Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Articles avec #serge rollet

La porte des ténèbres par Alan Haigh,

La porte des ténèbres par Alan Haigh,

La porte des ténèbres

par Alan Haigh,

 aux éditions

« Le Masque fantastique »

 

 

Il s'agit d'un roman assez ancien, paru en 1977, et dix-huitième et dernier titre de la courte première série « fantastique » chez Le Masque, ceux avec les couvertures rouges, pour les collectionneurs.

 

Assez difficiles à trouver, ces petits livres de poche présentent des textes inédits à l'époque, et rarement repris ensuite. L'auteur qui se cache sous le pseudonyme de Alan Haigh est en réalité un critique et anthologiste belge bien connu, Jacques van Herp, qui publia quelques romans et nouvelles sous divers noms d'emprunt.

 

« La porte des ténèbres » est un roman court (220 pages) qui conte l'arrivée d'un jeune professeur de français dans une province reculée d'un pays indéfini. Dès les premières lignes, le lecteur comprend que le personnage est ambigu, que ses interrogations concernant son poste rejoignent celles qu'il se pose sur son identité.

 

Parvenu à destination, le récit (à la première personne et au présent) devient celui d'une découverte hallucinée, celle d'une enclave hors du temps peuplée d'autochtones cachant des secrets inquiétants.

 

La lecture de « La porte des ténèbres » se révèle assez addictive : le style en est simple, mais pourvu d'un vocabulaire riche et précis, et l'accumulation des mystères et des situations paradoxales pousse à tourner les pages jusqu'à une révélation à la hauteur des enjeux posés au départ.

 

Ce final mettant en scène un culte à des entités dignes de Lovecraft donne une dimension mythique à une histoire qui, autrement, aurait pu passer pour assez anecdotique.

 

Ce qui différencie ce récit de ceux proposés par Lovecraft et ses adeptes, c'est la sensualité torride qui habite les protagonistes : le jeune héros manifeste une sexualité exigeante mais contrariée, et il trouvera une partenaire idéale en la personne d'une manipulatrice désignée pour le conduire à accomplir son destin.

 

Enfin, des scènes d'un culte exotique et malsain, à la limite du sadomasochisme apportent un piment sulfureux à la lecture.

 

En conclusion, il s'agit d'un petit roman agréable à lire, d'un auteur à découvrir, qui aurait pu, à la grande époque, trouver sa place parmi l'équipe de la mythique collection « Angoisse » au Fleuve Noir.

 

Serge ROLLET

 

Informations d'édition

Format: Poche

Langue: Français

Genre: S.F., Fantasy & Terreur > Fantastique

Editeur: Librairie des Champs-Elysées

Collection: Collection fantastique rouge

N° dans la collection: 18

Date parution: 1977

Nb pages: 222

ISBN: 2702406165

 

Biographie et bibliographie sommaire :

Naissance : Bruxelles, Bruxelles-Capitale, Belgique, 26 novembre 1923.

Décès : Etterbeek, Bruxelles-Capitale, Belgique, 30 décembre 2004.

 

Autres noms connus  

Vrai nom / nom complet : VAN HERP Jacques

Pseudonyme(s) :

ARVEL Alain

BERCHMANS Michel

CÉTESKI Ladislas

JOULY André

KENKÖNNERY Illy

LEBLOND Willy

MONNIER Marc

NADA Carlo

PROVIST Alain

VÉDÉWÉ Michel

 

Pseudonyme(s) collectif(s) :

GOISSERT Michel

JANSEN Michel

 

Bibliographie :

La Nef ensorcelée  (En coll. avec Paul HANOST) , 1977  (Nouvelle)

La Porte des ténèbres (1977)

Le Blackjoke , 1978  (Nouvelle)

4e de couverture

4e de couverture

Première série « fantastique » chez Le Masque

Première série « fantastique » chez Le Masque

Voir les commentaires

Illustration: Daniele Serra

Illustration: Daniele Serra

Quinze Pas Vers l'Etrange

Serge Rollet

 

L’auteur nous offres quinze nouvelles, la plupart fantastique.   Il avait déjà publié aux Editions Rivière Blanche « Le Dieu sans nom » (collection Noire N°82), qui fit grand bruit a l’époque.

 

Cette fois ci, il nous offre quinze nouvelles, très diverses, ce qui fait l’intérêt de l’ouvrage.

 

Ce nouvelliste est dans  la continuité d’écrivains comme  Brown, Bloch ou encore Matheson. D’entrée avec le « Le Sanctuaire » on voit que   l’auteur n’est pas dans l’horrifique, mais plus dans la malice, de l’humour.

 

Chaque nouvelles évoque une thématique différente.

 

Très bien écrit je vous en recommande la lecture, mais quoi de mieux que de vous forger votre propre opinion en lisant et téléchargeant légalement l’extrait ci-dessous, à ce propos je remercie les Editions Rivière Blanche.    

 

 

 

 

Serge Rollet

Noire 110. Quinze Pas Vers l'Etrange

ISBN-13: 978-1-61227-747-9

228 pages - 20 euros

 

 

4E de couverture.

Je ne dors jamais deux fois au même endroit. J'ai changé de ville tous les jours depuis un mois. Mon premier soin est de calfeutrer soigneusement toute ouverture qui se présente dans ma chambre, avant de chercher, le plus souvent en vain, un sommeil d'oubli. Pourtant, je sens l'être, la chose qui me poursuit, se rapprocher de jour en jour. Et ma peur augmente au fur et à mesure que je crois entendre un glissement répugnant s'approcher de la chambre minable que j'occupe ce soir dans un hôtel parisien. Peut-être le fait de consigner cette aventure par écrit pourra-t-il m'aider à surmonter ma terreur. Demain, je m'envole pour le Canada, un pays de glace et de neige où nul reptile ne peut survivre.

 

Le Dieu sans nom, publié en décembre 2015 dans cette même collection Noire, avait déjà frappé les esprits. Avec ce nouveau volume d’une réjouissante diversité, Serge Rollet  confirme s’il en était besoin une maîtrise qui le situe dans la continuité directe des grands maîtres américains tels que Fredric Brown, Robert Bloch ou Richard Matheson.

 

Fort heureusement, ces prestigieux parallèles ne nuisent en rien à la singularité et au tempérament des Quinze pas vers l’étrange. Car si le style ciselé de Serge Rollet peut bel et bien entraîner son lecteur « dans l’abîme du temps », c’est pour mieux le rappeler au bon souvenir de certaines évidences contemporaines. La preuve par quinze avec ce recueil passionnant et subtil, quelque part entre le train fantôme et le musée des horreurs.

 

Du fantastique à la fantasy en passant par la science-fiction et l’horreur, Serge Rollet arpente tous les « territoires de l’inquiétude » avec la même gourmandise communicative. Difficile dans ces conditions de résister à ses invitations au voyage, même s’il s’agit peut-être là d’un aller simple vers l’étrange…

 

 

 

TABLE DES MATIÈRES :

Préface d'Artikel Unbekannt

Le sanctuaire

Le Berserker

Léo

Métamorphoses

L’anneau de Seth

Le dernier des Mokélés

Dans le reflux du temps

Nettoyeur de tranchées

La mort sinueuse

Au pied de la lettre

Gibier

Guérison

Irish tale

Dans la peau

Der Nachrichter

 

 

Biographie de l’auteur :

Amateur des « mauvais genres » de l’imaginaire, Serge Rollet est tombé tout petit dans la marmite lovecraftienne. Il en est ressorti armé de la conviction que le Mythe de Cthulhu méritait d’être repris et augmenté, de préférence avec un style modernisé et contemporain.

 

Depuis, il a publié quelques nouvelles aux éditions de L’œil du Sphinx, chez « Horrifique », divers fanzines aujourd’hui disparus, et dans différentes anthologies dont "Sur les Traces de Lovecraft" chez Nestiveqnen.

 

Après une interruption de quelques années, il est revenu à l’écriture et a publié « Le Dieu sans Nom » et « Quinze Pas vers l'Étrange » chez Rivière Blanche.

 

Parisien d’origine, il vit en Bretagne, entre Ys l’engloutie et Brocéliande, où il prépare divers projets d’écriture tout en exerçant diverses activités alimentaires.

 

Fan de Graham Masterton et de Tim Powers, amateur de théories bizarres et de connaissances saugrenues, il collectionne les livres et les réponses négatives d’employeurs sérieux.

 

Voir les commentaires

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Théâtre. Présent dans les principaux festivals de film fantastique e de science-fiction, salons et conventions.

Pages

Hébergé par Overblog