Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>

Articles avec #utopiales nantes

amazing science affiche


Exposition Amazing Science

 

 

L’INSERM et le CEA présente à l’occasion des 13e UTOPIALES de Nantes, une exposition intitulée :

 

 

« Amazing Science, une expo PULP et SCIENTIFIQUE »

 

Détournant les affiches de la revue culte de Science-fiction « Amazing Stories » reprenant l’esthétique « pulp » des années 30 en hybridant la recherche scientifique, la création littéraire et populaire.

 

Confiant a Claude Ecken (Prix Rosny Lainé 2001 et 2004, Grand Prix de l’Imaginaire en 2006 la création de courtes nouvelles de SF, qui assemblée avec des visuels scientifiques, nous font plonger au cœur du vivant.

 

Le samedi 10 novembre à 11heures aura lieu au UTOPIALES, une rencontre autour de cette exposition avec la participation de C . ECKEN, G.KLEIN, M.TANTER, S.LEHMAN, modéré par R.Lehoucq.

 

Pour ceux qui ne pourraient pas ce déplacer au UTOPIALES pour voir cette exposition, ils peuvent visiter le Musée Virtuel de l’INSERM, ils trouveront ci-dessous le lien direct avec la rubrique « AMAZING SCIENCE »

 

http://www.musee.inserm.fr/#/amazingscience/salle1/

 

 

Voir les commentaires

UTOPIALES NANTES 2012

Littérature, rencontres scientifiques, spectacle vivant, cinéma, bande dessinée, expositions, concerts, jeux de rôles, jeux vidéo et pôle asiatique… Pendant 4 jours, la science-fiction sera abordée dans son actualité et dans toutes ses dimensions à la Cité, Le Centre des Congrès de Nantes.

 

Les Utopiales ont cette année le plaisir d’accueillir leur nouveau Président Roland Lehoucq : écrivain et astrophysicien.

 

Du 7 au 12 novembre, la 13ème édition des Utopiales abordera le thème :

 

« Origine(s) ».

 

En 2012, dans un monde en crises, confronté à la remise en cause de ses certitudes et à la nécessité d’inventer de nouveaux chemins, il était logique, pour les Utopiales, le Festival International de Science-Fiction de Nantes, de convoquer la notion d’Origines, et de la décliner résolument au pluriel. Origines, d’abord, de la science-fiction en elle-même qui, il y a 150 ans déjà, devenait le lieu privilégié du questionnement sur l’impact social du progrès technique, sous la plume démesurée d’auteurs tels que Jules Verne, Herbert George Wells, J. H. Rosny Aîné, ou encore Rudyard Kipling.

 

Les fondateurs et les géants de la science-fiction mondiale seront célébrés. Origines, ensuite, des nouveaux regards, des nouvelles thématiques, qui naissent, autant que d’étoiles, chaque fois que les auteurs et les éditeurs, les scientifiques et les artistes, se rencontrent pour préparer les nouvelles générations à embrasser le futur : post-humanité, intelligences artificielles, utopies technologiques, nouveaux défis scientifiques, seront au rendez-vous de ces Utopiales.

 

Origines, enfin, pour vous offrir un panorama plus vertigineux que jamais des possibilités de la science-fiction en embrassant les espaces du Lieu Unique, en partenariat cette année avec La Cité.


Neil Gaiman (Royaume-Uni) sera l?invité d’honneur de cette 13ème édition. De renommée internationale, cet auteur et scénariste de bande dessinée est devenu célèbre grâce au comics Sandman, un des rares comics book à se classer dans la liste des bestsellers du New York Times.


L’affiche des Utopiales a cette année été imaginée par Nicolas Fructus, scénariste et illustrateur de la bande dessinée Thorinth. Il a également fait parti de l’équipe du film d’Arthur et les Minimoys auprès de Luc Besson, créant ainsi le monde imaginaire des Minimoys.


La dimension littéraire et scientifique, dimension fondamentale du festival, accueillera de nombreux invités internationaux tels que Robert Charles Wilson (Canada), Nancy Kress (Etats-Unis), Etienne Klein (France), Cédric Villani (France), etc.

 

 

La bande dessinée sera marquée par la participation de nombreux dessinateurs et scénaristes notamment Nicolas Fructus, Marc-Antoine Mathieu, etc.

 

Autant de personnalités qui se retrouveront pour les conférences, les débats, ou les séances de dédicaces qui rythment le festival.

 

Au détour des allées du festival, l’exposition Mervyn Peake présentera les différents travaux de l’illustrateur, poète et écrivain britannique. Le public pourra découvrir les Robots Nao dans une chorégraphie étonnante rendant ainsi hommage aux robots d’Isaac Asimov. L’exposition Amazing Science sera organisée par l’INSERM et le CEA (Commissariat à l’Energie Atomique), nouveau partenaire du festival.

 

La dimension arts-plastiques nous proposera également de découvrir Tropiques, une installation environnementale d’Etienne Rey faite d’ondes sonores et lumineuses modulées par la présence des visiteurs. Pour finir, les automates articulés de Nicolas Darrot, un artiste sorcier, inviteront les visiteurs dans un univers imaginaire.

 

La dimension cinéma s’annonce également riche avec l’envie de faire découvrir toujours plus de talents du monde entier.

 

Pour finir, le festival sera bien sûr l’occasion de retrouver des jeux de rôles, des jeux vidéo, une programmation jeunesse, des soirées mais aussi le pôle asiatique avec la reconduction de la journée Manga Tan et de son Cosplay.

       

 Communiqué de presse

 

 

 

 

Voir les commentaires

Ciné-Concert d'Éric Le Guen

Eric Le Guen 2

Les aventures du Prince Ahmed 1926 – 60 minutes

Le film d’ouverture des Utopiales 2011 à été « Les aventures du Prince Ahmed » réalisé en 1926 par Lotte Reiniger, ce film de 60 minutes est le premier long métrage d’animation en Europe ( troisième au monde et non deuxième comme indiqué par le festival, il n’existe plus de copie du premier:  1917 El Apóstol (Argentine) 1918 Sin dejar rastros ( Argentine) les deux du même réalisateur Quirino Cristiani  ) .

Lotte Reiniger réalisa ce film  en papier découpé, les silhouettes articulées pouvait prendre diverses positions, 60 minutes de fantastique  bonheur, fantastique car ce film s’inspire des Milles et Une Nuits nous fait rencontrer  démons, génies, mage, sorcière et cheval volant (sans aile)

La version restaurée est mise en musique avec la partition originellement commandée par la réalisatrice à Wolfgang Zeller, Eric le Guen dirige en recréant les bruitages avec la participation du public. Au coté d’Eric le Guen (piano et direction)     l’on trouve les excellents  musiciens : (violoncelle) Erwan LE GUEN, (percussions et flûtes) de Paul MINDY. Éric Le Guen est un spécialiste des improvisations (voir mini-bio ci-dessous), il entraine a ca suite le public, faisait de la présentation un avant-spectacle humoristique, durant lequel il donne ces indications au public pour les bruitages a venir. Il fait de cette prestation, un spectacle interactif.

C’est une mode en cour dans la plupart des festivals de films (fantastique ou non) que de faire des ciné – concert avec des films muet appartenant au patrimoine du cinéma mondial. Cette mode est fort bien venu, espérons qu’elle devienne pérenne, même si bien sur toute les prestations ne sont pas toujours égales.

Remerciement au service de presse pour son aide et particulièrement à Ludovic Failler Copyright (©L.Failler) pour la photo.

Site d’Éric le Guen :http://ericleguen.com/

Éric Le Guen

Mini bio extraite du catalogue des Utopiales 2011-11-22

Musicien éclectique, concepteur et compositeur, son piano le guide vers les œuvres contemporaines de Frédéric TEMPS, et sur France Musique pour lʼ émission dʼ Anne MONTARON « A lʼimproviste » dont il est le Parrain. Spécialisé dans les improvisations hors normes - 6 à 8 heures au piano - il développe une passion pour la recherche dans les processus de la mémoire, et la transmission du savoir. Coach musical dans l’environnement de l’entreprise, il entretient également une approche nouvelle de l’enseignement du piano, adapté aux très jeunes enfants. Une vie commencée comme aventurier, explorateur, plongeur spéléologue, lui fait rencontrer la télévision, où il passera une quinzaine d’années en composant pour de nombreuses unités de programme, jusque dernièrement « Des Racines et des Ailes », et les « Carnets de Plongée ».


 

 

Voir les commentaires

C1-Eternity-incorporated

ETERNITY INCORPORATED,

 
Raphaël Granier de Cassagnac
 

 

Bonjour,

 

Vous êtes directeur de la collection « ourobores » chez Mnémos, pouvez-vous nous parler de ce rôle ?

 

Ce n’est pas une direction de collection comme on l’entend, on ne reçoit pas des projets, mais on choisit et on décide des projets que l’on veut faire. À chaque fois c’est une ville imaginaire, que l’on veut décrire par l’illustration, la cartographie et par le texte. On décide avant tout de la ville que l’on veut explorer, nous avons commencé par « Abyme, le guide de la Cité des Ombres », puis « Kadath, le guide de la Cité Inconnue » tiré de Lovecraft. Le troisième qui est en cours sera sur Jules Verne, le travail consiste à recruter quatre auteurs par ouvrage.

 

Cela sera sur les villes imaginées par Jules Verne, sur France-Ville et Stahlstadt ?

 

Je ne peux pas trop en parler, mais on a trouvé un pitch pour pouvoir parler de beaucoup d’ouvrages de Jules Verne dans une seule ville.

 

Le travail est donc surtout de recruter des auteurs et des illustrateurs avec lesquels j’ai envie de travailler. La partie la plus difficile de ce travail c’est de faire justement collaborer ensemble tout le monde, de mettre en résonance les textes des uns avec les illustrations des autres. J’écris à chaque fois une partie des textes.

 

On va en venir à votre premier roman : Eternity Incorporated (Éditions Mnémos 2011) qui a eu un bon accueil, nominé aux Utopiales 2011. Vous aviez déjà publié des nouvelles, qu’est-ce qui vous a donné envie de franchir le pas et d’écrire un roman ?

 

C’est une belle histoire parce que cela a commencé avec une nouvelle justement dans laquelle il y a l’essentiel de ce qui sous-tend le roman, j’ai proposé ici et là cette nouvelle, qui a été refusée, je suis très content qu’elle l’ait été. On m’avait dit « ton univers est intéressant il faudrait en faire plus » alors j’ai commencé à prendre la nouvelle complètement à contre-pied, j’ai démarré une histoire à trois personnages dans cet univers et petit à petit, sans me presser, quand j’avais le temps, le roman s’est construit. À un moment de la rédaction du livre, la nouvelle s’est imposée pour finir le roman, un peu magiquement. On retrouve la nouvelle initiale à la toute fin du livre. C’est comme cela que cela a démarré.

 

Je suis content effectivement de l’accueil réservé à ce roman, très content des retours, une nomination au prix Verlanger pour un premier roman, j’en suis très satisfait.

 

Vous êtes nouvelliste, romancier, directeur de collection et scientifique, physicien cela influence votre style.

 

On me pose souvent la question, forcément c’est la même personne qui fait les deux, donc oui il y a des influences. Cela dit quand j’ai commencé à écrire mes premières nouvelles, c’était de la Fantasy, donc le plus éloigné possible de la science dans les genres de l’imaginaire. J’ai tout fait pour m’éloigner de ce que je faisais comme scientifique, de ce que je connais de mon métier pour écrire, pour me permettre à moi de m’évader et j’espère à mes lecteurs.

 

Vous allez enseigner à l’Université de Columbia à New York cela va t-il nuire à vos autres activités ?

 

Au contraire, ce qui m’amène à aller collaborer avec cette université, c’est que j’ai déjà beaucoup collaboré avec des américains. Depuis longtemps, j’allais assez souvent à New York pour travailler avec eux. Et j’y passais des WE, car les billets d’avions sont moins chers quand on y passe un WE. J’y ai écrit en grande partie, pour ne pas dire essentiellement mon ouvrage la bas. J’espère qu’en y étant en permanence l’inspiration viendra.

 

Merci de votre accueil et à bientôt

 

 

 

Voir les commentaires

 

Justine Niogret

 

Justine Niogret

Bonjour Justine Niogret,

Quand et par quoi avez-vous commencer à publier ?

Le premier texte est une nouvelle, qui a été publié chez Oxymore dans une anthologie intitulé les « fées » sous le titre «  Un chant d’été » et qui as été nominé au Imaginales d’Epinal.

Vous avez  publié des nouvelles et nous dire en quoi c’est différent du roman ?

Oui, j’ai longtemps publié des nouvelles, les nouvelles c’est beaucoup plus précis dans un roman on peut se permettre d’avoir un paragraphe qui est qui n’est pas forcement extrêmement rodé, précis, on peut plus de digressions dans un roman, la nouvelle est je trouve un exercice d’épuration, il faut vraiment tenir son texte d’un bout à l’autre

Vous écrivez de la Fantasy et de  la SF ?

La SF, je viens juste de commencer un roman post-apocalyptique  sur lequel je travaille  en ce moment qui s’appelle « Gueule de Truie ». j’ai commencé avec la Fantasy avec le « Chien de Heaume »           (Editions Mnémos, collec « Icares » (2009) 

Justement ce livre a obtenu deux prix, le Prix de l’Imaginal en 2010 et le Grand Prix de l’Imaginaire, c’est la première fois que vous étiez primé, cela apporte quoi ?

Quand on est dans un festival cela apporte pleins de bisous, pleins de gens viennent vous saluer (rire) et du coup c’est assez mignon, je pense que cela apporte aussi des possibilités  au niveau professionnel, quand des gens on entendu parler de vous, ils sont plus aptes a vous présenter des projets, de vous demander ce que vous compter faire par la suite, par rapport à une couverture médiatique 

 

Le dernier ouvrage que vous avez publié, toujours aux Editions Mnémos est le « Mordre le Bouclier » quel en est le thème ?

C’est la Première croisade, vu de l’intérieur vu de ce que cela laisse derrière soi. Le thème des croisades avait déjà été abordé par des gens beaucoup plus compétent que moi, ce que les croisades ont laissé derrière elle cet espèce de sillon de crime et de boue, que cela a engendré, lui j’en avais déjà entendu parler et il n’avait jamais été abordé

Comment vous est venu l’idée de traité la croisade et pas les croisé ?

Oui c’est exactement ça, quand j’ai écrit « Chien de Heaume », je n’avais pas précisément envie de faire de suite, j’ai commencé à travailler  sur un autre projet. Les personnages du Chien sont revenus et avant de se lancer dans un roman il me faut plusieurs pierres d’achoppements et la j’en ai eu plusieurs, avant de me dire « je commence le livre » et cela était les croisades.

C’est une suite de « Chien de Heaume » ?

Pas exactement, il y a certains personnages que l’on retrouve dans les deux romans, mais sans être une suite, on peut parfaitement lire les deux indépendamment.

Vous avez des projets ?

Je travaille actuellement sur un roman post-apocalyptique qui s’intitula « Gueule de Truie »  qui sera l’histoire d’un inquisiteur qui sortira chez les Editions Critic et je fais des recherches documentaires pour un autre livre sur la gladiature romaine. Pour celui sur la gladiature romaine je ne sais toujours pas ou l’éditer, ayant encore beaucoup de travail documentaire a faire pour cet ouvrage

Beaucoup de travail et de plaisir de l’écriture, vous vous consacré qu’a l’écriture désormais ?

Oui franchement j’en ressens beaucoup de plaisir, avant j’étais traductrice, mais je n’ai plus le temps pour la traduction, mais le problème est le décalage de temps entre le moment ou l’on travaille et celui ou l’on reçoit les droits d’auteurs, il y a un écart de 1, 2 voir 3 ans.

Pensez à laisser des commentaires

Et à vous inscrire aux newsletters

 

 

 

 

justine niogret-copie-1

 

 

-niogret-justine-mordre-le-bouclier

 

 

Pensez à laisser des commentaires

Et à vous inscrire aux newsletters

 

 

Voir les commentaires

PALMARES 2011

Utopiales 2011 Affiche

 

JEUX DE RÔLE 

Prix du meilleur scénario de jeu de rôle :

Cyril Puig

BANDE-DESSINEE

Prix de la meilleure Bande Dessinée :

Château de Sable de Frederik Peeters et Pierre Oscar Lévy

CINEMA

Compétition Européenne Court-Métrage :

-       prix du jury : Blinky TM, de Ruari Robinson.

-       prix du public : Le Monstre de Nix, de Rosto

Compétition Internationale Long Métrage :

-       Prix SYFY du public : Endhiran, Robot The Movie de S.Shankar

-       Grand prix du jury : Eva, de Kike Maillo. Et une mention spéciale à Extraterrestre de Nacho Vigalondo

LITTERATURE

Prix Européen Jeunesse Utopiales des Pays de la Loire :

Terrienne de Jean-Claude Mourlevat

Prix Européen Utopiales des Pays de la Loire :

Rêves de Gloire de Roland C. Wagner

Voir les commentaires

Francis Valéry

Bonjour Francis Valéry

Vous êtes auteur, mais vous êtes aussi celui qui nous propose l’exposition « Histoire de la Science Fiction »  qui est présenté aux Utopiales 2011.

Au départ le titre de travail était «  Les enfants de Jules Verne », ce qui explique que les trois premiers panneaux lui sont consacrés à sa vie, ces « voyages extraordinaires », sur son œuvre.  L’idée de départ était de montrer que cet écrivain nantais, était  l’un des pères fondateurs de ce qui part la suite est devenue la SF. Ensuite ce qui est véritablement l’histoire de la Science fiction depuis les précurseurs jusqu'à nos jours avec 1 panneau sur la SF française deux autres panneaux l’un sur les divers genres de la Science fiction l’autre sur les thématiques de la SF. Enfin l’exposition conclue sur la SF fiction en dehors de la littérature : 1 panneau sur la BD, un sur le cinéma, 1 sur les séries TV.

Elle a déjà été présenté je crois à Lyon

Cette exposition a été au départ commissionné par la Foire Internationale de Lyon. Elle a spécialement été conçu pour eux, et présenté en Avril 2011, Madame Masson des Utopiales de Nantes à vue cette exposition et as demandé à la présenter, on l’a repris un peu modifier, par contre physiquement elle est totalement différente. Elle est dans un autre format, et les responsables des Utopiales l’on adapté, elle est esthétiquement plus belle.

Et il n’est pas prévu un catalogue ?

On   pourrait faire une version imprimé ou une version sur un site, mais cela pose des problèmes de droits les illustrations appartienne a la Maison d’Ailleurs d’Yverdon-les-Bains (Suisse), cela serait complexe a mettre en place, mais cela serait néanmoins intéressant (à priori il n’existe aucun catalogues des expositions présenter aux Utopiales ce qui est dommage vue leurs qualités NDLR)

Parler nous de la Maison d’Ailleurs (Yverdon-les-Bains, Suisse) auquel vous collaboré souvent.

C’est un musée de la SF, de l’Imaginaire, de l’Utopie qui existe depuis environ une trentaine d’année. C’est le plus important en Europe, peut être pas au monde, car aux USA, il y a de grand musées   sur la Science Fiction. Je collabore sur les expositions, en ce moment il y en a une sur l’ile  de Pâque (voir le programme complet de la saison 2011/2012 dans la rubrique « Divers » sur ce blog NDLR) qui as put inspiré les créateurs de Bande Dessiné, de cinéastes,  j’ais monté l’exposition sur ce thème et on peut y voir également de véritable objet de l’Ile de Pâque, qui nous on été prêter par des musées étrangers.

Dernier point vous êtes auteur on peu savoir ce que vous venez de publier et ce que vous avez en préparation.

Je viens de publier « L'Île de Pâques sans dessus dessous » qui est  le catalogue de l’exposition, et je prépare plusieurs recueils de nouvelles qui reprendrait une partie des textes que j’ais publier depuis une vingtaine d’années accompagné de quelques inédits.  

Œuvre

La nuit tous les martiens sont verts (Recueil, 1991, sous le pseudonyme de Kevin H. Ramsey)

L'Arche des rêveurs (Roman, 1991)

Les envahisseurs (Essai, 1992)

Le Prisonnier : retour au Village (Essai, 1993)

Thunderbirds : une utopie ambiguë (Essai, 1993)

V : l'autre Guerre des Mondes (Essai, 1993, 1995)

Pas de Panique ! (Recueil, 1993, sous le pseudonyme de Kevin H. Ramsey)

Éditions de l'Hydre

L'année des séries, tome 1 : 1993 (Essai, 1993, en collaboration avec Philippe Paygnard)

L'année des séries, tome 2 : 1993-1994 (Essai, 1994, en collaboration avec Philippe Paygnard)

Bob Morane (Essai, 1994)

Altneuland (Récit, 1995)

Éditions de l'Hydre

Superhéros en séries (Essai, 1995, en collaboration avec Philippe Paygnard et Patrick Marcel)

Le Saint (Essai, 1995)

Aux Frontières du Réel - 1 - La chute des anges (Essai, 1995)

Aux Frontières du Réel - 2 - L'Appel des Étoiles (Essai, 1996)

Aux Frontières du Réel - 3 - L'envers du monde (Essai, 1996)

Les séries TV (Essai, 1996)series TV

Les messagers de Saumwatu (Roman, 1997)

Les Voyageurs sans mémoire (Recueil, 1997)

La mémoire du monde (Roman, 1997)

L'Erreur de France (Roman, 1997)

Tout se Complique ! (Recueil, 1998, sous le pseudonyme de Kevin H. Ramsey) Éditions de l'Hydre

Les portes du temps (Les Internautes, 1) (Roman, 1998)

Éditions Magnard Jeunesse, collection Les Fantastiques

Julien et le tamagotchi (Roman, 1998)

Éditions Magnard Jeunesse, collection Les P'tits Fantastiques

Dire le Monde (Chroniques, 1998) Éditions de l'Hydre

Julien et la télézapette (Roman, 1999)

Éditions Magnard Jeunesse, collection Les P'tits Fantastiques

Le mystère du Caucase (Les Internautes, 2 (Roman, 1999)

Éditions Magnard Jeunesse, collection Les Fantastiques

La Cité entre les mondes (Roman, 2000)

Éditions Denoël, collection Présence du Futur, n°620.

Les Sources du Nil (Roman, 2000) Éditions de l'Agly.

Passeport pour les étoiles (Essai, 2000) Éditions Denoël, collection Folio-SF, n° 30.

Le Mystère du Manoir Millard (Roman, 2000) Éditions Degliame, collection Le Cadran Bleu, n°9.

Julien et l'envers-monde (Roman, 2001) Éditions Magnard Jeunesse, collection Les P'tits Fantastiques

Julien et les voyageurs d'Halloween (Roman, 2002) Éditions Magnard Jeunesse, collection Les P'tits Fantastiques

Le Talent assassiné (Roman, 2002) Éditions Denoël, collection Lunes d'encre.

Le Mystère des Abysses (Roman, 2003) Éditions Degliame, collection Le Cadran Bleu, n°35RécompensesMystère des Abysses

Prix Rosny aîné pour les nouvelles « Bumpie(TM) » en 1989 et « Les voyageurs sans mémoire » en 1990.

 Prix Julia Verlanger pour La Cité entre les mondes en 2001.

Voir les commentaires

 Jeanne.A.Debats

Jeanne A Debats

 

 

Bonjour Jeanne.A.Debats,


Vous avez trois casquettes : littérature jeunesse, littérature adulte et anthologiste.

Commençons par vos œuvres dédiées à la jeunesse, vous avez écrit pour des enfants à partir de 8 ans

La collection mini Syros est une excellente idée du directeur de collections des Editions Syros, qui trouvait qu’il y avait un manque en littérature de jeunesse, mais enfantine, destiné au primaires pour la Science-fiction. Il a présenté aux auteurs des Editions Syros, un défi, présenter les grands thèmes de la SF aux élèves des écoles primaires et chacun d’entre eux a choisi un thème préféré, j’ai choisi les mondes virtuels et les cyborgs.

Cela a merveilleusement marché, je suis ravie de cette collection certains des romans sont étudiés jusqu’en 5eme, mais ils peuvent être tous lus à partir de 8 ans.

Parlez nous des ouvrages « jeunesse » que vous avez écrite, « Ballade de Trash » (Editions Syros, 2010) ..., c’est à partir de quel âge ?

À partir de 10 / 12 ans , mais de toutes façons dans ce domaine-là, je suis totalement les préceptes du genre énoncés par Robert Heinlein qui veulent que cela soit le même livre que l’on aurait écrit pour des adultes, mais dont les héros sont des préadolescents ou adolescents. Il n’y a pas énormément de différences entre le roman pour jeunes et le roman adulte, sinon d’être beaucoup plus lyrique, je me laisse aller plus à la poésie dans mes livres pour adultes.

Dans « Plaguers » vous vous laissez aller au lyrisme ?

Oh oui, il y a même 4 pages totalement psychédéliques. Je ne le fais pas pour de jeunes lecteurs, car perdre pied pour de jeunes lecteurs c’est terrible. Ce que peut accepter un lecteur adulte, mais pas un jeune lecteur et je ne veux pas leur infliger cela.

Parlez nous des anthologies, vous avez écrits dans certaines, d’autres que vous avez dirigée

J’ai dirigé « Chasseurs de Fantasmes » une anthologie de SF ayant pour thème l’érotisme et la pornographie, carrément de la pornographie pour certains des textes. Et nous sommes en train de réaliser « Destination Univers » qui porte sur le space-opéra, dans une démarche complètement inhabituelle. Nous avons fait appel à des auteurs confirmés, mais aussi utilisé les services d’un site qui soutient les jeunes auteurs qui n’ont jamais publié et nous leur avons demandé de filtrer des nouvelles proposées par ces jeunes auteurs.

Je dirais que c’est le passage des corrections, c’est parce que je suis auteur, que je trop tendance à empather avec l’autre et je sais à quel point je peux lui faire mal en le corrigeant. C’est ce moment là qui est le plus dur. Et pourtant il est indispensable car c’est ainsi que l’on a les plus beaux enfants.

Vos projets à venir ?

J’ai un projet dont je ne parlerais pas pour l’instant car il n’est pas encore abouti,  ensuite, chez Folio SF, j’ai ma novella « la Vieille Anglaise et le Continent » (Editions Griffe D’Encre 2008) et « stratégies du réenchantement » (Editions Griffe d’Encre 201O) qui vont reparaître en un volume courant 2012. C’est une réédition, mais le passage en livre de poche est important pour un auteur. Surtout quand comme c’est le cas pour ces deux là ils on été édité dans une petite maison d’édition.

J’ai également deux autres romans en préparation, mais encore là il m’est pour l’instant impossible d’en parler.

Le blog de l’auteur http://www.jeanne-a-debats.com/

Mini Bio ( extrait du Catalogue des Utopiales 2011)

Jeanne.A.Debats, est née en 1965. Professeur de Latin et de Français dans un collège de la région parisienne, elle est une fan de l’âge d’or de la Science-fiction anglo-saxonne ( Robert Heinlein, Arthur Clark, Issac Asimov). Elle a publié en 2008 « La Vieille Anglaise et le vieux continent» aux Editions Griffe d’Encre, nouvelle qui la fait connaître dans le monde de la SF. L’ouvrage a été salué par la critique et lauréat du prix du Lundi 2008, du Prix Julia Verlanger 2008 et du Grand Prix de l’imaginaire 2009 dans la catégorie Nouvelle Francophone. En 2010, elle publie le roman « Plaguers » , Prix Bob Morane, qui traite des ambiguïtés de la nature humaine et de son évolution vient de paraître en 2011 « l’envol du Dragon » aux Editions Syros.

Au revoir jeanne

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour Melanÿn,

Commençons par « Le Chant d’Exalibur » avec le tome 6 et la fin du cycle « Les Gardiennes  de Brocéliande ».

J’ais commencer a collaborer avec Arleston sur le tome 5 , on as  mis quelques années a le faire, car Arleston ( rire) dessine lentement, on écrit chacun a sont rythme, nous avons mis environ 5 ans entre les deux dernier tomes.

Fin de Cycle, fin des héros ou comme souvent début d’un cycle nouveau avec les mêmes personnages ?

Non a priori nous n’avons pas prévus de suite. On avait envie d’apporter une fin, une vraie fin c’est bien aussi parfois de finir vraiment.

Vous avez co-écrit avec Pierre  Bordage un livre d’enquête, vous pouvez nous en parler et nous décrire le concept, de qui es l’idée de ce genre d’ouvrage de vous de Pierre Bordage ?

En fait, cette idée est venue de la directrice de collection chez Soleil dans un format inhabituel  pour cette maison d’édition en fait c’est la première fois qu’elle publie ce format.

Ils nous on demander si on avait une histoire a Pierre Bordage et moi si nous avions un projet. Nous avions depuis déjà un moment envie de collaborer ensemble sur un projet et nous avons accepté.

Donc il s’agit d’une enquête que le lecteur mène avec des indices ?

Oui c’est plus qu’un livre, c’est écrit comme un roman, mais on as des indices disséminé tout au long de l’histoire, histoire de SF bien sur, ces indices, photos cartes … sont encarté dans les pages au fur   à mesure que l’on lis l’ouvrage on les découvre, la fin avec la solution étant scellée. Le lecteur est plus impliqué dans l’histoire. ’est une histoire post-apocalyptique, l’héroïne recherche …l’Humanité

Il est sorti en aout 2011 aux Editions Soleil.

Et vos projets ?

Pleins … avec Christophe Arleston et le Monde de Troy je vais continuer ma collaboration, chez Glénat, je coécris un album qui s’intitule «  Chimère 1887 » toujours avec Arleston, qui ce déroule dans les bordels de Paris  au 19eme Siècle. Avec Pierre Bordage, j’ais le projet d’un nouveau roman. Mais pas forcement d’enquête, le projet est encore en gestion nous ne savons pas encore la forme de ce roman. Il ce déroulera au Mexique. Je vais coécrite avec d’autre scénaristes des albums et un projet de pièce que théâtre , mais cette fois cela ne sera pas du fantastique.  

Merci de bien avoir voulut nous accorder cet entretien

Mini Bio

Melanÿn

Melanÿn

 

Elle nourrit une passion immodérée pour les rats et les mygales, particulièrement crus ou en tartare, et elle adore les voyages. Elle a notamment passé plusieurs mois au côté d’une tribu Zoulou au Zimbabwe pour apprendre le macramé. Enfin, elle est férue de sports extrêmes et pratique l’escalade, le saut à l’élastique avec élan et le parachutisme. En dépit de ce planning passablement chargé et surtout quand les conditions météo sont vraiment mauvaises, elle co-écrit certains scénarios de Légendes de Troy et du Chant d’Excalibur avec Arleston. Elle a notamment 3 albums en préparation, en plus du prochain opus du Chant d’Excalibur avec Éric Hübsch, dessinés respectivement par Dany, Éric Herenguel et Nicolas Keramidas (extrait du site d’Arleston)

 

Laissez des commentaires et penser à vous inscrire aux Newsletters

 

 

 

Voir les commentaires

Présentation a  la soirée inaugurale
des 12eme UTOPIALES de Nantes
par Pierre Bordage
 
Utopiales 2011 Affiche
 
 
 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>
Haut

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Théâtre. Présent dans les principaux festivals de film fantastique e de science-fiction, salons et conventions.

Pages

Hébergé par Overblog