Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

NIFFF - COMMUNIQUE DE PRESSE – 13 JUILLET 2013

 

NIFFF 2013 :

Narcisse du meilleur film pour DARK TOUCH

de Marina de Van
et nouveau record d’affluence !


La 13ème édition du Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel (NIFFF) s’est achevée samedi soir avec la cérémonie de remise des prix, suivie de la projection de Byzantium de Neil Jordan (Entretien avec un vampire). Le président du Jury international François Cognard a remis le «Narcisse» du meilleur film à DARK TOUCH de Marina de Van (FR/IR/SE, 2013). Pendant 9 jours, Neuchâtel aura vibré au rythme du fantastique, permettant au festival d’atteindre un nouveau record d’affluence : 31.000 entrées ont en effet été recensées par les organisateurs.

Fidèle à sa tradition, le NIFFF a proposé des regards originaux sur l’histoire et l’actualité du cinéma de genre et réuni à Neuchâtel une palette d’invités prestigieux tels que Larry Cohen, Renny Harlin, Marina de Van, Cliff Martinez, Jeff Grace, Roland Click ou encore Orson Scott Card. Au total, le public aura pu assister à 136 projections, découvrir 97 films (80 longs métrages et 17 courts métrages) produits pas une trentaine de pays différents et aller à la rencontre de plus de 100 invités.

Les organisateurs se montrent satisfaits de ce nouveau record d’affluence qui confirme l’intérêt croissant pour le genre fantastique auprès du public et la place prépondérante qu’occupe désormais le NIFFF dans le panorama des festivals suisses et étrangers. Au-delà des spectateurs qui ont afflué durant plus d’une semaine les 4 salles de projections, le public a largement plébiscité les événements connexes mis sur pied par le festival tels que les conférences, masterclasses, débats ou encore les différentes expositions présentées. Traditionnellement prisés des festivaliers pour leur aspect convivial, les espaces off de la manifestation auront accueilli de nombreux visiteurs venus découvrir les DJ sets et performances concoctés par le NIFFF.

Les quatorze titres de la Compétition Internationale ont attiré de nombreux festivaliers et donné lieu à de multiples échanges grâce aux 12 invités venus défendre leur film. Parmi les autres points forts de cette édition: NIFFF INVASION 2013 et, en particulier, le ciné-concert Nosferatu VS Turzi qui mêlait habilement standard du cinéma muet et musique actuelle; la rétrospective When Music Scores ! qui offrait au public l’occasion de (re)découvrir quelques-uns des plus grands classiques du fantastique et a donné lieu à de passionnantes masterclasses sur la création de musique de films; la rétrospective consacrée à l’auteur américain Larry Cohen, présent toute la semaine pour introduire ses films et répondre aux questions du public ; la forte affluence du forum littéraire New Worlds of Fantasy qui proposait notamment une conférence animée par Orson Scott Card, auteur de Ender’s game; la masterclass très suivie de Scott Ross (fondateur, directeur, président Digital Domain , directeur général ILM , Vice-président Lucas Film) consacrée aux enjeux de ‘industrie des effets visuels organisée dans le cadre du symposium Imaging The Future’.

Enfin, relevons la présence importante d’événements destinés à saluer la création suisse : le bon accueil réservé aux 2 réalisateurs suisses sélectionnés en compétition internationale (Mathieu Seiler avec Der Ausflug et Olivier Beguin avec Chimères) ; le succès remporté par le programme de courts métrages suisses et la rencontre du public avec les 11 invités présents ; la discussion sur l’adaptation littéraire animée par l’auteur Vincent Gessler et les cinéastes Samuel et Frédéric Guillaume qui a permis de mettre en lumière les synergies actuelles entre littérature et cinéma ; la cérémonie de remise des prix du « Call for Projects : Swissgames 2012/2013 » qui a réuni des spécialistes suisses et internationaux du jeu vidéo. 

Bilan du 13e NIFFF

Voir les commentaires

PALMARES NIFFF 2013



JURY INTERNATIONAL
François Cognard – président du jury - producteur, FR
Frederike Dellert - responsable programmation Fantasy Film Fest, DE
Kim Newman - critique et écrivain, UK
Orson Scott Card - écrivain, US
Jean-François Rauger - directeur programmation cinémathèque française, FR


 

Prix H.R. Giger «Narcisse» du meilleur film (comp. intern.)    10'000 CHF

DARK TOUCH de Marina de Van, FR/IR/SE    

 

 
Verdict du jury: «Le JURY INTERNATIONAL a apprécié la combinaison originale entre genre horrifique et conte moral. La réalisatrice a réussi à utiliser le surnaturel pour atteindre une vérité et capter un aspect invisible de la réalité.»


Mention spéciale du JURY INTERNATIONAL   
 


CHIMERES de Olivier Beguin, CH
 

 



JURY MELIES
Pilar Anguita-MacKay, scénariste, CH
Anita Egger - journaliste, CH
Yamine Guettari - journaliste, CH

Méliès d’argent du meilleur long métrage européen     NOMINATION

 


AU NOM DU FILS de Vincent Lannoo, BE/FR
 

 

Le film est ainsi nominé pour le Méliès d’or, qui sera décerné lors de la 46e édition du Festival Internacional de Cinema Fantàstic de Catalunya à Sitges en octobre 2013.




JURY IMAGING THE FUTURE
Scott Ross - Digital Media Executive, US
Laurent Brett - Designer de génériques de films, FR
Pascal Montjovent - Chef opérateur, CH
   

Prix Imaging The Future du meilleur production design (comp. intern.)    5’000 CHF
 


GHOST GRADUATION de Javier Ruiz Caldera, SP
 

 


Mention spéciale du JURY IMAGING THE FUTURE
 


MARS ET AVRIL de Martin Villeneuve, CA
 

 



JURY DU LYCEE DENIS-DE-ROUGEMONT
Emilie Pellissier, Loïc Hobi, Fabrice Graber, Alessio Comi

Prix de la Jeunesse Denis-De-Rougemont (comp. intern.)    UNE MONTRE
 


DARK TOUCH de Marina de Van, FR/IR/SE
 

 



JURY DU LYCEE BLAISE CENDRARS
Cassandra Jennings, Cynthia Bilat, Amanda Jennings

Prix de la Jeunesse Blaise Cendrars (comp. intern.)    HONORIFIQUE

 


THE CRACK de Alfonso Acosta, CO/AR
 

 



JURY MAD
Julien Sévéon - journaliste, Mad Movies, FR
Alexandre Poncet - journaliste, Mad Movies, FR
Miranda Larrosa - lectrice Mad Movies, CH


Prix Mad Movies du film le plus «Mad» (comp. intern. et comp. asiat.)    PROMOTION
 


DARK TOUCH de Marina de Van, FR/IR/SE
 

 


Mention spéciale du JURY MAD
 


EEGA de S.S Rajamouli et J.V.V Sathyanarayana, Inde
 

 



PRIX DECERNES PAR LE PUBLIC :

Prix du meilleur film asiatique (comp. asiat.)    HONORIFIQUE

 


EEGA de S.S Rajamouli et J.V.V Sathyanarayana, Inde
 

 



Prix RTS du Public (comp. intern. et comp. asiat.)    DIFFUSION
 


YOU’RE NEXT de Adam Wingard, USA
 

 



PRIX TITRA FILM (comp. intern. et comp. asiat.)    BON DE 1000 CHF
 


THE DYATLOV PASS INCIDENT de Renny Harlin, USA/RU/UK
 

 



JURY SSA/SUISSIMAGE
Carola Stern - déléguée SSA et Suissimage, CH
John Canciani - directeur artistique Festival de Winterthur, CH
Pierre Monnard - réalisateur, CH


Prix H.R. Giger «Narcisse» du meilleur court métrage suisse

(comp. de courts suisses)    10'000 CHF
 


PALIM PALIM de Marina Klauser et Pia Hellenthal, CH   
 

 


Mention spéciale du JURY SSA/SUISSIMAGE
 


POCKET ROCKET de Walter Feistle


Prix Taurus Studio du meilleur court métrage suisse (comp. de courts suisses)    BON DE 3000 CHF
 


PALIM PALIM de Marina Klauser et Pia Hellenthal, CHk


Prix Taurus Studio à l’innovation (comp. de courts suisses)    BON DE 3000 CHF
 


EFFORT de Eleonora Berra, CH


Méliès d’argent du meilleur court métrage européen (comp. de courts suisses)    NOMINATION
 


ENTRE ANGE ET DEMON de Pascal Forney, CH

 

Le film est ainsi nominé pour le Méliès d’or, qui sera décerné lors de la 46e édition du Festival Internacional de Cinema Fantàstic de Catalunya à Sitges en octobre 2013.

Voir les commentaires

Dark Touch

Compétition internationale

 

 

La réalisatrice française Marina De van, nous offres un film avec un côté fantastique plus évident, plus forte que dans ses précédentes réalisations : « Dans ma peau » et « Ne te retourne pas ».

 Dans « Dark Touch », elle reprend le thème classique dans le fantastique de poltergeist, comme dans de précédents films, le côté fantastique, lui permet de nous montrer le côté obscur de l’âme humaine.

Plus le film avance, plus le coté horrifique se développe, pour franchement devenir un film d’horreur, Marina De Van ne tourne plus autour, mais plonge carrément les mains dans le « cambouis » horrifique.

On reste curieusement attaché à cette petite fille qui veut se venger, et l’on comprend de ce que lui on fait subir des adultes, même quand sa vengeance devient de plus en plus dure, cruelle, voire sadique.

Marina De Van, nous offre l’un des meilleurs de films de la sélection pour la compétition internationale de ce 13e  NIFFF.

 

Résumé :

Seule rescapée du massacre de sa famille, causé par leur maison qui s'est mise à vivre et a lancé son contenu sur ses occupants, Niamh, 11 ans, est recueillie par des amis de ses parents. Mais les évènements étranges ne s'arrêtent pas pour autant.

 

Fiche technique

Réalisateurs : Marina De Van

Acteurs et actrices

 Miss Keating  Rôle : Niamh

Marcella Plunkett : Richard Dormer

Art Parkinson 

Production

Producteur 

Patrick Sobelman : Scénario

Scénariste : Marina De Van 

Equipe technique

Directeur de la photographie : John Conroy 

Monteur : Mike Fromentin 

Compositeur : Christophe Chassol 

Sociétés

Production :Agat Films & Cie

Coproduction : Element Pictures

Pays de production : France

Année de production : 2013

Durée : 90

Version : Anglais

ST : français

Âge minimum : 16

Genre : thriller,supernatural

Le tournage s’est déroulé en Irlande et en Suède et le film est en langue anglaise.

 

 

 Filmographie de Marina de Van

Récompense :

Festival International de Films de Femmes de Créteil (édition n°29) 2007

 Prix du Public - Meilleur court métrage français dans : La Promenade 

 

Réalisation

2012   Dark Touch  Réalisatrice 

 2010   Le Petit Poucet (TV)  Réalisatrice 

 2007   Ne te retourne pas  Réalisatrice 

 2006   La Promenade (moyen-métrage)  Réalisatrice 

 2001   Dans ma peau  Réalisatrice 

1999   Psy show (court-métrage)  Réalisatrice 

1998   Alias (court-métrage)  Réalisatrice 

1997   Rétention (court-métrage)  Réalisatrice 

1996   Bien sous tous rapports (court-métrage)  Réalisatrice 

1995   Luce Ternier (court-métrage)  Réalisatrice 

 Actrice

2006   Je pense à vous Rôle : Anne 

2006   La Clef  Rôle : Sophie 

2001   Dans ma peau  Rôle : Esther 

1998   Sitcom  Rôle : Sophie 

1998   Un Peu de temps réel (court-métrage)  - 

1997   Regarde la mer (moyen-métrage)  Rôle : Tatiana   

1997   Rétention (court-métrage)  - 

1996   Bien sous tous rapports (court-métrage)  La fille 

 

Scénario

2012   Dark Touch  Scénariste 

 2010   Le Petit Poucet (TV) : Scénariste 

2007   Ne te retourne pas : Auteur 

2007   Ne te retourne pas : Dialoguiste 

2007   Ne te retourne pas : Scénariste 

2006   Je pense à vous : Adaptatrice

2006   Je pense à vous : Dialoguiste 

2006   Je pense à vous : Scénariste 

2001   8 femmes : Scénariste 

2001   Dans ma peau : Scénariste 

2000   Sous le sable : Scénariste 

1999   Psy show (court-métrage) : Scénariste 

1998   Alias (court-métrage) : Scénariste 

1998   Les amants criminels : Scénariste 

1997   Rétention (court-métrage)  Scénariste 

1996   Bien sous tous rapports (court-métrage) : Scénariste 

 

Equipe Technique

1997   Rétention (court-métrage)  Monteuse 

 

Dark Touch

Dark Touch

Voir les commentaires

We Are What We Are

Compétition Internationale

 

(NIFFF 2013)

 

Ce film à eu 3 nominations à la Quinzaine des Réalisateurs 2013 (édition n° 45) : Prix SACD   Jim Mickle, Art Cinema Award Jim Mickle, Label Europa Cinéma.

Précédemment Jim Mickle avec réalisé et scénarisé : Mulberry Street  en 2006 et Stake Land en 2010.

Il est le remake de : «  Ne nous jugez pas » (Somos Lo Que Hay) de 2010  de Jorge Michel Grau, qui réalisait son premier long-métrage avec dans les rôles principaux Francisco Barreiro, Alan Chávez qui a obtenu le grand prix au Fantastic'Arts — Festival du Film Fantastique de Gérardmer 2011 (édition n° 18)

Jim Mickle reprend, l’histoire de base en la situant dans un autre lieu, une autre époque, avec d’autres personnages et d’autres circonstances, il en demeurera pas moins dérangeant pour beaucoup. Apres la réalisation

Ils sont cannibales par la volonté de Dieu ! Mais après tout (cette fois c’est moi qui vais choquer) les pratiques de l’eucharistie dans les Églises d’Orient et d’Occident : « Bois ceci est mon sang, mange ceci est mon corps », n’est rien d’autre qu’une forme de cannibalisme mystique.

« L’eucharistie culmine avec la communion, c’est-à-dire le partage des éléments eucharistiques — le pain et le vin — qui sont, pour les Chrétiens, le corps et le sang du Christ, offert en sacrifice sur la croix et ressuscité. Les catholiques décrivent en outre l’Eucharistie comme une véritable actualisation, non sanglante, de l’unique sacrifice du Christ en vue du Salut, par le ministère du prêtre, configuré au Christ (alter Christus). Les protestants s’y refusent, considérant que cela diminue la dignité du sacrifice de la Croix ». : Wikipédia)

Le comportement du père très mystique pratiquant et une forme extrême de cette communion, avec un dieu, que cette famille au court des décennies s’est construits, avec leur propre « bible ».

Très bien interpréter et mise en scène, on peut quand même regretter entre la sortie du film original et le remake une aussi courte période (2 ans), le premier avait fait scandale a sa sortie au Festival de Cannes en 2011, je doute que ce second « Opus » fasse le même effet.

 

 

Résumé :

Les Parker sont connus dans le village pour leur grande discrétion. Derrière les portes closes de leur maison, le patriarche, Franck, dirige sa famille avec rigueur et fermeté. Après le décès brutal de leur mère, Iris et Rose, les deux adolescentes Parker, vont devoir s'occuper de leur jeune frère Rory. Elles se retrouvent avec de nouvelles responsabilités et n'ont d'autre choix que de s'y soumettre, sous l'autorité écrasante de leur père, déterminé à perpétuer une coutume ancestrale à tout prix. Une tempête torrentielle s'abat sur la région, les fleuves débordent. Les autorités locales commencent à découvrir des indices qui les rapprochent du terrible secret des Parker…

 

Fiche technique et casting

Réalisateurs :Jim Mickle

 Acteurs et actrices

 

Rôles principaux

Kelly McGillis  Rôle : Marge

Ambyr Childers  Rôle : Iris Parker

Odeya Rush  Rôle : Alyce Parker

Michael Parks (II)  Rôle : Doc Barrow

Wyatt Russell  Rôle : Agent de police Anders

Julia Garner  Rôle : Rose Parker

Bill Sage  Rôle : Frank Parker

Nick Damici  Rôle : Shérif Meeks

 

Autres rôles 

Mathias Parker : Joel Nagle 

Emilie :  Vonia Arslanian 

Arlene Stratton : Annemarie Lawless 

Monsieur Kimble : Nat DeWolf 

La mère d'Alyce   Reagan Leonard 

 

Production

Producteur   Rodrigo Bellott 

Producteur exécutif   Brett Fitzgerald

Coproducteur : Nicholas Kaiser 

Producteur exécutif : Emilie Georges 

Producteur : Andrew Corkin 

Producteur : Nicholas Shumaker 

Producteur exécutif : Tanja Meissner 

Producteur exécutif : Linda Moran 

Producteur  Jack Turner 

 Producteur exécutif : Mo Noorali 

Producteur exécutif : Jacob Pechenik 

 

Scénario

Scénariste : Nick Damici 

Scénariste : Jim Mickle 

 

Equipe technique

Coordinatrice de production : Cynthia Chou 

Effets spéciaux : Pete Gerner 

Coordinateur des cascades : Anthony Vincent 

Assistant monteur : Aaron Crozier 

Scripte : Zorinah Juan 

 Assistant de production : Stephan Prevost 

Compositeur : Phil Mossman 

 Directeur de la photographie : Ryan Samul 

Directeur du casting : Sig De Miguel 

 Chef décorateur : Russell Barnes 

 Directeur artistique : Ada Smith 

 1er assistant réalisateur : Joseph Ciccarella 

Réalisateur de 2nd équipe : Eric Stanze 

Chef accessoiriste : Jessie Katz 

Monteur son : Linzy Elliot 

 Chef monteur : Jim Mickle 

Monteur son : Jerrell Suelto 

Directeur du casting : Stephen Vincent 

 Assistant de production : Brandon Regina 

 

Sociétés

Distributeur France :Wild Side Films / Le Pacte

 Production :Memento Films International

  Production :Uncorked Productions 

Pays de production : USA

Année de production : 2013

Durée : 100

Version : english

ST : français

Âge minimum : 16

Genre : horreur, drame

We Are What We Are Compétition Internationale (NIFFF 2013)

Voir les commentaires

Blind Détective

Johnny TO

New Cinéma from of Asia au festival du NIFFF 2013

 

Blind Détective avait été présenté en Séance de Minuit, Hors Compétition, au Festival de Cannes 2013, le NIFFF le présente, cette fois encore toujours Hors Compétition, dans la catégorie New Cinéma from of ASIA, il s’agit d’une comédie typique dans ce que produit le cinéma hongkongais.

Johnny To n’est pas un inconnu pour les spectateurs français ayant réalisé en 2009, « VENGEANCE / Revenge », avec dans le rôle principal un autre Johnny : Johnny Halliday, nous sommes dans un autre registre avec « Blind Détective », un registre bien plus léger de cette comédie policière, faisant parfois place à de « l’eau de rose » diront certains, mais Johnny To, joue totalement le jeu des règles des comédies policières chinoises et surprendre par certains côté d’un point de vue occidentae, on peut être un peu en retrait.

C’est film que l’on aura plaisir à voir en famille le classement (-16) peu juste ce justifier pour la toute dernière partie du film, et si l’enfant est seul, comme souvent cela change tout quand le film est vu par des adultes en même temps.

 

Résumé :

Un détective aveugle et une jeune inspectrice s’allient contre le crime. Un thriller explosif signé par le maître absolu du genre.

 

Acteurs et actrices

 

Andy Lau Rôle : Chong See Tun

Sammi Cheng Rôle : Ho Ka Tung

Production

Producteur : Johnnie To

Producteur exécutif : Peter Lam

Producteur exécutif : Song Dai .

Producteur : Wai Ka-Fai

Producteur exécutif : Albert Yeung

Scénario

Scénariste : Wai Ka-Fai

Pays de production : Hong-Kong

Année de production : 2013

Durée : 127

Version : Cantonais, Mandarin

ST : français

Âge minimum : 16

Genre : comédie, action

Sociétés

Production : Emperor Motion Pictures

Production : Media Asia Films Ltd.

Production : Milky Way Image Company

Production : Sil-Metropole Organisation

 

Filmographie et Récompenses de Johnny TO :

Récompenses :

Festival international du Film Policier de Beaune (édition n°5) 2013

Mention spéciale de la critique dans : Drug War

Grand Prix dans : Drug War

Hong Kong Film Awards

2000 : Hong Kong Film Award du meilleur réalisateur pour The Mission

2004 : Hong Kong Film Award du meilleur film pour Running on Karma et Hong Kong Film Award du meilleur réalisateur pour PTU

2006 : Hong Kong Film Award du meilleur film

et Hong Kong Film Award du meilleur réalisateur pour Election

 

Hong Kong Film Critics Society Award

2000 : meilleur film et meilleur réalisateur pour The Mission

2004 : meilleur réalisateur pour PTU

2006 : meilleur film et meilleur réalisateur pour Election

2007 : meilleur film pour Election 2 et meilleur réalisateur pour Exilé

 

Golden Bauhinia Awards

2000 : meilleur film et meilleur réalisateur pour The Mission

2004 : meilleur film et meilleur réalisateur pour PTU

2006 : meilleur film pour Election

2007 : meilleur film et meilleur réalisateur pour Exilé

 

Filmographie :

1980 : The Enigmatic Case (Bi shui han shan duo ming jin)

1986 : Happy Ghost 3 (Kai xin gui zhuang gui)

1987 : Seven Years Itch (Qi nian zhi yang)

1988 : The Big Heat (Cheng shi te jing)

1988 : The Eighth Happiness (Ba xing bao xi)

1989 : All About Ah-Long (You jian A Lang)

1989 : The Fun, the Luck, and the Tycoon (Ji xing gong zhao)

1989 : Iron Butterfly, Part 2: See No Daylight

1990 : The Story of My Son (Ai de shi jie)

1991 : The Royal Scoundrel (Sha Tan-Zi yu Zhou Shih-Nai)

1992 : Lucky Encounter (Ti dao bao)

1992 : Justice, My Foot (Sam sei goon)

1993 : Casino Raiders 2 (Zhi zun wu shang zhi yong ba tian xia)

1993 : The Heroic Trio (Dung fong saam hap)

1993 : Executioners (Xian dai hao xia zhuan)

1993 : The Bare-Footed Kid (Chik geuk siu ji)

1993 : Mad Monk (Chai gong)

1995 : Loving You (Wu wei shen tan)

1996 : A Moment of Romance 3 (Tian ruo you qing III feng huo jia ren)

1997 : Lifeline (Shi wan huo ji)

1998 : A Hero Never Dies (Chan sam ying hung)

1999 : Where a Good Man Goes (Joi gin a long)

1999 : Running Out of Time (Aau chin)

1999 : The Mission (Cheong feng)

2000 : Help !!! (Lat sau wui cheun)

2000 : Needing You... (Goo laam gwa lui)

2001 : Wu Yen

2001 : Love On a Diet (Shôshen nan'nu)

2001 : Fulltime Killer (Chuen jik sat sau)

2001 : Running Out of Time 2 (Aau chin 2)

2002 : Fat Choi Spirit (Lik goo lik goo san nin choi)

2002 : My Left Eye Sees Ghosts (Ngo joh aan gin diy gwai)

2003 : Love for All Seasons (Baak nin hiu gap)

2003 : PTU

2003 : Turn Left, Turn Right (Heung joh chow heung yau chow)

2003 : Running on Karma (Daai chek liu)

2004 : Breaking News (Dai si gein)

2004 : Judo (Yau doh lung fu bong)

2004 : Yesterday Once More (Lung fung dau)

2005 : Election (Hak seh wui)

2006 : Election 2 (Hak se wui yi wo wai kwai)

2006 : Exilé (Fong juk)

2007 : Triangle (Tie saam gok) coréalisateur avec Tsui Hark et Ringo Lam

2007 : Mad Detective (Saan Tam)

2008 : Sparrow (Wen Que)

2008 : Linger (Hu Die Fei)

2009 : Vengeance (Fu Chou)

2011 : Punished

2011 : La Vie sans principe (Duó Mìng Jīn)

2011 : Don't Go Breaking My Heart (Dān Shēn Nán Nǚ)

2012 : Motorway

2012 : High Altitude of Love II (Gao hai ba zhi lian II)

2012 : Drug War (Du zhan)

2013 : Blind Detective (Man Tam)

Blind Détective Johnny TO ( NIFFF 2013 )
Blind Détective Johnny TO ( NIFFF 2013 )

Voir les commentaires

Communiqué de presse commun du Festival international du Film Fantastique de Neuchâtel (NIFFF), de la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia et de la FONDATION SUISA.

Neuchâtel, le 10 juillet 2013

 

« Call for Projects: Swiss Games 2012/2013 » : le palmarès !

Le Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel, la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia et la FONDATION SUISA sont heureux d’annoncer le palmarès du « Call for Projects: Swiss Games 2012/2013 ». A l’issue de la cérémonie officielle qui s’est déroulée hier soir a eu lieu, devant un public nombreux, la remise des prix en présence des différents jurys, des représentants des institutions organisatrices et des développeurs des sept jeux lauréats. La soirée s’est poursuivie par le vernissage de l’exposition consacrée aux jeux sélectionnés que le public a dès lors pu découvrir et tester.

 

 

Palmarès

Le jury international disposait d’un crédit-cadre de CHF 150’000, chaque projet pouvant se voir attribuer au maximum 50’000 CHF.

 

Composition du jury international :

 

MALTE BEHRMANN, ALLEMAGNE, PRÉSIDENT DU JURY ,

Secrétaire général de l’Association Européenne des Développeurs de Jeux vidéo (EGDF), avocat et enseignant

 

C FROM SUPERBROTHERS, CANADA ,

fondateur de Superbrothers HQ

 

DEBORA FERRARI, ITALIE

  commissaire d’exposition, critique d’art et créatrice de la Game Art Gallery

 

MARC BODMER, SUISSE,

juriste et journaliste spécialiste des médias numériques

 

LYN M, SUISSE,

interprète, auteure et co-compositrice du groupe Aloan

 

Parmi les 43 projets au concours, les cinq membres du jury international ont fixé leur choix sur sept projets (4 d’origine suisse-alémanique et 3 romands) auxquels ils ont accordé les soutiens suivants :

 

 

ANTYZ (iPhone/Android/iPad) , DNA Studios   

Soutenu par un gameplay amusant et rapide, le message que transmettent l‘intrigue et le scénario d’ANTYZ retient ’attention, grâce notamment aux références aux études biologiques et paléontologiques durant la transformation d’’invisible stromatolite en insecte.

 

 

DONT KILL HER (Mac/PC, browser game) , Jérémy « Wuthrer » Cuany

 

DON’T KILL HER est simple et intimiste, enfantin tout en saluant l’Art Brut de Dubuffet, graphique mais tendant vers la peinture. Son style artistique nous ramène au cœur des meilleures traditions du design suisse et d’Europe centrale, sans perdre des yeux les autres formes d’art. Outre le style visuel cohérent et l’humeur musicale, on ne peut rester insensibles à son approche délicate et expressive.

 

DREI (iPad/desktop browser) – Etter Studio    

 

En plus d’un concept ludique à l’attrait universel et d’une présentation sophistiquée mais accessible, DREI offre une expérience collective dynamique. Aussi essentiel que le rationalisme abstrait, aussi absolu que le minimalisme, l’art de DREI nous mène vers le meilleur de l’abstraction géométrique en y insérant des citations issues de cultures diverses.

 

 

JOURNEY OF A ROACH (Mac/PC), Koboldgames GmbH

Dans la lignée du graphisme et de l’animation contemporains, l’art de JOURNEY OF A ROACH nous ramène aux œuvres de Henry J. Darger et associe les visions d’un Odilon Redon aux observations scientifiques des entomologistes. La possibilité de grimper aux murs et aux plafonds donne une tournure inattendue à l’aventure, le tout s’appuyant sur une présentation élégante et un game design solide.

 

 

MIRAGE (Mac/PC/iPad) – Mario von Rickenbach, Andi Bissig  

Mélange exquis de surréalisme et de mondes imaginaires, de Goya à Max Ernst, MIRAGE est un jeu extrêmement artistique qui cite de plus avec élégance des films tels que A Clockwork Orange ou Blow-Up. Il ouvre la voie à une nouvelle ère de game design, influencé par le cinéma et l’art.

 

NED& TED (Mac/PC) , Simon Kovatsch, Marc Gruber 

NED& TED offre une plongée dans un style visuel à la fois fou et attrayant, une mécanique bien huilée et un gameplay au rythme accrocheur. Grâce à une implémentation réussie du mode de jeu coopératif, deux personnages peuvent être maniés en simultané. Entre cubisme, dadaïsme et culture pop, NED& TED intègre également un rappel aux duos burlesques caractéristiques du cinéma muet du siècle dernier.

 

 

UNMEM (iPad/iPhone), CAUSE (Karian Foehr) 

Nous dépendons, aujourd’hui plus que jamais, de signes et de mot d’idiomes, transforme les signes en art et mène à une expérience surprenante. Ses références aux travaux de Nam June Paik, à certains aspects de l’Optical Art suisse et allemand, au minimalisme et au spazialismo font aussi d’UNMEM un fin témoignage.

 

////////

 

La FONDATION SUISA mettait en outre à disposition 15’000 CHF pour un prix destiné à la meilleure composition sonore originale.

 

 

Composition du jury de la FONDATION SUISA :

LYN M — interprète, auteure et co-compositrice/Aloan

ALAIN MONOD — musicien/Young Gods, Al Comet

MARCEL VAID — compositeur cinéma et théâtre

CHRISTOPHE CALPINI — compositeur, arrangeur et mixeur/Stade, Mobile in Motion

URS SCHNELL — directeur de la FONDATION SUISA

Parmi les sept projets retenus par le jury international, le jury de la FONDATION SUISA a choisi de remettre le prix de la meilleure composition sonore originale à :

 

UNMEM (iPad/iPhone) , Compositeur : Elliot Vaucher

La démarche artistique a particulièrement touché les membres du jury. La recherche de sons actuels et originaux donnent au jeu une personnalité forte et clairement définie mettant en valeur l’identité graphique si particulière d’UNMEM. La musique révèle une vraie volonté de recherche, d’innovation et complète parfaitement ce projet dont la cohérence a été pensée dans son entier. Au-delà du divertissement, l’univers sonore d’UNMEM vous emmène dans les recoins les plus abstraits de votre esprit.

 

Enfin, la société Miniclip SA a remis le Prix Miniclip Swiss Games, permettant ainsi au jeu primé de bénéficier d’une diffusion internationale sur la plateforme de la compagnie.

Composition du jury de la société Miniclip SA :

 

ALEX WILLIAMS —  Global Head of Games

CHRISTOPHER BERGSTRESSER — EVP & Commercial Director

RICARDO VLADIMIRO — Executive Producer, Mobile group

SAAD CHOUDR — VP Business Affairs

 

Parmi les sept projets retenus par le jury international, le jury de la société Miniclip SA a choisi de remettre le prix Miniclip Swiss Games à :

 

DREI (iPad/desktop browser), Etter Studio 

Le jury salue dans le jeu DREI un design épuré très typique du game design suisse ainsi que la qualité de l’implémentation du mode multi-joueurs qui correspond particulièrement à la philosophie de Miniclip.

 

Bilan des organisateurs

Les organisateurs se montrent extrêmement satisfaits de la tenue de ce second appel à projets qui fait montre non seulement d’un saut qualitatif par rapport à la première édition, mais aussi du professionnalisme toujours plus grand des différentes équipes de développeurs. Les lauréats ont jusqu’à juillet 2014 pour finaliser leur projet de jeux. Les organisateurs sont particulièrement heureux que le Call for Projects puisse servir de tremplin en vue d’une distribution internationale et de futures sélections dans des conventions. Cela démontre que la réputation du jeu vidéo suisse a désormais largement dépassé les frontières.

 

Le Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel (NIFFF) est fier d’avoir été mandaté pour organiser ce second appel à projets qui correspond tant aux activités développées depuis plusieurs années déjà dans le cadre du symposium Imaging The Future qu’à la programmation du festival.

 

La Fondation pour la culture Pro Helvetia poursuit quant à elle son engagement pour le jeu vidéo qu’elle considère comme un moteur de la création digitale, au croisement entre technologie, innovation et culture. Pro Helvetia annonce d’ailleurs la mise sur pied d’un nouveau concours qui se déroulera à Zurich en 2014.

 

La FONDATION SUISA est heureuse de pouvoir, grâce à son engagement dans les deux premières éditions du Call for Projects, réunir musiciens et producteurs de jeux vidéo afin de créer des synergies qui puissent révéler la qualité de la créativité suisse. La FONDATION SUISA entend également par-là rendre les différents partenaires et le public attentifs à la nécessité de préserver et respecter les droits d’auteurs et la propriété intellectuelle.

« Call for Projects: Swiss Games 2012/2013 » : le palmarès !

Voir les commentaires

Au Nom du Fils

de Vincent Lannoo

 

Ultra Movies

 

NIFFF 2013

 

 

Vous cherchez le film le plus déjanté du NIFFF 2013, ne cherchez plus, comme souvent pour ne pas dire toujours, il nous vient de Belgique.

 

Vincent Lannoo, nous reviens après « Vampires » dont nous avions parlé à l’époque (voir ci-dessous) on retrouve au côté de  Philippe Nahon et Jacky Nercessian , Astrid  Whettnall qui y  interprète une mère de famille et animatrice  d’une émission catholique sur une radio sur la radio de l’évêché , plus que un peu « blonde » confronté à la dure réalité de la pédophilie des prêtes, elle vas ce révéler, et vas leurs faire passez le gout du pain béni.

 

Tout est la bien en place, pour autour d’une comédie surréaliste comme le cinéma belge c’est si bien le faire, avec des moments de grandes émotions, de rires, l’utilisation de cet humour belge si particulier leurs permets dans le cinéma, et particulièrement le cinéma de genre, de dénoncer les pires atrocités.

 

Dans le cas présent, c’est le long, très long silence de la hiérarchie catholique aussi bien en Europe que dans le reste  du monde, sur les prêtres pédophiles, la protection aussi bien active que passive des évêques, déplaçant de diocèses en diocèse les prêtres concerné, qui est dénoncer dans ce film.

 

C’est parait-il fini …

 

En bref, un  film avec une bonne mise en scène et  de très bons acteurs et peu de moyens.

   

 

Résumé :

"Au Nom du Fils" -

Quand une femme de foi, animatrice d'une tribune sur une station de radio catholique, dévouée à sa famille et a la souffrance du monde, est confrontée à la pédophilie des prêtres et au suicide de son fils, la croyance fait place à la rage et à la violence quand le silence de l'église crée le chaos et la désespérance de ses brebis.

 

 

Casting et équipe technique

Réalisateur

Vincent Lannoo

 

Scénario

Vincent Lannoo

Albert Charles

   Philippe Falardeau

 

Actrice et acteurs :

Astrid Whettnall : La Mère

Philippe Nahon : Prêtre et Parrain  de la Mère

Achille Ridolfi : Le Prêtre Achille

Jacky Nercessian : L’Evêque

 

Pays de production : Belgique

Année de production : 2012

Durée : 80

Version : français

ST : Anglais

Âge minimum : 16

Genre : comédie, surréaliste

 

Filmographie de Vincent Lannoo

2012 :  Six pieds sur terre 

 2011 :   Little Glory 

2010 :  Vampires  (voir lien ci-dessous)

2005 :  Ordinary man 

 2001 : Strass 

  1997 : J'adore le cinéma (court-métrage) 

Affiche du Film

Affiche du Film

Voir les commentaires

Entretien : Oliver Beguin / Jasna Kohoutova 

 

 « Chimères »

 

Compétition internationale

Première mondiale

 

 

Bonjour Jasna et Olivier,

 

Nous sortons de la projection de « Chimères », tu as réalisé par mal de courts-métrages (Dead Bônes 2006 Naufrage [court-métrage]     , dont certains primés [« Employer du mois »   NIFFF 2011 PRIX TAURUS], Bloody Week End 2012 : PRIX DU MEILLEUR SCÉNARIO et PRIX DU PUBLIC), comment c’est présenter l’occasion de passer à ton premier long métrage ?

 

 Olivier Beguin ,

Effectivement après cinq courts-métrages, il y avait l’envie de faire un long métrage, on a réussi à réunir un peu d’argent, un petit budget, et nous nous sommes lancé, il suffit de ce dire « OK on y va, on prend le pari on tente », on trouve des collaborateurs formidables qui sont bons et d’accord pour ne pas être bien payé, et on s’embarque dans cette aventure.

 

Tu revisites le thème de « Dracula » et plus globalement des vampires, d’une manière contemporaine

 

 Olivier Beguin:

Au départ c’est vraiment de parler d’Alex et de Livia par le biais d’un potentiel vampirique, mais le centre c’est vraiment de parler de ce couple et plus précisément de l’histoire de cette fille, via ce qui arrive à son compagnon.

 

Alors justement avons avec nous Jasna Kohoutova qui est la principale actrice du film, et donc la femme de ce malheureux vampire, tu fais le rôle de Livia, il y a beaucoup de scène de combats cela n’a pas été trop dur ?  

 

 

Jasna Kohoutova   :

Si cela a été dur, mais j’étais très très bien entrainée, j’ai eu un coach personnel pour la boxe, et l’aide des cascadeurs, comme Olivier la dis, tout le film est un défi, pour moi c’était aussi un défi personnel par rapport aux scènes de combat.

 

Cela n’est pas ton premier film de genre ?

 

Non j’avais déjà tournée dans « Naufrage » avec Olivier, qui était un film de zombies, et dans d’autres courts-métrages fantastiques.

 

C’est aussi une belle histoire d’amour?  

 

  Jasna Kohoutova :

C’est pour moi tout d’abord une belle histoire d’amour, voir jusqu’où on peut allez, s’aimer dans un couple, de quelles manières essayez à tout prix de garder quelques choses de l’amour, même si cela part complètement en vrilles à un moment donner.

 

Le film est-il programmé dans d’autres festivals ?

 

Olivier Beguin ,

Non, pour l’instant il n’y a rien de précis, nous sommes en train de décider avec quel agent de vente on va travailler, et étant donné que nous avons fait la première mondiale au NIFFF, nous regardons pour savoir ou faire la première internationale.

 

Ou c’est dérouler le tournage ?

Le début qui se déroule en Roumanie y a été tourné sur place, sauf la chambre d’hôtel qui est juste à côté (l’entretien ce déroule à « temple du bas » NDLR), l’appartement était un loft ici à Neuchâtel, presque tous les autres extérieurs ont été tournés à Bruxelles.

 

Quels sont tes projets de films ?

Olivier Beguin ,

Dans la tête, il y a deux — trois scénarios, j’aimerais faire le long métrage de : « Dead Bône » qui était un court-métrage western-cannibale que j’ai réalisé en court-métrage.  

 

Tu reprendrais les scènes du court-métrage ou tu refais tout ?

Olivier Beguin ,

Non je ferais un autre film, je ne « compléterais » pas le court-métrage. Mais dans le même univers avec des personnages en commun, mais avec une autre histoire. Mais je ne sais pas quand étant donné qu’un western couterait cher.

Entretien : Oliver Beguin / Jasna Kohoutova   « Chimères »
Entretien : Oliver Beguin / Jasna Kohoutova   « Chimères »

Voir les commentaires

Haunter Vincenzo Natali ( NIFFF 2013)

compétition internationale

premiere européenne

 

Le film reprend le thème classique dans le fantastique de la maison hantée, tout en sachant éviter les stéréotypes du genre. Alliant « Poltergeist » et voyage dans le temps, Vincenzo Natali (Cube,  I.G.H,  Nothing ,Cypher), l’un de ces acteur fétiche du réalisateur  est David Hewlett qui as interpréter à plusieurs reprises des rôles importants dans ces films.

 

Abigail Breslin, déjà nominé de six fois comme meilleur actrice, pour son jeune âge (17ans) elle maitrise parfaitement son rôle et nous offre une excellente prestation. Elle donne au rôle de Lisa, ce qui faut de sensibilité dramatique, sans exagération aucune.

 

 David Hewlett (Stargate SG‑1 1997 – 2007, Stargate Atlantis 2004 – 2009  ,  La Planète des singes : Les Origines 2011, Cube 1997)  et Stephen McHattie   ( The Secret 2012,Watchmen : Les Gardiens (2009), Pontypool (2008),Shoot 'Em Up : Que la partie commence (2007), 300 (2006), tous les deux des acteurs que j’apprécie beaucoup offre aux spectateurs de très bonnes prestations, et particulièrement Stephen McHattie   dont le rôle est plus étoffé et offre plus de possibilité de jeu d’acteurs.

 

A signalé également le bon travail de Jon Joffin à la photographie.

 

 

Vous l’avez compris je vous le recommande

 

Résumé :

Lisa, une jeune fille, est décédée dans des circonstances inhabituelles aux côtés de sa famille en 1986, après qu'ils furent tous piégés dans leur propre maison. Devenu un esprit, Lisa va alors tenter de protéger une jeune fille qui vient habiter dans cette même bâtisse et qui risque de subir le même sort.

 

Casting:

 

Réalisation : Vincenzo Natali

Scénario : Matthew Brian King

 

Acteurs et actrice :

 

Abigail Breslin : Lisa

Michelle Nolden : Carol

David Hewlett : le père d'Olivia

Peter Outerbridge : Bruce

Samantha Weinstein : Frances Nichols

Sarah Manninen : la mère d'Olivia

Eleanor Zichy : Olivia

Stephen McHattie  Rôle : l’Homme à la peau pale

 

Fiche technique :

 

Direction artistique : Peter Cosco

Décors : Ian Hall

Costumes : Patrick Antosh

Montage : Michael Doherty

Photographie : Jon Joffin

Production : Steven Hoban et Mark Smith

Sociétés de production : Copperheart Entertainment

Sociétés de distribution : Canada Entertainment One

Pays d’origine : Canada

Langue : Anglais

Durée : 90 minutes

Format : Couleurs - 35 mm - 1.85:1 - Son Dolby numérique

Genre : Film d'horreur

Dates de sortie 2013

Abigail Breslin

Abigail Breslin

Voir les commentaires

THE CRACK -  (NIFFF 2013)

Titre original: El Resquicio

Compétition internationale

Je ne suis pas sûr que ce film du colombien Alflonso Acosta dont c’est la première réalisation, entre dans le cadre de film fantastique, même avec ces précédentes 6 nominations au dernier Festival de Gérardme.

C’est bien plus un psycho-drame que un film d’horreur ou un thriller.

Cela désarçonne les habitués des films présenté dans des festivals comme le NIFFF 2013, l’action lente (volontairement) doit avoir une grille de lecture à mon avis différente.

On ne fait pas « son deuil » d’une sœur ou d’une fille disparut dans les circonstances de l’action de ce film, et c’est bien la toute la problématique, surtout comme présentement quand elle arrive dans une famille déjà fortement diviser, et diviser dans le silence le non-dit.

 

Ce n’est pas la mort de Marcela le problème, mais les relations entre les membres de la famille : entre frères, entre sœur, entre tante et neveux, un jour ou l’autre tout aurait exploser en vol, il fallait juste le bon moment, ou pour dire plus vrais il fallait le pire des moments celui qui fait toujours éclater les vieilles rancœurs la période de noël bien loin du pseudo « esprits de noël » du Santa Klaus a la bouteille de soda .

En résumé je le conseil plus aux personnes s’intéressant on est bien d’accord c’est souvent le cas de films d’horreur ou de fantastique)  a des œuvres sur les relations humaines (et à l’étude psychologique que aux amateurs de films fantastique ou de film gore, même si certaines scènes sont de « type » gore.

 

*****

 

Résumé :

Suite à la disparition de Marcela se retire dans l’espoir de faire le deuil. Le huis clos mettra chacun à nu et provoquera une furieuse tempête émotionnelle. Ravages assurés.

Fiche technique et casting :

Année de production : 2012

Durée : 101 minutes

Version : Espagnol

ST : English, français

Âge minimum : 16

Genre : horreur, thriller

Réalisateur : Alfonso Acosta

Scénario : Alfonso Acosta

Actrices et Acteurs :

Diego Pelaez  Rôle : Juan

Alan Daicz,

 Billy Heins,

 Fiona Horsey,

 Maruia Shelton,

Santiago Heins,

Victoria Gaitán

Production

Coproducteur 

Hernan Musaluppi 

Coproducteur 

Natacha Cervi 

Equipe technique

Compositeur: Camilo Sanabria

 Directeur De La Photographie: Gustavo Biazzi

 Monteur: Esteban Muñoz, Alfonso Acosta

THE CRACK Titre original: El Resquicio

THE CRACK Titre original: El Resquicio

Voir les commentaires

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Thêatre..

Pages

Hébergé par Overblog