Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Articles avec #pirates

Le Téméraire (9 Fin )

Le Téméraire (Fin )

Soudain, au milieu de la nuit, Julien fut réveillé par un énorme craquement de la coque du navire et par des cris de terreur poussés sur le  pont par des matelots.

 

Aussitôt, vaguement inquiet, il tendit les les mains vers le corps d' Isabella, qu'il ne sentait plus contre le sien .pour se rassurer par sa présence. Ces mains la retrouvèrent. Mais il eut l’impression au toucher que le corps d' Isabella n’était  plus exactement le même dans ces formes et que ça peau était moins souple et plus rêche. Il lui parut aussi que le parfum suave de ses cheveux et de sa peau n’était plus le même non plus. Julien était fort effrayé et il alluma une chandelle pour se libérer de son doute.

                                                                                           

Ce qu'il découvrit sous la lumière dansante de la chandelle le stupéfia. Isabella devant lui était certes bien Isabella et elle lui souriait amoureusement, mais elle était âgée de quarante ans !

 

Julien pleurait presque et il la lâcha rudement. Puis tout se passa très vite. Il vit horrifié Isabella vieillir à vue d'oeil.

 

Les années d'une existence normale ne duraient que des minutes. La peau se desséchait, se couvrait de     rides,l' éclat des yeux s' éteignait. Ce n’était bientôt plus qu'une petite vieille rabougri et ratatinée dont a nudité, était horrible à voir, qui sentait mauvais et dont, la peau était craquelée comme une terre desséché. Julien la repoussait, elle tendant vers lui ses bras grêles comme les ailes d’un  poulet décharné, et lui murmurât dans un rictus horribles : «  Viens mon amour ». Julien, terrorisé, tenta de s'échapper alors quelle le regardait avec un air d’incrédulité douloureuse.

 

Puis l'effrayant processus continua. Il ne fut pas donné à Julien de voir son calvaire se terminer sur la vision de son magnifique amour transformé en vieille femme laide. Les dents tombèrent des gencives déchaussées, le visage devint une horrible gueule  contrefaite, effrayante à voir. Puis les yeux jaillirent hors des orbites et roulèrent sur le lit.  Le corps tourna à la charogne dans une puanteur incroyable. Le ventre s’ouvrit, laissant voir son intérieur putréfié et les liquides  des viscères coulèrent. sur le drap.

 

" 0 horrible visu " eut pu s'exclamer Virgile en tournant les narines.

 

Julien réussit à échapper à, ce spectacle d'épouvante, les larmes aux yeux. Il se précipita sur le pont avec les plus grandes difficultés. Car 1ui, marin habitué aux plus rares tempêtes, n’avait jamais vu un bateau agité pareillement. Le " Téméraire " n' était plus qu'un bouchon  livré aux éléments déchaînés et  sa coque craquait à se briser en émettant des plaintes déchirantes comme celles d’un être humain.

 

.

La prodigieuse accélération du temps avait continué pendant son déplacement dans la cabine du pont. en  effet  les pirates n'étaient plus que des squelettes tassés dans quelque coin. Cependant le timonier, transformer lui aussi en squelette, dans l'ouragan déchaîné, tenait toujours le gouvernail avec les os de ses doigts. Singulier vaisseau que ce " Téméraire           sur lequel s'abattaient de montagnes 1iquides , comme d'énormes gifles sur un vissage, avec un mort à la barre.

 

Sur un tas de cordages, Julien reconnut l' " Elégant »  à sa chaîne d’or autour du cou, qu'il    n’abandonnait jamais. Voici où en était ce Don Juan auquel peu de femme avait résisté, si beau à voir, si plein de vie. Un tas d’os sur un paquet de cordes.

 

« Pourquoi ais-je été les réveiller du sommeil de la mort où ils reposaient si bien ? » se demanda Julien. « Qu’ais-je été l’acteur et le témoin de ces choses horribles ? Pourquoi  lorsque le Bosco, sinistre oiseau du destin est venu accoster au rivage, et ma invité à monter dans la barque, ne l’ais-je pas tué avec mon épée ? ».

 

Puis  le « Téméraire » touché par une vague plus formidable que les autres explosa littéralement. Julien senti qu’il partait en l’air et s’évanouit.

 

XXX

 

Lorsque Julien reprit conscience, il ne sut pas depuis combien de temps il s’était évanoui. Il avait mal par tout le corps et il avait terriblement froid d'avoir séjourné dans l’eau glacée. Il se trouvait miraculeusement accroché à une grosse planche, sans doute quelque débris du bateau, qui oscillait sur l'eau enfin calmée.

 

Les      premiers contreforts de la côte lui apparurent. A quelque distance des lumières annonçaient la présence d'une ville. S'aidant de ses jambes, malgré l’immense  fatigue  qui l’emplissait, il tenta de se rapprocher du bord.

 

Et après un asse z long moment d'effort difficile par le froid qui le glaçait et avec l' aide du courant, i1 fut rejeté sur le rivage d'une petits crique. C'est tremb1ant et surpris qu'il reconnu la petite crique où l'avait attendu le «  Borgne » et d'où il était parti pour son  étrange aventure.

 

Ensuite il refit le chemin inverse par le " passage des douaniers, rebuta sur le même ivrogne qui de nouveau écarquillait les yeux, stupéfait  et incrédule, de contempler cet homme, qu’il avait déjà vu, trempé et harassé, escalader le chéneau pour monter sur le toit d'une maison. Au cours de son ascension le regard  de Julien croisa celui d'une jeune femme qui se croyant seule était en train de se consacrer à sa toilette . Elle ouvrit une bouche toute ronde de surprise.

 

Puis Julien, tandis qu'un jour sale commençait à poindre à 1’'horizon regagna sa chambre par les toits. Il ôta rapidement ses vêtements trempés, s’essuya avec un linge et se jeta sur son lit. Aussitôt, il s’endormit d’un sommeil de plom.

 

 

IV_LE REVEIL

 

Lorsque Julien se réveilla, consultant sa montre  bracelet, il se rendit qu'il était près de dix heures du matin. Il se sentait affreusement mal.  « J'ai encore trop  bu chez Rosita, hier soir » pensa-t-il et « il n' est pas étonnant que j' aie la gueule bois »  ". Rosita  était une chanteuse espagnole qui tenait « La Taverne des Boucaniers », où il avait coutume  de se rendre          le soir. «  Sans compter qu'il est inutile insister, elle préfère fréquenter les riches bourgeois de la ville ».

 

Il se demanda ce qu'il devrait dire au directeur de l'agence de la banque où il travaillait . « que j'ai été malade » pensa-t-il « ce qui n' est        même pas un mensaonge ».

 

Il  travaillait  en effet dans une banque dont  l’emblème publicitaire qu’on pouvait voir sur tous les murs de la ville, était un homme à tête de requin:  qui disait  « votre argent m'intéresse ».  Il lui semblait être l’image de cette société stupide et dévoreuse d’êtres humains.

 

« J’ai eu un affreux cauchemar cette nuit. J’ai rêvé de bateaux et de filles. Il n’est pas douteux que l’alcool soit nocif et donne des hallucinations. »

 

Il étaient bien trop tard pour qu’il alla à l’agence ce matin.. Il voyait déjà le directeur plaisantant sinistrement : « vous êtes en avance pour cet après-midi », sous le sourire ironique de ses collègues.

 

 

Il pressa sur le  bouton de son transistor.   C’était l’heure du bulletin d’informations de France N°1.  Après  un _indicatif musical bien connu, la voix du speaker :

 

" De las Santas. Nous apprenons d'après une dépêche de L’AFP que la fille du chef de l’état M de la Casa Bella a été enlevée la nuit dernière, par un inconnu accompagné d’une cinquantaine de compagnons armées. 0n pense qu'il d'une action terroriste de révolutionnaires pour obtenir une rançon contre la libération de la jeune fille. Celle-ci Isabella est âgée  de 16 ans. Le chef des rebelles vêtu d'un pantalon noir et d'une chemise blanche portait écharpe rouge enroulée autour de la ceinture. Les forces de police de l' Etat des Iles xxx et l'armée ont été mobilisées -pour retrouver la jeune fille.

 

Machinalement l'oeil de Julien       se dirigea vers le fauteuil qui se trouvait dans sa  chambre.. «  Il faudra que j'aille les jeter dans la mer » pensa-t-il en voyant le sabre et le  pistolet qui reposaient ostensiblement sur le siège.

 

 

Un pigeon entra tranquillement et vint se poser à coter de Julien. « C’est toi mon bon Vélox » dit Julien attendri en passant légèrement son doigt sur la plume de l’oiseau ravi.

 

« Toi au moins, tu ne diras rien »

Voir les commentaires

Published by Stéphane Dubois - zombies, Horreur, Héroic Fantasy, Fantastique, Fantasy, pirates, Auteur

Le Téméraire (7) "chez le gouverneur" (suite)

Le Téméraire (7) "chez le gouverneur" (suite)

La moitié des pirates qui sous le commandement de " Gueule d'Or " avaient mis à sac la Banque Royale d'Espagne apparaissaient comme lourdement chargé de paquets de replets auxquels ils portaient pourtant avec une apparente facilité.

 

" Contrairement à ce qu'en rapporte la physique " pensa Julien une livre d'or est moins lourde qu'une livre de fer ".

 

Comme convenu deux pirates des plus souples, se collant au mur dans la pénombre comme s'il s'agissait d'un mat poignardèrent les deux sentinelles qui ne poussèrent pas un cri. Puis lestement, ils les tirèrent dans un recoin. Peu après on vit ressurgir deux nouvelles sentinelles que les pirates goguenards semblèrent reconnaître comme étant es des leurs.

 

Sur un signe de Julien tous les pirates se précipitèrent par la grande porte sous l'oeil impavide des deux gardes. La voie était libre, et deux heures devaient encore se passer avant que les gardes fussent relevées. .

 

Ils montèrent le vaste escalier de marbre. La vue de tant de luxe constitué de tapis, de tableaux accrochés au mur confondait les pirates. Et ce n'est pas sans un certain respect craintif, les yeux admiratifs aux aguets, qu'ils foulaient le sol du palais.

 

"Quoi, tant de beauté et de richesse pour un seul homme " pensa Julien. " Alors qu'à ses côtés des milliers croupissent dans la plus noire misère ?

 

Julien après s'être dirigé sans erreur dans les couloirs comme s'il les avait déjà parcouru s'arrêta devant une porte basse bardée d'une lourde serrure, et, la désignant du doigt , il déclara : " Ce doit être ici" .

 

Un pirate expert dans l'Art de la serrurerie, dont il avait dû acquérir les finesses à l'école de la Cambriole, muni d'un énorme trousseau de clés, s'acharna avec des gestes méthodiques de chirurgien, par des tâtonnements de plus en plus précis à s'emparer  de l'âme le la serrure. Après quoi, celle-ci se rendit à lui sans violence.

 

Pendant ce temps Julien, envahi d'une grande émotion, pressentait plus même qu’il  ne savait qu’Isabella vivait, derrière la cloison, sans que rien, vraiment rien, ne puisse l’en avertir.

 

Dès que la porte s'ouvrit, il bondit comme  un dément â l'intérieur de la  chambre.

 

Assise sur son lit, éclairée par des chandelles, gracieusement vêtue, Isabella lui apparut telle qu'il la voyait dans son imagination, ravie et apeurée tout à la fois. Elle était  littéralement ravissante avec ses longs cheveux noirs et son fin visage aux proportions délicates. Un air mutin et espiègle le tout à la fois se jouait sur sa peau et dans ses yeux noirs passaient des reflets de minéraux rares et translucides.

 

Après un bref instant d'hésitation, elle se jeta dans ses bras; posant sa tête sur l'épaule de Julien, comme pour dissimuler son trouble.

 

- Je t'attendais, lui murmura-t-elle à l'oreille.

- Depuis combien de temps ?

- Depuis des siècles.

 

Et il ne doutât pas que ce fut vrai.

Tapant sur l’épaule de Julien " Gueule d’or " le ramena à une plus claire perception des circonstances.

 

"Partons avant que l'alerte ne soit donnée" dit Julien "

« - N'oublions pas de délivrer les prisonniers " prononça une voix anonyme.

En effet Julien n'y pensait déjà plus.

" Sais-tu ou ils se trouvent? Veux-tu nous aider`" demanda le Capitaine du " Téméraire" à la fille du Gouverneur.

" Ils sont en bas " dit-elle en pointant l'index vers le sol. Et elle ajouta: " Je t'aiderais à les délivrer. »

 

Le prenant par la main, elle le conduisit aux travers du dédale des couloirs et des escaliers, dans les sous-sols où par un passage on accédait directement à la prison.

Le serrurier de la, Flibuste eu encore une fois vite lait de vaincre ce nouveau mécanisme.

« Es tu un suppôt de Satan, Diable d’homme »  déclara quelqu’un.

 

Un groupe de pirate en éclaireur et réduisit  rapidement ­les quelques gardes somnolant qui se trouvaient être de service.

 

Julien était pendant  ce temps resté en arrière avec le gros de la troupe pour que ne soit point exposé Isabella qu'il avait rejoint avec tant de  peine.

 

" La route est libre" vint leur dire un officier.

Les prisonniers, hors de leur cellule dé jà, étaient en liesse lorsqu'ils entrèrent dans les geôles. Ils firent une ovation indescriptible à  julien et à Isabella.

 

Julien découvrit avec stupeur les conditions de détention effroya­bles de ses camarades. Ce n'était que des cages étroites sans lumière et sans air, dont l'atmosphère était chargée  d’une humidité qui vous envahissait jusqu'à l'os,. Certains, emprisonnés depuis quelques années, quoique jeunes encore, étaient devenus des vieillards voûtés et aux cheveux blancs. C'est presque en pleurant qu'ils reconnaissaient leurs amis et que ceux-ci les reconnaissaient.

 

Les yeux étonnés d'Isabella lui révélaient un monde souterrain inconnu qui étonnait son éducation raffinée.

 

« Ils sentent mauvais " dit-elle en plissant avec dégoût son petit nez offusqué.

« C'est que votre père ne leur fait donner ni bains ni habits propres, et qu'il omet sans doute de leur fournir des parfums. "

 

Elle baissa la tête comme un enfant, touchée par la prise de
conscience de ce qu'elle avait prononcée une sottise avec inconséquence.

 

« il faut fuir maintenant » ordonna Julien, « et vite », il existe un souterrain, long de plusieurs kilomètres qui donne dans la campagne, au delà- des remparts de la ville » déclara Isabella : «Et je vais te montrer le chemin »

Les prisonniers avaient entendu parler eux aussi de ce souterrain creusé autrefois par leurs prédécesseurs dans des conditions terribles. Ceux-ci avaient participé à la construction et qui­ n'étaient pas morts, avaient  tués une fois celle-ci achevée, pour ne point en révéler le secret.

 

Ils revinrent sur leurs pas, retournèrent dans le palais; furent conduit dans le bureau du Gouverneur où Isabella poussa rayon d'une bibliothèque découvrant ainsi une porte dont elle possédait une clé et qui donnait accès au souterrain secret.

 

«  C’est l’entrée de la Liberté » dit en souriant Isabella

 

Les prisonniers étaient médusés par l'apparente facilité de leur fuite.

" Quoi, ils n’aurait pas a combattre pour défendre leur vie! »

 

La course dans les ténèbres du souterrain était saisissante.

la lueur de torches, l'étrange mélopée du bruit sourd des pas donnaient l'impression d'être au tréfonds du monde .

 

Bientôt dans le lointain une petite lanière annonciatrice d'une autre vie pleine de couleurs, de voix, de bruits, et ou l'amour existait enfin.

 

Ils parvinrent à l'air libre : l'aube commençait à se lever, et, tous, particulièrement  les anciens prisonniers, plissaient les yeux éblouis jusqu'au fond de l'être par le soleil naissant.

 

"Quelle belle journée " susurra Isabella comme si elle redécouvrait et l'air et le ciel et la 1umièree et la mer.

 

Après ce bref instant de rêverie, elle revient à des considérations plus pratiques, « Mon cheval se trouve dans une ferme à deux pas d'ici. En quelques minutes il devrait être sellé et nous pourrons alors fuir vers ton bateau. »

 

La détermination le la jeune fille de partir avec lui impressionna Julien, et aussi le fait qu'apparemment, elle _n’avait jamais douté qu’il viendrait la délivrer.

 

En effet, quelques instants plus tard, Isabella parlementait avec un fermier  qui lui fit beaucoup de courbettes, et elle récupéra son cheval blanc d'une rare beauté, et qui ce nommait  " El Fuego » : le feu. Le cheval et la fille parurent fort heureux de se retrouver et elle embrassa même avec une grande effusion.

 

Ce fut une fantastique promenade dans les clarté de l'aube prometteuse.

 

Isabella reposait doucement sur  les bras de julien.

 

Tous deux étaient bercés par le galop du cheval qui semblait courir comme s'il était une sorte d'esprit incarné dans un cheval. Une légère sudation révélait le parfum encore enfantin du corps d’Isabella à Julien, tandis que son corsage entr'ouvert laissait voir son sein rond qui palpitait conne un oiseau.

L’écoulement du temps n'avait plus aucun sens. Ils baignaient ­dans une éternité trop brève. Tantôt El Fuego  galopait le long de la piste l’écume de la mer venant toucher la pointe de ses sabots.

 

« C’est encore moi » dit, avec un aire de connivence, le Borgne qui les attendaient dans une barque au point convenu de ralliement.

Et ils regagnèrent le «  Téméraire »

 

Voir les commentaires

Published by Stéphane Dubois - Pirates, zombies, Horreur, Héroic Fantasy, Auteur, LITTERATURE, Fantastique

Le Téméraire (6) " Chez le Gouverneur"

 

II Chez le Gouverneur

De nuit, des chaloupes silencieuses débarquèrent Julien et une cinquantaine d'homme,s, sur une côte écartée à environ dix kilomètres de la capitale. Aussitôt le " Téméraire ", le Black Bird ", et la "Belle Jeanne " qui les avaient amenés repartirent, tous feux éteints pour éviter que quelque sbires du Gouverneur puissent se douter de l'éventualité d'un débarquement. Les plus courageux frémirent. En effet ils se trouvaient ici en pays ennemi, et, hommes de mer, seul le fait d'avoir les pieds sur le pont d'un vaisseau pouvait les rassurer.

 

La végétation tropicale, dans la nuit semi-obscure créait des formes bizarres et monstrueuses, et exhalait de lourds parfums enivrants. Julien se sentait littéralement envouté par ce paysage et par ces senteurs puissantes qui s'étaient emparé de lui.

 

Vraiment, nulle force au monde eût pu le dissuader d'aller secourir Isabella qu'il imaginait a, que part comme une fleur rare et extraordinaire bien digne de figurer dans cette serre chaude.

 

Un guide les attendait, à peu de distance du rivage, en un endroit convenu . Il devait par des chemins détournés les mener jusqu'à la ville, puis au palais du Gouverneur.

 

Et la marche commença: longue procession d'ombres noires, chargées de bagages suspects.

 

Comme ils se trouvaient parvenus à peu de distance de la cité, le guide d'un geste leur fit signe d'être plus silencieux, et il leur désigna de la main un énorme rocher sous les recoins duquel ils purent tenir leur dernier conseil avant d' être dans la place.

 

On précisa, dans un silence de mort, les itinéraires, les caches, la localisation des gens de la ville qui étaient des amis de la flibuste et auxquels on pourrait à la dernière extrémité s'adresser pour obtenir quelque secours ou quelque moyen de transport pour rejoindre L' Ile du Caïman.

 

Tous étaient braves et recueillis, car la partie ne serait pas facile; et si on les avaient interrogé un à un plus d'un aurait reconnu la folie de pareilles expédition, loin de leurs bases et dans des conditions auxquelles ils n'avaient point l'habitude.

 

Julien, lui-même, que le rêve éveillé de délivrer son amour inconnu avait abandonné sentait tout le poids de sa responsabilité sur ses épaules. Mais quoi il n'était plus possible de reculer.,,

 

En contre-bas la ville obscure qu'éclairaient seulement les lueurs laiteuses de la lune reposait vide et silencieuse. Au milieu de ces milliers d'inconnus qui sommeillaient: riches bourgeois rêvant à leur or, soldats rêvant à leur pays natal, manants et mendiants oubliant que demain il faudrait se lever, devait reposer Isabella. Peut-être même ne dormait-elle pas,? Peut-être que dans 1'ombre son profond œil noir attendait-il, plein d'espoir que Julien apparaisse dans embrasure de la fenêtre peur venir la délivrer?

 

 

Ils entrèrent par une petite porte écartée dont la sentinelle, sur le compte de laquelle ils connaissaient assez de secrets pour la faire emprisonner, avait été soudoyée. Ils lui remirent la seconde partie de ce qui lui avait été donné auparavant, soit une bourse pleine d'or d'un. bon poids que la sentinelle reçut avec une satisfaction évidente.

 

C'est presque stupéfaits qu'ils se retrouvèrent dans la ville, au cœur des forces dé leur ennemi. Une étrange allégresse s'empara d'eux un bref instant... Ils avaient réussis ce qui pouvait paraître une folie impossible. Mais il ne s'agissait que de la première manche. La partie était loin d'être gagnée.

 

Ils se divisèrent par groupes de dix, pour avoir une quelconque chance de passer inaperçus, après s'être chuchotés, comme s'ils étaient à l'église : les dernières recommandations.

 

A cet instant, retentirent les premiers grondements, jaillirent les premières clartés sorties des gueules des canons. la scène était d'une somptueuse beauté. La ville étagée jusqu'à la mer, remplie de senteurs et qui sommeillait et au loin les navires indistincts qui tiraient avec à leur bord les compagnons qui n' avaient pas manqué l'heure du rendez-vous.

 

Presque aussitôt, les gens mus par une espèce d'inquiétude toujours latente en eux, ouvrirent les volets, firent entendre leurs voix, et, la vie reprit.

 

Un peu plus tard on vit les premiers soldats en armes. « Clic-Clac. Clic-Clac" faisaient leur pas sur les soi. Et, dans cette confusion générale qui commençait~à s'installer, eux donnaient une rassurante impression d'ordre. Et on entendait qu'il se donnait des commandement.

 

Cette ville qui reposait si tranquille peu de temps auparavant s'était en quelques instants installée dans la guerre avec, somme toute, une apparente facilité.

 

Les pirates furent d'ailleurs surpris qu'au cours de leur marche personne contrairement à leurs craintes ne s'intéressa à eux. Car chacun était par trop préoccupé de ses propres angoisses, et de ses propres affaires, pour qu'il s'interessa à celles des autres.

 

Par les ruelles devenues grouillantes de monde, on arriva au palais du Gouverneur qui se trouvait légèrement en retrait des autres bâtiments, comme un noble qui dans une foule veut éviter un contact par trop étroit avec la populace.

 

Se dissimulant dans l'encoignure d'un bâtiment, Julien et ses hommes attendirent que les autres groupes arrivèrent un à un.

S

Voir les commentaires

Le Téméraire (5)

LE TEMERAIRE 5

 

Il fallait convoquer, la réunion des Capitaines. Le rassemblement des Capitaines de vaisseaux était en fait le gouvernement de l'île. Il avait une triple fonction : d'entraide, politique et militaire.

 

Du point de vue de l'entraide les Capitaines étaient souvent amenés à aider l'un d'entre-deux, qui à la suite des aléas de la piraterie n'avait plus assez d'argent pour monter de nouvelles expéditions. Du point de vue politique il était le gouvernement de l'île, du point de vue militaire il servait  à monter des opérations d'une importance telle qu'elles n'étaient pas à la portée d'un seul bâtiment. On pourrait même ajouter une quatrième fonction : une sorte de fonction judiciaire, car le Conseil des Capitaines jouait un rôle; souverain d'arbitre en cas de  litiges entre pirates.

 

Un système de messagers permettait à l’un des Capitaines, seul, s’il l’estimait utile, dehors des séances régulières convoquées par le Président dit " Premier des Capitaines" d'appeler à la réunion tous les capitaines. Il s'agissait là d'une procé­dure extrêmement  rare et qui ne devait être employé qu’en cas d’évènement importants. Julien pensa que la missive de la fille du Gouverneur " Isabella'' était un évènement suffisamment important pour justifier pareille procédure.

 

C’est avec son bicorne et son bel uniforme le bleu à boutons dorés que Julien pénétra dans la grande Salle des Capitaines. En effet le Conseil des Capitaines possédait une salle spéciale dans un immeuble cossu du centre de la cité, où chacun avait sa chaise réservée à haut dossier. Et les réunions ne se déroulaient pas sans une certaine élégance et un certain cérémonial.

 

" Que tu es beau " lui avait dit Rosita en l'aidant à se vêtir, et en passant langoureusement ses mains sur le drap.

 

L'entrée de Julien fit sensation et chacun se demandait les motifs de cette convocation assez extraordinaire.

 

Au centre de l'immense table ovale le Premier des Capitaines présidait. C'était un bel homme à cheveux blancs lissés et au teint soigné. Devant lui, un crâne et un tibia minutieusement, nettoyés et blanchis reposaient. Le tibia lui servait de marteau pour frapper le crâne lorsqu'il s'agissait d'ouvrir ou de fermer la séance, ou de rappeler à l'ordre l'un des capitaines pour obtenir le silence.

 

Julien se vit inviter à expliquer ce qu'il comptait obtenir: de ses pairs. Un silence absolu s'installa.

 

Dans une attitude un peu théâtrale, les gants blancs à la main, négligemment appuyé à la table, Julien se mit à développer son plan. C'était de l'enlèvement de la fille du Gouverneur qu'il s'agissait, et       ce faire, il préconisait  une double attaque.

 

D'abord un certain    de vaisseaux devaient attaquer le port espagnol, tandis que le « Téméraire » et deux ou trois autres bateaux débarquant dans un autre point de l'île avec un certain nombre d'hommes devait prendre la forteresse espagnole à revers.

 

Il était bien entendu qu'il ne s'agissait pour les hommes intervenant pédestrement que de faire un coup dé main alors que 1_' effort principal était porté par la flotte au large, qui tirant à coup de boulet sur la ville espagnole créait ainsi un mouvement de diversion.

 

La stupeur      saisit tous les capitaines. Quoi c'était pour pareille folie qu'on les avait fait venir !

 

Un des capitaines résuma assez bien la pensée générale.

 

« Quel profit peut-il bien avoir pour nous dans cette affaire? Il n'y a pas d'or à amasser! Il y a bien assez de filles dans les tavernes! Mais veut-on dresser contre nous l’Espagne qui pourrait monter   une expédition punitive! »

 

Julien qui n'avait pas pensé, tout à son rêve fous. Qu’il était, à la difficulté qu’il aurait à faire agir les capitaines sans motifs convaincants, eut soudain une idée.

 

« Certains de nos amis sont détenus dans les prisons des caves du palais du gouverneur. Nous pourrions du même coup les libérer. »

Julien savait qu'il tapait juste, car le frère de ce capitaine avait justement été capturé après que son navire eût été  envoyé par le fond.

 

«  Aussi avec les hommes ainsi libérés nous pourrons constituer les équipages de plusieurs autres vaisseaux et accroître notre puissance. De plus je pense que si nous réussissons à être bien renseignés, nous pourrons piller la banque Espagnole qui est chargée d’or en transit.

 

Au fur et à mesure qu'il parlait Julien vit les visages des autres capitaines se détendrent et redevenir compréhensifs.

 

De toutes façons les capitaines auraient bien été embarrassés de refuser ce service à Julien, alors que celui-ci avait toujours mis sans discuter, et son épée et son vaisseau, au service de la confrérie des pirates  lorsque les membres de cette confrérie avaient eu besoin de lui.

 

De plus, il faut signaler qu'il existait une réelle solidarité entre les pirates, parfois appelés d'ailleurs frères de la côte, née d'une vie commune où les aléas étaient nombreux et l'entraide nécessaire, d'une vie en vase clos comme celle des moines ou des militaires, et aussi du fait que la plupart avaient quitté leurs pays parce qu'ils étaient des marginaux ou des opposants politiques lassés de leur vie misérable ou des persécutions.

 

Tout ceci créait un     esprit de corps très puissant joint d'ailleurs à un très grand attachement à l'indépendance.

 

C'est à l'unanimité, moins une abstention : celle de Julien, conformément à l'usage, que lorsque le président résident fit voter les pirates, le plan du Commandant du "Téméraire" fut adopté. Tout le monde partit dans un joyeux brouhaha, exceptés quelques-uns, qui, avec Julien mirent au point les détails de l'opération : nom des bateaux choisis, lieu exact du débarquement, renseignements sur la place, vivres, appuis dans l'île...

 

 

 

Voir les commentaires

Le Téméraire (4)

LE TEMERAIRE 4

 

III.      L’ ISLE.

 

Après huit jours d'une navigation sans, histoire, uniquement ponctuée des rites familiers du bord : manger, dormir, prendre le quart on sentit que l'on approchait des lieux familiers aux mauvais garçons de la côte. Bientôt la vigie cria le met fameux mot qui fait tressaillir tous les marins du monde : terre! terre!

 

A l’horizon, pour peu qu'on le scrutât, on distinguait un tout petitt morceau de rocaille. Julien devina qu'il s'agissait de l'Isle du caïman, où se trouvait le port favori du " Téméraire" et d'un certain nombre d'autres vaisseaux pirates qui relâchaient ici entre deux forfaits.

 

Tout le monde  était monté sur le pont et contemplait avec un air réjoui l'Isle se rapprochant comme en un rêve. C' était leur havre de paix; ici ils trouvaient tavernes ripailles et femmes.  Ils parvinrent agités,  dans le joli petit  port, flanqué de deux fortins bordant les eaux bleutées.

 

L'entrée à vitesse réduite, tandis que l'on voyait sur le quai la petite foule des gens qui attendaient le "Téméraire" ne posa aucun problème particulier, puis ce fut l'accostage et les retrouvailles.

 

XXXXXXX

 

Julien qui ne possédait pas de domicile proprement dit avait coutume lors de ces séjours à l'Isle du caïman de prendre pension à la"Taverne des Boucaniers" dont la patronne, la belle Rosita était devenue sa maîtresse. Rosita s'était vraiment toquée de lui, mais elle s'accordait à sa personne un peu fantasque et ses longues absences ne la faisait point souffrir. Elle le prenait lorsqu'il était présent et s'en passait lorsqu'il n'était pas là.

 

Cependant chacun de ses retours était prétexte à une fête bruyante et endiablée dans la taverne. Et le soir venu; ils baffraient et dansaient. Rosita chantait assez joliment, le teint doucement coloré,de nostalgiques chants espagnols qui lui rappelaient son pays d'origine qu'elle avait quitté alors qu' elle n'était encore qu'une enfant.

 

Ensuite ils montaient faire l'amour dans la haute chambre avec le lit à baldaquin profond comme un vaisseau et qui tanguait du plus doux et du plus berceur des tangages.

 

" Quelle navigation! " pensa. Julien. en se réveillant le lendemain, encore à moitié endormi tout en buvant un café brûlant, C' était le meilleur instant, celui qui sépare le sommei1 de la veille comme celui qui sépare la nuit du jour indistinct, pas encore nuit mais pas encore jour.  L’imagination vagabondait librement se remémorant la volupté, le corps rompu d’une agréable fatigue.

 

Rosita, dont le parfum flottait encore dans la chambre, était partie depuis bien longtemps, vaquant en ville aux mille besognes que nécessitait la taverne. Vive et débrouillarde, elle allait et venait dans la cité sans problèmes.

On avait l'impression que deux personnes cohabitaient sous la même peau: une amoureuse enflammée et romantique et une commerçante pratique et avisée.

 

Julien se demanda si au fond, d'ailleurs, elle n' était pas toujours une commerçante avisée et si l'or n'était pas son plus grand amour.

 

« Q'importe se dit-il, si nous avons au moins l'illusion. De toutes façons l'amour n'est qu'illusion, et peut-être n’ais-je que 1'illusion de l'illusion! Mais ma parole, je philosophe comme un jésuite et presque aussi mal. Levons nous, il est temps. »

 

Au même instant une sonnerie grêle retentit, jaillie d'une petite clochette assez innaparente  poste sur un meuble. Julien se précipita dans l'escalier pour monter au pigeonnier niché dans une sorte de tourelle de la taverne.

 

Cette sonnette avertissait qu'un pigeon venait d'arriver porteur d'un message. En effet, dès qu'un de ceux-ci se posait sur un perchoir un ingénieux mécanisme déclenchait la sonnerie.

 

Julien par le biais de ce mode de communication extrêmement rapide était en relation, entre autres, avec la capitale où il possédait un informateur bien introduite auprès des  espagnols- et le payant bien le tenait au courant des navires de commerce pouvant l'intéresser, et ceci suffisamment à l'avance pour pouvoir les intercepter éventuellement, ou l'avisait aussi du mouvement des vaisseaux de guerre dont il devait se défier.

 

Ce système de courrier remarquable était une des causes de la rapidité d'intervention bien connue du commandant du « Téméraire » qui apparaissait là où on ne l'attendait pas, et semblait toujours flairer les cargaisons les plus profitables. Cette sorte de " divination " stupéfiait  ses ennemis qui n'étaient pas loin d'y voir une intervention démoniaque.

 

« Que m'apporte-tu,  bon Vélox " dit Julien en se saisissant du pigeon. Chacun de ses pigeons avait en effet un nom et était presque considéré comme un être humain, une sorte de messager de la flibuste. Sous ses doigts, il sentait la palpitation du frêle corps.

 

Il lui délia délicatement le message ficelé à la patte. L’écriture le surprit. Ce n'était pas celle de son agent, mais une écriture de femme ou de jeune fille.

 

« Monsieur l'Amiral de la Flibuste, »

 

Tudieu ! Sifflota Julien, me voici amiral.

 

Mon père, le Marquis de la Casa Bella, le gouverneur de ces ILES, veut me faire épouser le vieux Comte Lopez del Libero qui est le général de l'armée et que je hais. Pour ce faire il me retient prisonnière dans ma chambre de l'aile gauche du chateau.

 

Libérez-moi monsieur, et je serais toute à vous. Dépêchez-vous, je vous en prie, le mariage a lieu dans huit jours.

 

ISABELLA.

 

N.B Ci –joint un petit plan de l’aile gauche du château

 

Un mot d’une autre main était ajouté, 2crit par l’agent de Julien dans la capitale des Iles.

 

« C' est la duègue  de  Isabella de la Casa Bella qui m'a remis ce mot, m'invitant à vous le transmettre. J'ignore comment         elle se doute que je suis en relation avec vous.

 

En ville il se dit que la fille du Gouverneur est bien retenue dans sa chambre pour épouser le Comte. Mais ce peut être un piège. Prenez garde à vous. Isabella est une très jolie jeune fille d'environ seize ans, brune de cheveux, teint clair,agréablement tournée et fort enjouée à ce qu'il parait.

 

A votre place, je me méfierai

 

Votre Dévoué

Roberto Gonzalez

 

" Quelle histoire" pensa Julien intrigué et amusé tout à la fois. Cela a en effet tout l'air d'un piège. Mais il semble vraiment énorme pour faire tomber l' AMIRAL DE LA FLIBUSTE dedans.

 

D'autant plus qu'il ne connaissait pas Isabella... Il se rappelait tout au plus d'une fillette brune et prétentieusement vêtue qu'il avait croisé un jour au détour d'une rue de Las Santa alors qu'elle se trouvait dans le carrosse du Gouverneur et que lui marchait à pied. La rue était boueuse et les roues du carrosse avaient projeté des éclaboussures sur son vêtement. Il avait ressenti cela comme un affront. C'était le seul souvenir qu'il avait d'Isabella, si l'on peut appeler cela un souvenir...

 

Et peut-on imaginer, qu'on vole au secours d'une jeune fille Qu'on- ne connaît pas, qu'on risque sa vie et ses biens pour l'enlever aux griffes d'un vieux grigou ?

 

Julien continuait de s'interroger. Si on écarte l'idée du piège et elle est  à écarter, qu'est-ce qui pourrait pousser Isabella à faire appel à moi ? Un romantisme juvénile qui dans son imagination a fait  de moi un justicier redresseur de torts? Et à qui pourrai t-t-elle s'adresser à part à moi; Ce n'est pas dans son univers qu'elle pourrait trouver quelque secours. Qui oserait s'attaquer au tout puissant Gouverneur des Isles? - Personne.

 

 

Et l'idée que l'on pût faire appel à lui Julien contre la toute puissance du représentant de l' Espagne le séduisait assez.

Etait-ce par le péché d'orgueil que l'on comptait le faire tomber, lui oui avait déjoué tous les  traquenards jetés sur son passage jusqu'à ce jour ?

 

Cependant Julien sût tout de suite qu'il tenterait d'aller délivrer la prisonnière, et qu'il ne pouvait y échapper. Cela était inscrit dans le Grand livre de sa destinée.

 

Et il se la représentait, jeune et belle, se morfondant dans sa chambre verrouillée et grillagée tandis que les larmes coulaient de ses grands Yeux brillants et noirs.

 

Julien pensa qu'il serait doux de la sauver, et, d'avoir avec sa reconnaissance, son amour enthousiaste et réservé tout à la fois.

 

Voir les commentaires

Le Téméraire (3)

Le Téméraire (3)

 

Comme le soir commençait à tomber, « Gueule d'or » le second, proposa d'organiser une petite fête pour célébrer une nouvelle victoire de la flibuste sur le Très catholique Roi d’Espagne. Ceci était d'autant plus facile qu,e les cales s' étaient trouvées remplies providentiellement des meilleures victuailles et des vins 1es plus délicats.

 

Julien accepta, mais il fit transférer dans les réserves du "Téméraire" une grande partie des vivres voulant éviter un trop grand gaspillage, sachant ce que étaient capables de foire les hommes une fois ivres.

 

L'ambiance était d'une très grande gaîté. Déjà certains se mirent à. chanter, tandis que d'autres sortirent de vieux instruments pour les accompagner. Ces chansons qui parlent de flibuste, de voiles et d'amour et de mort. Tout ce qui remplit la vie des hommes qui, naviguent et rêvent aux femmes lorsqu'ils sont à bord et aux contrées lointaines lorsqu'ils sont à terre....

 

On organisa même un bal dans les plus belles cabines du bord, les pirates ayant revêtu des habits de gentilshommes et tachant d'imiter les habitudes maniérées de ceux-ci. Les demoiselles et les femmes prisonnières, blanches de frayeur, sous l'éclat des chandelles leur servaient de cavalières, affreusement gênées de devoir danser avec ces rustauds qui ne connaisaient rien à leurs moeurs et qui leur écrasaient les pieds ou les bouscuIaient en tentant de virevolter avec la grâce de jeunes éléphanteaux.

 

Appuyé à un coffre, l' » élégant » somptueusement vêtu d'un costume qu'il avait du qu’il avait dérober au fond de quelque armoire mais dont on ne saurait1ui en faire grief, tant il le portait à ravir, faisait la cour à sa belle inconnue. Et l'on voyait bien qu'il n'était pas sans lui inspirer quelque attrait, quoique les traits de la belle respiraient l'effroi.

 

Julien croisa le Bosco qui avait, du mal à tenir le cap.

" Alors à-t-on trouvé l'âme soeur, Bosco" interrogea Julien ?

« - A plus de 250 ans on ne peut plus faire des prouesses d'amour, les cartouches ont de la peine à s’enflammer".

 

Répartie qui eût pour effet de faire rire Julien. « N’empêche esprit de l'homme à amour pense toujours » songea le capitaine. C'est lié à l'humaine condition. Et le pirate lui-même au plus fort du combat rêve à lit doux et à présence féminine, et les plus courageux d'entre eux ne sont souvent que de bien faibles enfants face à l'amour. Peut-être au fon que l’amour et la mort sont comme deux soeurs folles unies qui se tiennent la main et se baisent la bouche, deux faces de la même chose.

 

" Vieux fusil peut péter aussi bien que fusil neuf, Bosco" répondit cependant Julien citant un vieux proverbe de la piraterie. Celle-ci était riche de sentences issues de ces hommes rudes, mais non dépourvus d'une certaine sagesse née au contact de différentes aventures aux quatre coins du globe.

 

XXXXXXXXXX

 

Le lendemain matin, par un temps radieux et pimpant comme un baiser de jeune fille de quinze ans, il fut décidé de laisser ici le galion après l'avoir garni de mines pour qu'i1 sauta quelques heures plus tard, et d'abandonner les passagers sur des chaloupes en leur remettant quelques unes de leurs vivres.                                                                                       +

 

L’élégant tenta de prêcher une attitude plus humanitaire.

Julien répondit d'un ton qui n'admettait pas la réplique: « si nous les laissons regagner la côte avec leur vaisseau, ils nous dénoncerons aux autorités et on tentera de nous donner la chasse. Nous ne sommes pas en mesurer de résister seuls à la flotte espagnole qui croise en ces eaux. Croyez-vous un seul instant que si EUX nous attrapent  nous feraient des cadeaux, Monsieur le bel officier ? Et la cravate de chanvre qui serait la dernière de votre vie pêche aussi bien par son inconfort que car son inélégance, ce qui ne doit pas manquer d'impressionner un homme de goût tel que vous. De surcroît il ne me messied pas que le "Téméraire" reste une légendé, présent partout et visible nulle part et dont rien que l'évocation du nom série la terreur dans les mers. Une idée plus q'un vaisseau. D'ailleurs c'est plus l'Amour qui vous fait parler que l'humanité. Car si nous nous plaçons du point de vue humanitaire nous priverons l'Espagne de quelques dizaines de fieffés coquins. C’est un service que nous rendons à la population. Ce ne  sont que voleurs, fourbes et canailles. Qui ne verserait pas une seule larme sur leur disparition si ce n’est leurs créanciers sans titres de créances.

 

«  Quel est son nom?" ajouta en changeant de ton Julien.

« - Elle se nomme  Eléonore, et son âme est pure et noble, comme il n'est pas possible de l’être. Pourrais-je l’emmener avec moi?

 

Elle m'a promis de vivre notre vie et de ne jamais se plaindre.

"- Si nous faisions ceci, ami, nous serions assaillis par toutes les femmes du bord oui voudraient épouser des marins et jureraient qu’elles en sont tombée: subitement follement amoureuses. Et si chaque pirate estimait aussi avoir le droit d'emmener une femme? Non, cet exemple serait pernicieux. D'ailleurs plus tard tu me remercieras de t'avoir tiré de ces griffes ensorcelées.

 

Les passagers furent Chargés dans des canots, tandis que de la dunette Julien surveillait l'opération. Il y eût quelques scènes déchirantes, les femmes se jetant aux pieds des marins en les priant de les épargner.

 

Le prieur du bord lança quelques invectives à l'adresse des pirates, les menaçant des foudres du ciel une fois qu'ils seraient parvenus dans l'autre monde.

 

" Recommande plutôt ton âme à Satan ton suzerain" rétorqua Julien. Tu en auras grand besoin. Il t'attend en grande pompe." Comme le curé continuait à marmonner et qu'il cracha en direction du drapeau noir à tête de mort, emblème fameux des pirates, Julien sortit froidement son pistolet et abattit le prêtre. Ce fut comme un frémissement qui parcourut l’équipage et les passagers espagnols. Tuer un prêtre était un grand sacrilège et le bandit le plus­ mécréant hésitait toujours à le faire.

 

 

Puis les canots s'éloignèrent peu à peu dévorés par l’Océan.

 

Voir les commentaires

Published by Stéphane Dubois - pirates, zombies, Héroic Fantasy, Horreur, LITTERATURE, Auteur, Fantastique, Fantasy

Le Téméraire


 

 

I ) AU BATEAU.

 

I1 se souvenait _maintenant...

 

Il avait ouvert la fenêtre. L’air était chargé de lourds parfums  qui venaient, de la Mer. Tandis qu'une lumière intérieure semblait lui éclairer le visage, ses narines dilatées se mirent à palpiter, comme si une vie supérieure s’était emparée de lu i .

 

Ouvrant une armoire, il se saisit d'une chemise de soie blanche, d'un pantalon  noir et mû par, une inspiration soudaine s’entoura la taille d'un foulard rouge qu 'il avait coutume de se passer  autour du cou.

 

Se jetant un regard au travers du miroir, il se trouve métamorphosé.

 

 

De la  manière  la  plus habituelle il sortit par une fenêtre qui donnait sur les toits. Son acuité visuelle semblait décuplée ainsi que son agilité et quoique seules quelque pales clarté de la lune éclairaient l es toits, il s'y apercevait avec facilité.  Des puissances obscures semblaient le pousser vers la mer qu’il apercevait  au 1oin au travers de l' entrelacs des cheminées.

 

Arrivant à un à  pic du toit, alors qu'il lui fallait quitter  les sommets pour poursuivre sa route, il commença par une descente vertigineuse et termina par un bond assez prodigieux, lui, oui en d'autres temps souffrait du vertige et pouvait tout juste gripper sur un escabeau. Une fois au sol il buta sur un ivrogne goguenard qui écarquilla les yeux, abasourdi par ce qu'il voyait, ne sachant trop s'il s'agissait d'une vision alcoolique.

 

Il se décida, sans trop savoir pourquoi, à éviter le port craignant qu'il fut peu sûr pour lui alors qu'il en empruntât  les ruelles journellement pour se rendre à son bureau, et qu’il aimait ordinairement à y flâner respirant les odeurs venues de gargotes, écoutant la voix des filles et lorgnant la lourdeur de leurs corsage.

 

Il prit, se glissant avec souplesse dans la semi-pénombre craignant qu'on ne l'épie, le petit chemin qu'on appelait " passage des douaniers", et qui se nommait ainsi parce qu'il avait servir dans les temps éloignés aux rondes des douaniers surveillant l'éventuel accostage de vaisseaux contrebandiers.

 

Arrivé à une petite crique qu'il connaissait bien, il ne fut pas autrement surpris de s'apercevoir qu'une barque silencieuse, à demi-camouflée par les herbages l'attendait.

 

Un homme à bord, la figure à demi-dévorée par un bandeau noir tirait silencieusement sur sa vie1le vieille pipe.

 

"Le Borgne" pensa Julien.

« - C'est le Borgne en effet Commandant" dit celui-ci comme s'il avait entendu ce qu'il se disait dans le subconscient de son chef.

 

"Et rudement content de vous voir. On vous croyait disparu depuis ce temps."

 

Julien sauta légèrement dans l'embarcation qui oscilla sous son pied. Cette instabilité lui fit du bien, comme s'il retrouvait ici son vrai élément.

 

"Votre sabre" dit le Borgne, "et votre pistolet"

Il se tata immédiatement. Il les avait oubliés!

"Sans eux vous êtes comme un curé sans sa soutane"

Et le Borgne tira 1e sabre et le pistolet de dessous une cape qui était posée là. L'éclair du métal brilla soudain en même temps que le mince sourire du Borgne. "Intact et en bon état " dit-il.

-- "Dame, Commandant, c'est du métal. Un coup de chiffon et ça brille"

-- "C'est vrai. Et ça ne plie pas sur les crânes.

Je te retrouve avec plaisir ma vieille épée et mon vieux pistolet".

Il eut presque envie de les embrasser, tandis qu'une joie sauva de l’étreignait.

 

Alors que le Borgne souquait sur l’eau noire où dansaient des paillettes scintillantes, Julien se demandait quel pouvait être son age. Certes sa vigueur physique était intacte, son oeil restant brillait d'une vie ardente, et un sourire ébréché se jouait souvent sur son visage... Mais le gris de ses cheveux semblait avoir été poudré depuis bien longtemps par les mains du temps, et son teint tanné par le sel des mers semblait l'être depuis des siècles...

 

Là-bas, au loin, les feux de la ville oscillaient et s'éloignaient comme un décor de théâtre qu'on retire dans la semi-pénombre.

 

I1 entrait par les portes grandes ouvertes sur un monde où l'intensité de, la vie était mille fois plus grande et où la peau vous moulait le corps comme un costume enfin à votre taille.

 

Soudain, au détour de la nuit, apparût la grande masse silencieuse et noire d'un bateau complètement éteint, dansant doucement au milieu de la pénombre tel un rêve au creux d'un crâne.

 

" Le Téméraire" s'exclama Julien avec un étonnement émerveillé à la fois parce qu'il le reconnaissait et qu'il pouvait lire son nom en lettre d’or à demi effacé, tandis qu'ils approchaient à le toucher, sur la coque.

 

Une échelle de corde pendait au bastingage.

 

" Après vous, Commandant ». Et Julien escalada l'échelle avec une souplesse et une vigueur qui lui ravit l'âme.

 

C'est avec recueillement que Julien posa le pied sur le pont. En jetant un oeil autour de lui, en touchant les cordes et les bois, en respirant la narine dilatée, il éprouva le plaisir qu'on éprouve lorsqu'on retrouve les parfums et les formes d'un corps aimé perdu depuis longtemps.

Le Bosco qui était déjà sur ses traces alluma quelques lampes.

Tout était enfoui sous une épaisse poussière qui semblait s'être accumulée depuis des siècles. Ça et là des hommes d'équipage gris et livides sous les lampes, eux aussi recouverts de poussière paraissaient ainsi depuis des temps immémoriaux. Ils venait d'on ne sait où et quelque désastre inconnu semblait le avoir surpris ici tel qu'ils se trouvait alors. Et c'était comique et grave tout à la fois.

 

Le Bosco examina les hommes d’équipage les uns après les autres d'un air dubitatif en leur collant sa lampe sous le visage. Pas un signe de vie n'apparaissait : ils ne respiraient point et, leurs regards étaient fixes.

 

" Ça ne va pas être facile, Commandant. Ca ne va pas "être facile avec ces gaillards. J'ai peur qu'ils ne soient rouillés.. Depuis c e temps. "

 

Le Bosco esquissa un geste et une mimique empreinte de pessimiste.

 

Ils descendirent avec respect à l'intérieur du bateau, le Bosco précédant avec son fanal le Commandant, comme s'ils visitaient les entrailles de quelque mammouth géant conservé intact par les glaces depuis des siècles.

 

Avec un bruit sec, le Bosco poussa la porte qui accédait au carré des officiers. Quatre officiers semblaient avoir été figés comme des statues tandis qu'ils étaient en train de deviser avec animation. L'un faisait le geste de bourrer sa pipe, le bras de l'autre était bloqué tandis qu'il se versait du vin. La bouteille était à demi inclinée, mais dans le fond du verre  poussiéreux i1 ne restait qu’une trace noirâtre -.Un jeune blondinet à l'uniforme soigné tripotait ses boutons d'uniforme du bout des doigts, tandis que son regard bleu semblait fixer le lointain.

 

" L' élégant, C'est l' élégant" dit Julien avec un sourire amusé ;Julien avec sourire amusé. Toujours soigneusement vêtu, sa devise était de l'or et des femmes." Et ajoutait-il "si nous avons de l'or et pas de femmes nous finirons bien par en trouver."

 

Donc « de l'or » était suffisant.

 

Julien avec la crosse de son pistolet frappa un gong qui se trouvait sur un bahut. A cet instant on pu voir que quelque chose se passait dans les corps, et lentement comme dans un songe la vie fit sa réapparition. Et dans les regards on eût l'impression que défilaient des séries de souvenirs, que la mémoire revenait du passé, comme un nageur remonte de l'eau.

 

Dans le silence sépulcral, on entend le bruit des souffles qui renaissaient, on vit le poitrines regonfler  expirer.

 

Les officiers écarquillèrent les yeux comme au sortir d'un long rêve.

 

" Messieurs" dit Julien comme s'il poursuivait un dialogue amorcé depuis longtemps, nous faisons route vers les Antilles espagnoles et nous tenterons d'alléger au passage sa Majesté le roi d'Espagne d'un galion chargé d'or. Nos bourses sont si vides qu'elles en pleurent de tristesse. Le Dieu des coquins puisse-t-il nous être favorable

Voir les commentaires

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Théâtre. Présent dans les principaux festivals de film fantastique e de science-fiction, salons et conventions.

Pages

Hébergé par Overblog