Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

 

Jim Maitre 1/7

 

 

 

 

Bonjour Jim,

Tu fais avec ValR la série  1/7, 2/7… qui désire rester discret ?

Oui il veut rester anonyme, il est docteur en neurosciences, et commence a été connu et ne veut pas être dérangé. Il le fait par passion, par amitié pour moi, car c’est un ami.

 

Pourquoi as-tu intitulé ta série 1/7 2/7… ?

Tout d’abord je veux que le public sache quand il achète un album de BD à quoi il s’engage, je n’aime pas les séries qui rallongent volontairement pour faire durer et faire de l’argent.

 

On avait le scénario complet dès le départ pour, cela il nous semblait intéressant de dire au public : « on sait comment on commence et comment on fini », et d’autre part on n’a jamais été foutu de trouver un titre a cette série, on a donc conservé le nom du projet de travail.

Deux sont déjà paru, le troisième devrait paraitre en octobre 2012.

 

Si je me suis lancé dans l’auto-édition c’est pour aller au bout des albums et des séries que j’engage.

 

Quel est le thème de cette série de BD ?

L’Humanité a du s’exiler sur et autour de la Lune, pour des raisons qui commencent a être de plus en plus remise en cause. Une rencontre, du moins ce que les gens pensent être une rencontre extra-terrestre, des vieilles croyances par rapport à notre passé, notre futur. Toute la problématique de l’émergence de la vie dans l’Univers, de quelles formes de vie, si on était confronté à ces forces-là, cela donnerait quoi ? C’est la problématique de la série.

 

Tu es coscénariste et dessinateur de cette série d’albums de BD.

Oui, je suis coscénariste, et je fais tout le reste : dessins, story-board, encrage et édition de l’album.

 

Au départ ValR a créé ce projet pour un jeu vidéo, dont la boite à coulé en cours de développement du projet. C’est a ce moment la que je l’ai rencontré et que j’ai eu l’idée d’en faire une série de bandes dessinées.

 

Pas que des albums de BD, mais aussi des DVD, tu peux nous en dire plus à ce sujet ?

Il s’agit d’une version numérique des albums, je voulais en fait que les  gens puissent  avoir une version numérique et un objet physique, j’ai toujours un peu de mal avec le téléchargement, acheter du vent, j’aime que les gens repartent avec quelque chose, s’ils plantent  leurs PC, ils pourront le réinstaller, les versions numériques comprennent la BD, en deux format JPEG et PDF, qui peuvent être lus sur tout les supports informatiques, et en cadeau bonus : tout les story-boards, les maquettes de travail des albums.

 

Cela permet de lire tranquillement au travail, en étant plus discret qu’une BD J

 

Comment êtes-vous diffusés ?

Aucune diffusion en librairie, uniquement sur stand dans les festivals, et pour le suivi c’est sur site Internet (voir ci-dessous) ,les gens peuvent commander directement sur le site, et les gens les reçoivent par voie postale.

 

C’est un projet de longue haleine.

Oui cela représente 7 ans de travail, le numéro trois paraitra vers le mois d’octobre 2012, entre le 3 et 4, je vais peut être faire une excursion dans le monde de l’Eroic-Fantasy, avec un personnage féminin ( voir ci-dessous), et je reviendrai a la série 7/7.

 

Souvent dans la BD, la problématique des séries est de les finir, beaucoup démarre mais ne finissement jamais, c’est du a la mentalité des éditeurs.

 

Tu fais aussi des albums pédagogiques, tu peux nous en parler ?

J’ais fait deux petits manuels : « réalisé   sa BD étape par étapes » et « les techniques du dessin » , cela vient que avant de publier des albums de BD en autoédité, j’était professeur de dessin dans une association, et régulièrement des Fanzines avec des jeunes, des ados, des adultes, me demandaient « comment tu fais ca », avec quel crayon, comment marche la BD…cela m’a donné envie de répondre de manière imagée en utilisant mes premiers travaux de bande dessiné pour illustré justement comment ce réalise les étapes d’une BD, comment on scénarise, comment on travail avec un scénariste, le type de matériel utilisé, les diverses gammes de prix pour s’équiper…

 

On en voit beaucoup sur le marché, quel est la particularité de tes ouvrages pédagogiques ?

 Par rapport a ces ouvrages que je vois souvent en Festivals, je préfère aborder la base mécanique du corps humain, je préfère me focalisé sur la justesse du dessin que sur le beau, l’esthétique, le coté fait du comix, du manga, qui m’importe peut, faire l’habillage sans apprendre ce qu’il y a dessous, je préfère que les gens connaissent les techniques, les connaissances sous-jacentes à l’anatomie humaine. Une fois qu’ils auront acquis ces connaissances, ils pourront faire ce qu’ils veulent comme style.

 

Merci de nous avoir accordé cet entretien à l’ occasion du Festival de la BD de Lyon 2012.

 

                         Site de Jim-Maitre : www.jim-maitre.com

 jim maitre bd

Laissez des commentaires

Pensez à vous inscrire aux newsletters

 

Voir les commentaires

Published by Michel Dubat - - BD Manga (sauf Festival d'Angouleme)

 

FANZINE AOC 24

 

aoc 24

 

 

Le Fanzine AOC 24 du Club Présences d’Esprits publie 4 Nouvelles :

 

 

 

L’Etrange Monsieur Ming

de Marthe Machorowski 

 (Illustration : Franck Ols)

        

Jade et le G

d’Aurélie Wellenstein

(Illustrations Tony Szabo)

 

La Mère, les Brutes et le Stagiaire

de Marie-Anne Cleden

(Illustration Jubo)

 

Seul de Cyril Legrais

(illustration Marc Pageau)

 

Couverture 

Tony Szabo.

 

Voir les commentaires

Published by Michel Dubat - - Fanzines-Revues

 

 septieme sceau

 

Max von Sydow

 

Max von Sydow, participera au 4e Festival Lumière qui ce dérouleras à Lyon (France) du 5/11 octobre 2012.

 

Il a tourné dans de nombreux genres différents, avec de grands metteurs en scène.

 

Nous mettons juste ci-dessous les films les plus représentatifs des films de genre auquel il a participé.

 

Nous espérons à l’occasion de sa venue a Lyon au Festival Lumière 2012, pour le rencontrer et vous en rend compte.

 

Nous vous tiendrons informer des éventuelles nouveautés du festival concernant le SF/FANTASTIQUE, dès que nous les aurons.

 

En attendant on ne serait trop vous conseiller si un de ces films passe en salle prêt de chez vous, ou si vous avez l’occasion d’avoir un DVD, de revoir les films auxquels il a participé.

 

*****

Filmographie sélective

1956 :

Le Septième Sceau (Det sjunde inseglet), d'Ingmar Bergman

1973 :

L'Exorciste (The Exorcist), de William Friedkin

1977 :

L'Exorciste 2 : l'hérétique (Exorcist II : the Heretic), de John Boorman

1980 :

Flash Gordon, de Mike Hodges

1982 :

Conan le Barbare (Conan the Barbarian), de John Milius

1984 :

Les Guerriers des étoiles (The Ice Pirates), de Stewart Raffill

1993 :

Le Bazaar de l'épouvante (Needful Things), de Fraser C. Heston

2004 :

L'Anneau sacré (Ring of the Nibelungs), d'Uli Edel (Série TV)

 

 

Voir les commentaires

Published by Michel Dubat - - Festival LUMIERE LYON

nifff 2012

 

NIFFF 2012 : ET VOILA LE PROGRAMME!

 

Après avoir inauguré avec succès en 2011 une nouvelle salle, 2 jours de projections supplémentaires ainsi que les sections Films of the Third Kind et Ultra Movies, le NIFFF reconduit ce format en 2012. Se positionnant plus que jamais comme une manifestation d’envergure internationale, le festival propose au public un panorama éclectique du fantastique d’hier et d’aujourd’hui, mais aussi une exploration de ses affinités avec d’autres genres et disciplines. Pour célébrer le meilleur du fantastique, rendez-vous à Neuchâtel entre le 6 et le 14 juillet !

 

Le NIFFF en quelques chiffres

Avec un budget total de 1'450'000 CHF, le NIFFF 2012 c’est 9 jours de projections, 7 salles et une capacité simultanée de 1750 places. Les 135 projections publiques présenteront 89 longs métrages et 21 courts métrages produits par 31 pays différents.

 

Jury international

Mené par l’Américain Jeff Lieberman, réalisateur, auteur et producteur auquel le NIFFF consacre un hommage, le jury de la Compétition Internationale accueille cette année : l’actrice allemande Jennifer Ulrich (The Wave, We are the Night), le scénariste, producteur et critique britannique David Pirie (The Woman in White, Murderland) et Lars Diurlin, directeur du Festival International du Film Fantastique de Lund (Suède).

 

Compétition Internationale

En 13 titres, la Compétition Internationale offre un panorama de la production fantastique indépendante actuelle. Première bonne surprise de la sélection, la présence de deux réalisatrices à découvrir absolument: Shalini Usha Nair qui livre avec Akam un thriller hallucinatoire sur l’Inde contemporaine et la Lituanienne Kristina Buozyté qui offre avec Vanishing Waves un film à la croisée de l’anticipation scientifique et de la romance érotique.

 

Le cinéma horrifique version US est porté cette année par trois oeuvres emblématiques du renouveau du genre: Maniac, remake puissant de l’oeuvre culte de Bill Lustig (NIFFF 2011) signé Franck Khalfoun et produit par le duo français Alexandre

Aja et Gregory Levasseur; Excision de Richard Bates Jr., un opus aux visuels puissants et au casting prestigieux (John Waters, Traci Lords, Ray Wise) et Resolution de Justin Benson & Aaron Moorhead, un film-découverte qui défie toute classification !

 

Le genre horrifique est également représenté au niveau européen par Harold’s going Stiff (Keith Wright, UK) qui relate l’incroyable résistance d’un vieil homme à une pandémie, When the lights went out (UK), dans lequel Pat Holden met en scène une fillette possédée par un esprit et The Path, thriller horrifique hivernal signé par l’Espagnol Miguel Ángel Toledo.

 

Les amateurs de comédie et de créatures étranges ne manqueront pas les monstres marins carnivores (et allergiques à l’alcool !) de Grabbers, réalisé par le Britannique Jon Wright, la satire tordante et carnassière du monde de l’art Eddie : the sleepwalking Cannibal, proposée par le Canadien Boris Rodriguez et le délirant New Kids Nitro, retour en force des Hollandais Flip Van Der Kuil & Steffen Haars, qui avaient déjà commis le détonnant New Kids Turbo.

 

Le thriller, enfin, sera à l’honneur grâce à The Butterfly Room de l’Italien Jonathan Zarantonello, un giallo nouvelle génération incarné par une Barbara Steele au sommet et Citadel, de l’Irlandais Ciaran Foy, qui relate l’histoire d’un père

célibataire sérieusement agoraphobe.

 

New Cinema from Asia

Vitrine de la qualité et des particularités du cinéma populaire d’Asie, la sélection 2012 se distingue tant par la présence de réalisateurs confirmés que par celle de cinématographies émergentes. Le réalisateur culte japonais Takashi Miike est de retour avec Ace Attorney, une adaptation décoiffante du manga éponyme ; second chantre du cinéma de genre japonais, Gakuryu Ishii distille une SF nerveuse dans Isn’t anyone alive, alors que Kim Jee-woon & Yim Pil-sung, deux des plus grands talents du cinéma sud-coréen, livrent avec Doomsday Book un triptyque éblouissant sur l’apocalypse.

 

La vitalité de la production sud-coréenne est à découvrir également par le biais de l’élégant thriller Howling signé Yoo Ha ou encore de My Way, somptueux film de guerre réalisé par Kang Je-gyu.

 

Jolies surprises de cette sélection, le réalisateur philippin Jade Castro propose avec Remington and the curse of Zombadings une comédie magistrale qui fustige l’homophobie alors que Lee James Thim Heng & Yuen Sampson Choi-Hin offrent avec Petaling Street Warriors à la Malaisie son premier film d’arts martiaux !

 

Enfin, les amateurs de Kung Fu ne manqueront pas le film fantastique hongkongais The Great Magician de Tung-Shing Yee dans lequel Tony Leung (In the Mood for Love) s’attèle à reconquérir son amour perdu à coups de baguette magique.

 

Courts métrages

Pour prendre la mesure de la production actuelle, le NIFFF propose deux programmes compétitifs de courts métrages suisses et une sélection des meilleurs courts métrages fantastiques européens.

 

Films of the Third Kind et Ultra Movies

Entre fantastique et thriller, la section Films of the Third Kind propose en 7 titres les meilleures avant-premières de la saison. A ne pas manquer : Flying Swords of Dragon Gate 3D, spectaculaire remake de L’Auberge du Dragon par Tsui Hark ; les visions apocalyptiques de l’Américain Abel Ferrara dans 4 :44 Last Days on Earth ; le retour au NIFFF (The Bothersome Man, 2006) du Norvégien Jens Lien avec le tableau de famille décalé de Sons of Norway ; tout aussi décalée, la satire grinçante de la culture US livrée par Bobcat Goldthwait dans God Bless America ; Réplicas du Canadien Jeremy Regimbal, thriller à suspense qui vous fera détester vos voisins ; une découverte du cinéma indie US à la fois poétique et cruelle, Kid-Thing, signée David et Nathan Zellner et, finalement, The Raven, une enquête policière imaginée par James McTeigue qui vous emmènera sur les traces d’Edgar A. Poe.

 

Pour agrémenter les soirées des festivaliers, le NIFFF propose des séances minuit qui présentent, sous diverses facettes, la production la plus extravagante ou extrême du cinéma de genre. Honneur au giallo avec le film allemand Masks (Andreas Marschall), qui vous fera découvrir une école d’arts dramatiques plutôt bizarre ; hommage à un cinéma horrifique sans concession avec : la maison inoccupée de Paura 3D par les Italiens Marco & Antonio Manetti, les prédateurs voraces de Piranha 3DD de l’Américain John Gulager, les plaisirs champêtres de l’Angleterre (Inbred, Alex Chandon), le survival forestier version US de The Mooring (Glenn Withrow), 205 Room of Fear (Rainer Matsutani, GER), dans lequel Jennifer Ulrich (Jury international 2012) découvre avec stupeur les joies de l’arrivée à la fac et les affres de trois employés d’un hôpital psychiatrique dans The Incident (Alexandre Courtès, USA). A ne pas manquer encore : la SF et l’action déjantée de Manborg (Steven Kostanski, CAN) et le jeu de cache-cache haletant de Blind Alley par l’Espagnol Antonio Trashorras.

 

Rétrospectives :

When Musical rocks ! /

Centenaire de la Nikkatsu /

P.O.V – Point of View

 

Fidèle à sa tradition, le NIFFF propose une série de programmes rétrospectifs retraçant l’histoire du cinéma de genre et de ses influences.

 

 When Musical rocks ! présente une quinzaine de titres qui, imprégnés de riffs de guitares et de fantastique, chantent la subversion. L’occasion de vivre ou de revivre des projections de films cultes tels que Phantom of the Paradise (Brian de Palma, USA), Pink Floyd The Wall (Alan Parker, UK) ou encore Hairspray (John Waters, USA).

 

Le NIFFF rend hommage à la société Nikkatsu, le plus ancien des studios japonais, à travers un panorama des genres qui ont fait sa renommée: le roman porno et l’action. Une opportunité unique de découvrir des perles aux titres aussi évocateurs que Lovers are wet (Tatsumi Kumashiro), Delinquent Girl: Alley Cat in Heat (Chûsei Sone) ou encore Stray Cat Rock : Sex Hunters (Yasuharu Hasebe).

 

P.O.V – Point of View décline en 13 films l’histoire et l’actualité d’un genre qui mêle documentaire et fantastique. De Punishment Park (Peter Watkins, USA) à Emergo (Carlos Torrens, ES), de Cannibal Holocaust (Ruggero Deodato, IT) à [REC]3 (Paco Plaza, ES), laissez-vous tenter par une immersion aux sources d’un cinéma qui brouille les frontières entre fiction et réalité pour mieux captiver son public. La rétrospective donne également lieu à une Carte Blanche proposée par Visions du Réel qui explore les liens entre le documentaire et le fantastique.

 

Enfin, le NIFFF propose la conférence Transmédia et Digital Marketing, dans laquelle des experts internationaux disséqueront les nouvelles méthodes de marketing viral dont les bases furent posées avec The Blair Witch Project en 1999.

 

Projections et événements spéciaux

Pour ouvrir et clore cette douzième édition, le NIFFF présente Holy Motors, le dernier opus surréaliste de Leos Carax, et The Cabin in the Woods, un film co-écrit par Drew Goddard (auteur de Buffy), qui réinvente les conventions du genre horrifique.

 

Au rang des événements spéciaux, le festival propose les rencontres littéraires New Worlds of Fantasy qui accueillent cette année Grzegorz Rosinski, le cultissime dessinateur de Thorgal, la 7ème édition du Symposium Imaging The Future, événement pluridisciplinaire consacré aux derniers développements en matière de jeux vidéo et d’effets spéciaux, ainsi que le Ciné-Concert Metropolis, dont la partition intégrale sera interprétée en direct par le Nouvel Ensemble Contemporain.

Voir les commentaires

Published by Michel Dubat - - NIFFF Neuchatel Suisse

 

«Voyages extraordinaires» en Pléiade

 

LE JEUDI 28 JUIN À 19H MAISON D’AILLEURS À YVERDON-LES-BAINS

 

 

À l’occasion de la parution des «Voyages extraordinaires» de Jules Verne dans La Pléiade (Éditions Gallimard), Jean-Luc Steinmetz, directeur de l’édition Jules Verne dans La Pléiade, et Hugues Pradier, directeur éditorial de «La Pléiade», seront les invités d’une conférence à la Maison d’Ailleurs.

 

 

La soirée sera présentée par Marc Atallah et suivie d’un cocktail dînatoire.

Entrée libre.

Maison d'Ailleurs

 

 

Voir les commentaires

Published by Michel Dubat - - Divers

 

NIFFF 2012: Projections et événements spéciaux

 

 

 

nifff 2012 

Deux jours avant de présenter son programme complet, le NIFFF (Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel) a le plaisir de dévoiler les projections et événements spéciaux qui jalonneront les neuf jours de célébration du fantastique. Film-événement du festival de Cannes, le dernier Leos Carax, Holy Motors, sera projeté en exclusivité lors de la soirée d’ouverture de l’édition 2012.

 

Les projections spéciales du NIFFF

Pour ouvrir cette 12ème édition, le NIFFF est heureux de proposer au public en première suisse le troublant Holy Motors, dernier opus de Leos Carax. Doté d’un casting d’exception (Denis Lavant, Eva Mendès, Kylie Minogue et Michel Piccoli), Holy Motors nous embarque pour une journée surréaliste dans l’existence de Monsieur Oscar, un être fascinant qui voyage de vie en vie. Autre événement à ne pas manquer, la projection du cultissime Rocky Horror Picture Show. Organisée en collaboration avec Couleur 3 pour fêter les 30 ans de la chaîne ; la séance donnera lieu à une mise en scène délirante, déguisements et accessoires à l’appui. Une vitrine sur la production locale permettra au public de découvrir le film inédit Blueman d’André Kuenzy et Alberto Veronese. A travers une odyssée à la fois poétique et sensible, l’occasion de suivre les pérégrinations de l’Homme Bleu aux quatre coins du monde. La Lanterne Magique,enfin, invite les plus jeunes mais aussi leurs parents à (re)découvrir Peau d’Ane, le grand classique signé Jacques Demy.

 

Holy Motors : vendredi 6 juillet, 19h00, Passage 1 // Rocky Horror Picture Show Live : jeudi 12 juillet, 23h00, Temple du Bas Blueman : samedi 7 juillet, 15h30, Passage 1, entrée libre // La Lanterne Magique – mercredi 11 juillet, 14h30, Apollo 1.

 

Les événements spéciaux du NIFFF

Conférence Transmedia et Digital Marketing

L'explosion de l’offre cinématographique, liée aux innovations technologiques, a changé le rapport du spectateur au produit filmique. L'accès instantané à des contenus multiples a donné naissance à de nouvelles stratégies, destinées à attirer l’attention du public sur un film en particulier. Afin de réfléchir aux enjeux qui fondent  aujourd’hui le marketing lié à la production cinématographique, le NIFFF propose une conférence animée par des intervenants internationaux : Philippe Weibel (Trapped, Suisse), Pekka Ollula (Iron Sky, Finlande) ou encore  florian Couret Ginoux et Ulysse Meridjen de la Sideburnn Agency (Attila Marcel, France).

Conférence Transmedia et Digital Marketing : lundi 9 juillet, 14h00, Passage 2, entrée libre.

 

Littérature, art contemporain et musique

Sensible aux déclinaisons du fantastique dans des domaines proches du cinéma, le NIFFF met une nouvelle fois à l’honneur dans son programme la littérature, l’art contemporain et la création musicale. Les rencontres  littéraires New Worlds of Fantasy offriront au public l’occasion exceptionnelle de rencontrer une des légendes de la bande-dessinée : Grzegorz Rosinski, dessinateur de Thorgal. L’après-midi permettra également de faire le point sur la relève de la littérature de genre en Suisse romande et sur ceux qui font l’actualité de la fantaisie française : Christophe « Scotch » Arleston, scénariste de bande-dessinée (Lanfeust de Troy, Trolls de Troy) ou encore l’auteur Pierre Pevel (Les Lames du Cardinal, L’Elixir d’Oubli). Actual Fears, fruit de la collaboration entre le NIFFF et le CAN (Centre d’Art Neuchâtel) ,conviera les festivaliers à une mystérieuse conférence « élargie », animée par Julia Perrazini & Valério Scamuffa et intitulée : Le point sur les tendances érotico-exotiques du Found Footage.

 

Finalement, le ciné-concert METROPOLIS ravira les mélomanes aussi bien que les amateurs de films d’anticipation. Une opportunité unique en Suisse de découvrir l’intégrale du film de Fritz Lang, mise en musique par le Nouvel Ensemble Contemporain (NEC).

 

New World of Fantasy : jeudi 12 juillet, 15h00, Passage 2, entrée libre // Actual Fears : vendredi 13 juillet, 20h00, Passage 2, entrée libre

 

Voir les commentaires

Published by Michel Dubat - - NIFFF Neuchatel Suisse

 

 NIFFF 2012:

Symposium Imaging the Future (10-11 juillet 2012)

nifff 2012 

 

Le Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel a le plaisir de vous dévoiler le programme du Symposium Imaging the Future. Pour sa 7ème édition, cet événement multidisciplinaire incontournable, qui réunit depuis 6 ans des spécialistes et théoriciens de l’imagerie digitale et des concepteurs de jeux vidéo, propose une journée consacrée au jeu vidéo et une autre aux effets visuels au cinéma.

 

Transmedia : Jeux de réalité augmentée & interaction avec le joueur

Dans le cadre d’un cycle de conférences intitulées « Transmedia Series » présenté aux Journées de Soleure, à Visions du Réel et à Fantoche, le symposium accueille David Varela et Daniel Boy qui questionnent l’importance de l’interactivité avec l’audience et les stratégies créatives utilisées dans leurs projets transmedia respectifs.

 

Au-delà du divertissement: L’avènement des jeux vidéo indépendants.

 

Le duo de créateur de jeux vidéo de TALE OF TALES, Michael Samyn et Auriea Harvey, dont l’approche du développement de jeux vidéo est de « minimiser  l’’importance de l’histoire et de diriger l’attention sur des technologies cool et sur le plaisir du joueur » présentent ici leur vision du jeu vidéo et de son marché oscillant entre art et commercialisation.

 

Mythologie des jeux vidéo.

Marc Atallah (directeur de la Maison d’Ailleurs), José Luis de Vicente (chercheur en nouveaux média) et Dominique Cunin (artiste et chercheur en nouveaux média) proposent une série de conférences autour de l’importance des jeux de réalité augmentée pour notre compréhension du quotidien, de l’influence des scenarii de jeux vidéo sur notre vie ou encore de la conception des espaces virtuels comme héritages culturels.

 

VFX Swiss studio projects

Miklos Kozary introduit les récentes créations et productions d’effets visuels des studios zürichois Elefant Studios sur les films EINE WEN IIG, DR DÄLLEBACH KARI (Suisse, 2012), HELL (Allemagne, Suisse, 2011) ou encore WE ARE THE NIGHT (Allemagne, 2010).

 

La chaîne de création des effets visuels dans le film JOHN CARTER

Ce séminaire propose de fournir un éclairage sur la chaîne de production et de création des effets visuels dans le film de Disney JOHN CARTER (2012), à travers l'intervention de spécialistes ayant collaboré sur le film (Sue Rowe, Kevin Hahn, Michele Sciolette et Ryan Cook) et issus des prestigieuses sociétés londoniennes, telles que Double Negative, The Moving Picture Company et Cinesite.

 

Master class de Michael Fink : Visual Effects Paradiso

Michael Fink revient sur sa carrière professionnelle qui s’étend sur plus de 30 ans en tant que spécialiste d’effets visuels en remontant à ses premières expérimentations sur BLADE RUNNER (1982) ou STAR TREK (1979), en passant par son apport dans MARS ATTACKS (1996) et X-MEN (2000), jusqu’à son travail sur AVATAR (2009), TRON : LEGACY (2010) ou encore THE TREE OF LIFE (2011).

 

Call for Projects : Swiss Games 2012/2013. Soulignant l’importance croissante de l’ITF, la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia et la FONDATION SUISA lancent avec le NIFFF un « Call for Projects : Swiss Games 2012/2013 ». Cet appel à projets permettra de soutenir la création de jeux vidéo novateurs et de qualité du point de vue artistique.

 

La participation aux conférences est gratuite et sur inscription.

Traduction simultanée (fra / all / ang)

(communiqué de presse du 6 juin 2012)

 

 

Voir les commentaires

Published by Michel Dubat - - NIFFF Neuchatel Suisse

 

Science Fiction Magazine N° 77

 

 

SF MAG 77

 

Dans le numéro de mai.juin 2012, le bimestriel, nous offres 5 entretiens sur « Prometheus » : avec le réalisateur Ridley Scott, Michael Fassbender (acteur), Charlie Theron et Noémie Rapace (actrices), Damon Lindenloff (scénariste), mais également avec un entretien de Hans Rudi Giger qui avait réalisé les maquettes des précédents « Aliens ».

 

On trouvera également la suite du dossier « Aliens, la généalogie », deux autres sur la pop culture chez Howard et Lovecraft, et un dernier sur la SF dans les jeux vidéo.

 

Vous y trouverez également toutes les rubriques habituelles.

 

 

Voir les commentaires

Published by Michel Dubat - - Fanzines-Revues

 

Présences d’esprits N 71 Printemps 2012

 

presences d esprits 71

 

 

Le fanzine bimestriel du club éponyme, publie une nouvelle inédite de Raymond Milési, faisant suite à un dossier de 15 pages sur cet auteur, le plus important dossier jamais publié pour un auteur dans cette revue.

 

On trouvera également un entretien de Fabrice Bourland et bien sur les rubriques habituelles sur la littérature, le cinéma, la BD, la TV, les jeux et illustrations.

 

Les illustrations des premières et quatrièmes de couverture sont de Jubo.

 

Voir les commentaires

Published by Michel Dubat - - Fanzines-Revues

 

Entretien avec Pascal Chind

 

Bonjour Pascal Chind,


Tu es le réalisateur de « Coupé Court » (voir article sur notre site), tu peux nous dire pourquoi avoir décidé de le mettre gratuitement sur Dailymotion.


Je n’aime pas le dire, mais Coupé Court a terminé sa vie en festival et à la télévision. Une très belle vie ! C’est donc l’ultime étape de son exploitation. Cela ne veut bien sûr pas dire qu’il va disparaître ! Mais, s’il survit, il le fera par lui même, sans que moi ou mon producteur n’intervenions. C’est d’ailleurs à ce moment, qu’on peut rêver que le film devienne culte, et soit vu et revu, qu’il devienne un objet de curiosité auprès des générations de cinéphiles qui suivront.


« Coupé Court » a reçut 8 prix, dont le Méliès, d’Argent, cela a eu quelles influences sur tes projets ?

 

À vrai dire aucune influence directe. Je n’ai pas eu de producteur qui se soit précipité à ma porte pour me proposer la lune. L’impact le plus important est que la reconnaissance augmente considérablement la confiance en soi. Il est facile de tomber dans la paranoïa et se demander si on est vraiment à la hauteur des enjeux.

 

  

 

D’ailleurs, j’ai une petite anecdote savoureuse à propose du Méliès d’Argent. Ça faisait bien une décennie que je n’avais pas mis les pieds au cimetière du Père Lachaise, quand j’y suis entré, non pas pour m’y promener, mais pour prendre un raccourcit. Je ne portais aucune attention aux inscriptions sur les tombes, quand je suis tombé sur celle de Georges Méliès. J’ignorais qu’il avait été enterré là. Je m’y suis donc arrêté, et me suis laissé aller à rêver que je l’avais en face de moi. Je lui racontais ce que je faisais, et le bonheur que j’éprouvais à faire ce métier. J’y suis bien resté une demie heure. Je n’ai pas vu le temps passer. J’étais bien avec Georges.

 

Et bien croyez le ou non, au moment où j’ai posé le pied à l’extérieur du cimetière, j’ai reçu un coup de fil de l’Angleterre m’annonçant que mon film Coupé Court avait été sélectionné pour le Méliès d’Argent au festival International du film de Leeds… Et quelques semaines plus tard, je l’ai remporté ! Je tiens donc à remercier Georges, qui y est certainement pour quelque chose.

 

 

Tom cache cache bureauOn parle de projets de courts et longs métrages, ainsi que de série TV en ce qui te concerne, tu peu nous en dire plus.

 


Je ne cesse pas de développer des courts métrages. Ils sont le creuset des histoires « longues » auxquelles je travaille également. Je suis boulimique. Je développe toujours plusieurs histoires en même temps (longues ou courtes). Avec un de mes producteurs, on attend le retour d’un diffuseur à propos d’une série, qui raconte les tribulations d’un robot.

Je crois énormément à cette série. J’ai également entrepris le développement d’une série à partir de mon film « Coupé Court ». Ça fait longtemps que l’idée de trottais dans la tête. Cela m’a même emmené à développer un long métrage en collaboration avec l’auteur de bd François Schuiten. Mais, la proportion démesurée du projet pour la France et pour un premier film a eu raison de moi temporairement. J’ai mis le projet en attente, et me suis concentré sur la série. On retrouvera le héros de Coupé Court, Tom, ainsi que les autres protagonistes. Il y aura bien entendu de nouveaux personnages. On apprendra au cours de la série l’origine de la ville et l’histoire de ses habitants. La surprise sera de taille !


En SF/Fantasy toujours ?


Toujours, oui. Bien que je travaille actuellement sur une comédie plus classique (long métrage) avec la productrice Sophie Baudin, mon univers se situe généralement dans des univers proches de ceux de la SF, de l’uchronie et du fantastique.


En quoi ces genres te permettent-ils de t’exprimer plus complètement que d’autres ?


N’est-il pas plus simple d’avoir une autre vision sur le monde pour mieux le comprendre ? C’est d’ailleurs ce qui motive mon intérêt pour les personnages marginaux, atypiques, mis au banc de la société, ou simplement exclus par leur différence. Leur vision du monde m’intéresse. Quand on est bien inséré dans la société, et qu’on arrête de se poser des questions sur le monde dans lequel on vit, on devient des automates, on ne remet plus rien en question, on est des petits soldats de la pensée unique… L’un des mes acteurs fétiche, Christophe Fluder, est une personne de petite taille. J’ai depuis longtemps oublié ses un mètre vingt-trois. Mais, souvent j’essaie de me mettre à sa place et d’imaginer le monde à son niveau, avec tous ces « grands » qui l’enveloppent par leur présence, les difficultés à être comme tout le monde. Cette bataille, pour lui, est perpétuelle. Elle ne cessera jamais. Il se verra toujours différent des autres, c’est sa condition qui l’exige. Même s’il mène une vie agréable et qu’il est entouré d’amis fidèles. Il n’en demeure pas moins qu’il est différent. Il ne s’endormira jamais dans cette conformité et ce confort apparent, qui sont le lot des gens qui sont comme tout le monde. Et, cette différence le rend inestimable à mes yeux. Son regard est fondamental pour comprendre le monde et le questionner.


De nombreux films de cinéma ou de téléfilm, ainsi que des séries Tv de genre sortent, quels films et/ou séries récentes tu recommanderais a nos internautes en SF/Fantasy.

 

J’aime les films qui préservent le mystère et qui donnent la part belle aux personnages.

  

Mon palmarès se situe plutôt avant… pour en citer quelques-uns qui me passent par la tête : 2001 l’Odysée de l’espace de Stanley Kubrick, Bienvenue à Gattaca d’Andrew Niccol, Time Bandit, Brazil, Twelve Monkeys de Terry gilliam, Blade Runner et Alien de Ridley Scott, E.T. de Steven Spielberg…

 

En ce qui concerne les séries, il y en a beaucoup qui me plaisent : Game of thrones, Breaking Bad et pour les anciennes The Twilight Zone, la meilleure d’entre toutes, avec toutes les histoires écrites par le grand Richard Mattheson.


Merci de nous avoir accordé cet entretien.


Merci de mettre la lumière sur les courts métrages !

 

Voir les commentaires

Published by Michel Dubat - - Cinéma -DVD

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Thêatre..

Pages

Hébergé par Overblog