Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Masque(s) de Tarek (Affiche de l'Exposition)

Masque(s) de Tarek (Affiche de l'Exposition)

Exposition Masque(s)

de Tarek

 

La seconde exposition personnelle de Tarek dans la galerie Philippe Gelot a pour thème le masque africain à travers le monde coloré et pictural de l’artiste.

 

Vernissage le 2 mars à partir de 17 heures.

Rencontre et dédicace le 3 mars de 14 à 20 heures.

 

L’idée de customiser des masques n’est pas récente dans le travail de Tarek puisqu’il a déjà réalisé quelques pièces entre 2010 et 2016. Lors de son séjour au Cameroun durant lequel il a peint des murs, partager avec d’autres peintres ou encore discuter avec les personnes qui ont découvert son travail, il a acquis de nombreux masques africains.

 

De retour en France, il a customisé une partie de ceux-ci et peint une grande série de toiles intitulée « Masque(s) »… Ce thème lui tient a cœur depuis longtemps puisqu’à de nombreuses occasions il a peint des toiles avec des masques et a réalisé de plusieurs dessins sur cette thématique. Sa série « Tribal » tout comme « Homme des bois » ont généré également des masques fictifs d’inspiration africaine…

 

2 au 23 mars 2017

Présentation de l’artiste Peinture, photographie, street art et bande dessinée.

 

Biographie

Né à Paris en 1971 et travaillant à Rennes.

Adhérent à la Maison des artistes, la charte des auteurs et l’ADAGP.

Diplômé de la Sorbonne (université Paris I) en histoire médiévale et en histoire de l’art, Tarek a sorti Paris Tonkar en 1991 à l’âge de 19 ans : c’est le premier livre d’art consacré au Spraycan art à Paris publié en Europe !

 

Celui-ci est devenu un ouvrage de référence pour tous les amateurs d’art urbain tout comme pour les spécialistes du Hip-hop. Il a exposé ses premières peintures en 1992 à l’espace Chapon lors de la grande exposition Paris Graffiti, un événement marquant puisque le magazine 1Tox est lancé au même moment. Il a participé activement à l’organisation de cette exposition et au lancement du magazine : le graffiti connait alors ses premières heures de gloire.

 

Tarek a préféré se détacher de ce milieu pour mieux se consacrer à ses études et à l’écriture de son mémoire consacré aux néoplatoniciens à Bagdad durant l’âge d’or des Abbassides. Il a étudié la langue arabe à l’institut Bourguiba de Tunis de 1992 à 1993, tout en réalisant de nombreux reportages photos. Puis il a vécu à Damas, entre 1995 et 1997, où il a enseigné le français et a donné des conférences aux centres culturels français de Damas et Alep ainsi qu’à l’école des Beaux-arts de Lattaquié.

 

Son travail photographique est alors exposé à Lattaquié et à Damas puis en France dans de nombreux lieux dont le centre culturel syrien à Paris puis divers espaces culturels en province.

 

Depuis 1999, Tarek a écrit plus d’une soixantaine d’albums chez plusieurs éditeurs pour lesquels il a rencontré l’adhésion du public et a remporté de nombreux prix dont le Saint-Michel du meilleur scénario en 2007 pour sa série Sir Arthur Benton.

 

Cette année-là, son travail sur cette série a fait l’objet d’une grande exposition de 200 m2 au Mémorial de Caen durant quatre mois : c’était la première fois qu’une bande dessinée était ainsi mise en valeur dans un lieu d’histoire et de mémoire. Ses albums BD jeunesse sont régulièrement utilisés dans les écoles et dans les parcours de lecture depuis 2004.

 

Il donne régulièrement des conférences sur la bande dessinée, l’histoire et l’art contemporain. En 2009, il participe à un colloque sur la Guerre Froide au mémorial de Caen en présentant son travail sur la propagande et la BD durant cette période.

 

L’année 2010 a marqué un tournant dans son parcours artistique puisqu’il a commencé à diriger Paris Tonkar magazine, une revue consacrée à l’art urbain et au graffiti mais aussi à collaborer régulièrement avec International Hip-Hop, Cosmic Hip-Hop et Fatcap magazine. La même année, il a co-écrit le scénario d’un pilote pour une série TV américaine et a exposé en Suisse puis au Canada avant de (re)proposer son travail pictural et photographique en France !

 

Il se consacre de plus en plus à la photographie et prépare actuellement une édition anniversaire de son premier ouvrage ainsi qu’un livre sur l’histoire du graffiti de 1983 à 1995. Depuis vingt ans, il travaille et réfléchit sur différentes expressions artistiques : bande dessinée, graffiti, street art, photographie, vidéo, calligraphie arabe.

 

Il a aussi collaboré dans de nombreuses revues comme Bédéka, Meuriad ou encore Ya ! en tant que journaliste ou auteur de BD. La bande dessinée n’est pas délaissée pour autant : il a scénarisé de nouvelles séries dont une consacrée à un super héros Blateman et Bobine avec Vhenin au dessin (publié en décembre 2015), une autre sur La guerre des Gaules (en 2 tomes, le premier a été présenté en avant-première au FIBD d’Angoulême en 2012) et Turcos, une histoire sur les Indigènes dans les tranchées entre 1914 et 1918, chez Tartamudo. Cet album a été nommé pour le prix Tournesol en 2012 au FIBD où Tarek a présenté son documentaire, Turcos le makingoff.

 

Tarek a également publié un album de bande dessinée avec Seb Cazes au dessin aux éditions du Moule à gaufres intitulé Le Concierge. L’accueil du public et de la presse ont été unanimes pour saluer l’audace et la qualité de cette histoire.

 

Au même moment, il a exposé en France dans de nouvelles galeries d’art, participé à des ventes aux enchères à Lyon et à Paris chez Artcurial… La galerie Philippe Gelot le soutient dans son travail et le représente à Paris. Il participe à de nombreuses manifestations d’art urbain en France : ses collages sont visibles au quatre coins du monde !

 

Depuis septembre 2013, la galerie 203 située à Montréal le représente au Canada… Concernant la bande dessinée, cette année marque aussi une nouvelle étape puisque certains de ses albums sont disponibles en langue anglaise et flamande. Entre 2013 et 2014, il expose ses peintures à deux reprises à New York où il se rend pour un live painting. L’Urban galerie située à Paris et la galerie Cognac art accueillent désormais ses dernières oeuvres en volume ainsi que des peintures grands formats. Plusieurs de ses peintures rejoignent des collections privées d’entreprises et des institutions publiques. Il a également participé à de nombreuses ventes aux enchères que ce soit à Paris ou à Lyon. La galerie en ligne Newarty’s a intégré certaines de ses oeuvres dès 2013 : son travail rencontre aussitôt un vif succès auprès de leurs collectionneurs.

 

En 2015, Tarek a débuté une collaboration avec le collectif Parcours Aucwin et il a également relancé la dynamique du collectif Partitions urbaines avec qui il a exposé dans de nombreuses galeries en France et réalisé des performances urbaines, essentiellement à Paris et à Rennes. Ses séries BD continuent de susciter de l’engouement auprès du public : la Guerre des Gaules obtient le prix de la meilleure série historique au salon BD de Rive de Giers et les planches des deux albums sont exposées dans de nombreuses institutions publiques.

 

La galerie L’oeil ouvert (République et Saint-Paul) à Paris accueille dorénavant des oeuvres inédites de Tarek : dessins et customs. Enfin, il a débuté une collaboration artistique avec la galerie Jed Voras (Paris) : exposition collective, happening lors de l’élection régionale… La Depôt art gallery à Athènes a proposé à Tarek de devenir artiste résident et une grande exposition collective en décembre a officialisé cette nouvelle collaboration. Concernant son travail d’écriture, Tarek s’est lancé sur plusieurs projets dont le scénario d’Hannibal avec Vincent Pompetti au dessin (prévu chez Tartamudo), la suite de Blateman et Bobine avec Vhenin et un scénario de court-métrage.

 

Depuis 2016 à Hambourg, Tarek a proposé au public de découvrir ses oeuvres dans de nombreuses galeries et s’est fait connaitre de la communauté française vivant dans cette ville. Il a exposé au Bateau culturel MS Stubnit, à la Kunsthaus an der Alster et au Studio Longboard. En fin d’année, il s’est rendu au Cameroun au Festiv’art à Kribi où il a réalisé de nombreux murs dans des écoles et au ministère du tourisme. Durant ce voyage, il a pu acquérir des masques africains pour son projet artistique Masque(s).

 

Collections

Mes peintures et mes volumes ont intégré les collections de plusieurs amateurs d’art dans le monde.

• Afrique : Tunisie, Maroc, Cameroun

• Asie : Japon, Corée du sud, Palestine, Dubaï

• Amérique : USA, Canada

• Europe : France, Belgique, Suisse, Allemagne, Andorre,

Angleterre, Italie, Espagne, Ibiza, Grèce

• Océanie : Australie

Acquisitions

Mes peintures ont intégré les collections de musées, de villes et de sociétés.

• France : Viltaïs (Moulins), Ville de Guéret, Croix-Rouge Française (Paris), Ad Tatum (Paris), Monin (Bourges), Havas Worldwide (Paris), MJC (Pacé) • Belgique : Musée Shoes or no Shoes

 

Les œuvres

Peintures

Galerie Philippe Gelot 29, rue Saint Paul 75004 Paris +33(0)1 40 27 00 50 ou +33(0)6 45 03 95 31

Ouvert tous les jours de 14h30 à 19h00. Le matin sur rendez-vous, fermé le mercredi. 1er jeudi de chaque mois ouverture jusqu'à 21 heures.

 

(Communiqué de presse)

 

 

Exposition Masque(s) de Tarek
Exposition Masque(s) de Tarek

commentaires

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Thêatre..

Pages

Hébergé par Overblog