Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>

Articles avec #zombies

programmation du second Week-end du fantastique

La  programmation du second Week-end

du fantastique enfin dévoilée !

Le deuxième Week-end du fantastique, organisé par le Festival européen du film fantastique de Strasbourg du 30 octobre au 1er novembre, dévoile une programmation audacieuse de nouvelles productions de films de genre, qui proviennent des États-Unis, du Canada, de la France, du Royaume-Uni ou encore d’Indonésie. Vous découvrirez des histoires variées sur la lycanthropie ou les insectes, la ferveur religieuse, une comédie gore ou encore un récit d’horreur moderne tiré de légendes populaires javanaises, entre autres. Certains films invitent à réfléchir sur les sociétés au sein desquelles nous vivons. Nous vous proposons aussi une rétrospective de films peu connus du studio Hammer, produits dans les années 1970.

 FILMS DES ETATS-UNIS

Clin d’œil aux extravagances du cinéma d’exploitation des années 1980, Cyst, réalisé par Tyler Russel, est une comédie d’horreur sur un kyste géant doté d’un œil qui se lance dans une folie meurtrière au sein d’un hôpital.

 L'inquiétant et cynique Honeydew de Devereux Milbern dépeint la détresse d'un jeune couple retenu prisonnier dans une étrange maison familiale. Une version revisitée de Massacre à la tronçonneuse de Tobe Hooper.

  Le premier long métrage de Jonathan Cuartas, My Heart Can't Beat Unless You Tell It To, raconte le poids insoutenable des obligations familiales. Ici, un frère et une sœur doivent commettre des meurtres "thérapeutiques" pour sauver leur petit frère fragile qui se nourrit de sang humain.

Mention spéciale du jury, Tribeca 2020.

Rent-a-Pal de Jon Stevenson aborde la solitude d'un fils dévoué, dont la vie est consacrée aux soins de sa mère démente. Incapable de trouver l'amour, il se lie d’amitié avec un personnage terrifiant avec qui il communique au travers d'une cassette VHS. Une chronique mélancolique de la solitude, terreau fertile où explose la violence.

 VFW de Joe Begos rend hommage aux films de genre des années 1980, de John Carpenter à John McTiernan. Un film de siège où des vétérans de l’armée américaine se réunissent pour sauver une jeune femme d'une horde de junkies enragés, avec des vétérans du cinéma haut en couleurs.

FILM DU CANADA

  The Oak Room de Cody Calahan est un thriller néo-noir brillamment construit, dont la narration se conçoit comme une mise en abyme. Le film est une imbrication d’histoires racontées par chaque personnage, façonnant un récit tissé de mensonges, de trahisons, de quiproquos et de violence.

FILMS DU ROYAUME-UNI

 Gatecrash de Lawrence Gough est un thriller psychologique à huis clos portant sur un étrange délit de fuite, un policier gênant et une victime étrangement bienveillante. Suspense maximal garanti.

Saint Maud, premier film de la réalisatrice Rose Glass, est l'histoire glaciale et effrayante d'une infirmière en soins palliatifs, qui, en proie à une ferveur religieuse, suit les instructions de Dieu pour sauver l'âme de sa patiente. 

 FILM D'INDONÉSIE

Impetigore de Joko Anwar mêle légendes folkloriques javanaises et horreur contemporaine dans le récit vertigineux d'une jeune citadine qui découvre ses origines : un village maudit ancré dans le passé.

 

FILMS DE FRANCE

En provenance de France, deux films forts qui abordent des préoccupations sociales et économiques par le prisme du fantastique :

 Teddy, de Ludovic et Zoran Boukherma, raconte l'histoire touchante d'un inadapté social. Son statut de marginal dans une région montagneuse n’offre pas d’autre exutoire que de donner libre cours à son étrange fascination pour une bête meurtrière.

Sélection officielle, Cannes 2020.

Le thriller agricole La Nuée, de Just Philippot, suit le combat d'une femme qui élève des sauterelles comestibles dans un milieu hostile. Lorsqu'elle engraisse ses sauterelles avec du sang pour augmenter sa productivité, une ambition destructrice et obsessionnelle s’empare d’elle.

Sélection de la Semaine de la critique, Cannes 2020.

RÉTROSPECTIVE - HAMMER 70s

RÉTROSPECTIVE - HAMMER 70s

RÉTROSPECTIVE - HAMMER 70s

Pour un voyage des plus plaisants dans les classiques du passé, notre rétrospective Hammer 70s vous propose sept films peu connus des studios de la Hammer. Produits dans les années 1970, période marquée par des changements sociaux et l'émergence de nouvelles normes dans la société britannique, les films du légendaire studio anglais n’étaient plus vraiment choquants et leur caractère avant-gardiste déclinait. Pour y remédier, ils se tournèrent vers des films plus modernes, plus ouvertement érotiques et plus violents encore, réalisés par une nouvelle génération de cinéastes de La Hammer, comme Roy Ward Baker, Jimmy Sangster et Peter Sykes, pour n'en citer que quelques-uns.

  (Communiqué de presse)

 

Laissez vos commentaires,

et abonnez-vous aux newletters.

Voir les commentaires

Walking Dead 193 ultime numéro

Walking Dead

#193 ultime numéro

 

Sorti cette semaine, le #193 de la série de comics Walking Dead est annoncé comme étant l’ultime numéro de cette saga de survivalisme, devenue un véritable phénomène éditorial et de pop-culture.

 

La série Walking Dead est apparue il y a plus de quinze ans, créée par le scénariste Robert Kirkman et dessinée initialement par Tony Moore, puis reprise après sept numéros par Charlie Adlard.

 

Le 32e et dernier tome est attendu pour octobre 2019 en langue française.

 

L’arrêt de cette série est un choix délibéré des auteurs, effectué en toute indépendance, alors que la série s’est toujours maintenue depuis plus d’une décennie dans le top 10 des ventes aux États-Unis et caracole en tête des ventes de comics en France depuis 2007, avec - à ce jour - près de 5 millions d’exemplaires vendus.

 

Le groupe Delcourt continuera à développer sa collaboration avec les auteurs de Walking Dead, tout d’abord avec Robert Kirkman sur Outcast, Oblivion Song, et d’ici quelques mois avec une nouvelle série intitulée Die! Die! Die!, et aussi avec Charlie Adlard (Vampire State Building, et un nouveau projet en préparation).

 

 

                           Le 2 juillet 2019

 

Communiqué de presse

Voir les commentaires

Moriarty  Empire mécanique

Moriarty 02.

Empire mécanique 2/2

 

PAR

FRED DUVAL

JEAN-PIERRE PÉCAU

STEVAN SUBIC

SCARLETT

 

Nous avions laissé Holmes prisonnier d’une mystérieuse femme, cette détention va lui permettre de confirmer ses doutes.

 

Je ne vous en dirais pas plus pour ne pas dévoiler la solution (provisoire) de cette enquête.

 

 

Cet album clôt le premier diptyque. Le prochain diptyque sera dessiné par Gess. Encore plus horrifique que le précédent, ce deuxième tome de ce premier diptyque, n’est pas à mettre entre toutes les mains.

 

Déconseiller aux moins de 18 ANS

 

Utiliser les commentaires

pour donner votre opinion

sur ce diptyque.

 

Pensez à vous inscrire

à la newsletter,

via le bouton « Abonnez-vous »  

 

Résumé de la série :

 

Comment Moriarty peut-il encore mettre des bâtons dans les roues de Sherlock Holmes quand ce dernier jure l’avoir vu mourir ? L’enquête se boucle et toutes les réponses sont enfin révélées.

 

Londres, 1899 : It’s raining men. Pour être plus précis, de monstrueux Hyde tombent du ciel pour causer la panique dans les rues de la capitale de la Perfide Albion. Le smog est transpercé de part en part par l’arrivée de ces musculeux monstres décérébrés et le palais de Buckingham subit lui aussi l’assaut avec violence. La reine Victoria, en réunion avec Lord Grey, doit quitter son palais sous bonne garde.

 

 

240 x 320

64 pages

Album cartonné

9782756099255

ISBN : 978-2-7560-9925-5

Scénariste : DUVAL Fred, PÉCAU Jean-Pierre

Illustrateur : SUBIC Stevan

Coloriste : SCARLETT

Série : MORIARTY

Collection : NEOPOLIS

Editions DELCOURT

15,50 €

 

Disponible en numérique.

 

 

Biographie des auteurs :

FRED DUVAL

EST NÉ EN 1965 À ROUEN.

RÉSIDE EN SEINE-MARITIME.

 

Avec le soutien de Thierry Cailleteau et Olivier Vatine, il signe en 1996 son premier album, 500 Fusils.La même année, il démarre sous le label « Série B » Carmen McCallum avec la complicité de Gess.

 

Il crée ensuite Travis, avec Christophe Quet, avant de se lancer en 2004 dans le steampunk avec une série historique, Hauteville House, dessinée par Thierry Gioux. Il s’attaque en 2010 à Jour J. En 2013, il retrouve Christophe Quet pour une nouvelle série : Wendy, tandis qu’il entame l’aventure L’Homme de l’année. Il a scénarisé cette année un polar sur le dopage dans le milieu de la pédale, Les Porteurs d'eau.

 

JEAN-PIERRE PÉCAU

EST NÉ À PARIS.

RÉSIDE EN ILE-DE-FRANCE.

Des études d’Histoire le mènent à deux années de professorat, mais il décide de changer de voie pourle jeu de rôle, en 1980. Il travaille alors pour une société d’importation de jeux de rôles, Donjons et Dragons. Simultanément, il participe à la rédaction des premiers numéros du journal Casus Belli, des récits destinés aux jeunes de 10-15 ans. Il fait ses premiers pas dans la BD avec Zentak. Suivent Little Blade, Nash et son best-seller : L’Histoire secrète.

 

En 2010, il lance avec Fred Blanchard et Fred Duval la série uchronique Jour J. À travers la BD, Jean-Pierre Pécau renoue avec sa passion pour l’Histoire.

 

Depuis cinq ans, il est le prolifique scénariste d'une quinzaine de séries dont L'Homme de l'année, Wonderball et Soleil froid.

 

STEVAN SUBIC

NÉ EN 1982 À ZRENJANIN, SERBIE,

OÙ IL VIT ET TRAVAILLE TOUJOURS.

Il commence à dessiner en 2009. Il reçoit de nombreux prix, dont cinq Grand Prix attribués à divers festivals de comics en Serbie, en Croatie et en Macédoine. En 2011, il remporte le premier prix à un concours international, organisé par la ville de Gênes, Conflicts War Balloons, décerné par un jury présidé par Sergio Toppi.

 

Sa BD gagnante, Conflitti et la suite Tracce ont été maintes fois imprimées

et récompensées, à la fois en Serbie et à l'étranger. Par la suite, il travaille avec divers magazines en Serbie et, comme illustrateur et graphiste, réalise des couvertures des magazines, des affiches promotionnelles et théâtrales. Ses oeuvres ont fait l'objet de l'exposition "Trois générations de bandes dessinées Serbes moderne" à l'Institut français de Belgrade, en 2013.

 

La même année, ses planches sont également publiés dans le livre anglais Balkan Comic Connections, une sorte d'encyclopédie en bande dessinée mettant en vedette les auteurs des Balkans. Il a travaillé avec Gianfranco Manfredi sur Adam Wild en 2014 et signe les dessins du premier tome de la série Moriarty, parue en aout 2018 chez Delcourt.

Moriarty  Empire mécanique
Moriarty  Empire mécanique
Moriarty  Empire mécanique
Moriarty  Empire mécanique

Voir les commentaires

Palmarès BLOODY WEEK-END 2019

Palmarès

BLOODY WEEK-END

2019

 

*Grand prix : Le petit monstre d’Anaïs Vachez (France)

 

Prix des meilleurs effets spéciaux : Graines d’Hervé Freiburger (France)

Produit par Les Films du Tonnerre, SYNOVIE

Année de production : 2017

Synopsis

Tout semble naturel dans ce tableau d’une vieille ferme entourée par des champs verdoyants. Tout semble calme, pourtant, au milieu du maïs, une menace terrifiante se terre. Une menace qui ne fait qu’un avec la végétation et attend patiemment pour attaquer.

Réalisateur

Hervé Freiburger

Graines (2017), Un beau jour (2013), Surface sensible (2005)

 

 

Prix du meilleur scénario : Pleine campagne de Pierre Mouchet (France)

 

Prix du meilleur film d’animation : Sans Gravité de Charline Parisot, Jérémy Cissé, Fioretta Caterina Cosmidis, Flore Allier-Estrada, Maud Lemaître-Blanchart, Ludovic Abraham (France)

 

Prix du public : Wild Love de Paul Autric, Quentin Camus, Léa Georges, Maryka Laudet, Zoé Sottiaux, Corentin Yvergniaux (France)

 

Prix jury jeunes : Milk de Santiago Menghini (Canada)

 

Coup de cœur du jury : Bug de Cédric  Prévost (France)

 

Palmarès BLOODY WEEK-END 2019

Voir les commentaires

OBLIVION SONG TOME 2

OBLIVION SONG

TOME 2

 

PAR

ROBERT KIRKMAN,

LORENZO DE FELICI

ET

ANNA LISA LEONI

 

Depuis le temps, vous commencer à me connaitre, j’ai toujours été fan de science-fiction, alors cette nouvelle série de l’auteur de Walking Dead, ne peut que  mettre agréable.

 

Mais l’auteur ne peut oublier entièrement les zombies, certaines scènes d’infestations nous sont bien connues.

 

Il ne nous a pas été communiqué la date de sortie du volume 3.

 

Le tome 2 regroupe les volumes 7 à 12 de la série US.

 

Nous vous avions déjà parlé du premier tome de la série, dont une version collector noir et blanc existe (voir l’illustration en fin d’article), il ne semble pas y avoir, certains le regretterons surement de version collector pour  tome 2.

 

Une galerie d’illustration de couvertures des éditions US  signé  LORENZO DE FELICI ET ANNA LISA LEONI clôture le présent album.

 

Je le conseil à partir de 16 ans.

 

Résumé de la série :      

Le deuxième opus – très attendu ! – de la nouvelle série signée Robert Walking Dead Kirkman & Lorenzo De Felici, qui s’attaquent ici à la science-fiction avec le brio qu'on leur connaît !

 

Il y a dix ans, 300 000 habitants de Philadelphie, en Pennsylvanie, ont soudainement disparu, mystérieusement happés vers une autre dimension. Ils tentent d’y survivre face à des monstres gigantesques, luttant chaque jour pour leur vie. Le gouvernement a abandonné l’espoir de les retrouver, malgré l’insistance d’un homme, Nathan Cole, qui tente désespérément d’obtenir une aide de l’État pour financer la poursuite des recherches et ramener ainsi les survivants errants dans les limbes de cet autre univers appelé Oblivion.

 

À l’aide des scientifiques Bridget et Duncan, ils mettent au point un appareil permettant à Nathan de faire quotidiennement l’aller-et-retour entre les deux mondes. Véritablement obsédé par cette quête, Nathan ne peut résister au chant de la ville d’Oblivion et en explore les moindres recoins.

 

Pourtant, des contrées inexplorées demeurent, habitées par des  communautés dont Nathan ignore tout, vivant une existence marginalisée sous le commandement d’une personne qu’il connaît bien ! Le monde s'effondre autour de Nathan, ce sont deux univers parallèles qu'il doit sauver...

 

 

Album cartonné

160 pages

183 x 276 mm

EAN : 978-2-4130-0725-8

ISBN : 978-2-413-00725-8

Scénariste : KIRKMAN Robert

Illustrateur : DE FELICI LORENZO

Coloriste : LEONI ANNALISA

Série : OBLIVION SONG

Collection : CONTREBANDE

PRIX : 16,50 €

Cet album est disponible en version numérique.

 

Biographies des auteurs :

ROBERT KIRKMAN

EST NÉ EN 1978 À RICHMOND (USA). IL RÉSIDE EN CALIFORNIE.

 

Jeune et prolifique, il se fait connaître avec la série Battle Pope qu’il publie lui-même au sein de la structure éditoriale qu’il a créée, Funk-O-Tron.

 

Il s’inspire des films de George Romero pour différents scénarios de comics basés sur des histoires de zombies, dont Walking Dead. En 2010, cette série lui permet de remporter le très prestigieux Eisner Award de la meilleure série à suivre et le Prix Harvey de la meilleure série et du meilleur scénariste.

 

L’adaptation de Walking Dead pour la télévision par Frank Darabont (The Mist, Les Évadés, La Ligne verte) est un triomphe. Robert Kirkman est totalement impliqué dans l’adaptation télévisée de son oeuvre : il en est le producteur exécutif et le scénariste. Il est également le créateur de nombreuses séries, dont Invincible, Le Maître voleur, Les Gardiens du Globe, Tech Jacket et Outcast (Delcourt pour l’édition française).

 

Robert Kirkman lance en 2010 le label Skybound au sein de la structure éditoriale pour laquelle il a oeuvré de nombreuses années, Image Comics.

 

LORENZO DE FELICI

EST NÉ EN 1983 À FRASCATI, EN ITALIE. IL RÉSIDE EN ITALIE.

 

Il suit un cursus « scénario pour cinéma et télévision » à Rome puis s’oriente vers la bande dessinée et poursuit son apprentissage à la Scuola Romana dei Fumetti, d’où il sort diplômé en 2006. Il débute alors en tant que coloriste chez Sergio Bonelli et réalise les couvertures de Lukas, dessinées par Michele Benevento, et de Caravan, d’Emiliano Mammucari, avec qui il re-travaillera plus tard sur la série Orfani. Chez Marvel Comics, il met en couleur trois couvertures d’Amazing Spider-Man.

 

En 2011, il se lance enfin en tant que dessinateur avec Drakka (Ankama), suivi de Alix et Arsénou à Rome (Clair de Lune), tous deux scénarisés par Brémaud. En 2015, c’est avec Davy Mourier, Lewis Trondheim et Olivier Vatine qu’il s’engage sur le projet de SF Infinity 8 (Rue de Sèvres).

 

Aujourd’hui, il est dessinateur et coloriste pour la France et l’Italie et travaille aussi bien en BD qu’en presse jeunesse.

OBLIVION SONG TOME 2
OBLIVION SONG TOME 2
OBLIVION SONG TOME 2
OBLIVION SONG TOME 2
OBLIVION SONG TOME 1 - ÉDITION COLLECTOR N&B

OBLIVION SONG TOME 1 - ÉDITION COLLECTOR N&B

Voir les commentaires

INTERGALACTIQUES  25 30 AVRIL

INTERGALACTIQUES LYON

25 30 AVRIL

 

Nous y voici, la 8e édition des Intergalactiques, dont la préparation fut pour l'équipe un entrainement digne des pus grandes traditions survivalistes, approche !

 

Au programme,beaucoup,beaucoup de choses qui composeront cette édition d'ors et déjà de tous les records!

 

  Jeudi 25 avril

 

OUVERTURE DU FESTIVAL

Zombie Walk : After-Work

 

TABLE RONDE / MARCHE ZOMBIE /

SCÈNE PLEIN AIR // SOIRÉE ELECTRO

 

La thématique « Chute & Apocalypse » du festival ne pouvait passer à côté du phénomène qui a marqué la pop-culture des années 2000 !

 

Festif, populaire et fort en image, l’événement ouvre donc officiellement cette 8e édition du festival !

 

Jeudi 25 avril de 19h à 4h

Mairie du 1er arrondissement / Esplanade de la Grande Côte / Halles de la Martinière / Maison Mère

Lyon 1er

La thématique « Chute & Apocalypse » du festival ne pouvait passer à côté du phénomène qui a marqué la pop-culture des années 2000 et dont AOA Prod s’inscrivit pleinement durant plus de 10 ans.

 

Festif, populaire et fort en image, l’événement ouvre donc officiellement cette 8e édition du festival !

 

AU PROGRAMME :

18h : RENCONTRE :

A PROPOS DES MOUVEMENTS SURVIVALISTES, PREPPER, COLLAPSOLOGUE…

 

Avec Vincent Mignerot & Raphaël Colson.

En France, de plus en plus de citoyens considèrent que l’effondrement de notre civilisation moderne est déjà en cours. Pour eux, le développement durable, la croissance verte et même la transition écologique ne sont que des mirages, des réponses loin d’être à la hauteur de la crise systémique que nous vivons. Petit point sur ceux qui s’y préparent.

 

Raphaël Colson, essayiste : Raphaël Colson est un écrivain et essayiste français de science-fiction, neveu de l’auteur Pierre Marlson et de l’essayiste anarchiste Daniel Colson. Depuis 2014, il codirige un projet transmédia consacré à l’étude de la fiction post-apocalyptique, intitulé Fiction post-apo, miroir du temps qui passe.

 

Vincent Mignerot, auteur et chercheur :

Auteur, chercheur indépendant dans le domaine des Sciences Humaines, spécialisé dans l’étude de la perception et de la singularité de l’esprit humain dans un contexte évolutif global.

 

Salle du Conseil du 1er arrondissement. 2 Place Sathonay, 69001 Lyon

 

19h : RDV & DÉPART DE LA MARCHE !

ZOMBIE WALK : AFTER-WORK !

 

Des morts-vivants grimés et déguisés, couverts de sang, hantent les rues, faisant semblant de dévorer les passants. Putréfiés, amputés, œil arraché, c’est à qui portera le masque le plus gore, le plus sanguinolant et le costume le plus maculé de sang.

Jeudi oblige, les participant.es sont tout simplement invité.es à cet after-work des plus décalé*.

 

Rendez-vous & départ de la marche de l’Esplanade de la Grande Côte, Lyon 1er.

 

Cliquez ici pour accéeder au cahier des tendances de cette édition !

 

20h : SCÈNE PLEIN AIR

CONCERTS !

DJ EDWARD MORTON ● The end of the worldmusic

 

Après s’être énervé tout vert, s’être battue contre lui même et être aller en prison pour finalement mourir dans un accident de magie, Edward Morton revient d’outre tombe…Pour un dj set zombie (mais pas nazi) psychédélique, progressif breaké et synthétique.

 

THE HI-LITES ● Indie post-punk four piece

 

Ces quatre lyonnais affectionnent les mélodies sous-jacentes, les guitares ciselées et les rythmiques mid-tempo. Ajoutons à cela le punk-rock d’un NRA, la noise débraillée d’un McLusky et vous avez la recette des Hi-Lites. www.facebook.com/thehilites

 

Halles de la Martinières – Place Gabriel Rambaud, Lyon 1er

 

22h – 4h :

SOIRÉE ÉLECTRO RÉTRO FUTUR

ANORAAK ● soundcloud.com/anoraak

 

Multi instrumentiste, chanteur, producteur et DJ, ancien batteur du groupe Pony Pony Run Run. Assimilée à la scène rétro inspirée des années 1980 mise en lumière à la faveur de la bande originale du film Drive, sa musique est décrite comme contemporaine teintée rétro, mélange de sonorités électroniques et de romantisme.

 

WAYATT ● soundcloud.com/thisiswayatt

 

A travers ses diverses influences, ses mixes sont teintés de sonorités passées comme futures. Ainsi, il n’hésite pas à nous dépayser via des sonorités toujours plus variées et chaleureuses. Entre électro, cosmic disco, italo, new-wave ou encore rythmiques breakées, la belle garantie qu’offre Wayatt est celle d’un voyage inattendu.

 

La Maison Mère – Place Gabriel Rambaud aussi, Lyon 1er.  PAF : 5€

 

📌 A NOTER :

▪ Cette version allégée de la marche zombie ne proposera pas de stand maquillage. Des tutos vous seront proposés pour vous aider bien entendu à vous lancer dans la marche !

▪ Boisson & Fooding seront disponibles sur la scène plein air à 20h.

▪ La préparation en live sur l’événement Facebook.

 

Partenariats

Pour vous assurer une tenue au top du top, vous pouvez vous fournir auprès de nos partenaires :

 

Partenariat avec le Bal Masqué, 15% de réduction sur le magasin pour le public, avec le code : Zombie Walk Afterwork.Maquillages, lentilles, latex, costumes.

 

Partenariat avec Arts-FX : Toutes les personnes venant à la boutique avec le code ZOMBIE WALK bénéficieront de 10% sur le maquillage, lentilles..etc à partir de 30 euros d’achat.

 

After-Work :

Fatigué après une semaine chargée et besoin de décompresser à la sortie du boulot ? Envie d’un peu d’action après une journée de travail bien remplie ?

 

Tiré de l’anglais “after-work” signifiant littéralement « après le travail », autrement appelé les “seven-to-one” (comprenez de 19h00 à 1h00), l’afterwork désigne les activités, les réunions et les rencontres « professionnelles », proposées dans des cadres extra-professionnels.

 

L’afterwork est un phénomène très répandu outre-Manche et outre-Atlantique. Au Royaume-Uni par exemple, on peut régulièrement observer les masses de travailleurs se réunir vers les bars et lounges de la ville, encore en costumes et tenues de travail pour partager des pintes

INTERGALACTIQUES  25 30 AVRIL
INTERGALACTIQUES  25 30 AVRIL

Divers

 

Samedi 27 et Dimanche 28 avril

 

PROGRAMMATION LITTÉRAIRE

 

Nos invité-e-s 2019, Salon du Livre & Cycle de tables rondes.

 

Plus d’une soixantaine d’intervenant.es composé.es d’auteur-es, scientifiques, vidéastes, journalistes, modérateur-ices vous attendent sur le festival autour d'une programmation de 20 tables rondes.

 

Retrouvez ces deniers en dédicaces sur notre salon du livre

 

Samedi 27 avril de 14h à 19h

LABORATOIRE POST-ECOLOGIE

 

Les Intergalactiques accueillent le retour du Labo Post-Éco !

 

Pensé pour réunir les associations qui cherchent à mettre en place, dès aujourd’hui, des réponses aux problèmes écologiques présents et à venir, le Labo Post-Éco a à cœur de montrer qu’une profonde transformation de nos habitudes est à la fois souhaitable et possible.

 

Dimanche 28 avril de 10h à 18h

1ère BROCANTE INTERGALACTIQUE

 

Hérité du concept du Vide Grenier du Geek créé en 2011, ce nouvel événement s’inscrit dans la volonté d’offrir aux festivaliers un espace de vente plein air composé d’objets issus de la pop culture.

 

 

Voir les commentaires

BIFFF PALMARES 2019

BIFFF PALMARES 2019

Une édition dantesque, avec plus de 55,000 spectateurs uniquement pour les films.

 

Merci au public, à la presse et au karma !

 

PRIX DE LA CRITIQUE

Jury: Yirka De Brucker, Astrid Jansen, Grégory Cavinato

 

THE POOL (Ping Lumprapleng)

 

7e PARALLELE

Jury: David Didelot, Damien Granger, Christophe Goffette, Steve De Roover

 

 Mention spéciale: CITIES OF LAST THINGS (Wi Ding Ho)

 

Prix 7e Parallèle: WEREWOLF (Adrian Panek)

Lire notre chronique :

http://science-fiction-fantastique.com/2019/04/bifff-2019-werewolf-et-i-m-back.html

 

Mention spéciale Cities of last things

 

COMPETITION THRILLER

Jury: Dick Tomasovic, Samuel Tilman, Alessandra d’Angelo, Frédéric Castadot

Lire notre chronique :

http://science-fiction-fantastique.com/2019/04/bifff-2019-extra-ordinary.html

 

Mention spéciale: BROTHERS’ NEST (Clayton Jacobson)

 

Prix Thriller: DOOR LOCK (Kwon Lee)

 

COMPETITION EUROPEENNE (MELIES)

Jury: Patrick Duynslaegher, Bérengère McNeese, Guillaume Schumans, Sophie Pendeville

 

 Méliès d’Argent: I’M BACK (Luca Miniero)

Lire notre  chronique :

http://science-fiction-fantastique.com/2019/04/bifff-2019-werewolf-et-i-m-back.html

 

COMPETITION INTERNATIONALE

Jury: Steve Johnson, Yoann Blanc, Christian Alvart, Hong-Jin Na, Darko Peric

 

Corbeau d’Argent: FREAKS (Adam B. Stein – Zach Lipovsky)

 

Corbeau d’Argent: EXTRA ORDINARY (Mike Ahern – Enda Loughman)

Lire notre chronique:

http://science-fiction-fantastique.com/2019/04/bifff-2019-extra-ordinary.html

 

Corbeau d’Or: LITTLE MONSTERS (Abe Forsythe)

 

 

PRIX DU PUBLIC (PEGASE)

ONE CUT OF THE DEAD (Shinichiro Ueda)

 

 

COURTS-METRAGES BELGES

Mention spéciale: DOFFICE (David Leclercq)

 

Prix Jeunesse: SWITCH (Marion Renard)

 

Prix La Trois: L’AUXILAIRE (Frédéric Plasman)

 

Prix BeTV: SWITCH (Marion Renard)

 

Prix SABAM: SOLEIL NOIR (Laure Martelaere – Adrien Léonard)

 

Prix FeDex: SWITCH (Marion Renard)

 

Grand Prix du Festival: DOFFICE (David Leclerq)

 

Prix du Public: MOMENT (Geoffrey Uloth)

 

Méliès d’argent: PLEINE CAMPAGNE (Pierre Mouchet)

Voir les commentaires

BIFFF 2019  Z-GOAT : First Bleat +  Blood Fest

 

BIFFF 2019

 Z-GOAT : First Bleat !

+

Blood Fest

 

En ce jeudi 18 avril, j'ai volontairement zappé la séance de 20h30 à laquelle je me rends habituellement étant donné qu'il s'agissait encore d'un film asiatique qui parlait de Corée du Nord et du Sud et la bande d'annonces ne donnait pas envie des masses, soyons franc.

 

Je me suis rabattu donc, malgré une longue journée au boulot et un terrible mal de dos (les sièges de la grande salle sont assez inconfortables, mais au moins on est assis, contrairement au boulot), sur le film de 22h30 qui porte le nom de Blood Fest.

 

Le monsieur du service presse m'avait dit que c'était vraiment un film sympa donc j'ai suivi son avis. J'ai été très étonné de constater qu'avant le film, il y avait un court métrage belge (je n'en avais jamais entendu parlé) qui s'appelle Z Goat et qui parle d'une chèvre mutante vraiment bien faite qui est chassée par une jeune femme et il y a quelques passages très gores, ça a bien mis la salle dans l'ambiance, tout comme l'équipe du film qui est venu chanté le générique d'Albator avant la séance pour la traditionnelle chanson.

 

Passons au film maintenant : Blood Fest, ces vraiment à voir comme une comédie et pas comme un film d'horreur. Ça parle de trois jeunes qui se rendent à une convention d'horreur qui est vraiment bien faite, il y a une ère pour les vampires, une ère pour les clowns tueurs, une pour les zombies, etc. Toutes les créatures de l'horreur sont réunies dans ce lieu et les trois jeunes se rendent vite compte qu'en fait, les monstres son vrai et qu'ils risquent de se faire tuer par ceux-ci. C'est vraiment un pur régal de retrouver ensemble tous ces monstres et, de la première à la dernière minute, on rit à gorge déployez tellement ces inventifs.

 

En plus, les règles et les codes des films d'horreur son tous respectés: la fille survit parce qu'elle est une fille, le copain asiatique meurt parce qu'il n'est plus vierge et qu'il est asiatique, le méchant est quand même puni et tous les monstres (ces très réalistes) trouves leur raison d'être dans ce parc d'attractions, mais je ne vais pas vous dévoilé pourquoi, il faudra voir le film pour ça.

 

Il est fort probable que ce Blood Fest remporte le prix du public tellement les gens ont adoré ! Chaque réplique est vraiment drôle (je n’ai pas eu l'occasion de tout lire, le monsieur devant moi était fort grand et cachait une partie des sous-titres, lol), mais je peux vous dire que la salle était bouillante donc il a ses chances.

 

 

Hugues Tayez

 

Présentation du film :

Obsédé par les films d’horreur depuis qu’il a vu sa mère se faire décéder par un psychopathe lors de la nuit d’Halloween, Dax est un ado plus qu’heureux : avec ses copains, il va assister au saint graal du slasher, au Tomorrowland de l’horreur. Le seul, l’unique Blood Fest ! Une centaine d’hectare dédié au genre, le vrai. Pas celui des vampires gominés qui plissent les sourcils sur du Ed Sheeran, que nenni ! Ici, ça tache vilain, à la sauce grindhouse, et le maître de cérémonie de cette fiesta sanglante donne directement le ton dès le coup d’envoi, en zigouillant deux spectateurs à l’arme blanche. Le public est chaud boulette, applaudit l’hommage aux effets spéciaux à l’ancienne et en redemande encore. La clameur des vingt mille spectateurs monte, monte, monte… Jusqu’à ce que le ronronnement d’une dizaine de tronçonneuses vienne débiter les premiers rangs comme des petits sapins avant Noël. Dax comprend alors que sa survie dans ce piège infesté de zombies, de vampires, de tueurs en série, de clowns sadiques, d’hommages plus vrais que nature à Saw, Evil Dead et toute la pléiade de Romero, il la devra à son don unique : sa connaissance encyclopédique des codes du genre…

 

Imaginez un instant un fan irréductible du cinoche de genre, lassé par la récupération prude de ce dernier par les cols blancs d’Hollywood. Lui, tout ce qu’il veut, c’est le retour à la vraie série B, celle où l’on s’en foutait du politiquement correct avec un propos, politique ou pas, qui ne souffrait d’aucune concession. Ce mec, c’est Owen Egerton. Et son film, c’est un petit bijou de méta-horreur – pas loin de SCREAM et de CABIN IN THE WOODS – où il essentialise toutes vos madeleines de Proust du gore, codes et clichés compris dans ce package appelé à devenir culte ! (Texte BIFFF)

 

Fiche technique :

Année  2018

Réalisateur         Owen Egerton

Cast       Jacob Batalon,

Robbie Kay,

Seychelle Gabrielle,

Tate Donovan,

Zachary Levi

Distributeur        Minerva Pictures

Genre   black comedy, horreur

Audience             ENA

Running time     90'

Pays       USA

Audio    O.V. Anglais

Sous-Titres         Français, Néerlandais

Première             Première Belge

Compétition       none

Voir les commentaires

BIFFF 2019 La mariée et les morts vivants

BIFFF 2019

La mariée et les morts vivants

 

Un festival est aussi fait de déception et d'aléa contre lequel on ne peut pas lutter. M'étant inscrit trop tard sur la liste des films que je voulais voir, j'ai appris que, j'étais sur liste d'attente pour Little Monsters, un des films que je voulais absolument voir parce que dans Mad Movies, ils disaient que s'était vraiment bien.

 

J'ai donc dû me rabattre sur une séance qui avait lieu en même temps, dans la salle 3, un film belge. Je n'avais jamais mis les pieds dans cette salle qui est honnêtement très petite et du coup bien remplie pour « La mariée et les morts vivants » d'Arno Pluquet.

 

Comme l'indique le titre, des zombies se promènent alors qu'un mariage est en cours, celui de Bernadette et Serge et du coup des quidams et des invités doivent lutter contre ces morts-vivants venus d'on ne sait où.

 

Je m'attendais à un film d'horreur classique, mais en fait, il s'agit surtout d'une comédie noire qui est souvent très drôle même si on ne comprend pas toujours les dialogues parce que la bande-son n'est pas toujours optimale.

 

Ce film m'a fait penser à du Romero à cause des zombies qui sont bien faits comme les maquillages, mais sans le message sociologique derrière. Le film de Pluquet est moins dans la dénonciation, ces surtouts un film pour ce faire plaisir et pour faire un peu rire l'assistance.

 

On sent que le réalisateur n'a pas beaucoup de moyens pour faire son film, mais il les compense avec des idées, un peu comme 28 jours plus tard ! Bref une bonne surprise quand même, je me dis que finalement je n'ai peut-être pas raté ma soirée en loupant Little Monsters !

 

 

Hugues Tayez

 

Pensez à donner votre avis

grâce aux commentaires,

sur le film.

 

Résumé du film :

C’est l’Apocalypse depuis un mois et, selon certaines sources haut placées, la population belge est officiellement touchée par le virus « Z »! Un virus mortel .. et inconnu jusqu’à présent ! Malgré le danger et le fait que toute la population wallonne dégage un vilain parfum d’outre-tombe, Bernadette et Serge décident néanmoins d’organiser la réception de leur mariage.

 

C’est quand même supposé être le plus beau jour de leur vie, après tout ! Mais il faudra se faire une raison : survivre jusqu’au fameux gâteau de mariage, ça ne va pas être de la tarte…

 

Il tourne à la vitesse de Woody Allen, mais presque à la manière de feu notre Jean-Jacques Rousseau. Il aime mettre des insectes dans ses titres (PAPILLON NOIR, LA CARAVANE DU CAFARD) ou pas (CA TOURNE PRES DE CHEZ VOUS).

 

Et, cette fois, Arno Pluquet tacle les travers d’une société à la dérive via son arme favorite : l’humour noir ! (Texte BIFFF)

 

Fiche technique :

Année  2018

Réalisateur         Arno Pluquet

Cast       Annick Cornette,

Christophe Weigert,

Daphins Olivier Boelens,

Elsa Tarlton,

Michel Angély

Distributeur        Oliar Films

Genre   black comedy, zombie

Audience             ENA

Running time     84'

Pays       Belgique

Audio    O.V. Français

Sous-Titres         Anglais

Première             Première Mondiale

Compétition       none

 

 

Biographie du réalisateur :

Arno Pluquet 

Réalisateur autodidacte, scénariste et acteur belge, Arno Pluquet est né le 26 mars 1986 à Tournai.  c’est d’abord avec le pseudo d’Édouard Gauvin qu’il réalise 2 courts-métrages et 1 long métrage avant de reprendre sa véritable Identité. Dès son enfance, il a été attiré par la fiction et ses échappatoires. En effet, très tôt, il se réfugiait dans l’obscurité des salles de cinéma, et tout y passait : films de monstres, films fantastiques, horreur, science-fiction, mais aussi les classiques avec Louis de Funès et Charlie Chaplin. C’est donc tout naturellement que l’on retrouve dans ses œuvres de l’autodérision, du fantastique, de l’humour noir et, bien évidemment, de l’horreur.

 

FILMOGRAPHIE SELECTIVE:

PAPILLON NOIR (2016)

LA CARAVANE DU CAFARD (2017)

CA TOURNE PRES DE CHEZ VOUS (2018)

LA MARIEE ET LES MORTS-VIVANTS (2018)

Voir les commentaires

BIFFF 2019 One cut of the dead, Superlopez et Puppet Master: The Littlest Reich

BIFFF 2019

One cut of the dead,

Superlopez

et

Puppet Master: The Littlest Reich

 

Quelle soirée dans la grande salle des Beaux-Arts hier ! Un programme de feu puisque se suivaient trois films très attendus: One cut of the dead, Superlopez et Puppet Master: The Littlest Reich (je n'ai pas eu de place pour la nuit en tant que journaliste, mais, ne vous inquiétez pas, je l'avais vu à Gérardmer celui-là).

 

One cut of the dead, c'est un film japonais plutôt décevant au final. Déjà, pendant quasiment 40 minutes, le film est filmé avec les pieds, ces très amateurs et on se demande plusieurs fois ce qu'on est venu faire. En fait, le film parle d'un tournage de film de zombies et de vrais zombies arrivent sur le plateau et ça devient le chaos ! Pour ne pas trop spoiler (dire à l'avance ce qui va se passé - NDLR), par la suite on est glissé dans l'envers du décor et on découvre comment le réalisateur a tourné toutes les scènes qu'on a vues juste avant. Ça semble malin, mais au bout d'un moment, revoir une deuxième fois ce qu'on a déjà vu est assez lourd.

 

c'est un tout autre résultat pour Superlopez, film de super héros espagnol qui ressemble très fort à Superman quand on analyse toutes les scènes. Le film est réalisé par Javier Caldera qui avait déjà fait Ghost Graduation qui avait remporté plusieurs prix au BIFFF il y a quelques années (pas vu, mais les festivaliers ont l'air d'avoir adoré). Précédé d'une bonne réputation donc, le film est une comédie très très loufoque remplie de gags très amusants avec un super-héros moustachu typiquement espagnol (d'où la moustache) à qui ces parents ont dit qu'il ne devait pas utiliser ses pouvoirs pour ne pas se faire remarquer par les autres, mais une super-méchante débarque et il va devoir sauver la planète. Comme il est un peu maladroit, cela donne lieu à plein de situations très drôles. La salle était très réceptive et je dois avouer que je me suis aussi très fort amusé.

 

Mais la cerise sur le gâteau, c'était Puppet Master the littlest Reich qui a être une séance complète vue les longues files qui restaient devant la salle 1 pour participer à la nuit. Et ces vrais qu'on entendait que la salle réagissait beaucoup pendant la projection. Déjà à Gérardmer, le film avait très bien marché. Il raconte le retour de Mr Toulon aux commandes de ses marionnettes qui tuent tout le monde sauf que cette fois, ce sont des marionnettes nazies alors tout le monde y passe: les juifs, les gitans, les homosexuels. Mais surtout, il y a beaucoup de meurtres très graphiques perpétrer par les marionnettes qui découpes, tranches et tues quasiment tous les gens présents avec quelques éclaboussures de sang. Contrairement à Iron Sky, les réalisateurs ici ne commettent pas d'erreur historique: tous les éléments du 3e Reich décrits sont véridiques (j'ai vérifié). Un bon film gore pour ceux qui aiment ce genre de films !

 

J'espère vous retrouver demain pour une nouvelle chronique !

 

Hugues Tayez

 

One cut of the dead

Intérieur / Jour – Hangar désaffecté : une jeune femme hurle tandis qu’un zombie, bras levés et bonne gueule de fin de cuite, s’avance vers elle à la vitesse d’un accord viable pour le climat. Soudain, une voix hurle « Coupez ! ». Le tournage s’arrête, c’est la 42e prise, le réalisateur s’énerve face à autant d’amateurisme et tout le monde fait une pause. L’occasion pour les membres de l’équipe de discuter du lieu de tournage : un entrepôt que l’armée japonaise utilisait pour des expériences interdites. Hanté, l’endroit. Forcément. Soudain, des techniciens se transforment en zombies, les acteurs balisent, le réalisateur dément en profite pour continuer à filmer le massacre, et on se coltine un gros nanar en un plan-séquence. C’est mal joué, mal filmé, ça manque cruellement de rythme, certains dialogues sont juste abscons et, franchement, on n’a pas besoin d’être un cador du film zomblard pour savoir qu’on est face à une sombre merde… Mais ça, ce ne sont que les 30 premières minutes d’une pépite hors normes. En dire plus serait un véritable crime pour votre plaisir de spectateur.

 

Rhalala, on est bien embêtés, nous. Comment vendre un tel coup de coeur sans trop en raconter ? Bon, on va éviter tout indice sur le contenu : petit film de fin d’études à 20,000€, ONE CUT OF THE DEAD a déjà rapporté près de 30 millions de dollars à travers le monde. Lors de son avant-première mondiale, le film a reçu une standing ovation de plus de cinq minutes, lançant une carrière internationale carrément inédite : véritable bête de festival, le petit projet roublard de Shin’ichiro Ueda rafle quasi tous les prix du public, laissant tous les autres vétérans du genre sur le carreau. À vous maintenant de découvrir pourquoi…(Texte BIFFF)

 

Fiche technique :

 

Année  2017

Réalisateur         Shinichiro Ueda

Cast       Harumi Shuhama,

Kazuaki Nagaya,

Manabu Hosoi,

Mao,

Takayuki Hamatsu

Distributeur        Third Window Films

Genre   black comedy, zombie

Audience             ENA

Running time     96'

Pays       Japon

Audio    O.V. Japonais

Sous-Titres         Anglais, Français, Néerlandais

Première             BIFFF Premiere

Compétition       none

BIFFF 2019 One cut of the dead, Superlopez et Puppet Master: The Littlest Reich

Superlopez

 

Il était une fois une très lointaine planète nommée Chiton, soumise à la dictature du vilain Général Skorba. Las de cette répression incessante, deux scientifiques customisent leur nouveau né avec toute une panoplie de superpouvoirs pour en faire l’Elu qui sauvera Chiton ! Mais, pour l’heure, il s’agit surtout de le garder en vie, et ils décident de l’envoyer sur terre pour que le petiot grandisse un peu.

 

C’est ainsi que sa capsule atterrit dans un champ espagnol, devant un couple de fermiers qui décide d’adopter le p’tit bout de chou. Trente ans plus tard, Juan Lopez a beau être capable de terminer le Tour de France en un jour, déplacer un camion à mains nues pour garer sa Twingo ou gagner des paris en devinant la couleur du slip de ses collègues avec ses yeux rayons X, il n’en fait rien.

 

Comme lui a toujours dit son père adoptif, « profil bas, mon garçon. La réussite est toujours suspecte en Espagne ». Alors, il obtempère : il est devenu fonctionnaire. Mais, après avoir fait éviter in extremis le déraillement d’un métro, Juan s’est exposé aux yeux du monde. Et notamment à ceux d’Agata, CEO d’une multinationale d’aspirateurs très performants, mais surtout la fille du General Skorba, envoyée sur terre pour traquer le fameux élu…

 

On vous fait rapidement le pedigree de notre Javier Ruiz Caldera ? En 2013, il débarque avec GHOST GRADUATION, et repart non seulement avec le Grand Prix du Festival mais également le Prix du Public. 3 ans plus tard, il repointe sa fraise avec SPY TIME et décroche une nouvelle fois le Prix du Public ! Un doublé pareil, c’est du jamais vu : autant vous dire qu’il a les bonbons qui collent au paquet pour SUPERLOPEZ. En route pour un triplé historique ? À vous d’en juger. Mais vous savez le pire ? C’est qu’il le mériterait largement, le bougre… (Texte BIFFF)

 

Fiche technique: 

Année  2018

Réalisateur         Javier Ruiz Caldera

Cast       Alexandra Jiménez,

Dani Rovira,

Julián López,

Maribel Verdú

Distributeur        Film Factory

Genre   black comedy, fantasy, superhero

Audience             ENA

Running time     107'

Pays       Espagne

Audio    O.V. Espagnol

Sous-Titres         Anglais, Français, Néerlandais

Première             BIFFF Premiere

Compétition       none

BIFFF 2019 One cut of the dead, Superlopez et Puppet Master: The Littlest Reich

Puppet Master:

The Littlest Reich

 

De retour chez ses parents, Edgar tombe sur une vilaine poupée ayant appartenu à son frère décédé. Après une rapide vérification sur le Net, il découvre à sa grande surprise que cette infâme chose est un objet de collection très rare, que ça vaut un maximum de pognon et qu’en plus une vente aux enchères est organisée lors d’une convention de geeks, passionnés par des poupées même pas gonflables ! Bien décidé à s’en mettre plein les fouilles, il décide de s’y rendre en compagnie de sa copine et de son meilleur ami… Mais, dès la première nuit, une force mystérieuse réanime toutes les poupées collector.

 

Et, vous vous en doutez, elles ne sont pas vraiment du genre à se mettre à causer comme Bébé Calinou et ses trois phrases à la sauce « Je t’aime Maman ! ». Ouh que non… Pour filer la métaphore gentillette, prenez n’importe quelle image sur Google de la Tomatina en Espagne, imaginez une sauce bolognaise passée dans une centrifugeuse sans couvercle, ou un abattoir en plein rush d’heures supp’ sans caméra cachée de Gaia dans les parages. Vous voyez un peu le topo ?

 

Treizième opus de la mythique saga PUPPET MASTER, et un upgrade direct de la série B au film culte ! Sonny Laguna et Tommy Wiklund (WITHER) connaissent leurs classiques et savent qu’il y a deux ingrédients essentiels à ne pas négliger ici : d’abord, le fun et le gore trash qui se déverse par seaux entiers – oubliez d’ailleurs les effets spéciaux à la CGI, ici on tache à l’ancienne !

 

Ensuite, un casting aux petits oignons avec, notamment, Barbara Crampton (déjà présente dans le premier PUPPETMASTER), Udo Kier, Sean Lennon et Michael Paré qui s’éclatent (littéralement) dans un scénario outrancier de S. Craig Zahler (BONE TOMAHAWK, BRAWL IN CELL BLOCK 99) ! (Texte BIFFF).

 

Fiche technique :

Année  2018

Réalisateur         Sonny Laguna, Tommy Wiklund

Cast       Barbara Crampton,

Thomas Lennon,

Udo Kier

Distributeur        FANGORIA, Splendid Film

Genre   black comedy, gore, horreur

Audience             ENA

Running time     90'

Pays       USA

Audio    O.V. Anglais

Sous-Titres         Français, Néerlandais

Première             Première Belge

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>
Haut

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Théâtre. Présent dans les principaux festivals de film fantastique e de science-fiction, salons et conventions.

Pages

Hébergé par Overblog