Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18

Articles avec #illustration

Chris Foss en dédicasse

Chris Foss en dédicasse

Chris Foss

Illustrateur designer

Utopiales 2014

 

À l’occasion des Utopiales 2014, j’ai eu plusieurs entretiens avec Chris Foss, qu’il en soit remercié, c’est sur ces entretiens que cet article est basé.

 

Stéphane Dubois,

On retrouve souvent dans vos illustrations de SF pour des romans, voir des films, des trains, d’ailleurs sait le cas dans l’exposition que vous présentez ici et des navires de guerre d’où vous viens cette inspiration ?

 

Chris Joss,

Mon père était passionné de trains, il y en avait partout dans la maison, concernant les navires ce gout me vient à la fois des romans que je lisais enfant, mon père était enseignant dans une école privée et j’avais accès à la bibliothèque de l’école, mais si beaucoup d’ouvrage parlait de voyages dans les océans du monde entier, bien sûr à la gloire de la Navy et de l’Empire Britannique, aucun n’était dans les genres de l’imaginaire.

 

Mais aussi des destroyers que je voyais dans la baie à côté de la maison de mes parents que je voyais tanguer et rouler simple jouet des forces océaniques.      

 

Stéphane Dubois,

Graphiquement on retrouve beaucoup de lignes droites, de ruines dans vos diverses illustrations pourquoi ?

 

Chris Foss,

En 1952-53, avec ma famille, nous avons fait un voyage à travers la France et l’Allemagne, j’ai vu les ruines dues aux destructions de la guerre. Partout des immeubles éventrés, des maisons écroulées avec justes quelques pans de murs, nous sommes allez jusqu’à Nuremberg et avons même campé  dans le tristement célèbre stade ou les dignitaires nazis faisait leurs défilés de propagande. C’est  de la que viens avec les trains, navires de guerre mon style.

 

Stéphane Dubois,

Comment avez-vous commencé votre parcourt professionnel ?

 

Chris Joss,

J’avais commencé par des bandes dessinées publiées dans un journal local à l’Âge de 15 ans. Ensuite j’ai eu un projet érotico-SF « The White Ship » suite a sorti de « Barbarella »  avec le fondateur de « Penthouse » et deux autres producteurs, qui n’as pas abouti en raison du décès de l’un de ceux-ci.

 

Néanmoins, cela m’a permis d’avoir des contacts et on m’a proposé de faire des couvertures de livres de SF.

 

Stéphane Dubois,

Combien avez-vous réalisé de couvertures de livre dans votre carrière et les lisiez-vous avant ?

 

Chris Joss,

Dans les 2000 je pense, et non (rire) je n’ai jamais lu un seul de ces livres, comme je travaillais parfois avec plusieurs projets en même temps, on parlait devant un verre des projets, je ne me rappelais pas toujours au matin ce que je devais faire pour l’un ou l’autre et je les appelais en essayant sans en avoir l’air de savoir quel projet il s’agissait. Une fois pour un livre d’Asimov j’ais appeler le directeur artistique pour lui demander quel genre d’illustration il voulait, il ma répondu « la dernière fois elle était verte, fait la bleu », au mieux j’avais une fiche de lecture, mais parfois l’illustration n’avait rien a voir avec le contenu.

 

 

Stéphane Dubois,

Vous avez travaillé sur divers projets au cinéma comme directeur designer : Kubrick, Ridley Scott, et surtout Jodorowsky, pour son projet « Dune »

 

Chris Joss,

J’ai travaillé a divers niveaux sur une douzaine de films, les plus marquants furent ceux avec Kubrick par exemple sur A.I. Intelligence artificielle produite pas Spielberg, Kubrick voulait tout contrôler, contrôlé tous les mondes, il les a tous équipés de téléphones portables, tous sauf moi qui est fermement refuser.

 

J’ai beaucoup aimé travailler avec Ridley Scott et bien sûr avec Jodorowsky sur son projet inabouti de « Dunes »

 

Désormais je peux me consacrer à ma  passion pour la peinture dans le sud de la France ou je  vis depuis de nombreuses années et allez dans des festivals comme celui des Utopiales a la rencontre du public

 

 

Biographie

Royaume-Uni

Chris Foss est un artiste et illustrateur de science-fiction britannique, né en 1946 à Guernesey. Après des études d’architecture au Magdalene College de Cambridge, il commence à travailler pour la presse, réalisant notamment des commissions pour le fameux Penthouse Magazine. Puis il se tourne vers l’illustration au début des années 70, se révélant au monde à travers les couvertures de célèbres auteurs de SF dont Isaac Asimov et Edmund Cooper. Révolutionnant les codes du genre par son attrait pour les vaisseaux spatiaux et les machines, il laisse une trace indélébile dans l’esthétique de la science-fiction. Il continue aujourd'hui à expérimenter son art à travers de nouvelles techniques et de nouveaux médias.

Exposition Chris Joss Utopiales 2014
Exposition Chris Joss Utopiales 2014

Exposition Chris Joss Utopiales 2014

Etudes  pour Alien

Etudes pour Alien

Affiche des Utopiales 2014 réalisé par Chris Joss

Affiche des Utopiales 2014 réalisé par Chris Joss

Voir les commentaires

couverture Tony Szabo

couverture Tony Szabo

AOC N° 34 SPECIAL

CONCOURS VISION DU FUTUR 2014

Aventures Oniriques et Compagnie

 

Comme une fois par an le Club Présences d’Esprits publie les nouvelles des vainqueurs du concours annuel « Vision du Futur ».

4 nouvelles sont donc publiées :

 

Les deux ex aequo arrivés en 3 eme position :

-« Une grande artiste » de Marthe Machorowski (illustration : Éric Faure-Broc).

 

-« Famille Waldeck, cité tomate » de Julie Conseil (illustration : Radjas)

 

- en deuxième position :

-« Le Dernier Croyant » d’Étienne Girard (illustration : Jean-Michel Prats)

 

Et honneur au gagnant 2014 :

-« in vinylo ventas » de Bruno Pochesci (illustration : Virgilles)

 

Je vous conseille de vous abonner aux revues de ce club.

D’autres par l’appel à texte pour le concours «  Vision du Futur 2015 » est déjà lancé.

Pour l’abonnement comme pour les propositions de textes, suivez le lien ci-dessous.

Voir les commentaires

Raphaël Del Rosario Octogones 2014

Raphaël Del Rosario

Octogones 2014

Stéphane,

Bonjour,

Tu es présent aux Octogones 2014 avec tes œuvres, tu peux nous dire ce que tu fais ?

 

 Raphaël,

Je suis illustrateur, peintre et graveur, d’inspiration fantasy, médiéval-fantastique, science-fiction.

 

Stéphane,

Tu as suivi des cours d’école des beaux-arts,  d’une école de dessins ? 

 

Raphaël,

J’ai suivi les cours d’une école d’art à appliquer à Chambéry. Une formation de bande dessinée, illustration à  l’ENAAI.

 

Stéphane,

Tu vis et tu travail à Lyon.

 

Raphaël,

Je vis depuis deux ans à Lyon, j’ai mon atelier-galerie dans le quartier Saint-Just sur la colline de Fourvière .

 

Stéphane,

Tu dessines depuis quand ?

 

Raphaël,

Je dessine depuis très longtemps, mais en professionnel depuis 3 ans.

 

Stéphane,

Tu peux nous parlez du recueil que tu présenté, ici aux Octogones ?

 

Raphaël,

Il s’agit du catalogue de l’exposition que j’ai fait dans mon atelier-galerie, il s’agit de gravure sur cuivre, donc une technique ancienne avec de petites scènes, de personnages assez diversifier dans les genres.

 

Stéphane,

Tu as des projets, qu’envisages-tu pour les mois à venir ?

 

Raphaël, 

En novembre je vais réexposer cette exposition, toujours dans mon atelier-galerie.

Je prévois d’autres expositions   de peintures et dessins pour 2015.

Raphaël Del Rosario Octogones 2014

Atelier-Galerie de Raphael Del Rosario

Voir les commentaires

Iron Thrône

Iron Thrône

Marc Simonetti

illustrateur Game of Thrones

 

Stéphane Dubois,

Bonjour Marc Simonetti,

Tu es un jeune illustrateur de 36 ans, et tu fais des illustrations depuis quand ?

 

Marc Simonetti,

Je fais professionnellement de l’illustration depuis 10 ans, sinon j’ai toujours fait du dessin.

 

Stéphane Dubois,

Tu as commencé par publier dans quel contexte ?

 

Marc Simonetti,

Mes toutes premières illustrations, c’était dans les Editions d’Octobre « Glückster le Rouge » de Audray et Pascal Françaix, la seconde parution était « Quantum » aux Editions Pocket.

 

Stéphane Dubois,

Tu exposes au NIFFF, tu peux nous en parler.

 

Marc Simonetti,

Effectivement j’expose une vingtaine d’illustrations de « Games of Trhones », sur le thème de l’univers de Georges .R.R. Martin.

 

Stéphane Dubois,

À ce sujet tu as réalisé un certain nombre d’illustrations pour l’auteur du « Trône de fer » peut tu nous en parler ?

 

Marc Simonetti,

Je vais commencer par le jeu de cartes américain édité par Fantasy Flight Games, ensuite j’ai fait l’intégrale française chez « J’ai Lu », reprise pour le Mexique et le Brésil, ensuite j’ai fait pour Georges R.R MARTIN l’illustration des couvertures de ces nouvelles publiées encore une fois par « J’ai Lu » ;

 

J’ai illustré ensuite deux recueils de nouvelles « Des Astres et des Ombres » et "une Chanson pour Lya".

 

En commençant ma carrière, Lisa Tutle et Georges R.R. Martin «  Windheaven », j’ai également fait les illustrations brésiliennes de sa série  qui va bientôt sortir en France « Wild cards » je ferai les couvertures de ces ouvrages pour l’édition française, en 2013 j’ai sorti le calendrier USA de « Games of Thrones ».

 

Stéphane Dubois,

Hormis, l’œuvre de Georges R.R. MARTIN, tu as illustré quoi d’autre ?

 

Marc Simonetti,

J’ai illustré beaucoup d’autres livres de fantasy et de science-fiction, beaucoup de maisons d’éditions françaises : J’ai Lu, Bragelonne, Pocket, Panini,  Folio SF, Denoël …  « L'Appel de Cthulhu » de Howard Phillips Lovecraft, des œuvres de Franck Herbert, « L'Épée de vérité » de Terry Goodkind, » Le Nom du vent » de Patrick Rothfuss. Également des ouvrages de Philip K. Dick.

 

 Stéphane Dubois,

Et en auteurs français ?

 

Marc Simonetti,

Oui j’ai également illustré des auteurs français par exemple  Fabien Clavel, l’empire de poussière de Nicolas Bouchard, Fabrice Colin, Stefan Wul...

 

Stéphane Dubois,

Tu vas sortir prochainement un « artbook », tu peux nous en parler ?

 

Marc Simonetti,

Je prépare un « artbook »   qui a un financement participatif par Internet,  il devrait être repris à la fois par une maison d’édition française et une maison d’éditions américaines, mais je ne sais pas encore exactement lesquels.

 

Stéphane Dubois,

Tu fais d’autres choses que des illustrations pour les livres ?

 

Marc Simonetti,

Je fais pas mal de concept-art, pour des jeux vidéo je fais les couvertures des jaquettes …. (Might and magic, Blood bowl, Sherlock Holmes, le Tour de France, WarGame....)  je dois travailler sur un long métrage de SF, mais je ne peux pas trop en parler, je te tiendrais informé en temps utile, afin que tu puisses l’annoncer sur ton site  a  l’intention de tes internautes.

Marc Simonetti illustrateur Game of Thrones

BIOGRAPHIE

Artiste professionnel depuis 10 ans et ancien ingénieur matériaux, Marc Simonetti a travaillé dans plusieurs domaines: Les couvertures de livres ( il a illustré le trône de fer, le disque monde, HP Lovecraft, Jack Vance, Frank Herbert, etc....)

 

Le jeu vidéo, les concepts arts pour des longs métrages, et la publicité. Son trône de fer a été reconnu par GRR Martin comme la version la plus proche du livre jamais faite...

Marc Simonetti avec Georges R.R Martin

Marc Simonetti avec Georges R.R Martin

Voir les commentaires

Présences d’Esprits N°77

La zine des mondes de l’imaginaire

Littérature, BD, Cinéma, TV, Jeu, Illustration.

Viens de sortir le numéro 77 de la revue Présences d’Esprits du club éponyme.

Le dossier est cette fois consacré à Christian Vilà : Biographie, Entretien, De banlieue rouge à Malgré le monde, Romans et BD, Entretien croisé avec Stéphane Collignon, Bibliographie, et cerise sur le gâteau « No Suture » une nouvelle inédite.

Des reportages sur : Geekopolis, la Convention Perry Rhidan. Des articles sur « Epée des ombres » de J.V.Jones, le « Docteur Mabuse », et les chroniques habituelles : Jeu, BD, Littérature.

La Couverture est de Stéphane Collignon.

Je ne serais que vous conseillez de vous abonnez a cette fanzine, qui couvre tous les domaines des mondes de l’imaginaire, soit sur les salons ou l’association est présente, soit via le site (voir lien ci-dessous)

Couverture Stéphane Collignon

Couverture Stéphane Collignon

Voir les commentaires

PRÉSENCES D’ESPRITS N° 75

Le zine des  mondes de l’imaginaire

Littérature, BD, Cinéma, TV, Jeux, Illustration

 

Dans ce numéro vous trouverez:

Un dossier sur Brandon Sanderson, y compris un entretien.

Un dossier sur « Docteur Who ».

Un entretien avec l’écrivain : Olivier Boile

Une nouvelle de Raphael Boudin

Un reportage sur les UTOPIALES 2012.

Et les chroniques habituelles : Littérature, BD, Cinéma, TV, Jeux, Illustration

Comme toujours aussi bien pour PRÉSENCES D’ESPRITS que pour AOC, je ne serais que trop vous conseillez de vous abonnez/adhérez à PRÉSENCES D’ESPRITS, soit sur les salons, soit via le site :

couverture: Michel PURUSHOTAMAN

couverture: Michel PURUSHOTAMAN

Voir les commentaires

8em Festival de la BD de Lyon, 15 et 16 juin

 

Les  15 et 16 juin prochain, Lyon BD envahit la Presqu’île. Conférences, rencontres, dédicaces, dessin projeté, performances, spectacle vivant, auront principalement lieu à l’Hôtel de Ville, au Palais du Commerce, au Théâtre Comédie Odéon, et la FNAC Bellecour.

La BD argentine !

Tout le week-end : Hôtel de Ville

 

Retrouvez au Palais du Commerce, dans la coursive, une exposition retrospective sur la BD argentine à travers le travail du scénariste Carlos Trillo. Cette exposition a été réalisée par Claire Latxague et basée sur l’exposition “Trillo” crée par la Biblioteca Nacional de Argentina à qui les éléments ont été empruntés. Carlos Trillo a influencé la BD argentine depuis plusieurs décennies avant de nous quitter il y a quelques années. Trait d’union entre deux générations d’auteurs avec qui il a travaillé, Carlos Trillo a marqué de son empreinte le neuvième art argentin et latino américain. Cette exposition fera place à des travaux d’auteurs argentins présents à Lyon BD cette année en les interrogeants sur leur collaboration avec Trillo ou leurs liens avec le scénariste et la manière dont il a influencé leur travail.

Le blog Lyon BD s’est pour l'occasion, et pour une durée de 2 ans, mis aux couleurs latinos et propose de  suivre régulièrement les aventures de la délégation.

 

Suivez leurs péripéties sur http://blog.lyonbd.com

Site du Festival : www.lyonBD.com

8em Festival de la BD de Lyon, 15 et 16 juin , La BD argentine !
8em Festival de la BD de Lyon, 15 et 16 juin , La BD argentine !8em Festival de la BD de Lyon, 15 et 16 juin , La BD argentine !

Voir les commentaires

Dedicasse

Dedicasse


 

 

 

INTERVIEW LUIS ROYO

FESTIVAL DE LA BD ANGOULÊME 2013

 

Bonjour Luis Royo,

Apocalypse, c’est le premier volet d’une saga, qui ce passe dans un monde post-apocalyptique et néo-gothique, pourquoi avoir choisi en toile de fond la ville de New York, elle vous parait plus emblématique d’une décadence ?

 

D’une certaine manière oui, car c’est le symbole de LA grande ville et comme toutes les grandes villes, New York peut avoir cet aspect de décadence et de démesure. L’intrigue de Malefic se déroule en plusieurs étapes. Elle va dans le second volume se situer à Tokyo, qui est également le reflet d’une ville très « travaillée » où tout est technologique. L’intrigue du troisième volume aura lieu à Paris, symbole de la culture européenne et historique. Malefic va ainsi traverser différents symboles de la civilisation.

 

Avec Apocalypse on nous annonce un univers quels sont les développements prévus, quel est le nombre envisagés de tomes pour ce cycle.

 

Trois œuvres composent la série Malefic, Malefic à New York, Malefic à Tokyo et Malefic à Paris.

 

Actuellement, dans mes projets, il y a une autre série, Dead Moon, qui se déroule en Chine au XIIIe – XIVe siècle. Et immédiatement, on ressent la connexion avec Malefic, avec toute cette atmosphère lunaire et féminine.

 

Quelle est l’articulation avec l’album sorti en 1992 et qui portait le titre de Maléfic ?

 

Malefic est un personnage créé en 92, alors que Romulo était très jeune. Nous avons joué à créer le monde de Malefic, cependant, Romulo a continué sa voie dans le monde de la peinture, moi dans le monde de l’illustration, et nous avons rangé toutes nos idées dans les tiroirs. Et il y a environ six ans, nous avons travaillé ensemble sur le projet de la Coupole Russe. Et nous nous sommes posés la question : « et si nous sortions de nos tiroirs toutes les idées que nous avions sur Malefic ? ». Romulo était plus mûre, j’étais à un moment de ma carrière où je pouvais faire ce type de projet. Et on s’est donc dit que c’était le bon moment !

 

Vous avez abordé plusieurs univers : SF, fantasy, gothique, super héros… quel est celui qui vous a le plus inspiré, et vous inspire le plus, allez vous en privilégié un dans l’avenir ?

 

L’univers féminin m’a toujours beaucoup inspiré. C’est un monde obscur et mystérieux.

 

Le monde masculin possède moins de relief. Il est plus difficile de faire passer en un regard des émotions contradictoires comme par exemple la douceur et en même temps la perversité.

 

Au contraire, dans le monde féminin, cela est possible car il y a davantage de matières. L’anti-héroïne a un panel d’émotions tel, qu’elle possède une richesse d’expressions sans pareil ! Je souhaitais créer des histoires autour de la féminité, de la fertilité, des racines, du rapport des hommes avec la Terre, de notre humanité,… L’anti-héroïne revendique la liberté de l’Homme.

 

En parallèle de « Univers Malefic Time », prévoit»-il d’autres albums, ou des romans graphiques ? 

 

Malefic est un monde qui a été conçu de telle manière qu’il peut être exporté de celui de l’illustration. C’est un univers tellement vaste que l’on peut l’enrichir à côté avec des livres, des romans, de la musique…

 

Que pense t’il de l’évolution des nouvelles technologies, comme les E-BD, la réalité augmenté…

 

Je pense que les nouvelles technologies peuvent offrir beaucoup de possibilités à l’artiste. Internet et les autres supports digitaux sont des changements assez brutaux et rapides, mais je les perçois de manières positives. Selon moi, ces évolutions peuvent donner de nouveaux moyens à l’artiste de développer son univers.

 

Vous avez travaillé souvent avec votre fils Romulo, c’est différents en quoi ?

 

Il y a un avantage à travailler avec son fils. Nous sommes proches. Nous connaissons bien le travail et les qualités de l’autre. Nous avons une réelle complicité et échangeons beaucoup sur les projets que nous faisons ensemble.

 

Par rapport à l’évolution des formations dans les écoles d’arts, pense t’il si les dessinateurs sont mieux formé a la BD que ceux de sa génération ?

 

Je pense qu’aujourd’hui il y a de meilleures écoles de formation. Elles laissent plus de libertés aux nouvelles générations d’étudiants.

Cependant, si un artiste reste académique, il ne pourra rien apporter de nouveau.

 

Pour moi, il est important que chacun puisse explorer son propre style, utiliser son imagination et trouver ainsi son propre chemin. Ce qui m’intéresse chez un artiste c’est son apport personnel à une œuvre.

 

Remerciement à Luis pour nous avoir accordé cet entretien et à Marie Lechevalier pour la traduction.

 

 

Voir les commentaires

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Théâtre. Présent dans les principaux festivals de film fantastique e de science-fiction, salons et conventions.

Pages

Archives

Hébergé par Overblog