Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

1 2 3 > >>

Articles avec #exposition

Corps-concept

Corps-concept

Exposition "Corps-concept"

Vernissage – 20.05.17

 

L'EXPOSITION

Humain, transhumain, posthumain : les technologies semblent enfin pouvoir être utilisées pour que l'être humain soit à même de s'augmenter et de dépasser sa condition. Or cette hybridation grandissante entre hommes et technologies pose la question de la limite : le corps, enveloppe qui nous habille quotidiennement, est-il devenu un fardeau ? "Corps-brouillon", "Corps-objet", "Corps maudit" ou "Corps rêvé" illustrent les conceptions que nous avons de notre corps, support de notre identité. Des portraits métissés de Beb-deum (F) aux œuvres artistiques de l'ECAL (CH), en passant par les photographies de Matthieu Gafsou (CH), les gravures de Jean-Pierre Kaiser (CH) et les objets issus des collections du musée, interrogez le destin – paraît-il utopique – du posthumain !

 

Du 21 mai au 19 novembre 2017, voyagez au-delà de l'humanité en explorant votre relation au corps et à l'amélioration de ses performances. Les œuvres artistiques vous plongeront alors dans une critique de l'immortalité !

 

LE VERNISSAGE

Ouvert à tous et gratuit, cet événement offre une chance de découvrir l'exposition en avant-première et de profiter des activités prévues à cette occasion.

 

 

PROGRAMME DU VERNISSAGE

 

17h | Maison d'Ailleurs

Ouverture officielle des portes

 

17h-19h | Maison d'Ailleurs

Atelier créatif "Roméo & Juliette"

 

17h-20h30 | Maison d'Ailleurs

Traditionnel quiz de l'AMDA

Partenaire : AMDA

 

18h30-19h15 | Théâtre Benno Besson

Partie officielle

 

19h15-19h30 | Théâtre Benno Besson

Extraits du spectacle "Imagine+" de Sandrine Viglino

 

19h30-21h | Théâtre Benno Besson

Apéritif dînatoire

Partenaires : Le Trèfle Gourmand,

La Cave des Viticulteurs de Bonvillars, La Semeuse Boxer SA

 

21h-22h30 | Maison d'Ailleurs

Visite-découverte en compagnie des artistes

 

23h | Maison d'Ailleurs

Fin du vernissage

Exposition "Corps-concept"

Maison d'Ailleurs

Voir les commentaires

"Alphabrick" HORS MURS FANTASY BASEL

"Alphabrick"

HORS MURS

FANTASY BASEL

Maison d’Ailleurs

 

L'exposition "Alphabrick" s'exporte à Bâle : entre réflexion sur les mythologies contemporaines au travers des univers fictionnels de George Lucas (Stars Wars) et de J.R.R. Tolkien (Le Seigneur des Anneaux) et construction briques après briques, louvoyez entre les œuvres de John Howe et de Benjamin Carré. Une perspective qui réjouira les fans de space opera, de fantasy et de... LEGO® !

 

 

Avec l’accord des groupes LEGO®, Warner Bros. et Disney, « Alphabrick » est une exposition qui traite des modalités de fabrication des univers fictionnels de George Lucas (Star Wars) et de J. R. R. Tolkien (Le Seigneur des Anneaux et Le Hobbit). Ces modalités – constituées à l’origine par plusieurs « briques » médiatiques – trouvent aujourd’hui un renouveau significatif grâce à l’industrie du jouet, en particulier au travers des modèles LEGO®.

 

La perspective est inédite : en faisant dialoguer les œuvres artistiques de John Howe et de Benjamin Carré avec les modèles LEGO®, la Maison d’Ailleurs souhaite instituer une réflexion singulière sur les mythologies contemporaines et rappeler que si certains univers fictionnels semblent plus propices à la multiplication de « briques » différentes, c’est parce que ces mondes s’appuient sur le besoin de demeurer dans les fictions que l’on apprécie.

 

SA 29.4 au LU 1.5 | 10h-19h

Foire de Bâle | Halle 2.1

Tout public

 

Communiqué de presse

"Alphabrick" HORS MURS FANTASY BASEL
"Alphabrick" HORS MURS FANTASY BASEL

Voir les commentaires

Masque(s) de Tarek (Affiche de l'Exposition)

Masque(s) de Tarek (Affiche de l'Exposition)

Exposition Masque(s)

de Tarek

 

La seconde exposition personnelle de Tarek dans la galerie Philippe Gelot a pour thème le masque africain à travers le monde coloré et pictural de l’artiste.

 

Vernissage le 2 mars à partir de 17 heures.

Rencontre et dédicace le 3 mars de 14 à 20 heures.

 

L’idée de customiser des masques n’est pas récente dans le travail de Tarek puisqu’il a déjà réalisé quelques pièces entre 2010 et 2016. Lors de son séjour au Cameroun durant lequel il a peint des murs, partager avec d’autres peintres ou encore discuter avec les personnes qui ont découvert son travail, il a acquis de nombreux masques africains.

 

De retour en France, il a customisé une partie de ceux-ci et peint une grande série de toiles intitulée « Masque(s) »… Ce thème lui tient a cœur depuis longtemps puisqu’à de nombreuses occasions il a peint des toiles avec des masques et a réalisé de plusieurs dessins sur cette thématique. Sa série « Tribal » tout comme « Homme des bois » ont généré également des masques fictifs d’inspiration africaine…

 

2 au 23 mars 2017

Présentation de l’artiste Peinture, photographie, street art et bande dessinée.

 

Biographie

Né à Paris en 1971 et travaillant à Rennes.

Adhérent à la Maison des artistes, la charte des auteurs et l’ADAGP.

Diplômé de la Sorbonne (université Paris I) en histoire médiévale et en histoire de l’art, Tarek a sorti Paris Tonkar en 1991 à l’âge de 19 ans : c’est le premier livre d’art consacré au Spraycan art à Paris publié en Europe !

 

Celui-ci est devenu un ouvrage de référence pour tous les amateurs d’art urbain tout comme pour les spécialistes du Hip-hop. Il a exposé ses premières peintures en 1992 à l’espace Chapon lors de la grande exposition Paris Graffiti, un événement marquant puisque le magazine 1Tox est lancé au même moment. Il a participé activement à l’organisation de cette exposition et au lancement du magazine : le graffiti connait alors ses premières heures de gloire.

 

Tarek a préféré se détacher de ce milieu pour mieux se consacrer à ses études et à l’écriture de son mémoire consacré aux néoplatoniciens à Bagdad durant l’âge d’or des Abbassides. Il a étudié la langue arabe à l’institut Bourguiba de Tunis de 1992 à 1993, tout en réalisant de nombreux reportages photos. Puis il a vécu à Damas, entre 1995 et 1997, où il a enseigné le français et a donné des conférences aux centres culturels français de Damas et Alep ainsi qu’à l’école des Beaux-arts de Lattaquié.

 

Son travail photographique est alors exposé à Lattaquié et à Damas puis en France dans de nombreux lieux dont le centre culturel syrien à Paris puis divers espaces culturels en province.

 

Depuis 1999, Tarek a écrit plus d’une soixantaine d’albums chez plusieurs éditeurs pour lesquels il a rencontré l’adhésion du public et a remporté de nombreux prix dont le Saint-Michel du meilleur scénario en 2007 pour sa série Sir Arthur Benton.

 

Cette année-là, son travail sur cette série a fait l’objet d’une grande exposition de 200 m2 au Mémorial de Caen durant quatre mois : c’était la première fois qu’une bande dessinée était ainsi mise en valeur dans un lieu d’histoire et de mémoire. Ses albums BD jeunesse sont régulièrement utilisés dans les écoles et dans les parcours de lecture depuis 2004.

 

Il donne régulièrement des conférences sur la bande dessinée, l’histoire et l’art contemporain. En 2009, il participe à un colloque sur la Guerre Froide au mémorial de Caen en présentant son travail sur la propagande et la BD durant cette période.

 

L’année 2010 a marqué un tournant dans son parcours artistique puisqu’il a commencé à diriger Paris Tonkar magazine, une revue consacrée à l’art urbain et au graffiti mais aussi à collaborer régulièrement avec International Hip-Hop, Cosmic Hip-Hop et Fatcap magazine. La même année, il a co-écrit le scénario d’un pilote pour une série TV américaine et a exposé en Suisse puis au Canada avant de (re)proposer son travail pictural et photographique en France !

 

Il se consacre de plus en plus à la photographie et prépare actuellement une édition anniversaire de son premier ouvrage ainsi qu’un livre sur l’histoire du graffiti de 1983 à 1995. Depuis vingt ans, il travaille et réfléchit sur différentes expressions artistiques : bande dessinée, graffiti, street art, photographie, vidéo, calligraphie arabe.

 

Il a aussi collaboré dans de nombreuses revues comme Bédéka, Meuriad ou encore Ya ! en tant que journaliste ou auteur de BD. La bande dessinée n’est pas délaissée pour autant : il a scénarisé de nouvelles séries dont une consacrée à un super héros Blateman et Bobine avec Vhenin au dessin (publié en décembre 2015), une autre sur La guerre des Gaules (en 2 tomes, le premier a été présenté en avant-première au FIBD d’Angoulême en 2012) et Turcos, une histoire sur les Indigènes dans les tranchées entre 1914 et 1918, chez Tartamudo. Cet album a été nommé pour le prix Tournesol en 2012 au FIBD où Tarek a présenté son documentaire, Turcos le makingoff.

 

Tarek a également publié un album de bande dessinée avec Seb Cazes au dessin aux éditions du Moule à gaufres intitulé Le Concierge. L’accueil du public et de la presse ont été unanimes pour saluer l’audace et la qualité de cette histoire.

 

Au même moment, il a exposé en France dans de nouvelles galeries d’art, participé à des ventes aux enchères à Lyon et à Paris chez Artcurial… La galerie Philippe Gelot le soutient dans son travail et le représente à Paris. Il participe à de nombreuses manifestations d’art urbain en France : ses collages sont visibles au quatre coins du monde !

 

Depuis septembre 2013, la galerie 203 située à Montréal le représente au Canada… Concernant la bande dessinée, cette année marque aussi une nouvelle étape puisque certains de ses albums sont disponibles en langue anglaise et flamande. Entre 2013 et 2014, il expose ses peintures à deux reprises à New York où il se rend pour un live painting. L’Urban galerie située à Paris et la galerie Cognac art accueillent désormais ses dernières oeuvres en volume ainsi que des peintures grands formats. Plusieurs de ses peintures rejoignent des collections privées d’entreprises et des institutions publiques. Il a également participé à de nombreuses ventes aux enchères que ce soit à Paris ou à Lyon. La galerie en ligne Newarty’s a intégré certaines de ses oeuvres dès 2013 : son travail rencontre aussitôt un vif succès auprès de leurs collectionneurs.

 

En 2015, Tarek a débuté une collaboration avec le collectif Parcours Aucwin et il a également relancé la dynamique du collectif Partitions urbaines avec qui il a exposé dans de nombreuses galeries en France et réalisé des performances urbaines, essentiellement à Paris et à Rennes. Ses séries BD continuent de susciter de l’engouement auprès du public : la Guerre des Gaules obtient le prix de la meilleure série historique au salon BD de Rive de Giers et les planches des deux albums sont exposées dans de nombreuses institutions publiques.

 

La galerie L’oeil ouvert (République et Saint-Paul) à Paris accueille dorénavant des oeuvres inédites de Tarek : dessins et customs. Enfin, il a débuté une collaboration artistique avec la galerie Jed Voras (Paris) : exposition collective, happening lors de l’élection régionale… La Depôt art gallery à Athènes a proposé à Tarek de devenir artiste résident et une grande exposition collective en décembre a officialisé cette nouvelle collaboration. Concernant son travail d’écriture, Tarek s’est lancé sur plusieurs projets dont le scénario d’Hannibal avec Vincent Pompetti au dessin (prévu chez Tartamudo), la suite de Blateman et Bobine avec Vhenin et un scénario de court-métrage.

 

Depuis 2016 à Hambourg, Tarek a proposé au public de découvrir ses oeuvres dans de nombreuses galeries et s’est fait connaitre de la communauté française vivant dans cette ville. Il a exposé au Bateau culturel MS Stubnit, à la Kunsthaus an der Alster et au Studio Longboard. En fin d’année, il s’est rendu au Cameroun au Festiv’art à Kribi où il a réalisé de nombreux murs dans des écoles et au ministère du tourisme. Durant ce voyage, il a pu acquérir des masques africains pour son projet artistique Masque(s).

 

Collections

Mes peintures et mes volumes ont intégré les collections de plusieurs amateurs d’art dans le monde.

• Afrique : Tunisie, Maroc, Cameroun

• Asie : Japon, Corée du sud, Palestine, Dubaï

• Amérique : USA, Canada

• Europe : France, Belgique, Suisse, Allemagne, Andorre,

Angleterre, Italie, Espagne, Ibiza, Grèce

• Océanie : Australie

Acquisitions

Mes peintures ont intégré les collections de musées, de villes et de sociétés.

• France : Viltaïs (Moulins), Ville de Guéret, Croix-Rouge Française (Paris), Ad Tatum (Paris), Monin (Bourges), Havas Worldwide (Paris), MJC (Pacé) • Belgique : Musée Shoes or no Shoes

 

Les œuvres

Peintures

Galerie Philippe Gelot 29, rue Saint Paul 75004 Paris +33(0)1 40 27 00 50 ou +33(0)6 45 03 95 31

Ouvert tous les jours de 14h30 à 19h00. Le matin sur rendez-vous, fermé le mercredi. 1er jeudi de chaque mois ouverture jusqu'à 21 heures.

 

(Communiqué de presse)

 

 

Exposition Masque(s) de Tarek
Exposition Masque(s) de Tarek

Voir les commentaires

Affiche de l'expo

Affiche de l'expo

Prolongation exposition

Le Château des étoiles

 

 

Forte de son succès auprès du public, des groupes scolaires, des professionnels, des institutionnels, et de ses qualités esthétique et scénographique remarquables, l'exposition Le Château des étoiles, produite par le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême avec le soutien des éditions Rue de Sèvres, dans le cadre de la 44e édition du Festival, est prolongée jusqu'au 5 mars 2017.

 

Parce que la jeunesse est une priorité pour les partenaires de ce territoire et au regard du caractère spectaculaire de cette exposition, le Département de la Charente, Grand Angoulême et la Ville d’Angoulême ont souhaité créer les conditions de la prolongation exceptionnelle de cette exposition, en partenariat avec le Festival international de la bande dessinée, les éditions Rue de Sèvres, le Pôle image Magelis et la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image.

 

L'exposition Le Château des étoiles, imaginée par Alex Alice, l'auteur de la série de bande dessinée homonyme, s'adresse à un public familial. Machines automates, costumes réels inspirés de la série, maquettes et plans sont quelques-unes des merveilles proposées dans cette exposition immersive. Une scénographie unique qui présente des planches originales, des esquisses de travail et essais ainsi que des dessins inédits autour de la série. Dans sa version bande dessinée, dont le tome trois est à paraître en avril 2017, Le Château des étoiles a déjà conquis plusieurs centaines de milliers de lecteurs. Cette exposition tout public, ouvrira gratuitement, du mardi 7 février au dimanche 5 mars 2017, aux horaires du musée de la bande dessinée, mardi - vendredi 10h-18h, samedi et dimanche 14h-18h.

 

communiqué de presse

 l'exposition Le Château des étoiles,
 l'exposition Le Château des étoiles,
 l'exposition Le Château des étoiles,
 l'exposition Le Château des étoiles,
 l'exposition Le Château des étoiles,

l'exposition Le Château des étoiles,

Voir les commentaires

Bilan de la 44e édition du Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême

 

 

Bilan de la

44e édition

du Festival International de la Bande Dessinée

d'Angoulême

 

La 44e édition du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême vient de se terminer. Elle aura de nouveau permis d’ouvrir une fenêtre majeure sur le 9e Art.

 

Avec une programmation dense, éclectique et internationale, les festivaliers ont pu découvrir, ou redécouvrir, des œuvres incontournables, devenues des « classiques », telles que celles d’Hermann, Christin et Mézières, Will Eisner, mais aussi certaines encore trop méconnues, dont celles de Sophie Guerrive, Loo Hui Phang, Kazuo Kamimura.

 

La manifestation a ainsi réaffirmé sa vocation à mettre en avant les grands noms de la bande dessinée, mais également ses avant-gardes et ses jeunes talents.

 

L'événement aura été aussi un espace de création (avec ses Concerts de dessins®, le Concert de China Moses & Pénélope Bagieu, …) et de réflexion sur les enjeux de l'univers de la bande dessinée, comme la place des autrices et le statut des auteurs.

 

La visite de la Ministre de la Culture, qui a qualifié la manifestation de "joyau" en la comptant parmi "les plus grands Festivals", a donné une dimension supplémentaire à celle-ci.

 

Sous l'égide de son organisation et avec le concours des professionnels de la bande dessinée et des partenaires publics et privés, l'événement a ainsi globalement démontré sa dynamique, ce que de nombreux acteurs majeurs de celui-ci ont bien voulu souligner :

 

« Vous ne vous en rendez pas compte mais c’est un cadeau énorme. C’était déjà pour nous une très grande fierté que de figurer dans la sélection du plus grand festival de bande dessinée. »

Philippe de Pierpont, co-auteur de Paysage après la bataille (Fauve d’Or 2017)

 

« C’est cliché, mais ce Festival est incroyable. C’est un merveilleux rassemblement de créateurs, d’œuvres et de passionnés. Il n’y a rien de semblable ailleurs dans le monde ! En plus, Angoulême possède un charme qui lui confère une dimension humaine. »

Chris Claremont, auteur

 

« Après quatre jours passés à partager mon univers avec un public de tous âges, je suis très heureux que le Festival d’Angoulême m’ait fait confiance pour proposer « Un voyage au Château des étoiles ». À la fin du parcours, nous présentons une assez grande maquette de la Lune. En entrant dans la salle, j’ai entendu un élève demander à son voisin : « Tu crois que c’est la vraie ? ». Merci au festival et à l’équipe de l’exposition d’avoir permis ce moment. »

Alex Alice, auteur

 

« C’était mon 44e Festival, toujours dans la joie et le bonheur de vivre dans le monde de la bande dessinée. »

Jacques Glénat, Éditions Glénat

 

« Une très belle édition, et l’un des plus beaux palmarès de ces dernières années. »

Olivier Bron, Éditions 2024

 

« Très grand cru, très bien organisé, très bien équilibré en terme artistique. »

Philippe Ostermann, Éditions Dargaud

 

« Une grande cuvée, remarquable à tout points de vues. »

Serge Ewenczyk, Éditions çà et là

 

« Une édition extrêmement joyeuse et fédératrice pour les auteurs et nos équipes. Un vrai moment de partage et de découvertes. À titre personnel, le Festival le plus épanouissant que je n’ai jamais vécu. »

Benoît Mouchart, Éditions Casterman

 

« Toute l’équipe Dupuis est heureuse d’être de retour au Festival et d’avoir pu partager avec lecteurs et auteurs notre passion de la bande dessinée. Quatre journées enthousiasmantes de rencontres, d’animations, de surprises et d’expositions qui lancent une riche année 2017 pour Dupuis. À l’année prochaine ».

Julien Papelier, Éditions Dupuis

 

« Une exposition Kamimura élégante, touchante et émouvante, nous ont dit les visiteurs unanimes. Une grande claque, ont dit d’autres. Nous n’avons jamais vendu autant de mangas à un public totalement novice pour la majorité. Un grand bravo au Festival pour ce qui restera un sacré tour de force (150 originaux venus du Japon) et une belle ouverture d’esprit. Merci !! À bientôt pour 2018 ! »

Christel Hoolans, Éditions Kana

 

Voir les commentaires

EXPOSITION : « STAR TREK LONGUE VIE ET PROSPÉRITÉ »

EXPOSITION : « STAR TREK LONGUE VIE ET PROSPÉRITÉ »

EXPOSITION :

« STAR TREK LONGUE VIE ET PROSPÉRITÉ »

 

Du 16 au 25 septembre 2016 Le Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg investit le CAUE avec une exposition inédite STAR TREK pour fêter les 50 ans de la série culte de Gene Roddenberry.

 

La concordance des dates avec le Festival et l’arrivée sur nos écrans du 13ème opus cinéma, Star Trek Beyond, nous offrent l’occasion de revenir sur les 6 séries TV, 29 saisons et 726 épisodes de cette saga universelle.

 

Au travers de maquettes, affiches, costumes, figurines, objets insolites et fan arts, grâce aux collections privées de Francis et Dominique Delozé, Laurent Gonel, Denis Scheer et Audrey Ferrah, parcourez l’espace, frontière de l’infini, explorez des mondes étranges, d’autres civilisations et au mépris du danger, avancer vers l’inconnu.

 

17, 18 et 24 septembre 2016

Laurent Gonel, illustrateur trekkie, fera une démonstration d’aquarelle. Monsieur Spock à Enterprise : prêt pour la téléportation, énergie !

Entrée libre.

Communiqué de presse

Voir les commentaires

Jean Cocteau: La belle et la bête (1946), courtesy: DisCina

Jean Cocteau: La belle et la bête (1946), courtesy: DisCina

Exposition

"Monstres, faites-moi peur"

 

La Maison d’Ailleurs aux Rencontres d’Arles avec une exposition inédite : « Monstres, faites-moi peur ! ».

 

Pour sa 47ème édition des Rencontres d’Arles, le festival a invité la Maison d’Ailleurs à exposer – du 4

juillet au 25 septembre 2016 – une série de photographies provenant de ses collections et expressément rassemblées pour l’occasion autour de la figure du monstre. Explorant la diversité de cette thématique, l’exposition « Monstres, faites-moi peur ! » confronte notre regard à l’idée de la norme, aux fondements relationnels qui nous associent ou nous dissocient d’un groupe. Un regard oblique sur les monstres au cinéma.

 

« Monstres, faites-moi peur ! »

Pour cette 47ème édition des Rencontres d’Arles, la Maison d’Ailleurs a parcouru ses collections et choisi d’exposer 150 photographies de monstres – géants, vampires, mort-vivants, extraterrestres, créatures mythologiques, être anormaux et difformes –, créant ainsi l’exposition « Monstres, faites-moi peur ! ». Cette exposition exprime la valeur singulière de l’être différent au travers de l’imagerie issue des mauvais genres fictionnels ; elle confronte notre regard à l’idée de la norme – en proposant une approche qui ne se limite pas à la contemplation de l’anormalité – et invite à parcourir les marges de ce qui tend à nous rendre plus ou moins humain.

 

La sélection des images se concentre autour de deux axes névralgiques qui développent un réseau visuel différent faisant resurgir en fin de compte les idées du monstre. Plus précisément, l’exposition se compose d’une première série de portraits de monstres en plein cadre et d’une deuxième série où le monstre horschamp se construit par son absence même.

 

Les Rencontres d’Arles Avec une programmation composée essentiellement de productions inédites, les Rencontres d’Arles, festival international de photographie, recourent souvent à des collaborations avec des musées et des institutions françaises et étrangères. A travers plus de soixante expositions installées dans divers lieux patrimoniaux exceptionnels de la ville, le festival contribue chaque été – depuis 1970 – à transmettre le patrimoine photographique mondial. Grâce à une programmation composée essentiellement de productions originales, les Rencontres d’Arles sont devenues le festival de référence d’envergure internationale : être au fait de l’usage des nouvelles techniques, proposer à tous les publics une autre conception de l’exposition photographique et un vrai rapport à l’image, telles sont les missions des Rencontres d’Arles.

 

Communiqué de presse du 27 juin 2016

Jack Arnold: Creature from the Black Lagoon (1954), courtesy: Universal International Pictures

Jack Arnold: Creature from the Black Lagoon (1954), courtesy: Universal International Pictures

John Carpenter: Halloween (1978), courtesy: Compass International Pictures

John Carpenter: Halloween (1978), courtesy: Compass International Pictures

Bernard L. Kowalski: SSSSSSS (1973), courtesy: Universal Pictures

Bernard L. Kowalski: SSSSSSS (1973), courtesy: Universal Pictures

Autre festival culturel de l’été

La Maison d’Ailleurs au NIFFF La Maison d’Ailleurs participe également au NIFFF – Neuchâtel International Fantastic Film Festival – dans le cadre du programme du « NIFFF Extended ».

Le New Worlds of Fantasy est un forum littéraire qui explore les arcanes de la fiction fantastique contemporaine et ceci pour la sixième année consécutive.

Le 7 juillet prochain, l’illustrateur, scénariste et dessinateur de bande dessinée suisse Frederik Peeters donnera une conférence modérée par Marc Atallah, directeur de la Maison d’Ailleurs.

Communiqué de presse du 27 juin 2016

Voir les commentaires

PROGRAMME COMPLET FIBD 2016 ANGOULEME

PROGRAMME COMPLET

FIBD 2016

ANGOULEME

 

Vous trouverez ci-dessous en  PDF, le programme complet heure par heure du 44eme Festival International de la Bande Dessiné d’Angoulême.

 

A très bientôt, sur place…

PROGRAMME COMPLET FIBD 2016 ANGOULEME

Bande annonce officielle du festival 2016

Voir les commentaires

HUGO PRATT, rencontres et passages

 

43e Festival international

de la bande dessinée d’Angoulême

 

Exposition

“HUGO PRATT, rencontres et passages”

 

 

En attendant que soit dévoilé la semaine prochaine le programme complet de la 43e édition du Festival, lumière sur un autre incontournable du Festival 2016 :

 

L’exposition Hugo Pratt, Rencontres et passages.

 

Le 43e Festival international de la Bande Dessinée d’Angoulême rend hommage à Hugo Pratt, l’inoubliable créateur de Corto Maltese, et le tout premier président du Festival d’Angoulême ; vingt ans après la disparition de ce génie du 9e Art.

 

Alors que Corto Maltese renaît aujourd’hui grâce au nouvel album Sous le soleil de minuit par Rubén Pellejero et Juan Díaz Canales aux éditions Casterman, une exposition d’œuvres originales exceptionnelles met en exergue les influences littéraires qui ont nourri son inspiration : Stevenson, Shakespeare, Rimbaud, Kipling…

 

Cette exposition “Hugo Pratt, Rencontres et passages” retrace les nombreuses correspondances entre la vie et le travail de l’auteur vénitien à travers des originaux issus de plusieurs époques : dessins de recherche, planches originales en noir et blanc et en couleur, aquarelles, couvertures de revues… parmi lesquels se retrouvent ses créations les plus célèbres.

 

Une œuvre façonnée par un contact de tous les instants avec de la littérature et la poésie, qui reflète à merveille le cosmopolitisme et la curiosité de son créateur.

 

 

Communiqué de presse

11 DÉCEMBRE 2015

Voir les commentaires

Gilles Francescano devant l'exposition

Gilles Francescano devant l'exposition

Utopiales 2015

Entretien Gilles Francescano

 

Pour l’exposition L'espace d'un instant

 

Stéphane Dubois Gilles Francescano,

vous coordonnez une exposition de dessins faits par des détenus du Centre de Détentions de Nantes, comment vous êtes-vous retrouvé à la coordonner ?

Gilles Francescano

Chaque les Utopiales, nous mettons en place avec les Utopiales une relation avec les détenus du Centre de Détentions de Nantes, souvent nous envoyons un auteur présenter son œuvre et parler de la science-fiction en général. Nous avons souhaité cette année faire un travail plus long, plus approfondi, autour du dessin, en partant du postulat que tout le monde peu dessiné, s’exprimé autour du dessin.

 

L’idée était de leurs faires illustrer un texte, il fallait que cela soit un texte court, qu’il soit puisse nous parler que l’on connaît déjà, avec une approche autant science-fiction, humaniste et poétique. J’ais choisit d’une manière totalement arbitraire, des textes de Sylvie Lainé, avec qui je travaille habituellement et dont je connais bien l’œuvre, en collaboration avec Actus SF qui à offert les livres au Centre Pénitencier.

 

Les détenus étaient contents d’avoir les livres, et je suis intervenu après la lecture de l’ouvrage. L’idée était de les faire travailler autour de leurs ressentis.

 

Stéphane Dubois

Vous les avez fait travailler sur la base de «L’Opéra de Sahaya» et « Marouflage ».

 

Gilles Francescano

Ils se sont emparés des différents textes, voire des mélangeurs des deux textes. On a essayé de faire une synthèse de ce qu’ils avaient ressenti. J’ai eu de très bonne discussion avec les détenus, sur leurs ressentis, certains âpres les ateliers, sont venus me dirent qu’ils se mettaient au dessin, ayant pris beaucoup de plaisir à travailler de cette manière.

 

Stéphane Dubois

Il s’agit pour vous, d’une première expérience ce travail en milieu carcéral ?

 

Gilles Francescano

Oui, il s’agissait pour moi d’une première expérience, première rencontre, j’avais forcément un peu d’appréhension, avec les personnes que j’aurais en face de moi, je travaille beaucoup sur différents publics, mais en milieu carcéral s’était une première pour moi.

 

Dès la première rencontre, c’est le côté humain qui a été mis en avant, le fait d’être accueillis chaleureusement par les détenus, dans un milieu que l’on entend peu parler, avec leurs habitudes pour certains qui sont là depuis longtemps, leurs coutumes.

 

Beaucoup de discussions sur leurs ressentis à partir du texte, et liées à leurs propres « connaissances » du monde extérieur.

 

Stéphane Dubois

Ce groupe était composé de combien de personnes ?

 

Gilles Francescano

 

De 5 à 7 personnes, ils venaient parfois de manière aléatoire, en raison de leurs nombreuses activités, la bibliothèque est assez peu mise en valeur,  malheureusement car ils ont une très belle bibliothèque. D’expliquer la science-fiction à partir des ouvrages présents dans la bibliothèque. De pouvoir parler du festival des Utopiales, nous avons tout de suite essayé d’avoir une permission de sortie, pour certains détenus, deux d’entre eux, on put venir rencontrer Sylvie Lainé, voir l’exposition, les conférenciers, les autres intervenants, assistés à la projection de courts métrages, ils sont repartis des Utopiales enchantés.

 

Stéphane Dubois

Sur le plan graphique cela se passait comment, vous coacher, guidiez, conseiller, orienter ?

 

Gilles Francescano

Conseiller au départ, en essayant de les motiver au départ, je considère que tout le monde peut faire une belle image avec du temps, les aider à surmonter quelques difficultés. Certains dessinaient déjà, soit en bande dessinée, soit qui écrivait l’histoire de leurs vies à travers un roman.

 

Certains avaient déjà l’habitude de revenir sur leurs travaux et ont continué à travailler sur leurs dessins dans leurs cellules. À chaque nouvelle rencontre, j’avais une dizaine de nouveaux dessins.

 

L’exposition s’est donc étoffée rapidement.

 

Stéphane Dubois

Justement à ce sujet, comment la sélection s’est faite, il y-t-il eu une censure ?

 

Gilles Francescano

Au départ je ne voulais pas faire de sélection, je pensais que tous méritaient d’être montrés au vu de l’effort qu’ils avaient fourni. Les dessins peuvent être de qualité diverse en raison de la diversité des personnes, de leurs vécus, de leurs capacités. À part quelques dessins qui ont été écartés pour des raisons par exemple de nudité, nous aurions pu tous les exposer.

 

Stéphane Dubois

Quelles quantités dessins dans le cadre de cet atelier ont été réalisées.

 

Gilles Francescano

Plus d’une quarantaine de dessins ont été fait par les détenus, cette exposition après les Utopiales, vont être exposé de manière permanente dans la bibliothèque du Centre de Détention de Nantes.

 

Sylvie Lainé est venue rencontrerez dédicacer des livres, et des affiches du festival leur sont été offertes, pour les détenus qui avaient obtenu une permission de sortie pour les Utopiales, des conférenciers présents au festival les ont également rencontrés, ils ont pu assister également à une des sessions de projections de courts-métrages.

Stéphane Dubois

Certains connaissaient déjà la science-fiction ?

 

Gilles Francescano

Peu connaissaient la SF, beaucoup sont venus sans connaitre, certains voulaient juste échanger sur la SF, la littérature, sans pour autant participer à l’atelier de dessins.

 

D’autres avaient une importante connaissance de la science-fiction, soit via la littérature soit au travers du cinéma.

couverture du livre de Sylive LAINE, sur lequel les détenus on ttravaillés

couverture du livre de Sylive LAINE, sur lequel les détenus on ttravaillés

Parallèlement Sylvie Lainé est intervenue dans la partie « Femmes » du Centre de détention de Nantes.

 

Nous avons après entretien l’entretien rencontré aux Utopiales Sylvie Lainé, qui nous a confié qu’elle avait pour la première fois rencontré des femmes en détentions, que certaines d’entre elles lui avaient dit lire « que des livres parlant du réel et dur », elle nous a aussi confié le sentiment d’oppression qu’elle y avait ressenti, il lui fallait bien 20 minutes, pour franchir toutes les portes de sécurité, mais que ces rencontres avec des détenues, avait été mutuellement enrichissantes.

Voir les commentaires

1 2 3 > >>
Haut

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Thêatre..

Pages

Hébergé par Overblog