Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>

Articles avec #romans

L’éveil du Dieu Serpent

L’éveil du Dieu Serpent

De Christine Barsi

 

Sur Terre, en 2027, la guerre sous-jacente n’est pas celle à laquelle s’attendent les masses, mais plutôt de celle qu’on leur dissimule depuis plusieurs décennies.

 

Nous sommes envahis, bien plus que nos déclencheurs d’alerte ne cessent de nous le clamer. Les Reptiliens, les Gris et la déclinaison des races hybrides sont parmi nous. Que nous veulent-ils ?

 

Avril Scott, éthologue au sein d’une association de protection de l’environnement, et renommée pour son expertise des dossiers sensibles traitant des abus dans le domaine des organismes génétiquement modifiés, devra l’appréhender et affronter l’homme d’affaires et scientifique Maur Evans qui se dressera sur son passage et l’entraînera dans un périple australien qui les mènera de Sydney à Melbourne, aux Blue Mountains, et jusqu’au cœur de la Tasmanie.

 

 

532 pages

Format 140x210

Chf 28.- / 23,80 euros

 

Christine Barsi

 

L’auteure est une scientifique et une artiste qui a fait des études en biologie et science de la nature et de la vie, cherchant à comprendre ce qui anime le genre humain. Aujourd’hui, l’auteure travaille dans les ressources humaines, pour une grande entreprise d’informatique et d’ingénierie, écrivant en parallèle depuis 1998 des romans de science-fiction et de fantastique, avec à son actif quatre romans publiés à compte d’éditeur.

 

(Communiqué de presse)

Voir les commentaires

Entretien Christine Barsi Auteure

Entretien

Christine Barsi

Auteure

 

Stéphane Dubois,

Bonjour Christine,

Vous écrivez des romans de science-fiction depuis déjà près de vingt ans, mais il a fallu attendre 2017 pour que vos deux romans soient édités, pour quelles raisons ?

 

Christine Barsi,

J’ai toujours voulu écrire et devenir écrivain. A l’adolescence, j’écris des poèmes, quelques scénarios plus romanesques, puis les études, le mariage et les enfants en parallèle d’un travail très prenant.

 

En 1998, il y a eu un déclic dans mon univers, sans doute parce que les enfants grandissaient et que je maîtrisais davantage mon quotidien.  Je me suis découvert une vraie passion, plus que je ne le pensais, et je me suis promis alors de ne jamais plus arrêter. Alors que durant mes nuits, des bribes de rêve suffisamment marquant m’inclinaient à les transcrire sur le papier, j’ai posé un scénario, puis un autre, puis un autre encore. J’alternais chaque fois les phases de réécritures passant d’un stade temporairement achevé à un autre puis un autre, alternant les histoires.  

 

Lorsque mon mari me faisait remarquer qu’il serait bien que j’en finalise un premier, je lui répondais invariablement que je préférais prendre de l’avance et en préparer plusieurs pour ensuite, lorsque le temps viendrait, les faire publier. Je ne souhaitais pas être ennuyée par la pression des éditeurs pour me faire ensuite écrire sur un rythme plus rapide que mon rythme propre. Je souhaitais apprécier chaque manuscrit, chaque personnage et ne pas brader mes univers du fait d’une quelconque contrainte.

 

J’ai commencé mes premières phases de soumission aux éditeurs en septembre 2014 pour Déviance et Teralhen puis en 2015, et c’est en janvier 2017 que j’ai eu cette proposition de contrat à compte d’éditeur par 5 Sens Editions. Pour Mutagenèse, je l’ai soumis à l’éditeur en septembre 2017 (j’espérais que ce serait ce même éditeur qui me répondrait positivement plutôt qu’un autre, du fait de notre partenariat « humain »).

 

Et aujourd’hui me donne en partie raison. Mes lecteurs de Déviance et des deux tomes du Cycle des Trois marches me réclament des suites et comme je n’aime pas les décevoir, je me suis mise sur l’écriture du tome 2 de Déviance.

 

J’écris le soir et les week-ends en parallèle de ma journée de travail, donc, cela prend un certain temps, mais je suis une persévérante et je ne lâche rien sur le temps imparti à l’écriture. Il me faut ce temps. Pour moi, chaque minute passée en dehors de l’écriture me fruste désagréablement. 

 

 

Stéphane Dubois,

Le tome deux de « Mutagénèse » vient de sortir aux éditions 5 sens, comme son nom l’indique, il s’agit   d’une mutation génétique, pensez-vous que votre formation scientifique est une bonne chose ou d’une certaine manière ne peut-elle brider votre imaginaire ?

 

Christine Barsi,

Les scientifiques ne forment pas un monde homogène. Nombreux sont très conservateurs dans leur approche, mais certains au contraire aspirent à sortir du consensus convenu pour justement s’ouvrir à d’autres options qui ouvrent elles-mêmes sur ce que j’appelle la créativité et les potentialités. Je suis de cet ordre-ci, rompant avec les normes.

 

 

Mes études et mon expérience dans le domaine des sciences m’ont au contraire apporté cet œil du détail et de la logique chers aux femmes et aux hommes de science, et sont venues compléter ma créativité et ma passion pour les univers de la fiction. Sans compter que ma soif de connaissances et d’appréhension des techniques de ce monde se nourrit de mes études entreprises pour la préparation de chacun de mes romans. D’ailleurs chaque roman est l’opportunité de m’adonner à cette recherche de techniques nouvelles et de sciences humaines que je ne maîtriserais pas encore d’un point de vue conceptuel.

 

Stéphane Dubois,

S’agit-il d’une trilogie voir plus ?

 

 Christine Barsi,

Les deux tomes du Cycle des Trois Marches se suffisent mais ouvrent sur une autre dimension et d’autres mondes qui n’ont fait finalement qu’être amorcés, et j’ai déjà le scénario d’un tome 3 plus ou moins « couché sur le papier », et la potentialité d’un 4ème. Seul le temps pourrait être un obstacle à leur écriture.

 

 

Stéphane Dubois,

Quels sens avez-vous voulu donner à cette œuvre, n’a-t-elle pas un côté anxiogène ?

 

Christine Barsi,

Un côté anxiogène, probablement. Mais j’aime ça, alors cette vision particulière se mêle avec l’espoir d’un monde qui va s’organiser, un monde dans lequel l’humanité s’ouvre à une certaine spiritualité. Mes scénarios se fondent toujours sur une grande passion amoureuse entre mes personnages principaux, qu’ils soient hommes ou femmes, atténuant dans le même temps l’impact de cette vision anxiogène que l’on retrouvera dans mes autres romans.

 

 

Stéphane Dubois,

Comment définiriez-vous votre œuvre, quel en serait l’unité, la ligne éditoriale, si vous en avez une ?

 

Christine Barsi,

Œuvre de science-fiction et de passion, s’adressant tout à la fois aux hommes qu’aux femmes. Ce qui est une ligne éditoriale pas toujours facile du fait de cette alliance des thèmes. J’y inclus des sujets techniques et humains pour que le lecteur et moi y apprenions chaque fois et ressortions enrichis de la lecture.

 

D’ailleurs je le verrais bien dans une nouvelle collection qui s’intitulerait : Les Mutants (ou Le Cycle des Mutants…)

 

 

Stéphane Dubois,

Vous publiez aux Éditions 5 Sens, une maison d’édition genevoise encore peu connue, comment l’avez-vous trouvée et quelles sont ces particularités par rapport à d’autres maisons d’édition suisse ou française ?

 

Christine Barsi,

Lorsque j’ai soumis les deux tomes du Cycle des Trois Marches aux éditeurs, y compris Bragelonne, il m’a semblé que mon roman ne s’intégrait pas vraiment à leur collection du fait d’un scénario et d’une écriture que les éditeurs et leurs lecteurs n’attendaient pas, car alliant un peu de fantastique déviant très rapidement vers la SF, à une très belle histoire d’amour interdit, ainsi qu’une écriture soutenue mais fluide et de belle facture.

 

C’est par contre ce que recherchait 5 Sens Éditions dont j’ai découvert la maison d’édition sur le Net.

 

Je ne cherchais que des éditeurs qui acceptaient les soumissions de manuscrits par mail ou via leur site internet. Je me refusais à envoyer des manuscrits par la poste aux maisons d’éditions qui ne souhaitaient que cette modalité. Un peu trop conservatrice à mon gré.

 

Ce que j’apprécie avec 5 Sens Editions, c’est le partenariat « humain » qui s’instaure entre l’éditeur et l’auteur. Les échanges sont conviviaux. En tant qu’auteure je conserve, sous leur œil vigilant, l’autonomie des corrections, du choix de la couverture ; pour moi cela compte énormément.

 

Ensuite, je dois en revanche participer activement à la promotion de mes livres ; ce qui s’avère très formateur pour un écrivain en dépit des difficultés rencontrées et du temps imparti.

 

 En tant que petite maison d’édition, 5 Sens prend en charge nos livres sur plusieurs années en évitant ainsi la philosophie d’immédiateté propre au monde littéraire en général. Voici quelques-unes des raisons qui me font apprécier cette maison. Un dernier point peut-être les concernant, ils souhaitent ne pas se limiter en termes d’expression littéraire, d’idées et de visions afin de ne pas se cantonner à une parole « normée ».

 

 

Stéphane Dubois,

Quels sont vos projets ?

 

Christine Barsi,

J’ai de très nombreux projets et je ne sais pas si toute une vie y suffira, mais j’avance de manière organisée et… passionnée.

 

Je suis actuellement sur un manuscrit d’anticipation dont l’histoire se situe en Australie et en 2027. Pour ce faire, j’ai étudié énormément les divers sujets abordés dans le roman qui devrait être publié par 5 Sens Editions fin 2018 ou début 2019.

 

En parallèle, je suis sur la phase de réécriture du tome 2 de Déviance, ma romance vampirique qui est très attendue. Je réamorce également l’écriture d’un vieux manuscrit de SF dans mes tiroirs depuis plusieurs années et qui traitera à nouveaux du sujet des mutations sur deux ou trois tomes dans un premier temps et dans un tout autre contexte. Beaucoup de travail en perspective en sachant que je travaille en parallèle en tant que Responsable Développement en ressources humaines pour une entreprise d’informatique et d’ingénierie de près de 2400 personnes.

 

Biographie :

L’auteure est une scientifique et une artiste qui a fait des études en biologie et science de la nature et de la vie, cherchant à comprendre ce qui anime le genre humain. Elle a travaillé dans ce domaine, avant de bifurquer vers l’informatique, l’ingénierie et les ressources humaines. L’auteure écrit depuis 1998 des romans de science-fiction et de fantastique. Elle a à son actif deux premiers romans édités en 2017.

 

******

 

Ci-dessous un chapitre  du livre de Christine Barsi,

ainsi qu’un extrait lu par l’auteure.

Remerciement a Christine Barsi, pour nous avoir confié ces extraits.

 

 

Chapitre "L'Adane" lu par l'auteure: Christine Barsi.

Entretien Christine Barsi Auteure

Voir les commentaires

Au cœur de la folie Luca D’Andrea

Au cœur de la folie

Luca D’Andrea

 

L’auteur avec ce deuxième roman oscille habilement entre thrillers et fantastique dans les festivals de films on parlerait de cross-overs. Et on est vite pris par l’action, une action à couper  le souffle avec les  légendes Vulpendigen et des Kobolds en toile de fond. Vous découvrirez au fils des pages qui sont les voix que Simon Keller entend, lui dont la truie Lissy a donné le titre original du livre. Et ce trésor qui a plus de valeur que l’or quel peut-il être ?

 

Un huis clos en pleine montagne, fait aussi partie de l’originalité de l’œuvre, en effet si une partie de l’action est un huis clos, et que l’autre partie une chasse à l’homme en pleine nature dans la montagne hostile, je ne suis pas sûr que le fait que l’on ne soit pas plus dans le huis clos en étant dans l’hostilité montagnarde du sud-Tyrol.   

 

Le suspense est entretenu de mains de maitre par l’auteur et si « L’ESSENCE DU MAL » est déjà sur les RAI.ls (oui je sais c’est pourri le jeu de mots) de la production cinématographique, l’on ne devrait pas être étonné que ce deuxième roman suive la même voie dans un avenir proche.

 

Remerciement au service de presse Denoël  Sueurs Froides, pour le service de presses.  

 

Résumé de l’œuvre :

Après le succès international de L’Essence du mal, le nouveau thriller du petit génie du polar italien.

 

 

Italie, hiver 1974. Marlene a épousé Herr Wegener, l’homme le plus redouté de tout le Sud-Tyrol, pour  échapper à une vie de misère. Aujourd’hui pourtant, quelque chose a changé, et elle ne peut plus faire comme si de rien n’était. Elle sait que son mari ne lui pardonnera jamais cette trahison, mais elle décide néanmoins de le fuir après lui avoir dérobé un trésor immense, dont la valeur ne se compte pas en or.

 

Mais quand sa voiture dérape et quitte la route alors qu’elle tente de passer la frontière, Simon Keller la sauve et la recueille. Simon Keller est un Bau’r, un paysan qui vit dans une ferme perdue dans les montagnes.

 

Pendant ce temps, Herr Wegener a lancé une chasse à l’homme, poussé par la colère mais aussi par les ennuis que le geste de sa femme lui a causés vis-à-vis du Consortium, une puissante organisation criminelle. Un personnage féroce et sanguinaire a été mis sur les traces de Marlene, qui ne s’arrêtera qu’une fois sa mission accomplie. La femme devra bientôt évaluer quelle menace est la plus dangereuse pour elle. Son mari, le tueur ou Simon Keller. Ou bien la mystérieuse Lissy.

 

Avec ce deuxième roman, Luca D’Andrea confirme son talent pour construire des intrigues terriblement angoissantes. Luca D’Andrea, né en 1979 à Bolzano dans la région du Trentin- Haut-Adige, est un romancier et scénariste italien. Son premier thriller, L’Essence du mal, a connu un succès retentissant, est en cours de traduction dans une trentaine de pays et va  donner lieu à une adaptation cinématographique.

 

« Dans ce premier thriller maîtrisé, Luca D’Andrea flirte subtilement avec le fantastique et joue avec les nerfs du lecteur de son écriture nerveuse, fluide et non dénuée d’humour. Pas étonnant que ce livre  soit devenu un best-seller en Italie. » Le Monde des livres, à propos de L’Essence du mal.

 

 

Traduit de l’italien

par Anaïs Bouteille-Bokobza

Format : 155 x 225 mm

Nombre de pages : 448

ISBN : 978.2.207.14141.0

Prix : 21,90 €

 

Biographie et bibliographie de l’auteur :

Luca D'Andrea, né en 1979 à Bolzano dans la région du Trentin-Haut-Adige, est un romancier et scénariste italien.

 

En 2013, il est scénariste pour la série documentaire Mountain Heroes produite par Discovery Channel.

 

En 2016, il écrit son premier roman, le thriller L'Essence du mal (La sostanza del male) qui a pour cadre l'Italie, le Tyrol du Sud et le massif des Dolomites.

 

Ce livre est traduit en France l'année suivante dans la collection Sueurs froides.

 

En 2017, il remporte le prix Scerbanenco avec son second roman, Lissy (Au cœur de la folie).

 

Il est également l'auteur de la série de littérature d'enfance et de jeunesse Wunderkind

 

Romans

La sostanza del male (2016)

Publié en français sous le titre L'Essence du mal, traduction d’Anaïs Bouteille-Bokobza, Paris, Denoël, coll. « Sueurs froides », 2017 ; Réédition, Gallimard, coll. « Folio policier » no 866, 2018

 

Lissy (2017)

Publié en français sous le titre Au cœur de la folie, traduction d’Anaïs Bouteille-Bokobza, Paris, Denoël, coll. « Sueurs froides », 2018.

 

Beneath the Mountain (2018)

 

Littérature d'enfance et de jeunesse

Série Wunderkind

Una lucida moneta d'argento (2009)

La rosa e i tre chiodi (2010)

Il regno che verrà (2012)

 

Prix et distinctions

Prix Scerbanenco 2017 pour Lissy.

Voir les commentaires

Entretien Frédéric Bonnotte Auteur

Entretien

Frédéric Bonnotte

Auteur

 

Stéphane Dubois,

Bonjour Frédéric,

Avant de parler de ton dernier ouvrage « Juno », je voudrais que tu nous dises d’où te vient le gout pour la SF, comment as-tu découvert cet univers ?

 

Frédéric Bonnotte,

Bonjour !
J’ai grandi en lisant du Stephen King. J’ai passé des heures à m’intégrer dans ses univers macabres et dérangés. Il m’a donné envie, très jeune, de faire de même : créer des univers et des personnages, y incorporer des problématiques. Il m’a donné envie, à mon tour et armé de mon état d’esprit encore juvénile, de créer des histoires qui feraient rêver bien des lecteurs, autant que lui a réussi à me faire rêver. Et c’est plus récemment que j’ai commencé à m’intéresser à l’astronomie et aux sciences, à essayer de comprendre ce qui ne pourra jamais l’être : qu’est-ce que l’univers ? Un univers qui a tellement de facette qu’il nous permet de rêver et donc, d’imaginer, encore et encore. Quelle meilleure source d’inspiration ?

 

 

Stéphane Dubois,

Tu ne t’intéresses pas qu’à l’écriture, tu es aussi compositeur de musique, comment tu articules les deux, Bach est un de tes compositeurs préférés je crois, et tu fais…du Métal ?

 

Frédéric Bonnotte,

Je suis un grand fan de musique, effectivement. J’adore la mélodie, deux chants qui s’harmonisent, deux instruments qui ne jouent pas la même chose mais qui, une fois assemblés, donnent des messages emplis de sens. C’est bel et bien le métal qui m’a fait découvrir ces aspects musicaux. C’est plutôt drôle à dire, mais un bon nombre de groupe de métal actuel ne s’oriente pas vers la brutalité pure. Certes, vous trouverez du gras et inaudible dans le métal, mais d’autres se jouent de la musique, se jouent des notes et de structures labyrinthiques.

 

J’ai donc joué dans mon propre groupe qui s’appelait « Subconscience » pendant de longues années. Ca a été une très bonne expérience. Mais le groupe s’est dissout en 2012. Après tout ceci, je crois qu’il était inéluctable de me mettre à la musique classique. Après avoir réellement écouté la Toccate & fugue de Bach, j’étais sûr de ce que j’aimais dans la musique.

 

Le projet de mes compositions musicales était de créer des livres audio très musicaux, tout en tirant des compositions métal et en les arrangeant musicalement pour les rendre classique. Mais je crois que je suis toujours en pleine recherche de mon style, des instruments à utiliser, etc.

 

 

Stéphane Dubois,

KING et Damasio font partie de tes auteurs préférés, que t’apportent-ils par rapport à d’autres auteurs des genres de l’imaginaire ?

 

 

Frédéric Bonnotte,

King a été celui qui m’a fait réellement découvrir la littérature. Je n’ai jamais lu de grands classiques français, par exemple. J’ai préféré être éduqué par le langage parfois cru de King, par ses histoires horribles. Damasio, quant à lui, m’a apporté plusieurs choses. J’avais arrêté d’écrire une fois bien entré dans le monde actif. C’est après la lecture du fabuleux « La Horde du Contrevent » que mes envies d’explorer des univers m’ont repris. Dans ce livre, j’avais remarqué un détail, plutôt quelque chose de très important et que je n’avais pas compris avant : si les personnages n’ont aucune âme, alors le livre n’en aura aucune. C’est lui qui m’a donné envie de recommencer à écrire après une longue période d’arrêt, car je pensais avoir trouver ce qu’il manquait donc à mes premiers essais : une âme.

 

Stéphane Dubois,

Avant JUNO, tu avais déjà publié Le Monde Effroyable de Maconïs prévu en 2 tomes associés aux Chroniques des Génies, quelle était ta démarche ?

 

Frédéric Bonnotte,

J’avais effectivement publié Le Monde Effroyable de Maconïs, prévu en deux tomes, sur diverses plates formes littéraires. Mais l’histoire était trop longue, peut-être trop simple ou trop cinématographique. Le roman tombait à l’abandon, plus ou moins. J’aimais tellement ces personnages des Génies que j’ai voulu retravailler le roman. Je l’ai rendu plus court, plus clair quoique parfois un peu plus métaphorique. Cependant, la première personne à avoir lu la nouvelle version n’a pas eu le courage de lire plus de deux pages : le style lui déplaisait vraiment. J’ai voulu abandonner mais l’attrait des Génies était trop fort. Je ne pouvais pas m’arrêter sur cette critique rapide. Finalement, la même maison d’édition qui a édité Juno a choisi de s’emparer du roman également. Il sera disponible sous sa version finale d’ici très peu de temps et effectivement sous le nom des Chroniques des Génies.

 

 

Stéphane Dubois,

Pourquoi as-tu besoin de plusieurs modes d’expression  artistique pour t’exprimer : écriture, dessin, musique, imagination. Jeux vidéo…

 

Frédéric Bonnotte,

Tout simplement, je crois, parce que mon cerveau et mon imagination ne sont jamais réellement en pause. J’aime créer, imaginer, développer. Approfondir un univers littéraire avec quelques notes de musique, cela me procure réellement du plaisir. Malheureusement, le dessin n’est pas ma spécialité – dirons-nous que c’est plutôt affreux – et j’aurais tout autant aimé créer des bandes dessinées, etc. Tout ça pour soulager une imagination débordante et comme je l’avais écrit dans la première question, dans l’espoir de faire rêver d’autres comme j’ai pu rêver.

 

Stéphane Dubois,

Venons-en à JUNO comment t’es venu l’idée de cet ouvrage et comment tu le situes dans ta démarche globale de création.

 

Frédéric Bonnotte,

L’idée de l’ouvrage m’est venue en regardant le film « Cloverfield ». J’appréciais beaucoup l’idée qu’enfin, un être humain seul ne puisse empêcher la fin du monde. Et qu’au contraire, les protagonistes de l’histoire sont, tout au long de ce carnage cinématographique, juste spectateurs de ce qu’il se passe. Donc l’idée d’écrire dessus est née naturellement. Mais je voulais inclure une légère contradiction : mes personnages seraient spectateurs tout en ayant un léger rôle à jouer.

 

L’intérêt du livre est qu’il n’y a pas de héros, concrètement. Chaque personnage devient le JE de l’histoire et nous permet de s’identifier à lui. Nous sommes tous héros de cette histoire. Chacun des protagonistes réagira à sa manière face à l’histoire. Chacun des protagonistes prendra telle ou telle décision. Chacun d’entre eux aura participé à sa manière à l’histoire de Juno. Je crois, qu’au final, chacun des protagonistes n’est qu’une représentation de mes divers états d’esprits : déprimé ou enjoué, spectateur ou poète, animal ou enfant.

 

 

 

Stéphane Dubois,

Et tu penses associer comme tu l’as déjà fait, plusieurs formes d’art à JUNO.

 

Frédéric Bonnotte,

J’aurais voulu le faire mais tout ceci est plutôt délicat. Trouver un éditeur qui serait prêt à mettre en vente un audiobook dans ce style n’est pas évident, surtout pour un auteur inconnu du grand public. C’est un gros risque. Damasio l’avait fait, dans son style. Il m’avait donné les bases d’un projet que j’avais en tête depuis bien longtemps et bien avant la lecture de sa Horde. L’autre grande difficulté est de composer des morceaux qui colleraient avec l’univers et qui seraient audibles, la musique assistée par ordinateur n’est pas de tout repos ! Pour Juno, je n’ai composé que deux morceaux, très différents l’un de l’autre mais n’en ai pas refait d’autres depuis que le livre a été édité.

 

Stéphane Dubois,

Pour finir quels sont tes projets à plus ou moins long terme ?

 

Frédéric Bonnotte,

Réussir à me vendre et à me faire connaître, ce qui n’est pas toujours simple. Je ne suis pas très vendeur... Continuer à créer des mondes à l’agonie, dans mon style d’anticipation. Et continuer malgré tout de créer des mondes qui, sous de tristes aspects perdus, ne le sont jamais réellement : il y aura toujours de l’espoir.

 

L’objectif utopique serait de percer dans ce domaine, d’avoir accès au cinéma, de rendre concrètes les images qui se dessinent dans ma tête lorsque j’écris. Tout ceci serait l’extase professionnelle.

 

Mais en étant plus réaliste, l’objectif rêvé est de recevoir des mails de lecteurs ayant vibré pour mes lectures. Là, je pourrais me dire que j’aurais réussi ce que je voulais réellement faire de ma vie : faire rêver.

 

Bibliographie :

  • Juno – Frédéric Bonnotte, édité par Le Lys Bleu Editions
  • Chroniques des Génies – Frédéric Bonnotte, édité par Le Lys Bleu Editions
  • Scary – Frédéric Bonnotte, accepté mais sous réserve
  • « Les brumes de nos sens » (en cours d’écriture)

 

Biographie :

Frédéric Bonnotte est un passionné de littérature, d’astronomie et de science-fiction. Fraiseur-aléseur de métier, il écrit durant ses temps libres et quelques romans aux nuances apocalyptiques et totalement désespérées naissent, dont Juno et les Chroniques des Génies.

Extrait de JUNO , merci a l'auteur.

Entretien Frédéric Bonnotte Auteur

Laissez des Commentaires. 

Pensez à vous abonner aux newsletters du site

en utilisant le bouton « Abonnez-vous ».

Voir les commentaires

Rétrograde Peter Cawdron

 

Rétrograde

Peter Cawdron

 

Le côté écriture cinématographique très cinématographique de ce livre peut déplaire aux amateurs de Science-fiction hard. Cet auteur a eu souvent des avis très tranchés sur ces diverses oeuvres par exemple : Z is for Zombies (voir bibliographie plus bas dans l’article). Surement que ce livre aurait mérité d’être traité sous forme d’une nouvelle et donc avec une centaine de pages de moins.

 

À sa décharge, il faut dire qu’il a beaucoup écrit, justement de nouvelles, bien plus que de romans..

 

Alors, quoi dire de positif sur cette œuvre ?

Le premier point sait que cet ouvrage a de toute évidence été écrit avec une documentation scientifique très approfondie, le Dr Andrew  Rader, ingénieur chez SPACEX et auteur de divers livres sur cette thématique, explicite très clairement que la colonisation permanente de Mars est possible dans les 40 à 50 ans, qu’il s’agit d’une question d’ingénierie et la technologie actuelle ou proche le permettrait.

 

J’ai depuis l’enfance toujours été passionné par l’exploration spatiale et comme beaucoup j’ai vu en direct le premier homme poser le pied sur la Lune.

Je ne verrais surement pas la colonisation et l’exploitation de MARS, par les hommes dommage, mais j’y suis totalement favorable, tant pis si je choque les « écolos », j’ai toujours affirmé haut et fort mon opinion sur ce thème (comme sur d’autres sujets). Au moins si ce livre n’est pas le meilleur publié par DENOEL dans sa collection LUNE d’ENCRE, il a ce mérite de nous faire réfléchir à cette future avancé de l’Humanité.

 

 

 

Résumé du livre :

En arrivant sur Mars, ils étaient parés à toutes  les éventualités, sauf une… Comment survivre quand tout contact avec la Terre est coupé ?

 

Liz Anderson est l’une des cent vingt personnes vivant au sein de la colonie martienne Endeavour. En tant que micropaléobiologiste, elle est chargée d’explorer les tunnels de lave souterrains et d’analyser les échantillons de roche à la recherche d’une éventuelle vie microbienne, présente ou passée. Entourée de ses collègues représentant les principaux pays du monde, et sous la direction de quatre agences spatiales travaillant de concert, Liz s’est engagée pour une mission de dix ans sur la planète rouge.

 

Mais la camaraderie martienne vole en éclats lorsque, sur Terre, les silos de toutes les nations s’ouvrent et font pleuvoir le feu nucléaire sur plusieurs grandes villes du globe. Les communications sont coupées et les colons se retrouvent isolés à plusieurs centaines de millions de kilomètres de chez eux.

 

Qui croire quand les rumeurs prennent le pas sur l’information ? Vers qui se tourner quand les rivalités entre les nations resurgissent ? Et comment, malgré le chagrin et l’incompréhension, continuer à agir pour le bien de la colonie et de l’humanité tout entière ? Alors qu’à tout instant Mars peut vous tuer.

Un thriller de politique-fiction qui suscitera chez le lecteur méfiance et paranoïa, d’autant que cette histoire est scientifiquement plausible…

 

.

 

Traduit de l’anglais (Australie) par Mathieu Prioux

304 pages, sous couverture illustrée, 140 x 205 mm

Pays : Australie

 Époque : XXIe siècle

 ISBN : 9782207142059 –

 Code distributeur : B26877

Nombre de pages : 304

Format : 140 x 205 mm

Prix : 21,00 €

 

Biographie et bibliographie de l’auteur :

Peter Cawdron est l’auteur de plusieurs romans et nouvelles. Il vit à Brisbane, en Australie

 

Fiction Series

 Z is for Zombies ◦ 1 What We Left Behind (2015)

◦ 2 All Our Tomorrows (2015)

 

Romans

• The Road to Hell (2011)

• Anomaly (2011)

• Xenophobia (2013)

• Little Green Men (2013)

• Feedback (2014)

• My Sweet Satan (2014)

• Starship Mine (2016)

• Welcome to the Occupied States of America (2016)

• Nosferatu (2017)

• Retrograde (2017)

• Losing Mars (2018)

 

Recueils:

Trixie & Me (2012)

• Hello World (2015)

• Alien Space Tentacle Porn (2015)

Free Fall (2015)

 

Nouvelles

• Trixie & Me (2012)

• #DontTell (2014)

• Alien Space Tentacle Porn (2015)

• Hello World (2015)

• The End (2015)

• Heil Hitler! (2015)

• Free Fall (2015)

• Alien Space Tentacle Porn (2015)

• Natural (2015)

• The Man Who Remembered Today (2016)

• Killer (2016)

• Déjà vu (2017)

• Trixie and Me (2017)

• Butch and Sundance (2017)

• Mirror, Mirror (2017)

• Retrograde (excerpt) (2017)

 

Essais:

• Is There Life in Space? (2015)

Voir les commentaires

Voyage en terre très très lointaine

 

Moi et ma super bande,

Voyage en terre

très très lointaine.

 

Si vous êtes à la recherche d’un livre pour votre enfant de 7 à 11 ans, et à l’approche des fêtes de fin d’année, alors il faut lui offrir « Voyage en terre très très lointaine » de la série des « Moi et ma super bande ».

 

La bande part au pays des Rennes, des Lutins et bien sûr du père Noël avec leur professeur.

 

Un roman pour la jeunesse de 120 pages, très bien illustrée par Zelda Zonk.

 

En plus de rêver, l’ouvrage applique (que l’on soit pour ou contre peu importe) l’orthographe rectifier qui fait désormais référence dans les programmes scolaires, cela permettra à votre enfant de ne pas faire de « fotes » (enfin un peu moins) ce qui est bien sûr un plus pour les parents qui sont attentifs à l’instruction de leurs enfants.

 

Donc je recommande aux papas et mamans « Noel » de la mettre dans la chaussette près de la cheminée.

 

Mais à cet âge il croit encore au père Noël, enfin il croit que s’ils disent qu’ils y croient plus ils auront peut-être pas de cadeaux, alors…

 

 

 

 

 

La super bande en sortie scolaire ! Un roman illustré pour les enfants de 7 à 11 ans, facile à lire tout seul et à comprendre. Une histoire rythmée et passionnante qui donne vraiment envie de lire.

 

L'histoire : Le maître d'Ella et de ses copains a organisé une sortie scolaire. Au programme : visite du musée et du zoo de la ville. Sauf que rien ne se passe comme prévu. Le maître oublie son sac, Paulo veut absolument sauver le petit cochon qui se réfugiait dedans (si, si), Ella se coince le pied dans le siège du bus, Hanna confond un moineau avec un léopard et chacun trouve un cadeau surprise dans ses pâtes à la bolognaise. Tout ça n'a aucun sens ? Normal, il s'agit d'Ella et de sa bande !

 

 Un roman humoristique pour les enfants de 7 à 11 ans.

 

Auteur : T. Parvela

Illustrateur : Z. Zonk

Traducteur : J. Kuningas

 

9,95 €

120 Pages

Disponible

Parution : juin 2016

ISBN : 978-2-09-255965-9

 

Disponible également en numérique

7,99 €

Collection : Premiers romans

Série : Moi et ma super bande

 

 

Biographie et bibliographie des auteurs:

Timo Johannes Parvela

En 1983, Timo Parvela obtient son baccalauréat. En 1988, il reçoit son bachelor en sciences de l'éducation de l'université de Jyväskylä. De 1988 à 1990 il est directeur de l'école élementaire de Tupamäki à Petäjävesi et de 1990 à 1991 il est professeur de l'école primaire de Tyyppälä dans la municipalité rurale de Jyväskylä. De 1992 à 1996, il enseigne à l'école primaire d'Aarnivalkea (fi) d'Espoo. Depuis 1996, Timo Parvela est écrivain indépendant.

 

Ouvrages

(fi) Poika, Helsinki, Tammi, 1989 (ISBN 951-30-9154-6)

(fi) Puhuva koira, Helsinki, Tammi, 1990 (ISBN 951-30-9519-3)

(fi) Pelkotiloja, Helsinki, Tammi, 1992

(fi) Pikkuveljet ja taika-avain, Helsinki, Tammi, 1993 (ISBN 951-31-0244-0)

(fi) Ohutta yläpilveä, Helsinki, Tammi, 1994 (ISBN 951-31-0452-4)

(fi) Isäni on supermies, Helsinki, Tammi, 1996 (ISBN 951-31-0837-6)

(fi) Ansa ja Oiva, Porvoo, Helsinki, Juva, WSOY, 1999 (ISBN 951-0-23494-X)

(fi) Outo juttu, Helsinki, Tammi, 2000 (ISBN 951-31-1756-1)

(fi) Ansa ja Oiva suurkaupungissa, Helsinki, WSOY, 2000 (ISBN 951-0-24894-0)

(fi) Sanoo isä, Helsinki, Tammi, 2001

(fi) Mitä siihen sanot, isä?, Helsinki, Tammi, 2002 (ISBN 951-31-2554-8)

(fi) Keinulauta, Helsinki, WSOY, 2006

(fi) Taron suuri pieni seikkailu, Helsinki, WSOY, 2014 (ISBN 978-951-0-40285-6)

 

Série Hilma (1995, 2004–2005

 (fi) Hilma ja Pingviini (ill. Markus Majaluoma), Helsinki, Lasten oma kirjakerho, 1995 (ISBN 951-875-838-7)

(fi) Hilma ja täydellinen lemmikki (ill. Kristiina Louhi), Helsinki, WSOY, 2004 (ISBN 951-0-28920-5)

(fi) Hilma ja hyvä harrastus (ill. Kristiina Louhi), Helsinki, WSOY, 2005 (ISBN 951-0-30269-4)

 

Série Ella ja kaverit (1995–)

 

Série Kirjava kukko

(fi) Ella ja kiristäjä, Helsinki, Tammi, 1995 (ISBN 951-31-0623-3)

(fi) Ella teatterissa, Helsinki, Tammi, 1996 (ISBN 951-31-0875-9)

(fi) Ella luokkaretkellä, Helsinki, Tammi, 1997 (ISBN 951-31-1063-X)

(fi) Ella ja lopettaja, Helsinki, Tammi, 1998 (ISBN 951-31-1316-7)

(fi) Ella ja Pate, Helsinki, Tammi, 1999 (ISBN 951-31-1632-8)

(fi) Ella ja Pukari, Helsinki, Tammi, 2000 (ISBN 951-31-1944-0)

(fi) Ella yökoulussa, Helsinki, Tammi, 2001 (ISBN 951-31-2221-2)

 

Romans pour enfants

(fi) Ella Lapissa, Helsinki, Tammi, 2003 (ISBN 951-31-2874-1)

(fi) Ella ja Paterock, Helsinki, Tammi, 2004 (ISBN 951-31-3130-0)

(fi) Ella aalloilla, Helsinki, Tammi, 2005 (ISBN 951-31-3437-7)

(fi) Varokaa lapsia!, Helsinki, Tammi, 2006 (ISBN 951-31-3685-X)

(fi) Ella ja seitsemän törppöä, Helsinki, Tammi, 2007 (ISBN 978-951-31-3895-0)

(fi) Ella ja Äf Yksi, Helsinki, Tammi, 2008 (ISBN 978-951-31-4315-2)

(fi) Ella ja jättipotti, Helsinki, Tammi, 2009 (ISBN 978-951-31-4943-7)

(fi) Ella ja kaverit juhlatuulella, Helsinki, Tammi, 2010 (ISBN 978-951-31-5719-7)

(fi) Ella ja Yön ritarit, Helsinki, Tammi, 2010 (ISBN 978-951-31-5588-9)

(fi) Ella ja Sampan urotyöt, Helsinki, Tammi, 2011 (ISBN 978-951-31-5929-0)

(fi) Ella ja kadonnut karttakeppi, Helsinki, Tammi, 2012 (ISBN 978-951-31-5996-2)

(fi) Ella ja kaverit menevät metsään, Helsinki, Tammi, 2013 (ISBN 978-951-31-5997-9)

(fi) Ella ja kaverit karkaavat koulusta (ill. Mervi Lindman), Helsinki, Tammi, 2014

(fi) Ella ja kaverit lapsenvahteina, Helsinki, Tammi, 2015

(fi) Ella ja kaverit liemessä (ill. Mervi Lindman), Helsinki, Tammi, 2015

(fi) Ella ja kaverit salaisessa palveluksessa (ill. Mervi Lindman), Helsinki, Tammi, 2016

 

Série Anna ja Antti (1999–2003)

(fi) Annan ja Antin aamutouhut, Espoo, Weilin+Göös, 1999 (ISBN 951-35-6548-3)

(fi) Anna ja Antti. Rapinaa yössä, Helsinki, WSOY, 2001 (ISBN 951-0-25631-5)

(fi) Anna ja Antti, ei saa!, Helsinki, WSOY, 2002 (ISBN 951-0-26847-X)

(fi) Anna ja Antti. Kiusankappale, Helsinki, WSOY, 2003 (ISBN 951-0-27769-X)

 

Sammon vartijat (2007–2009)

(fi) Tuliterä, Helsinki, Tammi, 2007

(fi) Tiera, Helsinki, Tammi, 2008

(fi) Louhi, Helsinki, Tammi, 2009

 

Maukka ja Väykkä (2007–)

(fi) Maukka ja Väykkä (ill. Virpi Talvitie), Espoo, Itupiikki, 2007 (ISBN 978-952-92-1589-8)

(fi) Maukka, Väykkä ja mieletön lumipallo (ill. Virpi Talvitie), Helsinki, Tammi, 2009 (ISBN 978-951-31-4955-0)

(fi) Maukka ja Väykkä rakentavat talon (ill. Virpi Talvitie), Helsinki, Tammi, 2010 (ISBN 978-951-31-5549-0)

(fi) Maukka, Väykkä ja suuri seikkailu (ill. Virpi Talvitie), Helsinki, Tammi, 2011 (ISBN 978-951-31-5927-6)

(fi) Maukka, Väykkä ja Karhu Murhinen (ill. Virpi Talvitie), Helsinki, Tammi, 2012 (ISBN 978-951-31-6167-5)

(fi) Maukan ja Väykän satukirja (ill. Virpi Talvitie), Helsinki, Tammi, 2013 (ISBN 978-951-31-6168-2)

(fi) Maukan ja Väykän pieni kirja ystävyydestä (ill. Virpi Talvitie), Helsinki, Tammi, 2013 (ISBN 978-951-31-7122-3)

(fi) Maukan ja Väykän naamakirja (ill. Virpi Talvitie), Helsinki, Tammi, 2014 (ISBN 978-951-31-7995-3)

(fi) Maukan ja Väykän matkakirja (ill. Virpi Talvitie), Helsinki, Tammi, 2015 (ISBN 978-951-31-8503-9)

 

Série Pate (2014–)

(fi) Paten aikakirjat, Helsinki, Tammi, 2014 (ISBN 978-951-31-7800-0)

(fi) Pate ja maailman paras joukkue, Helsinki, Tammi, 2015 (ISBN 978-951-31-8354-7)

 

Série Kepler62 (2015–)

(fi) Parvela, Timo & Sortland, Bjørn (ill. Pasi Pitkänen), Kepler62: Kirja yksi – Kutsu, Helsinki, WSOY, 2015 (ISBN 978-951-0-41258-9)

(fi) Sortland, Bjørn & Parvela, Timo (ill. Pasi Pitkänen), Kepler62: Kirja kaksi – Lähtölaskenta, Helsinki, WSOY, 2015 (ISBN 978-951-0-41259-6)

 

Prix et récompenses

Prix Hans-Christian-Andersen, 1989

Prix Arvid Lydecken , 1997

Prix Kaarina Helakisa, 2005

Prix du grand club du livre finlandais, 2005

Prix Pirkanmaan Plättä, 2005

Prix Finlandia Junior, 2006

Prix Topelius , 2007

Prix Laivakello , 2011

Prix Finlande, 2014

 

Zelda ZONK

Depuis une quinzaine d’années, Zelda illustre régulièrement des albums. Elle travaille aussi pour la presse jeunesse, et fait parfois des incursions chez les adultes à travers des articles de sites professionnels.

 

 Zelda préfère dire qu’elle est dessinatrice plutôt qu’illustratrice : elle aime mettre l’accent sur l’expressivité et la spontanéité des personnages qui naissent sous ses coups de crayon. Elle pense son dessin comme une écriture, pour elle c’est un moyen de transmettre une idée en quelques traits.

 

 Zelda Zonk est une illustratrice française. Elle a suivi des études d’arts appliqués et est graphiste de formation.

 

 Depuis une quinzaine d’années, Zelda illustre régulièrement des albums. Elle travaille aussi pour la presse jeunesse, et fait parfois des incursions chez les adultes à travers des articles de sites professionnels.

 

 Elle sait jongler à 4 balles, pratique le fleuret et le sabre, et vit à Paris . Elle a travaillé chez Astrapi et a illustré chez Bayard des : Mes premiers J'aime Lire. Elle a aussi publié de nombreux ouvrages pour La Martinière Jeunesse, Larousse Jeunesse, Mila Éditions.

 

Bibliographie

• Moi et ma super bande, T.1 à 10, avec Timo Parvela (Nathan, 2016 - 2018)

• Kikekoa et Ornicar, T.1 à 3, avec Arnaud Alméras (Nathan, 2012 - 2015)

• Mon hamster et moi, avec Anne Didier (Bayard Jeunesse, 2010)

• Que du bonheur, avec Sylvaine Jaoui (La Martinière Jeunesse, 2009)

• Rangez-vous en file indienne ! : pour enfin comprendre ce que dit ta maîtresse, avec Armelle Barnier et Sylvie Hennequin (Mila éditions, 2008)

• Le Grand Livre du mercredi, avec Benoît Delalandre (Larousse, 2007)

• Finis ton assiette ! : Pour comprendre enfin ce que demandent tes parents, collectif (Mila éditions, 2007)

• Questions intimes de filles, avec Sylvie Sargueil (La Martinière Jeunesse 2007)

• C’est pas compliqué le bonheur, avec Sylvaine Jaoui (La Martinière Jeunesse, 2005)

• Y a-t-il un autre monde possible ?, avec Anne Jankéliowitch (La Martinière Jeunesse, 2004)

 

 

 

Voir les commentaires

Voyage en terre très très lointaine

 

Moi et ma super bande,

Voyage en terre

très très lointaine.

 

Si vous êtes à la recherche d’un livre pour votre enfant de 7 à 11 ans, et à l’approche des fêtes de fin d’année, alors il faut lui offrir « Voyage en terre très très lointaine » de la série des « Moi et ma super bande ».

 

La bande part au pays des Rennes, des Lutins et bien sûr du père Noël avec leur professeur.

 

Un roman pour la jeunesse de 120 pages, très bien illustrée par Zelda Zonk.

 

En plus de rêver, l’ouvrage applique (que l’on soit pour ou contre peu importe) l’orthographe rectifier qui fait désormais référence dans les programmes scolaires, cela permettra à votre enfant de ne pas faire de « fotes » (enfin un peu moins) ce qui est bien sûr un plus pour les parents qui sont attentifs à l’instruction de leurs enfants.

 

Donc je recommande aux papas et mamans « Noel » de la mettre dans la chaussette près de la cheminée.

 

Mais à cet âge il croit encore au père Noël, enfin il croit que s’ils disent qu’ils y croient plus ils auront peut-être pas de cadeaux, alors…

 

 

 

 

 

La super bande en sortie scolaire ! Un roman illustré pour les enfants de 7 à 11 ans, facile à lire tout seul et à comprendre. Une histoire rythmée et passionnante qui donne vraiment envie de lire.

 

L'histoire : Le maître d'Ella et de ses copains a organisé une sortie scolaire. Au programme : visite du musée et du zoo de la ville. Sauf que rien ne se passe comme prévu. Le maître oublie son sac, Paulo veut absolument sauver le petit cochon qui se réfugiait dedans (si, si), Ella se coince le pied dans le siège du bus, Hanna confond un moineau avec un léopard et chacun trouve un cadeau surprise dans ses pâtes à la bolognaise. Tout ça n'a aucun sens ? Normal, il s'agit d'Ella et de sa bande !

 

 Un roman humoristique pour les enfants de 7 à 11 ans.

 

Auteur : T. Parvela

Illustrateur : Z. Zonk

Traducteur : J. Kuningas

 

9,95 €

120 Pages

Disponible

Parution : juin 2016

ISBN : 978-2-09-255965-9

 

Disponible également en numérique

7,99 €

Collection : Premiers romans

Série : Moi et ma super bande

 

 

Biographie et bibliographie des auteurs:

Timo Johannes Parvela

En 1983, Timo Parvela obtient son baccalauréat. En 1988, il reçoit son bachelor en sciences de l'éducation de l'université de Jyväskylä. De 1988 à 1990 il est directeur de l'école élementaire de Tupamäki à Petäjävesi et de 1990 à 1991 il est professeur de l'école primaire de Tyyppälä dans la municipalité rurale de Jyväskylä. De 1992 à 1996, il enseigne à l'école primaire d'Aarnivalkea (fi) d'Espoo. Depuis 1996, Timo Parvela est écrivain indépendant.

 

Ouvrages

(fi) Poika, Helsinki, Tammi, 1989 (ISBN 951-30-9154-6)

(fi) Puhuva koira, Helsinki, Tammi, 1990 (ISBN 951-30-9519-3)

(fi) Pelkotiloja, Helsinki, Tammi, 1992

(fi) Pikkuveljet ja taika-avain, Helsinki, Tammi, 1993 (ISBN 951-31-0244-0)

(fi) Ohutta yläpilveä, Helsinki, Tammi, 1994 (ISBN 951-31-0452-4)

(fi) Isäni on supermies, Helsinki, Tammi, 1996 (ISBN 951-31-0837-6)

(fi) Ansa ja Oiva, Porvoo, Helsinki, Juva, WSOY, 1999 (ISBN 951-0-23494-X)

(fi) Outo juttu, Helsinki, Tammi, 2000 (ISBN 951-31-1756-1)

(fi) Ansa ja Oiva suurkaupungissa, Helsinki, WSOY, 2000 (ISBN 951-0-24894-0)

(fi) Sanoo isä, Helsinki, Tammi, 2001

(fi) Mitä siihen sanot, isä?, Helsinki, Tammi, 2002 (ISBN 951-31-2554-8)

(fi) Keinulauta, Helsinki, WSOY, 2006

(fi) Taron suuri pieni seikkailu, Helsinki, WSOY, 2014 (ISBN 978-951-0-40285-6)

 

Série Hilma (1995, 2004–2005

 (fi) Hilma ja Pingviini (ill. Markus Majaluoma), Helsinki, Lasten oma kirjakerho, 1995 (ISBN 951-875-838-7)

(fi) Hilma ja täydellinen lemmikki (ill. Kristiina Louhi), Helsinki, WSOY, 2004 (ISBN 951-0-28920-5)

(fi) Hilma ja hyvä harrastus (ill. Kristiina Louhi), Helsinki, WSOY, 2005 (ISBN 951-0-30269-4)

 

Série Ella ja kaverit (1995–)

 

Série Kirjava kukko

(fi) Ella ja kiristäjä, Helsinki, Tammi, 1995 (ISBN 951-31-0623-3)

(fi) Ella teatterissa, Helsinki, Tammi, 1996 (ISBN 951-31-0875-9)

(fi) Ella luokkaretkellä, Helsinki, Tammi, 1997 (ISBN 951-31-1063-X)

(fi) Ella ja lopettaja, Helsinki, Tammi, 1998 (ISBN 951-31-1316-7)

(fi) Ella ja Pate, Helsinki, Tammi, 1999 (ISBN 951-31-1632-8)

(fi) Ella ja Pukari, Helsinki, Tammi, 2000 (ISBN 951-31-1944-0)

(fi) Ella yökoulussa, Helsinki, Tammi, 2001 (ISBN 951-31-2221-2)

 

Romans pour enfants

(fi) Ella Lapissa, Helsinki, Tammi, 2003 (ISBN 951-31-2874-1)

(fi) Ella ja Paterock, Helsinki, Tammi, 2004 (ISBN 951-31-3130-0)

(fi) Ella aalloilla, Helsinki, Tammi, 2005 (ISBN 951-31-3437-7)

(fi) Varokaa lapsia!, Helsinki, Tammi, 2006 (ISBN 951-31-3685-X)

(fi) Ella ja seitsemän törppöä, Helsinki, Tammi, 2007 (ISBN 978-951-31-3895-0)

(fi) Ella ja Äf Yksi, Helsinki, Tammi, 2008 (ISBN 978-951-31-4315-2)

(fi) Ella ja jättipotti, Helsinki, Tammi, 2009 (ISBN 978-951-31-4943-7)

(fi) Ella ja kaverit juhlatuulella, Helsinki, Tammi, 2010 (ISBN 978-951-31-5719-7)

(fi) Ella ja Yön ritarit, Helsinki, Tammi, 2010 (ISBN 978-951-31-5588-9)

(fi) Ella ja Sampan urotyöt, Helsinki, Tammi, 2011 (ISBN 978-951-31-5929-0)

(fi) Ella ja kadonnut karttakeppi, Helsinki, Tammi, 2012 (ISBN 978-951-31-5996-2)

(fi) Ella ja kaverit menevät metsään, Helsinki, Tammi, 2013 (ISBN 978-951-31-5997-9)

(fi) Ella ja kaverit karkaavat koulusta (ill. Mervi Lindman), Helsinki, Tammi, 2014

(fi) Ella ja kaverit lapsenvahteina, Helsinki, Tammi, 2015

(fi) Ella ja kaverit liemessä (ill. Mervi Lindman), Helsinki, Tammi, 2015

(fi) Ella ja kaverit salaisessa palveluksessa (ill. Mervi Lindman), Helsinki, Tammi, 2016

 

Série Anna ja Antti (1999–2003)

(fi) Annan ja Antin aamutouhut, Espoo, Weilin+Göös, 1999 (ISBN 951-35-6548-3)

(fi) Anna ja Antti. Rapinaa yössä, Helsinki, WSOY, 2001 (ISBN 951-0-25631-5)

(fi) Anna ja Antti, ei saa!, Helsinki, WSOY, 2002 (ISBN 951-0-26847-X)

(fi) Anna ja Antti. Kiusankappale, Helsinki, WSOY, 2003 (ISBN 951-0-27769-X)

 

Sammon vartijat (2007–2009)

(fi) Tuliterä, Helsinki, Tammi, 2007

(fi) Tiera, Helsinki, Tammi, 2008

(fi) Louhi, Helsinki, Tammi, 2009

 

Maukka ja Väykkä (2007–)

(fi) Maukka ja Väykkä (ill. Virpi Talvitie), Espoo, Itupiikki, 2007 (ISBN 978-952-92-1589-8)

(fi) Maukka, Väykkä ja mieletön lumipallo (ill. Virpi Talvitie), Helsinki, Tammi, 2009 (ISBN 978-951-31-4955-0)

(fi) Maukka ja Väykkä rakentavat talon (ill. Virpi Talvitie), Helsinki, Tammi, 2010 (ISBN 978-951-31-5549-0)

(fi) Maukka, Väykkä ja suuri seikkailu (ill. Virpi Talvitie), Helsinki, Tammi, 2011 (ISBN 978-951-31-5927-6)

(fi) Maukka, Väykkä ja Karhu Murhinen (ill. Virpi Talvitie), Helsinki, Tammi, 2012 (ISBN 978-951-31-6167-5)

(fi) Maukan ja Väykän satukirja (ill. Virpi Talvitie), Helsinki, Tammi, 2013 (ISBN 978-951-31-6168-2)

(fi) Maukan ja Väykän pieni kirja ystävyydestä (ill. Virpi Talvitie), Helsinki, Tammi, 2013 (ISBN 978-951-31-7122-3)

(fi) Maukan ja Väykän naamakirja (ill. Virpi Talvitie), Helsinki, Tammi, 2014 (ISBN 978-951-31-7995-3)

(fi) Maukan ja Väykän matkakirja (ill. Virpi Talvitie), Helsinki, Tammi, 2015 (ISBN 978-951-31-8503-9)

 

Série Pate (2014–)

(fi) Paten aikakirjat, Helsinki, Tammi, 2014 (ISBN 978-951-31-7800-0)

(fi) Pate ja maailman paras joukkue, Helsinki, Tammi, 2015 (ISBN 978-951-31-8354-7)

 

Série Kepler62 (2015–)

(fi) Parvela, Timo & Sortland, Bjørn (ill. Pasi Pitkänen), Kepler62: Kirja yksi – Kutsu, Helsinki, WSOY, 2015 (ISBN 978-951-0-41258-9)

(fi) Sortland, Bjørn & Parvela, Timo (ill. Pasi Pitkänen), Kepler62: Kirja kaksi – Lähtölaskenta, Helsinki, WSOY, 2015 (ISBN 978-951-0-41259-6)

 

Prix et récompenses

Prix Hans-Christian-Andersen, 1989

Prix Arvid Lydecken , 1997

Prix Kaarina Helakisa, 2005

Prix du grand club du livre finlandais, 2005

Prix Pirkanmaan Plättä, 2005

Prix Finlandia Junior, 2006

Prix Topelius , 2007

Prix Laivakello , 2011

Prix Finlande, 2014

 

Zelda ZONK

Depuis une quinzaine d’années, Zelda illustre régulièrement des albums. Elle travaille aussi pour la presse jeunesse, et fait parfois des incursions chez les adultes à travers des articles de sites professionnels.

 

 Zelda préfère dire qu’elle est dessinatrice plutôt qu’illustratrice : elle aime mettre l’accent sur l’expressivité et la spontanéité des personnages qui naissent sous ses coups de crayon. Elle pense son dessin comme une écriture, pour elle c’est un moyen de transmettre une idée en quelques traits.

 

 Zelda Zonk est une illustratrice française. Elle a suivi des études d’arts appliqués et est graphiste de formation.

 

 Depuis une quinzaine d’années, Zelda illustre régulièrement des albums. Elle travaille aussi pour la presse jeunesse, et fait parfois des incursions chez les adultes à travers des articles de sites professionnels.

 

 Elle sait jongler à 4 balles, pratique le fleuret et le sabre, et vit à Paris . Elle a travaillé chez Astrapi et a illustré chez Bayard des : Mes premiers J'aime Lire. Elle a aussi publié de nombreux ouvrages pour La Martinière Jeunesse, Larousse Jeunesse, Mila Éditions.

 

Bibliographie

• Moi et ma super bande, T.1 à 10, avec Timo Parvela (Nathan, 2016 - 2018)

• Kikekoa et Ornicar, T.1 à 3, avec Arnaud Alméras (Nathan, 2012 - 2015)

• Mon hamster et moi, avec Anne Didier (Bayard Jeunesse, 2010)

• Que du bonheur, avec Sylvaine Jaoui (La Martinière Jeunesse, 2009)

• Rangez-vous en file indienne ! : pour enfin comprendre ce que dit ta maîtresse, avec Armelle Barnier et Sylvie Hennequin (Mila éditions, 2008)

• Le Grand Livre du mercredi, avec Benoît Delalandre (Larousse, 2007)

• Finis ton assiette ! : Pour comprendre enfin ce que demandent tes parents, collectif (Mila éditions, 2007)

• Questions intimes de filles, avec Sylvie Sargueil (La Martinière Jeunesse 2007)

• C’est pas compliqué le bonheur, avec Sylvaine Jaoui (La Martinière Jeunesse, 2005)

• Y a-t-il un autre monde possible ?, avec Anne Jankéliowitch (La Martinière Jeunesse, 2004)

 

 

 

Voir les commentaires

Couverture : J. Dreidemy

Couverture : J. Dreidemy

 

Hôtel des frissons,

l'étrange visite.

Roman frissons dès 8 ans.

Auteur : V. Villeminot

Illustrateur : J. Dreidemy

 

Avec ce quatrième opus de la série, vous connaissez Surement si vous avez des enfants de 8 ans et plus ce curieux hôtel dont les visiteurs sont pour le moins curieux.

 

Contrairement à ce que croient pas mal de gens, les enfants aiment bien avoir peur, et ce genre d’ouvrages peut pour plus tard leur donner le gout des livres des genres de l’imaginaire. Et non les genres, de l’imaginaire n’est pas forcement gore et horrifique, ils sont même souvent en prise directs avec les grands phénomènes sociétaux.

 

Bien sûr nos charmantes têtes rousses (ben quoi pas toujours blondes les têtes) n’en sont pas encore la …quoique.

 

Je recommande bien sûr aux parents, mais aussi aux enseignants, aux bibliothécaires charger du secteur « Jeunesse » d’acquérir ce volume, et l’ensemble de cette collection.

 

 

Résumé de la série :

Une série pour les 8-11 ans qui aiment avoir peur !

 

Bienvenue à l'hôtel des Frissons : un hôtel lugubre et inquiétant, à chaque tome, un "client" bien particulier à découvrir.

 

Résumé du roman :

Coup de blues pour Margot, la fille du propriétaire de l'Hôtel des Frissons. Sa mère mystérieusement assassinée lui manque. Tristan, le fils du cuisinier, essaie de lui changer les idées, mais rien à faire… Quand soudain un fantôme apparaît et révèle à Margot une information effroyable: l'assassin de sa mère vient de réserver une chambre dans l'hôtel… Est-il venu pour commettre un nouveau crime ?

 

CYCLE 2 (CP, CE1, CE2)

Un roman illustré, dès 8 ans.

96 Pages

Auteur : V. Villeminot

Illustrateur : J. Dreidemy

Disponible

ISBN : 978-2-09-257749-3

Collection : Romans Poche

Série : L’Hôtel des frissons

5,95 €

 

Biographie et bibliographie des auteurs :

 

Vincent Villeminot

Né le 17 mai 1972 à Tours, Vincent Villeminot est diplômé de sciences politiques (Paris). En 1994, il étudie également au Centre de formation des journalistes (CFJ)1. À l'âge de 22 ans il part en Égypte avec son épouse Claire où il participe à la création d'une université d'enseignement du journalisme français. Après avoir collaboré à plusieurs publications, dont le journal d'insertion La Rue, il se tourne vers l'écriture romanesque : il est désormais auteur à temps plein, pour les adultes comme les plus jeunes. Il compte à son actif une trentaine d'ouvrages pour les enfants, et explore aujourd'hui dans ses romans pour les adolescents plusieurs facettes du fantastique et de l'anticipation.

 

Œuvres

 

Recueils

Histoires pour faire peur, Paris, Fleurus, 2011, 61 p. (ISBN 978-2-215-09804-1)

Anatole n'aime pas l'école (ill. Laurent Parienty), Paris, Fleurus, coll. « J'aime la vie ! », 2003, 24 p. (ISBN 2-215-04433-0)

Ma première grande histoire de fée (ill. Hervé Florès), Paris, Fleurus, coll. « Ma première grande histoire de… », 2007, 20 p. (ISBN 978-2215-04647-9)

Vincent Villeminot et Claire Renaud, 13 histoires maboules d'école qui rigole !, Paris, Fleurus, coll. « 13 histoires maboules… », 2007, 76 p. (ISBN 978-2-2150-4654-7)

Bienvenue à Monstroville !, Paris, Fleurus, 2012, 64 p. (ISBN 978-2-215-11756-8)

 

Romans jeunesse

La Confrérie des âmes, Paris, Plon jeunesse, coll. « Héroïc Fantasy », 2008, 403 p. (ISBN 978-2-259-20891-8)

La Confrérie des âmes : Corps et âmes, Paris, Plon jeunesse, coll. « Héroïc Fantasy », 2010, 377 p. (ISBN 978-2-259-21143-7), chap. 2

Le livre des mondes perdus, Paris, Feurus, 2010, 176 p. (ISBN 978-2-215-04935-7)

Whisper girls. 1, Paris, Fleurus, 2011, 266 p. (ISBN 978-2-215-09833-1)

Shadow girls. 2, Paris, Fleurus, 2012, 340 p. (ISBN 978-2-215-11742-1)

Instinct. 1, Paris, Nathan, 2011, 372 p. (ISBN 978-2-09-202314-3)

Instinct. 2, Paris, Nathan, 2011, 328 p. (ISBN 978-2-09-252836-5)

Instinct. 3, Paris, Nathan, 2012, 347 p. (ISBN 978-2-09-252837-2)

Réseaux. 1, Paris, Nathan, 2013, 446 p. (ISBN 978-2-09-254241-5)

Réseaux. 2, Paris, Nathan, 2014, 364 p. (ISBN 978-2-09-254709-0)

Ma famille normale contre les zombies (ill. Yann Autret), Paris, Nathan, 2015, 256 p. (ISBN 978-2-09-255330-5)

Ma famille normale contre les yétis (ill. Yann Autret), Paris, Nathan, 2015, 256 p. (ISBN 978-2-09-255331-2)

Stéphane, Paris, Nathan / Syros, 2015, 448 p. (ISBN 978-2-09-255616-0)

Vincent Villeminot, Yves Grevet, Carole Trebor et Florence Hinckel, Contagion, Paris, Nathan, 2016, 449 p. (ISBN 978-2-09-256718-0)

La Brigade de l'ombre, vol. 1 : La prochaine fois ce sera toi, Bruxelles, Casterman, 2016, 307 p. (ISBN 978-2-203-10636-9)

Les Pluies, Paris, Fleurus, 2016, 320 p. (ISBN 9782215132141)

Samedi 14 novembre, Paris, Sarbacane, 2016, 216 p. (ISBN 978-2-84-865922-0, présentation en ligne [archive])

Le copain de la fille du tueur, Paris, Nathan, 2016, 263 p. (ISBN 978-2-09-256522-3, présentation en ligne [archive])

La Brigade de l'ombre, vol 2: Ne te fie à personne, , Casterman, 2017, 361p. (ISBN 9782203151741)

La brigade de l'ombre, vol 3: Ne compte que sur les tiens,  Casterman, 2017, 353 p. (ISBN 9782203158900)

 

Romans pour adultes

Vincent Villeminot et Christine Pedotti, La Longue Patience du sanglier, Paris, 2009, 292 p. (ISBN 2-259-20520-8)

 

 

L’illustratrice

Joëlle Dreidemy

Diplômée de l’École Émile Cohl, Joëlle Dreidemy est illustratrice pour la France et à l’international. Elle est prof à Émile Cohl et leadeuse du groupe rock Pilgrim. De nombreux prix ont été décernés à ses 2 albums, The Lamb Who Came for Dinner et Smelly Peter the Great Pea Eater traduits en français (et en espagnol, portugais, italien, coréen…) sous les titres Le Loup, l’agneau et le dîner (éditions Le Ballon) et Le roi des mangeurs de pois (Ousti Livres).

 

Œuvres (Sélection)  

Hôtel des frissons,  L’étrange visite, Nathan, Octobre 2018

Ma vie moisie, dieu et moi, Shirley Banana : Sarbacane, 1 octobre 2018

Le Génie de la lampe de poche, Sarbacane, 16 août 2017

Popy sauve le monde , Sarbacane,  2 janvier 2017

L'ogre à poil(s) , Sarbacane, 31 août 2016

La Sorcitresse , Sarbacane, 30 septembre 2015

Popy la Tornade, Sarbacane, 15 janvier 2015

Voir les commentaires

Chevaliers  Gringoles Opération Goofus

 

Les Chevaliers des Gringoles

Livre 2 : Opération Goofus

 

Les jeunes lecteurs retrouveront avec plaisirs Les Chevaliers des Gringoles dans cette deuxième aventure.

 

Cayou va voir nos héros devoirs une nouvelle fois partir à l’aventure. Ils y feront de nouvelles rencontres.

 

De la vraie fantasy adaptée au plus jeune en étant empreinte d’humour. L’univers des zombies et leurs « langages » sont  ceux que nous connaissons dans les ouvrages de fantasy pour « adultes ». L’amitié est bien sûr et sait bien normal l’un des axes de cette série    .

 

Je vous conseille fortement d’acheter cet ouvrage, et si vous avez manqué le premier tome de le prendre également chez votre libraire pour votre enfant, garçons ou filles.

 

Cette série est prévue en quatre volumes, le troisième  «Le Secret du Ki » sortira en   librairie en mars 2019.

 

Auteur : E. Ji

Illustrateur : . Papaya

 

Résumé du volume :

Un Chevalier des Gringoles a toujours un plan (bon, pas toujours, mais la plupart du temps)

 

Décidément, à Cayou-des-Gringoles, c’est pas la fête à la grenouille tous les jours. Après mon affrontement avec Drake sur les Menhirs maudits, voilà que de sombres individus venus du ciel débarquent sur notre île pour mettre la main sur ce qu’on a de plus cher ! D’après mes calculs, ça nous fait une bonne et une mauvaise nouvelle. La mauvaise, c’est que nos ennemis sont méchamment dangereux.

 

 La bonne… c’est qu’on a une botte secrète.

 

 

 

Version papier ISBN 978-2-09-257396-9

15,50 €

240 Pages

14,5x21 cm

 

Collection :  Roman Grand format

 

Format : E-Pub à télécharger  (Configuration requise)  

ISBN : 978-2-09-257397-6

11,99 €

 

Prochainement :

Livre 3 :

«Le Secret du Ki » sortira en   librairie en mars 2019.

 

Biographie des auteurs :

Erwan Ji

 

Erwan Ji est né en 1986 à Quimper. Il aime les feux de cheminée qui crépitent, l’odeur du blé noir, quand la tête d’un bébé kangourou sort de la poche de sa maman, et les descriptions de pique-nique dans Le Club des cinq. Il n’aime pas quand la mousse du bain s’est envolée, les gens qui chantent faux mais qui chantent quand même, ceux qui demandent « Ça va ? » sans écouter la réponse, et abandonner devant une pistache trop fermée. Lorsqu’il avait sept ans, il a mangé du sable en pensant pouvoir obtenir les pouvoirs de son idole, Superman.

 

Papaya:

Née en 1987 en Russie. Apres cinq ans dans l’industrie du jeu vidéo, elle s’est orienté vers la réalisation d’illustrations à son propre compte.

Voir les commentaires

Couverture réalisée par  Caza

Couverture réalisée par Caza

Les Voies de Tim Powers

 

J’ai découvert cet auteur lors de sa première et discrète publication chez « J’ai Lu » en 1986, tout à fait par hasard, en furetant dans une librairie généraliste de province. Le roman s’intitulait « Les Voies d’Anubis », et comportait une belle illustration de couverture réalisée par le grand Caza. Mais il était noyé dans la masse des autres « J’ai Lu », sous la mention « Science-fiction », c’est donc par le plus grand des hasards que je l’ai acheté.

 

D’abord, je ne pense pas que Tim Powers écrive de la science-fiction. Même si « les Voies d’Anubis » conte une histoire de voyage temporel, et que le moyen de parvenir à se déplacer dans le temps est vaguement habillé d’un jargon pseudo-scientifique, il ne s’agit que d’un prétexte grossier, dont l’auteur se débarrasse d’ailleurs assez vite. Je crois plutôt que monsieur Powers est un esprit un tantinet sadique, qui n’aime rien tant que projeter ses héros dans des situations intenables, invraisemblables, et qui s’amuse à leur faire subir les pires avanies. En effet, le héros des « Voies… » est un universitaire américain pas très heureux (il est traumatisé par l’accident de moto qu’il a provoqué et qui a coûté la vie à sa femme), pas très sportif et pas très aventureux. Bref, il est presque un anti-héros, paisible et timoré, un spécialiste de la littérature anglaise parmi tant d’autres professeurs obscurs, que rien ne prédestine à vivre des aventures grand-guignolesques à travers le temps et l’espace.

 

Contacté par un milliardaire aussi retors que cancéreux au dernier degré, notre Brendan Doyle vient à Londres pour donner une conférence sur Coleridge. Très vite, il s’aperçoit que tout n’est pas aussi simple : en fait, le richissime mourant manigance un voyage dans le temps, dont le but avoué est d’assister à une causerie donnée par le poète en 1810 ! Appâté par la curiosité littéraire, Doyle accepte de partir à travers une brèche temporelle, afin de rencontrer Coleridge en chair et en os, et aussi pour glaner quelques renseignements sur un poète énigmatique, William Ashbless.

 

Bien évidemment, rien ne se passe comme prévu, et le malheureux Brendan va se retrouver projeté dans les bas-fonds de Londres où il subira toutes les mésaventures possibles et imaginables, dont il ne sortira pas indemne, ni physiquement, ni moralement.

 

« Les Voies d’Anubis » est un roman inracontable, frénétique, plein de fantaisie et d’humour cruel. À contre-courant des tendances du fantastique actuel, timoré et formaté pour plaire au plus grand nombre, c’est aussi un livre exigeant. Car Powers est aussi un érudit, capable de situer son récit dans des lieux précis, et dans un contexte historique bien défini. Qu’il évoque le Londres crapuleux ou celui de Lord Byron, ou bien Le Caire après le retrait des Français, cet auteur-là sait jouer de la suspension d’incrédulité en insérant ses péripéties imaginaires dans un cadre réaliste minutieusement mis en place. Donc, pour bien apprécier l’ouvrage, il est peut-être recommandé d’avoir un minimum de culture et de curiosité intellectuelle, de savoir que Coleridge n’est pas l’avant-centre de Manchester United, et qu’un mameluk n’est pas une pâtisserie orientale…

 

Alors si les clowns échassiers ne vous font pas peur, si vous voulez rencontrer des mages égyptiens dégénérés, si vous voulez assister à une fête foraine en 1666 sur la Tamise embâclée, si vous voulez savoir comment un loup-garou fait pour s’épiler, empruntez « Les Voies d’Anubis », vous n’en sortirez peut-être pas indemne, vous non plus…

 

En conclusion, j’envie les lecteurs qui vont découvrir Tim Powers aujourd’hui, grâce aux grâce aux rééditions grand format qui sont sorties en librairie chez d'autres éditeurs !

 

Serge Rollet.

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>
Haut

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Théâtre. Présent dans les principaux festivals de film fantastique e de science-fiction, salons et conventions.

Pages

Archives

Hébergé par Overblog