Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>

Articles avec #nifff neuchatel suisse

NIFFF - COMMUNIQUE DE PRESSE – 14 MAI 2013

LE NIFFF 2013 DEPLOIE SES PREMIERS ATOUTS

 

Après avoir dévoilé en avril les nouveautés de sa 13ème édition, le Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel (5-13 juillet 2013) déploie quelques uns des atouts de l’aventure 2013 :

 

un hommage à Larry Cohen, réalisateur et scénariste américain de génie qui mêle adroitement au film d’horreur et de science-fiction,

une forte critique sociale et les tout premiers titres des sections ULTRA MOVIES et FILMS OF THE THIRD KIND.

 

En parallèle, le forum littéraire New Worlds of Fantasy prendra forme autour de l’écrivain de SF Orson Scott Card, membre du Jury International du NIFFF cette année et auteur de l’oeuvre emblématique LaStratégie Ender, dont l’adaptation sortira dans les salles suisses cet hiver.

 

Hommage à LARRY COHEN

Larry Cohen, réalisateur américain de génie connu pour ses films d’horreurs très inventifs et à petit budget viendra présenter en personne une dizaine de ses films dont la fameuse trilogie de It’s Alive qu’il a scénarisée, ainsi qu’un programme composé d’un florilège de ses meilleurs épisodes TV dont Les Envahisseurs, la mythique série des années 1960 dans laquelle l’architecte David Vincent est témoin de l’arrivée sur terre d’extraterrestres fuyant leur planète à l’agonie. Après avoir commencé sa carrière à la télévision et scénarisé des séries comme Columbo, il devient l’un des précurseurs des films de la Blaxpoitation, avec les bluffants Hell Up in Harlem (USA, 1973) et Black Caesar (USA, 1973), qui seront projetés durant le festival.

 

Seront également présentés au NIFFF cette année : Bone (USA, 1972) son premier film, Special Effects (USA, 1984) un pamphlet érotico-satirique sur l’industrie du cinéma et l’explosif Original Gangstas (USA, 1996), qui réunit trois des idoles de série B américaine des années 1970, Fred Williamson, Jim Brown et Pam Grier. La sélection sera complétée par des oeuvres plus provocatrices comme les films d’horreur God Told Me To (USA, 1976), A Return to Salem’s Lot (USA, 1987), The Stuff (USA, 1985) ou encore Q (The Winged Serpent) (USA, 1982), interprété par le légendaire David Carradine.

 

Films of the Third Kind et Ultra Movies

La section FILMS OF THE THIRD KIND proposera les meilleures avant-premières de la saison. A ne pas manquer

 

Cette année : la première suisse de Simon Killer (USA/FR, 2012), dernier opus d’Antonio Campos (Afterschool, 2008), une fable sombre et érotique d’une rare puissance, ainsi que Dark Skies (USA, 2013) de Scott Stewart, un film de science-fiction sensationnel produit par Jason Blum, le créateur de la franchise Paranormal Activity.

 

Le NIFFF proposera aussi, dans son incontournable section ULTRA MOVIES, la production la plus extravagante ou extrême du cinéma de genre avec le film Tulpa (IT, 2012) de Federico Zampaglione, qui ravivera la flamme du célèbre giallo transalpin, et V/H/S 2 (USA, 2013), la suite très attendue de V/H/S (NIFFF 2012), fruit de la collaboration de huit réalisateurs, dont le fameux Eduardo Sánchez (The Blair Witch Project, Lovely Molly).

 

Forum littéraire New Worlds of Fantasy – 11 juillet 2013 – Théâtre du Passage

 

La journée du 11 juillet offrira au public l’occasion exceptionnelle de rencontrer une des légendes du roman de science-fiction : Orson Scott Card, écrivain de renom ayant reçu de nombreuses distinctions. Il est l’auteur notamment de la saga des Ombres (2001-2013) et de La Stratégie de Ender (1985), adapté au cinéma par Gavin Hood (Mon nom est Tsotsi, Xmen Origins : Wolverine). Le film homonyme, co-produit par Scott Card lui-même, sortira en novembre 2013 dans les salles suisses, avec en tête d’affiche Harrison Ford et Ben Kingsley.  L’après-midi permettra également de se pencher sur le thème de l’adaptation, en présence notamment des cinéastes helvétiques Samuel et Frédéric Guillaume, et de faire le point sur l’actualité littéraire suisse et internationale.

 

Pour le programme complet: rendez-vous le 19 juin 2013

NIFFF / 13e édition : 5-13 juillet 2013

LE NIFFF 2013 DEPLOIE SES PREMIERS ATOUTS
LE NIFFF 2013 DEPLOIE SES PREMIERS ATOUTS
LE NIFFF 2013 DEPLOIE SES PREMIERS ATOUTS
LE NIFFF 2013 DEPLOIE SES PREMIERS ATOUTS

Voir les commentaires

LE NIFFF 2013 FAIT LE PLEIN DE NOUVEAUTES

NIFFF - COMMUNIQUE DE PRESSE – 18 AVRIL 2013

LE NIFFF 2013 FAIT LE PLEIN DE NOUVEAUTES

Pour sa 13e édition (5-13 juillet 2013), le Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel se pare de deux nouveaux écrins : le cinéma des Arcades et le cinéma Bio. Avec le Théâtre du Passage et le Temple du Bas, ces deux lieux supplémentaires accueilleront durant 9 jours les quelques 110 films de la sélection. Autre nouveauté du cru 2013 : le documentaire fait son entrée au NIFFF par le biais du programme HISTOIRE DU GENRE. En outre, poursuivant le projet musical inauguré en 2012, le festival proposera le 6 juillet, en partenariat avec le CAN (Centre d’Art Neuchâtel) et la Ville de Neuchâtel, une journée gratuite exclusive consacrée aux synergies entre image et son.

Deux nouvelles salles de cinéma

En 2013, le NIFFF modifie la configuration de ses salles de cinéma en collaboration avec son partenaire Cinepel SA. Les festivaliers auront le loisir de découvrir la programmation de cette 13e édition dans l’une des salles les plus prestigieuses de Suisse romande : le cinéma des Arcades (600 places). Doté de 150 fauteuils, le cinéma Bio accueillera quant à lui le public à deux pas de la tente du festival. Complétant l’offre proposée au Théâtre du Passage et au Temple du Bas, ces deux nouveaux écrins abriteront des projections sur toute la durée de la manifestation, renforçant la capacité simultanée d’accueil du public, qui passe ainsi de 1’760 à 1’824 sièges.

HISTOIRE DU GENRE : des documentaires inédits

Par-delà les époques, le cinéma fantastique a constitué le laboratoire par excellence du 7e art. Questionnant non seulement notre rapport à la réalité mais aussi le dispositif cinématographique lui-même, le genre reste le terreau d’expérimentation le plus prisé des grands cinéastes de notre temps. A l’heure où il est incontestablement devenu le cinéma le plus en vogue, le fantastique suscite naturellement un intérêt croissant au sein de la production documentaire. Fort de ce constat, le NIFFF inaugure cette année HISTOIRE DU GENRE. A travers ce programme constitué de quelques six documentaires inédits, le public aura désormais l’occasion de plonger au coeur de l’histoire du fantastique et de prendre la mesure de son apport fondamental à l’histoire générale du cinéma. S’adressant tant au public spécialisé qu’aux plus néophytes, HISTOIRE DU GENRE souligne le rôle central de la manifestation dans la promotion du cinéma de genre de qualité en Suisse.

NIFFF invasion 2013

En collaboration avec le CAN (Centre d’Art Neuchâtel) et la Ville de Neuchâtel, le NIFFF envahira le centre ville le 6 juillet pour présenter une série de spectacles exceptionnels placés sous le signe des liens entre image et son. Gratuite, cette journée destinée à tous les publics proposera notamment un ciné-concert inédit intitulé Nosferatu vs Turzi. Formation parisienne distillant une musique électronique rafraîchissante, Turzi présentera spécialement pour le NIFFF une mise en musique étourdissante du plus classique des films de vampires, réalisé en 1922 par Friedrich W. Murnau. Autre événement marquant de cette journée, la 6e déclinaison de Actual Fears prendra la forme d’une performance visuelle et sonore orchestrée par Philippe Daerendiger et Guy Meldem. Bien connus de la scène romande, les deux artistes invités par le CAN proposeront une expérience inoubliable qui devrait faire danser les festivaliers jusque tard dans la nuit. Les festivités seront complétées par un programme spécial retraçant les liaisons entre le cinéma de genre et le vidéoclip ainsi que par des animations à destination des plus jeunes.

Pour le programme complet: rendez-vous le 19 juin 2013.

Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel/NIFFF

13e édition : 5-13 juillet 2013

Voir les commentaires

banner cfp web


Communiqué de presse commun du Festival international du Film Fantastique de Neuchâtel (NIFFF), de la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia et de la FONDATION SUISA.

Neuchâtel, le 15 mars 2013

« Call for Projects : Swiss Games 2012/2013 » : 43 jeux vidéo suisses en lice !

 

Le 4 septembre 2012, le Festival international du Film Fantastique de Neuchâtel (NIFFF), la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia et la FONDATION SUISA ont lancé le « Call for Projects : Swiss Games 2012/2013 », un appel à projets pour jeux vidéo suisses novateurs répondant à des exigences artistiques. Les inscriptions sont désormais closes et les organisateurs dressent un premier bilan positif : 43 projets ont été déposés (contre 36 pour la première édition). Ils seront étudiés par un jury international prestigieux.


Un premier bilan positif

Les trois partenaires sont satisfaits du succès remporté par ce second appel à projets et y voient une nouvelle confirmation des efforts menés pour soutenir le développement des jeux vidéo suisses de niveau international. Une première appréciation des dossiers laisse entrevoir une grande diversité. Au niveau du genre, on constate une répartition quasi égale entre jeux d’habileté, jeux de réflexion et jeux basés sur la narration. En ce qui concerne les supports utilisés, les projets se répartissent à parts égales entre les catégories suivantes : jeux pour ordinateurs (plateforme de prédilection des développeurs indépendants), jeux pour interfaces mobiles ou encore jeux conçus à la fois pour les deux supports. La composition des participants dénote également une certaine variété : on trouve aussi bien des créateurs indépendants que des groupes issus d’écoles ou de sociétés de production. Les organisateurs constatent avec satisfaction que toutes les régions linguistiques de Suisse sont proportionnellement représentées au sein des candidats et que la participation féminine est en hausse. Enfin, la composition des groupes indique le développement de collaborations fructueuses entre les milieux du jeu et ceux de la création musicale, effet favorable de la présence de la FONDATION SUISA au rang des organisateurs.


Jury international

Les 18 et 19 mars prochains, un Jury international composé de 5 experts se réunira à Neuchâtel pour sélectionner les projets qui disposeront d’un soutien au développement. Les membres du jury, choisis par les trois institutions organisatrices, sont les suivants :

1/
Malte Behrmann, Allemagne, Président du jury - A la fois avocat en droit des médias et auteur, ce spécialiste du soutien public au développement du jeu vidéo est également co-fondateur de l’association allemande des développeurs de jeux (G.A.M.E. e.V.) et Secrétaire général de l’Association Européenne des Développeurs de Jeux vidéo (EGDF). En sus de ces activités, Malte Berhmann enseigne le droit du soutien au film et le droit de la coproduction internationale à l’Université de Valenciennes et est également chargé de cours à la Games Academy de Berlin. -> www.malte-behrmann.de

2/
C from Superbrothers, Canada – C est le fondateur et seul membre de l’équipe à temps plein de Superbrothers HQ, une entreprise de création de jeux vidéo basée dans les forêts du Québec, où un nouveau projet tenu secret est en train de prendre forme. La renommée internationale de Superbrothers repose principalement sur le succès de Sword & Sworcery EP (2011), un jeu d'aventures conçu pour des plateformes mobiles. Créé avec Capy et le maestro Jim Guthrie, il est réputé pour son style audiovisuel original et un sound design expressif et expérimental. -> www.superbrothershq.com

3/
Debora Ferrari, Italie - Commissaire d'exposition, critique d'art et créatrice de la Game Art Gallery, Debora Ferrari est experte en patrimoine culturel et gestion de musées. En tant que telle, elle supervise depuis plusieurs années la création d'expositions, d'événements et de publications autour de l'échange prolifique entre l'art du jeu vidéo et l'art contemporain. Elle contribue également aux activités de plusieurs associations, collèges et universités. Avec Neoludica, elle a permis à l'art du jeu vidéo de faire son entrée à la 54ème Biennale de Venise alors que le projet Art (R) Evolution lui a ouvert les portes du Musée des sciences Leonardo da Vinci de Milan.

www.gameartgallery.eu

4/
Marc Bodmer, Suisse - Juriste, journaliste et ancien chef du projet de développement «Promotion des compétences médias» à l'Université des sciences appliquées de Zurich, Marc Bodmer est un professionnel du domaine des jeux vidéo depuis plus de 20 ans. A côté de son activité de journaliste, il organise des conférences sur les jeux dans les universités et les écoles. Il officie également comme expert indépendant pour les jeux vidéo au sein de la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia et soutient des parents, des enseignants ainsi que d’autres usagers dans l'utilisation des médias numériques. -> www.marcbodmer.com

5/
Lyn m, Suisse - Après une formation dans les arts graphiques, la chanteuse Lyn m rejoint le projet Aloan en 2003. Sa complicité musicale avec son leader Alain Frey débouchera sur quatre albums récompensés en 2009 par le Prix SUISA Newcomer et en 2010 par le Swiss Top Band de la radio DRS 3. Interprète mais aussi auteure et co-compositrice pour Aloan, elle signe des collaborations avec d’autres artistes tels que Sumo, Xewin, Tweek, Ernest Saint Laurent ou Dog Almond. Depuis le 31 août dernier, elle enchaîne les dates en Suisse avec Aloan pour présenter leur dernier album «No Fear, No Bravery»

www.aloan.ch

Récompenses, remise de prix et exposition


Le jury dispose d
’un crédit-cadre de CHF 150'000 pour soutenir le développement des projets, en fonction de leurs qualités artistiques, leur originalité et leur potentiel de distribution. Chaque projet pourra se voir attribuer au maximum CHF 50'000. La FONDATION SUISA met en outre à disposition CHF 15'000 pour un prix destiné à la meilleure composition sonore originale.


La remise des prix aura lieu à Neuchâtel le 9 juillet, dans le cadre du symposium Imaging the Future organisé par le Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel (NIFFF). Les jeux sélectionnés feront l
’objet d’une exposition publique à découvrir tout au long de la 13ème édition du NIFFF, soit du 5 au 13 juillet 2013. Le vernissage officiel aura lieu à l’issue de la remise des prix, soit le 9 juillet.



Informations sur le «Call for Projects:

Swiss Games 2012/2013»: www.nifff.ch


Informations sur le programme «GameCulture
– du jeu à l’art» de Pro Helvetia, qui a initié les Calls for Projects de 2010/2011 et 2012/2013 : www.gameculture.ch

 

Voir les commentaires


NIFFF13 affiche A2 290113 LOW RVB

 

NIFFF - COMMUNIQUE DE PRESSE – 13 MARS 2013

Jean Studer devient président du NIFFF

 

L’assemblée générale de l’association du Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel (NIFFF) a élu hier à l’unanimité Jean Studer à la présidence de l’association du festival. Figurant sans conteste parmi les personnalités les plus emblématiques de la vie politique et économique neuchâteloise, le nouveau président entrera en fonction dès demain.

 

Avocat au barreau neuchâtelois, Jean Studer a été conseiller aux Etats de 1999 à 2005 avant d’entrer au Conseil d’Etat du canton de Neuchâtel. Durant deux législatures successives, il a dirigé le Département de la justice, de la sécurité et des finances du canton de Neuchâtel. Le 18 avril 2012, il a été nommé président du Conseil de Banque de la Banque Nationale Suisse par le Conseil fédéral.

 

C’est avec l’esprit d’innovation et le sérieux qui le caractérisent que Jean Studer vient d’accepter sa nomination à la présidence : « De par son caractère unique, le NIFFF permet aujourd’hui à Neuchâtel de rayonner tant sur la carte des festivals suisses qu’étrangers. En constante expansion depuis sa création, la manifestation doit aujourd’hui pouvoir compter sur des bases solides pour se pérenniser et poursuivre ainsi son développement. Je me réjouis d’aider le festival à relever ces nouveaux défis », déclare-t-il.

 Comm, LDT, 13 mars 2013

 

Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel

13ème édition : 5-13 juillet 2013

Voir les commentaires



COMMUNIQUE - NIFFF 2013 : découvrez la nouvelle affiche!

 

 

NIFFF13 affiche A2 290113 LOW RVB

 

L’équipe du Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel (NIFFF) a le plaisir de dévoiler le visuel de la 13ème édition : une affiche qui, en mêlant mystère et illusion, recrée habilement l’atmosphère du film de genre. Le NIFFF se déroulera du 5 au 13 juillet 2013. A vos agendas !

 

Voir les commentaires

 

Participez au concours lancé par le NIFFF et vous gagnerez peut-être des places pour aller voir

 

SILENT HILL: REVELATION 3D ou encore MANIAC.

 

Allez, joyeux Noël !

 

 

Infos et bande-annonce Silent Hill: Revelation 3D:

 

www. ascot-elite.ch


Infos et bande-annonce Maniac:

 

www.ascot-elite.ch

Voir les commentaires

lucas moreno

 

Lucas Moreno

Bonjour Lucas,

Qu’est-ce qui a construit votre imaginaire durant votre enfance, votre jeunesse ? Qu’est-ce qui vous a nourri ?

C’est indéniablement la SF, en commençant par Barjavel, Isaac Asimov, puis les comics américains auxquels je suis venu très jeune par le biais des éditions françaises LUG, avec des revues comme Strange, Spécial Strange, Nova et Titans. Je me souviens notamment des X-Men, qui m’ont placé d’emblée dans un état d’esprit particulier, d’ouverture au monde, à l’altérité. Les X-Men, c’était peut-être le groupe de super-héros – du moins a l’époque – le plus étrange, le plus décalé. Des mutants mis à l’index et dotés de superpouvoirs : une belle allégorie des richesses et des difficultés que peut entraîner un capital naturel et culturel différent. Je trouvais ça intéressant : des jeunes qui avaient une emprise absolument énorme sur le monde qui les entourait mais qui, en même temps, étaient expulsés par le système social. Une allusion à l’adolescence, sans doute – où l’on se sent étranger à l’univers, livré à des transformations qui nous dépassent –, mais aussi à la condition de personnes appartenant à une minorité ethnique, sexuelle ou religieuse.

Je percevais tout cela sans pouvoir encore l’analyser. Cela remuait pas mal de choses : j’étais un jeune émigré – je suis arrivé en Suisse a l’âge de huit ans –, et ces personnages décalés, foncièrement différents, me parlaient.

Cela se retrouve dans vos écrits ?

Oui. Je pense que la fracture, la brisure de l’émigration sont des fantômes qui m’habitent. Je suis aussi porteur de ma culture d’origine – Rio de la Plata, Uruguay –, extrêmement mélancolique, extrêmement triste, et à la fois romantique. Et plus globalement du réalisme magique et du fantastique sud-américains : Jorge Luis Borges, Horacio Quiroga, Gabriel García Márquez dans une moindre mesure. Tout cela influence forcément mon écriture.

Vous avez publié des nouvelles et travaillez actuellement à deux romans. Comment appréhendez-vous la différence nouvelle/roman dans votre écriture ?

La nouvelle de genre est un exercice littéraire particulier. On introduit un personnage, un cadre, une situation, un point de rupture, et à partir de là on développe une histoire si possible originale, à tout le moins empreinte d’une ambiance forte. C’est quelque chose de très court avec relativement peu de backstory : l’histoire se tisse au travers de la relation qu’entretient le personnage avec son entourage, son milieu, sans supplément inutile d’informations. Le roman s’apparente davantage à un long métrage : la narration répond à des structures et des besoins dramaturgiques bien codifiés – protagoniste, antagoniste, élément déclencheur, rebondissements, actes, pivots, points-clés, etc. Cela demande une backstory extrêmement fouillée, un univers parfaitement développé, des personnages forts avec un passé bien établi.

Vous dites avoir une écriture cinématographique ?

Oui, et très anglo-saxonne aussi. Je privilégie la mise en scène, les dialogues, la perception du monde via les cinq sens – un personnage ne se contente pas de voir et d’entendre –, l’action pour faire passer des sentiments, des émotions et des informations. Une écriture dynamique, punchy, avec peu de longs passages psychologiques purs. C’est paradoxal, à bien y réfléchir, parce que justement, ce que la littérature offre de bien particulier par rapport au cinéma, à la dramaturgie, c’est la possibilité d’entrer dans la tête des personnages. Mais la littérature a changé, elle s’est imbibée de BD et de cinéma, et aussi bien les lecteurs que les éditeurs attendent une écriture plus nerveuse, plus cinématographique. Ce n’est pas une règle absolue, attention – il n’y en a guère en art –, plutôt une tendance de l’époque.

Souhaiteriez-vous voir adapter vos nouvelles ou vos romans au cinéma ?

Ce serait une belle aventure, oui, mais le cas échéant je n’aurais pas forcément envie de mettre les mains à la pâte. La chaîne de production, en cinéma, est longue comme la muraille de Chine : à chaque maillon, à chaque étape on risque de chuter, et puis on a affaire à des tas de gens, or je préfère travailler en solo. Du coup, si ça devait se faire, je céderais volontiers les droits d’exploitation à un artiste de talent qui se chargerait de tout. Le polar étrange sur lequel je suis en train de travailler, dont l’action se déroule à Angel-sur-Coffrane – ville décrite dans la deuxième nouvelle de mon recueil Singulier Pluriel –, se prêterait bien à une adaptation par… allez, soyons fous : Lynch ou Cronenberg.

Merci de bien avoir voulu nous accorder cet entretien dans le cadre du 12e NIFFF.

 

Voir les commentaires

Affiche nifff 2012

 

 

Parole de Festivalier NIFFF 2012

Bonjour Sébastien,

Tu es amateur de films fantastiques, et tu es au NIFFF 2012, pour en voir le plus possible, on est jeudi soir, tu as du déjà en voir un certain nombre.

Oui j’en ai vu 10 ou 12.

Dans ces 10 ou 12 que tu as déjà vu, quel est ton impression sur la programmation du 12e NIFFF ?

J’ai l’impression que globalement, c’est un peu moins bien que l’année passée, déjà que l’année passée ce n’était pas une grande année, mais cela fait quand même 8 ans que je viens, c’est quand même en dents de scie, il y a des années avec et d’autres sans, comme a Gérardmer.

 Quels sont les films qui cette année t’ont le plus intéressé ?

Il y a « Maniac », un film de genre très classique, mais tout de même très intéressant. « God  bless américa », qui est très drôle, que je recommanderais si les gens on aimé l’année dernière « Super », je pense que cela tire dans la même veine, sinon il y a « The Incident » qui était intéressant, un peu brouillon, vraiment intéressant.

En quoi l’était-il ?

J’ai trouvé que la construction du film était souvent un peu déconstruite, on avait un peu de mal a suivre le scénario, quels étaient les intentions de qui, en même temps les gens sont fous, mais par exemple les scènes d’actions étaient aussi brouillonnent.

Très brouillonne très « clipesque », on avait du mal a suivre l’action, comment les gens courraient, on avait du mal a se représenter la forme de l’asile, on avait du mal aussi a voir quelle salle était connectée a quelle salle.

Le réalisateur a fait beaucoup de clips pour : U2, Justice, Daft Punk, Air, The White Stripes, Cassius, Kylie Minogue ou encore Jamiroquai.

D’accord je comprends mieux alors.

Tu as d’autres films que tu as appréciés ?

Un de mes coups de cœur cette année, c’est « zombadings », un film philippin sur l’homosexualité des zombies, c’était très rafraichissant, très drôle même si ce n’était pas le même humour que nous, c’était un humour assez sympa, c’est les films qui m’ont le plus marqué.

Merci Sébastien de nous avoir donné ton point de vue, sur les films présenté.

 

 

Voir les commentaires

  Affiche nifff 2012

 

NIFFF 2012

 

CITADEL remporte le Narcisse du meilleur film à l’issue d’une douzième édition couronnée de succès

 

 La douzième édition du Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel (NIFFF) s’est achevée samedi soir avec la cérémonie de remise des prix, suivi de la Première de The Cabin in the Woods de Drew Goddard. Le président du Jury international Jeff Lieberman a remis le «Narcisse» du meilleur film à CITADEL de Ciarán Foy (Irlande, 2012). Pendant 9 jours, Neuchâtel a vibré au rythme du fantastique. 29’000 spectateurs ont profité d’une programmation variée forte de plus de 100 titres.

 

L’affluence record qu’a rencontrée la douzième édition du NIFFF confirme le succès toujours plus grand du festival. Fidèle à sa tradition, le NIFFF a une fois de plus réuni à Neuchâtel une palette d’invités prestigieux et proposé des regards originaux sur l’histoire et l’actualité du cinéma de genre. A travers 135 projections, un ciné-concert, plusieurs conférences et débats, le fantastique a été décliné durant neuf jours dans toute sa diversité.

 

Les treize titres de la Compétition Internationale ont attiré de nombreux festivaliers et donné lieu à de multiples échanges avec les invités présents. Largement plébiscitées par le public, les sections Films of the Third Kind et Ultra Movies inaugurées l’an dernier ont quant à elles confirmé la place d’importance qu’elles occupent désormais au sein de la sélection. Parmi les autres points forts de cette édition 2012: le ciné-concert inédit Metropolis, proposé en collaboration avec le Nouvel Ensemble Contemporain (NEC) ; la rétrospective When Musical Rocks !, qui a notamment fait salle comble lors d’un délirant Rocky Horror Picture Show Live; la forte affluence des rencontres littéraires New Worlds of Fantasy, qui proposaient une conférence animée par Grzegorz Rosinski, dessinateur de Thorgal ; le « Call for Projects : Swissgames 2012/2013 » annoncé dans le cadre du Symposium Imaging the Future et organisé en collaboration avec la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia et la FONDATION SUISA.

 

 COMMUNIQUÉ DE PRESSE FINAL

Voir les commentaires

nifff 2012

 

 

 

PALMARES NIFFF 2012

 

COMPETITION INTERNATIONALE

LE JURY INTERNATIONAL

 

Jeff Lieberman (réalisateur, USA), Alexandre Courtès (réalisateur, FR), Lars Diurlin (président du LIFFF – Lund International Fantastic Film Festival, SE), David Pirie (scénariste et auteur, UK) et Jennifer Ulrich (actrice, ALL) décerne le prix suivant :

 

Le prix H.R. Giger «Narcisse» du meilleur film à:

CITADEL de Ciarán Foy, Irlande

 

Mention spéciale à :

VANISHING WAVES de Kristina Buozyté, Lituanie

 

Verdict du jury: « Pour un film qui mêle science-fiction et faits scientifiques afin de raconter une histoire d’amour originale située dans un autre monde au design extraordinaire. »

 

LE MAD JURY

Gilles Esposito (journaliste, Mad Movies, FR), Alexandre Poncet (journaliste, Mad Movies, FR), Sébastien Gerber (lecteur Mad Movies, CH) décerne

 

Le prix du film le plus «Mad» à:

RESOLUTION de Justin Benson & Aaron Moorhead, USA

 

Mention spéciale à :

CITADEL de Ciarán Foy, Irlande

 

Le PRIX DE LA JEUNESSE DENIS-DE-ROUGEMONT distingue:

THE BUTTERFLY ROOM de Jonathan Zarantonello, Italie

 

Le PRIX TITRA FILM est attribué par le public à:

GRABBERS de John Wright, Royaume-Uni

 

LE JURY MELIES

Elena Tatti (productrice, CH), Michael Sennhauser (critique de films SRF, CH), Michael Steiner (réalisateur, CH) décerne le prix suivant:

Méliès d’argent du meilleur long métrage européen à:

 

CITADEL de Ciarán Foy, Irlande

 

Le film est ainsi nominé pour le Méliès d’or, qui sera décerné lors de la 45e édition du Festival Internacional de Cinema Fantàstic de Catalunya à Sitgès en octobre 2012.

 

Le PRIX RTS DU PUBLIC revient à:

GRABBERS de John Wright, Royaume-Uni

 

Le PRIX DU MEILLEUR FILM ASIATIQUE est attribué par le public à:

REMINGTON AND THE CURSE OF THE ZOMBADINGS de Jade Castro, Philippines

 

COMPETITION SSA/SUISSIMAGE DE COURTS METRAGES SUISSES

LE JURY SSA/SUISSIMAGE

Antoine Jaccoud (délégué SSA & Suissimage, CH), Patrizia Abderhalden (directrice de l’EPAC, CH) et Basil Da Cunha (réalisateur, CH) décerne les prix suivants:

 

Le Prix H.R. Giger «Narcisse» du meilleur court métrage suisse à :

ZIMMER 606 de Peter Volkart

 

Le Prix Taurus Studio du meilleur film à:

ZIMMER 606 de Peter Volkart

 

Le Prix Taurus Studio à l’innovation à:

MAGNETFELDER de Jan-Eric Mak

 

La nomination pour le Méliès d’or

du meilleur court métrage européen va à:

 

ZIMMER 606 de Peter Volkart

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>
Haut

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Théâtre. Présent dans les principaux festivals de film fantastique e de science-fiction, salons et conventions.

Pages

Hébergé par Overblog