Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

La Tête contre les murs

La Tête contre les murs

De Georges Franju

Carte blanche à Guillermo Del Toro

LUMIERE 2017

 

Guillermo Del Toro dans ses « cartes blanches » a choisi un film sur l’enferme psychiatrique, on veut faire passer un homme en révolté contre son père pour un malade mental,  le père’ arrange  bien avec la réalité, plutôt que de voir son passée remonter à la surface, il fait interné abusivement son fils.

 

À noter que cette projection a été rendu possible grâce à Jean-Pierre Mocky, qui à prêter sa copie personnelle de ce film, dans lesquels il joue l’un des rôles principaux, voir le rôle principal.

  

Le synopsis « officiel » est à mon sens assez erroné, certes le principal personnage à fait de la prison, mais je ne vois pas à quels moments, il aurait déjà été interné avant le début de l’histoire.

 

Georges Franju, avant de faire des films de fictions, avait été réalisateur de documentaires, cela se ressent dans ce film, on y voit la précision, la rigueur du documentaliste.

 

Cette rigueur lui a été souvent reprochée, particulièrement pour  « La Tête contre les murs », mais aussi dans une moindre mesure pour « Les Yeux sans visage » réalisé en 1960 et dans lesquels Édith Scob, qui dans la « Tête contre les murs » à un rôle secondaire, tiendra le principal rôle féminin.

  

Le médecin n’est pas dupe, mais entre petit notable de province, on s’entraide, quitte à le faire au détriment de la liberté et de la santé mentale de la personne concernée que l’on « bourre «  de médicament pour en fait le rendre définitivement soumis.

 

Je ne suis pas sûr que de nos jours il n’y est pas encore plus d’internements abusifs,  de nombreux scandales émaillent l’actualité ces dernières années à ce sujet.

 

Synopsis

 

François Gérane alterne internements et incarcérations, entrecoupés de quelques escapades furtives. Asile, puis prison, puis asile, asile et asile encore - ou, Hôpital psychiatrique, comme on veut bien aimablement le nommer désormais dans les années 1930. Des enfermements en acte donc, mais aussi psychologiques. Le héros a beau fuir à travers champs, il demeure captif de lui-même : « Les murs sont avant tout tes murs. Ils peuvent reculer devant tes pas, mais ta liberté même reste une enceinte si tu ne sors pas de toi-même », lui souffle la bouche rouillée des serrures de sa chambre de détention. La Tête contre les murs n'est autre que la banale histoire d'un infirme de la liberté.

 

Fiche technique

Titre : La Tête contre les murs

Réalisation : Georges Franju

Scénario : d'après le roman d'Hervé Bazin

Adaptation : Georges Franju, Jean-Pierre Mocky

Dialogues : Jean-Charles Pichon

Assistant réalisateur : Jacques Rouffio

Images : Eugen Schüfftan, assisté de Claude Zidi

Opérateur : Georges Miklachewsky

Musique : Maurice Jarre

Décors : Louis Le Barbenchon

Montage : Suzanne Sandberg

Son : René Sarazin

Maquillage : Louis Dor, assisté de Marcelle Testard

Photographe de plateau : Henri Caruel

Script-girl : Marcelle Hochet

Régisseur : Roger Descoffre

Production : Sirius, Atica, Elpénor-Films

Chef de production : Lucien Masson, Jérôme Goulven

Directeur de production : Jean Velter

Distribution : Sirius

Tournage du 16 mai au 5 juillet 1958

Durée : 92 min

Pellicule 35 mm, noir et blanc

Date de sortie : France : 20 mars 1959

Film français

 

Distribution

 

 

Pierre Brasseur : Dr Varmont

Paul Meurisse : Dr Emery

Jean-Pierre Mocky : François Gérane

Anouk Aimée : Stéphanie

Charles Aznavour : Heurtevent

Jean Galland : Maître Gérane

Jean Ozenne : Comte Elzéar de Chambrelle

Thomy Bourdelle : Colonel Donnadieu

Rudy Lenoir : le planqué

Roger Legris : Decauville, le chauffeur

Henri San Juan : patron du billard

Édith Scob : la folle qui chante

Max Montavon : l'interne au réfectoire

Luis Masson : l'interne

Balpo

Paul Demange

René Alié

Luc Andrieux : un infirmier

Doudou Babet : Le noir

Claude Badolle

Claude Castaing

Jean Henry

Pierre Koplitchev

Jean Labarrère

Jacques Mancier : l'homme au fusil

Claude Mansard

Raoul Marco

Diego Masson

Pierre Mirat : un gardien

Véronique Nordey

Henri Poirier : le curé

Alexandre Randall

Jean Rougerie

Jacques Seiler : un infirmier

André Thorent

Lucien Camiret

Sophie Poncin

Sophie Saint-Just

Monique Ardoin

Georges Pally

Alice Guerpillon : la nageuse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Théâtre. Présent dans les principaux festivals de film fantastique e de science-fiction, salons et conventions.

Pages

Hébergé par Overblog