Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

  Isti Madarasz

Isti Madarasz

BIFFF 2017

Entretien

Isti Madarasz

 

Stéphane Dubois,

Bonjour Isti,

Vous avez commencé par des courts-métrages, court-métrage « Sooner or Later » a été récompensé à la 57e Berlinale et au 13e Festival de Sarajevo Talent Campus en 2007, vous pouvez nous en parler ?

 

Isti Madarasz,

Il s’agit de mon cinquième court-métrage, mais du 1er fait professionnellement, les quatre premiers étaient des films réalisés de manières plus amateurs. Le film parlait du voyage dans le temps, il se déroulait durant la Deuxième Guerre mondiale. L’action se déroule dans un souterrain avec uniquement deux personnages. Les nazis faisaient durant la guerre des expériences sur l’espace-temps sur les prisonniers.

 

Ce film à gagner plusieurs prix dans des festivals, et cela lui a donné l’idée de faire « Loop », un film de long métrage sur le thème de la boucle temporelle. « Sooner or Later » a également, cette structure scénaristique, mais de manière assez linéaire. C’est évidemment la structure de « Loop »

 

Stéphane Dubois,

Cette envie de traité la boucle temporelle, vous viens d’où, sujet difficile a traité.

 

Isti Madarasz,

j'ai toujours aimé les films sur les boucles temporelles il était fan de « Retour vers le Futur », et d’autres films sur le même sujet. Il s’agit d’un genre le plus intéressant, mais effectivement l’un des plus durs a travaillé. Mon attachement à ce thème vient de là.

 

Pour « Loop », je pense que dans la vie, on fait des erreurs que l’on aimerait corriger en revenant en arrière, mais sait impossible. C’est assez commun et universel, j’ai voulu le traité avec « Loop ».

 

Stéphane Dubois,

Derrière ce traitement du remord le film comporte aussi une romance, avez-vous voulu aussi parler des sentiments, il s’agit aussi d’une histoire d’amour.

 

Isti Madarasz,

« Loop » est évidemment aussi un film romantique, un film sur l’amour, je base cette idée de l’amour dans mon film, dans un thème très fantastique. Une histoire d’amour plus ou moins normale, mais sur un thème complètement fou.

 

Stéphane Dubois,

Justement film fantastique, merveilleux, de SF…

 

Isti Madarasz,

Un film qui a énormément de cœur, mais qui est aussi très intellectuel, j’aime à penser qu’en voyant ce film les gens vont se poser des questions, à ce demander au fil du film ce qui ce passe.

 

Un film du cœur, mais aussi un film intellectuel.

 

Stéphane Dubois,

Quels sont les films, les séries TV, les livres que vous aimez et qui vous ont inspiré, voire les ouvrages scientifiques ?

 

Isti Madarasz,

J’ai commencé à lire des livres scientifiques sur les boucles temporelles, mais j’ai vite abandonné. Trop ennuyeux, et je me suis dit que le voyage dans le temps est aussi du merveilleux, sait aussi du domaine du conte, et j’ai préférée faire quelques choses de plus fun.

 

Je me mets dans la position de voir le voyage dans le temps comme un amateur de cinéma et non comme un amateur de science, j’ai placé énormément de référence à d’autres films qui traitent du sujet dans mon film.

 

Stéphane Dubois,

Quels sont les films et série TV qui l’on marquer ?

 

Isti Madarasz,

 

La trilogie de « Retour vers le Futur », « Primer », un film indépendant (Primer (2004) Shane Carruth, Ndlr), qui est mon préféré, bien sûr j’en ai visionné beaucoup d’autres. Je suis bien sur fan de Steven Spielberg.

 

Stéphane Dubois,

Et bien sur la question traditionnelle… quels sont ses projets ?

 

Isti Madarasz,

Je viens de finir une comédie musicale, il s’agit d’une comédie romantique, pour la télévision hongroise, actuellement en post-production.

 

Le téléfilm a été tellement apprécié que même avant la diffusion par la Télévision Hongroise, il as été Décidé de produire un long métrage pour le cinéma reprenant le court métrage.

 

Je suis sur l’écriture d’un film de science-fiction, l’action ne se déroulera pas dans l’espace, mais dans un petit village hongrois.

 

Stéphane Dubois,

C’est votre première visite au BIFFF, que pensez du festival, de son ambiance si particulière ?

 

Isti Madarasz,

C’est non seulement la première fois que je viens au BIFFF, mais également à Bruxelles.

 

J’ai vraiment aimé, avec à la projection de « Loop », que c’était spécial, mais j’ai adoré que les gens cris, applaudissent, font un peu n’importe quoi dans la salle, j’ai trouvé ça génial. Comme réalisateur, voir la salle pleine est bien sûr un vrai plaisir, surtout avec un public d’amateurs de films de genre.

 

Merci au Service de presse du BIFFF, pour avoir fournis un traducteur pour cet entretien.

 

 

 

 

 

Biographie

Né en 1976, le Hongrois Isti Madarász réalise des films depuis ses années d’école secondaire, et chacune de ses œuvres a remporté plusieurs prix dans différents festivals de cinéma. Il a été remarqué pour la première fois à la Hungarian Film Week, en 2001, avec sa comédie indépendante et autoproduite intitulée «Moral Bypass». En 2007, son court-métrage « Sooner or Later » l’a désigné comme un talent émergent. Le film a d’ailleurs remporté plusieurs prix et a été sélectionné dans plus de 20 festivals à travers le monde. Il a notamment participé à la 57e Berlinale et au 13ème Festival de Sarajevo Talent Campus en 2007. Il a écrit plusieurs courts métrages et deux longs métrages : «Loop», un thriller SF qui s’attaque au concept casse-gueule des boucles temporelles, et «The Invincibles», une aventure basée sur une histoire vraie et produite par la télévision nationale hongroise (MTV) en 2013.

 

Filmo:

•Loop (2016)

 

 

Original title : Hurok

 

Enfumer ses employeurs quand on est dans la vente de substances illicites est déjà une mauvaise idée en soi. Mais lorsque Adam découvre que Anna, sa compagne et complice de crime, a une brioche au four, notre galant homme ne décide pas pour autant de postposer – disons, de neuf mois – son idée suicidaire. Non, il décide de se la jouer en solo et pousse même le vice jusqu’à larguer sa blonde par VHS interposée. Mais, dix minutes à peine après avoir vomi son poème de gentleman dégrossi, Adam tombe sur Anna en pleine rue. La gueule en sang et la fameuse VHS dans la main… Et, plutôt que de lui passer un savon à l’arsenic pour sa lâcheté, Anna lui annonce qu’elle a vu Adam mourir sur cette même VHS, avant de faire trois pas de côté et se manger mortellement le pare-choc d’un chauffard. Fuyant la scène de crime à toute berzingue, Adam se réfugie chez lui et décide de regarder la cassette jusqu’au bout. Jusqu’à ce que les images semblent être enregistrées en temps réel, tel un miroir reflétant une nouvelle réalité. Jusqu’à ce que quelqu’un frappe trois coups à sa porte. Anna, mais pas que…

 

Joliment emballé par la boîte de production derrière, notamment, le Kontroll de Nimrod Antal, Loop est – avec son pitch alléchant – l’une des premières incursions hongroises dans la SF pure et dure ! Écrit et réalisé par Isti Madarasz, ce casse-tête temporel à plusieurs couches n’est pas sans rappeler Timecrimes de l’ami Vigalondo ou, plus récemment, The Infinite Man qui était reparti avec le Corbeau d’Argent au BIFFF 2015 ! Bref, vous l’aurez compris, c’est l’heure des boucles !

 

 

Genre

science-fiction, time travel

 

Compétition

Compétition Méliès

 

Première

Première Belge

 

Pays

Hongrie

 

Audience

ENA

 

Audio

Hongrois

 

Sous-Titres

Anglais, Français, Néerlandais

 

Réalisateur

Isti Madarász

 

Cast

Dénes Szaraz, Dorina Martinovics, Ferenc Elek, Géza Hegedüs D., Zsolt Anger, Zsuzsa Malnai

 

Distributeur

Hungarian National Film Fund

 

Année

2016

 

Running time

95'

BIFFF 2017 Entretien  Isti Madarasz
BIFFF 2017 Entretien  Isti Madarasz
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Thêatre..

Pages

Hébergé par Overblog