Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>

Articles avec #festival de la bd angouleme

Auteurs présents au

Festival d’Angoulême 2016

 

 

Le Festival International de la bande dessinée d’Angoulême commence le 26 janvier 2016, vous trouverez sous divers format (photo, PDF, EXEL) les horaires d’un certain nombre de maisons d’édition.

 

Nous couvrons le festival comme chaque année, à bientôt.

 

Sarbacane

Sarbacane

Gallimard BD

Gallimard BD

A

Voir les commentaires

Couverture Rosko

Couverture Rosko

Rosko 2.

Les Enfants de Marie

 

Zidrou nous offre la fin de ce récit complet en 2 tomes, plus anticipation que SF, et très Big Brother, l’on retrouve les héros, bon ou mauvais, pris dans les filets, de diverses sociétés de presse et de consommations.

 

Sortie prévue le 25 janvier à la veille du festival de la BD d’Angoulême.

À ce propos vous trouverez (sous réserve), ci-dessous, le planning des horaires de dédicace des auteurs DELCOURT et SOLEIL au festival qui commence le 26 janvier.

 

 

Résumé

Pour Zidrou, notre avenir sera cynique et violent. La vision qu’il propose dans ce passionnant polar d’anticipation ne constitue pourtant pas un portrait si éloigné de notre société consumériste et déshumanisée.

 

Per Svenson, l’ennemi public numéro 1, s’est encore évadé et menace Épiphanie Kendricks, l’ultime cible de sa série sanglante entamée 6 ans plus tôt. Rosko, qui goûte désormais une retraite méritée, n’est pas dupe et voit dans la défaillance de la prison centrale la marque de Pimento TV, toujours en quête d’audience… Mais rien ne pourrait décider l’ancien flic à reprendre du service.

Rien ? Vraiment ?

 

Date de parution : 25/01/2017 / ISBN : 978-2-7560-5503-9

Scénariste : ZIDROU

Coloriste : KISPREDILOV Alexei

Illustrateur : KISPREDILOV Alexei

Série : ROSKO

Collection : MACHINATION

 

 

 

Biographies et Bibliographies

Zidrou

Né le 12 avril 1962 à Anderlecht (commune de Bruxelles), Benoît Drousie, dit Zidrou, effectue des études d'instituteur et exercera la profession durant quelque six ans, ce qui ne sera pas sans influence sur ses écrits futurs. Son premier scénario publié est illustré par De Brab dans le numéro de Noël 1991 de Spirou ("La triste fin du Père Noël"). L'année suivante, il fonde une sorte de studio de scénario avec son ami Falzar et commence à assiéger les éditeurs pour placer ses innombrables projets sous le pseudonyme des Potaches. Dès 1993, ses productions commencent à envahir les pages d'animation et les récits complets du journal de SPIROU. Par ordre chronologique d'apparition de ses illustrateurs, il fournit ainsi de la matière brillante et bien pesée à Wasterlain, Dan, Godi, Ernst, Clarke, Deliège, Evrard, Blatte, Fournier, Darasse, Bercovici, Glem, Jannin, Saive, Lemaître, Midam, Gazzotti, Mandryka, Éric Maltaite, Borrini, Will, Deth, Arenas, Thiriet, Gauthier, E411, Guilhem, Duclozeau, Piroton, Mazel, Bodart, Bosschaert, Wozniak, Plessix, etc. Rien d'étonnant à ce que certains de ses complices pour quelques pages exceptionnelles s'engagent ensuite sur de plus longs parcours et créent une série en sa compagnie. En 1992, il lance "Margot et Oscar Pluche" avec l'ami Falzar et la dessinatrice De Brab chez Casterman, où la petite fille et son drôle de chien aligneront six albums jusqu'en 1997. Le sympathique duo et toute sa famille en régulière augmentation ! déménageront l'année suivante chez Dupuis et ouvriront une nouvelle série de beaux albums intitulée "Sac à Puces". En 1995, il propose à Jean-Claude Fournier d'animer une suite de gags gastronomiques, "Les Crannibales", chronique fortement assaisonnée d'humour noir. Dans le registre de la parodie iconoclaste, il s'en prend peu après au respectable rédacteur en chef de Spirou et à ses œuvres. […]

 

Scénariste

 

3 Fruits (Les) Scénariste en 2015

Adoption (L') Scénariste en 2016

Beau Voyage (Le) Scénariste en 2013

Beaux étés (Les) Scénariste de 2015 à 2016

Best Of BD Numérique Scénariste en 2013

Boss (Le) Scénariste de 2000 à 2015

Bouffon Scénariste en 2015

Boule à zéro Scénariste de 2012 à 2016

Chlorophylle (Une aventure de) Scénariste en 2014

Choco Scénariste de 2000 à 2003

Client (Le) Scénariste en 2013

Clifton Scénariste en 2016

Crannibales (Les) Scénariste de 1998 à 2005

Crime qui est le tien (Le) Scénariste en 2015

Djizus Scénariste en 2012

Élève Ducobu (L') Scénariste de 1997 à 2017

Flagada (Le) - Nouvelle série Scénariste de 2008 à 2009

Flash Back Scénariste en 1995

Folies Bergère (Les) Scénariste de 2012 à 2015

Indivision (L') Scénariste en 2015

Jess Long Scénariste en 1995

Joyeuses nouvelles pour petits et grands Scénariste en 2010

Léonard Scénariste de 1985 à 2016

Lydie Scénariste de 2010 à 2012

Maître Corbaque Scénariste en 2011

Margot et Oscar Pluche Scénariste de 1992 à 1997

Marina (Zidrou/Matteo) Scénariste de 2013 à 2016

Mèche rebelle Scénariste de 2003 à 2004

Merci Scénariste en 2014

Mondaine (La) Scénariste de 2014 à 2015

Montreur d'histoires (Le) Scénariste en 2011

Peau de l'ours (La) Scénariste en 2012

Pendant que le roi de Prusse faisait la guerre qui donc lui reprisait ses chaussettes ? Scénariste en 2013

Promeneurs sous la Lune (Les) Scénariste en 2015

proTECTO Scénariste de 2006 à 2011

Ribambelle (La) Scénariste de 2011 à 2012

Ric Hochet (Les nouvelles enquêtes de) Scénariste de 2015 à 2016

Rik spoutnik magazine Scénariste en 2010

Rosko Scénariste de 2014 à 2017

Sac à puces Scénariste de 1999 à 2009

Sac à puces Scénariste de 2000 à 2008

Schumi Scénariste de 2011 à 2012

Scott Zombi Scénariste de 2002 à 2004

Shi (Zidrou) Scénariste en 2017

Spirou et Fantasio (Une aventure de) / Le Spirou de... scénariste en 2016

Tamara Scénariste de 2003 à 2017

Tourne-disque Scénariste en 2014

Tueurs de mamans Scénariste en 2013

Tuniques Bleues (Les) Scénariste en 2016

Un tout petit bout d'elles Scénariste en 2016

Vieille dame qui n'avait jamais joué au tennis et autres nouvelles qui font du bien (La) Scénariste en 2009

Waw ! Scénariste en 2015

Zigo le clown Scénariste de 2010 à 2012

Ducoboo Scénariste de 2006 à 2010

Buenos veranos (Los) Scénariste en 2016

 

Coloriste

Champagne (Le) Coloriste

 

 

Biographie et Bibliographie

Kispredilov, Alexeï

Naissance :le 13/07/1987 (FRANCE)

Alexeï Kispredilov naît le 13 juillet 1987en France. Sa passion pour le dessin naît très tôt, de ces heures passées à noircir des cahiers de San Goku et autres Simpson. Le bac en poche, il enchaîne un an en école prépa et... un mois et demi en école d’art, peu convaincu de pouvoir y assouvir sa passion naissante pour la bande dessinée. Quelques errances et remises en question plus tard, il rejoint la Maison des auteurs. Il a publié à plusieurs reprises dans le magazine Fluide Glacial. The Tatane’s hospital, sa première histoire éditée en album, figure dans le recueil collectif Joyeuses Nouvelles (éditions Dupuis) dont Zidrou a écrit l’ensemble des scénarios. Il travaille actuellement -toujours avec Zidrou au scénario- sur Even, une bande dessinée d’anticipation qui se déroule dans une société cherchant à contrôler la sexualité des individus et où règne un eugenisme basé sur l’apparence physique.

Sa Bibliographie

 

Rosko en cours de 2014 à 2017

Rosko 2. Les Enfants de Marie
Rosko 2. Les Enfants de Marie
Rosko 2. Les Enfants de Marie
Rosko 2. Les Enfants de Marie

dédicaces Delcourt

Plac

Voir les commentaires

Maîtres inquisiteurs 06 - À la lumière du chaos (couverture)

Maîtres inquisiteurs 06 - À la lumière du chaos (couverture)

Maîtres inquisiteurs 06 - À la lumière du chaos

TOME 6 : À LA LUMIÈRE DU CHAOS

PAR JEAN-LUC ISTIN

ET

STEFANO MARTINO.

 

Les auteurs nous livrent enfin le sixième et dernier tome de ce cycle, 5 autres nouveaux albums devraient voir le jour si tout va bien. Une fois de plus, les auteurs dans cette histoire d’Héroic fantasy, tienne les lecteurs en haleine, un scénario solide, comme toujours avec Jean-Luc Istin , et de somptueux décors, des costumes et personnages parfaitement maitrisés par Stéfano Martino , en font une saga que les amateurs du genre ne doivent pas manquer

 

À signaler que les auteurs devraient être présents prochainement au Festival International de la BD d’Agouleme, où ils dedecasseront leurs œuvres.

 

Vous trouverez la liste des auteurs de SOLEIL présent , tous genres confondus, au festival en annexe de cet article.

 

 

Date de parution : 25/01/2017 /

ISBN : 978-2-3020-5367-0

Scénariste : ISTIN Jean-Luc

Illustrateur : MARTINO Stefano

Série : MAITRES INQUISITEURS (LES)

Collection : Heroic fantasy

 

• Ce tome 6 vient clore l’enquête développée au cours des tomes 1 à 5.

• 5 nouveaux albums en préparation.

Album cartonné

56 pages

233 x 323

EAN : 978-2-3020-5367-0

Prix : 14,95 €

 

Résumé:

Nikolaï et quatre autres inquisiteurs tentent de découvrir qui leur en veut. Une enquête délicate qui doit être menée rapidement car si l’inquisition est la cible apparente, Nikolaï redoute un attentat à l’encontre des monarques : Aquilon et Assynia. Le mobile est évident : la magie, éteinte depuis la fin de la grande guerre, doit à nouveau redevenir vive et puissante car elle est liée à la guerre. Et qui en a besoin pour exercer ses talents ? Les Maître inquisiteurs. Il n’y a aucun doute : le coupable est donc l’un d’entre eux.

 

Biographie des auteurs (officiel)

 

JEAN-LUC ISTIN, scénariste.

EST NÉ EN 1970 À PONTIVY, DANS LE MORBIHAN.

IL RÉSIDE EN CÔTES D’ARMOR.

En 1999, il s’implique en tant qu’auteur et directeur de collection chez Nucléa. C’est à cette époque qu’il crée Merlin, dessiné par Eric Lambert et Aleph avec DIM-D. Il travaille ensuite pour les Éditions Soleil, où il reprend la série Merlin, et écrit alors Le Seigneur d’Ombre que dessine DIM-D. Il dessine également Les Brumes d’Asceltis sur un scénario de Nicolas Jarry. De son intérêt et de son attachement pour la Bretagne, il a l’idée de créer un collectif de contes bretons : Les Contes du Korrigan. Suite au succès de cette série, Jean-Luc Istin va imaginer la collection « Soleil Celtic », qu’il propose à Mourad Boudjellal. Il est, à ce jour, directeur de cinq collections et scénariste de nombreuses séries : « Soleil Celtic » (Le Sang du Dragon, Les Contes de l’Ankou, Les Druides, Le Grimoire de Féérie, Merlin la Quête de l’Epée), « 1800 », « Anticipation » (Nirvana), « Abysses » et « Soleil Ésotérique » (Le Cinquième Évangile, Templier). En 2013, il crée avec Nicolas Jarry la série concept Elfes, 5 races, 5 scénaristes.

 

 

STEFANO MARTINO, dessinateur.

EST NÉ EN 1970 À GÊNES (ITALIE).

IL RÉSIDE EN ESPAGNE.

 

Il est édité à partir de 1996 en Italie chez Sergio Bonelli Editore. En 2006 paraît en Espagne chez Aleta Ediciones et en Italie chez Star Comics, Le Dragon Vert, dont il est le scénariste et le dessinateur. En 2007, il démarre une collaboration avec un éditeur americain, I.D.W. publishing, portant sur plusieurs projets (Docteur Who, Angel, Doorways). Aux Éditions Soleil, il a travaillé sur les séries Nosferatu (avec Olivier Peru), Oracle, ou encore Les Divisions de Fer.

planches de l'album
planches de l'album
planches de l'album
planches de l'album

planches de l'album

Istin

Istin

LES AUTEURS PRÉSENTS

 

Christophe ARLESTON (Sangre, Trolls de Troy)

 

Alessandro BARBUCCI (Ekhö monde miroir)

 

Christophe BEC (Olympus Mons 01) NOUVEAUTÉ

 

Joris CHAMBLAI (Les Carnets de Cerise)

 

CRISSE (Atalante)

 

Jean-Pierre DANARD (Marlysa)

 

Christian DE METTER (No body)

 

Emmanuel DESPUJOL (Aspic, détectives de l’étrange)

 

Adrien FLOCH (Sangre, Les Naufr agés d’Ythaq)

 

Bertrand GATIGNOL (Les Ogres-Dieux - Demi-Sang)

 

 SÉLECTION OFFICIELLE &SÉLECTION DU PRIX DU PUBLIC CULTURA

Jean-Charles GAUDIN

(Un village français, Il était unefois l’homme, Marlysa)

 

Pierre-Denis GOUX

(Nains 06) NOUVEAUTÉ

 

GREY

(Atalante)

 

Claude GUTH

(Sangre, Trolls de Troy)

 

HUBERT

(Les Ogres-Dieux - Demi-Sang)

 

 SÉLECTION OFFICIELLE & SÉLECTION DU PRIX DU PUBLIC CULTURA

KERASCOËT

(Satanie)

 

Benjamin LACOMBE

(Alice de l’autre côté du miroir)

 

Giovanni LORUSSO

(Médicis 01) NOUVEAUTÉ

 

Stefano MARTINO

(Les Maîtres inquisiteurs 06) NOUVEAUTÉ

 

Jean-Louis MOURIER

(Trolls de Troy)

 

Sébastien PÉREZ

(Les Fées de Cottingley)

 

Stefano RAFFAELE

(Olympus Mons 01) NOUVEAUTÉ

 

Didier TARQUIN

(Lanfeust Odyssey)

 

Olivier THOMAS

(Infiltrés)

Stand Soleil

Voir les commentaires

Rencontres internationales

 

44e Festival International

de la Bande Dessinée d’Angoulême

Du 26 au 29 janvier 2017

 

Les Rencontres internationales

 

 

Les Rencontres internationales du Festival sont des moments privilégiés et très appréciés des festivaliers. Venus du monde entier, les auteurs qui y participent sont les invités exceptionnels de ces rencontres d'une durée moyenne d'une heure et demie. Interrogés par des spécialistes de la bande dessinée, les auteurs reviennent en détail sur leurs travaux et leurs influences.

 

En partenariat avec le Centre national du livre et Le Point.

 

 

Au programme

 

Hermann, le Grand Prix de cette 44e édition sera à l’honneur à travers une rencontre exceptionnelle autour de son œuvre prolifique. Hermann a œuvré dans tous les genres de la bande dessinée, et il reviendra sur une carrière de plus de 50 ans.

 

 

Vendredi 27 janvier, 14h - 15h30 : Rencontre avec Hermann animée par Romain Brethes et Christophe Ono-Dit-Biot

Conservatoire - Auditorium

 

 

Jean-Claude Mézières et Pierre Christin, les créateurs de Valérian et Laureline (Dargaud), seront présents à Angoulême pour deux rencontres exceptionnelles ! Ils reviendront sur les 50 ans de leur série culte et sur les coulisses de l'adaptation de leur bande dessinée par Luc Besson.

 

 

Vendredi 27 janvier, 14h - 15h30 : Rencontre Valérian parrainée par BNP Paribas avec Pierre Christin et Jean-Claude Mézières animée par Laurence Le Saux

L'Alpha - Auditorium

 

 

Samedi 28 Janvier, 11h - 12h30 : Rencontre Valerian - Le film avec Jean-Claude Mézières, Pierre Christin, Virginie Besson (productrice), Sylvain Despretz (concept art), Eric Gandois (storyboard) et Hugues Tissandier (décorateur)

En partenariat avec BNP Paribas

Théâtre - Scène Nationale

 

 

Dan Clowes, auteur culte de Ghost World, de Wilson et d'Ice Haven, publie en 2016 Patience (Cornélius), un voyage dans le temps halluciné qui rend hommage au trait de l'auteur de comics Steve Ditko. Clowes compte parmi les invités de marque de cette 44e édition!

Vendredi 27 janvier, 16h - 17h30 : Rencontre avec Daniel Clowes (États-Unis) animée par Romain Brethes et Christophe Ono-Dit-Biot

Conservatoire - Auditorium

 

Rao Pingru, auteur chinois de 95 ans publie son premier livre Notre histoire, Pingru et Meitang le 19 janvier 2017 au Seuil. Tour à tour soldat, comptable et éditeur, Rao Pingru est devenu peintre et écrivain à l'orée de ses quatre-vingt-dix ans. Sa sagesse, son style simple et vif, son talent d'illustrateur en font un auteur inclassable.

 

 

Vendredi 27 janvier, 10h30 - 12h : Rencontre avec Rao Pingru (Chine) animée par Christophe Ono-Dit-Biot

Théâtre - Studio

 

Tintin et Spirou : deux journaux mythiques vus par leurs auteurs

 

 

Rencontre au sommet pour la bande dessinée franco-belge ! En présence d'Hermann, différents auteurs des journaux Spirou et Tintin défendront leurs couleurs respectives. Bruxelles VS Marcinelle, que le match commence ! Une rencontre exceptionnelle de plus de 2 heures animée par Thierry Tinlot, ancien rédacteur en chef de Spirou.

 

Samedi 28 janvier, 14h - 16h : Rencontre Duel Tintin - Spirou : deux journaux mythiques vus par leurs auteurs avec Hermann, Grzegorz Rosinski, Dany, Frank Pé et Fred Janin animée par Thierry Tinlot et illustrée par Clarke

Espace Franquin - Salle Bunuel

 

Mais aussi...

Blutch et Riad Sattouf (France) avec le soutien du CNL, Zerocalcare (Italie), Loo Hui Phang (France), Tébo et Régis Loisel (France), Ed Piskor et Chris Claremont (États-Unis), Simon Hanselmann (Australie), Thierry Van Hasselt, Anne-Françoise Rouche, Erwin Dejasse (Belgique) et Margaux Duseigneur (France), JL Martin, Jean-Yves Mitton, Jean-David Morvan et Paul Renaud (France), Andreas (Allemagne), Tori Miki et Mari Yamazaki (Japon), Gengoroh Tagame (Japon), Eldo Yoshimizu (Japon).

 

 

Rencontres internationales

 

Vendredi 27 janvier

 

10h30 - 12h : Rencontre avec Rao Pingru (Chine) animée par Christophe Ono-Dit-Biot

Théâtre - Studio

 

12h30 - 14h : Rencontre avec Zerocalcare (Italie) animée par Christophe Ono-Dit-Biot

Conservatoire - Auditorium

 

13h30 - 15h : Rencontre Knock Outsider Komiks avec Thierry Van Hasselt, Margaux Duseigneur, Anne-Françoise Rouche et Erwin Dejasse animée par Yassine

Théâtre - Studio

 

14h - 15h30 - Rencontre avec Hermann animée par Romain Brethes et Christophe Ono-Dit-Biot

Conservatoire - Auditorium

 

14h - 15h30 : Rencontre Valérian parrainée par BNP Paribas avec Pierre Christin et Jean-Claude Mézières animée par Laurence Le Saux - avec le soutien du CNL

L'Alpha - Auditorium

 

15h - 16h30 : Rencontre avec Eldo Yoshimizu (Japon) animée par Xavier Guilbert

Théâtre - Studio

 

16h - 17h30 : Rencontre avec Daniel Clowes (États-Unis) animée par Romain Brethes et Christophe Ono-Dit-Biot

Conservatoire - Auditorium

 

 

Samedi 28 janvier

 

10h - 11h30 : Rencontre avec Loo Hui Phang animée par François Olislaeger

Théâtre - Studio

 

10h15 - 11h15 : Rencontre avec Ed Piskor (États-Unis) animée par Xavier Guibert

Conservatoire - Auditorium

 

10h30 - 12h : Rencontre La French Touch de Marvel avec JL Mast, Jean-Yves Mitton, Jean-David Morvan et Paul Renaud animée par Xavier Fournier

Espace Franquin - Salle Bunuel

 

 

 

11h - 12h30 : Rencontre Valerian - Le film avec Jean-Claude Mézières, Pierre Christin, Virginie Besson (productrice), Sylvain Despretz (concept art), Eric Gandois (storyboard) et Hugues Tissandier (décorateur)

En partenariat avec BNP Paribas

Théâtre - Scène Nationale

 

11h30 - 13h : Rencontre avec Reinhard Kleist (Allemagne) animée par Jean-Claude Loiseau

Théâtre - Studio

 

11h30 - 12h30 : Rencontre avec Simon Hanselmann (Australie) animée par Xavier Guilbert

Conservatoire - Auditorium

 

13h - 14h : Rencontre Chris Claremont par Ed Piskor avec Chris Claremont (États-Unis) et Ed Piskor (États-Unis)

Conservatoire - Auditorium

 

14h - 15h30 : Rencontre avec Blutch et Riad Sattouf - avec le soutien du CNL

Théâtre - Studio

 

14h - 16h : Rencontre Tintin et Spirou : deux journaux mythiques vus par leurs auteurs avec Hermann, Grzegorz Rosinski, Dany, Frank Pé et Fred Janin animée par Thierry Tinlot et illustrée par Clarke

Espace Franquin - Salle Bunuel

 

14h30 - 16h : Rencontre avec Tori Miki et Mari Yamazaki (Japon)

Conservatoire - Auditorium

 

15h30 - 16h30 : Rencontre avec Tébo et Régis Loisel animée par Romain Gallissot

Théâtre - Studio

 

16h15 - 17h15 : Rencontre avec Gengoroh Tagame (Japon) animée par Xavier Guilbert

Conservatoire - Auditorium

 

17h - 18h : Rencontre avec Andreas (Allemagne) animée par Benjamin Roure

Théâtre - Studio

 

 

Dimanche 29 janvier

 

12h - 13h30 : Rencontre avec Tori Miki et Mari Yamazaki (Japon) animée par Romain Brethes

Conservatoire - Auditorium

 

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

LE 17 JANVIER 2016

 

 

 

 

Voir les commentaires

Entretien Valérie Mangin Club des Prédateurs

Entretien

Valérie Mangin

Club des Prédateurs

 

Stéphane Dubois,

Bonjour, Valérie Mangin, vous venez de sortir « Le Club des Prédateurs » aux Éditions  Casterman, il s’agit de prédateurs comme le titre l’indique, mais nous  sommes carrément dans l’horreur.

 

Valérie Mangin,

Ce qui commence, comme une chronique sociale, de la société anglaise du 19e siècle, consomme les siens, ses propres enfants, par le biais d’usines, ou des conditions de travaux très durs, leur sont imposés. Une société où il y a énormément d’inégalités sociales, les plus pauvres sont par presque par nature les  victimes des plus riches.

 

Stéphane Dubois,

On part d’une chronique sociale, et apparait une sorte de croquemitaine, auxquels les adultes ne croient pas, aux fils des pages, l’on commence à se poser des questions quand a ce mythique personnage.

 

Valérie Mangin,

Aux fils des pages, cela devient de plus en plus dark, pour finir carrément dans l’horreur. Ce qui est implicite aux débuts à savoir les usines qui consomment les ouvriers, devient à la fin explicite.  Mais il ne s’agit pas d’un livre manichéen sur l’affrontement riche/pauvre, d’où le personnage de Lise.

 

Dans le tome 2 et dernier, l’on verra la réaction de Lise et de ses amis. Face à une t’elle horreur que vont-ils pouvoirs faire ? 

 

Stéphane Dubois,

Comment une charmante jeune femme, apparemment sensée comme vous en arrive-t-elle à écrire une série BD horrifique ?

 

Valérie Mangin,

 Je suis historienne de formation, et j’ai beaucoup étudié la période victorienne, j’ai souvent été horrifié par ce qu’il se passait à cette époque. Jack l’éventreur est légèrement postérieur à l’action de l’histoire, mais est aussi une horreur très victorienne.

 

Il m’est venu l’idée de rendre très explicite, l’idée que la société victorienne dévore ses enfants, la société industrielle dévore vraiment ses enfants.

 

Stéphane Dubois,

À l’époque d’autres auteurs comme Bram Stocker (Dracula) ou   Frankenstein de  Mary Shelley abordent cette thématique.

 

Valérie Mangin,

Ou Edgar Poe, et également le français Auguste Villiers de L'Isle-Adam.  Je me suis inspiré également de la proposition de Jonathan Swift qui durant la grande famine qui se déroula en Irlande, recommande une solution radicale pour échapper à la famine, lui voyait ça comme de l’humour noir, mais il a été pris au premier degré par certains et fut extrêmement critique pour cela.  

J’ai voulu le lecteur, fait  l’horreur de cette société.

 

Stéphane Dubois,

La société victorienne est à la fois très puritaine et très libertine.

 

Valérie Mangin,

Le puritanisme entraine la perversion, dans une société extrêmement bloquée, où l’on n’avait pas le droit de dessiner le ventre d’une femme enceinte, l’on éprouve le besoin de se défouler par ailleurs. Le défoulement est à la hauteur du blocage.

 

Stéphane Dubois,

Comment vous êtes-vous retrouvé sur ce projet ?

 

Valérie Mangin,

Dupré et moi, avions chez Casterman, le même éditeur, Dupré travaillais avant sur l’adaptation de  « Kaamelott »  en album, et moi sur « Alix Senator » chez Casterman.  Je voulais sortir un peu du péplum,  et Dupré de Kaamelott.

 

Notre éditeur nous a dit « pourquoi vous ne travaillerez pas ensemble », nous avons accepté.

 

Stéphane Dubois,

Vos projets ?

 

Valérie Mangin,

Le tome 2 du « Club des prédateurs » devrait paraitre dans un an et demi.

Je continue avec « Alix Senator » et son deuxième cycle.

Je vais continuer la SF, cette fois chez Ankama.

 

Stéphane Dubois,

Merci pour ton accueil et à bientôt.

 

Biographie

Valérie Mangin est une scénariste française de bande dessinée, née le 14 août 1973 à Nancy.

C'est en Lorraine que Valérie suit une scolarité normale qui l'emmène jusqu'à un baccalauréat scientifique. Elle ne néglige cependant pas les lettres puisqu'elle remporte en 1990 un prix en version latine au Concours général. Elle est admise en 1991 à Paris en classes préparatoires au lycée Henri-IV.

Études supérieures

En 1994, Valérie Mangin entre à l'École des chartes. Elle y soutient une thèse d'histoire des institutions de l'époque moderne : La Grande Chancellerie de France sous Louis XVI. Celle-ci lui donne le titre d'archiviste-paléographe et lui ouvre les portes de la fonction publique. Parallèlement, elle suit un cursus d'histoire et un autre d'histoire de l'art à la Sorbonne.

Mais au fur et à mesure de ce cursus, Valérie réalise qu'elle préférerait se lancer dans la bande dessinée.

 

Débuts professionnels

Grande lectrice de bandes dessinées pendant ses études, Valérie rencontre Denis Bajram, dont elle tombe amoureuse, lors d'une séance de dédicace de la série Cryozone dans une librairie.

Ils se marient fin août 1999 et travaillent dès lors ensemble dans leur petit atelier rue Saint-Julien, au pied de Notre-Dame de Paris. Valérie, à qui Denis a proposé d'écrire les dialogues du premier tome des Mémoires mortes paru en 1999 aux Humanoïdes Associés, réalise entièrement le scénario du deuxième album, toujours basé sur un synopsis de Denis. En 2000, elle a également réalisé le scénario d'une nouvelle série de science-fiction chez Soleil : Le Fléau des Dieux dont le premier des 6 tomes est sorti en janvier 2001. Avec cette série, elle entame la création d'un univers qui est nommé depuis 2004 les Chroniques de l'Antiquité galactique et qui comprend le Dernier Troyen, Imperator et la Guerre des dieux.

 

Carrière

Valérie crée en 2006, avec Denis Bajram les éditions Quadrant Solaire ; elle en a été directrice de collection jusqu'en 2008.

Tout en continuant une riche collaboration avec Quadrants et Soleil Productions, elle prépare actuellement plusieurs nouveaux projets pour Aire libre, Dupuis et Glénat.

Après plusieurs années à Paris puis Bruxelles, elle réside maintenant à Bayeux en Normandie.

Bibliographie

Chroniques de l’Antiquité galactique

Le Fléau des dieux (Soleil Productions, 2000-2006 ) scénario Valérie Mangin ; dessins et couleurs Aleksa GajićLe Dernier Troyen (Soleil Productions/Quadrant Solaire/Quadrants, 2004-2008) scénario Valérie Mangin ; dessins et couleurs Thierry Démarez La Guerre des dieux (Quadrants, commencée en 010)scénario Valérie Mangin ; dessins et couleurs Dean Yazghi Imperator (Quadrants, commencée en 2012)) scénario Valérie Mangin ; dessins et couleurs Fafner

Autres séries

Les Mémoires mortes (Les Humanoïdes Associés) scénario Denis Bajram ; dessins Lionel Chouin ; couleurs Fréon ; dialogues Valérie Mangin Petit Miracle (Soleil Productions) scénario Valérie Mangin ; dessins et couleurs Griffo Luxley (Soleil Productions) scénario Valérie Mangin ; dessins et couleurs Francisco Ruizgé KGB (Soleil Productions) scénario Valérie Mangin ; dessins et couleurs Malo Kerfriden Alix Senator (Casterman )scénario Valérie Mangin ; dessins et couleurs Thierry Démarez

 

 

(source Wikipédia)

Entretien Valérie Mangin Club des Prédateurs

Voir les commentaires

Entretien DUCLOS Marion Victor &amp; Clint

 

Entretien

DUCLOS Marion

Victor & Clint

 

Stéphane Dubois,

Bonjour, Marion Duclos, tu viens de publier à la Boite à bulles : Victor & Clint, il s’agit d’un personnage à double face, tu peux nous en dire plus ?

 

Marion Duclos,

Il s’agit d’un jeune garçon,   qui s’évade de ses soucis de la vie quotidienne, en se projetant dans un univers merveilleux, celui du western spaghetti.  Ses parents sont séparés, il regardait avec son père des westerns à la télévision, c’est une manière de ce rapproché de ce père.

 

Il se comporte vis-vis des adultes, comme s’il avait 20 ans, comme un adulte.

 

Stéphane Dubois,

Comment tu as eu  l’idée du personnage, de son histoire ?

 

 Marion Duclos,

Le personnage est venu de lui-même, j’ai  commencé à la dessiner, l’histoire est venue petit à petit, ce n’est pas dans mes habitudes de travail, normalement  je pars d’un texte pour l’illustrer, ici c’est l’illustration qui a amené le texte.

 

Cela m’a donné l’occasion de partager des souvenirs d’enfance, beaucoup de choses venaient de moi dans les caractères du personnage.

 

C’est une histoire rythmée par le passage de la vie réelle à la vie fantasmée par l’enfant. Une forme de ping-pong entre le réel et l’irréel forme la trame de l’ouvrage.

 

Stéphane Dubois,

L’inspiration de ce monde de western spaghetti merveilleux comment t’est-il  venu ?

 

Marion Duclos,

Depuis que je suis enfant, j’aime le western, c’était l’occasion de traité un album avec ces codes. Pour les faits il s’agit de ce que j’ais put entendre, observé dans la vie.

 

Stéphane Dubois,

Avant tu avais réalisé surtout des illustrations ?

 

Marion Duclos,

J’ai travaillé pour beaucoup de collectifs de bande dessiné et j’ai fait beaucoup d’illustration de BD.

 

Stéphane Dubois,

Tu avais déjà publié : Frogs in Scotland

 

Marion Duclos,

Oui, cet album avait été publié en autoédition, il est  le résultat d’un voyage en Écosse, les Écossais aiment beaucoup les Français, et ils y avaient des choses assez drôles, quand ou que l’on promener on se rend compte que l’on passe des miles au kilomètre, juste pour embêter les Anglais, plus de petites choses de ce genre.

 

Stéphane Dubois,

Je vois que Casterman, vas publier l’intégrale de « Ernesto », c’est du « lourd » !

 

Marion Duclos,

Effectivement, j’en suis très heureuse. Dans « Ernesto », je parle de gens que j’ai croisés dans mon enfance, issue de l’immigration espagnole antifranquiste. La meilleure amie de ma mère était fille d’une famille d’immigré espagnol, j’ai toujours connu ce milieu.  

 

Dans « Ernesto », je voulais faire passer toutes les valeurs, la culture… que j’ai reçue de ses personnes. Cela m’a demandé un gros travail, ne connaissant pas où peut la guerre d’Espagne.

 

Stéphane Dubois,

À l’origine, cette BD a été éditée sur un site ?

 

Marion Duclos,

En 2010, il y a eu une prépublication d’une vieille version sur un site, cela m’a encouragé à écrire et je l’ai proposé à Casterman.

 

Stéphane Dubois,

Tu as déjà été primé.

 

Marion Duclos,

Au Salon du livre de Rive-de-Gier (Rhône), pour  Victor & Clint et je suis sélectionné  pour le prix fauve jeunesse au dernier Festival d’Angoulême.

 

Stéphane Dubois,

Pour finir l’éternelle question, quels sont tes projets ?

 

Marion Duclos,

Je vais terminer « Ernesto »,  cela sera un tome unique de 240 pages (Casterman). Il paraitra au printemps 2017.

 

 Biographie

 

 Née au début des années 80, Marion se lance dans des études scientifiques. Lorsqu' à 25 ans elle ébauche l'histoire d'Ernesto. Deux années à l'ESMI de Bordeaux lui permettent de former son trait. En 2010, Ernesto sera pré-publié sur le site de Coconino-World.

 

 Elle travaille ensuite pour l'édition jeunesse (Casterman, Hatier et Fleurus) et découvre l'auto-édition avec Frogs in Scotland. En 2012, elle bénéficie d'une résidence au pays de Sergio Léone, où elle reprend l'histoire de Victor & Clint imaginée une année plus tôt. Ce premier album solo sera signé avec la Boite à Bulles !

 

 Elle participe aussi à des projets enthousiasmant tels que des lectures dessinées (association Il était une fois...) et les collectifs Sous-Sol (éditions Croc en Jambe) et Brel, des nouvelles d'en bas (éditions Margot).

 

 Quant à Ernesto il poursuit son voyage et sera publié dans sa totalité en 2017, aux éditions Casterman.   

  

Victor & Clint

Pages : 104 cartonné Prix : 15 € Collection : La Malle aux images

EAN : 9782849532225

ISBN : 978-2-84953-222-5

NUART : 3677979

 

Lauréat 2015 du Prix Freddy Lombard, catégorie Premier Album au Festival BD’ART de Rive-de-Gier !

 

Présent dans la Sélection Jeunesse du 43e Festival International de la BD à Angoulême 2016

 

 

 

 

 Bibliographie

 Ernesto (à paraître) (Casterman)

Frogs in Scotland ((Auto-édition))

 

 

Voir les commentaires

Christensen  Dan Riposte éditions Scutella

Christensen  Dan

Riposte

Editions Scutella

Bonjour Dan Christensen

 Dan Christensen,

Vous êtes à Angoulême pour la présentation de « Riposte », il s’agit à la base d’un fait divers, comment avez-vous eu connaissance de ce dernier et eu l’idée d’en faire un album ?

 

Dan Christensen,

Je me suis inspiré de la vie d’un escrimeur italien, qui a vraiment vécu Aldo Nadi, excellent escrimeur, mais assez sec, de très désagréable, exigeant par rapport à l’art de l’escrime. Si une personne le pratiquait mal ou  n’avait pas le talent pour l’exercer, il se faisait vertement critiquer par Aldo Nadi.

 

Je fais de l’escrime depuis mes 16 ans, c’est un sport que j’adore, Aldo Nadi avait écrit un traité sur l’escrime que j’ai lu. À ce moment-là, je me suis intéressé à ce personnage et m’en suis inspiré.

 

Stéphane Dubois,

Quelles sont la partie véridique et la place de la fiction dans « Riposte » ?

 

Dan Christensen,

Tout est imaginé, rien n’est basé sur des faits réels à part les duels qui ont existé au début du siècle, voire après. Aldo Nadi c’est battu en duel une fois, mais sans qu’il y ait de morts.

 

Stéphane Dubois,

Quelques parts le héros de votre histoire est un looser, il se fait passer à tabac, on lui vole son arme et encore nous en sommes a la moitié même pas de l’album.

 

Dan Christensen,

Il se met tout seul dans les ennuis, il est très déplaisant envers tout le monde.

 

Stéphane Dubois,

Comment un auteur américain d’origine danoise en vient à travailler en France ?

 

 Dan Christensen,

J’ai suivi des études de littérature française à la Fac, en Arizona. Un de mes professeurs m’a encouragé à participer à un concours de littérature, le concours était organisé par l’Alliance Française et j’ai gagné un prix. Il s’agissait d’un séjour en France, j’y ai fait mes études aux beaux-arts d’Angoulême. Puis je me suis lancé dans la bande dessinée, mon travail de  fin de 3e année est  devenu mon premier album.

 

Stéphane Dubois,

Vous avez vécu pratiquement plus en France qu’aux USA ?

 

Dan Christensen,

Je me rends compte que sait presque le cas, j’avais 23 ans quand je suis arrivé des USA, et ça fait 20 ans que je suis en France.

 

Stéphane Dubois,

Comment avez-vous trouvé les Éditions Scutella ?

 

Dan Christensen,

Je l’es envoyez à divers éditeurs, qui l’on refuser, cela ne convenait pas à leur ligne éditoriale, soit  l’histoire ne leurs convenait pas,  soit c’était le dessin. J’ai envoyé un dossier à la directrice de Scutella, le projet la intéresser et nous avons travaillé ensemble.

 

Stéphane Dubois,

Il s’agit d’un thriller, vous le définiriez comment ?

 

 Dan Christensen,

Un thriller, un film noir des années 40, des éléments de film noir comme « Gildas ».

 

Stéphane Dubois,

Vous diriez que sait un pur thriller ?

Dan Christensen,

C’est un hommage aux films noirs, il s’agit d’un polar, un hommage à des réalisateurs Jacques Tourneur avec    « La Griffe du passé » ou « Les Tueurs » de Robert Siodmak, « Gildas » de  Charles Vidor.Une des scènes est inspirée de « Gilda »

 

Stéphane Dubois,

Sur quel projet travaillé vous en ce moment ?

 

Dan Christensen,

« Riposte » est  un one-shot, je prépare actuellement un projet pour un éditeur américain, je ne serais pas le scénariste, je ferais le dessin, je travaille déjà sur le tome 2. Il s’agit d’un thriller psychologique à la limite du fantastique, je fais également des traductions pour les Editions Ankama du français à l’anglais.

 

(Réalisé  au Festival International de la BD d’Angoulême, 2015.)

 

Biographie:

Dan Christensen est né en 1972 à San José (Californie) et grandit dans le désert d’Arizona. Très tôt, lorsque la télévision de la maison tombe en panne (elle ne sera pas réparée avant de longues années), il pousse la porte de la bibliothèque du coin et découvre les livres, et plus particulièrement les comics. Il en devient un lecteur vorace. Les histoires de super héros masqués et d’aventuriers de tous genres nourrissent son imaginaire et il passe son enfance à les lire et à les dessiner. À lui tout seul, il utilise plusieurs kilomètres de forêt Amazonienne pour faire ses comics, et petit à petit, une passion pour le dessin et l’écriture naît en lui. Plus tard, il commence des études de littérature française à l’Université d’Arizona, mais après un bref séjour en France, où il apprend l’existence d’une école d’art à Angoulême, il les abandonne pour se consacrer au dessin. Il quitte son désert définitivement en 1996 et passe deux années à l’École de l’Image d’Angoulême. Il en sort avec un diplôme en main et deux histoires courtes parues dans des revues de l’association Café Creed. En 1999, il publie son premier album, Red Hands, chez Le Cycliste, et l’année suivante, il enchaîne avec Duels pour Treize étrange et Les Aventures du Tumbleweed Kid, un feuilleton illustré pour le site Coconino World ,avant de rejoindre La Comédie Illustrée en 2001 avec Un Goût de Cendres, son premier album en couleurs. Quelques années s’écoulent, pendant lesquelles il peaufine le scénario de Paranormal, une trilogie mélangeant deux genres qui lui sont chers, le polar et le comic-book. En automne 2004, le premier tome de la trilogie, l’Ogre, voit le jour aux éditions Carabas, et le deuxième, Les Ombres du Passé, sortira au mois de juin…

 

Sa Bibliographie

Red hands  One shot en 1999

Duels  finie en 2000

Un goût de cendres  en cours  en 2001

 Paranormal  finie de 2004 à 2009

Riposte 2015

Voir les commentaires

Elsa Brants, Save me Pythie
Elsa Brants, Save me Pythie

Elsa Brants,

Save me Pythie

Angoulême 2015

Sélectionné pour le prix des Collèges

 

Bonjour Elsa Brants,

 

Stéphane Dubois,

Avant de parler de votre actualité, pourriez-vous nous dire qu’elle est votre formation ?

 

Elsa Brants,

Je suis plutôt autodidacte,  j’ai formulé très tôt le vœu d’être auteur de bande dessinée vers les 12 ans,  j’ai,  mais je n’ai  pas été prise dans les concours des écoles que j’ai tentés après le Lycée. Soit je n’étais pas prise au concours, soit elles étaient bien trop chères ou trop éloignées.

 

J’ai rencontré Guillaume Lapeyre, qui est maintenant mon mari, et tous les deux nous  avons décidé de devenir auteurs de bandes dessinées. Nous avons tous les deux pris des petits boulots, histoire de vivre, et le reste du temps nous dessinions, nous avons monté plusieurs projets, rencontrer de nombreux auteurs de BD  qui bien conseiller, durant par exemple des festivals comme Angoulême.    

 

Stéphane Dubois,

Qu’est qui vous motivent qu’elles sont vos influences ?

 

Elsa Brants,

Quand on voit mes dessins, on comprend tout de suite l’influence des mangas japonais sur mon œuvre et plus particulièrement de  Rumiko Takahashi l’auteur de Ranma ½. J’ai été élevé au Club Dorothée, même si je lisais de tout,  des bandes dessinées, des comic’s, des romans, pour moi le format manga semblait plus proche des personnages et cela m’a touchée. 

 

Stéphane Dubois,

Vous avez été longtemps que coloriste, après éventuellement vous avez fait les dessins et il faut attendre 2014, pour que vous fassiez un album complet et personnel, pourquoi si longtemps ?

 

Elsa Brants,

  Au tout début, je n’avais pas le niveau au dessin, quand nous avons rencontré les éditeurs pour la première fois, avec mon mari, le premier projet qui à intéresser les éditeurs était un projet où Guillaume Lapeyre avait fait les dessins et moi le coloriage.  Il devenait plus facile de trouver d’autres contrats en tant que coloriste, de travailler avec des dessinateurs très sympathiques dans des univers très différents et de vivre de mon travail.  

 

Stéphane Dubois,

Pour la série Save me Pythie, déjà trois tomes sont sortis, le projet paraitra en février 2016, quel est l’univers de la Pythie.

 

Elsa Brants,

Dans la Grèce antique, Pythie a le nom de la fonction est frappé d'une malédiction, comme Cassandre: elle ne pourra prédire que des catastrophes et personne ne la croira. À part peut-être Xanthe, fils caché de Zeus qui va de catastrophe en catastrophe (de Charybde en Scylla à l'époque) sous les coups rancuniers d’Héra.

 

C’est loufoque, absurde, je m’abuse beaucoup. Le tome 5 est déjà en préparation.

 

Stéphane Dubois,

Vous comptez faire une saga en combien de volume ?

 

Elsa Brants,

Si on part sur l’exemple des mangas, la plus grande série dépasse les 200 tomes, mais je vous rassure, je ne prévois pas autant de volumes. Normalement, je dois m’arrêter au tome 5.

 

Stéphane Dubois,

C’est un format manga, pourquoi ne pas être allez au bout de cette logique, avec un sens de lecture japonais ?

 

Elsa Brants,

Si je l’avais fait dans le sens japonais, ma grand- mère et les jeunes enfants auraient eu du mal, je suis lu par des jeunes de 7 ans, en plein apprentissage de la lecture, sachant que les Japonais savent lire dans les deux sens de lecture. Je me suis dit autant le faire dans le sens de ceux qui le lisent le plus en France.

 

Le premier tome est en prépublication au Japon en langue japonaise et l’éditeur japonais a choisi de le laisser dans le sens de lecture occidental, pensant que puisqu’il s’agit d’une œuvre française, il n’y avait pas de raison de le changer.

 

Stéphane Dubois,

Il s’agit de votre première traduction, ou d’autres traductions avaient déjà été faites ?

 

Elsa Brants,

La série « Lily, la petite princesse », qui est une bande dessinée sans texte, a été  traduite en Colombie, mais que le titre, puisqu’il n’y a pas du tout de texte. Je suis ravie d’être présente en Colombie. La vraie traduction de mon histoire reste la Pythie.

 

Stéphane Dubois,

Quel est le public de la Pythie ?

 

Elsa Brants,

C’est tout public, je suis lu par des enfants qui débutent en lecture, comme des adolescents, des retraités, c’est de l’humour totalement décalé, il n’y a rien de violent ou de trop choquant. Seul Zeus ce transformant en poulet pourrait choquer certains :)  .

Stéphane Dubois,

Le tome 5 de la Pythie est en préparation, ensuite quels sont vos projets ?

 

Elsa Brants,

J’ai plusieurs idées, plusieurs envies, j’ai du mal à me concentrer dessus tant que cette série n’est pas finie. Je note parfois des idées, mais j’y penserais vraiment après.

 

Stéphane Dubois,

À bientôt pour de nouvelles aventures.

 

 

Biographie :

 

Elsa Brants, née en 1975 à Montpellier, est scénariste, dessinatrice et coloriste française de bande dessinée. En 1998, elle rencontre Guillaume Lapeyre (le dessinateur des séries Les Chroniques de Magon, Ether, Explorers, L'Intrépide et City Hall) avec lequel elle collaborera sur plusieurs albums.

 

Œuvre

2003 : Les chroniques de Magon - t. 1 : Les enfants de la cyberchair, Nicolas Jarry (scénario), Guillaume Lapeyre (dessin), Elsa Brants (couleur), , collection Néopolis, 46 p.

 

2004 : Les chroniques de Magon - t. 2 : Genèses, Nicolas Jarry (scénario), Guillaume Lapeyre (dessin), Elsa Brants (couleur), , collection Néopolis, 46 p.

 

2005 : Les chroniques de Magon - t. 3 : L'antre de la Gorgone, Nicolas Jarry (scénario), Guillaume Lapeyre (dessin), Elsa Brants (couleur), , collection Néopolis, 48 p.

 

2005 : Weëna - t.  3 : Résurgence, Éric Corbeyran (scénario), Alice Picard (dessin), Elsa Brants (couleur), Delcourt, collection Terres de Légendes, 46 p. (ISBN 2847896619)

 

2005 : Weëna - t.  4 : Union, Éric Corbeyran (scénario), Alice Picard (dessin), Elsa Brants (couleur), Delcourt, collection Terres de Légendes, 46 p. (ISBN 2847899294)

 

2006 : Les chroniques de Magon - t. 4: Exil, Nicolas Jarry (scénario), Guillaume Lapeyre (dessin), Elsa Brants (couleur), , collection Néopolis, 48 p

 

2007: Les chroniques de Magon - t. 5: Les seigneurs de Katë, Nicolas Jarry (scénario), Guillaume Lapeyre (dessin), Elsa Brants (couleur), , collection Néopolis, 46 p.

 

2007 : Weëna - t.  5 : Bataille, Éric Corbeyran (scénario), Alice Picard (dessin), Elsa Brants (couleur), Delcourt, collection Terres de Légendes, 46 p. (ISBN 978-2-7560-0337-5)

 

2008 : Les chroniques de Magon - t. 6: Héritage, Nicolas Jarry (scénario), Guillaume Lapeyre (dessin), Elsa Brants (couleur), , collection Néopolis, 46 p.

 

2008 : Weëna - t.  6 : Voyage, Éric Corbeyran (scénario), Alice Picard (dessin), Elsa Brants (couleur), Delcourt, collection Terres de Légendes, 46 p. (ISBN 978-2-7560-0984-1)

 

2008 : Okhéania - t.  1 : Le tsunami, Éric Corbeyran (scénario), Alice Picard (dessin), Elsa Brants (couleur), Dargaud, 80 p. (ISBN 978-2-505-00263-5)

 

2008 : Okhéania - t.  2 : La chute, Éric Corbeyran (scénario), Alice Picard (dessin), Elsa Brants (couleur), Dargaud, 78 p. (ISBN 978-2-505-00465-3)

 

2009 : Lily - t.  1 : Joyeux anniversaire, princesse !, Nykko (scénario), Elsa Brants (dessin, couleur), 28p.

 

2009 : Lily - t.  2 : Le peintre fou, Nykko (scénario), Elsa Brants (dessin, couleur), 28p

 

2009 : Okhéania - t.  3 : Les profondeurs, Éric Corbeyran (scénario), Alice Picard (dessin), Elsa Brants (couleur), Dargaud, 82 p. (ISBN 978-2-505-00661-9)

 

2010 : Lily - t.  3 : Bébé en cavale, Nykko (scénario), Elsa Brants (dessin, couleur), 28p.

 

2010 : Nanami - t.  3 : Le royaume invisible, Amélie Sarn, Éric Corbeyran (scénario), Nauriel (dessin), Elsa Brants (couleur), 78 p.

 

2010 : Weëna - t.  7 : Destination, Éric Corbeyran (scénario), Alice Picard (dessin), Elsa Brants (couleur), Delcourt, collection Terres de Légendes, 46 p. (ISBN 978-2-7560-1553-8)

 

2011 : Lily - t.  4 : Des amours de dragons, Nykko (scénario), Elsa Brants (dessin, couleur), 28p.

 

2011 : Nanami - t.  4 : Le prince noir, Amélie Sarn (scénario), Nauriel (dessin), Elsa Brants (couleur), 64 p.

 

2011 : Okhéania - t.  4 : L'île, Éric Corbeyran (scénario), Alice Picard (dessin), Elsa Brants (couleur), Dargaud, 64 p. (ISBN 978-2-505-00937-5)

 

2012 : Nanami - t.  5 : Le combat final, Amélie Sarn (scénario), Nauriel (dessin), Elsa Brants (couleur), 62 p.

 

2012 : Weëna - t.  8 : Union, Éric Corbeyran (scénario), Alice Picard (dessin), Elsa Brants (couleur), Delcourt, collection Terres de Légendes, 46 p. (ISBN 978-2-7560-1982-6)

 

2014 : Save me Pythie- t. 1 : Elsa Brants (scénario, dessin), Kana, collection Big Kana, 192 p. (ISBN 978-2-505-06102-1)

 

2014 : Save me Pythie - t. 2 : Elsa Brants (scénario, dessin), Kana, collection Big Kana, 192 p.

Voir les commentaires

Ciou Thumbelina Angoulème 2016

Ciou Thumbelina

Les Éditions Scutella, publient une version bilingue français-anglais de  «Tommelise », tirées de l’œuvre de  Hans Christian Anderson (1805-1875) ) . Les traductions sont de David Soldi , 1876, et Mary Howitt, 1866 pour la version anglaise, dans les deux cas il s’agit bien sûr de la première traduction faite dans ces deux langues.

 

A signalé que le texte anglais et français sont très différents, la version anglaise est plus noir et par exemple il ne s’agit pas dans la version anglaise d’une sorcière, mais d’une pauvre paysanne.

 

Nous avons rencontré l’Illustratrice de l’ouvrage à l’occasion du FIDB 2016.

 

Bonjour Ciou,

Tu as choisi d’illustrée cette histoire, comment l’idée-t-elle elle venue ?

 

Ciou,

C’est le seul conte adapté à mon univers de peintre.  Un personnage féminin, un bestiaire et également un décor floral. C’est important pour  nouveau livre en tant qu’illustratrice.

 

Stéphane Dubois,

Tu as commencé comme peintre, tu as fait les beaux-arts de Toulouse et tu as un univers très classique et très personnel, qui est un mélange avec une attirance particulière pour la culture japonaise, comment à t’es venue ce gout ?

 

Ciou,

Cela me vient de la culture du manga, cela a commencé très tôt avec Goldorak et le Club Dorothée, toute la culture pop japonaise, ensuite j’ai fait des recherches, j’aime beaucoup Shigeru Mizuki, les fantômes japonais    , les films de  Hayao Miyazaki et plus globalement ceux produits par le studio Ghibli.

 

Stéphane Dubois,

Donc on peut dire que sait le Club Dorothée qui t’a amené à la culture pop. Tu as approfondi avec les illustrateurs japonais traditionnels.

 

Ciou,

Oui j’ai étudié les illustrateurs japonais du 17e siècle,  mais j’ai d’autres influences par exemple les arts décoratifs et le baroque en France, aux USA la culture pop depuis les tatouages, les comic’s, la contre-culture dans les milieux de l’art   et le milieu artistique alternatif des années 70.

 

Stéphane Dubois,

Et Gustav Klimt tu aimes ?

 

Ciou,

J’adore Gustav Klimt, c’est un illustrateur qui avait des travaux de commandes en tant qu’illustrateur.

 

Stéphane Dubois,

Tu as beaucoup fait d’expositions de peintures dans des galeries, tu utilises quoi comme techniques ?

 

Ciou,

Noir sur papier avec des stylos Rotring, stylos techniques habituellement utilisés pour les dessins techniques, mais je l’utilise dans mon travail de peintre et ensuite acrylique et gouache.  

 

Stéphane Dubois

Ensuite tu es venu à l’illustration de livres?

 

Ciou,

Je travaille avec des galeries qui représentent des artistes qui sont également illustrateurs, le passage aux contes sait fait par des rencontres, j’ai rencontré l’éditrice de cet ouvrage, grâce à une  entreprise qui fait des produits dérivés de BD d’arts. Cela sait fait très naturellement, Soline (l’éditrice de l’ouvrage NDLR) à découvert mon art-book et m’as demandé si je serais intéressé par illustré un conte.

 

J’ai choisi Thumbelina avec un nouveau cahier des charges ça me pousse à aller plus loin. J’aime aussi Anderson, son travail de conteur est intéressant pour soulever les problèmes des personnes qui souffraient de maltraitances, qui étaient rejetées par la société, il a écrit ce récit, pour sa meilleure amie, qui était une naine, ce conte était une manière de la mettre en valeur. C’est l’un des contes d’Andersen qui finit bien. C’est loin d’être le cas de tous, la « petite fille aux allumettes » est tragique, elle meurt à la fin du conte.

 

Il écrivait des contes que pour les opprimés.

 

Stéphane Dubois,

Tu penses avoir amené quoi au texte ?

 

Ciou,

C’est une des interprétations possible, plus réaliste, plus moderne en mélangeant le côté japonais, le côté Tim Burton  avec le côté sombre du dessin et les couleurs, un mélange.

 

Stéphane Dubois,

Tes dessins sont-ils plus sombres que le texte à ton avis ?

 

Ciou,

Je ne pense pas, mais je ne suis pas la mieux placer pour être apte à le juger, je ne me rends pas compte mon univers est tellement en moi, les personnes qui ne sont pas initiées à mon style trouveront peut-être que sait sombre.

 

Stéphane Dubois,

Comment définirais-tu ton style ?

 

Ciou,

De nécro-kawaii, kawaii pour mignon et nécro pour horrible. Il s’agit en fait d’un mélange des deux. Beetlejuice de Tim Burton, en saurait un bon exemple, très coloré avec des couleurs psychédéliques et en même temps   le personnage de Beetlejuice est très sombre, on est sur l’horreur décalée.

 

Personnellement je suis dans des dessins un peu plus « mignons » que Tim Burton et son film Beetlejuice.

 

Stéphane Dubois,

Tu as illustré des ouvrages, mais allez vers un album de BD, tu y penses ?

 

Ciou,

Je ne peux rien affirmé pour  le moment, un jour peut-être, si je faisais des rencontres qui m’y amène pourquoi pas, mais  pour l’instant je ne m’en crois pas capable, c’est un autre métier. J’ai besoin d’un conte ou d’un scénariste pour trouver de nouveaux personnages, de nouvel univers.

 

Stéphane Dubois,

Tu as d’autres projets d’illustrations d’ouvrages ?

 

Ciou,

Oui, je prépare « La Belle et la Bête », basée sur la version de Cocteau, mais avec le texte de 1740 écrit par  Gabrielle-Suzanne de Villeneuve. La version de Cocteau est visuellement superbe, avec Jean Marais génial dans le rôle de la Bête. Normalement il devrait sortir en avril 2017.  

  

 

 

Biographie :

Ciou est née à Toulouse d’une famille d’artisans fourreurs. Cet univers la plonge très tôt dans la fabrication de poupées à la main, avec déjà le sens du détail et de la précision, qui deviendront les armes de tout son travail artistique. Étudiante aux Beaux-Arts de Toulouse, elle développe un univers artistique personnel en adéquation avec sa personnalité, bien vite repéré par des galeries de Toulouse et de Bordeaux, puis s’envole à Paris et Bruxelles.

 

Elle réussit à gagner une place pertinente dans le monde du pop art contemporain et lowbrow, à un âge très jeune. En raison d’un style caractérisé par une ligne de grande force expressive et un langage où la puissance de la couleur et la déformation des formes se combinent pour faire sa course sans équivoque. L’exposition qui lui a donné une visibilité internationale était en 2004 à la galerie Flux Factory à New York. De là, elle a ensuite exposé à Amsterdam, Paris, Barcelone, Bruxelles, en Californie, Portland, Rome, Berlin, Seattle avec une exposition solo à la galerie Roq la rue. En 2006, elle expose dans un collectif à Tokyo.

 

Suspendu entre rêve et cauchemar, ses peintures se composent d’une base faite d’un collage de vieux papiers où elle utilise l’acrylique et l’encre, l’expression d’une technique qui apporte à l’esprit le type de tatouage traditionnel. Le résultat se rapporte à une imagerie dominée par des citations des textes sacrés de toutes les époques et de pays, la culture japonaise, le primitivisme radical et l’Art Nouveau. Ses yeux sont grands ouverts tout le temps.

Voir les commentaires

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>
Haut

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Théâtre. Présent dans les principaux festivals de film fantastique e de science-fiction, salons et conventions.

Pages

Hébergé par Overblog