreur. Ce qui est implicite aux débuts à savoir les usines qui consomment les ouvriers, devient à la fin explicite.  Mais il ne s’agit pas d’un livre manichéen sur l’affrontement riche/pauvre, d’où le personnage de Lise.

 

Dans le tome 2 et dernier, l’on verra la réaction de Lise et de ses amis. Face à une t’elle horreur que vont-ils pouvoirs faire ? 

 

Stéphane Dubois,

Comment une charmante jeune femme, apparemment sensée comme vous en arrive-t-elle à écrire une série BD horrifique ?

 

Valérie Mangin,

 Je suis historienne de formation, et j’ai beaucoup étudié la période victorienne, j’ai souvent été horrifié par ce qu’il se passait à cette époque. Jack l’éventreur est légèrement postérieur à l’action de l’histoire, mais est aussi une horreur très victorienne.

 

Il m’est venu l’idée de rendre très explicite, l’idée que la société victorienne dévore ses enfants, la société industrielle dévore vraiment ses enfants.

 

Stéphane Dubois,

À l’époque d’autres auteurs comme Bram Stocker (Dracula) ou   Frankenstein de  Mary Shelley abordent cette thématique.

 

Valérie Mangin,

Ou Edgar Poe, et également le français Auguste Villiers de L'Isle-Adam.  Je me suis inspiré également de la proposition de Jonathan Swift qui durant la grande famine qui se déroula en Irlande, recommande une solution radicale pour échapper à la famine, lui voyait ça comme de l’humour noir, mais il a été pris au premier degré par certains et fut extrêmement critique pour cela.  

J’ai voulu le lecteur, fait  l’horreur de cette société.

 

Stéphane Dubois,

La société victorienne est à la fois très puritaine et très libertine.

 

Valérie Mangin,

Le puritanisme entraine la perversion, dans une société extrêmement bloquée, où l’on n’avait pas le droit de dessiner le ventre d’une femme enceinte, l’on éprouve le besoin de se défouler par ailleurs. Le défoulement est à la hauteur du blocage.

 

Stéphane Dubois,

Comment vous êtes-vous retrouvé sur ce projet ?

 

Valérie Mangin,

Dupré et moi, avions chez Casterman, le même éditeur, Dupré travaillais avant sur l’adaptation de  « Kaamelott »  en album, et moi sur « Alix Senator » chez Casterman.  Je voulais sortir un peu du péplum,  et Dupré de Kaamelott.

 

Notre éditeur nous a dit « pourquoi vous ne travaillerez pas ensemble », nous avons accepté.

 

Stéphane Dubois,

Vos projets ?

 

Valérie Mangin,

Le tome 2 du « Club des prédateurs » devrait paraitre dans un an et demi.

Je continue avec « Alix Senator » et son deuxième cycle.

Je vais continuer la SF, cette fois chez Ankama.

 

Stéphane Dubois,

Merci pour ton accueil et à bientôt.

 

Biographie

Valérie Mangin est une scénariste française de bande dessinée, née le 14 août 1973 à Nancy.

C'est en Lorraine que Valérie suit une scolarité normale qui l'emmène jusqu'à un baccalauréat scientifique. Elle ne néglige cependant pas les lettres puisqu'elle remporte en 1990 un prix en version latine au Concours général. Elle est admise en 1991 à Paris en classes préparatoires au lycée Henri-IV.

Études supérieures

En 1994, Valérie Mangin entre à l'École des chartes. Elle y soutient une thèse d'histoire des institutions de l'époque moderne : La Grande Chancellerie de France sous Louis XVI. Celle-ci lui donne le titre d'archiviste-paléographe et lui ouvre les portes de la fonction publique. Parallèlement, elle suit un cursus d'histoire et un autre d'histoire de l'art à la Sorbonne.

Mais au fur et à mesure de ce cursus, Valérie réalise qu'elle préférerait se lancer dans la bande dessinée.

 

Débuts professionnels

Grande lectrice de bandes dessinées pendant ses études, Valérie rencontre Denis Bajram, dont elle tombe amoureuse, lors d'une séance de dédicace de la série Cryozone dans une librairie.

Ils se marient fin août 1999 et travaillent dès lors ensemble dans leur petit atelier rue Saint-Julien, au pied de Notre-Dame de Paris. Valérie, à qui Denis a proposé d'écrire les dialogues du premier tome des Mémoires mortes paru en 1999 aux Humanoïdes Associés, réalise entièrement le scénario du deuxième album, toujours basé sur un synopsis de Denis. En 2000, elle a également réalisé le scénario d'une nouvelle série de science-fiction chez Soleil : Le Fléau des Dieux dont le premier des 6 tomes est sorti en janvier 2001. Avec cette série, elle entame la création d'un univers qui est nommé depuis 2004 les Chroniques de l'Antiquité galactique et qui comprend le Dernier Troyen, Imperator et la Guerre des dieux.

 

Carrière

Valérie crée en 2006, avec Denis Bajram les éditions Quadrant Solaire ; elle en a été directrice de collection jusqu'en 2008.

Tout en continuant une riche collaboration avec Quadrants et Soleil Productions, elle prépare actuellement plusieurs nouveaux projets pour Aire libre, Dupuis et Glénat.

Après plusieurs années à Paris puis Bruxelles, elle réside maintenant à Bayeux en Normandie.

Bibliographie

Chroniques de l’Antiquité galactique

Le Fléau des dieux (Soleil Productions, 2000-2006 ) scénario Valérie Mangin ; dessins et couleurs Aleksa GajićLe Dernier Troyen (Soleil Productions/Quadrant Solaire/Quadrants, 2004-2008) scénario Valérie Mangin ; dessins et couleurs Thierry Démarez La Guerre des dieux (Quadrants, commencée en 010)scénario Valérie Mangin ; dessins et couleurs Dean Yazghi Imperator (Quadrants, commencée en 2012)) scénario Valérie Mangin ; dessins et couleurs Fafner

Autres séries

Les Mémoires mortes (Les Humanoïdes Associés) scénario Denis Bajram ; dessins Lionel Chouin ; couleurs Fréon ; dialogues Valérie Mangin Petit Miracle (Soleil Productions) scénario Valérie Mangin ; dessins et couleurs Griffo Luxley (Soleil Productions) scénario Valérie Mangin ; dessins et couleurs Francisco Ruizgé KGB (Soleil Productions) scénario Valérie Mangin ; dessins et couleurs Malo Kerfriden Alix Senator (Casterman )scénario Valérie Mangin ; dessins et couleurs Thierry Démarez

 

 

(source Wikipédia)

Entretien Valérie Mangin Club des Prédateurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Thêatre..

Pages

Hébergé par Overblog