Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

<< < 10 20 21 22 > >>

Articles avec #bande dessine

Entretien : Jean Marc Krings « Agence Quanta »  Vents d’Ouest

 

Entretien : Jean Marc Krings « Agence Quanta »  Vents d’Ouest 

 

Bonjour Jean-Marc Krings,

Vous êtes l’auteur de « Agence Quanta » dont vous avez fait à la fois le dessin et le scénario.

Jean-Marc Krings

Oui c’est la première fois que je me lance dans un scénario, j’ai toujours aimé la science-fiction, le fantastique que ce soit en BD, en littérature ou dans les séries TV et le cinéma. Cela faisait longtemps que je voulais créer ma propre série et je me suis naturellement tournée vers ce genre.

S .D :

Propre série cela veut dire combien de tomes ?, de Cycle ?

Jean-Marc Krings

Pour « Agence Quanta », il s’agit d’une tétralogie avec une réelle fin, je sais exactement ou je vais, ce qui va ce déroulé tout le cycle a été écrit. Je ne voulais pas de cycle allant au-delà de 4 tomes. On travaille désormais beaucoup par tétralogie, c’est la nouvelle tendance après celle des trilogies. C’est aussi plus facile à l’éditeur à défendre comme projet, on peut faire des coffrets, des intégrales plus facilement aussi.

C’est également moins lourd à suivre pour les lecteurs comme série.

J’ai fait en sorte que cela soit une histoire courte, je ne voulais pas partir sur un nombre de tomes considérables, dont je ne voyais pas l’intérêt. Cela s’épuise à la fin et on ne voit plus l’intérêt du récit initial. Les 4 tomes formerons une histoire finie, puis un second cycle de 4 tomes également est prévu, le premier cycle explique d’où viens Iona, comment elle a acquis ce pouvoir qui est en elle de faire voyages les gens dans le temps. J’ai voulu éviter le concept de grosse mécanique, de machine à remonter le temps, de base, elle personnifie la machine a remonté le temps, elle « est la machine », c’est un pouvoir qu’elle a acquis à sa naissance en absorbant le pouvoir d’un vortex. Ce pouvoir est canalisé par l’équipe Quanta, qui est autour d’elle. C’est pour elle une vraie malédiction de voyager ainsi.

Les voyageurs polluent et provoques des paradoxes temporels en toute inconscience et dans l’égoïsme, et en toute impunité et la section de la C.I.A enquêté sur ces voyages dont elle a connaissance et veut s’emparer de la technologie. Iona est le vecteur de ces voyages. Avec beaucoup d’actions de personnages qui interviennent, j’ai déjà bien avancé sur le cycle 2. Tout en étant très fidèle a la trame que j’ai tracée afin de ne pas me disperser.

S.D :

Vous qualifieriez comment le genre de « Agence Quanta » ?

Jean-Marc Krings :

C’est du thriller fantastique

S.D :

Comment vous est venue l’idée de ce thriller fantastique ?

Jean-Marc Krings :

C’est en lisant un article que j’ai lu sur l’industrie du tourisme, j’avais vraiment été surpris de voir que l’industrie du tourisme est la première industrie au monde. Et que, quelle que soit la couche sociale tout le monde part en vacances, quitte à s’endetter, à prendre des crédits. Plus l’on va haut dans la société, plus cela devient excentrique et excessif, certains s’offrent des vacances dans l’ISS à 38 millions de dollars, d’autre réserve dans la fusée stratosphérique de Virgin Space, souvent au détriment des travailleurs de l’hôtellerie ou du tourisme et des populations locales avec le choc des cultures, de l’écosystème, de l’écologie.

Iona qui personnifie les gens qui sont victimes de l’industrie du loisir, et qui est utilisée que cela soit le personnel hôtelier, qui sont brimées, maltraitées dans certaines régions. Les peuplades qui en souffrent, chez qui les gens viennent passer leurs vacances.   Iona personnifie cela, en plus par ça couleur de peau.

est basé sur des théories scientifiques plausibles, je me suis beaucoup documenté sur le sujet.

S.D :

« Quanta » cela vient, je présume, de la théorie quantique ?

Jean-Marc Krings :

Effectivement, Stephen Hawking disait que la meilleure probabilité de voyage dans le temps, passe par la physique quantique. Notamment par le pont d’Enstein-Rosen ou les fameux  trous de ver de Wheeler-Misner, les univers miroirs et toutes les théories de ce type, qui sont de plus en plus répandus.

S.D :

Comment travaillé vous ?

Jean-Marc Krings :

Je travaille de façon traditionnelle, au pinceau à l’encre de chine, donc à l’ancienne, pour la couleur je fais appel à un coloriste qui eux utilisent 9 fois sur 10 l’informatique donc Photoshop. Je suis très mauvais dans la couleur, j’estime donc qu’il faut y confier à des gens plus compétents que moi.

S.D :

Comment êtes-vous venu à la BD ?

Ma mère avait une malle pleine de vieux Spirou, avant de passer à « Strange », les comics américains, j’ai également été très influencé par les mangas, les dessins animés comme « Goldorak », « Albator »…

 

S.D :

Vous travaillez parallèlement à d’autres séries ?

Jean-Marc Krings :

Le tome 2 de « Agence Quanta » sortira rapidement en avril-mai 2014 chez Glénat. Le tome 3 est déjà à l’écriture.

Et je viens de signé aux Éditions Paquet, un projet radicalement différent dans la collection « Calandres », c’est une série sur des voitures mythiques, j’avais envie de dessinés de belles voitures, car j’aime beaucoup cela, il s’agira de la « AC COBRA Shelby 427 »  qui sortira en novembre 2014.

 

Biographie

 

Né en 1965 à Anderlecht, Bruxelles. Accomplit des études à l'Académie des Beaux Arts de Bruxelles et à celle de Woluwe-Saint-Lambert, chez Guy Brasseur. Il entrera ensuite comme assistant de Dupa et décoriste de Walli. Il a réaliser des illustrations pour des articles medicaux. En 2003, il est engagé par Vents d'Ouest pour dessiner "Le guide junior des filles", sur un scénario de Goupil et Douyé. Fin 2003, publication d'une dizaine de gags dans Lanfeust Mag, nommé Inquisitor sur un scénario de Pierre Veys. Fin 2004, pour Noël, il apprend qu'il dessinera la suite des aventures de Violine. Aujourd'hui, il termine l'album T4 et compte poursuivre un bon bout de temps avec cette série passionnante à dessiner et à lire !

 

Bibliographie

Scénariste et dessinateur :

Agence Quanta  2014

 Dessinateur

Guides Junior (Les) 2004

 

Informaticiens (Les) de 2008 à 2013

 Livraison express en 2009

 Ribambelle (La)  2011 à 2012

 Violine 2006 à 2013

 WWW.OPALEBD.COM

Voir les commentaires

Festival de la BD Angouleme 2014

Festival de la BD Angouleme 2014

Entretien : François Plisson

« Les Korrigans d’Elidwenn »

Bonjour François Plisson,

Vous en êtes au tome 6 comment vous est venue l’idée de cette série ?

François Plisson

Elle a commencé il y a très longtemps dans la mesure où je faisais des spectacles de marionnettes avec ma femme. Elle a fait le scénario de la collection, cela se passe en Bretagne dans l’univers des Korrigans. Breton j’ais depuis mon enfance été influencé par les contes et légendes, ainsi que par la musique celtique.

S.D

Il s’agit d’une collection pour les 6/11 ans

François Plisson

Ou c’est le début de la lecture, après ça peut aller jusqu’à 13 ans, et bien sûr ensuite il y a les amateurs de féerique.

Je travaille avec de l’acrylique, je termine avec de l’huile ce qui permet des tas d’effets, des dégradés infinis, les fonds étant crayonnés.

S.D

Commence passe ton de la marionnette à la BD ?

François Plisson :

En  fait ma femme était surtout marionnettiste et nous avons sortie en même temps la série « Tristan » Chez Dargaud, donc nous avons menez les deux de fronts. Nous le ressortons en grand format avec toutes les couleurs à l’aquarelle, là nous sommes dans la BD alors que avec la série des Korrigans nous somme dans des livres illustrées pour la jeunesse.

AKARAD, le « western gaulois » que j’avais fait avec Franz, je travaille à la suite, cela ce passé en méditerranée, avec des assyriens, des gaulois…

 

Biographie (Officielle)

FRANCOIS PLISSON

François Plisson, né en 1961. Dès l'école maternelle, il est séduit par la gouache et le dessin et en fera son activité principale.

Il arrive à Brest à l'âge de 9 ans jusqu'à ses 24 ans. C'est pour lui une fabuleuse découverte : la mer, la pratique de la voile, les bateaux, la musique celtique. Dès l'âge de 10 ans, il se mettra à la bombarde puis le hautbois au Conservatoire National de Région de Brest et les flutes irlanaises.

 

 

 En complément, il est peintre, dessinateur et sculpteur dans l’âme.

 L'influence de cette Bretagne mystérieuse, riche et fortement marquée par sa culture, a forgé son immaginaire, ses envies graphiques et ses bases artistiques :  Le Fantastique, la peinture animalière, la peinture “Custom”sur les voiles de planches, sur motos et vans, Matte-paintings pour le cinéma publicitaire, notamment pour les Librairies Dialogues de Brest et Rennes.

 

Avec Hélène Cornen, il conçoit, réalise et produit LA POMPOUNELLE, compagnie de spectacles de marionnettes de 1983 à 2003.

Après, l’Ecole Nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, c’est en 1987 qu’il fait une entrée remarquée dans monde de la B.D. avec TRISTAN (7 albums) pour DARGAUD Bénélux, puis DARGAUD France sur les scénarios d’Hélène CORNEN.

 1987, ils sont nominés cette même année avec le premier TRISTAN pour le meilleur premier album à Angoulême.

1988 Prix de “La Nuit des Jeunes Créateurs” de la Ville de Brest.

La collaboration entre les deux auteurs se poursuit avec LA TARTARE pour MC P.

De 1993 à 1998, il participe à plusieurs collectifs dont “Pour un monde meilleur”, dédié aux victimes de l’ex-Yougoslavie aux Édition AGORMA / Genève.“ Animaux sous bulles” édité par le

 festival de BD de Solliès-Ville pour reboiser les forêts victimes d’incendies. “Uderzo croqué par ses amis”, chez Soleil. “Chirac dans tous ses états”,“Le Père Noël dans tous ses états”. “c’est

 fou le foot sans les règles” aux Édition Ifrane/Pictoris Studio.

 En 1994, avec Alain Duverne, le sculpteur marionnettiste des “Marionnettes de l’Info”, il participe à la réalisation d’un film marionnettes.

François Plisson se fait remarquer à cette époque par ses talents de sculpteur puisqu’en 1997, il réalise pour la ville de Mériel le modelage du visage de Jean Gabin en plâtre, puis en résine et bronze pour le Musée JEAN GABIN.

En outre, il crée les trophées 3D en bronze et résine des prix remis aux auteurs de plusieurs festivals de BD : Les TRISTAN D’OR réalisés d’après un dessin de Mohamed Aouamri. Le «  BONONIA D’OR”, trophée du festival BD de Boulogne-sur-mer sur un dessin de Caza.

“Les LOANES SLOANES D’OR” d’après le dessin de Philippe Druillet pour le Salon BD de Cagnes-sur Mer.

La sculpture du prix “RENE GOSCINNY”, bronze commandé par Anne Goscinny, remis tous les ans lors du Salon International d’Angoulème pour le meilleur premier scénario. Enfin, “LES MUSES D’OR”, création originale pour le Salon de BD d’Antibe-Juan-Les-Pins.

En 2000, Pour les Editions Casterman, c’est la naissance de TAANOKI, histoire écrite par Jéromine Pasteur.

En 2002, François Plisson a reçu le Prix coup de cœur au festival International de BD d'Ajaccio le 7/12/02. Salon BD organisé par Frédéric Bertocchini président de "Case et Bulles" et toute son équipe à Ajaccio.

 Puis, le dessinateur Franz, véritable pilier de la bande dessinée franco-belge, qu’il admire depuis toujours comme maître et ami, lui propose un scénario sur mesure, le “western gaulois”, AKARAD, publié aux Editions NUCLEA, en 2003.

 

Franz Drappier nous a quitté le 8 janvier 2003 au Mans. Franz demeure dans nos coeurs. Il est un merveilleux guide dans l'univers du neuvième art, pour les générations futures.

2005  Création des Editions de La Fibule

La série jeunesse Les korrigans d'Elidwenn, avec le premier tome “ La porte des légendes“, le tome 2 " Le mystère des hommes-crabes", le tome 3 " Les Korils des bois", le tome 4 "Les poulpikans d'Ouessant; le tome 5 "La licorne de Brocéliande", aux Editions de La Fibule, lui donne l’occasion de renouer avec l’illustration et la peinture à l’huile. Le réalisme de son dessin riche et détaillé, allié à son expérience de peintre et de dessinateur de B.D., nous offre ici la palette de son parcours graphique.

 

Septembre 2010 Réédition du premier tome d'Akarad "L'homme qui devînt loup" Scénario : FRANZ Dessins/Couleurs : F.Plisson version tous publics

En préparation le tome n°2 d'AKARAD 2013/2014 : "CHASSE AUX LIONS"

Le sortilège des viltansous, tome n°6 de la collection en romans-graphiques "Les Korrigans d'Elidwenn pour les 6/11 ans.

Nouveauté printemps 2013

Réédition de la série BD médiévale fantastique TRISTAN par le premier tome de la collection : "Le sortilège d'Ysandrelle" avec de nouvelles mises en couleur façon "AKARAD" et en grand format, pour mieux révéler de nombreux détails dans le graphisme des planches originales traitées à l'encre de chine.

Voir les commentaires

Second tour de vote pour l’élection du Grand Prix 2014

20 janvier 2014

Second tour de vote pour l’élection

du Grand Prix 2014

 

Seize Grands Prix du Festival d’Angoulême ont exprimé publiquement leur choix de ne pas participer au vote (en tant que Grand Prix) pour la désignation du Grand Prix 2014 du Festival.

 

L’organisation du Festival prend acte de leur décision. En conséquence, comme plus de 50% des Grands Prix sont abstentionnistes, un seul collège unique d’auteurs est conservé pour le second tour (comme le prévoit l’article 8 du règlement du vote).

 

En effet, l’organisation du Festival ne peut évidemment pas envisager de conserver un collège des Grands Prix réduit à une dizaine de membres au second tour (comme il était prévu initialement en leur donnant 50% de poids dans la décision finale), car un tel déséquilibre fragiliserait la légitimité des résultats du vote.

 

Ce collège unique, qui totalisera 100% des votes, sera par conséquent composé de tous les auteurs professionnels français et étrangers (dont, pour ces derniers, au moins une oeuvre a été éditée en français) ainsi que les Grands Prix qui souhaitent participer au second tour, via leur statut d’auteur.

 

L’organisation du Festival regrette que le dialogue qui a été engagé avec l’Académie des Grands Prix, préalablement à l’édition 2013, n’ait pas permis d’aboutir à une évolution du mode de scrutin ouvrant sur une participation de l’ensemble de ses membres.

 

Elle constate que la participation de plus de 1 500 auteurs au premier tour de vote atteste de l’intérêt et de la motivation de ceux‐ci pour contribuer à désigner le Grand Prix.

 

À ses yeux, l’instauration de cette relation entre ces auteurs (qui viennent de voter) et le Festival est importante, dans la perspective d’une ouverture permanente de l’événement à toutes les sensibilités du 9e Art.

 

L’organisation du Festival se réjouit par ailleurs de constater que les Grands Prix, qui ont fait le choix de ne plus voter en tant que tels, réaffirment leur attachement au Festival d’Angoulême, qu’ils contribuent à incarner dans le domaine artistique, et que nombre d’entre eux seront bien présents cette année lors de l’événement, à l’invitation de l’organisation du Festival.

 

Les trois noms sortis du vote des auteurs à l’issue du premier tour sont, par ordre de recueil du plus grand nombre de voix :

1 Bill Watterson

2 Katsuhiro Otomo

3 Alan Moore

Le second tour sera ouvert du lundi 20 janvier au samedi 1e février 12h et la proclamation du lauréat du Grand Prix 2014 aura lieu le dimanche 2 février lors de la cérémonie de clôture (16h/17h).

Voir les commentaires

Published by Stéphane Dubois - - Festival de la BD Angouleme, BD, Bande dessiné, Prix

Les Légendaires (Exposition)

 

Dix ans déjà pour Les Légendaires, qui fêteront cet anniversaire au Festival. Une grande exposition rétrospective revient sur l’univers de cette série signée Patrick Sobral, devenue l’une des plus populaires de la bande dessinée francophone.

 

L’histoire est bien connue des jeunes lecteurs, toujours plus nombreux à se passionner pour Les Légendaires de Patrick Sobral depuis la parution en 2004 du premier tome de la série, La Pierre de Jovénia. Après avoir tenté d’utiliser la pierre pour retrouver jeunesse et vigueur, le malveillant sorcier noir Darkhell a condamné tous les habitants d’Alysia à retrouver leurs corps d’enfants.

 

 Mais c’était compter sans la détermination de Danaël, Jadina, Shimy, Gryf et Razzia, cinq justiciers connus sous le nom des Légendaires, qui doivent tout faire pour retrouver leur apparence d’adultes et rentrer en grâce auprès des peuples d’Alysia.

 

Dans cette quête semée d’embûches, que l’on suit au fil des albums, les Légendaires croisent de très nombreux personnages : êtres humains bien sûr, mais aussi jaguarians, elfes, trolls et quantité d’autres créatures plus ou moins sympathiques, aux noms parfois évocateurs… Au fil de leurs pérégrinations, les personnages visitent de vastes mondes, souvent étranges et peu rassurants.

 

La variété et l’étendue de ces mondes, toujours plus nombreux et ouverts, agrandissent de façon spectaculaire le champ d’action des personnages et inscrivent Les Légendaires dans une saga au long cours.

 

Dessinateur et scénariste de la série depuis ses débuts, Patrick Sobral est ainsi parvenu à faire des Légendaires, en dix ans et 16 tomes parus, un très grand succès de librairie, récompensé en 2013 au Festival par le Fauve d’Angoulême – Prix Jeunesse.

 

Le mélange réussi d’humour et d’aventure, mais aussi le traitement particulier du graphisme, expliquent sans doute aussi en partie la popularité de la série. Synthétisant dans son style expressif et ses choix de narration le meilleur du comics, de la bande dessinée franco-belge et du manga, Sobral a su élaborer avec talent et inspiration un univers hybride, multiple et coloré, qui revivifie habilement la tradition de l’heroïc fantasy.

 

Coproduite par le Festival et les éditions Delcourt, l’exposition permet à tous les visiteurs de découvrir, décrypter et parcourir les arcanes de cet univers de légende. Pédagogique, récréative et interactive, l’exposition revient sur l’histoire de la série depuis ses débuts, en proposant un voyage au coeur des mondes des Légendaires, ainsi qu’un aperçu des techniques et des étapes du travail de Patrick Sobral.

 

Pour la première fois, les personnages, ainsi que certains objets emblématiques de la série, sont mis en scène dans des éléments de décor provenant des albums. Des jeux sont également au générique de ce rendez-vous festif avec l’univers des Légendaires, sans oublier bien sûr la série sœur Légendaires : Origines, animée par la dessinatrice Nadou, spin off en plein essor avec deux tomes déjà parus. Nadou sera présente aux côtés de Patrick Sobral durant les quatre jours du Festival, pour accompagner la découverte de l’exposition.

 

L’un et l’autre ont promis à la communauté des fans de nombreuses autres surprises.

 

On peut lever le voile sur au moins l’une d’entre elles : un grand cosplay aux couleurs des personnages de la série, qui se tiendra dans les abords immédiats de l’exposition.

 

Exposition Les Légendaires

Champ de Mars, Hall 2 • Du jeudi 30 janvier au dimanche 2 février 2014, 10 h/19 h.

Production : 9eArt+/Delcourt • Commissariat : Nicolas Albert

Régie : Joël Portal • Création/constructions : Argos Arhea Design

41e Festival international de la bande dessinée

© Editions Delcourt, 2013 – Patrick Sobral

41e Festival international de la bande dessinée

 

 

Les Légendaires

Les Légendaires

Voir les commentaires

Du Transperceneige à Snowpiercer

 

Classique de la bande dessinée, Le Transperceneige de Lob, Rochette et Legrand est devenu un long-métrage, Snowpiercer. Une exposition lève le voile sur les dessins et peintures inédits réalisés par Rochette en écho au tournage du film de Bong Joon-Ho.

 

Événement et succès international au cinéma en 2013 après avoir été un événement et un succès éditorial lors de sa première publication il y a trois décennies, Le Transperceneige, alias Snowpiercer à l’écran, entre en gare d’Angoulême le temps du 41e Festival.

 

L’histoire de cette bande dessinée de haute tenue, remarquable réussite de la SF made in France, est peu commune. Rescapé de multiples accidents parfois tragiques (dont la disparition prématurée de son tout premier dessinateur, Alexis, suivie en 1990 de celle de son concepteur Jacques Lob, unique scénariste à avoir jamais décroché le Grand Prix du Festival d’Angoulême), Le Transperceneige doit à une succession de hasards improbables d’avoir contre toute attente, trente ans après sa parution, trouvé à s’incarner au cinéma, et de quelle manière !

 

Adapté avec un grand respect par le brillantissime Bong Joon-ho, surdoué d’un cinéma coréen débordant d’idées et d’énergie, Le Transperceneige devenu Snowpiercer s’impose comme un grand film après avoir été un grand livre, qualité au fond assez rare dans l’histoire des longs métrages issus de la bande dessinée.

 

Qu’un astre si sombre ait finalement bénéficié d’une aussi bonne  étoile méritait bien que l’on explore, par exposition interposée, quelques-uns des aspects  méconnus de ce passage du 9e au 7e art.

 

L’exposition est aussi, bien sûr, un parcours à travers le travail du dessinateur de la trilogie, Jean-Marc Rochette. Il n’a que vingt-six ans lorsque le magazine (À Suivre) commence à publier Le Transperceneige en épisodes fin 1982, après que Jacques Lob a « recruté » ce jeune dessinateur alors peu connu. Il passera plus tard par la peinture (qu’il n’a depuis lors jamais abandonnée) avant de revenir à la bande dessinée, notamment pour donner une suite au Transperceneige en 1999 et 2000 avec le scénariste Benjamin Legrand, puis de croiser la route du cinéma en la personne du réalisateur Bong Joon-ho.

 

Fasciné par l’allégorie tragique qu’incarne ce train, grand lecteur de bande dessinée quand il ne dessine pas lui-même, le cinéaste convainc Rochette de réaliser une série d’images inédites qui seront utilisées sur le tournage du film, et que l’on voit fugacement apparaître à l’écran. Ce n’est plus de la bande dessinée, ce n’est pas de la peinture non plus – mais ces illustrations charbonneuses sont assurément des images habitées, pour ne pas dire hantées.

 

Touché par cette expérience, qui lui permet d’explorer de l’intérieur des pans méconnus de sa propre création, le dessinateur décide de poursuivre sur sa lancée, et crée dans la foulée du tournage une vingtaine de dessins et peintures inédits inspirés par l’univers du train et son cortège de folies : portraits de quelques-uns des principaux personnages, confrontations violentes saisies sur le vif ou scènes obscures surgies des tréfonds de cette histoire démesurée.

 

C’est l’ensemble de ces images inédites, dont certaines traitées par Rochette en grand format, qui sont rassemblées à Angoulême dans le cadre de cette exposition – soit au total près de 70 oeuvres originales, assorties d’une dizaine de photos du film. De quoi continuer à faire défiler longtemps Le Transperceneige dans les méandres de notre imaginaire, ainsi que l’écrivait Jacques Lob voilà trente et quelques années dans le récitatif de la toute première image de l’histoire : « Parcourant la blanche immensité d’un hiver éternel et glacé, d’un bout à l’autre de la planète roule un train qui jamais ne s’arrête. »

 

Exposition Du Transperceneige à Snowpiercer

Espace Franquin, rez-de-chaussée, 1, boulevard Berthelot •

Du jeudi 30 janvier au dimanche 2 février 2014

Production : 9eArt+ / Casterman / Centre Culturel Coréen •

Commissariat : Stéphane Beaujean et Nicolas Finet •

Scénographie : Dominique Clergerie

© Jean-Marc Rochette /

(Communiqué de Presse)

Du Transperceneige à Snowpiercer
Du Transperceneige à Snowpiercer

Du Transperceneige à Snowpiercer

Voir les commentaires

PALMARES UTOPIALES 2013

 

 

 

Prix Julia Verlanger

 

« Le Protectorat de l’ombrelle » de Gail Carriger,

Editions Orbit, 2009 à 2013

 

Prix du meilleur scénario de jeux de rôle

« Longue est la nuit » de Cyril Puig et Stephan Roulc

 

Prix du meilleur jeu vidéo (Game Jam)

« Tard is paradox »

 

Prix de la meilleure bande dessinée de science-fiction

« Souvenirs de l’empire de l’atome »

d’Alexandre Clérisse et Thierry Smolderen,

Editions Dargaud, 2013

 

Prix du Jury – compétition européenne de courts métrages

Ex-aequo :          « The Creator » de Al & Al, Royaume-Uni, 2012

                                « Sleepworking » de Gavin Williams, Royaume-Uni, 2012

 

Prix du public – compétition européenne de courts métrages

« Orbit ever after » de Jamie Stone, Royaume-Unis, 2013

 

Grand Prix du Jury – compétition internationale de longs métrages

« Jodorowsky’s Dune » de Frank Pavich, États-Unis, 2013

 

Prix Syfy du public – compétition internationale de longs métrages

« Jodorowsky’s Dune » de Frank Pavich, États-Unis, 2013

 

Prix Utopiales Européen Jeunesse

« Nox, Ici-bas » d’Yves Grevet, Editions Syros Jeunesse, 2012

 

Prix Utopiales Européen

« Exodes » de Jean-Marc Ligny, Editions L’Atalante, 2012

 

 

 

Concours de nouvelles

Primaire
1er prix :

Raphaël Massoua – CE2, École du Moulin Rouge, La Roche-sur-Yon (85)


2ème au 10ème prix :

Esteban Durville Feuilloy – CM1, École les Marsauderies, Nantes (44)
Paul Grimault – CM1, École Notre Dame De Bon Port, Nantes (44)
Etienne Mackenzie – CM1/CM2 bilingue, École les Marsauderies, Nantes (44)
Lucille Bougeard – CM2, École Théodore Monod, Saint Sébastien sur Loire (44)
Guillaume Barbarit– CM2, École Théodore Monod, Saint Sébastien sur Loire (44)
Enora Defay – École du Port au blé, Rezé (44)
Louison Bobin – École Fellonneau, Nantes (44)
Titouan Nicol – CM2, École Théodore Monod, Saint Sébastien sur Loire (44)
Gatien Loiseau – CM2, École Théodore Monod, Saint Sébastien sur Loire (44)


Collège
1er prix :

Marie Rabecq – 3ème , Collège le Haut-Gesvres, Treillières (44)


2ème au 10ème prix :

Pierre Dec – 3ème, Collège Guist’Hau, Nantes (44)
Elisa Bossard – 3ème, Collège Guist’Hau, Nantes (44)
Laura King – 3ème , Collège le Haut-Gesvres, Treillières (44)
Victor Ansquer – 3ème, Collège Guist’Hau, Nantes (44)
Hugo Warion-Saillant – Collège Saint-Exupéry, La Montagne (44)
Solène Jousselin – 3ème, Collège Guist’Hau, Nantes (44)
Clara Le Lepvrier – 3ème, Collège Guist’Hau, Nantes (44)
Gabin Marchand – 3ème, Collège Guist’Hau, Nantes (44)
Julia Olivier – 3ème, Collège Guist’Hau, Nantes (44)


Lycée
1er prix :

Lisa Laurent – Lycée La Herdrie, Basse-Goulaine (44)


2ème au 10ème prix :

Noémie Brunellière – Terminale, Lycée d’Orbigny, Bouaye (44)
Ludsine Briand – Lycée La Herdrie, Basse-Goulaine (44)
Manon Chaillou – 1ère , Lycée Alfred Kastler, La Roche-sur-Yon (85)
Guillaume Guichard – Lycée La Herdrie, Basse-Goulaine (44)
Tristan Caudal – Lycée La Herdrie, Basse-Goulaine (44)
Etienne Derouineau – 1ère , Lycée Alfred Kastler, La Roche-sur-Yon (85)
Céline Roux – 1ère , Lycée Alfred Kastler, La Roche-sur-Yon (85)
Chani Pouzet – 1ère, Lycée La Joliverie, Nantes (44)
Lucie Fauchard – 2nde , Lycée du Pays de Retz, Pornic (44)


 


Concours de cosplay Manga-Tan

Individuels

1er prix : Gumi
2ème prix : Swain Tyrant
3ème prix : Anastasie
Prix du costume : Soeur de bataille

Groupes
Prix du costume : Cinq légendes
Prix de la prestation : Alice et le 2

PALMARES UTOPIALES 2013

Voir les commentaires

Quatorzième édition des UTOPIALES

 

Quatorzième édition des UTOPIALES, Festival International de Science-Fiction de Nantes, du 30 octobre au 4 novembre à La Cité, Le Centre des Congrès de Nantes.

Tous les ans, ce Festival (le plus important du Genre en Europe) entend marier toutes les disciplines de la Science-Fiction et de l’Imaginaire : littérature, cinéma, bande dessinée, jeux de rôles, jeux vidéos, manga, CosPlay, musique, recherche scientifique, arts plastiques...

 

Les Utopiales auront cette année pour thème "AUTRE(S) MONDE(S) ?" et seront portées par le Président du festival : l'astrophysicien Roland Lehoucq,

Vous pourrez consulter dans ce dossier le détail des festivités de cette 14ème édition, avec notamment :

- plus de soixante auteurs présents tels que Orson Scott Card, Michel Serres, Peter Watts, Ian McDonald, Lionel Davoust ou Norman Spinrad ainsi que trois prix littéraires et le plus grand salon européen du livre de SF.

- un Grand Prix de la meilleure BD de Science-Fiction et plus de 30 scénaristes et dessinateurs invités comme, par exemple, Frédérik Peeters, Luc Schuiten, Fabien Velhmann, Nicolas Fructus ou Denis Bajram.

 

- des conférences sur les liens entre littérature, anticipation, sciences et cultures digitales

 

- les expositions exclusives de Vincent Callebaut, Raymond Poïvet, « Futuro Technos » présentée par l’Inserm et le CEA… et le retour du robot NAO...

 

- tous les films de cette édition avec des invités tels que Clotilde Courau, Jan Kounen, Alejandro Jodorowsky, Vincent Paronnaud..., la Compétition Internationale Longs Métrages, (dont la Première Française de "Albator : Corsaire de l'Espace" de Shinji Aramaki), la Compétition Européenne Courts Métrages, les Rétrospectives, la Carte Blanche à Max Brooks (en sa présence), les nouveautés et animations made in Asia des journées Manga-Tan et CosPlay…

 

 

(Communiqué de presse)

Quatorzième édition des UTOPIALES

Voir les commentaires

Palmarès des Hugo 2013

Best Novel

Redshirts : A Novel with Three Codas de John Scalzi (Tor)

 

 

Best Novella

The Emperor’s Soul de Brandon Sanderson (Tachyon Publications)

 

Best Novelette

The Girl-Thing Who Went Out for Sushi de Pat Cadigan (Edge of Infinity, Solaris)

 

Best Short Story

Mono no Aware de Ken Liu (The Future is Japanese, VIZ Media LLC)

 

Best Related Work

Writing Excuses Season Seven de Brandon Sanderson, Dan Wells, Mary Robinette Kowal, Howard Tayler and Jordan Sanderson

 

Best Graphic Story

Saga, Volume One écrit par Brian K. Vaughn, dessiné par Fiona Staples (Image Comics)

 

Best Dramatic Presentation, Long Form

The Avengers scénarisé et dirigé par Joss Whedon (Marvel Studios, Disney, Paramount)

 

Best Dramatic Presentation, Short Form

Game of Thrones : “Blackwater” écrit par George R.R. Martin, réalisé par Neil Marshall. Série créée par David Benioff et D.B. Weiss (HBO)

 

 

Best Editor, Short Form

Stanley Schmidt

 

 

Best Editor, Long Form

Patrick Nielsen Hayden

 

Best Professional Artist

John Picacio

 

Best Semiprozine

Clarkesworld édité par Neil Clarke, Jason Heller, Sean Wallace et Kate Baker

 

Best Fanzine

SF Signal édité par John DeNardo, JP Frantz, et Patrick Hester

 

Best Fan Writer

Tansy Rayner Roberts

 

Best Fan Artist

Galen Dara

 

Best Fancast

SF Squeecast, Elizabeth Bear, Paul Cornell, Seanan McGuire, Lynne M. Thomas, Catherynne M. Valente (Presenters) and David McHone-Chase (Technical Producer)

 

John W. Campbell Award for Best New Writer

Palmarès des Hugo 2013

Voir les commentaires

Published by Stéphane Dubois - - BD, Bande dessiné, Fantastique, Fanzines-Revues, Fantasy, Festival, Cinéma

Taiwan à la fête de la BD Bruxelles 2013


Suite à une première présence remarquée au Festival d’Angoulême en 2011, Taïwan,invité d’honneur de l’édition 2012, a impressionné les visiteurs. Ensuite, c’est sur invitation du Centre Pompidou que sept artistes taïwanais ont montré leur talent à Paris au mois d’avril 2012, dans le cadre de la manifestation « Planète Manga ! ».


Invitée d’honneur par la Fête de la BD Bruxelles dans sa 3e édition, qui aura lieu du 6 au 8 septembre à la place des Palais, la délégation de Taïwan organisée par le Centre Culturel de Taiwan à Paris, filiale du Ministère de la Culture de Taiwan est vouée à ouvrirde nouvelles perspectives de dialogue avec le public belge.


La délégation sera composée de cinq auteurs de styles variés et de générations différentes.

 

Chiu Row-Long, qui est réputé pour sa défense vigoureuse des cultures aborigènes taiwanaises ainsi que la force dégagée de sa facture sobre, viendra à Bruxelles avec son album Seediq Bale, une fresque historique qui raconte la révolte des aborigènes seediq contre le gouvernement colonial du Japon en 1930.

Chen Hung-Yao, d’une facture sobre et romanesque, est connu pour ses histoires de kung-fu et de chevalerie comme Time Trick ou La légende de Yi-Dao. La multiplicité de technique lui a remporté un surnom de caméléon de la bande dessinée.

Sean Chuang est épris de la couleur sombre. Obsédé par une enfance de tendresse, Sean revient souvent sur ce souvenir avec un monologue de rêverie dans ses oeuvres. Après la publication de La Fenêtre en 2011, un album d’un ton européen et de travail de dix années et très apprécié, le Cahier des années 80, d’une facture intimiste et humaine, évoque avec nostalgie la société taïwanaise de ces années partagées entre l’espoir naissant de la démocratisation et les premières frustrations face à l’impact de la mondialisation.

Li-Chin Lin, la seule femme de la délégation, est une artiste engagée. Dans son roman graphique, Formose, Prix litteraire des Lyceens en Ile de France en 2013, a l’occasiondu Salon du livre de Paris elle évoque son enfance passée sous le régime dictatorial et traite le grand sujet de la crise identitaire des insulaires.

Ahn Zhe, le plus jeune de la délégation, a passé avec brio les sélections au
Concours des Jeunes Talents d’Angoulême avec sa BD L’Éboueu en 2013 et a gagné le prix des jeunes talents au Festival de BD Fumetto de Lucerne
Il représente la nouvelle génération qui reprend le flambeau afin de perpétuer le 9ème art à Taïwan.

Le stand de Taïwan, à part l’exposition des planches de ces cinq artistes ainsi que 150 BD taïwanises, sera agrémenté par deux conférences, Création de Seediq Bale, une histoire sur la culture aborigène taïwanais donnée par Chiu Row-long, et Création et Contraintes données par Chen Hung-yao qui racontera l’histoire des artistes en face de de la lois martiale à Taiwan qui est en vigueur de 1949 à 1987. Les ateliers sur le tatouage facial des aborigènes taiwanais, sur la masque de huit généraux célestes, sur les figure des arts martiaux dans la BD ainsi que sur la vie quotidienne des 80 de Taiwan dans la BD seront animés par les artistes sur le stand de Taiwan...

Venez nombreux vous plonger dans ce bain d’images extraordinaires et toutes différentes des bandes dessinées taïwanaises !

 

Date : du 5 au 8 septembre 2013

Lieu:place des Palais, Bruxelles

Voir les commentaires

Published by Stéphane Dubois - - BD, Bande dessiné, Taiwan, Bruxelles, Festival, auteurs

Bonjour Larry Castillo,

Tu peux te présenter.

Je m’appelle Larry Castillo, j’ai 39 ans, et je suis dessinateur de comics chez « Galaxy comics ».

Justement tu sors deux albums chez « Galaxy comics studio » le premier c’est « WELCOME in AMNESIA » et « LUST FOR LIFE » rassurons les futurs lecteurs, les titres sont en anglais, mais les textes sont bel et bien en français.

Oui j’ai voulu donner des titres en anglais, car cela donne un côté international et que mes influences sont anglo-saxonnes.

Parle-nous de « “WELCOME in AMNESIA”

C’est une succession de courtes histoires, qui se déroule en prison, mais très rapidement on quitte le cadre de la prison, c’est grosso modo une espèce de satyre de la télé-réalité, des médias, de cette violence qui tourne de plus en plus à la pornographie.

Plus on avance, plus on s’éloigne du cadre de la prison, pour entrer dans une espèce d’horreur fantastique.

Il y a plusieurs influences, de films de prisons des années 50, des influences du manga, un clin d’œil à un manga comme “Cobra” plus cela avance, plus cela vire au psychédélique, sans tuer la fin de l’histoire il y a un début, un milieu et une fin, même si c’est plusieurs histoires.

Tu as fait le dessin le scénario.

Oui j’ai tout fait comme toujours, je fais le dessin, le scénario, ainsi que la couleur pour “LUST FOR LIFE”, le premier étant en noir et blanc.

Parle-nous maintenant de “LUST FOR LIFE”.

En gros, il s’agit d’un album de zombies post-apocalyptique, mais vu sous acide, c’est une espèce de parodie des films d’horreur italiens des années 80, faits avec zéro budget, sauf que là c’est de bande dessinée, et qu’on peut le gonflé, si l’on devait le faire en film cela couterait des millions et des millions.

C’est une réflexion, j’ai toujours été étonné dans les films d’horreur zombies, les jeux vidéo, on parle toujours des méchants, mais sans connaitre leurs motivations, je voulais faire et montré les motivations pour créer un virus zombie.

Vous avez le point de vue des gentils qui sont les survivants, et des méchants, les créateurs du virus sauf qu’au bout d’un moment on se si les méchants on pas un peu raison, même si moralement cela peut être discutable.

Des projets ?

Oui, il s’intitulera : “Jasmina Rabbia”, c’est un gros projet, il s’agit d’une actrice de porno, mais ce n’est pas un album porno, mais un thriller fantastique sur fond de la question de l’immigration dans les années septante dans l’Europe du Nord : France, Belgique, Hollande….

Comment y sont arrivés les immigrés magrébins en Belgique, pourquoi, et comment on les a traités.

Quelles sont les conséquences à l’heure actuelle sur la manière dont ils ont été traités à cette époque.

Le personnage principal sera un flic qui au court d’une enquête sera obligé de se poser des questions, les raisons de cette émigration, durant les années septante et cela vire vers un fantastique lovecratien.

 

 

LUST FOR LIFE

 

 

Description

Synopsis : Entre délire pop-art, mauvais goût et mauvais trip à l’acide, l’histoire continue mais ne se ressemble pas... Contrairement à ce que les médias nous serinent sans cesse, fumer peut parfaitement vous sauver la vie! Mélangeons à ce simple concept une sordide conspiration eugéniste sur laquelle vient se greffer une galerie de personnages, du mercenaire cinglé à la jeune cadre dynamique en passant par une cohorte de zombies affamés... La seule question est: «Pourquoi?» Faisons en sorte que la réponse ne soit pas: «Pourquoi pas?»

 

Auteur : Larry CASTILLO

Pages couleurs : 55 pages

Format comics a dos encollés

Editeur : GALAXIE COMICS Studios

 

«WELCOME in AMNESIA : Short stories and other tales...

Description :

Bienvenue au pays du pain et des jeux, où l’on alterne entre roulette et déroute.

Bienvenue à Saint-Victor, un endroit pire que la mort, pire que l’enfer, pire que l’oubli... Et vous savez ce qu’on dit dans ces cas-là: «Le noeud du problème est coulant, point de solution si votre cou est dedans.»

Bienvenue à Amnesia...

 

Cet album est réservé aux histoires courtes, chose que nous n’avons jamais vraiment mis en avant alors que nous adorons ça... On commence avec la première d’entre elles: «Welcome to Amnesia», un récit carcéral qui part rapidement en sucette...

 

Auteur : Larry CASTILLO

Rubrique : COMICS

Style : Comics

Format : US Comics

Impression : Noir & Blanc

Pages : 63

ISBN : 9791090893177

Larry Castillo &quot;WELCOME in AMNESIA&quot; &quot; LUST FOR LIFE »
Larry Castillo &quot;WELCOME in AMNESIA&quot; &quot; LUST FOR LIFE »

Voir les commentaires

Published by Stéphane Dubois - - Fantastique, BD, Bande dessiné, Fantasy, Horreur, zombies

<< < 10 20 21 22 > >>
Haut

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Thêatre..

Pages

Hébergé par Overblog