Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Affiche du Festival

Affiche du Festival

UTOPIALES 2015 NANTES

Le Programme

 

Littérature, BD, Cinéma, Pôle ludique (GN, jeux de rôle…),

Cosplay, Manga-Tan, Conférence, Table ronde…

Vous trouverez ci-dessous, le programme complet des UTOPIALES 2015, comme chaque année nous couvrons cet évènement, le plus important du genre en Europe.

 

Si  vous y participez ou y assistez,

faites-le-nous savoir via l’onglet « Contact ».

Programme des Utopiales 2015

Voir les commentaires

Affiche etr Photo du Film, Photo de Joseph Losey, Photo de la Presentation du film au Festival Lumière 2015
Affiche etr Photo du Film, Photo de Joseph Losey, Photo de la Presentation du film au Festival Lumière 2015
Affiche etr Photo du Film, Photo de Joseph Losey, Photo de la Presentation du film au Festival Lumière 2015
Affiche etr Photo du Film, Photo de Joseph Losey, Photo de la Presentation du film au Festival Lumière 2015

Affiche etr Photo du Film, Photo de Joseph Losey, Photo de la Presentation du film au Festival Lumière 2015

M Joseph Losey

Festival Lumière 2015

 

Clotilde Courau et le producteur du film firent la présentation du film au Festival Lumière, le producteur du film de 1951 est le fils de celui du film de Fritz Lang. Son père avait acheté à la veuve de Fritz Lang les droits du film.

 

Ce film fut contrairement à celui de Fritz Lang tourné en décor naturel dans les rues de Los Angeles.

 

Fidèle à l’original le fait de tournée en décors naturels permis au réalisateur de nous montrer les bas-fonds de la ville américaine.

 

Il reste que je préfère l’atmosphère plus noire et plus glauque du film original, le film de Joseph Losey reste néanmoins un film qu’il faut avoir dans sa collection de DVD.

 

Un autre réalisateur avait été pressenti, mais la banque qui devait financer le projet n’en  voulut pas, car inscrit sur la blackliste des « Activité Anti-Américaine » du triste Sénateur Joseph McCarthy, il en fut retiré après avoir courageusement dénoncé d’autres personnes et ce fut au tour de Joseph Losey d’être accusé.

 

Cette chasse à la sorcière des intellectuelles durant 4 ans fut et reste une tache à jamais déshonorant l’Amérique.

 

Comme toujours je vous gâte, cette fois je vous mets les Bandes annonces des deux films, oui je sais je suis trop bon :)

 

Résumé, fiche technique et biographie (Institut Lumière)

 

M

de Joseph Losey , États-Unis , 1951

 

Un insaisissable tueur en série (David Wayne) kidnappe et tue de façon abjecte des fillettes. Il est activement recherché par la police. Mais le mécontentement des habitants est tel que le gang de la ville, qui craint également que la police ne finisse pas fouiller dans ses affaires, ne tarde pas à s’en mêler. Débute alors une chasse à l’homme haletante.

 

Reprise du film allemand M le maudit de Fritz Lang (1931), l’intrigue est transposée en Californie. Joseph Losey a été contraint par son producteur de respecter le découpage original, ce qui pourrait donner à son film des airs de plagiat. Mais il le qualifiera lui-même de "remake" : « "remake" que j’ai fait non sans réticences car je ne crois pas aux "remakes", mais avec une attitude, face au problème, totalement différente de celle de Lang. » (Positif, n°293/294, juillet-août 1985)

 

Et pour cause : si Losey a conservé le thème original, il a tourné entièrement hors studios, contrairement à Lang, ce qui lui a permis d’inscrire une touche personnelle au film, en dépeignant les bas-fonds de Los Angeles.

 

Son libéralisme est également plus marqué que celui de Lang. Il dresse un constat social dans lequel le meurtrier est en fait une victime. Le film constitue un plaidoyer pour une justice équitable et raisonnable, adaptée aux personnes atteintes de démence. L’interprétation de David Wayne est d’ailleurs admirable, rendant presque le personnage de M sympathique, particulièrement dans la scène du jugement final, filmée en un long plan-séquence apte à donner des frissons. Même le crime le plus inexcusable mérite un jugement adéquat.

 

Losey signe un film dont il dira, humblement, « qu’il offre quelques-unes des meilleures choses [qu'il ait] jamais réalisées et d’extraordinaires interprétations. »

 

 

 

M

États-Unis, 1951, 1h28, noir et blanc, format 1.37

Réalisation : Joseph Losey

Assistant réalisation : Robert Aldrich

Scénario : Leo Katcher, Norman Reilly Raine, Waldo Salt, d’après M le maudit (M) de Fritz Lang (scénario de Fritz Lang et Thea von Harbou)

Photo : Ernest Laszlo

Directeur artistique : Martin Obzina

Musique : Michel Michelet

Montage : Edward Mann

Décors : Ray Robinson

Production : Seymour Nebenzal, Superior Pictures

Interprètes : David Wayne (Martin W. Harrow), Howard Da Silva (Carney), Martin Gabel (Charlie Marshall), Luther Adler (Dan Langley), Steve Brodie (lieutenant Becker)

 

Sortie aux États-Unis : mars 1951

Sortie en France : 8 février 1952  

 

Film restauré et présenté en avant-première de la ressortie en salle par Tamasa. 

Ressortie DVD et Blu Ray par Sidonis

M (1951) Film Noir - Joseph Losey

M le Maudit (1931) // Bande-annonce HD (VO)

Voir les commentaires

Tsubaki Sanjûrô

Tsubaki Sanjûrô

Rétrospective

  Akira Kurosawa

Festival Lumière 2015

 

Akira Kurosawa :

les années Toho

 

Le Festival Lumière 2015, nous offre une rétrospective des années Toho de Akira Kurosawa, un vrai régal pour les fans de ce réalisateur.

Surement le plus connu en occident et l’un des plus prolifiques réalisateurs asiatiques et plus particulièrement japonais.

Personnellement je vais me faire une cure-rosawa , oui je sais mauvais jeux de mots, mais j’ai n’es pas résisté.

 

*******

 

Biographie et présentation des films (Festival Lumire)

Le cinéaste japonais Akira Kurosawa (1910-1998) – qui a fait tourner Scorsese dans son film Rêves – a débuté avec la grande maison de production Toho. Il y a réalisé parmi ses œuvres les plus marquantes, dans des genres très variés (film noir, film de samouraï, film intimiste…) offrant un univers captivant, inspirant de nombreux cinéastes, de Sergio Leone à Martin Scorsese.

 

Tous les films sont restaurés, proposés par Wild Side, dont – immense événement – quatre films inédits.

 

Ressortie en salles en 2016 par Carlotta Films.

 

Le Plus dignement (Ichiban utsukushiku, 1944, 1h27)

Pendant la guerre, de jeunes ouvrières nippones se sacrifient pour accélérer la production de canons… Parmi les premiers longs métrages d’Akira Kurosawa, un film de commande - et de propagande - au souffle patriotique.

La Fourmi ma 14h45 | CNP Bellecour me 16h45

Inédit

 

Qui marche sur la queue du tigre... (Tora no o wo fumu otokotachi, 1945, 59min)

Un seigneur et sa suite, contraints de fuir le pays, se déguisent en moines pour passer la frontière… Une œuvre inspirée avec déjà certains thèmes récurrents du maître, comme  la transgression des règles de la féodalité.

CNP Bellecour me 19h | CNP Bellecour je 17h15

Inédit

 

Je ne regrette rien de ma jeunesse (Waga seishun ni kuinashi, 1946, 1h50)

La fille d’un professeur d’université tombe amoureuse d’un activiste antigouvernemental… Un film politique d’après-guerre, inspiré de faits réels, autour de la jeunesse dans un Japon en voie de démocratisation.

CNP Bellecour ma 14h15 | Cinéma Opéra ve 14h30 | Pathé Bellecour di 17h15

Inédit

 

Un merveilleux dimanche (Subarashiki nichiyôbi, 1947, 1h49)

Un jeune couple erre dans une ville en ruines, rêvant d’un futur hors de portée…Tourné comme un documentaire, ce film déploie une puissante dramaturgie en explorant la réalité violente et les maux du Japon de l’époque.

CNP Bellecour me 15h | La Fourmi je 14h45 | Pathé Cordeliers di 10h30

Inédit

 

L’Ange ivre (Yoidore tenshi, 1948, 1h38)

Naissance d’une amitié teintée de violence entre un gangster malade et un médecin alcoolique… Première collaboration avec Toshirô Mifune, futur acteur fétiche du cinéaste, mêlant réalisme du film noir et symbolisme d’une œuvre personnelle.

Pathé Bellecour ma 22h | Comœdia je 10h30 | Pathé Bellecour ve 19h30 | CNP Bellecour di 16h45

 

Chien enragé (Nora inu, 1949, 2h02)

Un policier, à la recherche de son arme volée, plonge dans les bas-fonds de la ville et les abîmes de l’âme humaine... Un polar haletant, qui questionne les limites entre le bien et le mal dans un Japon ravagé par la guerre.

CNP Bellecour lu 14h30 | CNP Bellecour ma 16h30 | Pathé Cordeliers ve 10h30 | Comœdia sa 16h45

 

Vivre (Ikiru, 1952, 2h23)

Un homme atteint d’une maladie découvre le goût de la vie, au moment où celle-ci lui échappe… Film personnel et ambitieux, sobre et plein de liberté, un des grands succès publics et critiques de Kurosawa.

Cinéma Opéra lu 17h15 | CNP Bellecour ma 19h | CNP Bellecour je 16h15 | Institut Lumière ve 19h

 

Vivre dans la peur (Ikimono no kiroku, 1955, 1h43)

Un industriel, traumatisé par la menace nucléaire, décide de vendre son entreprise pour s’exiler au Brésil… Œuvre engagée aux accents satiriques, évoquant les conséquences sociales des bombes d’Hiroshima et de Nagasaki.

Pathé Bellecour lu 17h | CNP Bellecour ma 22h15 | Cinéma Opéra ve 17h | Pathé Bellecour sa 19h15

 

La Forteresse cachée (Kakushi-toride no san-akunin, 1958, 2h19)

Un général (Toshirô Mifune) escorte une princesse à travers une province ennemie. Ils croisent le chemin de deux paysans querelleurs… Un virage burlesque à partir d’une histoire traditionnelle, qui inspirera George Lucas pour Star Wars.

Pathé Bellecour lu 10h30 | Pathé Bellecour me 14h | Cinéma Bellecombe sa 20h30 | Comœdia di 16h30

 

Les Salauds dorment en paix (Warui yatsu hodo yoku nemuru, 1960, 2h31)

Le scandale s’invite au mariage de la fille d’un magnat de l’immobilier… Film policier et politique, une histoire de vengeance qui attaque le système politique et économique japonais et dénonce la corruption.

CNP Bellecour ma 22h | Institut Lumière me 14h | Pathé Cordeliers je 15h | Cinéma Opéra sa 21h

 

Yojimbo - Le Garde du corps (Yojimbo, 1961, 1h50)

Un ronin, samouraï errant (Toshirô Mifune), vend ses services dans une ville déchirée entre deux bandes rivales… Une grande référence, sombre et moderne, qui inspirera Sergio Leone pour son western Pour une poignée de dollars.

Comœdia me 22h15 | Pathé Bellecour je 10h30 | CNP Bellecour ve 17h15 | UGC Cité Internationale sa 20h30

 

Sanjuro (Tsubaki Sanjûrô, 1962, 1h36)

Le retour du héros de Yojimbo, prenant sous son aile de jeunes samouraïs révoltés par la corruption de leur clan…Kurosawa renouvelle le genre, introduisant une part de comédie dans un film de sabre aux multiples rebondissements.

Comœdia Pathé Bellecour me 19h30 | Caluire sa 20h30 | Pathé Cordeliers di 14h30

 

Entre le ciel et l’enfer (Tengoku to jigoku, 1963, 2h23)

Un riche actionnaire doit choisir entre payer la rançon du fils de son chauffeur et accéder à ses ambitions personnelles… Un dilemme d’une beauté plastique époustouflante, interrogeant la morale et le capitalisme.

Comœdia ma 10h30 | UGC Astoria me 20h30 | CNP Bellecour sa 14h45 | Pathé Bellecour sa 21h45

 

Ran d’Akira Kurosawa (1985, 2h42)

Un ancien seigneur partage son fief entre ses trois fils. La paix sera de courte durée… Magnifique relecture du Roi Lear, la chronique impitoyable d’une quête de pouvoir destructrice. L’un des chefs-d’œuvre de Kurosawa.

Pathé Cordeliers ma 20h | CNP Bellecour me 20h | Villeurbanne je 20h30 | UGC Astoria ve 20h30

 

Voir les commentaires

Lumière ! à l'hôpital
Lumière ! à l'hôpital
Lumière ! à l'hôpital

Lumière ! à l'hôpital 2015

 

Comme chaque année le Festival Lumière s’associe avec les « Toiles Enchantées » pour permettre aux enfants et adolescents hospitalisé de ne pas être exclu da la grande fête du cinéma qu’est le festival.

*******

Les enfants et les adolescents des services de pédiatrie du Groupement Hospitalier Est et de l’Hôpital Femme-Mère-Enfant de Bron ainsi que du Centre Léon Bérard, accompagnés de leurs parents et de leur fratrie, assisteront à la projection de Toy Story de John Lasseter au sein de l'hôpital.

 

Ces projections seront présentées par Karole Rocher et Thomas Ngijol.

 

Cette action se fait en partenariat avec l’association Les Toiles Enchantées présidée par Lambert Wilson

Voir les commentaires

Présences d’Esprit 84

Présences d’Esprit 84

Le zine des mondes de l’imaginaire

Littérature, BD, Cinéma, TV, Jeu, Illustration.

 

Le dernier numéro de ce fanzine, que vous commencez à bien connaitre, viens de paraitre, toujours aussi intéressants, on trouve dans cette dernière livraison :

 

Un reportage photo sur le Festival des Mondes de l’Imaginaire

 

Un dossier passionnant et complet sur les « Utopies Dystopies » de 24 pages.

 

Un compte-rendu du salon de Meyzieu (Rhône) les Oniriques, dont nous ayons parlé sur ce site (avec des entretiens, et un album photo que nous avions publié).

 

Je ne serais donc que trop vous conseillez la lecture.

Voir les commentaires

Published by Stéphane Dubois - - Auteur, AOC, LITTERATURE, Livres, BD, Bande dessiné, Meyzieu, TV, Jeux (Role, Vidéos

LE LABYRINTHE : LA TERRE BRÛLEE
LE LABYRINTHE : LA TERRE BRÛLEE

LE LABYRINTHE :

LA TERRE BRÛLEE

 

 

L’HISTOIRE

Dans ce second volet de la saga épique LE LABYRINTHE,Thomas (Dylan O’Brien) et les autres Blocards vont devoir faire face à leur plus grand défi : rechercher des indices à propos de la mystérieuse et puissante organisation connue sous le nom de WICKED.

Or le monde qu’ils découvrent à l’extérieur du Labyrinthe a été ravagé par l’Apocalypse.

Leur périple les amène à la Terre Brûlée, un paysage de désolation rempli d'obstacles inimaginables.

Plus de gouvernement, plus d'ordre… et des hordes de gens en proie à une folie meurtrière qui errent dans les villes en ruine.Les Blocards vont devoir unir leurs forces avec d'autres combattants pour pouvoir affronter WICKED et tenter de défier son immense pouvoir.

Pour lui, « une question centrale va dominer ce nouvel épisode dans la tête des Blocards :

avons- nous fait le bon choix de nous évader du labyrinthe ? Elle fait écho aux interrogations qui accompagnent l’adolescence, où après avoir passé son enfance à rêver de s’échapper de sa famille pour le confronter au vrai monde, on commence à comprendre que les choses, hors de ce cocon, ne sont pas aussi simples et à perdre du coup pas mal de ses illusions.

Quand le monde extérieur apparaît dans sa réalité complexe, il provoque de la peur et des angoisses.

Et c’est précisément ce que vont ressentir les Blocards ».

Le co-scénariste du LABYRINTHE : LA TERRE BRÛLEE ajoute que « si le mystère avait constitué la colonne vertébrale du premier film à travers la question centrale de savoir qui avait construit ce labyrinthe et pourquoi, le second se vit comme une course- poursuite dans les pas de fugitifs. »

La plupart des comédiens présents dans le premier volet rempilent pour le deuxième. A commencer par la star de la série Teen Wolf, Dylan O’Brien.

« Dans le premier épisode, en devenant un leader, mon personnage, Thomas, passait brutalement de l’enfance à l’âge adulte. », résume le comédien. « Il avait compris qu’il représentait l’espoir aux yeux des Blocards et que son devoir était donc de les sortir de ce labyrinthe. Dans ce deuxième volet, il endosse la responsabilité de ses actes. Car en les conduisant hors du labyrinthe, les Blocards se retrouvent confrontés à un monde bien plus hostile que celui auquel ils s’attendaient. Et comme il avait promis que sortir du labyrinthe était la meilleure option à suivre, il se doit de les protéger dans cet univers aux mains de WICKED encore plus dangereux pour eux.

Son but est de parvenir à rester fort au milieu de tous ces éléments contraires. »

Face aux Blocards, se dresse de nouveaux ennemis dans LE LABYRINTHE : LA TERRE BRÛLEE : les Fondus, des créatures mutantes dangereuses infectées par la Braise. « Les Fondus ne sont pas seulement des monstres, explique Wes Ball. Ce sont des êtres qui, bien qu’effrayants, peuvent aussi susciter une certaine sympathie puisqu’ils ont été de fait privés, par ce virus de la Braise, de la vie qui était la leur. »

Mais les Blocards ont aussi fort à faire avec WICKED. « Wicked constitue une métaphore de toutes les figures ou gouvernements autoritaires qui croient l’individu toujours moins important que la masse », précise Wyck Godfrey.

 

Publié en 2009, LE LABYRINTHE fut le premier tome de L’épreuve, la série littéraire post- apocalyptique de James Dashner, véritable best- seller planétaire, souvent comparé à un croisement entre Le Seigneur des anneaux, Hunger Games et Lost.

Le deuxième volet, La Terre Brûlée, est sorti en 2009, suivi deux ans plus tard du troisième, Le Remède Mortel. Dès le départ, l’auteur de cette trilogie a été impliqué dans l’adaptation sur grand écran de son oeuvre. « On a tout d’abord pris le temps de discuter tous ensemble des changements nécessaires à apporter entre le livre et le film» se souvient James Dashner. « Et j’ai tout de suite été frappé par leur souci de rester fidèle à la colonne vertébrale du récit, aux personnages et à l’esprit de ce monde. » Et pour ce deuxième épisode, l’auteur précise que le but « était de donner aux spectateurs suffisamment de réponses à leurs interrogations pour qu’ils aient envie de plonger dans le troisième volet qui sera celui des révélations et de la résolution de toute cette intrigue ».

Si l’on pouvait résumer LE LABYRINTHE à une tentative d’évasion, LE LABYRINTHE : LA TERRE BRÛLEE se vit comme un voyage. Comme l’explique Wes Ball qui avait fait ses débuts dans le long métrage avec le premier volet et reprend du service avec le deuxième : « Dans ce film, nous apprenons qu’un nouveau monde, attend Thomas et les Blocards. Un univers encore plus angoissant, ravagé tout à la fois par le soleil écrasant et un virus mortel.

Ces jeunes gens doivent parvenir à trouver leur place dans cet univers et comprendre comment apporter des solutions dans ce chaos, alors que leurs différents membres sont toujours partagés entre leur désir de sauver le monde et leur quête de liberté personnelle. »

LE LABYRINTHE : LA TERRE BRÛLEE apporte quelques réponses aux questions posées par le premier volet. on apprend ainsi que la majeure partie de la Terre a été détruite et que c’est WICKED, cette impitoyable organisation scientifique gouvernementale qui a envoyé les Blocards dans le labyrinthe comme un exercice de survie.

Les Blocards vont aussi découvrir que certains d’entre eux sont immunisés contre la Braise qui a décimé la population. Et ceux- ci possèdent des enzymes biologiques qui pourraient aider les autres à résister à cette maladie contagieuse.

« LE LABYRINTHE jouait avec le sentiment de claustrophobie puisque son action se situait dans un univers clos, sans possibilité de voir l’horizon. Et dans ce nouveau volet, on se retrouve dans un monde à ciel ouvert mais où un gigantesque désert de dunes de sables semble avoir englouti la surface de notre planète », explique Wes Ball.

Pour le producteur Wick Godfrey : « Cette histoire débute avec la quête de savoir ce qui s’est passé sur notre planète pour qu’elle se retrouve à ce point ravagée. Les personnages vont trouver quelques réponses à travers ce périple dangereux dans un univers hostile. »

 

FICHE TECHNIQUE

Réalisateur WES BALL

Scénariste T.S. NOWLIN

D’après le roman de JAMES DASHNER

Producteurs ELLEN GOLDSMITH-VEIN, p.g.a.

WYCK GODFREY, p.g.a.

LEE STOLLMAN, p.g.a.

MARTY BOWEN, p.g.a.

JOE HARTWICK, JR., p.g.a.

Producteurs exécutifs WES BALL

T.S. NOWLIN

LINDSAY WILLIAMS

EDWARD GAMARRA

Directeur de la photographie GYULA PADOS

Chef décorateur DANIEL T. DORRANCE

Chef monteur DAN ZIMMERMAN, ACE

Superviseur des effets visuels RICHARD E. HOLLANDER

Chef costumière SANJA MILKOVIĆ HAYS

Compositeur JOHN PAESANO

Distribution des rôles DENISE CHAMIAN, CSA

Administrateur de production JAMES POWERS

1er assistant réalisateur JUSTIN MULLER

2e assistant réalisateur JOHN M. MORSE

Créé en association avec TSG ENTERTAINMENT

Producteur des effets visuels SCOTT PUCKETT

Coordinateur des cascades GEORGE COTTLE

Superviseur artistique ANDREW MAX CAHN

Directeurs artistiques BILLY W. RAY

BJARNE SLETTELAND

Maquettiste concept AMAHL LOVATO

Graphiste JOEL DAVID WALDREP

Illustrateur concept RAJ S. RIHAL

Ensemblière KELLY BERRY

1er assistant caméra ‘A’ DANIEL BOMBELL

Caméra ‘B’ /Steadicam DAVID THOMPSON

1er assistant caméra ‘B’ TREVOR LOOMIS

Cadreur caméra ‘C’ GEORGE STEPHENSON

Technicien imagerie numérique LONNY DANLER

Supervision du script STEVEN R. GEHRKE

Chef opérateur du son PAUL LEDFORD, C.A.S.

Superviseur postproduction DAVID MCKIMMIE

Monteur additionnel DON ZIMMERMAN, ACE

1er assistant monteur P.J. BURCH

Monteur effets visuels ROLF FLEISCHMANN

Superviseurs montage son AI-LING LEE

JOHN A. LARSEN

Mixage RON BARTLETT

D.M. HEMPHILL

Producteur effets visuels STEVE DUBIN

Superviseur de production effets visuels MATTHEW DAVID MAGNOLIA

Coordinateur effets visuels KEITH O’HARA

Chef électricien JAMES R. TYNES

Chef machiniste KURT KORNEMANN

Techniciens Techno Crane EVAN NELSON

TOM SHAUGHNESSY

Technicien Taurus HENRY FLORES

Techniciens Libra JASON HIBARGER

AARON YORK

Technicien Oculus SHAWN FOSSEN

Coordinateur aérien IVOR SHIER

Pilote TED STALLINGS

Directeur de la photo aérienne MICHAEL KELEM

Technicien Spacecam JOSE DELEON

Costumière MARIA BENTFIELD

Chef maquilleuse KAREN McDONALD

Chef coiffeur GEORDIE SHEFFER

Chef département maquillage prosthétique MARK GARBARINO

Maquilleur effets COREY WELK

Régie JONATHAN SLATOR

Chef accessoiriste BRETT ANDREWS

Coordinateur effets spéciaux DAVID F. GREENE

Pyrotechnie DOUG PASSARELLI

Maquillage spéciaux conçus et réalisés chez AMALGAMATED DYNAMICS, INC.

Coordinateur construction BILL HOLMQUIST

Coordinatrice production TAMARA ALLEN

Prestations de postproduction TWENTIETH CENTURY FOX STUDIOS

Séquences rêves, générique de début et de fin conçus et produits par PLUCKY

Effets visuels et animation créés par WETA DIGITAL LIMITED

Superviseur senior effets visuels JOE LETTERI

Superviseur effets visuels R. CHRISTOPHER WHITE

Superviseur animation MICHAEL COZENS

Producteur effets visuels MARTIN WISEMAN

Prévisualisation par THE THIRD FLOOR, INC.

Effets visuels additionnels par ODDBALL ANIMATION

Monteurs musique JEFF CARSON

CHARLES MARTIN INOUYE

Musique orchestrée et dirigée par PETE ANTHONY

Musique enregistrée et mixée par ALAN MEYERSON

Musique enregistrée chez NEWMAN SCORING STAGE

TWENTIETH CENTURY FOX POST PRODUCTION SERVICES

Mixée chez SONIC FUEL STUDIOS

LES CHANSONS

“WALKIN’ AFTER MIDNIGHT”

Paroles et musique d’Alan Block & Don Hecht

Interprétée par Patsy Cline

Avec l’accord de MCA Nashville Sous licence Universal Music Enterprises

“CRASH”

Paroles, musique et interprétation d’Anthony Loomis

“ONE WAY”

Paroles et musique de Daniel Heath et Philip Borhurst

Interprétée par et avec l’accord de Daniel Heath

“AS THE RUSH COMES (GABRIEL & DRESDEN CHILLOUT MIX)”

Paroles et musique de Josh Gabriel, David Dresden et Jes Brieden

Interprétée par Motorcycle

Avec l’accord de EMI Records Ltd.

Sous licence Universal Music Enterprises / Armada Music B.V.

Filmé dans l’État du Nouveau Mexique

© 2015 Twentieth Century Fox Film Corporation et TSG Entertainment Finance LLC.

(Communiqué de presse)

Le Labyrinthe : La Terre Brûlée - Bande annonce [Officielle] VF HD

Voir les commentaires

Published by Stéphane Dubois - - Fantastique, Films, Cinéma, Horreur, science-fiction, SF

Les Intergalactiques Lyon 2015 Tables Rondes
Les Intergalactiques Lyon 2015 Tables Rondes

Les Intergalactiques

Lyon 2015

Tables Rondes 

 

« L’ Homme face au temps de la science-fiction »

 

 

 

 

Pour sa troisième collaboration avec le festival Les Intergalactiques (21-25 octobre), la Bibliothèque municipale de Lyon accueille une table ronde d’auteurs autour de sa thématique 2015 : Tempus fugit.

 

Si la problématique du temps est l’un des sujets de prédilection de la science-fiction, elle semble se résumer pour le grand public aux voyages temporels et à leurs paradoxes.

 

Mais d’autres thèmes émergent avec l’avancée des technologies actuelles qui ouvre notre champ de possibilités et replace l’homme face à de nouvelles questions autant éthiques que philosophiques : tout d’abord celles de notre mémoire, voire d’une possible immortalité de notre conscience transférée dans des objets.

 

Et si l’Homme tentait tout simplement d’arrêter le Temps lui-même ?

 

► Dialogue entre Philippe Curval, Dominique Douay et Patrick Baud. Modération : Jérôme Vincent.

 

BIBLIOTHÈQUE DE LA PART-DIEU

 Vendredi 23 octobre 2015 à 18h30

 30 Boulevard Marius Vivier Merle, 69003 Lyon

www.bm-lyon.fr – Entrée libre.

 

 

 

BIOGRAPHIE DES INTERVENANTS :

 

 

 

PHILIPPE CURVAL :

 

med_150915143015-8ab88Philippe Curval est l’un des piliers de la science-fiction depuis les années 60, un de ceux qui ont indiscutablement contribué à repousser et élargir ses limites, par ses écrits mais aussi par sa volonté de la faire découvrir et essaimer. Ses ouvrages sont traduits en plusieurs langues et publiés notamment aux Etats-Unis, chose rarissime pour un écrivain de science-fiction francophone.

 

Nouvelliste et romancier, journaliste scientifique ou encore photographe et illustrateur à ses heures, il est aussi critique pour le Magazine littéraire depuis 1986, comme il le fut occasionnellement pour l’ancienne mouture de Fiction, et régulièrement dans les années soixante-dix pour Galaxie, la furtive revue Futurs et le quotidien Le Monde.

 

Philippe Curval fut aussi anthologiste, au travers des recueils Futurs au présent en 1978 et Superfuturs en 1986. Il a d’ailleurs obtenu, en 1990, le Prix Spécial du Grand Prix de l’Imaginaire « pour son travail d’anthologiste et de découvreur de talents ». Philippe Curval obtient le prix Jules-Verne pour Le Ressac de l’espace, le Grand Prix de la science-fiction française (GPI) pour l’Homme à rebours, et le prix Apollo pour Cette chère humanité (qui s’intègre au cycle L’Europe après la pluie).

 

 

 

DOMINIQUE DOUAY :

 

med_150915143044-f57fbDominique Douay, l’une des plumes françaises les plus en vue durant les décennies 1970-80, est né à Romans-sur-Isère en 1944. Il suit des études de droit à Lyon puis Paris avant d’entrer en 1970 dans l’administration. Parallèlement, il dirige l’hebdomadaire Drôme-Demain, lié au Parti Socialiste, et commence à écrire de la science-fiction : sa première nouvelle, Les Ides de Mars est publiée dans Fiction en 1973 et sa nouvelle Thomas, remporte le Grand Prix de la science-fiction française (GPI) en 1975.

 

Durant les années soixante-dix, il publie une dizaine de romans et de recueils de nouvelles dans la mouvance de la science-fiction politique de gauche de cette époque. Dans les années quatre vingt-dix il se consacre à l’enseignement et à la formation et ne revient à l’écriture qu’en 2008 avec la nouvelle Chambre d’hôte (publiée par la revue Fiction).

 

Il fait son véritable retour en 2013, en commençant une série de rééditions et d’inédits chez Les Moutons électriques. Comme pour Michel Jeury, une partie importante de son œuvre est marquée par l’influence de Philip K. Dick, à travers les thèmes de la folie, de l’altération de la réalité ou de la manipulation du temps.

 

 

 

AXOLOT :

 

med_150915143158-21e3aPatrick Baud, dit Axolot, est un auteur français né le 30 juin 1979 à Avignon. Fasciné par l’étrangeté du monde, et près avoir animé une émission de radio consacrée à l’étrange (Exocet) à la fin des années 2000, il crée le blog Axolot en 2009, dans lequel il écrit à propos de faits étonnants et de diverses curiosités historiques et scientifiques.

 

En 2012 sort son premier livre, « L’Homme qui sauva le monde et autres sources d’étonnement », dans lequel on retrouve les articles du blog, et des histoires inédites. Un second ouvrage, « 20 inconnus au destin hors du commun dont vous n’avez jamais entendu parler avant », sort aux éditions AAARG! en juin 2014.

 

En juin 2013, Axolot devient également une chaîne de web-documentaires sur YouTube, dont les vidéos ont été vues plus de cinq millions de fois. Une bande dessinée adaptant plusieurs de ces histoires et illustrée par douze auteurs, Axolot, est publiée en octobre 2014 par les éditions Delcourt.

 

 

 

Modération : JÉRÔME VINCENT

 

AVT_Jerome-Vincent_3376Né en 1976 à Paris, Jérôme Vincent est l’un des fondateurs et le dirigeant du site Actusf.com depuis ses débuts en 2000. Entièrement dédié à l’actualité de la science-fiction et de la fantasy, ce site est aujourd’hui une ressource incontournable de l’imaginaire sur le web.

 

Egalement directeur des éditions Actusf (Plus de 70 titres papiers à son catalogue avec des auteurs comme George R.R. Martin, Robert Silverberg, Nancy Kress, Sylvie Lainé, Jean-Marc Ligny et Roland C. Wagner), Jérôme Vincent est aussi animateur de conférences dans différents festivals, juré du prix Imaginales et partie prenante dans une régie publicitaire dédiée à la culture.

 

Avec les éditions Mnémos et les éditions des Moutons électriques, les éditions Actusf font partie du collectif Les Indés de l’imaginaire.

 

Table ronde, suivie d’une rencontre-dédicaces avec la librairie L’Esprit Livre.

Voir les commentaires

Dario Argento Festival Lumiere 2015
Dario Argento Festival Lumiere 2015

Dario Argento

Festival Lumiere 2015

 

Né à Rome en 1940, Dario Argento est le fils du producteur Salvatore Argento. Il commence sa carrière comme critique puis devient scénariste. Il coécrit d’ailleurs le scénario de Il était une fois dans l’Ouest (Sergio Leone, 1968) avec Bernardo Bertolucci. Devenu réalisateur, Dario Argento signe une "trilogie animalière" en enchaînant trois films au succès inespéré : L’Oiseau au plumage de cristal (1970), Le Chat à neuf queues (1971) et Quatre mouches de velours gris (1972). Il a d’emblée trouvé son style : Dario Argento contribue à faire émerger un genre cinématographique, le giallo, avec des films de détective à la violence esthétisante comme Les Frissons de l'angoisse (1975). Il évolue ensuite vers le fantastique et l’horreur, avec au sommet de son art Suspiria (1977), chef-d’œuvre du film d’horreur baroque, genre dont il est l’inventeur. Il passe du giallo (Ténèbres en 1982, Le Sang des innocents en 2001) au fantastique (Phenomena en 1985) avec aisance. Adulé du public et reconnu par ses pairs, Dario Argento collabore avec George A. Romero lorsque ce dernier réalise Zombie (1978) et Deux Yeux maléfiques (1990). Dans les années 1990, il lance sa fille Asia Argento en la faisant jouer dans ses propres films puis l’aide à produire ses films. Conscient de l’originalité de son style et de sa place dans l’histoire du cinéma à suspense, il signe en 2009 un film qu’il intitule naturellement Giallo. 

 

 

 

Dario Argento,présentera  Les Frissons de l'angoisse

le lundi 12 octobre au Cinéma Comœdia à 17h

Présentera  Les Frissons de l'angoisse le mardi 13 octobre au Pathé Bellecour (1ère salle) à 19h45

Présentera  Les Frissons de l'angoisse le mardi 13 octobre au Cinéma Opéra à 20h30

 

 

Biographie sommaire

 

Dario Argento

Réalisateur

Dario Argento est un réalisateur et scénariste italien né le 7 septembre 1940, à Rome. Wikipédia

Naissance : 7 septembre 1940 (75 ans), Rome, Italie

Épouse : Marisa Casale (m. 1968–1972)

Enfants : Asia Argento, Fiore Argento

Livre : Les frissons de l'angoisse: un film de Dario Argento

Frère : Claudio Argento

 

Résumé du film

 

Les Frissons de l'angoisse

Profondo rosso

de Dario Argento , Italie , 1975

 

Lors d’un congrès de parapsychologie, la médium Helga (Macha Méril) sent la présence d’un assassin dans le public. En rentrant chez elle, elle est sauvagement assassinée sous les yeux de son voisin Marcus (David Hemmings). Lui-même victime d’une tentative d’assassinat peu après, il décide de mener l’enquête en compagnie d’une journaliste (Daria Nicolodi), tandis que les meurtres se multiplient.

 

 

Les Frissons de l'angoisse met fin au cycle cinématographique de Dario Argento consacré au giallo, film policier caractérisé par un assassin à l’arme blanche, sadique et insaisissable. En clôturant ce cycle, entamé en 1970 avec L’Oiseau au plumage de cristal (L'uccello dalle piume di cristallo), le réalisateur italien laisse exploser son délire. Il mélange cinéma commercial et références à Hitchcock, horreur et pointes d’humour nerveux, scènes sanglantes et esthétisme raffiné propre à l’art baroque.

 

Voir les commentaires

La Nuit des Séries

La Nuit des Séries

Projections 

 

 

La Nuit des Séries:

Les Intergalactiques vous proposent sa première Nuit des Séries le vendredi 23 octobre de 21h à 6h du matin !

 

Au programme :

 

Une sélection d’épisodes de séries télévisées venues de tous horizons, mais abordant tous à leur manière le temps.

 

Que ce soit au travers de voyages, de boucles ou de paradoxes, vous verrez que les scénaristes ont pu se faire plaisir !

 

Et pour vous assurez une nuit des plus confortable, n’hésitez pas à vous munir de votre plus beau plaid, votre Snuggie le plus saillant, votre coussin le plus fluffy…

 

Pendant la nuit, le bar de la Boulangerie du Prado servira les boissons habituelles (bière, vin, jus) + thé et café.

 

 Enfin, pour les plus vaillants, des viennoiseries seront distribuées vers 5h30.

 

Animée par Cyril-Mickaël Callejon, en partenariat avec Directive Première :

 

Cyril-Mickaël Callejon est chroniqueur a Serial Buster, auteur du livre « Space Opera » et Producteur à Directive Première.

 

Directive Première une agence de production sur Lyon spécialisé dans le web, les web série, les contenus de vulgarisation et de science-fiction.

 

Vendredi 23 octobre 2015 de 21h à 6h du matin

 À la Boulangerie du Prado | 69 rue Sébastien Gryphe, Lyon 7ème

 Entrée libre / adhésion annuelle à l’espace associatif de 2€

La Nuit des Séries

Voir les commentaires

L’Armée des 12 Singes, de Terry Gilliam

L’Armée des 12 Singes,

de Terry Gilliam

Intergalactique

 

 

Le Fossoyeur de Films & le Capitaine du Nexus VI présentent "L'Armée des 12 Singes" de Terry Gilliam.

 

 

Les Intergalactiques de Lyon vous présentent une séance exceptionnelle de « L’Armée des 12 Singes » de Terry Gilliam présentée par Le Fossoyeur de Films & l’équipe de Nexus VI !

 

Nous sommes en l’an 2035. Les quelques milliers d’habitants qui restent sur notre planète sont contraints de vivre sous terre. La surface du globe est devenue inhabitable à la suite d’un virus ayant décimé 99% de la population.

 

Les survivants mettent tous leurs espoirs dans un voyage à travers le temps pour découvrir les causes de la catastrophe et la prévenir. C’est James Cole, hanté depuis des années par une image incompréhensible, qui est désigné pour cette mission.

 

L’ARMEE DES 12 SINGES (Twelve Monkeys)

 De Terry Gilliam (2h07 / 1996 / Etats-Unis / VOSTFR).

 Avec Bruce Willis, Madeleine Stowe, Christopher Plummer.

 

LES INTERVENANTS :

 

► Le Fossoyeur de Films, c’est l’alter-ego bizarroïde de François Theurel, il fait des chroniques diverses et variées sur le cinéma de genre. Armé de sa fidèle pelle, il déterre des sujets à tout va et les traite de manière détaillée et humoristique.

 

► Nexus VI : Embarquez à bord du Nexus VI pour votre chronique spécialisée dans la Science-Fiction sous toutes ses formes (Cinéma, Littérature, Jeux Vidéos, Animés) !

 

 Chaque mois, le Capt’ain et son équipage vous présenteront soit une œuvre à part entière (bonne ou mauvaise) soit un grand thème de la SF.

 

 

 

Samedi 24 octobre 2015 à 21h

 MJC Monplaisir – 25 rue des frères Lumières, Lyon 8ème |Entrée : 5€

 

Places en préventes dès le samedi 24 octobre à 14h au stand accueil du festival

Voir les commentaires

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Thêatre..

Pages

Hébergé par Overblog