Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

1 2 > >>

Articles avec #gothique

La Geste des Princes-Démons - Tome 1

La Geste des Princes-Démons - Tome 1

La Geste des Princes-Démons

 Tome 1

 

Une épopée spatiale cruelle et homérique.

Kirth Gersen a soif de vengeance. Orphelin à l’âge de neuf ans, il décide de se lancer à la poursuite des assassins de ses parents. Cinq Princes-Démons en sont les responsables, ils paieront ce crime de leur sang. Pendant des années, Kirth Gersen a formé son corps et son esprit. Aujourd’hui, Attel Malagate, dit « Le Monstre », est sa première cible. Kirth traversera les galaxies, anéantira les obstacles et s’associera à toute âme bienveillante pour accomplir sa tâche.

Première partie de l’adaptation du Prince des étoiles, œuvre culte de Jack Vance qui entame la saga de La Geste des Princes-Démons, retrouvez en bande dessinée un récit de Jean-David Morvan sublimement illustré par Paolo Traisci, jeune prodige qui révèle son talent hors du commun dans des planches au graphisme somptueux. Début d’une course-poursuite captivante.

 

Biographie :

John Holbrook Vance, dit Jack Vance, né le 28 août 1916 à San Francisco et mort le 26 mai 2013 (à 96 ans) à Oakland2,3, est un auteur américain de science-fiction, particulièrement dans le style fantasy. Hormis Jack Vance, il utilise souvent des pseudonymes — Peter Held, John Holbrook, John van See, Alan Wade — pour signer son travail. Il écrira même sous le nom d'Ellery Queen trois romans : The Madman Theory, The Four Johns et A Room to Die in.

Le grand-père de Vance serait arrivé en Californie en provenance du Michigan une décennie avant la ruée vers l'or et aurait épousé une fille de San Francisco. La petite enfance de Vance s'est passée à San Francisco. Avec la séparation de ses parents, la mère de Vance l'a emmené, lui et ses frères et sœurs, dans le ranch californien de leur grand-père maternel, situé près d'Oakley, dans le delta de la rivière Sacramento. Ce cadre a forgé l'amour de Vance pour le plein air et lui a donné le temps de s'adonner à sa passion de lecteur assidu. À la mort de son grand-père, la famille perdit sa fortune.

Vance a été contraint de quitter le collège et de travailler pour subvenir à ses besoins, en aidant sa mère lorsqu'il le pouvait. Il exerce de nombreux métiers sur de courtes périodes : comme groom (une « année misérable »), dans une conserverie et sur une drague d'or, avant d'entrer à l’université de Californie à Berkeley où il a étudie pendant six ans le génie minier, la physique, le journalisme et l'anglais.

C'est là qu’il commence son apprentissage d’écrivain. Vance a écrit l'une de ses premières histoires de science-fiction pour un devoir de classe d'anglais; La réaction de son professeur a été « Nous avons aussi un morceau de science-fiction » sur un ton méprisant, la première critique négative de Vance. Il a travaillé pendant un certain temps comme électricien dans les chantiers navals de Pearl Harbor, à Hawaii, pour « 56 cents de l'heure ». Après avoir travaillé dans une équipe de démagnétisation pendant un certain temps, il part environ un mois avant l'attaque de Pearl Harbor.

Grand amateur de jazz, il écrit à cette époque des articles pour les colonnes du Daily Californian. Vance obtient son diplôme en 1942. Une faible vue l'empêchait de faire son service militaire. Il trouve un emploi de gréeur au chantier naval Kaiser à Richmond, en Californie, puis s'inscrit à un programme du renseignement de l'armée pour apprendre le japonais, mais il échoue. En 1943, il mémorise une carte pour les yeux et devient un matelot qualifié de la marine marchande. Plus tard, la navigation de plaisance restera son loisir préféré ; les bateaux et les voyages sont un motif fréquent dans son travail. Il met à profit cette période pour écrire ses premières nouvelles, qui seront rassemblées dans le recueil Un monde magique. Il publie sa première nouvelle, The World-Thinker, en 1945 dans le magazine Thrilling Wonder Stories.

 

En 1946, Vance rencontre et épouse Norma Genevieve Ingold (décédée le 25 mars 2008), une autre étudiante de Californie. Vance a continué à vivre à Oakland, dans une maison qu'il a construite et agrandie avec sa famille au fil des ans. Les Vance effectuent alors de nombreux voyages, dont un tour du monde, et passent souvent plusieurs mois à la fois dans des pays tels que l'Irlande, Tahiti, l'Afrique du Sud, Positano (en Italie) et sur une péniche sur le lac Nagin au Cachemire.

Il travaille comme matelot, géomètre, céramiste avant de s’établir pleinement comme écrivain, ce qui n'arrive avant les années 1970.

En 1997, la Science Fiction and Fantasy Writers of America lui accorde la distinction honorifique de « Grand Maître ». Il avait auparavant reçu nombre de récompenses : les prix Edgar en 1960, Hugo en 1963 et 1967, Nebula en 1966, Jupiter en 1975, Achievement en 1984, GilgamXs en 1988 et World Fantasy en 1990. Il reçoit aussi, en 1961, le prix Edgar-Allan-Poe pour son roman policier, L'Homme en cage.

Il a exercé une influence considérable sur la science-fiction exotique et picaresque, ainsi que la fantasy, ce dont témoignent des livres comme Le Château de Lord Valentin de Robert Silverberg et Le Maître des ombres de Roger Zelazny, ainsi que l'épopée livresque et télévisuelle Le Trône de fer4.

 

 

Distinctions        

Science Fiction Hall of Fame

Prix Hugo

Prix Nebula

Prix Damon-Knight Memorial Grand Master

Prix Edgar-Allan-Poe

Prix Mystère de la critique

 

Communiqué de presse

 

Glénat La Geste des Princes-Démons - Tome 1

Glénat La Geste des Princes-Démons - Tome 1

Voir les commentaires

Asylum  L’asile pour jeunes filles rebelles Emilie Autumn

Asylum

 L’asile pour jeunes filles rebelles

Emilie Autumn

(Traducteur: Arthur Desinge)

 

L’ouvrage est principalement écrit sous la forme d’un journal intime qu’Émilie Autumn trouve et soit fait écho à son sort, ce journal intime est celui d’un certaine Émilie qui raconte ce qui ce passe dans un manoir de l’Angleterre victorienne.

 

Chaque chapitre de ce cahier intime est très court une demi-page, voir juste une ligne.

 

Cela donne une écriture particulièrement vive, coupante comme un rasoir.

 

La dernière page invite les lecteurs à y écrire commence sa propre histoire, renvoyant ce même lecteur a utilisé les marges, est interlignée pour écrire le sien. 

 

L’auteure est une artiste complète ancienne violoniste de Love Machine, chanteuse, comédienne et romancière, Asylum est une œuvre très fortement autobiographique Émilie Autumn ayant fait à l’âge de 16 ans une semaine dans un hôpital psychiatrique.

 

Très dérangeant, cet ouvrage nous renvoie au plus profond de nos terreurs, de nos failles. Ainsi que ce que fut et ce qu’est encore souvent le traitement des gens « différents » par a psychiatrie. Vous êtes différents, vous êtes insoumis, vous ne devez pas être normal, il faut vous « soigner », les internements abusifs en Angleterre et en France sont bien connus, en France ils non jamais été aussi nombreux.

               

Elle a aussi évoqué le fait de faire de son ouvrage The Asylum for Wayward Victorian Girls une comédie musicale à Broadway Londres, mais il est également question d’une adaptation cinématographique de l’Asile pour jeunes filles rebelles.

 

Vous avez une idée sur qui

pourrait en être l’actrice principale?

Dites-le-nous dans les commentaires.

 

D’un style cyberpunk, cet ouvrage n’en est pas moins référencé à l’université d’Oxford à Londres pour son programme de psychologie.

 

 

L’auteur appelle les lectrices et les lecteurs

à exprimer leurs voix quelle juge essentielle ?

Profitez des commentaires de ce site pour le faire.

 

 

DÉTAILS

Violoniste à l’aube d’une belle carrière, Emilie souffre de troubles bipolaires. Après une tentative de suicide, elle est hospitalisée, puis internée dans un service psychiatrique. En dépit de ses protestations, la voici traitée comme une criminelle, gavée de médicaments, privée des libertés les plus élémentaires, coupée du monde. Et de surcroît, en butte au harcèlement du sinistre docteur Sharp. Pour ne pas basculer dans la folie, elle entreprend de consigner le quotidien de sa détention. Et découvre dans son petit carnet noir le message de détresse d’une jeune femme séquestrée dans un asile de fous de l’Angleterre victorienne. Une Emily qui lui ressemble en tous points. Une porte sur un autre monde s’est ouverte, un monde étrange où fleurissent les idylles entre détenues, où les spectres bruissent sous le papier peint, où des rats de haute éducation s’expriment dans une langue des plus châtiée. Réalité, ou divagations ?

 

(Texte de l’éditeur)

Fiche technique :

Format Broché

EAN 9782755640823

ISBN 978-2-7556-4082-3

Éditeur Hugo Roman

Date de publication 06/06/2019

Collection NOUVEAUX MONDES

Nombre de pages 421

Dimensions 22 x 14 x 3 cm

Poids 590 g

Date de publication: 06/06/2019

Collection : Nouveaux mondes

Prix papier: 21.00 €

Prix numérique: 12.99€

 

Biographie de l’auteur :

Emilie Autumn, née le 22 septembre 1979 à Malibu, est une chanteuse américaine. Elle joue du violon, classique et électrique ainsi que du piano. Elle est une artiste signée Trisol Record mais garde son indépendance grâce à son propre label, The Asylum Emporium (anciennement Traitor Record). L'artiste cultive son propre monde et son propre univers musical qu'elle appelle le « Violindustrial » (une contraction entre violin ('violon') et industrial ('industriel')) ou « Victoriandustrial » (une contraction entre Victorian ('victorien') et industrial ('industriel')).

 

Discographie

1997 : On A Day…

2001 : Chambermaid (EP)

2001 : By The Sword (EP)

2003 : Enchant

2006 : Opheliac (EP)

2006 : Opheliac

2006 : Your Sugar Sits Untouched (Poetry Book & CD)

2007 : Liar/Dead is the New Alive (EP)

2007 : Laced - Unlaced

2007 : A Bit O' This & That

2007 : Enchant (Réédition)

2008 : 4 O'Clock

2008 : Girls Just Wanna Have Fun & Bohemian Rhapsody (EP)

2009 : The Opheliac Companion (Behind The Scenes)

2010 : Opheliac (Deluxe Edition)

2012 : Fight Like A Girl

Voir les commentaires

BIFFF 2019 One cut of the dead, Superlopez et Puppet Master: The Littlest Reich

BIFFF 2019

One cut of the dead,

Superlopez

et

Puppet Master: The Littlest Reich

 

Quelle soirée dans la grande salle des Beaux-Arts hier ! Un programme de feu puisque se suivaient trois films très attendus: One cut of the dead, Superlopez et Puppet Master: The Littlest Reich (je n'ai pas eu de place pour la nuit en tant que journaliste, mais, ne vous inquiétez pas, je l'avais vu à Gérardmer celui-là).

 

One cut of the dead, c'est un film japonais plutôt décevant au final. Déjà, pendant quasiment 40 minutes, le film est filmé avec les pieds, ces très amateurs et on se demande plusieurs fois ce qu'on est venu faire. En fait, le film parle d'un tournage de film de zombies et de vrais zombies arrivent sur le plateau et ça devient le chaos ! Pour ne pas trop spoiler (dire à l'avance ce qui va se passé - NDLR), par la suite on est glissé dans l'envers du décor et on découvre comment le réalisateur a tourné toutes les scènes qu'on a vues juste avant. Ça semble malin, mais au bout d'un moment, revoir une deuxième fois ce qu'on a déjà vu est assez lourd.

 

c'est un tout autre résultat pour Superlopez, film de super héros espagnol qui ressemble très fort à Superman quand on analyse toutes les scènes. Le film est réalisé par Javier Caldera qui avait déjà fait Ghost Graduation qui avait remporté plusieurs prix au BIFFF il y a quelques années (pas vu, mais les festivaliers ont l'air d'avoir adoré). Précédé d'une bonne réputation donc, le film est une comédie très très loufoque remplie de gags très amusants avec un super-héros moustachu typiquement espagnol (d'où la moustache) à qui ces parents ont dit qu'il ne devait pas utiliser ses pouvoirs pour ne pas se faire remarquer par les autres, mais une super-méchante débarque et il va devoir sauver la planète. Comme il est un peu maladroit, cela donne lieu à plein de situations très drôles. La salle était très réceptive et je dois avouer que je me suis aussi très fort amusé.

 

Mais la cerise sur le gâteau, c'était Puppet Master the littlest Reich qui a être une séance complète vue les longues files qui restaient devant la salle 1 pour participer à la nuit. Et ces vrais qu'on entendait que la salle réagissait beaucoup pendant la projection. Déjà à Gérardmer, le film avait très bien marché. Il raconte le retour de Mr Toulon aux commandes de ses marionnettes qui tuent tout le monde sauf que cette fois, ce sont des marionnettes nazies alors tout le monde y passe: les juifs, les gitans, les homosexuels. Mais surtout, il y a beaucoup de meurtres très graphiques perpétrer par les marionnettes qui découpes, tranches et tues quasiment tous les gens présents avec quelques éclaboussures de sang. Contrairement à Iron Sky, les réalisateurs ici ne commettent pas d'erreur historique: tous les éléments du 3e Reich décrits sont véridiques (j'ai vérifié). Un bon film gore pour ceux qui aiment ce genre de films !

 

J'espère vous retrouver demain pour une nouvelle chronique !

 

Hugues Tayez

 

One cut of the dead

Intérieur / Jour – Hangar désaffecté : une jeune femme hurle tandis qu’un zombie, bras levés et bonne gueule de fin de cuite, s’avance vers elle à la vitesse d’un accord viable pour le climat. Soudain, une voix hurle « Coupez ! ». Le tournage s’arrête, c’est la 42e prise, le réalisateur s’énerve face à autant d’amateurisme et tout le monde fait une pause. L’occasion pour les membres de l’équipe de discuter du lieu de tournage : un entrepôt que l’armée japonaise utilisait pour des expériences interdites. Hanté, l’endroit. Forcément. Soudain, des techniciens se transforment en zombies, les acteurs balisent, le réalisateur dément en profite pour continuer à filmer le massacre, et on se coltine un gros nanar en un plan-séquence. C’est mal joué, mal filmé, ça manque cruellement de rythme, certains dialogues sont juste abscons et, franchement, on n’a pas besoin d’être un cador du film zomblard pour savoir qu’on est face à une sombre merde… Mais ça, ce ne sont que les 30 premières minutes d’une pépite hors normes. En dire plus serait un véritable crime pour votre plaisir de spectateur.

 

Rhalala, on est bien embêtés, nous. Comment vendre un tel coup de coeur sans trop en raconter ? Bon, on va éviter tout indice sur le contenu : petit film de fin d’études à 20,000€, ONE CUT OF THE DEAD a déjà rapporté près de 30 millions de dollars à travers le monde. Lors de son avant-première mondiale, le film a reçu une standing ovation de plus de cinq minutes, lançant une carrière internationale carrément inédite : véritable bête de festival, le petit projet roublard de Shin’ichiro Ueda rafle quasi tous les prix du public, laissant tous les autres vétérans du genre sur le carreau. À vous maintenant de découvrir pourquoi…(Texte BIFFF)

 

Fiche technique :

 

Année  2017

Réalisateur         Shinichiro Ueda

Cast       Harumi Shuhama,

Kazuaki Nagaya,

Manabu Hosoi,

Mao,

Takayuki Hamatsu

Distributeur        Third Window Films

Genre   black comedy, zombie

Audience             ENA

Running time     96'

Pays       Japon

Audio    O.V. Japonais

Sous-Titres         Anglais, Français, Néerlandais

Première             BIFFF Premiere

Compétition       none

BIFFF 2019 One cut of the dead, Superlopez et Puppet Master: The Littlest Reich

Superlopez

 

Il était une fois une très lointaine planète nommée Chiton, soumise à la dictature du vilain Général Skorba. Las de cette répression incessante, deux scientifiques customisent leur nouveau né avec toute une panoplie de superpouvoirs pour en faire l’Elu qui sauvera Chiton ! Mais, pour l’heure, il s’agit surtout de le garder en vie, et ils décident de l’envoyer sur terre pour que le petiot grandisse un peu.

 

C’est ainsi que sa capsule atterrit dans un champ espagnol, devant un couple de fermiers qui décide d’adopter le p’tit bout de chou. Trente ans plus tard, Juan Lopez a beau être capable de terminer le Tour de France en un jour, déplacer un camion à mains nues pour garer sa Twingo ou gagner des paris en devinant la couleur du slip de ses collègues avec ses yeux rayons X, il n’en fait rien.

 

Comme lui a toujours dit son père adoptif, « profil bas, mon garçon. La réussite est toujours suspecte en Espagne ». Alors, il obtempère : il est devenu fonctionnaire. Mais, après avoir fait éviter in extremis le déraillement d’un métro, Juan s’est exposé aux yeux du monde. Et notamment à ceux d’Agata, CEO d’une multinationale d’aspirateurs très performants, mais surtout la fille du General Skorba, envoyée sur terre pour traquer le fameux élu…

 

On vous fait rapidement le pedigree de notre Javier Ruiz Caldera ? En 2013, il débarque avec GHOST GRADUATION, et repart non seulement avec le Grand Prix du Festival mais également le Prix du Public. 3 ans plus tard, il repointe sa fraise avec SPY TIME et décroche une nouvelle fois le Prix du Public ! Un doublé pareil, c’est du jamais vu : autant vous dire qu’il a les bonbons qui collent au paquet pour SUPERLOPEZ. En route pour un triplé historique ? À vous d’en juger. Mais vous savez le pire ? C’est qu’il le mériterait largement, le bougre… (Texte BIFFF)

 

Fiche technique: 

Année  2018

Réalisateur         Javier Ruiz Caldera

Cast       Alexandra Jiménez,

Dani Rovira,

Julián López,

Maribel Verdú

Distributeur        Film Factory

Genre   black comedy, fantasy, superhero

Audience             ENA

Running time     107'

Pays       Espagne

Audio    O.V. Espagnol

Sous-Titres         Anglais, Français, Néerlandais

Première             BIFFF Premiere

Compétition       none

BIFFF 2019 One cut of the dead, Superlopez et Puppet Master: The Littlest Reich

Puppet Master:

The Littlest Reich

 

De retour chez ses parents, Edgar tombe sur une vilaine poupée ayant appartenu à son frère décédé. Après une rapide vérification sur le Net, il découvre à sa grande surprise que cette infâme chose est un objet de collection très rare, que ça vaut un maximum de pognon et qu’en plus une vente aux enchères est organisée lors d’une convention de geeks, passionnés par des poupées même pas gonflables ! Bien décidé à s’en mettre plein les fouilles, il décide de s’y rendre en compagnie de sa copine et de son meilleur ami… Mais, dès la première nuit, une force mystérieuse réanime toutes les poupées collector.

 

Et, vous vous en doutez, elles ne sont pas vraiment du genre à se mettre à causer comme Bébé Calinou et ses trois phrases à la sauce « Je t’aime Maman ! ». Ouh que non… Pour filer la métaphore gentillette, prenez n’importe quelle image sur Google de la Tomatina en Espagne, imaginez une sauce bolognaise passée dans une centrifugeuse sans couvercle, ou un abattoir en plein rush d’heures supp’ sans caméra cachée de Gaia dans les parages. Vous voyez un peu le topo ?

 

Treizième opus de la mythique saga PUPPET MASTER, et un upgrade direct de la série B au film culte ! Sonny Laguna et Tommy Wiklund (WITHER) connaissent leurs classiques et savent qu’il y a deux ingrédients essentiels à ne pas négliger ici : d’abord, le fun et le gore trash qui se déverse par seaux entiers – oubliez d’ailleurs les effets spéciaux à la CGI, ici on tache à l’ancienne !

 

Ensuite, un casting aux petits oignons avec, notamment, Barbara Crampton (déjà présente dans le premier PUPPETMASTER), Udo Kier, Sean Lennon et Michael Paré qui s’éclatent (littéralement) dans un scénario outrancier de S. Craig Zahler (BONE TOMAHAWK, BRAWL IN CELL BLOCK 99) ! (Texte BIFFF).

 

Fiche technique :

Année  2018

Réalisateur         Sonny Laguna, Tommy Wiklund

Cast       Barbara Crampton,

Thomas Lennon,

Udo Kier

Distributeur        FANGORIA, Splendid Film

Genre   black comedy, gore, horreur

Audience             ENA

Running time     90'

Pays       USA

Audio    O.V. Anglais

Sous-Titres         Français, Néerlandais

Première             Première Belge

Voir les commentaires

Mémoires d’outre-mort Christopher Buehlman

Mémoires d’outre-mort

Christopher Buehlman

 

Ce 18 avril sort en librairie la traduction de « Mémoires d’outre-mort ». Les fans de cet auteur attendaient depuis 2014 avec impatience cet événement.

 

L’écriture vive, incisive avec des chapitres très courts, courts, mais plus terrifiants les uns que les autres, on est loin des œuvres pour young adult romantique a la Twilight.

 

Vous découvrirez par exemple, le rapport entre vampires et…insectes.

 

Le monde  très documenté des tunnels de la MTA, la société du  métro new-yorkais est glauque  à souhait.

 

On voyage bien entendu a travers le temps comme il ce doit pour des vampires pratiquement immortels.

 

Johnny Deep sera le principal interprète de Presque morts une série en 5 épisodes d’après l’œuvre de Christopher Buehlman IMG Global TV en ayant acquis les droits. Rappelons que cet acteur a déjà interprété un vampire dans Dark Shadows de Tim Burton.

 

La traduction de l’anglais (États-Unis) est de Jean Bonnefoy.

 

Remerciements au service de presse d’Hugo Roman.

 

 

DÉTAILS

1978. Si New York est une ville sale et dangereuse pour les vivants, Joey Peacock, vampire aux traits éternellement jeunes, y voit toujours un magnifique terrain de chasse. La nuit tombée, du fameux Studio 54 aux appartements du Village en passant par le CBGB cher aux punks, il écume Manhattan en quête d’une artère compatissante. Première des règles : charmer la proie, ne jamais la tuer. Quand vient l’aube, Joey rejoint dans une station de métro désaffectée ses frères et soeurs de sang, parmi lesquels Cvetko le Slovène philosophe, Billy Bang le fou de free jazz et, bien sûr, la patronne, Margaret, qui administre son territoire d’une main de fer. Jusqu’au jour où de nouveaux arrivants menacent la survie de la petite communauté : des enfants aux yeux brillants et aux longues canines, redoutables tueurs dont les besoins semblent sans limite…

 

430 pages

Date de publication: 18/04/2019

ISBN: 9782755641370

Prix papier: 21.95 €

Prix numérique: 12.99€

 

BIOGRAPHIE DE CHRISTOPHER BUEHLMAN

Christopher BUEHLMAN

Christopher Buehlman est né en 1969 à Tampa en Floride. Il est l’auteur de deux romans et a obtenu le prix Bridport 2007 en poésie. Il a également publié plusieurs pièces de théâtre et incarne, en tant que comédien, le personnage « Christophe the Insultor » devenu culte grâce à de nombreux festivals. Il est diplômé en histoire et en français, et vit à St. Petersburg, en Floride.

 

Bibliographie  et récompense:

 

Awards

2007 winner, Bridport Prize for poetry ("Wanton")

2011 nominee, World Fantasy Award for best novel ( Those Across The River ) [4]

2014 nominee, Shirley Jackson Award for best novel ( The Lesser Dead )

 

Bibliography

Novels

Those Across The River (Ace, 2011) [5] [6] [7] [8] [9] [10]

Between Two Fires (Ace, 2012) [11] [12]

The Necromancer's House (Ace, 2013) [13] [14] [15]

The Lesser Dead (Berkley, 2014) [16] [17]

The Suicide Motor Club (Berkley, 2016) [18] [19] [20]

Plays

 

The Last Neanderthals: A Paleolithic Comedy

Hot Nights for the War Wives of Ithaka

A Sodomite's Christmas in Elizabethan London

Vulgar Sermons

 

Poetry

"Bear Attacks"

"Wanton"

"Rapture"

"Love Song for the Geminid Meteors"

Voir les commentaires

Cathédrale des Abymes  La Guilde des assassins

Cathédrale des Abymes  

TOME 2/4 :

LA GUILDE DES ASSASSINS

PAR

JEAN-LUC ISTIN

ET

SÉBASTIEN GRENIER

 

Avant tout, il est bon de savoir que l’Éditeur en ce début d’année offre un ex-libris au format A4 de Sébastien Grenier inséré dans l’album.

 

Dans ce second volume, les personnalités des principaux protagonistes et les interactions entre eux aussi bien sur le plan personnel que sur celui lié à la prophétie se développe et se complexifie.

 

Le scénario est aussi de plus en plus profond. La Haine, l’Amour, la  vengeance et bien d’autres sentiments s’entrecroisent et forment la trame de cette histoire. L’on attend avec impatience de tourner la page pour se rassasier aussi bien des mots  de Jean-Luc Istin que des sublimes dessins de Sébastien Grenier.

 

L’album se termine sur les deux premières pages du volume trois, et nous met l’eau à la bouche pour la suite.

 

Réservé aux plus de 16 ans.

 

Résumé de l’album :

Un monde séparé par une faille, la frontière. Deux grands Empires ancestralement opposés. Trois fous qui rêvent de les réunir en bâtissant une immense cathédrale !

 

À Anselme, capitale de l’Empire du Nord, le bâtisseur Pier de La Vita engage un avocat contre le mage Ronfield, qui refuse de le payer, tout en étant le responsable de la mort de sa femme et d’un de ses enfants.

 

Commence un jeu aux mortelles conséquences ! Parallèlement, Sinead fait connaissance avec le druide Brahnann. L’heure est grave : une armée marche vers eux avec pour objectif de s’emparer de l’évangile

d’Ariathie. Celui qui dirige cette armée est lié directement au passé de Sinead lorsque, naguère dans les rues de Dakareen, elle croisa Don Costelnau et son mage nécromant, Lazerath.

 

 

 

Date de parution : 09/01/2019  /

ISBN : 978-2-302-07411-8

Scénariste : ISTIN Jean-Luc

Illustrateur : GRENIER Sébastien

Coloriste : GRENIER Sébastien

Série : CATHEDRALE DES ABYMES (LA)

Collection : Heroic fantasy

 

Biographie des auteurs :

 

JEAN-LUC ISTIN

EST NÉ EN 1970 DANS LE MORBIHAN.IL RÉSIDE DANS LES CÔTES D’ARMOR.

En 1999, il s’implique en tant qu’auteur et directeur de collection chez Nucléa. C’est à cette époque qu’il crée Merlin, dessiné par Eric Lambert et Aleph avec DIM-D. Il travaille ensuite pour les Éditions Soleil, où il reprend la série Merlin, et écrit alors Le Seigneur d’Ombre que dessine DIM-D. Il dessine également Les Brumes d’Asceltis sur un scénario de Nicolas Jarry. De son intérêt et de son attachement pour la Bretagne, il a l’idée de créer un collectif de contes bretons : Les Contes du Korrigan. Suite au succès de cette série, Jean-Luc Istin imagine la collection « Soleil Celtic », qu’il propose à Mourad Boudjellal. Il est, à ce jour, directeur de cinq collections et scénariste de nombreuses séries : « Soleil Celtic » (Le Sang du Dragon, Les Contes de l’Ankou, Les Druides, Le Grimoire de Féérie, Merlin la Quête de l’Epée), « 1800 », « Anticipation » (Nirvana), « Abysses » et « Soleil Ésotérique » (Le Cinquième Évangile, Templier).

 

En 2013, il crée avec Nicolas Jarry la série concept Elfes, 5 races, 5 scénaristes, 5 dessinateurs, 1 seul

univers. Viennent ensuite les séries Maîtres inquisiteurs, Nains et Orcs et Gobelins

 

 

SÉBASTIEN GRENIER

EST NÉ EN 1979. IL RÉSIDE DANS LE DOUBS.

Influencé dès son plus jeune âge par des films tels que Conan ou la trilogie Star Wars et la musique heavy metal, il hésite entre des études musicales ou de dessin. Il découvre, durant le collège, les travaux de Frazetta, Giger, Brom, Bisley et le choc ultime vient des premières éditions françaises du monument Akira et des comics tels que Spawn, LOBO, Witchblade. Durant son cursus aux Beaux-Arts d'Épinal, il s’ouvre à d'autres horizons culturels, dont le symbolisme du 19e. Il a travaillé pour divers éditeurs de jeux de rôle et de romans. Il a dessiné notamment pour le compte de l'Éducation nationale une série d'illustrations retraçant l'histoire des musiques actuelles, avec la romancière Luna Satie. Pour les Éditions Soleil, il a participé au tome 3 des Légendes de la Table ronde, dans la collection « Soleil Celtic » ainsi qu’à la série Arawn.

 

 

Cathédrale des Abymes  La Guilde des assassins
Cathédrale des Abymes  La Guilde des assassins
Cathédrale des Abymes  La Guilde des assassins
Cathédrale des Abymes  La Guilde des assassins

Voir les commentaires

Recherche de partenariats

Bonjour,

Pour mon site sur les genres de l’imaginaire, je suis à la recherche de partenariats.

 

Ce partenariat peut prendre diverses formes, à convenir entre nous si vous êtes intéressé   contactez moi en MP.

 

Merci d’avance

 

Voir les commentaires

DOUBLE DATE

 DOUBLE DATE

COMPETITION INTERNATIONALE

 

Dès les 20 premières secondes la bande son et la musique, nous mettent dans l’ambiance.

 

Avec son coté gothique ce film à petit budget est pour moi l’un des meilleurs en compétition pour le Méliès d’argent, même s’ils ne sont pas dans la même catégorie rien n’a voir avec le soporifique « Kaléidoscope » film on ne peut plus ennuyeux.

 

Sexy, parfois violent, gore  a certains autres moments, sans aucun doute « Double Date » est pour moi le film qui de la programmation est le plus proche de l’esprit du FEFFS.

 

Pour son premier long métrage le réalisateur réussit un très bon film, le mélange : horreur, humour et amour (pour qui ?) est bien dosé, les scènes d’action ont parfois un effet cocasse voulu.

 

La photographie et les effets spéciaux sont à la hauteur étant donné le budget pour ce premier film.

 

J’espère franchement qu’il aura une récompense au FEFFS 2017, voire dans d’autres festival.

   

Résumé  du film :

Alex est résolu à ce que son ami Jim perde sa virginité avant ses 30 ans. Pour cela, les deux hommes vont suivre deux femmes, séduisantes et tentatrices, d’un bar à une grande maison en périphérie de la ville, sans savoir qu’elles ont de plus obscurs projets.

 

Double Date inverse un processus bien connu du cinéma d’horreur. Ici, l’assaillant, le prédateur, la menace est une femme. Ou plutôt un duo de femmes décidées à utiliser l’obsession sexuelle masculine pour un rituel de magie noire. Benjamin Barfoot, dont il s’agit du premier long-métrage, se révèle particulièrement habile pour mêler l’horreur à l’humour. Il évolue ainsi à la limite du genre pour proposer un récit fun et débridé.

 

 

Filmographie de Benjamin Barfoot (source imdb)

 

Director (6 credits)

2017  Double Date

2016  Fist (Short)

2012  Where Did It All Go Ron? (Short)

2012  Who Is Albert Plum? (Short)

2012  Drive Too (Short)

2010  Fuse (Short)

 

Editor (5 credits)

2017  Double Date

2016  Fist (Short)

2012  Where Did It All Go Ron? (Short)

2012  Who Is Albert Plum? (Short)

2012  Drive Too (Short)

 

Cinematographer (3 credits)

2012  Where Did It All Go Ron? (Short)

2012  Who Is Albert Plum? (Short)

2012  Drive Too (Short)

 

Writer (1 credit)

2016  Fist (Short)

 

 

Visual effects (1 credit)

2010  Fuse (Short) (visual effects)

 

Camera and Electrical Department (1 credit)

2016  Panorama (TV Series documentary) (camera - 1 episode)

- Gangs, Guns and the Police (2016) ... (camera)

 

Infos sur DOUBLE DATE

Pays : Royaume-Uni

Année : 2017

Durée : 1h30

Version : Anglais / VOSTFR

Avertissement : Interdit aux moins de 12 ans

 

Réalisation : Benjamin Barfoot

Production : Maggie Monteith, Chris Reed, Matthew James Wilkinson

Scénario : Danny Morgan

Photographie : Laura Bellingham

Montage :  Benjamin Barfoot

Interprétation : Danny Morgan, Georgia Groome, Michael Socha

Ventes Internationales : Film Constellation

DOUBLE DATE

Dimanche 24 septembre à 22h UGC

Voir les commentaires

Bloody Week-end 2017

Make-up Body Paint

Bloody Week-end 2017 Make-up Body Paint
Bloody Week-end 2017 Make-up Body Paint
Bloody Week-end 2017 Make-up Body Paint
Bloody Week-end 2017 Make-up Body Paint
Bloody Week-end 2017 Make-up Body Paint

Bloody Week-end 2017

Animations, Stand et divers

moi au Festival :)
moi au Festival :)
moi au Festival :)

moi au Festival :)

Des membres du Jury en dédicaces

Des membres du Jury en dédicaces

Marteau de Thor géant , R2D2
Marteau de Thor géant , R2D2

Marteau de Thor géant , R2D2

Stand associatifs
Stand associatifs

Stand associatifs

Voir les commentaires

Bloody week end COURTS METRAGE session  1

 

Bloody week end

COURTS METRAGE

session 1

 

Nous retrouvons dans cette première session des films très divers dans leurs genres, comme dans leurs origines, certains de grandes factures, d’autres moins, certains faisant polémiques, d’autres pas.

 

Je pense qu’il faut retenir de cette première série de films en compétition : Margaux pour le coté recherche sur les « monstres » qui peuvent hanter une jeune ado, et le fait aussi que des ados peuvent être monstrueux avec d’autres ados. Peut-être à réserver à un public de plus de 16 ans.

 

L’autre film de la session à voir est SIYAH CEMBER (BLACK RING), que nous avions déjà croisée dans d’autres festivals cette année

 

Bien sûr nous vous parlerons des autres films en compétition samedi et dimanche.

 

 

Résumées des films de la première session en compétition.

 

Red Skies USA

2016

9'

Réalisateur : Bret Miller

Synopsis :

Un homme essaie d'emporter ses affaires avant qu'une tempête ne frappe sa maison urbaine. Comme l'œil de la tempête remonte sur lui, l'homme découvre que quelque chose d'autre monde rampe parmi les boîtes de carton.

 

Margaux

France

2016

17'

Réalisation : Jodéphine Hopkins, Rémy Barbe, Joseph Bouquin

Synopsis :

Margaux, une jeune fille de 15 ans, découvre son pouvoir de séduction et les balbutiements de sa sexualité, en tentant parallèlement de fuir une créature monstrueuse qui hante son quotidien et semble de plus en plus se rapprocher d’elle.

 

Marée basse

France

2016

7'

Réalisateur : Adrien Jeannot

Synopsis :

Comme chaque matin, Francis chasse à vue les terribles créatures qui envahissent les plages de son pays. Un jour, son gouvernement le licencie...

 

SIYAH CEMBER (BLACK RING)

Turquie

2016

14’58

Réalisateur :Hasan Can Dagli

Synopsis :

Un groupe de personnes organise un événement spécial dans une mansion abandonnée. Bientôt avec l'arrivée d'hôtes, les choses changent.

 

The sunken couvent

Danemark

2016

15'

Réalisateur : Michael Pandur

Synopsis :

Un homme se réveille, travaille, mange, réalise un peu de chirurgie sur son propre corps avant de se rendre dans un bois... Sans parole et librement inspiré par le conte de Hans Christian Andersen, «The Sunken Convent» est une histoire grotesque et légèrement surréaliste de mauvaises habitudes.

 

 

Le plan

France

2016

12'59

Réalisateur : Pierre Teulieres

Synopsis :

Dans un manoir isolé, une créature reçoit des ordres afin d’accomplir un sombre dessein. Pendant ce temps-là, un père aux abois est à la recherche de sa fille, disparue.

Margaux et  SIYAH CEMBER (BLACK RING),
Margaux et  SIYAH CEMBER (BLACK RING),

Margaux et SIYAH CEMBER (BLACK RING),

Autres films en compétitions
Autres films en compétitions
Autres films en compétitions
Autres films en compétitions

Autres films en compétitions

Voir les commentaires

Corps-concept

Corps-concept

Exposition "Corps-concept"

Vernissage – 20.05.17

 

L'EXPOSITION

Humain, transhumain, posthumain : les technologies semblent enfin pouvoir être utilisées pour que l'être humain soit à même de s'augmenter et de dépasser sa condition. Or cette hybridation grandissante entre hommes et technologies pose la question de la limite : le corps, enveloppe qui nous habille quotidiennement, est-il devenu un fardeau ? "Corps-brouillon", "Corps-objet", "Corps maudit" ou "Corps rêvé" illustrent les conceptions que nous avons de notre corps, support de notre identité. Des portraits métissés de Beb-deum (F) aux œuvres artistiques de l'ECAL (CH), en passant par les photographies de Matthieu Gafsou (CH), les gravures de Jean-Pierre Kaiser (CH) et les objets issus des collections du musée, interrogez le destin – paraît-il utopique – du posthumain !

 

Du 21 mai au 19 novembre 2017, voyagez au-delà de l'humanité en explorant votre relation au corps et à l'amélioration de ses performances. Les œuvres artistiques vous plongeront alors dans une critique de l'immortalité !

 

LE VERNISSAGE

Ouvert à tous et gratuit, cet événement offre une chance de découvrir l'exposition en avant-première et de profiter des activités prévues à cette occasion.

 

 

PROGRAMME DU VERNISSAGE

 

17h | Maison d'Ailleurs

Ouverture officielle des portes

 

17h-19h | Maison d'Ailleurs

Atelier créatif "Roméo & Juliette"

 

17h-20h30 | Maison d'Ailleurs

Traditionnel quiz de l'AMDA

Partenaire : AMDA

 

18h30-19h15 | Théâtre Benno Besson

Partie officielle

 

19h15-19h30 | Théâtre Benno Besson

Extraits du spectacle "Imagine+" de Sandrine Viglino

 

19h30-21h | Théâtre Benno Besson

Apéritif dînatoire

Partenaires : Le Trèfle Gourmand,

La Cave des Viticulteurs de Bonvillars, La Semeuse Boxer SA

 

21h-22h30 | Maison d'Ailleurs

Visite-découverte en compagnie des artistes

 

23h | Maison d'Ailleurs

Fin du vernissage

Exposition "Corps-concept"

Maison d'Ailleurs

Voir les commentaires

1 2 > >>
Haut

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Théâtre. Présent dans les principaux festivals de film fantastique e de science-fiction, salons et conventions.

Pages

Hébergé par Overblog