Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Articles avec #film

Alexandre Lança

Alexandre Lança

Entretien

Alexandre Lança

pour

UN LOFT AU PARADIS.

 

Stéphane Dubois,

Bonjour Alexandre,

Tu es le réalisateur d’UN LOFT AU PARADIS, le paradis est-il si pénible à vivre, si ennuyeux? 

 

Alexandre Lança,

Je pense que le Paradis c’est surtout ce qu’on en fait. Pour moi, il n’y a pas vraiment de rupture, c’est la continuité de ce que l’on a vécu sur Terre. Donc ça pose la question du choix et de la responsabilité, parce que tes choix sur Terre vont conditionner ce que retrouveras au Paradis. Ce n’est pas une question de morale - y’a pas de punition ni de récompense - mais faut être cohérent et faire attention. C’est pour ça que Vincent se rend compte au fur et à mesure du film qu’il s’est trompé, qu’il n’a pas choisi la bonne personne, qu’il n’en était pas vraiment amoureux finalement. Mais il y a zéro morale, et de toute façon le mec est un connard fini.

 

Stéphane Dubois,

Comment avez-vous eu cette idée de scénario ?

 

Alexandre Lança,

Au départ, je voulais en faire une pièce de théâtre : j’avais l’impression que cette histoire, très inspirée du vaudeville parisien, de Feydeau, ne pouvait se raconter que par le médium de la scène. Mais rapidement je me suis rendu compte qu’il fallait en faire un film. Je n’ai aucune idée de comment l’idée du scénario m’est venue concrètement : comme tout le monde je pense, j’ai des idées en vrac et après je les laisse s’agencer, se reconfigurer. C’est surtout les désirs d’histoire qui convoquent les sujets. En l’occurrence, j’avais vraiment envie de faire une sorte de cartoon avec des vrais acteurs, pas des dessins animés, où les corps sont malléables, où personne ne meurt, où la douleur n’existe pas.

 

Stéphane Dubois,

 Quel a été votre parcours, quelle est votre formation ? 

 

Alexandre Lança,

J’ai vécu longtemps à Lisbonne au Portugal, et ensuite je suis venu à Paris pour faire des études de cinéma à la fac. Ça ne m’a pas trop plu, mais j’ai été lauréat de bourses de création étudiantes et j’ai pu financer mon film comme ça. J’ai eu de la chance, car le film a été accompagné à la fin de la postproduction par une société de production et par une autre de distribution, ce qui a permis de sortir le film de son simple carcan de « court étudiant » et d’être vendu à des chaînes, etc. … Mais dans sa pure fabrication et son financement, c’est un film de fin d’études.

 

 

Stéphane Dubois,

Pour vous quelle importance d’être en compétition au Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg ?

Alexandre Lança,

C’est vraiment génial, je suis très content pour l’équipe, pour moi aussi bien sûr, mais c’est plus une victoire collective j’ai l’impression. Je n’aurai pas cru que le film aurait eu le parcours qu’il a eu quand je l’ai tourné, on essayait de faire de notre mieux, mais c’est vrai que je suis encore étonné - mais fier - de ce qu’on a accompli avec l’équipe. Donc oui Strasbourg c’est une belle récompense, c’est encourageant pour la suite.

  

Stéphane Dubois,

Avez-vous d’autres projets cinématographiques ?

 

Alexandre Lanca,

Oui, je viens d’achever un deuxième court-métrage qui s’appelle « Perle de nuit », on a commencé les envois en festival il y a à peine un mois. Ce n’est pas du tout un film de genre même si l’univers reste très onirique. On a beaucoup travaillé sur les matières, sur la nuit, la couleur rouge et bleu… Ça parle de mélancolie, de lâcher-prise, de ce sentiment d’être un peu perdu dans sa vie. J’ai hâte de voir ce que ça donnera en festivals, on verra bien !

 

Biographie :

Après des études secondaires au Portugal, Alexandre Lança vient en France pour y poursuivre des études en cinéma. Un loft au Paradis est son film de fin d’études. Il est sélectionné et primé dans divers festivals internationaux (BIFFF, Strasbourg, Nocturna Madrid) et diffusé à la télévision.

 

Filmographie :

 PERLE DE NUIT - 2018

William, jeune homme timide, rencontre Jade, une stripteaseuse mélancolique. Pour lui rendre service, il décide de l'héberger chez lui. Les deux se découvrent et s'apprivoisent …

Avec Sylvain Debry, Rafaela Jirkovsky, Leïla Muse et Vincent Menjou-Cortès

 UN LOFT AU PARADIS - 2017

Vincent et Emma meurent dans un accident de voiture. En arrivant au Paradis, ils découvrent avec étonnement un grand loft moderne et technologique. Mais Charlotte, la sœur d’Emma et amante de Vincent, décide de contacter le couple dans l’au-delà …

 

Infos sur le film

Pays : France

Année : 2017

Durée : 17′

 

Réalisation : Alexandre Lança

Écrit par Alexandre Lança et Vincent Menjou-Cortès

 

Produit par Isabel Segovia et Stéphanie Dronne

 

Casting :

Vincent Menjou-Cortès : Vincent

Manon Kneusé : Charlotte

Clara Bonnet : Emma

Amélie Porteu de la Morandière : L’amie

Aymeline Alix : La voyante

 

Directeur de la photographie : Florian Solin

Chef décoratrice : Léa Germain

Monteur : Alexis Noël

Musique originale : Hugo Gonzalez-Pioli

Assistante-réalisateur : Jade Debeugny

Scripte : Julie Dupeux-Harlé

Ingénieur du son : Philippe Afonso

Affiche et photos tirées du film
Affiche et photos tirées du film
Affiche et photos tirées du film
Affiche et photos tirées du film
Affiche et photos tirées du film

Affiche et photos tirées du film

Voir les commentaires

Festival Lumière La Nuit de la peur

Festival Lumière

La Nuit de la peur

 

 

 

The Thing / La Nuit des morts-vivants / Insidious / Evil Dead

 

 

 

Samedi 17 octobre de 21h à l'aube / Halle Tony Garnier

 

Bar, dortoir derrière l'écran et petit-déjeuner offert.

 

 

 

 

Billets en vente !

15 € / 13 € accrédités, étudiants et -18 ans

 

Quatre films incontournables pour une parfaite nuit de terreur

à la Halle Tony Garnier !

The Thing de John Carpenter (2012, 1h48)

The Thing de John Carpenter (2012, 1h48)

La Nuit des morts-vivants de George A.Romero (1970, 1h36)

La Nuit des morts-vivants de George A.Romero (1970, 1h36)

Insidious de James Wan (2011, 1h42)

Insidious de James Wan (2011, 1h42)

Evil Dead de Sam Raimi (1983, 1h20)

Evil Dead de Sam Raimi (1983, 1h20)

Une nuit qui s'annonce impressionnante !

Après la comédie américaine, la science-fiction, musique et cinéma, Les Monty Python, et la Nuit Alien l'année dernière, le cinéma de genre reprend ses quartiers à la Halle Tony Garnier, le samedi 17 octobre !

Parasites extraterrestres, mort-vivants, esprits et démons...

De quoi mettre les nerfs à rude épreuve au fil de quatre classiques de l'épouvante, concoctés par des maitres du genre : John Carpenter, George A. Romero, Sam Raimi et James Wan.

Entre les films, tous présentés, de nombreux extraits et avant-programmes !

On retrouvera un dortoir derrière l’écran pour les plus fatigués (et les moins éprouvés), ainsi que le traditionnel petit déjeuner à l'issue du dernier film.

 

Venez vivre l’expérience unique, et collective, de la grande nuit cinéma à la Halle Tony Garnier !

Films projetés en VOST.

Cette nuit est déconseillée aux enfants de moins de 13 ans.

Remerciements à Splendor Films, Films sans Frontières, Wild Bunch, Renaissance Pictures.

 

(Communiqué de Presse)

Voir les commentaires

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Théâtre. Présent dans les principaux festivals de film fantastique e de science-fiction, salons et conventions.

Pages

Hébergé par Overblog