Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>

Articles avec #litterature

Fanzine Pénombres N° 6

Fanzine Pénombres N° 6  

 

L’association Transition reprend cette fois en mode virtuel la publication de sa fanzine Pénombres, avec 7 nouvelles illustrées. Le thème de cette nouvelle livraison est : Mondes virtuels, monde réel.

Sur  plus de 70 pages, vous y trouverez surement de quoi satisfaire votre gout de la lecture dans les genres de l’imaginaire.

 

Association culturelle axée sur les œuvres textuelles et picturales du domaine de l’imaginaire.

 

 

 

 

Sommaire : 

 

Les Enfants d'Avalon par Xavier Portebois

 

 Plug in, baby par Francis Ash

 

Héros par Anne-So Deligny

 

Game Over par Mickael Martins

 

Ramdam à la Virtuelothèque par Luce Basseterre

 

Allitération binaire par Frédéric Gobillot

 

Sorcière du cyberespace par Anne Goulard

 

Illustrations des textes :

 

• Les Enfants d'Avalon : illustrations par Terryjil

 

• Héros : illustration par Anne-So Deligny

 

• Plug in, baby : illustration par Anne-So Deligny

 

• Ramdam à la Virtuelothèque : première illustration par Delphine Gueniffey, seconde illustration par Terryjil

 

• Allitération binaire : illustration par Terryjil

 

• Sorcière du Cyberespace : illustration par Epicta

Voir les commentaires

Published by Stéphane Dubois - - science-fiction, SF, Fantastique, Fanzine, LITTERATURE, Illustration, Images, virtuel

Résultats du concours Visions du Futur 2015 : enfin !

Résultats du concours

Visions du Futur 2015 :

enfin !

 

 

Vous en rêviez, eh, bien, ça y est, les voici, les voilà, les résultats tout beaux tout neufs du concours Visions du Futur 2015 !

 

Accessit :

 

K.T.

pour sa nouvelle sur la citation de Napoléon Bonaparte :

« Le Fil »

 

3ème prix ex-aequo :

 

 Christophe KAUFFMAN

pour sa nouvelle sur le thème « Perversion » :

 

« Le rouge est mis »

 

Pauline CEAUCESCU

pour sa nouvelle sur le thème « Perversion » :

 

« Naya »

 

2nd prix :

 

Yohan VASSE

pour sa nouvelle sur le thème « Perversion » :

 

« Fiorentina »

 

1er prix :

 

Dean VENETZA

pour sa nouvelle sur la citation de Star Trek :

 

« Pavillon Noir »

Voir les commentaires

Necronomi'Con Programme

 Necronomi'Con

Programme

 

La première convention Lovecraft France se prépare pour les 4 & 5 juillet prochain !

La première convention Lovecraft française dédiée à l'univers d'H. P. Lovecraft sous tous ses aspects s'annonce les 4 et 5 juillet 2015 à Lyon.

 

Auteurs, artisans, musiciens et autres spécialistes et amateurs du mythe de Cthulhu se retrouveront donc à la Maison Ravier pour de nombreuses animations :

Necronomi'Con Programme

SALON DU LIVRE :

 

- Librairie Trollune : Livres VF et VO -

Librairie Omerveilles : BD, Comics et Manga -

Les indés de l'imaginaire, éditeurs -

Editions Stellamaris -

Editions Le miroir aux nouvelles

 

► STANDS CRÉATEURS :

 

Produits D Rivets,

Xav' illustrations,

Kultur Rock Créations,

Pofesseur W.P,

L'Encre de Cthulhu,

Black Wings Jewelry,

Alfinor Kraft,

Emy Chaos Children,

Star Toys 83,

Le Fond du Chapo, Epsilon Vega

 

Exposition collective !

 

► ANIMATIONS :

- Astier Illustioniste ! -

Quizz ArtZone Chronicles

- Speedrun "They bleed Pixels"

 

 

Necronomi'Con Programme

► ESPACE JDR :

 

- 16 tables de jeu -

Editions Sans Détour

Necronomi'Con Programme
Necronomi'Con Programme

► PROJECTIONS :

 

- 2 séances de courts métrages 100% Univers Lovecraft -

Ciné-concert du film "Re-Animator" -

Des pause documentaires !

Necronomi'Con Programme
Necronomi'Con Programme

► TABLES RONDES :

 

- Traduire HP Lovecraft -

Adapter Lovecraft : cinéma & littérature -

Alone in the Dark : Infogrames et HP Lovecraft -

Construire une mythologie en littérature -

HP Lovecraft, l'homme -

Jouer avec le mythe : JDR & HP Lovecraft

Voir les commentaires

couverture: Mathieu Coudray

couverture: Mathieu Coudray

Présences D’Esprits

N° 83 printemps 2015

 

Le zine des mondes de l’imaginaire

Littérature .BD. Cinéma .

TV .Jeu. Illustration

 

Cette fois le fanzine que vous commencez à bien connaitre nous propose tout un dossier sur les Dragons.

Dossier de 15 pages très bien documenté.

 

Un entretien avec L.L. KLOETZER, chose pas si courante, suivi d’une analyse sous forme de chronologie de son œuvre par l’écrivain Léo Henri.

 

On y trouvera également la transcription de la table ronde de Jean Ray/Harris Dickson qui sait tenue aux 11e rencontres de l’imaginaire de sèvres en décembre 2014. 

 

La rubrique « Les veux fanzines » nous propose cette fois-ci les spins-of des revues phares

 

Côté graphisme vous trouverez un article et un entretien sur RUNE ÉDITIONS.

 

Les amateurs de nouvelles pourront ce délectez de celle de Laurent Dols « Enfer à classer ».

Sans oublier bien sur les rubriques :

Des nouvelles de la galaxie (News)

Lectures (Livres)

Graphisme (BD, illustrations)

Visons (ciné, DVD, télé, spectacles)

 

Voir les commentaires

Published by Stéphane Dubois - - littérature, Livres, TV, jeux, illustrations, AOC, Présences d'esprits, nouvelles, films, DVD

A.Lice Auteure Entretien

A.Lice Auteure Entretien

 

Stéphane Dubois,

 

Votre pseudo vient-il du roman de Lewis Caroll ?

 

A.Lice,

En fait, non. Alice, c’est juste un prénom que j’affectionne pour de mystérieuses qualités esthétiques. C’est un peu mon prénom secret, celui que j’aurai aimé porter. Mais c’est aussi, par jeu, celui d’un de mes personnages : une Intelligence Artificielle créée il y a quelques années, devenue la biographe d’un dieu mystérieux à la mémoire défaillante, un certain Curtis… Celles et ceux qui lisent la Saison 2 de DG comprendront.

 

Mais ta question est double. Dans mon cas, un pseudo était de toute façon obligatoire.

 

 Mon employeur désapprouverait grandement que je sois l’auteure d’une saga érotique. Et c’est un euphémisme. Je garde donc tout secret ; même ma famille ne sait pas qui est A. Lice.

 

 

 

Stéphane Dubois,

Comment en êtes-vous venus à écrire des romans, quels ont été les ouvrages ou les auteurs qui vous ont marqué, influencé ?

 

 

A.Lice,

 Je ne sais pas, des fois je me pose la question. J’écris depuis toujours, je crois. Des nouvelles, des petits textes, des scénarii pour jeux de rôles, des délires personnels, des lettres… Les romans sont venus quand j’étais étudiante. J’ai commencé par une trilogie que j’ai mis cinq ans à terminer. Une œuvre de jeunesse que j’ai en partie désintégrée pour ne garder sous le coude que les quelques idées vraiment originales qu’elle contenait ; des petites graines qui une fois germées ont été diluées dans DG. Puis sont venus d’autres romans, plus « sérieux », et des nouvelles écrites juste pour le plaisir.

 

En parallèle, j’ai énormément lu. Mes premiers émois je m’en souviens très bien, c’était vers la fin du primaire, avec la découverte de la SF : Niourk de Stefan Wul et la bande dessinée Yoko Tsuno de Roger Leloup. Puis ont suivi tous les grands que vous imaginez, Dick, Asimov, Lovecraft, Silverberg, Tolkien… avec toujours cette fascination pour Dune de Franck Herbert, comme beaucoup j’imagine, et à travers Dune, tous les livres-univers.

 

Plus récemment, je citerai Greg Egan, Kim Stanley Robinson, Priest, Tim Powers, Banks, Guy Gavriel Kay, Card… Il y en a trop ! Et j’oublierai tous ceux dont l’étiquette est moins connotée SF, comme Albert Sanchez Piñol. Aujourd’hui je lis beaucoup moins de fictions, par manque de temps d’une part, et d’autre part parce que mes lectures récentes ont été décevantes. Je n’aime pas, par exemple, toute la fantasy adolescente et autres machins à base de vampires.

 

Je préfère écrire.

 

Stéphane Dubois,

Pourquoi avoir choisi de mêler : sexe, fantastique et science-fiction dans la même saga.

 

A.Lice,

Parce que j’ai toujours fait ça ! Je veux dire, mêler SF et fantastique. Dans DG, Alicia explique à Lolita que si la magie suivait les lois du monde réel, alors ce ne serait pas de la magie. Je pense pourtant exactement l’inverse : si la magie existait, alors elle aurait des lois, des règles, qui pourraient être étudiées selon des critères scientifiques, rationnels, et la magie deviendrait de la science. Il n’y a pas de différences fondamentales, ou sérieuses, entre SF et fantasy. De plus, toute technologie très en avance pourrait passer pour de la magie ; je crois que Clarke l’a dit, et c’est plus ou moins explicite dans le Mythe de Cthulhu. Les lecteurs découvriront certainement qu’Alicia se trompe. Voilà pour le premier mélange ; reste le sexe…

 

Pendant plusieurs années j’ai été occupée par certains projets personnels, années où j’ai relativement peu écrit. Par contre j’ai bourré mon ordi d’idées tordues ; de plus en plus adultes, dirons-nous. J’avais envie d’écrire un truc sexuel, quelque chose de puissant.

 

Puis il y a un déclic, je me suis dit que les gens étaient finalement peut-être prêts à lire quelque chose de différent, que c’était « le bon moment », et j’ai commencé à bosser sur DG.

 

Nos fantasmes dépendent de notre imaginaire, et comment mieux les nourrir qu’avec de l’imaginaire pur ?

 

De façon moins rhétorique, j’avais depuis toujours une idée très particulière sur les univers différents, une sorte d’analyse, pour faire ma pédante, comme quoi la cohérence interne est bien plus importante que la crédibilité. Je le pense de plus en plus, et je crois que pour les gens, c’est pareil.

 

Prenons Star Wars par exemple. Cet univers n’a aucune crédibilité (c’est mon avis), et pourtant ça fonctionne, parce que dans cet univers, ça reste cohérent.

 

Dans DG, et j’espère que les lecteurs en avançant le réaliseront, je me suis attachée à rendre cohérent un univers hyper-sexualisé, malgré son indéniable originalité.

 

Stéphane Dubois,

Combien de tome pensez-vous écrire sur DG ?

 

 A.Lice,

Difficile à dire. J’écris (lentement) le troisième volume. Il s’agit de gros livres ; je n’ai pas envie de me payer la tête des acheteurs. Dans mon esprit tordu, il est terminé, tout est clair, pratiquement déjà rédigé. Je me suis mis la pression à son sujet et je vais tout faire pour qu’il soit prêt pour Noël. Il en va de même pour le quatrième, même s’il est moins bien planifié. Je dirai qu’au final il y aura environ six volumes. Oui, c’est énorme. Je suis folle.

 

Stéphane Dubois,

Tu qualifierais de pornographique la saga ?

 

A.Lice,

Ah ! Ze question ! Ma position ne va pas faire l’unanimité, et tant mieux s’il y a débat. Je sais que la pornographie peut aussi être littéraire, ou la littérature pornographique, en théorie, mais je distingue le porno de l’érotisme. L’érotisme, pour moi, fait naître le désir ou l’entretient, par le biais de l’excitation. Et cette excitation est mentale. La pornographie serait plus directe, et donnerait à voir sans faire travailler l’imagination. En littérature, s’abstenir d’une pseudo-façade poétique et utiliser les mots pour ce qu’ils sont (une bloggeuse dit que je ne mâche pas mes mots) laisse toujours le lecteur ou la lectrice imaginer et concevoir la scène. Tout est dans votre tête. Mais j’ai peut-être tort ; je l’accepte sans problème. Ce que je ne voudrais pas, c’est voir le mot porno plaqué sur mes livres avec tout le cortège d’a priori négatifs que cette étiquette implique de médiocrité. La Saga DG parle des fantasmes, du désir et du plaisir. C’est ça qui compte vraiment : le plaisir de lire. J’ai déjà quelques retours très positifs de la part de lecteurs des deux sexes. Certains adhèrent au ton particulier de la saga, une oscillation permanente entre le premier et le second degré, entre l’humour et le sérieux. Visiblement, une fois mon érotisme particulier accepté, c’est l’histoire racontée qui devient prépondérante.

 

 

Stéphane Dubois,

Les hommes n’ont pas le beau rôle dans ta saga, tu qualifierais de « féministe » ton œuvre, ou carrément de gynarchique ?

 

A.Lice,

Je ne cherche pas à faire une œuvre féministe.

 

Il n’y a aucun message dans DG, juste de l’aventure et du sexe (ce qui revient au même, finalement). Les hommes sont minoritaires au début, parce qu’il faut bien commencer par quelque chose. Mais certains ont un rôle plus qu’important. Pour utiliser un terme geek, le personnage le plus « puissant » de la saga est bel et bien un homme, le fameux Curtis. Et si les femmes sont à l’honneur, et les sexualités féminines aussi, c’est bien parce qu’il s’agit avant tout de l’histoire des Dangerous Girls, pas de celle d’éventuels Dangerous Boys (des BG ?).

 

 

Stéphane Dubois,

En dehors de DG, tu as d’autres projets ?

 

A.Lice,

Oui. Mon roman le plus abouti est en révision pour une édition sur Kindle. Mais il est énorme et comme je n’ai le temps d’écrire que le dimanche ou pendant mes congés, ça avance doucement. Faut aussi que je change son titre, il parait que c’est invendable en l’état. J’ai aussi tout un tas d’idées que je n’ai ni le temps ni les besoins narratifs d’inclure dans DG ; alors je pense à un recueil de nouvelles dans l’univers de la saga. En parallèle, j’écris aussi une encyclopédie sur DG ; on verra bien s’il y a de la demande, un jour. Mais là, tout de suite, je cherche surtout à faire connaître la saga. D’où l’appel à contribution : si vous avez aimé, parlez-en autour de vous, sur facebook, dans la rue, au lit, partout !

 

  

 

Bibliographie :

actuellement deux livres, en exclusivité sur la boutique Kindle d’Amazon.

 

DG Saison 1 Le tombeau de Rose

 

DG Saison 2 La fin de l’innocence

Voir les commentaires

Published by Stéphane Dubois - - SF, Science-Fiction, Fantastique, livres, Kindle, Auteur, Auteure, Littérature

PRIX SOLARIS 2015

 

Québec, le 10 mai 2015 – Le Prix SOLARIS 2015 a été attribué à Jean-Louis Trudel, pour sa nouvelle de science-fiction « Garder un phénix en cage ». Québécois d’adoption et Franco-Ontarien de cœur, Jean-Louis Trudel est un membre actif de la communauté SF canadienne, et cela dans les deux langues officielles. Il a publié dans nos pages d’innombrables critiques, articles et nouvelles ; c’est d’ailleurs un de nos fournisseurs réguliers de science-fiction quoiqu’il ne dédaigne pas les autres genres. Il a aussi publié plusieurs livres, dont plus de vingt romans pour la jeunesse dans la collection Jeunesse-pop, sous son nom, et sous le symbionyme Laurent McAllister, qu’il partage avec son camarade Yves Meynard. Il remporte le prix Solaris pour la troisième fois cette année.

 

Le jury a également attribué une Mention Spéciale à « Comment nous sommes devenues écrivaines », de Natasha Beaulieu.

 

Le gagnant se mérite une bourse de 1 000 $. Sa nouvelle sera publiée dans SOLARIS 195, à l’été 2015.

 

La Mention Spéciale sera également publiée dans un prochain numéro de SOLARIS.

 

Le Prix SOLARIS 2015 a été remis le dimanche 10 mai 2015, lors du congrès Boréal à Québec.

 

Le jury du Prix SOLARIS 2015, appelé à délibérer selon un processus de sélection anonyme, était composé de :

 

Philippe Turgeon, adjoint à l’édition aux éditions Alire, Francine Pelletier, écrivaine,et Pascale Raud, nouvelliste et coordonnatrice de Solaris.

 

Toute l’équipe de Solaris remercie chaleureusement les participants et les membres du jury de leur collaboration et prie ses lecteurs de bien noter que la date limite de participation pour l’édition 2016 est le 11 mars 2016.

 

Communiqué de Presse :

Pascale Raud, coordonnatrice, Joël Champetier, rédacteur en chef

Jean-Louis Trudel et Natasha Beaulieu
Jean-Louis Trudel et Natasha Beaulieu

Jean-Louis Trudel et Natasha Beaulieu

Voir les commentaires

Published by Stéphane Dubois - - Prix, Palmarès, science-fiction, SF, Fantastique, Auteur, LITTERATURE, Livres, Nouvelles

Lorraine Dey avec l'actrice principale de son film

Lorraine Dey avec l'actrice principale de son film

Lorraine Dey Auteure

 

Stéphane Dubois,

Tu peux te présenter

Lorraine Dey,

Je suis auteure, je présente un livre sur la schizophrénie, c’est un témoignage en deux parties, la première est un témoignage, un journal intime tenu par mon père qui était schizophrènes, la deuxième partie est le récit d’une petite fille qui a grandi un peu comme le Dany de  Shining  d’où ma tenue aujourd’hui.  Avec un père qui l’initier à le rejoindre dans son monde.

 

Le deuxième livre est une  nouvelle fantastique sur le château hanté de Fougeret et le projet de film qui s’appelle MASTEMA, c’est un film d’horreur qui sera présenter au Festival de Gérardmer en 2017, qui s’enracine à la fois dans ma vie pour la première partie du film ou l’on voit des enfants évoluer on découvre la schizophrénie qui se mêle aux peurs d’enfants, qui créer une intensité a son extrême.

 

 Ces deux enfants grandissent et devienne docteur en psychologie, ils doivent présenter pour leur thèse le projet « MASTEMA », ils étudient un homme atteint de schizophrénie et qui  prétend être possédé, bien entendu cela ne va pas ce passez comme prévu. Ils deviennent les propres cobayes de leur expérience.

 

Qui est qui, qui est malade, on est vraiment projeter dans la maladie mentale.

 

Stéphane Dubois,

Le film est déjà tourné ?

Lorraine Dey,

Il est en court de tournage, nous avons un producteur russe et je suis présente au Bloody Week-end avec l’actrice principale du film.  Il doit sortir en décembre 2016.

 

Stéphane Dubois,

Tu classerais ce film dans quel genre ?

 

Lorraine Dey,

Horreur-épouvante, MASTEMA, le diable n’apparait qu’à celui qui le craint, c’est un proverbe arabe.

 

On retravaille l’affiche pour que le heurtoir donne l’impression que l’on est de la taille d’un enfant et aura la texture de la peau humaine.

 

Stéphane Dubois,

Pourquoi le château de Fougeret ?

Lorraine Dey,

Il se situe dans la Vienne, on peut le visitez et y passé une nuit avec un médium, je voulais contextualisé ma fiction, dans un vrai château hanté, la fiction de déroule sur 7 jours, l’âme du château, une prison psychique, les actuels propriétaires disent que même si vous voulez la fuir vous y serez toujours attaché.

 

Ce château disposerait d’un cimetière d’enfants, d’entités, certaines pièces jugées trop dangereuses sont interdites aux publics. Des meubles bougent, des PEV (enregistrements de fantômes)

 

Stéphane Dubois,

Nous tiendrons informés les internautes de l’avancement du tournage.

Affiche provisoire du film

Affiche provisoire du film

Voir les commentaires

Prix Imaginales 2015 les lauréats

Prix Imaginales 2015

les lauréats

 

 

Le festival des Imaginales est l’occasion de remettre le prix éponyme depuis 2002. Il récompense les meilleures œuvres de fantasy.

 

•Roman francophone :

Manesh de Stefan Platteau (Les Moutons Electriques)

 

•Roman étranger traduit : C

Comme un conte de Graham Joyce, traduction Louise Malagoli (Bragelonne)

 

•Jeunesse :

La Voie des oracles d’Estelle Faye (Scrineo)

 

•Illustration :

Hélène Larbaigt pour L’étrange cabaret des fées désenchantées (Mnémos « Ourobores »)

 

•Nouvelle :

Père-des-Pierres (novella) d’Orson Scott Card,

traduction Jean-Daniel Brèque (L’Atalante)

 

•Prix spécial du Jury :

Vincent Ferré, pour le recueil Lire J.R.R. Tolkien (Pocket) et la supervision de la nouvelle traduction du Seigneur des Anneaux (par Daniel Lauzon, chez Christian Bourgois)

 

•Prix Imaginales des lycéens : 

Le Batard de Kosigan de Fabien Cerutti (Mnémos)

 

•Prix Imaginales des collégiens :

Les Autodafeurs de Marine Carteron (Le Rouergue)

 

•Prix Imaginales des écoliens :

Malenfer de Cassandra O’Donnelo (Flammarion)

 

•Prix Une autre Terre :

La Liquidation de Laurent Cordonnier (Les Liens qui Libèrent)

Voir les commentaires

Bonjour,

 

Deux infos importantes pour nos abonnés

La première :

 

Dès Vendredi soir, retrouvez sur http://science-fiction-fantastique.com/ toutes les infos, reportages, entretiens  et  photo du Bloody week-end qui ce dérouleras ce Week-End.

 

La secondes, spécifique à ceux qui ont un blog sur les genres de l’imaginaire sur OVER-BLOG (et uniquement cette plate-forme), vous pouvez rejoindre la « communauté de blogs » que j’ais créer récemment « science-fiction et fantastique".

 

Dans tous les cas a très bientôt

 

Stéphane Dubois pour http://science-fiction-fantastique.com

Voir les commentaires

Couverture Mary Khaos

Couverture Mary Khaos

Frédérick Durand

Quand s’éteindra la dernière chandelle

Rivière Blanche

 

Frederick Durand, auteur québécois publie aux éditions Rivière Blanche, que vous commencez à bien connaitre, nous vous parlons souvent de leurs excellent travail éditorial, un roman intitulé « Quand s’éteindra la dernière chandelle ».

 

C’est le dernier roman en date de cet auteur, qui publie pour la première fois chez cet éditeur pour lequel il a beaucoup d’admiration pour le travail accompli par Philippe Ward et Jean-Marc Lofficier depuis 10 ans déjà.

 

Trois autres nouvelles complète cet ouvrage, ces dernières ont déjà été publié dans la revue québécoise « Solaris », qui notons-le est la plus ancienne revue de SF et de Fantastique du monde.

 

Cet ouvrage vous donnera donc un bon aperçut de l’imaginaire de cet auteur.

 

Frédérick Durand

 Noire 74. Quand s'éteindra la dernière chandelle

 ISBN-13: 978-1-61227-416-4

 204 pages

 

Résumé du livre

Il dérivait dans un abîme, tombait dans un précipice sans fond. Le temps lactescent s'écrasait contre les parois. Des taches charbonneuses criblaient son corps, elles s'agrandissaient au point de le recouvrir, il n'était qu'une masse noire tournoyant dans la nuit glacée, tournoyant sans jamais atterrir. Les pulsations d'un ciel d'ambre découpaient son plongeon immobile en autant de battements, toujours les mêmes, toujours les mêmes...

 

 Célibataire désœuvré, Florent Lemaître accepte de participer à une soirée qu'organise l'un de ses amis d'enfance. Sur place, il prend part à une conversation qui porte sur le surnaturel. Interrogé, l'homme affiche son scepticisme. Son hôte le met alors publiquement à l'épreuve : puisque Lemaître est si incrédule, osera-t-il écrire une lettre aux forces des ténèbres en leur demandant d'être présentes à ses côtés jour et nuit ? Florent accepte de relever le défi. L'idée de séduire l'une des convives n'est pas étrangère à sa décision...

 

 De retour chez lui, Lemaître est prêt à oublier l'incident. Mais une série d'événements de plus en plus troublants l'amènent peu à peu à s'interroger : en acceptant de rédiger cette missive, a-t-il déclenché un redoutable mécanisme capable d'exaucer ses souhaits au-delà de tout ce qu'il avait imaginé ?

 

 Roman suivi de trois nouvelles fantastiques : L'heure approche où j'aurai tes yeux, Quand revivra le théâtre inerte et Le chemin délesté.

 

 

 

Biographie

Frédérick Durand est un écrivain québécois, né à Trois-Rivières le 18 mai 1973.

 

Romancier, nouvelliste, poète et essayiste, Frédérick Durand est détenteur d'un diplôme d'études avancées (DEA) de l'Université de Limoges (France) et d'un doctorat de l'Université du Québec à Trois-Rivières (thèse sur les représentations du privé dans les romans-feuilletons français publiés dans les journaux québécois du XIXe siècle). Il a publié trois livres de poésie, plusieurs romans, des nouvelles, des articles et des comptes rendus, en anglais et en français, dans divers périodiques, parmi lesquels Imagine…, dont il a été directeur littéraire (1996-1998), Recherches sociographiques et Les Cahiers de la Société bibliographique du Canada.

 

Chercheur, il a enseigné la littérature à l'Université du Québec à Trois-Rivières et au Collège Laflèche (Trois-Rivières). Il enseigne actuellement au cégep de Trois-Rivières. Son étude sur Les Deux Orphelines d'Adolphe d'Ennery : de la pièce au roman, la multiplication des figures et des passions, est parue en 1999 dans Érudition et passion dans les écritures intimes, Éditions Nuit Blanche/Nota Bene (actes du colloque tenu dans le cadre du 65e congrès de l'Association canadienne-française pour l'avancement des sciences (ACFAS)). Il anime une émission de radio sur les ondes du 89,1 FM à Trois-Rivières, consacrée à la promotion du cinéma, de la littérature et de la musique « différentes » : onirisme, fantastique et surréalisme. Musicien, il a participé à l'hommage au cinéaste Lucio Fulci, For Lucio Fulci : a Symphony of Fear et au DVD officiel du film L'AlDila, du même réalisateur (publié par Anchor Bay).

 

 

Depuis 1997, Frédérick Durand a publié des romans, des recueils de poésie et un recueil de nouvelles chez différents éditeurs. Il est aussi membre du duo musical Carfax Asylum dont le premier album est paru en 2014 sur le label Fangoria Musick

 

Bibliographie sommaire

 

Roman

L'ombre du sorcier, Ed. Pierre Tisseyre (St-Laurent, Canada), Coll. Chacal, 1997.

Le voyage insolite, Ed. Pierre Tisseyre (St-Laurent, Canada), Coll. Chacal, 1998.

Le carrousel pourpre, Ed. Hurtubise-HMH (Montréal, Canada), Coll. Atout, 2001.

Promenade nocturne sur un chemin renversé, Ed. Hurtubise-HMH (Montréal, Canada), Coll. Atout, 2002.

Dernier train pour Noireterre, Ed. La Veuve Noire (Longueuil, Canada), 2003.

Au rendez-vous des courtisans glacés, Ed. La Veuve Noire (Longueuil, Canada), 2004.

L'île des cigognes fanées, Ed. La Veuve Noire (Longueuil, Canada), 2004.

Au carrefour des 3 éclipses, Ed. JCL (Chicoutimi, Canada), 2006.

Je hurle à la lune comme un chien sauvage, Ed. Coups de tête, 2008.

La nuit soupire quand elle s'arrête, Ed. La Veuve Noire (Longueuil, Canada), 2008.

Comme un goût d'aurore sur une idée fixe, Ed. Vents d'Ouest (Gatineau, Canada), 2008.

La maison au fond de l'impasse, Ed. Vents d'Ouest (Gatineau, Canada), 2010.

Le mausolée des matins blêmes, Ed Andara, 2013

 

Nouvelle (bibliographie sélective)

Le retour de M. Delamort, dans Orbite d'approche, Ianus (Canada), 1992.

La maison qui n'existait pas, dans la Revue Imagine... no 78, 1996.

Possession sur commande, dans la Revue Solaris (Canada) no 118, 1996.

Nocturne, dans la Revue Solaris (Canada) no 126, 1998.

À l'intention des ombres, recueil de nouvelles, Ed. Vents d'Ouest (Gatineau, Canada), 2008

 

Poésie

Tu peux me déchirer, Trois-Rivières, Éditions d'art Le Sabord, 2005.

Locoleitmotive (poésie polar), avec Michel Châteauneuf et Pierre Labrie, Trois-Rivières, Éditions d'art Le Sabord, 2007.

Sombre d'ailleurs, Montréal, Triptyque, 2009.

 

Honneurs

2009- Lauréat du Prix Jacques Brossard, À l'intention des ombres et La nuit soupire quand elle s'arrête.

2008- Lauréat du Prix de littérature Clément-Morin Culture Mauricie, À l'intention des ombres.

2003 - Finaliste au Prix de littérature Gérald-Godin, Promenade nocturne sur un chemin renversé.

1999 - Finaliste au Prix Aurora, pour la nouvelle Nocturne.

1998 - Prix Solaris, pour la nouvelle Nocturne.

1994 - Gagnant du concours littéraire de la Saison des Arts de Bécancour, pour la nouvelle Comme une lettre à la poste.

 

 

Voir les commentaires

Published by Stéphane Dubois - - Auteur, Fantastique, Romans, Nouvelles, LITTERATURE, Livres, Rivière Blanche, Horreur

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>
Haut

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Thêatre..

Pages

Hébergé par Overblog