Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

UNDER THE SHADOW – Babak Anvari, Iran/Jordan/Qatar/UK

UNDER THE SHADOW – Babak Anvari, Iran/Jordan/Qatar/UK

NIFFF 2016

Palmarès

 

Prix H.R. Giger «Narcisse» du meilleur film (Compétition Internationale)       

CHF 10’000.- offerts par la Ville de Neuchâtel

 

UNDER THE SHADOW – Babak Anvari, Iran/Jordan/Qatar/UK

Mention spéciale: THE LURE - Agnieszka Smoczyńska, Poland  

 

Membres du Jury

Anurag Kashyap, Director, IN


Charlie Lyne, Director, UK

Luis Ospina, Director, CO

Joyce A. Nashawati, Director, LB

Consuelo Holtzer, Deputy Director of the Strasbourg European Fantastic Film Fest, USA

 

 

Méliès d’argent du meilleur long métrage européen
   

Nomination

PARENTS – Christian Tafdrup, Denmark  

 

Décerné par le Jury Méliès

Brigitte Häring, Journalist (Schweizer Radio und Fernsehen - SRF), CH

Andrea Quiroz, Producer, MX

Frederik Peeters, Comic book artist, CH

 

Le film est ainsi nominé pour le Méliès d’or, qui sera décerné le 29 octobre au Fantastik Filmfest (Lund, Suède).

 

Prix NIFFF de la critique internationale (Compétition Internationale)


SWISS ARMY MAN – Daniel Scheinert & Dan Kwan, USA

 

Décerné par le Jury NIFFF de la critique internationale

Pierce Conran, Screen Anarchy, CA

Cédric Delelée, Mad Movies, FR

Andrea Monili, Nocturno, IT

Luis Rosales, Scifiworld, SP

Nando Rohner, Deadline, DE

 

 

Prix Imaging The Future du meilleur production design (Compétition Internationale)


CHF 5’000.- offerts par le Centre Suisse d’Electronique et de Microtechnique (CSEM)

 

SWISS ARMY MAN – Daniel Scheinert & Dan Kwan, USA

 

Décerné par le Jury Imaging The Future

Michael Krummenacher, Director, CH

Alexandre Poncet, Director & Journalist, FR

Laura Sanchez Acosta, Producer, AR

 

Prix de la Jeunesse Denis-De-Rougemont (Compétition Internationale)


Une montre Hamilton

 

DETOUR – Christopher Smith, UK, Afrique du Sud

Décerné par le Jury du Lycée Denis-de-Rougemont

Hafsa Ibrahim, Njarasoa Rumpf, Camila Schmalz P., Valentin Straub

 

 

Prix du meilleur film asiatique (Compétition Asiatique)


Honorifique

HONOR THY FATHER – Erik Matti, Philippines

 

Décerné par le public

 

Prix RTS du Public (Compétition Internationale et Compétition Asiatique)

Diffusion

 

SWISS ARMY MAN – Daniel Scheinert & Dan Kwan, USA

Décerné par le public

 

Prix H.R. Giger «Narcisse» du meilleur court métrage suisse    


CHF 10’000.- offerts par la SSA et Suissimage

 

IVAN’S NEED – Veronica Lingg, Manuela Leuenberger & Lukas Suter, Switzerland

 

Décernés par le Jury SSA/Suissimage

Anne Deluz, SSA/SUISSIMAGE Delegate, CH

Carmen Jaquier, Director, CH

Marie Klay, Programmer at Spoutnik, Administrative Director & Programmer at LUFF, CH

 

 

Méliès d’argent du meilleur court métrage européen

Nomination

 

IVAN’S NEED – Veronica Lingg, Manuela Leuenberger & Lukas Suter, Switzerland

 

Décernés par le Jury SSA/Suissimage

Anne Deluz, SSA/SUISSIMAGE Delegate, CH

Carmen Jaquier, Director, CH

Marie Klay, Programmer at Spoutnik, Administrative Director & Programmer at LUFF, CH

 

Le film est ainsi nominé pour le Méliès d’or, qui sera décerné le 29 octobre au Fantastik Filmfest (Lund, Suède).

 

Prix Taurus Studio à l’innovation (compétition de courts métrages suisses)


Bon de CHF 2’000.- de post-production sonore

 

BELLE COMME UN COEUR – Gregory Casares, Switzerland

 

Décerné par le Jury Taurus Studio

Claude Lander, Founder of Taurus Studio, CH

Marie-Thérèse Bonadonna, Cultural Delegate at Club 44, CH


Freddy Landry, Journalist & Producer, CH

 

Voir les commentaires

Nicolas Bara © Dargaud / Cécile Gabriel

Nicolas Bara © Dargaud / Cécile Gabriel

Le Concile des Arbres

Pierre Boisserie  Nicolas Bara

Dargaud

 

On lit d’une traite cet album, un univers très Steampunk.

 

Les deux agents du « Ministère public des Affaires privées », m’ont fait pensé à certains épisodes de « Chapeaux melons  et Bottes de cuir » avec Diana Rigg (Emma Peel) et avec le regretter Patrick Macnee (John Steed).

 

De sombres secrets entourent un étrange hôpital pour enfants  la belle et séduisante Artémis d’Harcourt et Casimir Dupré au passé trouble, vont ce retrouvez seuls pour sauver les enfants.

 

Les sauver de quoi, de qui ? Je vous laisse le découvrir en lisant ce passionnant album. Très bien écrit, avec un découpage dynamique du scénario, et un dessin  correspondant tout à fait à l’histoire et au genre.

 

On aimerait avoir de  nouvelles aventures de ces deux agents, si particuliers et attachants.

 

 

Résumé :

Tous les soirs, sur les coups de minuit, sept enfants pensionnaires d’un hôpital installé au beau milieu d’une sombre forêt se livrent à un curieux rituel. Tels des somnambules, ils grimpent sur le toit de l’établissement, se mettent en cercle et chantent des mélopées dans une langue inconnue. La belle Artémis d’Harcourt et Casimir Dupré, deux agents spécialisés dans les phénomènes paranormaux, sont chargés de mener l’enquête. Sur leur chemin, ils vont croiser des arbres qui, « si majestueux et en même temps si oppressants, semblent doués de vie». Et ils découvriront les terribles secrets de druides, capables de convoquer les dieux et de déclencher des forces obscures incontrôlables…

 

On retrouve dans ce Concile des arbres un soupçon de Sleepy Hollow, le film de Tim Burton, pour l’ambiance gothique aussi envoûtante que terrifiante. On peut aussi ajouter une pincée de X-Files, la

série qui met en scène les agents Fox Mulder et Dana Scully bien décidés à traquer la vérité. Comme eux, Artémis et Casimir ne sont pas du genre à s’en laisser conter ! Et ils n’hésitent pas à aller voir ce qui se cache derrière les apparences trompeuses de la réalité. Le dessin de Nicolas Bara, exprime à merveille le climat fantastique dans lequel évoluent les deux personnages. Son trait tout en souplesse se révèle aussi juste pour camper le décor inquiétant d’une bibliothèque ou d’un hôpital que pour mettre en scène la sourde menace contenue dans des arbres plus vrais que nature. Après avoir fermé Le Concile des arbres, on peut parier qu’une innocente balade en forêt prendra une tout autre dimension…

 

Biographie des auteurs

 

Pierre Boisserie est né en 1964. Il exerce paisiblement le métier de kinésithérapeute jusqu’à ce jour de 1995 où, organisateur du festival de BD de Buc, il fait la connaissance d’Éric Stalner. Ensemble, ils réalisent la série La Croix de Cazenac, puis Boisserie décide de se consacrer entièrement à la bande dessinée. Coscénariste de Voyageur, de Dantès et de La Banque, il a aussi écrit, entre autres, Flor de Luna, Patxi Babel et Attoneen.

 

Nicolas Bara est né en 1978. Il obtient un brevet de technicien dessinateur-maquettiste avant d’entrer à l’école Émile-Cohl, où il s’intéresse, entre autres choses, au dessin animé et à l’illustration. Il revient à la bande dessinée quand un scénariste, qui a remarqué ses dessins affichés sur les murs de l’école, lui propose une collaboration. Il décide alors de présenter ses travaux à divers éditeurs lors du festival d’Angoulême. En 2006, il publie son premier album, Le Chant des Malpas d’après un scénario de Pierre Boisserie. La plupart du temps, il travaille dans l’industrie du jeu vidéo internationale en tant que character designer et concept artist en freelance.

 

Titre : Le Concile des Arbres

Scénario : Pierre Boisserie

Dessin : Nicolas Bara

64 pages

Quadrichromie

Couverture cartonnée

Prix : 14,99 € • 22,50 CHF

DARGAUD

Concile des Arbres Pierre Boisserie  Nicolas Bara
Concile des Arbres Pierre Boisserie  Nicolas Bara
Concile des Arbres Pierre Boisserie  Nicolas Bara

Voir les commentaires

Dead tube 01 YAMAGUCHI Mikoto KITAKAWA Touta

Dead tube 01

YAMAGUCHI Mikoto

KITAKAWA Touta

Delcourt/ TONKAM SEINEN

 

Premier volume, d’une saga nouvelle en France,   à la fois érotique et horrifique, elle ravira les fans de mangas de genre. Un jeu fait rage, l’on doit tuer et filmer pour gagner. Très bien illustré par KITAKAWA Touta, le scénario est également très dense. À déconseiller aux âmes sensibles.

 

Je le déconseille aux moins de 16 ans.

 

ISBN : 978-2-7560-7647-8 Scénariste : YAMAGUCHI Mikoto

Illustrateur : KITAKAWA Touta

Série : DEAD TUBE

Collection : DELCOURT/TONKAM SEINEN

 

Résumé

Prêt à tout pour devenir riche et célèbre ? Deadtube est fait pour vous ! Tuez, filmez et c’est gagné… ou vous mourrez !

Deadtube. Les jeunes gens n’ont plus que ce nom de site de partage de vidéos à la bouche. En fonction du nombre de vues, il peut rendre n’importe qui incroyablement riche. Mais seuls  les vidéos les plus trash, les plus humiliantes ou dangereuses intéressent les gens. Accepter d’y participer, c’est prendre le risque de finir dernier et d’endosser tous les crimes réalisés par les autres prétendants. C’est à ce jeu morbide que vont jouer Mai et Tomohiro…

Voir les commentaires

Published by Stéphane Dubois - - Manga, Delcourt, BD, Bande dessiné, Horreur, Epouvante, Fantastique

Affiche 2016

Affiche 2016

Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg

9ème ÉDITION

LES ÉVÈNEMENTS FORTS DE LA 9ème ÉDITION

 

 

ZOMBIE WALK DE STRASBOURG

 

Samedi 17 septembre à 14h - Place Kléber

 

La plus grande Zombie Walk de France ( + de 5000 personnes ) est de retour avec ses fanfares et ses milliers de morts-vivants envahissant les rues de la capitale alsacienne !

 

Cette année, les zombies auront pour destination la Neustadt en terminant leur déambulation sur la Place de l’Université pour un concert endiablé avec un groupe de la scène locale !

 

 

PROJECTION AUX BAINS MUNICIPAUX DE STRASBOURG  de

LES DENTS DE LA MER !

 

Dimanche 18 septembre à 19h et à 22h15

 

Dans le cadre des Journées européennes du Patrimoine et de la candidature de la Neustadt à l’UNESCO, la Ville de Strasbourg s’associe au festival pour proposer une soirée de cinéma hors du commun.

 

Le dimanche 18 septembre, le film Les Dents de la Mer de Steven Spielberg (1975) sera projeté dans la grande piscine des Bains municipaux. Les spectateurs sont ainsi invités à plonger au cœur du film et à le vivre pleinement depuis des places assises sur le balcon de la piscine et, pour les plus téméraires, directement dans le bassin grâce à l’installation de bouées. Atmosphère réaliste et frissons garantis, cette séance atypique offre une ambiance aquatique en adéquation avec le thème du film dans le cadre historique d’une piscine au décor 1900.

 

PROJECTION PLEIN AIR DE JURASSIC PARK

 

Mardi 20 septembre à 20h00

 

Redécouvrez le plus beau film de dinosaures sur un écran géant au pied de la Cathédrale de Strasbourg. Cette adaptation du roman de Michael Crichton qui revisite avec brio le thème des mondes perdus, fait osciller le spectateur entre frissons et émerveillement tout en distillant une critique acerbe sur les dangers des manipulations génétiques.

 

Et aussi :

 

 

 

GRÜSELNÀCHT AU MUSÉE ALSACIEN

 

Samedi 17 septembre de 20h à minuit

 

Si l’occulte, l’étrange et le gore sont l’apanage du festival, il est plus rare de se faire peur au musée. Pourtant, certaines histoires qui se racontent depuis des siècles en Alsace sont aussi effrayantes que les scénarios des maîtres de l’horreur. Du 14 au 26 septembre, un partenariat entre le festival et le Musée Alsacien redonne vie à cet imaginaire via un parcours inédit au fil des collections, révélé par des visites guidées.

 

Point culminant de ce rendez-vous, la nuit du 17 septembre, le Musée Alsacien embarque les visiteurs les plus téméraires dans une Grüselnàcht. Un parcours horrifique entre les salles, une pièce de théâtre et des surprises qui raviront les amateurs de frissons !

 

 

 

JEUX VIDÉO ET RÉALITÉ VIRTUELLE

 

Du 16 au 25 septembre - Shadok

 

Le festival proposera à nouveau une section dédiée aux jeux vidéo avec la quatrième édition de l’Indie Game Contest, compétition internationale pour les développeurs de jeux vidéo indépendants. Le public pourra venir tester les jeux sélectionnés en avant-première tandis qu’un jury de professionnels devra départager les participants.

 

Un espace dédié au retrogaming composé de bornes d’arcades et de consoles de jeu permettra aussi de re-découvrir les grands classiques.

 

Du côté de la Réalité Virtuelle, après le succès retentissant de la présentation de Catatonic de Guy Shelmerdine l’année passée, le festival continuera d’explorer la richesse des dernières expériences filmiques et vidéoludiques en Réalité Virtuelle.

 

 

 

LE VILLAGE FANTASTIQUE

 

Du 16 au 25 septembre - Place Saint Thomas

 

A l’ombre de l’Eglise St Thomas, les festivaliers pourront à nouveau se retrouver au village pour échanger sur les films, se rassasier, découvrir les stands d’exposants et profiter d’animations musicales et ludiques.

 

communiqué de presse

Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg 9ème ÉDITION

Voir les commentaires

Sangre Arleston – Floch

Sangre Arleston – Floch

T 1/8 : Sangre la Survivante

SOLEIL Editeur

 

Christophe Arleston et Adrien Floch, nous offrent une nouvelle saga prévue en 8 tomes « Sangre », dès la première planche on comprend que cela vas saignée, pas du tout une histoire de fantasy humoristique comme souvent ces auteurs ont la réputation en partie injustifié au vu de leurs bibliographies.

 

Nous sommes dans une histoire de vengeance sombre, cruelle, les assassins des parents de Sangre non qu’as tremblé.

 

Un très bon scénario, de beaux dessins en font ce qui dans les années à venir devrait être une série de référence.

 

Même si la sortie de ce premier volet est prévu pour le mois d’octobre, je vous recommande non seulement ca lecture, mais de déjà réserver auprès de votre libraire habituel dès maintenant, il devrait à mon sens s’arraché à sa sortie.  

 

Article basé sur une version noire et blanc non corrigé.

 

Résumé de l’Album :

Une nouvelle grande série de fantasy (non humoristique) de Christophe Arleston et Adrien Floch.

Sangre, petite fille, voit sa famille massacrée et sa mère enlevée par la compagnie des Sombres Écumeurs. Seule survivante, elle grandit dans une institution où on lui apprend à maîtriser un pouvoir lui permettant de figer le temps quelques secondes, avant de poursuivre son éducation à l’école de la rue. Sangre rêve de retrouver sa mère et de se venger des sept pirates qui ont tué les siens !

 

 

Collection : FANTASTIQUE

Prix : 14,95 euros

Sortie : 19 octobre

 

 

 

Christophe Arleston : bibliographie,, biographie

 Nom : Pelinq

•Prénom :Christophe

•Pseudo :Arleston, Scotch

•Naissance :le 14/08/1963 (FRANCE)

 

 

Sa biographie

Signe aussi sous son nom.

 

 Né le 14 août 1963 Christophe Arleston a été journaliste, rédacteur publicitaire puis auteur dramatique. C’est à la fin des années 80 qu’il se tourne résolument vers le scénario de bandes dessinées. Après des premières armes dans le magazine Circus et l’hebdomadaire Spirou, il crée de nombreuses séries dans des styles très différents : du polar humoristique avec Léo Loden, dessiné par Serge Carrère, de la parodie historique avec Tandori, Fakir du Bengale, dessiné par Curd Ridel, et de l’aventure médiévale fantastique avec Les Maîtres Cartographes, puis Les Feux d’Askell, séries respectivement dessinées par Paul Glaudel et Jean-Louis Mourier. En 1994, il crée Lanfeust de Troy avec Didier Tarquin, série qui mêle aventure-fantasy et humour, et remporte un succès immédiat. Dans la foulée suivent Trolls de Troy avec Jean-Louis Mourier puis Le Chant d’Excalibur avec Éric Hübsch, Les Forêts d’Opale avec Philippe Pellet, Moréa avec Thierry Labrosse. Aujourd’hui la plupart des séries se poursuivent, rejointes par de nouvelles: Les Conquérants de Troy avec Ciro Tota, Élixirs avec Alberto Varanda, Les Naufragés d’Ythaq avec Adrien Floch et SinBad avec Alwett et Alary.En dépit de cet emploi du temps plus que chargé, Arleston travaille sur une nouvelle collection : Les Légendes de Troy dessinées respectivement par Nicolas Keramidas, Olivier Vatine, Éric Hérenguel et Dany. Depuis 1998, Christophe Arleston porte aussi la casquette de rédacteur en chef du Lanfeust Mag. À ce jour, Christophe Arleston est le scénariste de plusieurs séries de bandes dessinées dont la plupart sont de grands succès publics.  Texte © Soleil

 

 

Sa Bibliographie

 

Manie Swing  finie en 1990

 Léo Loden  en cours  de 1992 à 2016

 Maîtres cartographes (Les)  finie de 1992 à 2003

 Feux d'Askell (Les)  abandonnée de 1993 à 1997

 Saga des fils de Thulé (La)  abandonnée en 1993

 Tandori  finie de 1993 à 1995

 Lanfeust de Troy  finie de 1994 à 2012

 Mycroft Inquisitor  finie de 1995 à 1998

 Astérix (Autres)  en cours  en 1996

 Bug hunters  finie en 1996

 Trolls de Troy  en cours  de 1997 à 2016

 Chant d'Excalibur (Le)  finie de 1998 à 2011

 Demain l'an 3000

 One shot en 1999

 (DOC) DBD  finie en 2000

 Forêts d'Opale (Les)  finie de 2000 à 2015

 Gnomes de Troy  en cours  de 2000 à 2015

 Moréa  en cours  de 2000 à 2015

 Lanfeust des Étoiles  finie de 2001 à 2014

 (DOC) Conseils de lecture  en cours  en 2005

 Conquérants de Troy (Les)  en cours  de 2005 à 2014

 Élixirs  en cours  de 2005 à 2013

 Naufragés d'Ythaq (Les)  en cours  de 2005 à 2015

 Astérix (Hors Série)  en cours  en 2007

 Lanfeust Quest  en cours  de 2007 à 2010

 (AUT) Arleston  en cours  de 2008 à 2009

 SinBad  finie de 2008 à 2011

 Sortilèges culinaires  finie en 2008

 Cixi de Troy  finie de 2009 à 2013

 Lanfeust Odyssey  en cours  de 2009 à 2015

 Tykko des sables  finie de 2009 à 2014

 Expédition d'Alunÿs (L')  One shot en 2010

 Guerrières de Troy (Les)  finie de 2010 à 2015

 Lord of Burger  finie de 2010 à 2011

 Nuit Safran  finie de 2010 à 2012

 Heure de la Gargouille (L')  One shot en 2011

 Naufragés d'Ythaq (Les) (France Loisirs)  en cours  de 2011 à 2012

 Voyage aux Ombres  One shot en 2011

 (AUT) Mourier  One shot en 2012

 Léo Loden (Intégrale)  en cours  de 2012 à 2015

 Ekhö monde miroir  en cours  de 2013 à 2016

 Lanfeust et les mondes de Troy - La collection (Hachette)  en cours  de 2013 à 2016

 Filles de Soleil (Les)  en cours  en 2014

 Odyxes  finie de 2014 à 2016

 Ploneïs l'incertain  One shot en 2014

 Excalibur (en allemand)  en cours  en 2011

 Kriegerinnen von Troy (Die)  en cours  en 2011

 Lanfeust de las Estrellas  en cours  en 2015

 Léo Loden (en portugais)  finie

 

 

Floch, Adrien Biographie/ bibliographie

 

•Nom :Floch

•Prénom :Adrien

•Naissance :le 01/01/1977 (France)

 

Sa biographie

 

Né en 1977 à Paris, Adrien Floch ne reste que très peu de temps dans la capitale. A lui les grands espaces verdoyants et humides de la Bretagne qu’il parcourt avec déjà une seule idée en tête : faire de la BD. Il apprend les bases du dessin grâce à un CAP de publicité, mais il reste fidèle à son obsession et participe à tous les concours des Festivals BD. C’est au cours d’un de ces festivals qu’il rencontre Jean-Blaise Dijan qui lui propose les scénarii de "Fatal Jack" aux éditions Soleil. Ainsi débute sa collaboration avec l’éditeur Mourad Boudjella. En octobre 2001, il réalise une nouvelle série : "Slhoka" sur un scénario de Godderidge. En 2002, il travaille cette fois en collaboration avec Guillaume Bianco, Olivier Dutto et Didier Tarquin sur l’album "Les Krashmonsters". Installé à Aix-en-Provence, il se rapproche de Christophe Arleston qui lui propose de dessiner une nouvelle grande série d’aventure : "Les Naufragés d’Ythaq". Texte © Soleil

 

Sa Bibliographie

Fatal Jack  finie de 1997 à 1999

 Slhoka  en cours  de 2001 à 2012

 Atalante - La Légende  en cours  en 2003

 Naufragés d'Ythaq (Les)  en cours  de 2005 à 2015

 Paroles de Poilus  One shot en 2006

 Filles de Soleil (Les)  en cours  de 2008 à 2016

 Pirates des 1001 lunes  en cours  en 2008

 (AUT) Arleston  en cours  en 2009

 (AUT) Floch, Adrien  en cours  en 2009

 Cixi de Troy  finie de 2011 à 2013

 Naufragés d'Ythaq (Les) (France Loisirs)  en cours  de 2011 à 2012

 Lanfeust et les mondes de Troy - La collection (Hachette)  en cours

 

Sangre Arleston – Floch

Voir les commentaires

Jean Cocteau: La belle et la bête (1946), courtesy: DisCina

Jean Cocteau: La belle et la bête (1946), courtesy: DisCina

Exposition

"Monstres, faites-moi peur"

 

La Maison d’Ailleurs aux Rencontres d’Arles avec une exposition inédite : « Monstres, faites-moi peur ! ».

 

Pour sa 47ème édition des Rencontres d’Arles, le festival a invité la Maison d’Ailleurs à exposer – du 4

juillet au 25 septembre 2016 – une série de photographies provenant de ses collections et expressément rassemblées pour l’occasion autour de la figure du monstre. Explorant la diversité de cette thématique, l’exposition « Monstres, faites-moi peur ! » confronte notre regard à l’idée de la norme, aux fondements relationnels qui nous associent ou nous dissocient d’un groupe. Un regard oblique sur les monstres au cinéma.

 

« Monstres, faites-moi peur ! »

Pour cette 47ème édition des Rencontres d’Arles, la Maison d’Ailleurs a parcouru ses collections et choisi d’exposer 150 photographies de monstres – géants, vampires, mort-vivants, extraterrestres, créatures mythologiques, être anormaux et difformes –, créant ainsi l’exposition « Monstres, faites-moi peur ! ». Cette exposition exprime la valeur singulière de l’être différent au travers de l’imagerie issue des mauvais genres fictionnels ; elle confronte notre regard à l’idée de la norme – en proposant une approche qui ne se limite pas à la contemplation de l’anormalité – et invite à parcourir les marges de ce qui tend à nous rendre plus ou moins humain.

 

La sélection des images se concentre autour de deux axes névralgiques qui développent un réseau visuel différent faisant resurgir en fin de compte les idées du monstre. Plus précisément, l’exposition se compose d’une première série de portraits de monstres en plein cadre et d’une deuxième série où le monstre horschamp se construit par son absence même.

 

Les Rencontres d’Arles Avec une programmation composée essentiellement de productions inédites, les Rencontres d’Arles, festival international de photographie, recourent souvent à des collaborations avec des musées et des institutions françaises et étrangères. A travers plus de soixante expositions installées dans divers lieux patrimoniaux exceptionnels de la ville, le festival contribue chaque été – depuis 1970 – à transmettre le patrimoine photographique mondial. Grâce à une programmation composée essentiellement de productions originales, les Rencontres d’Arles sont devenues le festival de référence d’envergure internationale : être au fait de l’usage des nouvelles techniques, proposer à tous les publics une autre conception de l’exposition photographique et un vrai rapport à l’image, telles sont les missions des Rencontres d’Arles.

 

Communiqué de presse du 27 juin 2016

Jack Arnold: Creature from the Black Lagoon (1954), courtesy: Universal International Pictures

Jack Arnold: Creature from the Black Lagoon (1954), courtesy: Universal International Pictures

John Carpenter: Halloween (1978), courtesy: Compass International Pictures

John Carpenter: Halloween (1978), courtesy: Compass International Pictures

Bernard L. Kowalski: SSSSSSS (1973), courtesy: Universal Pictures

Bernard L. Kowalski: SSSSSSS (1973), courtesy: Universal Pictures

Autre festival culturel de l’été

La Maison d’Ailleurs au NIFFF La Maison d’Ailleurs participe également au NIFFF – Neuchâtel International Fantastic Film Festival – dans le cadre du programme du « NIFFF Extended ».

Le New Worlds of Fantasy est un forum littéraire qui explore les arcanes de la fiction fantastique contemporaine et ceci pour la sixième année consécutive.

Le 7 juillet prochain, l’illustrateur, scénariste et dessinateur de bande dessinée suisse Frederik Peeters donnera une conférence modérée par Marc Atallah, directeur de la Maison d’Ailleurs.

Communiqué de presse du 27 juin 2016

Voir les commentaires

ROCK & STONE VOLUME 2/2
ROCK & STONE VOLUME 2/2

ROCK & STONE VOLUME 2/2

PAR

NICOLAS JEAN – YANN VALEANI

Delcourt

Collection Néopolis

 

Viens de paraitre le tome deux de l’excellent diptyque « ROCK & STONE », ceux qui ont lu le tome 1 vont pouvoir enfin en connaitre la fin. Une bonne intrique, des dessins merveilleux, l’on nous livre un album de grande tenue. Malheureusement si vous n’avez pas lu le premier tome même avec le résumé cela risque d’être dommage, donc avant ou en même temps que cet achat, je ne serais que trop vous conseillé l’achat du premier.

 

*****************

 

Sur Caldoria, c’est maintenant avec son père que Stan et son robot entendent mettre fin à la dictature des machines. La conclusion d’un diptyque futuriste porté par un graphisme à couper le souffle. Après avoir découvert que celui qui contrôlait Rocky à distance n’était autre que son père, exilé dans une station spatiale, Stan poursuit son chemin aux commandes de son robot Rocky. Celui-ci pourrait bien aider à mettre un terme au règne des machines sur Caldoria, en permettant de frapper au coeur l’I.A. qui les contrôle. Mais entre suivre aveuglément les ordres de son père et porter secours à ses amis survivants, Stan devra faire des choix difficiles…

 

 

Album cartonné

48 pages

240 x320 mm

EAN : 978-2-7560-5155-0

 

Bibliographie officiel des auteurs.

NICOLAS JEAN

EST NÉ EN 1975 À EVREUX (NORMANDIE).IL RÉSIDE À MARSEILLE.

Il baigne dès son plus jeune âge dans la BD, d’abord les classiques franco-belges (Tintin, Astérix, Gaston

Lagaffe) puis les comics de la revue Strange. Il suit des études littéraires puis d’anglais, pendant lesquelles il découvre la BD britannique, notamment l’hebdo 2000AD. Il vit un temps au Royaume-Uni, où il travaille comme assistant de langues et commence à écrire des scénarios. Gros lecteur de SF et fantasy, mais aussi de littérature générale, il est marqué par des auteurs comme Alain Damasio, Susanna Clarke, Alan Moore, Joann Sfar, Manu Larcenet, Fabien Vehlmann. Il débute comme enseignant, avant d’avoir l’opportunité de traduire des BD de l’anglais vers le français pour la maison d’édition SAF Comics. Il rencontre Yann Valeani au Zarmatelier (Marseille) avec lequel naît l’envie de travailler sur des projets communs. Ils réalisent ensemble des histoires courtes pour 2000AD et Geek Le Mag.

 

  

YANN VALEANI

EST NÉ EN 1974 À MARSEILLE, OÙ IL RÉSIDE

Dès l’enfance, il commence à dessiner et réaliser des BD. Il débute comme graphiste, avant de travailler

dans le dessin animé, qui lui apporte une véritable formation. Il y rencontre plusieurs auteurs avec lesquels il forme le Zarmatelier à Marseille. En 2005, il publie Derm aux Éditions Delcourt. Il rencontre Nicolas Jean au Zarmatelier. Ensemble, ils publient des histoires courtes pour le magazine anglais 2000AD et pour Geek Le Mag. Ses influences sont nombreuses : le dessin animé bien sûr (Disney, Les Maîtres du temps), des auteurs anglais (Alan Moore, Dave Gibbons, Jamie Hewlett), mais aussi Andreas, Winsor McCay, Chris Ware, Myazaki, Otomo.

ROCK & STONE VOLUME 2/2
ROCK & STONE VOLUME 2/2
ROCK & STONE VOLUME 2/2
ROCK & STONE VOLUME 2/2

Voir les commentaires

© Patrick Swirc - Modds

© Patrick Swirc - Modds

Catherine Deneuve

Prix Lumière 2016

 

C’est la comédienne française Catherine Deneuve qui recevra le 8e Prix Lumière. Il lui sera remis lors du festival Lumière qui se tiendra à Lyon et dans sa Métropole du samedi 8 au dimanche 16 octobre 2016. « C’est une déesse du cinéma » dit d’elle Martin Scorsese qui reçut le Prix Lumière en 2015.

 

Décerné par l’Institut Lumière, le Prix Lumière est attribué à Catherine Deneuve pour ce qu’elle est, ce qu’elle fait, ce qu’elle dit, ce qu’elle joue, ce qu’elle chante et ce qu’elle enchante depuis toujours et pour toujours.

 

Catherine Deneuve est née à Paris dans une famille de comédiens : son père Maurice Dorléac est acteur au théâtre et au cinéma, sa mère Renée Simonot fut pensionnaire au Théâtre de l’Odéon, et l’une de ses soeurs, Françoise, sera également comédienne.

 

Elle fait ses premiers pas devant la caméra en 1957 dans Les Collégiennes d’André Hunebelle, et obtient d’autres petits rôles (L’Homme à femmes de Jacques-Gérard Cornu, Les Portes claquent de Michel Fermaud et Jacques Poitrenaud, le segment Sophie réalisé par Marc Allégret dans le film collectif Les Parisiennes).

 

Au début des années 1960, elle rencontre le cinéaste Roger Vadim. Elle joue pour lui, aux côtés d’Annie Girardot, dans Le Vice et la vertu, rôle important dans une décennie qui sera florissante : Catherine Deneuve illumine les films de Jacques Demy (Les Parapluies de Cherbourg qui fait d’elle une star, Les Demoiselles de Rochefort, Peau d’âne) et plonge dans l’univers de Roman Polanski (Répulsion), de Luis Buñuel (Belle de jour, Tristana) ou de François Truffaut (La Sirène du Mississipi).

 

Catherine Deneuve a tourné dans de nombreux films, elle est une actrice exigeante et une star populaire, la muse de grands maîtres et l’accompagnatrice indéfectible des jeunes réalisateurs. Traversant le cinéma français et international avec élégance et intensité, avec une distinction qui n’appartient qu’à elle, dotée de cette voix lointaine si reconnaissable, elle a travaillé avec les grands noms du cinéma français (André Téchiné, Agnès Varda, Jean-Pierre Melville, Alain Corneau, Régis Wargnier, Jean-Paul Rappeneau, Philippe de Broca, Philippe Garrel, Benoît Jacquot), européen (Luis Buñuel, Manoel de Oliveira, Raoul Ruiz, Marco Ferreri, Dino Risi, Mario Monicelli, Lars von Trier), américain (Terence Young, Tony Scott, Robert Aldrich) et désormais avec la nouvelle génération (Gaël Morel, François Ozon, Marjane Satrapi, Christophe Honoré, Arnaud Desplechin, Emmanuelle Bercot).

 

Si sa filmographie est éblouissante, ses rôles le sont tout autant. Femme forte ou fragile, énigmatique ou quotidienne, c’est avec une douce distance qu’elle développe un don d’ubiquité : être partout et se laisser désirer, emprunter les chemins de traverse, ne tourner que ce qu’on désire ardemment. Catherine Deneuve devenue mythe a un sens prodigieux pour choisir des cinéastes avec lesquelles elle veut voyager. « Je ne travaille pas à ma postérité. Je me sens comme une passagère. »

 

Sa carrière a été récompensée par de nombreux prix et si elle est discrète sur son parcours personnel, elle est engagée depuis des années pour le cinéma de patrimoine en tant qu’ambassadrice à la préservation du patrimoine cinématographique pour l’Unesco. Femme engagée, Catherine Deneuve a pris position sur le droit des femmes, l’abolition de la peine de mort et le soutien aux réfugiés. Elle fut également le visage de Marianne en 1985.

 

Ils ont dit d’elle :

 

Arnaud Desplechin : « Elle voulait changer le cinéma et sa douce intransigeance a tout bouleversé. Elle a inventé une façon nouvelle de regarder un film et de l’aimer. »

 

Régis Wargnier : « Son visage est comme un écran qui révèle et qui cache. »

 

Roman Polanski : « Travailler avec elle est comme danser le tango avec une cavalière farouche. »

 

André Téchiné : « J’ai appris à voir le monde à la clarté d’une fin d’après-midi d’été, quand les choses prennent leur vraie valeur. Elle est l’émanation de la lumière du soir, de l’étendue et du silence. »

 

François Truffaut : « D’une apparence romantique et fragile et d’un visage sublime qui suggère une deuxième existence pleine de pensées secrètes, elle crée du rêve et invente du mystère. »

 

 

Le Prix Lumière sera remis à Catherine Deneuve le vendredi 14 octobre au Centre de Congrès de Lyon, en présence du public et de nombreux invités venus du monde entier.

 

Le Prix Lumière a été créé par Thierry Frémaux et Bertrand Tavernier afin de célébrer à Lyon une personnalité du septième art, à l’endroit même où le Cinématographe a été inventé par Louis et Auguste Lumière et où ils ont tourné leur premier film, Sortie d’Usine, en 1895. Parce qu’il faut savoir exprimer notre gratitude envers les artistes qui habitent nos vies, le Prix Lumière est une distinction qui repose sur le temps, la reconnaissance et l’admiration.

 

Les Prix Lumière :

Clint Eastwood Prix Lumière 2009 [vidéo]

Milos Forman Prix Lumière 2010 [vidéo]

Gérard Depardieu Prix Lumière 2011 [vidéo]

Ken Loach Prix Lumière 2012 [vidéo]

Quentin Tarantino Prix Lumière 2013 [vidéo]

Pedro Almodóvar Prix Lumière 2014 [vidéo]

Martin Scorsese Prix Lumière 2015 [vidéo]

 

(Communiqué de Presse-Institut Lumière)

Clip Officiel

Voir les commentaires

Couverture Androïde Résurrection

Couverture Androïde Résurrection

Androïdes Résurrection

Jean-Luc Istin /Jésus Hervas

Soleil Anticipation

 

Soleil Anticipation sort un nouveau concept, avec des histoires complètes, en 4 tomes, par 4 équipes d’auteurs différents, dont le personnage central est le héros. Chaque volume abordera le Science-fiction sous un aspect différent.

 

Androïde Résurrection  a été confié à Jean-Luc Istin  et Jésus Hervas, qui aborde le sujet des trois lois d’Asimov à travers une enquête policière, abordant également le devenir de l’humanité.

 

Le scénario de Jean-Luc Istin est parfois trop limpide, pour une enquête policière avec un léger manque de suspense, quant à la solution de l’enquête.

 

 Les  dessins de Jésus Hervas sont fabuleux comme vous le montrent les vignettes publiées sur le site.

 

Je ne saurais que vous recommandez l’achat de cet album.

 

Les trois autres volumes paraitrons à un rythme de 1 tous les trois mois.

 

 

Androïdes 01 - Résurrection

 ISBN : 978-2-3020-5187-4 Scénariste : ISTIN Jean-Luc

Coloriste : HÉBAN Olivier

Illustrateur : HERVAS Jesus

Série : ANDROIDES

Collection : Anticipation

 

Résumé

Nouvelle série concept, 4 histoires complètes de science-fiction où le personnage central est un Androide.

 

En 2545, l’humanité est frappée de stérilité. Plus personne sur terre n’a engendré d’enfants depuis 500 ans. Si la société Microcorp n’avait pas inventé le mélange « la pilule bleue », la Terre  serait aujourd’hui inhabitée. Grâce au « mélange », la jeunesse éternelle est garantie. Plus de maladies, plus de vieillesse.

C’est dans ce contexte que Liv Anderson, flic au caractère bien trempé, enquête sur le meurtre d’un directeur de musée, retrouvé chez lui criblé de balles.

 

Très vite, ce qui ressemble à une banale affaire semble conduire à une donnée si secrète qu’elle pousse ses gardiens à tuer quiconque s’en approche.

 

Parallèlement, Anna Hopkins, restauratrice d’oeuvres d’art, se sent de plus en plus mal. Elle consulte le Dr Castle et le verdict tombe. Depuis 500 ans, l’humanité est stérile, mais…… Anna est enceinte...

 

 

 

Jean-Luc ISTIN

Biographie

 

Né le 1 août 1970 à Pontivy dans le Morbihan. En 1999 Jean-Luc ISTIN s’implique en tant qu’auteur et directeur de collection chez Nucléa. C’est à cette époque qu’il crée MERLIN dessiné par Eric Lambert et ALEPH  avec DIM-D.

 

Il décide de travailler ensuite pour les éditions Soleil où il reprend la série MERLIN, et écrit alors LE SEIGNEUR D’OMBRE que dessine Dim-D. Jean-Luc Istin dessine également LES BRUMES D’ASCELTIS sur un scénario de Nicolas Jarry.

 

De son intérêt et de son attachement pour la Bretagne, il a l’idée de créer un collectif de contes bretons qu’il baptise LES CONTES DU KORRIGAN. Suite au succès de cette série, Jean-Luc Istin va imaginer une collection Soleil Celtic qu’il propose à Mourad Boudjellal. C’est le début d’une aventure qui regroupe aujourd’hui pas moins de 17 titres.

 

Jean-Luc Istin  est, à ce jour, directeur de cinq collections et scénariste de nombreuses séries : Soleil Celtic (LE SANG DU DRAGON, LES CONTES DE L’ANKOU, LES DRUIDES, LE GRIMOIRE DE FÉÉRIE, MERLIN LA QUÊTE DE L’ÉPÉE), 1800, Anticipation (NIRVANA), Abysses et Soleil Ésotérique (LE CINQUIÈME ÉVANGILE, TEMPLIER). En 2012, il crée avec Nicolas Jarry la série concept ELFES, 5 races, 5 scénaristes, 5 dessinateurs, 1 seul univers.

 

Jesus HERVAS

 Biographie

Né en 1978 à Madrid, Espagne. Il étudie l'Ingénierie forestière, mais passionné de dessin, il travaille en parallèle dans un atelier d'animation. En 2004, il déménage à Barcelone, où il étudie la bande dessinée à l'école d'arts Joso. Il commence par réaliser divers travaux d'illustrations pour la publicité notamment, avant de se lancer en 2008, dans son premier projet de bande dessinée, le tome 3 de la série Atlantide Experiment dans la collection Secrets du Vatican des éditions Soleil. De retour à Madrid, il se lance sur sa nouvelle série Déluge, surETnbsp; le scénario de Nicolas Pona, pour la collection Anticipation (Soleil).

Premieres planches
Premieres planches
Premieres planches
Premieres planches

Premieres planches

Androïdes Résurrection

Voir les commentaires

L'auteur

L'auteur

Entretien :

Samar Hachem,

Les Élus et les Pierres stellaires.

 

 

Stéphane Dubois,

Bonjour Samar Hachem,

Vous avez commencé à écrire à l’âge de 13 ans !, quels sont les auteurs qui on marqués votre enfance ?

 

Samar Hachem,

J’adorais depuis toujours lire des livres, surtout du fantastique et de la science fiction. Je dévorais les Harry Potter, Narnia, Seigneurs des Anneaux… et puis un jour j’ai voulu créer ma propre histoire avec mes propres personnages et mon héroïne Sheila qui a grandit avec moi au fil des tomes. Au début, ce n’était pas prévu que ce soit une saga, et puis en modifiant un peu la trame, j’ai décidé à 13 ans de me lancer dans l’aventure et d’écrire 6 tomes ! Depuis, je participe à de nombreux salons du livres où je rencontre mes lecteurs, c’est eux qui m’encouragent et me poussent à continuer, partager mes rêves et mon histoire avec mon public est ce qui me satisfait dans cette aventure.

 

Stéphane Dubois,

Vous êtes d’origine libanaise, les mondes de l’imaginaire du Moyen-Orient, ont-ils participé à forger le vôtre. De même vous êtes de la génération « Club Dorothée » ?

 

Samar Hachem,

Je ne suis pas du tout de cette génération étant donné que j’ai 22 ans :) 

Ce que j’ai pu tirer du monde du Moyen-Orient, c’est les conflits là bas que j’ai retranscrit dans mes livres, notamment le bien contre le mal avec le bien qui gagne rarement car il est du coté du respect et de l’honnêteté tandis que le mal n’hésite pas a manipuler et tricher. Je critique beaucoup la société à travers SHEILA, l’héroïne, dans mes livres. Elle ne veut pas faire comme tout le monde, aller à l’école, faire des études, avoir un métier, se marier… elle déteste les codes et veut être unique et faire de grandes choses. Et elle va être servie !

 

Stéphane Dubois,

Vous êtes étudiante en école de commerce dans quelles mesures, la littérature à ou pas impacté vos choix professionnels.

 

Samar Hachem,

Je viens de terminer mon master en école de commerce et je souhaite travailler en marketing dans les entreprises de cinéma tels que 20th century Fox ou encore Warner Bros. Je commence mon stage de fin d’études chez 20th century fox dans quelques semaines et j’en suis ravie ! C’est un monde qui me plait beaucoup et où je me suis vraiment épanouie. Mes études m’ont aidé pour le coté communication et promotion. J’ai appris les différents outils de communication et je m’en suis servie lors de mon auto-promotion

 

 

Stéphane Dubois,

Vous publiez aux Éditions Bénévent le premier tome de votre saga, en 2007, beaucoup d’auteurs galère pour publier un premier roman, comment avez-vous trouvé le vôtre ?

 

Samar Hachem,

J’ai envoyé mon manuscrit à plusieurs maisons et ils ont beaucoup apprécié mon jeune âge (13 ans) et ma motivation à écrire cette saga pour ados (écrite par une ado !).

 

Stéphane Dubois,

Votre saga est rééditée aux « Éditions du bout de la Rue », quelles sont les causes de ce changement d’éditeurs

 

Samar Hachem,

Mon éditeur a décidé de changer de voie et a fermé sa maison, au moment où je sortais le quatrième tome. J’ai dû par la suite retrouvé une maison qui croit en moi et ait confiance en moi. J’ai démarché les éditions du bout de la rue lors d’un salon du livre et ils ont accepté de sortir mon tome 5 (qui était attendu par les lecteurs) et ils ont accepté de réédité toute la saga également ! A ma plus grande joie. On a bien évidemment retravaillé les textes, et changé les premières couvertures pour un style plus manga, avec mon illustrateur. On a ressorti le nouveau tome 1 en mars, le tome 2 suit cet été et j’espère que les tomes 3 et 4 seront publiés d’ici la fin de l’année ! C’est beaucoup de travail à coté de mes études/travail en tout cas, mais j’en suis passionnée.

 

Stéphane Dubois,

 

Pourquoi avoir commencer la publication par, Les Élus et les Pierres stellaires « Les sept fils d’apollon, tome 5 » les lecteurs ne risque-t-il pas d’être déconcerté, voir que cela « spolie » l’ensemble de l’œuvre.

 

Samar Hachem,

Non, en fait on a publié le tome 5 spécialement pour les lecteurs qui ont déjà lu les 4 premiers tomes de la saga. En aucun cas un nouveau lecteur achètera le tome 5 sans avoir lu les 4 premiers, il ne comprendrai pas l’histoire de toute façon. Nous sommes entrain de les ressortir actuellement.

 

Stéphane Dubois,

Quand sera publié le dernier tome de Les Élus et les Pierres stellaires ?

 

Samar Hachem,

Je ne l’ai pas encore écrit… Cette année 2016  est focus sur la réédition des tomes 1 à 4 (le tome 5 étant sorti fin de l’année dernière). Une fois que ce gros travail de réédition sera terminé, je m’attaque au tome 6, qui est le dernier et donc le plus difficile ! Il ne faudra pas décevoir les fans… Je pense que ce sera début 2017 que je me lancerai dans l’écriture, avec en parallèle la promotion des 5 premiers.

 

Stéphane Dubois,

Après la publication du dernier tome de : Les Élus et les Pierres stellaires, comptez-vous continuer à écrire, et dans quel genre, reprendrez-vous l’écriture de saga ou irez-vous vers des « one-shot » ?

 

Samar Hachem,

C’est une excellente question, je ne sais pas encore. Lorsque je terminerai la saga, je souhaite déjà en faire un maximum la promotion, la faire connaître, plutôt que de me lancer dans d’autres projets. Je préfère me focaliser là dessus au maximum, et pourquoi pas la traduire en anglais !

 

 

Biographie :

SAMAR HACHEM est une jeune écrivaine âgée de 23 ans. Passionnée de lecture, elle a écrit son premier livre "L'île de Lamero" de sa saga "Les élus et les pierres stellaires" à treize ans. Grande amatrice de romans issus de la littérature fantastique, ses œuvres sont pour elle un moyen de s’évader vers un monde magique et aventureux. Depuis dix ans, elle travaille sur cette saga qui comportera au total six tomes. La publication du tome I, a vu le jour fin 2007. Edition du bout de la rue a repris l'ensemble de la collection et a effectué la publication du tome I, l'île de Lamero. Le tome V de cette saga : Les sept fils d'Apollon a été également publié. Les tomes manquants, II, III, IV et VI suivront bientôt. Après plusieurs passages à de nombreux salons du livre, à la télé et dans la presse, Samar continue de vivre son rêve, avec son personnage principal qui grandit avec elle : Sheila.

 

Bibliographie

Les Élus et les Pierres stellaires. L'Île de Lamero, tome 1

Les Élus et les Pierres stellaires. Le Château embrumé, tome 2

Les Élus et les Pierres stellaires. L'Amulette de Grizmoira, tome 3

Les Élus et les Pierres stellaires. Le Prince d'Italaz et le Coffre sacré, tome 4

Les Élus et les Pierres stellaires. Les sept fils d’apollon, tome 5

 

Publication de la saga aux éditions du bout de la rue

Couverture du tome 1

Couverture du tome 1

Voir les commentaires

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Thêatre..

Pages

Hébergé par Overblog