Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 > >>

Articles avec #litterature

Couverture : Laurent Daligault

Couverture : Laurent Daligault

Présences d’Esprits N° 81

Le zine des Mondes de l’imaginaire

Littérature, BD, Cinéma,

TV, Jeu, Illustration.

 

 

Dossier : Le SPACE OPERA à l’écran. 

Ce dernier numéro contient un dossier sur le « Space-Opéra à l’écran » qui complètera utilement celui publier en trois parties de l’Écran Fantastique (Voyages dans l'espace est magnifique en trois parties), qui n’abordait ni tout à fait le même ni les séries TV ni les Jeux vidéo. Agrémenté souvent d’illustration peu connue.

 

Sur 10 pages Franck Bigrat nous offre un large tour d’horizon de ce sujet.

 

 

Table ronde : La Papesse Jeanne.

La Papesse Jeanne, du mythe à la littérature populaire

Conférence de Joseph Altairac, Festival Zone Franche à Bagneux en 2014.

Sur 5 pages on y trouvera toute l’histoire populaire de cette Papesse, avec des illustrations.

 *******

 

Vous y trouveras toutes les autres rubriques habituelles, je vous conseille de vous abonnez a ce périodique, mais aussi de vous procurez les anciens numéros, pour vous aider vous trouverez ci-dessous un bon de commande pour vous faciliter le choix.

Présences d’Esprits N° 81

Voir les commentaires

Entretien : Philippe Saimbert,   « Le Fossile d’Acier »

Entretien :

Philippe Saimbert, 

« le Fossile d’acier »

 

Stéphane Dubois,

Ton roman, « le Fossile d’acier » est présenté comme une « novélisation » (en collaboration avec Isabelle Muzart), d’un scénario et des dialogues écris par toi, édité 2006 sous le titre « Wagon », en quoi tu la novéliser  ? Et pourquoi l’imprime tu et  l’édites-tu aux USA ?

 

Philippe Saimbert, 

Bonjour Stéphane et bonjour à toutes celles et ceux qui nous lisent. Il s’agit au départ d’un scénario destiné au cinéma et écrit en 2006. Une maison de production avait mis une option sur ce scénario mais les budgets étant très difficiles à obtenir, le projet a été annulé. Je reste néanmoins en contact avec la maison de production. Rêver est mon métier, so…

 

Il s’agit donc de la simple adaptation sous forme de roman du scénario original.

 

Ce livre est pour l’instant uniquement imprimé en POD (Print On Demand). C’est-à-dire qu’il est imprimé à l’unité. Il n’y a pas de stocks. J’utilise les services d’Amazon CreateSpace et donc Amazon pour vendre la version papier de ce roman. Kobo va très bientôt proposer un service similaire avec  possibilité de diffuser via la Fnac.

 

J’espère que des accords ou que des réseaux de distribution pourront un jour être envisagés entre les libraires traditionnels et les auteurs indépendants.

 

La version numérique est diffusée sur toutes les plateformes de vente en France.

 

Stéphane Dubois,

« Le Fossile d’acier »  est dans la lignée de nombreux texte, des anthologies de nouvelles fantastiques ayant pour thème le train comme    « Histoires de trains fantastiques » réunis  par Danny De Laet à la Librairie des Champs-Élysées, « Trains de cauchemar », paru début 2012 aux éditions La Clef d’Argent sous la direction de Philippe Gontier y as-tu songé en écrivant « Le Fossile d’Acier » ?

 

Philippe Sambert, 

J’ai découvert sur le tard la richesse de la « littérature ferroviaire » fantastique. Un genre à lui tout seul. Aussi riche que passionnant.

 

Et un genre également très représenté dans le cinéma fantastique. Beaucoup de films ont abordé ce thème. L’esprit du « fossile d’acier » est également dans la continuité de ma série BD « Les processionnaires ».

 

Stéphane Dubois,

Depuis 1999, tu publies des BD et des romans dans lesquelles tu mélanges les genres de l’imaginaire et tes fins sont le plus souvent très différentes  à ce quoi s’attend le lecteur, comme sait encore le  cas dans le « Fossile d’Acier », mais nous n’en dirons pas plus pour que le futur lecteur en garde le plaisir de la découverte.

 

Philippe Saimbert,  

J’apprécie particulièrement le concept de twist final. Prendre le pari de surprendre le lecteur. Même dans mes comédies, j’essaye d’inclure un petit twist . J’ai bien entendu été très influencé par nombre de films cultes : « Usual suspects », « Old boy » (avec une fin encore plus diabolique que le film précédent), « Le sixième sens », « Incassable », « Slice », « Les évadés », « Fight club », « L’odyssée de Pi » . Pour ne citer que les plus célèbres et/ou incontournables (à mes yeux).

 

Stéphane Dubois,

Tu te lances sur le marché anglo-saxon et plus particulièrement le E-Commerce anglophone, quelle est  les particularités de ce type de ventes par rapport aux pays francophones, et quels conseils tu donnerais ?

 

Philippe Saimbert,  

Le marché des livres numériques est très important dans les pays anglophones (40% aux Etats-Unis en 2014). Rien à voir avec le marché francophone même si les ventes ont fait un bond spectaculaire ces dernières années.

Un marché qui, avec l’explosion des ventes de liseuses et de tablettes, est amené à croître de manière exponentielle.

Pour information, je fais l’essentiel de mes ventes en numérique. Je préfère et de loin la version papier d’un livre mais la version numérique (quand elle est proposée à un prix raisonnable) devrait remplacer à terme la version poche. C’est également un excellent moyen d’éviter le gaspillage représenté par le pilon des livres invendus.

De plus, les moyens offerts aux auteurs et éditeurs pour faire découvrir  les projets sont considérables. Si certaines personnes sont intéressées, je les invite à suivre mon aventure éditoriale sur mon blog.

 

Stéphane Dubois,

Autant en bande dessinée que pour des nouvelles ou des romans, quels sont tes projets ?

 

Philippe Saimbert,

Même si je le regrette, j’ai fait un break avec la BD. Le monde de la BD traverse une crise énorme. Beaucoup d’amis dessinateurs ont du mal à en vivre. Surproduction, baisse drastique des avances sur droits (quand il y en a), rotation de plus en plus rapide en librairie. Même des stars baissent les bras. A ce propos, je recommande à tous les auteurs de se syndiquer (Snac, Self, etc.).

Mes futurs projets : l’écriture en cours d’un Thriller noir et violent. Ainsi que d’un nouveau thriller fantastique. Et je prends des notes pour une pièce de théâtre (une comédie). Sans oublier la promotion de mes projets en cours. L’édition indépendante est une aventure passionnante mais qui demande un investissement énorme en temps et en motivation. Je passe plus de temps en promo qu’en écriture. Bref, c’est un choix qu’il faut bien étudier avant de se lancer dans l’aventure.

 

(entretien réalisé par mail)

Voir les commentaires

Entretien : Jean-Noël Michel

 

Entretien :

Jean-Noël Michel

 

Stéphane Dubois,

Comment vous est venu le goût de la SF, quels furent vos auteurs qui formèrent votre esprit à ce genre particulier ?

 

Jean-Noël Michel,

C'est à la suite d'un film vu au cinéma vers 7 ans, « Docteur Who and the Daleks », puis « Planète Interdite » un peu plus tard qui m'ont encré dans le monde de la Science-Fiction.

 

Puis, la vue du premier pas sur la Lune en directe à la TV, je voulais faire pareil, mais c'était impossible pour un Français, alors le faire en rêve ou à travers des livres de SF, c'était possible.

Mes auteurs de références : Arthure C. Clarke, Asimov, G.J. Arnaud, Jimmy Guieu, Frank Herbert...

 

Stéphane Dubois,

La science-fiction qu’est que c’est pour vous ?

 

Jean-Noël Michel,

Le moyen d'inventer des mondes imaginaires surprenant, d'offrir une vue différente sur le monde, de partir à l'aventure. Je voulais être Aventurier étant jeune, métier qui n'existait pas à l'école, j'ai opté pour l'informatique et je suis partie vivre l'aventure après avoir fait des économies… J'aurai bien troqué mon voilier pour un vaisseau spatial…

 

Stéphane Dubois,

Votre passion pour l’informatique et l’astronomie son est-elle liée à celle de la SF ?

 

Jean-Noël Michel,

Totalement, l'espace m'a fasciné dès juillet 1969 !, je me suis plongé dans les livres d'astronomie et de technique pour comprendre comment on construit des fusées. Je me suis vite aperçu que cela était très compliqué… J'ai eu la chance de voir le début de l'informatique dans les années 1980, monter mon premier ordinateur en kit, apprendre le b.a.ba des processeurs, l'assembleur, le Basic et d'évoluer dans ce monde plus de vingt ans… Une vrai passion comme la SF qui m’accompagnait le soir… Plus de mille trois cents livres de SF, lu pour le plaisir.

 

Stéphane Dubois,

Venons-en à votre œuvre, qu’elle serait le fils rouge qui réunirait vos 4 romans ?

 

Jean-Noël Michel,

L'aéronautique est le fils rouge, sans aucun doute possible. Mes héros sont des pilotes d'avion, hélicoptère, vaisseau spatial, parapente dans le denier livre en cours d'écriture. Il est clair que j'aime voler, cela procure une dimension supplémentaire que peu de gens connaissent, on la retrouve en plongée-sous-marine aussi. L'utilisation de la troisième dimension est un plaisir à partager avec le plus de monde possible.

Entretien : Jean-Noël Michel
Entretien : Jean-Noël Michel

Stéphane Dubois,

« Les Aventures impossibles » on déjà deux tomes de publier et un autre le sera en 2015, s’agit-il d’une trilogie, ou faut-il s’attendre à une saga au long court ?

 

Jean-Noël Michel,

Je pense que je m'arrêterais au troisième tome de cette série qui couvrira déjà une belle exploration du système solaire, astronomie et espace sont la base des livres. Il faut dire que je me suis bien amusé à écrire ces livres très réalistes, si possible, on retrouve presque toutes mes passions.

 

Quoique, la fin du troisième tome (que j'ai déjà écrit) annonce une possible suite…. L'avenir le dira.

 

Stéphane Dubois,

Comment définiriez-vous les divers romans que vous avez publiés ?

 

 Jean-Noël Michel,

Ces livres sont d'un optimiste forcené, même le troisième qui commence par la mort de la civilisation finit avec une belle fin, le retour à l'Humain et la nature…

Je suis un amoureux de la vie, de la nature, de la troisième dimension, aussi bien sous l'eau que dans l'air, un sportif qui aime les défit raisonnables, la vie est trop belle.

(entretien réalisé par mail)

 

 

 Biographie

Informaticien de formation, aventurier, passionnée d'astronautique, pilote de planeur, d'avion, champion de parapente, skipper transatlantique, présidents d'association, moniteur de voile et de plongée sous marine.

 

Je visite le monde pour découvrir la vie des peuples qui forme notre civilisation, à défaut de visiter l'espace.

 

J'ai travaillé vingt ans, puis l’aventure à commencé, la vrai sur un bateau en faisant une belle balade sur l'atlantique, puis maintenant en camping-car aux États-Unis pour voir encore plus de gens sur des régions différentes.

 

Je reviens en France en avril pour continuer mon voyage et voler en parapente dans les Alpes, découvrir la vie dans les montagnes… en continuant d'écrire mes livres, quand je ne vol pas (cinq cents vols en deux ans, peu courant).

 

J'écris des livres de SF pour le plaisir de raconter des histoires plausibles, en évitant les pièges techniques classiques. Mon but est de créer un avenir meilleur dans mes livres à l'opposé des superproductions bien destructrices en ce moment… Je suis un créateur, un inventeur, un optimiste rêveur d'un monde libre sans contrainte… (Voir : Apocalypse Incompréhensible).

 

Bibliographie :

 

 « Les Aventures Impossibles »

- "Tome 1 - L'Invention" : un jeune inventeur de génie découvre une énergie qui va lui permettre de réaliser ses rêves les plus fous. ISBN : 978-1-291-03607-7

- "Tome 2 - Le Début de la Visite" : avec son vaisseau spatial, il visite la plus proche planète Mars. ISBN : 978-1-470-99086-2

- "Tome 3 - Les Planètes" (à paraître fin 2015) : l'apothéose et une grande histoire de Science-Fiction.

 

- "Pourquoi pas Mars ?" : certainement le plus abouti des livres de Jean-Noël. Il reprend une partie de l'intrigue du premier livre tout en améliorant le style et simplifiant la technique pour devenir tout public. ISBN : 978-1-291-03614-5

 

- "Apocalypse Incompréhensible" : est très différent, orienté 'fin du monde', c'est pourtant d'un optimiste incroyable. ISBN : 978-1-326-12037-5

 

Le dernier livre en préparation annonce des changements, en effet, l'histoire du "Le Protecteur" (titre provisoire) est totalement nouvelle et déroutante, de quoi changer la civilisation humaine en profondeur... (à paraître en septembre 2015).

 

 

== Nouvelles de Science-Fiction ==

 

Jean-Noël a écrit deux nouvelles très orientées "Aventures" :

 

- "Concours" est une version améliorée d'un chapitre du premier livre pour la promotion.

 

- "Opération Sauvetage" est originale, elle raconte l'histoire d'un pilote qui va sauver des scientifiques perdus sur une île en cours de destruction...

 

Voir les commentaires

Pierre Gaulon

Pierre Gaulon

Entretien Pierre Gaulon Blizzard

 

Bonjour Pierre Gaulon ;

Vous êtes un jeune auteur de 31 ans, qui vient de faire paraitre chez Mnémos « Blizzard », mais avant de parler de cet ouvrage, pouvez-vous nous dire  comment vous êtes venu à l’écriture avec  « Tendres Tortures »  et en quoi cela fut une thérapie pour vous comme vous l’écrivez sur votre site ?

Pierre Gaulon,

Les livres ont toujours fait partie intégrante de ma vie. J’écris depuis mes dix ans. Au début je m’essayais à l’écriture de scénarios de jeu de rôle et de « livre-jeu » puis petit à petit, j’ai décidé de m’attaquer à d’autres genres. Mon premier roman « Tendres tortures », a été écrit à une période où je me posais toutes sortes de questions sur la vie en général. Il m’a permis de passer l’étape de la vingtaine. Ce n’est qu’avec mes thrillers « La mort en rouge » et « Noir ego » publiés chez City éditions ( Hachette) que j’ai réellement commencé à faire des salons littéraires et rencontrer les lecteurs.

 

 

Stéphane Dubois,

Venons en as votre actualité, vous publiez donc « Blizzard » votre 4eme roman d’où vous es venu l’idée de cet univers et a quelle époque la situez-vous?

 

Pierre Gaulon,

« Blizzard » est à la base issu d’un scénario de jeu de rôle  dans lequel une pluie d’origine magique coulait en continue. L’intrigue se situe dans un univers imaginaire appelé le «  Genolain », qui possède ses propres règles et ses propres lois, un monde gouverné par le froid et la neige. La période est délicate à définir puisqu’elle ne suit pas la progression temporelle classique. Disons que certains éléments indiquent que les protagonistes évoluent à une époque proche du moyen-âge mais que d’autres en font une période plus « évoluée ».

 

Stéphane Dubois,

Vous définiriez comment cette saga : fantastique, heroic-fantasy…

 

Pierre Gaulon,

La base de cette saga est l’héroïc-fantasy, les combats, les voyages dans de beaux paysages… mais le livre emprunte également à d’autres genres. Les Esthètes, une peuplade souterraine qui magnifie tout ce qu’elle touche, pourrait évoquer les fremens de « Dune », « les mangeurs de lumière » ont quelques points communs avec les « aliens »… Avec un peu de recul, je me rends compte que ce livre est un clin d’œil à toutes mes lectures de jeunesse, Gemmel, Herbert, Tolkien, Brooks, Toriyama, Lovecraft et j’en passe ! Venant du milieu du thriller, je présume que « Blizzard » garde également la tension et le rythme propres à ce genre littéraire.

 

Stéphane Dubois,

Il s’agit d’un premier tome, combien de volumes sont prévus pour cette saga,  et quand paraitra le tome 2 ?

 

Pierre Gaulon,

Il est prévu 3 tomes. Normalement, le second devrait paraître entre aout et novembre 2015, disons en fin d’année.

 

Stéphane Dubois,

D’autres livres sont en cours de publications "L'ange noir" / Thriller (titre provisoire) et  Enragés (horreur / fantastique)  pouvez-vous nous en dire plus ?

 

Pierre Gaulon,

Oui. « Enragés », un roman post-apocalyptique devrait être publié entre avril et juin dans une nouvelle maison d’édition. En ce qui concerne «  La brûlure des anges », un polar, il est actuellement en cours de lecture chez City éditions, mon éditeur de thrillers. J’aime bien jouer avec tous les genres littéraires et j’espère que les lecteurs éprouveront autant de plaisir à les lire que j’en eu à les écrire !

 

Blizzard

Premier tome de la saga à paraître dès janvier 2015 dans toutes les bonnes librairies

 

Résumé du livre

 Dans le lointain nord, tout autour d’une cahute, s’étendent à perte de vue forêts enneigées et pics glacés. Blizzard, l’un des rares magiciens survivant d’une guerre encore fraîche et son protégé Chasseur y vivent entre retraite et exil loin d’un royaume maintenant pacifié d’une main de fer par l’Inquisiteur. Jusqu’au jour où une redoutable phalange les attaque sans raison. Jusqu’au jour où la même troupe ravage entièrement le village de Iak, dresseur de tigre des glaces. Les voilà jetés sur les routes, consumés par le désir de vengeance et la volonté de comprendre. Leur périple les confrontera à des secrets qui ébranleront tout ce qu’ils croyaient savoir.

 

La fantasy recèle de nombreux trésors dont l’un est d’être la littérature de la belle aventure, celle qui nous emporte dans un récit puissant et échevelé, entre grande saga et paysages à couper le souffle.

 

Avec Blizzard, Pierre Gaulon signe un roman de cette trempe. Écrivain talentueux de thriller, il a tissé une histoire trépidante, plus grande que nature. Doué d’un sens du merveilleux digne des meilleurs, il nous emmène sur les pentes montagneuses balayées par les vents glacés, au sein de cavernes où gronde la révolte, dans des cités décadentes, aux venelles hantées, ou à la rencontre des étranges Esthètes, ce peuple qui magnifie tout ce qu’il touche. Un régal !

 

 

Biographie de l'auteur (officielle)

Pierre Gaulon a 30 ans.  Après des études de lettres modernes spécialisées dans la littérature fantastique et un an  en tant que professeur de français, il partage désormais son temps entre son travail dans l'univers du jouet et l'écriture.

 

 En 2006 il publie son premier roman: "Tendres tortures",   un écrit dérangeant sous fond de crise existentielle.

 

 La mort en rouge constitue son deuxième roman, une histoire mêlant l'Art, la folie et la passion, dans laquelle les hommes portent leur passé comme un fardeau trop lourd qui finira par ronger leur vie, leur amour.

 

Prix et concours

 

 

La mort en rouge:

 - 2eme note du Grand prix " ça 'intéresse du polar historique 2012" et 3eme note du grand prix VSD du polar 2012 avec 8,11 de moyenne.

 

- Actuellement finaliste du prix des "balais d'or de la découverte"

 

Blizzard:

 - Finaliste du grand prix géo du voyage de l'ailleurs 2012 (pas de lauréat cette année-là)

Couverture : Michal Karcz

Couverture : Michal Karcz

Michal Karcz est né en 1977 à Varsovie en Pologne. En 1997, il obtient son diplôme de l’Ecole des Beaux-Arts de Varsovie et un diplôme dans le domaine de la publicité. C’est à ce moment que son intérêt pour la photographie grandit. Il étudie alors toutes les techniques: traditionnels, chambre noire, développement des négatifs, impression analogique…

La majeure partie de son travail est un voyage imaginaire dans des lieux qui n’existent pas, des endroits figurants dans ses rêves, ses désirs et son imagination, des mondes qu’il a envie d’explorer mais qui sont loin d’ici.

Il s’inspire de nombreux artistes à travers la musique et la littérature qui sont pour lui, les deux moyens d’expressions les plus fidèles pour ce qu’il crée. Actuellement il travaille avec succès comme photographe freelance et concepteur graphiste dans son propre atelier.

« Tant que le monde existera, je ne cesserai de le rêver dans mes images. Ne fermez jamais les yeux face à la beauté du monde » MK

Voir les commentaires

Nouveauté : N’aie plus peur de Bernard Florentz

Nouveauté :

N’aie plus peur

de Bernard Florentz

Résumé

Que sont-ils devenus ? Telle était la question qui taraudait René Lallemend, éditeur et cancéreux du foie au stade terminal. Que sont devenus les morts une fois morts ?

Lui qui avait mis le grappin sur le marché du livre ésotérique, lui qui aurait dû, plus que tout autre, avoir des réponses, le voilà terrorisé rien qu’à penser à l’au-delà. Toutes les foutaises métaphysiques qu’il avait publiées, de toute façon, il n’y avait jamais cru.

Par contre Aurélien, son frère aîné, devait savoir. Car ce grand voyageur, ce penseur autrefois acclamé, cet homme devenu secret allait mourir aussi… mais il était serein, et cette tranquillité était louche : c’était sûr, il avait un secret, le secret : celui de l’immortalité !

C’est animé par ce dada insensé, tout environné par une étrange nuée de mouches et de corneilles, que René s’est dirigé vers la maison de retraite d’Aurélien : il allait lui extorquer la vérité. Et rien ne pourrait l’arrêter ! Ni sa propre mort, ni celle de son frère, encore moins le meurtre de son neveu stupide, de son ancienne amante, ou d’un banquier anglais ruiné par une secte de barbouzards.

Destins chamboulés

Prenez un sujet grave : la mort. Traitez-le avec humour – mais noir, l’humour, très noir. Ajoutez des personnages loufoques, quelques situations burlesques, une dose d’Apocalypse selon saint Jean, et vous obtiendrez cet ovni littéraire : une oeuvre à classer quelque part entre les films de Burton et les gravures les plus bizarres de Goya.

Biographie de l’auteur

Né en 1955, Bernard Florentz vit et écrit à Marseille. Après avoir commis quatre romans – les trois premiers parus chez Fleuve noir, le quatrième chez Pocket –, il s’est attelé à ce cinquième méfait : N’aie plus peur, un livre mêlant comique et fantastique.

3,49€ - Disponible en version numérique.

Extrait :

 

« “Je suis venu te voir”, avait murmuré l’éditeur tout en évitant le regard de son frère aîné et en fixant d’un oeil hagard l’amoncellement de livres et de papiers qui recouvrait la table […]. « “Pour la dernière foi”, avait-il encore ajouté d’un ton qui était monté subitement dans un registre presque suraigu […]. « “Car je vais bientôt mourir”, avait fini par articuler René Lallemend, tandis qu’une série de claquements sinistres avait attiré l’attention des deux frères, les obligeant à tourner la tête en direction des deux fenêtres dont les rebords grouillaient de dizaines de corneilles qui se chevauchaient sauvagement […]. »

Voir les commentaires

Nouveauté : L’Arche de Fabrice Doléac

Extrait : « Quelle était cette réalité essentielle à côté de laquelle tous les scientifiques étaient passés depuis des siècles, cette vérité cachée qui seule pouvait expliquer l’existence d’un tel organisme ? « Aujourd’hui encore, je ne sais si Kristel avait une explication en tête à ce moment-là. Mais si c’est le cas, je suis sûr qu’elle était bien en dessous de la réalité. Car cette vérité était si incroyable, si terrible, qu’aucun être humain – même Kristel ! – n’aurait jamais osé l’imaginer. »

Nouveauté : L’Arche de Fabrice Doléac

Résumé

À quelques mètres au large d’une plage de Madagascar, deux plongeurs découvrent un gigantesque dôme sous-marin. Sous l’étrange membrane de cette « serre », une canopée préhistorique semble prospérer depuis six millions d’années !

L’armée américaine dépêche un navire sur place et contacte aussitôt Alex Braneau, spécialiste des écosystèmes disparus. Avec l’aide de deux amies scientifiques et d’un brillant ingénieur, le Français devra percer le mystère de cette « arche » préservée du temps : Depuis quand est-elle là ? Comment a-t-elle survécu jusqu’ici ? Peut-être même renferme-t-elle le secret de la vie éternelle ? Pour répondre à ces questions, Braneau et son équipe échafauderont les hypothèses les plus folles. Mais rien n’aurait pu les préparer à la vérité.

Un voyage à travers le temps et… la réalité

Plus qu’une simple remontée dans le temps, ce roman est une véritable aventure métaphysique. Car bien vite, nos connaissances les plus élémentaires, nos certitudes cartésiennes, notre histoire, tout va se trouver bouleversé par les surprises que nous réserve l’auteur.

Grand amateur de cinéma de science-fiction, Fabrice Doléac rend ici un bel hommage à quelques-uns des classiques du genre : Jurassic Park de Spielberg, Alien de Ridley Scott… mais surtout, L’Odyssée de l’espace, de Stanley Kubrick. Ces références donnent une oeuvre originale et déroutante, qui ne manquera pas de surprendre le lecteur.

 

Biographie de l’auteur

Né en 1968 à Paris, Fabrice Doléac est designer. Durant son temps libre, il se consacre à l’écriture d’oeuvres de science-fiction, scenarii ou romans.

3,49€ - Disponible en version numérique.

 

(Communiqué de presse)

Voir les commentaires

Camille Tilmont

Camille Tilmont

Entretien Camille Tilmont

« Le Tueur d’Argent »

 

Bonjour Camille,

Tu viens de publier un e-book de SF policier intitulé « Le Tueur d’Argent ».

 

Avant de nous parler de cet ouvrage, peux-tu nous dire comment t’es venu le gout de la Science-fiction et des romans policier ?

 

Camille,

J’ai été éduqué par une mère fan des Agatha Christie et de toutes les séries policières anglaises et américaines qui passent à la télé depuis 20 ans. Aussi je baigne dedans depuis très jeune.

 

Quant à la science-fiction, disons que c’est une découverte plus personnelle.

 

 J’ai toujours été attiré par la littérature qui nous envoie dans un autre monde ; L’héroïque fantaisie, la science-fiction, le fantastique. Mon adolescence a été consacrée à l’héroïque fantaisie avec principalement Gemmell et le fantastique avec Harry Potter.

 

Puis j’ai plongé dans la science-fiction à 20 ans, assez tard en fait, mais je me suis rattrapé depuis.

 

Stéphane,

Quels sont les auteurs dans les deux genres qui t’ont le plus marqué ?

 

Camille,

Je dois avouer, et j’assume, n’avoir jamais lu beaucoup de policier, je les ai plus vus en fait. Du coup, je n’ai pas vraiment d’auteur à citer. Ce sont les séries comme New York Police Judiciaire, ou N.C.I.S, Castle, l’inspecteur Barnaby et surtout les adaptations des romans policiers d’Agatha Christie qui m’ont marqué.

 

Pour la science-fiction, il y a un auteur que j’admire et dont j’ai découvert l’existence tard, c’est Isaac Asimov. Il m’a fait découvrir la science-fiction, il m’a fait voyager et j’ai dévoré tout ce que je trouvais de lui. Ses romans policiers de science-fiction m’ont énormément marqué.

 

Stéphane,

Quand as-tu ressenti le besoin d’écrire, tu avais quel âge à l’époque?

 

Camille,

J’ai commencé à écrire vers l’âge de 15 ans, je crois. À cette époque j’enchainais les différents sports et loisirs et je n’arrivais pas à trouver le bon. Tous me lassaient. Puis j’ai accroché à l’écriture, j’ai commencé par beaucoup d’écriture automatique et j’ai trouvé un site d’héroïque fantaisie sur lequel j’ai développé un personnage pendant 7 ans. C’était parti. Au bout de toutes ces années, j’ai réalisé que j’avais énormément évolué et jamais décroché. Alors j’ai continué.

 

Stéphane,

Revenons au « Tueur d’Argent »,  tu peux nous en dire la genèse ?

 

Camille,

Wouaw, c’est compliqué de répondre à ça. Il s’est passé trois ans entre la première idée et le premier mot écrit. J’ai été beaucoup inspiré par les policiers d’Isaac Asimov et je voulais écrire mon propre policier SF. J’ai pensé mon livre à l’envers. C’est-à-dire que je l’ai développé dans ma tête dans le sens inverse du déroulement de l’histoire.

 

Stéphane,

Dans quel type d’univers se déroule l’action de ce roman ?

 

Camille,

Tout se passe dans notre galaxie. Sur une Terre dirigeait par un groupe nommé les 10 et où une nouvelle loi, appelée la loi des partenaires de vie, oblige les humains à être toujours accompagné. Donc ça se passe principalement sur la planète Terre et un peu dans l’espace. À une époque où les humains ont réussi à créer les ascenseurs spatiaux; technologie qui ouvre énormément de possibilités.

 

Stéphane,

C’est ton premier texte ?

 

Camille,

Mon premier projet de roman aboutit oui. J’ai toujours écrit des nouvelles et c’est compliqué de passer de textes de quelques pages à un roman de plus de 100 pages. Ce n'est pas du tout le même travail.

 

Stéphane,

Le héros que tu as créé, va-t-il devenir le héros récurent d’une série a la  « Perry Rhodan » ou tu penses que tu en as fini avec lui?

 

Camille,

Il y a deux héros dans ce roman. Celui que l’on accroche directement et celui que l’on découvre petit à petit. C’est le héros auquel on ne s’attend pas du tout qui va sans doute devenir un perso récurent oui.

 

Mais d’une façon particulière, un peu comme le robot Daneel Olivaw dans les deux cycles de Asimov.

 

Stéphane,

En dehors de Anton Rafenty, et d’une suite éventuelle, as-tu d’autres projets littéraires ?

 

Camille,

Je suis actuellement sur une sorte de préquel de mon second héros, oui. J’écris toujours un peu pour mon site d’héroïque fantaisie et je participe à des concours de nouvelles que je publie parfois en ebook. Vous pouvez en trouver une d’ailleurs qui s’intitule « La 13ème Initiative ».

 

Merci

Entretien Camille Tilmont « Le Tueur d’Argent »

Voir les commentaires

Mira Grant , Feed 1 Folio SF

Mira Grant ,

Feed 1

Folio SF

 

Les Éditions Folio SF, entame ce mois-ci la publication de la trilogie « Feed » de Mira Grant, pseudonyme utilisé par Seanan McGuire  qui fut nominé au Prix Hugo en 2012.

 

Disponibles en format de poche, les reproches que l’on pourrait faire à cet ouvrage ai d’être écrit à la première personne alors que…le personnage meurt dès les premières lignes ? Ce qui provoque pour le moins un paradoxe.

 

L’autre reproche touche aux vrais amateurs de Zombies, en effet, ils sont en fin de compte peu présents, l’auteur s’attachant, parfois de manières manichéennes, aux complots, avec les « bons » d’un côté (les blogueurs par exemple) et les « méchants »  les « journalistes institutionnels »

 

Cela n’en reste pas moins un livre très bien écrit, absolument passionnant, avec un suspense haletant, qui fait qu’on ne lâche pas l’ouvrage et attend la sortie des volumes suivants avec impatience.

 

Parution tome 2 : janvier 2015

Parution tome 3 : février 2015

 

Résumé du livre et fiche technique

 

Lorsque le virus s’est propagé, en 2014, tout le monde a cru à une blague, alors que ça pouvait aussi bien être la fin du monde.

 

Aujourd’hui, en 2039, chacun a appris à éviter les zones infectées et les rassemblements publics. Mais lorsqu’il s’agit de suivre la campagne pour les présidentielles aux États-Unis, certains, comme les blogueurs Georgia et Shaun Mason, au nom de la vérité, sont prêts à affronter le danger : les meetings, les hordes de journalistes et d’agents chargés d’assurer la sécurité des candidats… Autant de risques de se retrouver en présence d’un infecté, face à face avec un zombie.

 

Feed est à la fois un roman d'horreur, une fable grinçante sur le journalisme et la politique, une ode à la culture geek, un thriller conspirationniste haletant... et bien plus encore!

 

Traduction  de l' anglais : Benoît Domis

Collection Folio SF n° 498

 Prix : 10.0  € 

Code Sodis : A45904

 EAN : 9782070459049

ISBN : 9782070459049

Poids : 350g

Pagination : 688 pages

 

 

Biographie

 

Seanan McGuire, née le 5 janvier 1978 à Martinez en Californie, est une romancière américaine de fantasy et d'horreur utilisant parfois le pseudonyme Mira Grant.

 

Bibliographie

 

Œuvres

 

Série October Daye

1.La Malédiction de la rose, Pygmalion, 2011 ((en) Rosemary and Rue, 2009)

2.Les Racines de la trahison, Pygmalion, 2011 ((en) A Local Habitation, 2010)

3.(en) An Artificial Night, 2010

4.(en) Late Eclipses, 2011

5.(en) One Salt Sea, 2011

6.(en) Ashes of Honor, 2012

7.(en) Chimes at Midnight, 2013

8.(en) The Winter Long, 2014

9.(en) A Red Rose Chain, 2015

10.(en) Once Broken Faith, 2016

 

Série InCryptid

1.(en) Discount Armageddon, 2012

2.(en) Midnight Blue-light Special, 2013

3.(en) Half-Off Ragnarok, 2014

4.(en) Pocket Apocalypse

5.(en) Professional Gore-eography

 

Série Velveteen

1.(en) Velveteen vs. The Junior Super Patriots, 2012

2.(en) Velveteen vs. The Multiverse, 2013

 

Série Newsflesh

 

Cette série est écrite sous le pseudonyme de Mira Grant.

 

1.Feed, Bragelonne, 2012 (en) Feed, 2010), Folio SF N° 498 2014

2.Deadline, Bragelonne, 2013 ((en) Deadline, 2011)

3.Red Flag, Bragelonne, 2014 ((en) Blackout, 2012)

 

Série Parasitology

 

Cette série est écrite sous le pseudonyme de Mira Grant.

1.(en) Parasite, 2013

Viens de sortir ce moi ci, aux Editions Folio SF,

les tomes 2 et 3 de la trilogie de Mira Grant :

 

Fedd avec Deadline (FOLIO SF N°501)

Et

 Red Flag (Folio SF N° 504)

 

 

Mira Grant , Feed 1 Folio SF
Mira Grant , Feed 1 Folio SF

Voir les commentaires

Lines

A l’occasion de la Japan Touch 2014 à Lyon, j’ais rencontrer des lycéennes, qui publie en fascicules une histoire de SF, elles ont bien voulut répondre a quelques questions, quelles en soient remercier.

 

Bonjour ;

Stéphane,

Vous publiez « Lines », Qui est qui et qui fait quoi ?

 

Moi je suis Jellexia, je m'occupe principalement des illustrations concernant l'histoire,Nozomi est une rédactrice, rédactrice comme Seo elle se charge d'écrire des textes qui donne des informations sur le monde de Lines c'est également elle qui se charge de la correction des textes, Lys Draw elle fais les illustrations les articles)

 

Stéphane,

Comment est né ce projet ?

 

Jellexia,

C’est u projet qui as déjà 10 ans, ont as mi beaucoup d’espoir dedans et je me suis vraiment lancé il y a deux ans, a l’origine c’est moi qui l’es créer tous les personnages.

 

Stéphane,

C’est un fanzine ?

 

Jellexia,

Non, c’est une histoire qui a vraiment été créé de toutes pièces.

 

Stéphane,

En combien de fascicules, vous pensez publier cette histoire ?

 

Jellexia,

Je n’ai pas encore terminé l’histoire, mais si cela fonctionne bien, si c’est bien accueillis, je pense allez au-delà de 25 numéro.

 

Stéphane,

Tu es la scénariste et tu t’occupes de quoi d’autres dans ce projet ?

 

Jellexia,

Je suis à la fois scénaristes, chef de projet et illustratrice.

 

Stéphane,

Quel est ta part dans ce projet

 

Seo,

J’ais écris l’une des rubriques qui complète les fascicules, j’aide depuis bientôt 4 ans Jellexia sur le projet, sur les chapitres, je lui donne des conseils, j’écris avec elle « Lines ».

 

Stephane,

En dehors de l’écriture vous avez quelles activités ?

 

Jellexia,

Normalement je serais en école d’art l’année prochaine.

 

Seo,

Je suis étudiante en sciences des technologies de laboratoires, et je veux allez dans le secteur de la recherche.

 

Stéphane,

Tu sais que recherche et science-fiction font bon ménage,

 

Seo,

Oui, tout as fait, j’aime la science-fiction depuis mon plus jeune âge, dans ma famille j’ai une personne de ma famille qui a souvent participé à des conventions de SF, et plus particulièrement sur la région de Nancy ou il en avait créé une.

Lines
Lines

Voir les commentaires

Couverture Bastien Lecouffe Deharme

Couverture Bastien Lecouffe Deharme

Franck Ferric

Trois oboles pour Charon

Denoël

 

La publication chez Denoël est déjà en soit un début de reconnaissance de ce jeune auteur découvert par L'Oxymore puis  Riez.

 

L’auteur rejette dans cet ouvrage les horreurs de la guerre, sans tombé dans le piège du lyrisme, au contraire apprêté, dureté voir réalisme remplissent l’ouvrage.

 

Mêlant comme souvent dans son œuvre histoire et mythologie, on voyage dans le temps de guerres en conflits armées, se rapprochant petit à petit de notre époque soi-disant plus « civilisée » à voir…

 

 

L’absurdité des guerres en cette période de commémoration de 14/18 est d’autant plus utile. Il nous fait autant souffrir que son héros tellement on plonge dedans dès les premières pages.  Par certains côtés sa forme d’écriture n’est pas sans rappeler celle de Justine Niogret.

 

D’une très belle écriture, qui pourrait vite devenir le « style » de cet auteur, s’il ne l’es déjà.

 

La France toujours en recherche d’auteur de genre et depuis déjà pas mal d’années, viens peut-être de trouver son nouvel auteur. En espérant qu’il ne sera pas « pris » par Hollywood et que les réalisateurs et  producteurs français seront l’adapter.

 

Je vous le recommande vivement

 

 

Biographie –bibliographe sommaire

Né en 1979 à Bourges, Franck Ferric est l'auteur de deux romans : La Loi du désert, Les Tangences divines, et de deux recueils de nouvelles : Marches nocturnes, Dernière semaine du reptile.

 

Résumé du livre et fiche technique

Franck Ferric

 

Trois oboles pour Charon

 

Pour avoir offensé les dieux et refusé d'endurer sa simple vie de mortel, Sisyphe est condamné à perpétuellement subir ce qu'il a cherché à fuir : l'absurdité de l'existence et les vicissitudes de l'Humanité. Rendu amnésique par les mauvais tours de Charon – le Passeur des Enfers qui lui refuse le repos –, Sisyphe traverse les âges du monde, auquel il ne comprend rien, fuyant la guerre qui finit toujours par le rattraper, tandis que les dieux s'effacent du ciel et que le sens même de sa malédiction disparaît avec eux.

 

Dans une ambiance proche du premier Highlander de Russell Mulcahy, Trois oboles pour Charon nous fait traverser l'Histoire, des racines mythologiques de l'Europe jusqu'à la fin du monde, en compagnie du seul mortel qui ait jamais dupé les dieux.

 

 

320 pages, 140 x 205 mm

ISBN : 9782207117316 / Gencode : 9782207117316

Code distributeur : B26461

Catégorie > Sous-catégorie : SF > Science-fiction

Collection Lunes d'encre

 Parution : 16-10-2014

Voir les commentaires

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Théâtre. Présent dans les principaux festivals de film fantastique e de science-fiction, salons et conventions.

Pages

Archives

Hébergé par Overblog