Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>

Articles avec #utopiales nantes

Quatorzième édition des UTOPIALES

 

Quatorzième édition des UTOPIALES, Festival International de Science-Fiction de Nantes, du 30 octobre au 4 novembre à La Cité, Le Centre des Congrès de Nantes.

Tous les ans, ce Festival (le plus important du Genre en Europe) entend marier toutes les disciplines de la Science-Fiction et de l’Imaginaire : littérature, cinéma, bande dessinée, jeux de rôles, jeux vidéos, manga, CosPlay, musique, recherche scientifique, arts plastiques...

 

Les Utopiales auront cette année pour thème "AUTRE(S) MONDE(S) ?" et seront portées par le Président du festival : l'astrophysicien Roland Lehoucq,

Vous pourrez consulter dans ce dossier le détail des festivités de cette 14ème édition, avec notamment :

- plus de soixante auteurs présents tels que Orson Scott Card, Michel Serres, Peter Watts, Ian McDonald, Lionel Davoust ou Norman Spinrad ainsi que trois prix littéraires et le plus grand salon européen du livre de SF.

- un Grand Prix de la meilleure BD de Science-Fiction et plus de 30 scénaristes et dessinateurs invités comme, par exemple, Frédérik Peeters, Luc Schuiten, Fabien Velhmann, Nicolas Fructus ou Denis Bajram.

 

- des conférences sur les liens entre littérature, anticipation, sciences et cultures digitales

 

- les expositions exclusives de Vincent Callebaut, Raymond Poïvet, « Futuro Technos » présentée par l’Inserm et le CEA… et le retour du robot NAO...

 

- tous les films de cette édition avec des invités tels que Clotilde Courau, Jan Kounen, Alejandro Jodorowsky, Vincent Paronnaud..., la Compétition Internationale Longs Métrages, (dont la Première Française de "Albator : Corsaire de l'Espace" de Shinji Aramaki), la Compétition Européenne Courts Métrages, les Rétrospectives, la Carte Blanche à Max Brooks (en sa présence), les nouveautés et animations made in Asia des journées Manga-Tan et CosPlay…

 

 

(Communiqué de presse)

Quatorzième édition des UTOPIALES

Voir les commentaires

livreSFweb

 

 

Entretien avec Simon Bréan, auteur de :

La Science-fiction en France

Théorie et histoire d’une littérature

(2e partie)

Existe a-t-il un « space opera » à la française, ou est que c’est autre chose ?

Il n’y a pas exactement de « space opera », il n’y a pas a proprement parler de « space opera » enthousiaste avec des aventures dans l’espace, des espèces de pirates, des aventures échevelées d’un point a l’autre de l’espace. Ce que nous avons c’est un système ou toute part plus ou moins de la Terre, nous sommes toujours plus ou moins autour de la Terre, des voyages spatiaux deviennent possibles et peu à peu on rencontre des extra-terrestres, on leur fait un peu la guerre, mais c’est plutôt des martiens ou des gens très proches. Il n’y a pas d’expansion radicale, un roman qui est vraiment dans l’expansion radicale c’est le « Gambit des Étoiles » de Gérard Klein n’est pas du tout dans cette logique du « space opera » martial, c’est au contraire un type de récits d’exploration spatiale, on a un aventurier qui va a la rencontre d’autres civilisations, qui essaie de comprendre ce qui se passe ailleurs et qui finalement va donné les clefs du voyage spatial de l’humanité entière.

Gérard Klein, qui signalons le fait la préface de votre ouvrage.

Oui, Gérard Klein qui fait partit des auteurs majeurs de la science-fiction française de cette période la, a plus d’un titre dont a titre d’éditeurs, a accepté de faire la préface, notamment parce qu’il a relu avec d’autres, mon travail pour le validé, alors que je l’écrivais encore pour mon doctorat. De fait parmi les théoriciens de la science-fiction l’un de ceux sur laquelle je m’appuie est bien sur Gérard Klein, Jacques Goimard fait partie des gens qui m’ont également beaucoup inspiré.

Pour la réflexion sur les conditions de productions de la SF comme milieu éditorial, la seule personne qui est fournie une réponse pointue c’est Gérard Klein.

Quelle place donnée vous dans votre travail de Maitre de Conférence à la Science-fiction.

Il s’agit de faire la différence entre le travail de recherche et l’enseignement. Je suis un enseignant-chercheur, dans la partie recherche, je favorise, sans que cela soit mon seul axe de recherche, pour les étudiants de master I et de master II, c’est tout ce qui a trait à fiction et parmi les actes de recherches que je propose il y a la science-fiction, dans ce que je fais comme travail dans l’université, c’est plus dans l’encadrement de futurs chercheurs, de niveau Masters. J’ai un étudiant qui travail sur Alain Damasio et la « Zone du dehors », j’ai un autre étudiant qui travail la fantasy urbaine.

Dans le domaine de la littérature comparée, on a intérêt à avoir de bonnes connaissances de la science-fiction française, on peut plus facilement trouver des auteurs dont les œuvres vont bien dialoguer avec celles des auteurs d’autres pays.

Vous allez continuer vos recherches sur la Science-fiction ?

C’est mon point de départ, sans en être le centre de mes recherches, ce que je compte faire, c’est de posé une théorie de lire suivant des critères communs, les trois branches au moins d’une littérature « à effet de mondes », ce que j’appelle « effet de mondes », pendant que le lecteur lis l’ouvrage il s’intéresse à ce qui ce passe dans le décor, ce décor dont on a dit souvent pour la science-fiction qu’il est un des héros importants, est très important, dans d’autres littératures : la littérature réaliste, la littérature de fantasy/fantastique et la littérature de science-fiction, on toutes les trois en commun cet intérêt pour la fiction, ce que je compte faire partir ce que j’ai repéré pour la SF pour proposé des moyens de lire la littérature de fiction en général, une nouvelle manière de réutilisée, ce qui a été vu sur la science-fiction avec le reste de la littérature.

Une dernière question, votre ouvrage qui sort en avant-première pour les UTOPIALES, qu’elle est l’accueil du public des UTOPIALES ?

Une chose qui m’as fait très plaisir, c’est que un certains nombres d’auteurs présents on envie de le lire, cela prouve une nouvelle fois que les auteurs qui l’écrivent sont aussi des gens qui on envie dans savoir plus sur ce domaine. Ils s’investissent  beaucoup fait que ce type de travail les intéresse.

 D’autre part des lecteurs qui on des profils différents, mais l’idée générale, plus on en sait sur la science-fiction mieux au comprend, mieux on peu la lire. J’ai essayé de faire ce n’est pas uniquement une histoire, mais une théorie, sans faire une théorie abstraite de la SF, c’est une théorie qui propose une explication sur la manière dont on lit intuitivement la SF, j’essaye de donné une forme plus technique à des intuitions de lectures, des lecteurs qui réfléchisse     À la manière dont un texte de science-fiction s’écrit, dont comment s’organise le texte, peuvent trouvez dans ce que j’ai écrit des indications sur exactement ce qui ce passe dans leurs têtes, du moins la manière dont les textes programme leurs lectures.

De prédire leurs lectures, c’est une façon pour ces lecteurs la de passez a un deuxième stade, c’est déjà des gens qui réfléchissent à ce qu’ils lisent, d’essayer de voir, si on regarde le texte précisément le genre de chose qu’ils trouvent.

Les gens sont intéressés par autres choses que simplement la lecture, que le fait de recevoir les œuvres, ils en veulent « un peu plus », et cet « un peu plus », il y a aussi bien des informations sur les auteurs, et comprendre aussi les mécanismes qu’il y a derrière la création, cela fait partis des choses que j’ai également essayé d’étudier comment ce fait la création d’une œuvre et comment ce recréer à chaque lecture dans l’esprit des lecteurs, un monde qui as été a été mis en place au départ par des auteurs.

Merci de votre accueil Simon Bréan.  

Entretien réalisé aux UTOPIALES 2012

 

Voir les commentaires

 

 

simon bréanEntretien avec Simon Bréan, auteur de :

La Science-fiction en France

Théorie et histoire d’une littérature

(1ere Partie)

 

 

Bonjour,

 

Vous publiez aux éditions des Presses Universitaire Paris Sorbonne, une « histoire de la science-fiction dans la littérature française », à l’origine il s’agit d’une thèse, pouvez-vous nous en dire plus.

 

J’ai écrit une thèse sur l’histoire de la SF en France. Je viens d’être élu maitre de conférences a Paris-IV Sorbonne.

 

Pourquoi avoir choisi de faire votre thèse sur la littérature de SF française ?

 

Je suis un amateur de Science-fiction depuis longtemps, quand j’ai envisagé de faire un travail de doctorat, la science-fiction a semblé après discutions avec différents directeurs de thèse possible, une des possibilités, car c’est un genre qui n’est pas très légitime. Surtout celle écrite par des Français.

 

L’intérêt pour la théorie de la fiction, la création des mondes, a rendu plus intéressant pour les chercheurs en général, ce domaine de la science-fiction, ors pour pouvoir réellement approcher ce domaine, il est préférable d’avoir une connaissance préalable compte tenu de tout le travail qu’il y à faire la plupart des gens non pas, l’énergie forcement qui est aussi peu repérer.

 

Mon projet était de donner les moyens à d’autres chercheurs, ce qui est le principe de la recherche, mais dans ce domaine cela était indispensable, de donner à d’autres chercheurs les moyens de ce repérer dans le domaine de la SF Française.

 

La question de la littérature de science-fiction française a vraiment été peu étudiée dans le domaine universitaire ?

 

Elle l’a peu été, même s’il y a eu des travaux qui ce font régulièrement, que nous avons des chercheurs qui sont spécialisés, je ne suis pas le premier loin de la, a m’intéressez a la SF française, ce qui n’avait pas eu lieu jusqu’a maintenant, c’était une étude systématique qui permette de donner des points de repère historique et théorique en général sur la Science-fiction.

 

Le seul travail un peu de synthèse sur ce thème c’était « histoire de la Science-fiction moderne » de Sadoul, mais il y aborde surtout la science-fiction américaine, la SF française n’est traitée que sur une cinquantaine de pages, on il donne des points de repère tout à fait pertinents. Ensuite on avait des points de repère avec d’autres ouvrages.

 

J’espère que mon livre sur ce sujet permettra de combler un manque qu’il y avait dans les études universitaires en premier lieu, et j’espère qu’il pourra servir aux amateurs de sciences-fictions.

 

J’ai fait un travail de recherche approfondi en partant des archives de certains écrivains de fictions, j’ai dépouillé intégralement la revue « Fictions » et j’ai aussi fait vérifier ce que je disais par des gens qui ont vécu ces époques-là et des érudits du domaine.

 

Quels sont vos principaux axes de recherches et des origines ?

 

Ce que j’appel « science-fiction » je lui donne un sens très restrictif, j’admets en général sciences-fictions les textes qui font la spéculation scientifique, tout ce que l’on a pu avoir avant 1950.

 

Jules Verne est plus pour vous de l’anticipation ?

 

En fait j’appel ça d’un terme volontairement assez vague « l’imagination scientifique », l’idée que l’on utilise les images de la science pour produire des récits qui peuvent être plus ou moins dans le futur, un simple « pas de coté » par rapport a la société contemporaine.

 

Ce type de récits me semble majoritaire avant 1950, j’ai étudié une nouvelle manière d’envisager ce type de récit avec l’influence américaine, j’étudie le champ littéraire français qui s’est développé à partir de 1950, le corps de ma réflexion est 1950/1980.

 

Ce que je propose c’est une histoire des structures éditoriales et des images principales associées à la science-fiction, des manières de les écrire.

 

Je pars d’un état des lieux, ou je vois ce qui s’est fait avant.

 

Vous abordez au début de votre ouvrage les « auteurs canoniques ».

 

Oui il y a toujours ce jeu des précurseurs qui on utilisé des images associées a la science-fiction, ce que je désirais étudier ce n’était pas tellement la place de la science rationnelle dans la littérature, mais la façon en France, ce qui n’a pas été le cas dans un certain nombre de pays européens, la littérature de science-fiction c’est constitué avec des auteurs autochtones, des auteurs de valeurs qui on eu la possibilité de se faire publier, de développé leur thème et univers personnel.

 

Comment ce fait-il qu’en France, cela est put ce produire, ce n’es pas seulement parce que des auteurs avait déjà écrit des choses.  

 

Mais parce qu’il c’est produit quelque chose dans les années 50, des maisons d’édition on développer des collections : « Présence du Futur », « Le Rayon Fantastique », « Fleuve Noir »… ces collections se sont ouvertes à des auteurs français, ces auteurs français, elles ne ce sont ne pas contenter de copies, de faire de la science-fiction à l’américaine, mais on développé des univers personnels très forts.

 

Quand nous étudions sur le long terme cette évolution on ce rend compte qu’il y a une grande complexité on ce rend compte que énormément de complexité, quand on suit par exemple : Francis Carsac, qui as écrit des ouvrages tout à fait remarquables, son dans un univers personnel, on peu comprendre pourquoi il as cesser d’écrire en ayant une notion de ce qui c’est passé dans l’histoire éditoriale, il avait associé son parcourt personnel au « Rayon Fantastique », finalement après la disparition de la collection il n’a pas continuer.

 

Quelle place dans la SF donnez-vous à Boris Vian ?

 

Boris Vian a eu un intérêt très fort pour la science-fiction, mais il me semble que cela n’est pas un auteur important pour la science-fiction, il a eu un rôle symbolique important au tout début, il fait partit de ceux qui on écrit des articles, fait la promotion de la science-fiction, mais Boris Vian n’avais l’ambition d’une science-fiction française, il n’a jamais fait de la science-fiction, il a fait d’autres choses. Un peu proche, mais pas de la science-fiction, et il n’a jamais favorisé ce type de choses, il s’intéresse a la science-fiction, mais surtout anglo-saxonne, il s’intéressait a la science-fiction comme une littérature à lire pour lui, mais pas comme une littérature à produire.

 

 Quelles sont la ou les spécificités de la science-fiction française suivant les périodes étudiées ?

 

Ce qui me semble important et sait pour ça que j’ai construit mon travail de cette manière, c’est de toujours envisagé simultanément un contexte historique, par contexte historique je veux dire avoir réellement une idée de ce qui sait produit et a quelle époque avant de pouvoir envisagé d’analysé les textes et de faire ressortir des hypothèses particulières, et ce qui ressort notamment comme hypothèse principale c’est ce que j’ai appelé paradigme dominant, a des moments donnés, il y a une certaine manière d’envisager la SF, cela ne veut pas dire que des thèmes son absent, cela signifie que quand les gens pensent science-fiction, ils pensent tels types de choses et nous voyons que cela évolue, et également s’accumule par exemple le paradigme dominant des années 50 en France, sait le paradigme de l’exploration spatiale, ors ce qui ce publie a la même époque aux USA, n’est plus tellement l’exploration spatiale on est pas dans ce type d’expansion et en même temps ce n’est pas du « space opera » à la française, il y a des caractéristiques particulières.

 

Voir les commentaires

star war lego 1

 

Exposition Science Fiction en Légo©

Dernière planète avant Legoland©

 

Bonjour Damien,

Tu coordonnes l’exposition de science-fiction en lego ©, tu peux nous en dire plus.

 

Oui, nous l’avons intitulé « Dernière planète avant Legoland », l’idée est de regrouper des personnes qui produisent à partir de briques de Lego © des objets en relation avec la Science-fiction, si nous n’avons pas tout, nous avons un échantillon représentatif avec des dioramas qui collectionnent plus les modèles officiels et les mettent en scènes et d’autres qui sont plutôt des créateurs à partir de briques.

Ils utilisent diverses boites qu’ils mélangent pour créer leurs propres objets, parfois en s’inspirant de films par exemple comme « Star Ward », parfois il crée totalement des objets en briques de science-fiction en s’inspirant ou pas d’œuvre de science-fiction.  

 

Comment est venue l’idée de cette exposition pour les Utopiales ?

 

Je suis moi-même un utilisateur de briques de Lego ©, j’ai eu l’idée de cette initiative, j’expose d’ailleurs ici, cela fait une dizaine d’années que je viens.

 

 Je voulais faire connaitre ce que nous faisons, que nous ne sommes pas juste des collectionneurs de briques.

 

Nous avons réussi à réunir une dizaine de collectionneurs, de toute la France.

 

 C’est également une contribution à la SF, une science-fiction non officielle, qui n’est pas publiée, qui n’est pas très visible. Comme le sont les cosplayeurs, ou les personnes qui font des jeux de rôles grandeur nature, les maquettistes, les dessinateurs.

 

Je pense qu’il était intéressant de montrer dans un festival comme les Utopiales ce que nous réalisions. Mais je trouvais qu’il manquait partie objet, on est souvent soit sur des objets très technologiques comme les robots Nao, justement l’année dernière j’avais apprécié l’exposition de sculpture avec des aliens, des armes…

 

J’aime particulièrement faire des objets de science-fiction en briques. Il était intéressant de le faire connaitre à un public plus large, que celui des collectionneurs. De plus ici, par rapport au public des conventions de collectionneurs qui vois surtout ça sous des aspects de : difficultés, de beautés des  présentations, ici les gens reconnaissant telle ou telle scène de « Star War » ou autres, ce qui es valorisant.

 

Merci de ton Accueil Damien.

 

 star war lego

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Verne-Jules-Paris-Au-Xxe-Siecle-

Sandrine (Enseignante)

Journée scolaire des Utopiales 2012

Bonjour Sandrine,

Vous êtes enseignante, vous avez des élèves de quel niveau ?

Il s’agit d’élèves de CM1/CM2 de l’école Alphonse Braud dans le quartier de Chantenay de Nantes.

Vous êtes présente avec vois élèves, aux UTOPIALES pour la journée scolaire, pourquoi faire participer a cette journée vos élèves ?

Pour plusieurs raisons, d’une part, nous travaillons sur l’utopie, à la fois sur l’auteur Jules Verne, nous étudions 3 romans de Jules Verne : « Paris au XXe siècle » (1861, publié pour la première fois en 1994) « Les Indes noires » (1877) « Les Cinq Cents Millions de la Bégum » (1879) et as partir de ce travail sur Jules Verne nous allons imaginer notre quartier dans 100 ans. Nous sommes vraiment dans le cadre de l’utopie.

C’est la première fois que vous travaillez sur l’utopie, la science-fiction ?

Non, cela fait plusieurs années que je travaille sur l’utopie, nous avons l’année dernière participé au concours de nouvelles pour la jeunesse des Utopiales et certains de mes élèves ont été primés.

C’est par gout pour la SF que vous travaillez sur l’utopie ?

Pas tellement, ce n’est pas ce que je lis en premier, mais je trouve que l’anticipation pour les élèves permet de parler du présent et du passé. Leur faire imaginer leurs futurs c’est leur faire prendre conscience de ce qui se déroule de nos jours ou de ce qui s’est passé avant.

Et cela peut les aider as votre avis a ce projeter dans le futur ?

 Je l’espère, c’est dans ce sens que je travaille.

Bonne UTOPIALES alors et Merci de nous avoir accordé cet entretien.

 

Voir les commentaires

Dave McKean

gaiman poster

 

 

Neil Gaiman Dave MCKEAN

Conférence de Presse

Utopiales 2012

Ils travaillent en commun depuis environ 25 ans, collaboration qui concrètement serait variée dans les formes de travail en commun, mais c’est la première fois qu’ils travaillent réellement ensemble, dans la même pièce, le plus souvent cette collaboration ce faisant via le téléphone ou le Net.

Leurs méthodes de travail sont différentes, Neil Gaiman, ce laissant plus allez a l’inspiration du moment, et Dave MCKEAN, cadrant plus les choses dès le début.

Dave MCKEAN, précisera qu’il cadre effectivement beaucoup le début e la fin de l’histoire, mais qu’il laisse son inspiration le guider pour remplir les « trous ». Il attache une importance a ce que la fin de l’histoire soit bien cadrée quand il commence a écrire une histoire, il faut que cela vaille la peine de passez 2 heures a voir pour les spectateurs d’un film et pour lui de travailler deux ans dessus. S’il a une bonne accroche, une idée originale de départ et de fin, le hasard, les personnages, alors peuvent être remplis de manière moins prévisible au départ.

Neil Gaiman, vois la réalité comme le centre d’une sphère, et en périphérie des connexions avec ces souvenirs, qui alimente son imaginaire, sa créativité. La réalité revivant à travers le prisme de son imagination.    Il a des projets de tournages tirés de nouvelles, le casting et le tournage est déjà prêts, un nouvel épisode de Doctor Who et prévu, mais il ne peu en dire plus sur le contenu de cet épisode.

·         À noter qu’une Exposition d’un florilège des œuvres de Dave MCKEAN avait lieu aux Utopiales. De plus les organisateurs, lui avait donné une « carte blanche » pour un choix de films diffusé durant le festival, il avait choisi :

« Faust » de Friedrich Wiheml Murnau (Allemagne 1927), « The Elément of Crime » de Lars Von Trier (Danemark,1984) et « I  WALKED WIT A ZOMBIE » de Jacques Tourneur (USA, 1943)

Mackean

Illustrateur, photographe, graphiste, dessinateur de comics, réalisateur et musicien.

Œuvres 

Musique

Albums de musique d'Alice Cooper, Tori Amos, Machine Head, Michael Nyman ou Testament.

Cinéma

Réalisateur de MirrorMask, film qui sortit en France directement en DVD.

Illustrations, comics

1980-1989

 Orchidée noire 1 : Secrets1, Zenda, octobre 1989, Scénario : Neil Gaiman - Dessin et couleurs : Dave McKean  

1990-1999.

 Batman : Les Fous d’Arkham2, Comics USA, janvier 1990, Scénario : Grant Morrison - Dessin et couleurs : Dave McKean - (ISBN 2-87695-115-0)

 2 Orchidée noire 2 : Asile, Zenda, février 1990, Scénario : Neil Gaiman - Dessin et couleurs : Dave McKean - (ISBN 2-8768-7034-7)

 3 Orchidée noire 3 : Paradis, Zenda, mai 1990, Scénario : Neil Gaiman - Dessin et couleurs : Dave McKean - (ISBN 2-8768-7047-9)

 Violent Cases3, Zenda, janvier 1992, Scénario : Neil Gaiman - Dessin et couleurs : Dave McKean

 La Comédie tragique ou la Tragique comédie de Mr. Punch, Reporter, décembre 1997, Scénario : Neil Gaiman - Dessin et couleurs : Dave McKean

 Cages, Delcourt, mai 1998, Scénario, dessin et couleurs : Dave McKean

2000-2009

 Le Jour où j'ai échangé mon père contre deux poissons rouges, Delcourt, octobre 2000, Scénario : Neil Gaiman - Dessin et couleurs : Dave McKean

 Des loups dans les murs, Delcourt, novembre 2003, Scénario : Neil Gaiman - Dessin et couleurs : Dave McKean

Échos graphiques, Delcourt, novembre 2003, Scénario, dessin et couleurs : Dave McKean

 2010-2011

 Celluloid (BD), Delcourt, février 2011, Scénario, dessin et couleurs : Dave McKean

 

Neil Gaiman

Œuvres

Comics et romans graphiques

 Série Angela, 4 numéros, créateur du personnage et scénario, dessin de Greg Capullo

 Série L'Orchidée noire (Black Orchid), scénario.,

 Série Sandman, scénario.

 Mini-séries : Death: The High Cost of Living (1993) et Death: The Time of Your Life (1996). Dessins de Chris Bachalo

 Mr. Punch, 1995, dessin de Dave McKean.

 Les Mystères du meurtre (Murder Mysteries), 2003, scénario, dessin de P. Craig Russell.

 Série 1602, 8 numéros, Marvel Comics, 2003-2004.

 Des loups dans les murs, scénario.

 Le Jour où j'ai échangé mon père contre deux poissons rouges, scénario.

 Violent Cases (Violent Cases) 2006, aux éditions Au Diable Vauvert, roman graphique avec Dave McKean.

 The Eternals, série en 6 numéros paru en septembre 2007 en français, aux éditions Panini. Avec l'aide de John Romita Jr au dessin, Neil Gaiman réexamine les personnages de Jack Kirby et définit le concept d'immortel.

 Neil Gaiman's Only the End of the World Again (Oni Press).

 Coraline, adaptation en bande dessinée, ill. P. Craig Russell, trad. Patrick Marcel, 2009, aux éditions Au Diable Vauvert.

 Batman: qu'est-il arrivé au chevalier noir ?, 2009

Romans et recueils de nouvelles

 De bons présages (Good Omens, 1990), en collaboration avec Terry Pratchett - Publié en français en 1995 aux éditions J'ai lu et réédité en 2002 aux éditions Au Diable Vauvert.

 Neverwhere (Neverwhere, 1996) - Publié en français en 1998 aux éditions J'ai lu et réédité en 2010 aux éditions Au Diable Vauvert. Ce roman, dérivé d'une série pour la télévision britannique, a été adapté en 2007 en bande dessinée par Mike Carey et Glenn Fabry chez Vertigo, traduite en français en 2008 et paru chez Panini France.

 Miroirs et Fumée (Smoke and Mirrors, 1998) - Publié en français en 2000 aux éditions Au Diable Vauvert et réédité en 2003 aux éditions J'ai lu. Recueil de nouvelles de styles très différents, traitant de thèmes classiques de la littérature fantastique (dont des hommages à H. P. Lovecraft, Michael Moorcock...).

 Stardust (Stardust, 1999) - Publié en français en 2001 aux éditions J'ai lu et réédité en 2007 aux éditions Au Diable Vauvert. Ce roman a été décliné en version cinématographique en 2007 (avec Charles Vess).

American Gods (American Gods, 2001) - Publié en français en 2002 aux éditions Au Diable Vauvert et réédité en 2004 aux éditions J'ai lu. Prix Hugo 2002

Coraline (Coraline, 2002) - Publié en français en 2003 aux éditions Éditions Albin Michel Jeunesse - Prix Hugo du meilleur roman court 2003 ; prix Nebula du meilleur roman court 2003. Adapté au cinéma en 2009 par Henry Selick.

 Anansi Boys (Anansi Boys, 2006) - Publié en français en 2006 aux éditions Au Diable Vauvert et réédité en 2008 aux éditions J'ai lu.

 Des choses fragiles (Fragile Things, 2006) - Publié en français en 2009 aux éditions Au Diable Vauvert et réédité en 2010 aux éditions J'ai lu. Recueil de nouvelles plus un roman court (Le Monarque de la vallée) traitant du héros de American Gods, Ombre, dont l'histoire se déroule entre American Gods et Anansi Boys.

 Entremonde (InterWorld, 2007) - Publié en français en 2010 aux éditions Au Diable Vauvert.

 L'Étrange Vie de Nobody Owens (The Graveyard Book, 2008) - Publié en français en 2009 aux éditions Albin Michel Jeunesse. Roman pour la jeunesse qui remporte en 2009 la médaille Newbery (prestigieux prix américain pour une œuvre de fiction jeunesse) et le prix Hugo. Il remporte également en 2010 la médaille Carnegie (prestigieux prix anglais pour une œuvre de fiction jeunesse), devenant ainsi le premier ouvrage à remporter les médailles Newberry et Carnegie.

 Odd et les géants de glace (Odd and the Frost Giants, 2008) - Publié en français en 2010 aux éditions Albin Michel Jeunesse.

 Moi, Cthulhu (I, Cthulhu, 1987) - Publié en français en 2012 aux éditions La Clef d'Argent.

 The Ocean at the End of the Lane, 2013

Autres

 Pas de panique ! - Douglas Adams et le Guide Galactique (Don't panic - Douglas Adams and the Hitchhiker's Guide to the Galaxy, 2002) - Publié en français en 2004 aux éditions Folio SF. Histoire de la création du Guide du voyageur galactique, feuilleton radiophonique, puis livre et série télévisée en Angleterre, écrit par Douglas Adams.

 Who Killed Amanda Palmer: A Collection of Photographic Evidence, par Amanda Palmer et Neil Gaiman, Eight Foot Music, Juillet 2009.

 Télévision Neverwhere, série télévisée, scénario

 Babylon 5, saison 5, épisode 11, Le Jour des morts (Day of the Dead) - série télévisée, scénario.

 Doctor Who, L'Âme du TARDIS saison 6, épisode 4

 Les Simpsons, saison 23, épisode 06, The Book Job

Cinéma

2005 :

MirrorMask (Mirrormask) - scénario

 2007 :

Stardust (Stardust) - scénario

 La Légende de Beowulf de Robert Zemeckis - co-auteur du scénario avec Roger Avary

 2009 :

Coraline (Coraline) - scénario

 

Voir les commentaires

utopiales-2012

Palmarès 2012

Prix du meilleur scénario de jeux de rôle.

« Héros de Guerre » de Victor Bret

Prix du meilleur jeu vidéo

(Game Jam)

« Tanks for playing »

« 2012 le jeu »

Prix spécial du jury de bande dessinée de science-fiction

«Big Crunch » de Fabio Moon et Gabriel Bà

Prix du jury-compétition européenne de courts-métrages

« Error 0036 » de Harald Hund

« Robots of Brixton » de Kibwe Tavares

“Tvillingen” de Gustav Danielson

Prix du public-compétition européenne de courts métrages

« La mystérieuse disparition de Robert Ebb »

de Francois-Xavier Goby, Clément Bolla et Matthieu Landour

Grand Prix du jury international de cinéma

« Eega » de S.S Rajamouli

Mention Spéciale du jury-compétition internationale de cinéma

« The Human Race » de Paul Hough

“Iron Sky” de Timo Vuorensola

Prix Syfy du public-compétition internationale de cinéma

“Iron Sky” de Timo Vuorensola

Prix Utopiales Européen Jeunesse

« Saba, Ange de la mort » de Moira Young

Prix Utopiales Européen

« Mordre dans le bouclier » de Justine Niogret

 

 

Voir les commentaires

 

Chorégraphie réalisée par des robots NAO,

 

en hommage à Issac Asimov

 

à l’occasion de la remise des prix des  UTOPIALES 2012 de Nantes

 

 

Voir les commentaires



Bo-Pirate-Etape-6

 

 

Elodie Dumoulin, aka Lodgraph, illustratrice freelance

Bonjour Élodie,

Vous exposez aux UTOPIALES, c’est la première fois que vous y participer ?

Nous cela fait 4 ans que j’y expose.

Comment définiriez-vous votre travail ?

De la fantasy, médiéval fantastique avec un peu de steampunk.

Comment êtes-vous venus à l’illustration ?

J’ai fait une école d’art appliqué, l’école Pivaut.

Vous êtes illustratrice professionnelle, semi-professionnelle ?  

J’ai un diplôme de graphiste publicitaire, je fais de l’illustration fantastique, pour l’instant, plus en tant que passion, je travaille dans l’illustration publicitaire et animalière. J’aimerais bien vivre un jour de l’illustration fantastique.

Depuis quand fait vous de l’illustration fantastique ?

J’en fais depuis environ une douzaine d’années.

D’où vous vient votre inspiration, votre gout pour ce genre ?

C’est une passion qui me vient surtout du cinéma plus que littéraire, je m’inspire de tout ce qui m’entoure dans ce domaine.

 Avez-vous déjà fait des expositions ?

Oui au festival de Brocéliande, dans le cadre d’une exposition sur les légendes arthuriennes, où j’avais fait des illustrations. J’ai également exposé dans des festivals de bandes dessinées, d’illustrations, comme le1er festival d’illustrations d’Ancenis, et au festival des crayonnantes, de Saint-Malo…

Je fais environ deux ou trois festivals par an.

Vous avez une prédilection pour les figures féminines a voir ce que vous présentez au UTOPIALES ?

L’illustration féminine est une chose que je maitrise mieux, mais je dessine également des géants, trolls, chevaliers et beaucoup de dragons. J’ai une passion pour les dragons.

Quels sont vos projets, pensez-vous des ouvrages graphiques ?

J’ais en projet un livre graphique, un roman dont je ferais les illustrations en coopération avec une autre personne, mais pour l’instant il est trop tôt pour en parler en détail, il est en écriture actuellement

Comment peut on ce tenir informer de vos œuvres et des salons que vous faites ?

Il suffit de se rendre sur mon site. On y trouvera un book et les salons auxquels je participe

Merci de ton accueil Élodie.

 

Site d’Elodie Dumoulin : www.lodgraph.net

 

 

Voir les commentaires



Strip-tease volcanique (2011)

 

strip-tease-volcanique

 

 

Compétition européenne des courts métrages –UTOPIALES 2012-

 

Ce film réalisée par Régine Cirotteau et avec pour unique actrice: Alice Dufour est un mélange d’érotisme, de SF, de fantastique.

 

Présenté dans le cadre de la compétition « Compétition Européenne des Courts Métrages » des UTOPIALES de Nantes 2012, c’est le plus original, alliant fantastique, érotisme soft avec un style « pulp » dans les couleurs, et « vintage » dans les vêtements porter par Alice Dufour, qui interprète le seul personnage de ce film.

 

C’est pour moi le plus abouti des films présenter dans le cadre de cette compétition.

 

Synopsis : Une femme fume une cigarette qui la propulse à travers un voyage visuel et musical qui oscille entre implosion de l'intime et éruption volcanique.

 

Sélectionné dans les Festivals suivants :

Printemps français en Ukraine

– 2012, Nuits du court-métrage, Ukraine.

 

Festival international de cinéma de Porto (Fantasporto)

– 2012, Compétition internationale- Portugal

 

Utopiales Nantes 2012.

Compétition Européenne des Courts Métrages. France.

 

 

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>
Haut

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Théâtre. Présent dans les principaux festivals de film fantastique e de science-fiction, salons et conventions.

Pages

Hébergé par Overblog