Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 30 > >>

Articles avec #sf

BIFFF 2018 Ederlezi Rising

BIFFF 2018

Ederlezi Rising

Ce film de science-fiction serbe, prend prétexte d’un voyage vers alpha du centaure, et d’un  droïde  féminin interprété par l’Américaine d’origine serbe Stoya star du  porno féministe.

Le réalisateur et le producteur ont choisi Stoya pour ce rôle, car il souhaitait une actrice qui soit pour les scènes, assez nombreuses, de nu à l’aise avec son corps pour les déplacements, face à une caméra forcement voyeuse.

Quand le réalisateur et le producteur ont annoncé qu’ils allaient faire un film de science-fiction serbe avec une actrice porno, beaucoup ont affirmé doctement que jamais ils n’y arriveraient.

 

Ils y sont arrivés.

S’il agit bien d’un film de science-fiction, on y trouve une virulente dénonciation du capitalisme triomphant (du moins pour l’instant), les entreprises de ce futur proche fabricant des  idéologies sur mesures, suivant les endroits, les personnes et surtout leurs intérêts financiers. On y trouve aussi une composante sur la lutte des femmes pour le respect de leurs droits vis-à-vis du « mâle ». Le choix de Stoya relève aussi de cette lutte pour le respect des droits des femmes, Stoya revendiquant être une actrice porno alt porno.

Les   Femens du monde entier vont surement s’étrangler de rage en voyant ce film.

Un bon film d’une heure et demie environ.

Déconseillé aux épileptiques.

 

Résumé du film (source BIFFF)

La Terre, en 2148. Milutin est un astronaute chevronné de la corporation Ederlezi, et il vient de finir un entraînement de spartiate pour la mission la plus périlleuse de son existence : rejoindre l’Alpha du Centaure, seule exoplanète susceptible d’accueillir l’être humain. Mais le voyage va être très long pour Milutin, et la corporation Ederlezi décide de lui offrir un peu de compagnie afin de passer le temps : une androïde prénommée Nimani, façonnée selon le profil psychologique de Milutin. Ce dernier étant un misogyne pur jus, son Tamaguchi sexualisé risque de prendre cher. Et ça ne rate pas : à des milliers d’années-lumière de la Terre, Milutin se sent comme un véritable dieu avec sa télécommande qui gère les envies de Nimani. Celle-ci passera très vite de collègue à compagne, et de compagne à esclave sexuelle. Mais, s’il explose toutes les normes de la galanterie la plus élémentaire, Milutin sent bien que sa frénésie de domination ne sera jamais complète tant qu’il aura affaire à un software. Il décide donc de rebooter complètement sa créature afin de lui greffer la touche finale : de vraies émotions…

 

Plongé dans une esthétique qui n’est pas sans rappeler le Solaris de Tarkovski, Ederlezi Rising est un film de science-fiction culotté qui nous vient tout droit de Serbie. Pas vraiment adeptes de la demi-mesure dans leurs thématiques (on se souvient tous de A Serbian Film, n’est-ce pas !?), nos amis Serbes font une fois de plus honneur à leur réputation sulfureuse. Pour son premier film, Lazar Bodroza se penche sans faux-semblants sur nos désirs primitifs, qui n’est pas sans rappeler d’ailleurs la performance hallucinante de la Serbe Marina Abramovic en 1974, qui se laissa maltraiter par les spectateurs. Les amateurs de chaînes cryptées y reconnaîtront Stoya, féministe convaincue qui délaisse les films pour adultes, le temps de remettre l’Homme à sa place.

 

Déconseillé aux épileptiques.

 

Genre Science-fiction

Compétition Méliès

Première Internationale

Pays Serbie

Audience ENA

Audio Anglais

Sous-Titres Français, Néerlandais

Réalisateur Lazar Bodroza

Casting

Marusa Majer, Sebastian Cavazza, Stoya

Distributeur Arclight Films

Running time 86'

Voir les commentaires

BIFFF 2018 Parallel

Parallel

Le BIFFF et le réalisateur du film nous ont offert une première mondiale de son dernier opus. Dans une salle comble, le réalisateur nous présentait son film dans une ambiance « classique » pour les officionados du BIFFF.

5e film réalisé par ce réalisateur (si on compte une participation à un film à sketches (voir biographie et filmographie a la fin de l’article.

Le réalisateur a dans ce film de science-fiction (l’un des rares cette année au BIFFF) voulu abordé la question de l’ambition. Depuis la belle au bois dormant on sait pourtant que rien de bon ne viens quand on pose des questionne à l’un de ce foutu miroir, mais non nos héros ne semble pas le savoir et vont se perdre dans des mondes parallèles, ils y perdront  les rêves de jeunesse, et leurs âmes.

Je vous conseille d’aller voir ce film dès qu’il sortira en salle, et une fois en DVD, de la prendre pour le voir et le revoir. Ce film a de grandes qualités, mais je ne suis pas sûr que cela suffît pour gagner cette compétition.

 

 

Résumé du film (Source BIFFF)

Lancés dans l’univers impitoyable des start-up, Noël, Josh, Devin et Leena se partagent une vieille baraque en colocation, tout en essayant de vendre leur appli de parking. Les temps sont durs, la concurrence est sans pitié et les engueulades sont régulières. Mais un soir, nos quatre amis vont faire une étonnante découverte derrière un mur creux de leur cave : une pièce secrète dans laquelle trône un mystérieux miroir. Plus flippant encore, le fameux miroir se révèle être une porte dérobée vers des univers parallèles, où le temps se dilate très avantageusement. Nos quatre jeunes loups y voient d’abord une formidable pirouette pour abattre deux semaines de boulot en trois jours. Mais ces univers parallèles les intriguent de plus en plus, et ils se mettent à les tester… Gentiment, d’abord, en piquant la carte de crédit de leurs doubles pour se faire plaisir, par exemple. Puis, dans un des univers alternatifs, ils découvrent par hasard la jaquette d’un film : Frankenstein, avec Ryan Gosling et Emma Stone. Purement anecdotique, à première vue. Et pourtant…

 

En 2015, Isaac Ezban débarquait sur la scène internationale avec The Incident. Un an après, notre petit génie mexicain revenait nous présenter The Similars en compétition internationale. À l’époque, notre président du jury, Jaume Balaguero, avait adoré le film. Au même titre que Joe Dante, d’ailleurs. Il n’en fallait pas plus pour qu’on propose à Isaac d’escalader le fameux mur de Trump pour faire éclater son talent du côté nord-américain : c’est désormais chose faite avec Parallel, un pur bijou de SF qui lorgne bien sûr du côté de Sliders et de l’ambiance vintage de L’Expérience Interdite. Mais il se démarque surtout par un scénario à la mécanique redoutable, qui tient du pur fantasme. Et c’est en avant-première mondiale au BIFFF, tout simplement.

 

 

Genre Science-fiction

Compétition Internationale

Première Mondiale

Pays Canada

Audience ENA

Audio Anglais

Sous-Titres Français, Néerlandais

Réalisateur Isaac Ezban

Casting

Alyssa Diaz, Aml Ameen, Georgia King, Kathleen Quinlan, Mark O'Brien, Martin Wallström

Distributeur Bron Studios

Running time 104'

 

BIOGRAPHIE FILMOGRAPHIE

Réalisateur,   Producteur,   Scénariste 

Nationalité  Mexicain

Naissance   15 avril 1986  

Age  31 ans

 

Filmographie :

Parallel 2018

The Similars

El Incidente

Los Parecidos

Il a participé au film à sketchs "Mexico Barbaro".

Voir les commentaires

Premier prix littéraire suisse 100% S.-F.

Premier prix

littéraire suisse

100% S.-F.

 

La science-fiction vous inspire, vous transporte, vous interroge ? Il vous arrive de prendre la plume (parfois, souvent, chaque jour ?) pour créer des mondes futuristes, explorer des contrées intergalactiques, ou questionner au travers de la fiction notre rapport au temps, à autrui, à l’espace, à la technologie ? Alors prenez part à l’aventure du Prix de l’Ailleurs, premier prix littéraire suisse 100% S.-F. ! Ouvert à toute la communauté estudiantine, alumni…et au-delà, parrainé par l’Université de Lausanne, la Maison d’Ailleurs d’Yverdon-les-Bains et le Numerik Games Festival, ce concours vise à promouvoir l’écriture et la culture de la science-fiction en Suisse romande. Il s’adresse à toutes personnes intéressées et/ou actives dans ce domaine de création. Disciples de George Orwell ou d’Ursula Le Guin, émules littéraires de Philip K. Dick, admirateurs ou admiratrices de l’œuvre d’Alain Damasio ou de Pierre Bordage… lancez-vous !

 

Dossiers à envoyer avant le 15 mars 2018

Minuit

prixdelailleurs@gmail.com

 

Conditions:

 

L’imaginaire des technologies digitales imprègne notre époque. Le réseau deviendra-t-il bientôt un espace de vie, une société à part entière où les conventions sociales, les distinctions de genre seront abolies ? Les nanotechnologies pourvoiront-elles à tous nos besoins ? Pourra-t-on, demain, voyager vers d’autres mondes à la vitesse d’une onde…? Ainsi, pour cette première édition, les participants sont invités à exercer leur imaginaire autour du thème : Humanité numérique

 

Chaque participant-e doit faire parvenir son texte pour le 15 mars à minuit au plus tard, à l’adresse électronique suivante : prixdelailleurs@gmail.com. La longueur des propositions doit être comprise entre 10’000 et 30’000 signes (espaces compris). Chaque participant-e ne peut envoyer qu’un seul texte. Ce texte doit être inédit, et ne doit pas avoir fait l’objet d’une précédente publication. Le jury se réserve le droit d’exclure toute proposition qui ne correspondrait pas à ces deux critères. Le titre de votre texte, ainsi que la mention Prix de l’Ailleurs doivent figurer dans l’intitulé du mail. Ne mentionnez vos noms et coordonnées que dans le corps du mail. Aucun nom d’auteur.e ne doit figurer directement dans le texte.

 

Les textes seront ensuite lus, discutés et évalués par un jury avisé : écrivain.e.s de science-fiction, chercheurs en littérature, éditeurs… Une première sélection des meilleurs textes aura lieu fin mai, et sera publiée dans un volume aux éditions Hélice Hélas. Parmi ceux-ci, les textes gagnants seront révélés lors de la cérémonie officielle de remise du prix, qui aura lieu à Yverdon-les-Bains à la fin du mois d’août, durant le Numerik Games Festival 2018. À vos plumes !

 

Concours parrainé par : l’Université de Lausanne, la Maison d’Ailleurs et le Numerik Games Festival

 

Pour toute demande d’informations, veuillez-vous adresser à Colin Pahlisch au 079/567 27 49 ou à prixdelailleurs@gmail.com

 

Communiqué de presse

Voir les commentaires

 Robert Kirkman

Robert Kirkman

Oblivion song

Robert Kirkman

 

La nouvelle saga de Robert Kirmann, l’auteur de Walking Dead, parait en France et dans certains pays  européens, et ce même avant les USA, ou seul le premier fascicule est paru. Cela prouve la place de plus en plus importante prise par le marché français,  et européen concernant les comics, sans parler de la « French Touch ».

 

Dans un univers post-apocalyptique Nathan Cole, personnage central de l’histoire, s’aventure dans un monde dangereux a la recherche de….vous le découvrirez tout seul et assez rapidement, bien qu’annoncer, à juste titre comme de la science-fiction et non du fantastique comme l’était  Walking Dead, rien n’ait vraiment étanche et l’on retrouve dans les « monstres »,dans les combats contre ces derniers des dessins à caractères    franchement fantastique, mais cela ne sera pas pour vous déplaire, je pense. Le personnage de Nathan Cole, est un personnage parcouru de doutes, de remords, il est plus noir que blanc comme « chevalier ». Cela fait avec d’autres personnages au parcours aussi mystérieux qu’inquiétant, un scénario sombre et profond comme les affectionne l’auteur  

 

Les dessins de Lorenzo De Felici, bien mis en couleur par Annalisa Leoni, collent parfaitement à l’histoire et en renforce l’intrigue.

 

Pour information sachez que Lorenzo De Felici sera présent sur le stand Delcourt Au Salon du livre de Paris, qui se tiendra du 16 au 19 mars, Porte de Versailles, vous pourrez surement en profiter pour lui faire dédicacer l’ouvrage, voir des dessins plus collectors.

 

Une galerie des couvertures US de  Lorenzo De Felici colorisé par Annalisa Leoni, clôture cet album, rappelons que seul le fascicule 1 est déjà édité aux USA et que vous y découvrirez les couvertures US des 6 numéros, bien sûr des modifications sur les couvertures de 2 à 6 peuvent toujours se produire.

 

 

 

Résumé de la série :

 

Oblivion Song est LA nouvelle série signée Robert « Walking Dead » Kirkman qui délaisse le fantastique pour la science-fiction. Oblivion Song paraît le 7 mars 2018 en France, en Italie, en Espagne et en Allemagne. Aux États-Unis, seul le premier fascicule de 32 pages sera publié à cette date.

 

C’est l’Italien Lorenzo De Felici qui accompagne Kirkman de son dessin cinématographique.

 

Il y a dix ans, 300 000 habitants de Philadelphie, en Pennsylvanie, ont soudainement disparu, mystérieusement happés vers une autre dimension, Oblivion, où ils tentent de survivre face à des monstres gigantesques. Le gouvernement a abandonné l’espoir de les retrouver, malgré l’insistance d’un homme, Nathan Cole, qui tente sans succès d’obtenir une aide de l’État pour financer la poursuite

des recherches et ramener ainsi les survivants errants dans les limbes de cet autre univers. À l’aide des scientifiques Bridget et Duncan, il met au point un appareil lui permettant de faire quotidiennement l’aller-et-retour entre les deux mondes. Véritablement obsédé par cette quête, au point de négliger sa relation amoureuse avec Heather, Nathan ne peut résister au chant de la ville d’Oblivion dont il explore les moindres recoins.

 

Pourtant, des contrées inexplorées demeurent, habitées par des communautés dont Nathan ignore tout, vivant une existence marginalisée sous le commandement d’une personne qu’il connaît bien…

Plus qu’une mission de sauvetage oeuvrant pour le bien collectif, Nathan mène en réalité une véritable croisade personnelle. Or les survivants d’Oblivion sont-ils vraiment tous prêts à revenir ? Qui sont les énigmatiques « sans visage », ces hommes à l’apparence inquiétante que les rescapés craignent tant ? Et surtout, QUI est à l’origine de ce phénomène qu’ils appellent tous la « transférance » ?

 

 

OBLIVION SONG

Tome 1

Scénario : Robert Kirkman

Dessin : Lorenzo De Felici

Couleur : Annalisa Leoni

Parution le 7 mars 2018

Album cartonné

160 pages

190 x 284 mm

EAN : 978-2-4130-0750-0

Prix : 16,50 €

ISBN : 978-2-4130-0750-0

 

Série : OBLIVION SONG

Collection : CONTREBANDE               

 

 

Biographies des auteurs

ROBERT KIRKMAN

né  en 1978 à Richmond (USA). Il réside en Californie.

Jeune et prolifique, il se fait connaître avec la série Battle Pope qu’il publie lui-même au sein de la structure éditoriale qu’il a créée, Funk-O-Tron. Il s’inspire des films de George Romero pour différents scénarios de comics basés sur des histoires de zombies, dont Walking Dead. En 2010, cette série lui permet de remporter le très prestigieux Eisner Award de la meilleure série à suivre et le Prix Harvey de la meilleure série et du meilleur scénariste. L’adaptation de Walking Dead pour la télévision par Frank Darabont (The Mist, Les Évadés, La Ligne verte) est un triomphe. Robert Kirkman est totalement impliqué dans l’adaptation télévisée de son oeuvre, dont il est le producteur exécutif et le scénariste. Il est également le créateur de nombreuses séries, dont Invincible, Le Maître Voleur, Les Gardiens du Globe, Tech Jacket et Outcast. Robert Kirkman lance en 2010 le label Skybound au sein de la structure

éditoriale pour laquelle il a oeuvré de nombreuses années, Image Comics.

 

 

LORENZO DE FELICI

est né en 1983 à Frascati, en italie.

Il réside en Italie.

Il suit un cursus « scénario pour cinéma et télévision »

à Rome puis s’oriente vers la bande dessinée et

poursuit son apprentissage à la Scuola Romana dei

Fumetti, d’où il sort diplômé en 2006. Il débute alors

en tant que coloriste chez Sergio Bonelli et réalise

les couvertures de Lukas, dessinées par Michele

Benevento, et de Caravan, d’Emiliano Mammucari,

avec qui il re-travaillera plus tard sur la série Orfani. Chez Marvel Comics,

il met en couleur trois couvertures d’Amazing Spider-Man. En 2011, il se

lance enfin en tant que dessinateur avec Drakka, suivi de Alix et Arsénou à

Rome, tous deux scénarisés par Brémaud. En 2015, c’est avec Davy Mourier,

Lewis Trondheim et Olivier Vatine qu’il s’engage sur le projet de SF : Infinity

8. Aujourd’hui, il est dessinateur et coloriste pour la France et l’Italie et

travaille aussi bien en BD qu’en presse jeunesse.

 

Leoni, Annalisa

Née le 01/01/1986 (ITALIE)

Annalisa Leoni est une illustratrice, designer de personnages et coloriste numérique italienne. Elle a étudié à l'École Romaine de Fumetti de Rome où elle réside. C'est une accro d'art et de science-fiction.

 

 

Bibliographie

Alix et Arsénou  2014    

Orphelins  2015  2016

Oblivion song( coloriste) 2017

 

Oblivion song Robert Kirkman
Oblivion song Robert Kirkman
Oblivion song Robert Kirkman
Oblivion song Robert Kirkman
Oblivion song Robert Kirkman

Voir les commentaires

LES CHRONIQUES DE GROOM LAKE

LES CHRONIQUES DE GROOM LAKE

RÉCIT COMPLET

PAR CHRIS RYALL ET BEN TEMPLESMITH

 

Cela faisait longtemps que nous n’avions pas eu en France un album de Ben Templesmith, le dessinateur australien est enfin de retour pour notre plus grand plaisir avec cette histoire complète.

 

Les dessins et le scénario de Chris Ryall se renvoient la balle aussi bien dans l’humour noir que dans le côté Roswell de l’aventure. Juste une remarque certains caractères son écris vraiment petit pour des yeux de vieux monsieur comme les miens.

 

Il en ressort une horrifique jubilation à la lecture de l’ouvrage, étant donné qu’il s’agit d’une histoire complète, vous n’aurez pas à attendre des mois pour une suite.

 

Soleil ayant été repris par Delcourt, vous trouverez sur ce site forcément plus d’articles sur Delcourt que par le passé.

 

Résumé de l’album :

Cet album marque le grand retour de Ben Templesmith, avec un récit qui mêle science-fiction et humour noir.

Au programme : enlèvements par des extra-terrestres, tests sur des humains, complots et inavouables secrets…

 

Karl Bauer

Biographies

BEN TEMPLESMITH

EST NÉ EN 1978 à Perth (Australie).

Diplômé en Design Graphique option Illustration, il a travaillé aussi bien pour le cinéma, les magazines que pour les compagnies de jeux, mais le plus souvent pour l'industrie anglo-américaine de la bande dessinée. Il  est connu pour son travail dans l'industrie du comics dans un style cartoon au traitement numérique très spécifique. Parmi ses œuvres les plus notables, on retient notamment Fell, réalisé avec Warren Ellis, et publié chez Image Comics (Delcourt pour la publication française). Il travailla également en coopération avec Steve Niles pour 30 Jours de nuit publié chez IDW Publishing. Par la suite, il fut nommé quatre ans de suite au Eisner Awards pour l’ensemble de son travail de 2005 à 2008. En 2008, il obtient une récompense de l’International Horror Guild pour Wormwood. Il a également créé des couvertures de livres, des affiches de films, des cartes à jouer et des concepts pour le cinéma. Ben Templesmith fait figure de pionnier dans le nouveau format numérique de l’industrie américain du comics. Ben Templesmith est l’un des auteurs phares du catalogue Contrebande avec des titres tels que 30 jours de nuit, Wormwood, Bienvenue à Hoxford, Choker ou encore Fell. Aujourd'hui, ce citoyen du monde qui n'a pas d'adresse fixe passe son temps entre San Diego et Perth.

 

Bibliographie

 

Séries principales

30 jours de nuit  2004  2010    

Bienvenue à Hoxford  2011    

Choker  2012        

Chroniques de Groom Lake (Les)  2018      

 Criminal macabre  2004      

 Fell  2007      

 Silent Hill  2005   

 Ten grand  2014  2015    

 Wormwood  2008  2010   

30 días de noche  2003  2005    

Batman: Legends of the Dark Knight (2012)  2013     

Choker (2010)  2010  2012   

Fractured Fables (2010)  2010      

Gotham by Midnight (2015)  2015     

Hatter M: The Looking Glass Wars (2005)  2005     

Singularity 7 (2004)  2004     

Ten Grand (2013)  2013      

Wormwood (en anglais)  2008      

 

Autres collaborations

30 jours de nuit  2004  2010  Couverture 

Chroniques de Groom Lake (Les)  2018    Couverture 

Fell  2007    Couverture 

HellSpawn  2017    Couverture 

Ten grand  2014    Couverture 

 

 

 

Biographie

Chris Ryall

Né(e) à : Long Beach, Californie , le  02/04/1969

Christopher "Chris" Ryall est un auteur de bandes dessinées.

 Il travail chez IDW Publishing (éditeur américains de bandes dessinées, comics, graphics novels...) depuis 2004.En 2010, il est nommé Chief Creative Officer de IDW.

 

Bibliographie :

Chroniques de Groom Lake (Les)  2018      

Road Rage  2013      

Secret show  2011 

Transformers (Fusion Comics)  2009      

Beowulf (2007)  2007     

Free Comic Book Day 2016  2016      

George A. Romero's Land of the dead (2005)  2005      

 Kiss Solo (2013)  2013   

 

Autres collaborations

Comic Box (1re série) 

 

est irrésistiblement attiré vers un étrange endroit, situé du côté de Roswell, dans le Nevada. Plus précisément à Groomlake, là où a été installée la fameuse Zone 51. Il y a quelques années, le père de Karl fut enlevé par des aliens, et en était revenu… changé. Aujourd’hui, Karl est pris au piège d’une conspiration visant à fabriquer des armes à l’aide d’une technologie extra-terrestre…

 

Album cartonné

128 pages

167 x 257 mm

EAN : 978-2-4130-0018-1

PRIX : 15,50 €

 

 

 

LES CHRONIQUES DE GROOM LAKE
LES CHRONIQUES DE GROOM LAKE
LES CHRONIQUES DE GROOM LAKE
LES CHRONIQUES DE GROOM LAKE

Voir les commentaires

Entretien Guilhem

Entretien Guilhem

Entretien réalisé au 45em FIBD d’Angoulême , comme les autres « post-audio » , quelques bruits ambiances en font tout le charme !

Entretien Guilhem

Biographie/bibliographie

Guillem  

Guilhem est né le 20 avril 1972 à Rodez (France). Sa vocation de dessinateur, il envisage d'abord de la mettre au service de l'industrie. En 1989, il sort du lycée Monteil de sa ville natale armé d'un baccalauréat en mécanique et dessin industriel, puis il entreprend un BTS en mécanismes et automatismes industriels au lycée Rascol d'Albi. Mais, habité par les héros du journal "Tintin" depuis son enfance, il préfère s'orienter vers la BD. En 1991, Guilhem débarque à Bruxelles. Il s'y initie d'abord à son futur métier de dessinateur de BD en "schtroumpfant" au Studio Peyo. Parallèlement, il entame une collaboration avec le journal "Spirou". Il illustre les pages rédactionnelles de l'hebdomadaire et réalise de courtes BD scénarisées par Salma, Gilson, Mazan et Zidrou. De 1992 à 1994, il y anime la série "La Tribu des Epithètes" écrite par Gilson. De retour en France, Guilhem inaugure une collaboration de quatre ans avec "Le Journal de Mickey" et "Minnie Mag" (Disney-Hachette Presse) dont il anime graphiquement les articles et les jeux. Il y met aussi en images la série "Entre Nous". Il travaille par ailleurs comme illustrateur de brochures publicitaires et de jeux de société dont le "Vocabulon junior" pour Larousse. De 1995 à 1997, il dessine pour "Télé 7 Jeux", la série "Le Lézard ne dort que d'un oeil" sur des scénarios de Jean-Paul Rouland. En 1998, Guilhem renoue avec les éditions Dupuis. Il y illustre six romans inspirés de la BD "Papyrus" de L. De Gieter et y crée "Sélim le Marin" avec le scénariste Mazan. Il y fait aussi la connaissance du scénariste Pierre Veys avec qui en 2001, il signe les aventures humoristico-galactiques des "Space Mounties" (coll. Troisième Degré Lombard). En 2005, les éditions Dupuis lui proposent de mettre en images le magnifique scénario "Zarla guerrière impitoyable" […]

Sa Bibliographie

Space Mounties  2001  2004    Trois Fantômes de Tesla (Les)  2016   Zarla  2007  2014   

Voir les commentaires

Couverture : Sébastien Lagarde

Couverture : Sébastien Lagarde

Entretien

Jack Machillot

Mission Thucydide

 

Stéphane Dubois,

Bonjour Jack,

Tu as commencé à écrire des histoires horrifiques et de Science-fiction quand tu étais adolescent, tu as participé à des fanzines ? Quand pensait ton entourage ? Tu étais dans un milieu littéraire ?

 

Jack Machillot,

Oui, effectivement j’ai commencé à mon adolescence, mais par gêne et timidité j’avais gardé cette passion assez confidentielle. Un petit nombre de mes amis très proches le savaient, c’est tout. Je m’étais plutôt créé une armure qui ne laissait pas suspecter que j’étais capable d’écrire, eh oui, on ne fait pas des choses toujours très intelligentes à l’adolescence (*clin d’œil*).

 

Du coup non, je n’ai jamais participé à un fanzine. Je n’ai jamais été dans un milieu littéraire, j’aurais aimé faire des études d’histoire de l’art, mais la vie en a décidé autrement.

 

Stéphane Dubois,

Comment en es-tu venu à écrire cette nouvelle « Mission Thucydide » et pourquoi cette fois avoir décidé de la publier et d’utilisé le mode participatif pour ton financement, un effet de mode, une nécessité économique, ou une autre raison ton poussez as ça ?

 

Jack Machillot,

Cette nouvelle traînait depuis pas mal d’années dans un coin de ma tête. Les années passantes je me suis décidé à la poser sur le papier, franchir ce pas que j’avais envie de passer depuis 30 ans. Voulant essayer de passer ce pas tout seul j’ai opté pour le financement participatif, car ce modèle économique est du pain béni pour les gens qui n’ont pas d’apport. Ce modèle peut générer, et génèrera toujours un débat sans fin, je pense, mais pour des amateurs, sans expérience ni conseils pros, cette plateforme est un soutien énorme. De plus, connaissant pas mal de monde de par mes différentes expériences professionnelles, j’ai créé une campagne. Mes amis proches et les moins proches m’ont soutenu, certains de leurs amis, et des étrangers également, ma surprise fut énorme. Ma campagne fut un succès. Ma femme, Staifany fut un soutien énorme, déjà pour m’aider à ‘gérer la pression de la campagne, car il y en a vraiment une, puis pour l’éternelle motivation.

 

Stéphane Dubois,

Lovecraft, CL. Moore, Clark Aston Smith ont inspiré ta nouvelle, comment les as-tu découverts ?

 

Jack Machillot,

J’ai découvert l’auteur HP Lovecraft par le Jeu de rôle « L’appel de cthulhu », je devais avoir 13 ans, il y a eu un avant et un après. Mon amour de la SF, de l’horreur et de l’anticipation est né ici. Je dois également rendre à césar ce qui lui appartient, car je dois beaucoup à Mr Sadoul Jacques, un éditeur et écrivain qui a permis à la France de découvrir la SF, et dont j’avais acheté un des livres en me fiant à la couverture très pulp, par hasard. Le choc fut également terrible et j’ai su depuis ce jour que la SF ne me quitterait jamais.

 

 

Stéphane Dubois,

Quelles sont les autres influences littéraires qui t’ont inspiré ?

 

Jack Machillot,

Elles sont nombreuses vous vous en doutez, mon spectre de lecture est assez énorme, cela va d’une de mes œuvres préférées, un roman gothique du début du 19 siècle, « Melmoth ou l’homme errant » de Charles Robert Maturin, à Neil Gaiman et son « American Gods » ou son dernier « Jerusalem » que je viens de commencer, en passant par la philosophie (par exemple à noël ma belle-mère m’a offert du Plutarque), l’histoire (éloignée ou non), des textes politiques, généralement révolutionnaires, car passionnés la plupart du temps, et comme mes réponses le laissent un peu transparaitre je suis quelqu’un de passionné, avec les qualités et les défauts que cela implique.

 

Stéphane Dubois,

À la TV et au Cinéma, quelles sont tes influences en matière de SF ?

 

Jack Machillot,

 

Je fais rire mes amis par mes choix cinématographiques, car je suis particulièrement fan des vieux films en noir et blanc de science-fiction, notamment ceux de série B genre « Them », ou « The creature of the black lagoon », la série des « Godzilla » depuis le début, etc etc. Les films qui passaient en deuxième partie de soirée de la dernière séance (une émission que les moins 30 ans ne peuvent pas connaître ;) ) ou tard le dimanche soir sur FR3.

 

J’ai un amour inconditionnel pour un producteur de film de série B à savoir Roger Corman à qui on doit beaucoup, beaucoup de films.

Mon deuxième amour est David Lynch et son univers, surtout « Twin Peaks » et « Eraserhead ».

 

Je dois également à ma sœur Sylvie mes premiers émois dans le cinéma sans elle je n’aurais jamais découvert « Alien », « Mad Max », « An American werewolf in London » et pour moi ce qui est le meilleur film de tous MES temps « 2001 : A space odissey ». C’est elle également qui m’a traîné le jour de la sortie de Star Wars « The empire strikes back », je suis fan depuis, merci ma sœur !

À la TV elles sont nombreuses, je suis fan de « Doctor Who », « The prisoner », mais il y a bien sûr « Star Trek » pour les plus vieilles influences, ainsi que V. Et pour les plus récentes « The handmaid’s tales », « The OA », «  true detective season one », enfin la liste pourrait être longue, j’ai des gouts très éclectiques.

 

Stéphane Dubois,

Sur ulule, tu laisses entendre, si je ne me trompe pas à une suite possible ?

 

Jack Machillot,

Oui, ce premier livre est un hommage à mon amour de la SF et de l’espace, je peux dire ici que le suivant sera un hommage, en toute humilité, au polar noir et le cyberpunk.

Je table sur une trilogie en hommage à toutes mes influences, pour enchainer ensuite avec des aventures et des mondes plus personnels et avec un univers bien à moi.

Qui plus est, je vais m’associer certainement avec les éditions « Ogmios » et Mr Crouzat Raphaël dans un très court terme j’espère.

 

Stéphane Dubois,

N’oublions pas Sébastien Lagarde, qui à réaliser la couverture de ton ouvrage, tu peux nous dire quelques mots sur lui ?

 

Jack Machillot,

 

C’est un ami à qui je dois beaucoup, pour son aide et sa patience. Un ami de longue date, marseillais, travaillant dans l’infographie. J’ai partagé avec lui de longues parties de jeux de rôles, des Grandeur Nature et autres soirées enquêtes. Il est également créateur d’un univers post-apocalyptique, « Impakt », et est en train de créer un jeu de société avec cet univers-là. Il tient un blog, ou j’ai fait quelques critiques de films, sur son univers, je vous mets ici le lien : http://1mpakt.blogspot.fr/

C’est un ami et un homme d’une richesse énorme, sans qui « Mission Thucydide » n’aurait pas trouvé un si bel emballage, je profite de ces lignes pour le remercier encore et encore.

 

Stéphane Dubois,

Venons-en à ta passion pour les jeux de rôles. Tu es rôliste depuis quand, et que t’apportes de participer à ce type d’activité ? À tu participer à la création de jeux de rôles, si oui lesquels.

 

Jack Machillot,

Ma première boite de jeux de rôles me fut offerte à un de mes noëls, à savoir « Pendragon » un jeu de rôle de chevalerie. Là aussi le choc fut brutal, moi le jeune enfant que j’étais avec mon imagination fertile pouvais enfin incarner ses héros.

Mes années collège, me permirent de rencontrer ce qui deviendra mon socle d’amis indéfectibles, avec qui nous avons partagé moultes aventures et ce jusqu’à présent, car nous continuons, moins fréquemment, mais nous continuons à jouer régulièrement.

Je pratique aussi beaucoup les jeux de société, j’anime fréquemment sur des salons cette passion. Je partage avec ma femme la pratique des Grandeur Nature, weekends où nous nous retrouvons plongés en costumes dans une histoire fantastique, ce qu’on pourrait très, et trop rapidement résumer à du théâtre improvisé.

 

Stéphane Dubois,

Dans les semaines, voir les mois a venir où et quand l’on pourra-t-on te rencontrer pour d’éventuelle dédicace ?

 

Jack Machillot,

Je devrais être présent au Salon de Luchon, le week-end du 29 juin au 1er juillet 2018 ainsi qu’au « Herofestival » le 5-6 mai 2018 à Grenoble.

 

J’attends les confirmations pour d’autres dates.

 

Biographie 

Jack Machillot, 44 ans cette année, Auvergnat de naissance, mais marseillais de cœur et d’adoption, j’ai un amour inconditionnel pour cette ville. Résidant pour des obligations depuis peu à Grenoble, je compte bien rentrer le plus rapidement possible dans mes terres du sud.

Ma maxime est « Ubi bene, ibi patria », « La patrie est là où l'on se sent bien », et c’est dans ma ville d’adoption, mes enfants y sont nés, ma femme et j’y ai beaucoup d’amis fidèles, mais je n’oublie pas mes frères et sœurs auvergnats.

Travailleur en usine pour l’instant, animateur de jeux de plateaux le weekend, éternel enfant…pour toujours.

Voir les commentaires

AOC N° 47

AOC N° 47

Aventures Oniriques et Compagnie

Nouvelles-Articles sur l’écriture- Bandes dessinées

Hiver 2018

Science-fiction, Fantasy, Fantastique  

 

Comment faire pour parler de nouvelles de 50.000 signes, soit environs 18 pages sans tout spolier.

Le travail de sélection du comité de lecture vitale pour ce genre de revue, c’est pourquoi je souhaite leur rendre hommage dans cet article.

 

Les trois nouvelles publiées (voir sommaire plus bas) et le reflet d’une diversité dans les genres de l’imaginaire. Au fil du temps, nous en sommes à la 47e  livraison de cette revue de nouvelles, une telle longévité dans les revues, et particulièrement celles de l’imaginaire sont rares.

 

De plus en plus les revues sont exclusivement numériques. C’est l’un des autres mérites de celle-ci que d’être encore sous une forme papier.

 

Nous devons, vous devez soutenir les revues et le club, si l’on veut qu’il continue et développe son action en direction de la découverte de nouveaux talents.

 

Pour cela deux solutions complémentaires s’abonnez a la revue et au fanzine, adhérez au club, afin de vous le permettre vous trouverez en bas de l’article un fichier a téléchargé et à imprimé pour vous abonnez et adhérez au club.

 

 

De plus le Club Présences d’Esprits, qui publie le fanzine éponyme, organise depuis cinq ans en collaboration avec les Imaginales, des matches d’écriture. Dans cette livraison vous y trouverez les textes qui ont gagné ceux des Imaginales 2017.

 

Enfin pour finir, vous y trouverez un entretien de Sandara, qui réalise la couverture de ce numéro.

Bulletin d’Abonnements/Adhésion à télécharger.

AOC N° 47

Voir les commentaires

GEEK MASTER BREIZH

GEEK MASTER BREIZH

 

Nous sommes deux associés souhaitant ouvrir un salon de thé "geek"!

 

Proposant les services d'un salon de thé: avec des boissons standard mais aussi des boissons spéciales (tout ceci sans alcool) comme des cocktails maison, nous envisageons aussi de trouver des boissons en lien avec vos univers divers (comme la bière au beurre d'Harry Potter par exemple) puis aussi des produits venant d'ailleurs (limonades japonaises; boissons américaines ect...).

 

Pour le côté geek à l'étage: 2 consoles de salon (xbox one x et ps4 pro).

 

Il y aura également 3 a 4 Pc gaming, 1 ou 2 Nintendo Switch des jeux de sociétés et aussi des livres (manga, bandes dessinées, etc ....) en bas sera mis à disposition des Pc portable et des consoles de jeux portables.

 

Nous espérons pouvoir mettre en place une voir plusieurs bornes d'arcade nouvelle génération.

 

Ce projet est aussi une façon de créer un endroit permettant à tout le monde de se retrouver au chaud dans un endroit convivial autour d'une boisson, d'un jeu vidéo, d'un jeu de société ou même d'un livre !

 

Cette cagnotte nous aidera à concrétiser notre projet, pour que tout cela se réalise vous pouvez dès maintenant nous aidez pour ceci:

  

Chacun participe du montant qu'il souhaite.

 Tous les paiements sont sécurisés

 

 

Merci d'avance de votre soutien et de votre générosité, à bientôt !!

 

(Communiqué de presse)

Voir les commentaires

ALEX &amp; ADA SARAH VAUGHN ET JONATHAN LUNA

ALEX & ADA

TOME 03

PAR

SARAH VAUGHN

ET

JONATHAN LUNA

 

Troisième et ultime tome de cette trilogie, terminée aux USA. Ce volume rassemble les épisodes 11 à 15 de la série américaine. Cette saga est une réflexion profonde sur l’Inteligence Artificielle, et jusqu’où elle mènera l’humanité, et si les Lois d’Assimov ont un réel fondement, mais ce n’est pas seulement ça, c’est aussi une belle histoire romantique. Sarah Vaughn nous offre un sécianrio solide quant aux dessins de Johathan Luna, sont  grandement inspiré a la fois pas ces oeuvres chez Marvel, mais aussi par la BD européenne suite aux nombreuses années passées en Europe.

 

Si vous n’avez pas lu l’édition américaine, je vous conseille vivement de lire cette version.

Bien sûr si vous n’avez pas acquis les deux premiers tomes, pour la bonne compréhension de l’histoire, vous serez contrait de la faire, mais cela en vaut le coup.   

 

Résumé de l’album :

Entre Blade Runner, inspiré de Philip K. Dick, et la série TV Real Humans, cette trilogie de science-fiction explore avec une grande sensibilité une question essentielle : que signifie être Humain ? Après avoir accueilli Ada chez lui, Alex prend un énorme risque en la déverrouillant, permettant à l’androïde de penser par elle-même. Ils développent une relation qui semble contre-nature... Tous deux doivent faire face aux restrictions qui entourent les êtres dotés d’intelligence artificielle et à l’hostilité croissante envers les humains. Sont-ils suffisamment « armés » pour survivre à ce qui les attend ?

 

Biographie et  bibliographie des auteurs:

SARAH VAUGHN

RÉSIDE À WASHINGTON DC.

Écrivaine et artiste, elle est diplômée en Narration visuelle séquentielle au Saint Mary-of-the-Woods College. Alex et Ada fut  son premier comics en tant que scénariste. Sarah Vaughn est l’auteur complète du webcomics Sparkshooter, avec Troy Brownfield.

 

 

JONATHAN LUNA

EST NÉ EN CALIFORNIE.

IL RÉSIDE EN VIRGINIE.

Écrivaine et artiste, elle est diplômée en Narration visuelle séquentielle au Saint Mary-of-the-Woods College. Alex & Ada est son premier comics en tant que scénariste. Sarah Vaughn est l’auteur complet du webcomics Sparkshooter, avec Troy Brownfield. Il a passé la majeure partie e son enfance à l’étranger, vivant dans des bases militaires en Islande et en Italie. Il est revenu aux USA à la fin de son adolescence. Diplômé en Art Séquentiel du Savannah College of Art and Design, Jonathan Luna est le co-auteur et le dessinateur, chez Delcourt de Ultra, Girls et The Sword. Il est également l’auteur et le dessinateur de Star Bright and the Looking Glass (Image Comics). Son travail inclut les illustrations pour Spiderman : Origine (Marvel Comics), écrit par Brian Michael Bendis et Brian Reed

 

  Alex + Ada  2016  2018  (version française) 

  Alex + Ada (2013)  2015  (version américaine)

 

 

Alex + Ada  2016  2018   (version française)

Girls  2006  2007     

Marvel Icons Hors Série  2006   

Sword (The)  2014  2015   

Ultra  2005   

Alex + Ada (2013)  2015    (version américaine)

Girls (2005)  2005  2007  

Girls (en espagnol)  2006 

Sword (The) (2007)  2007 

 

Autres collaborations

 Sword (The)  2015    Couverture 

Ultra (2004)  2008    Lettrage 

ALEX &amp; ADA SARAH VAUGHN ET JONATHAN LUNA
ALEX &amp; ADA SARAH VAUGHN ET JONATHAN LUNA
ALEX &amp; ADA SARAH VAUGHN ET JONATHAN LUNA
ALEX &amp; ADA SARAH VAUGHN ET JONATHAN LUNA
ALEX &amp; ADA SARAH VAUGHN ET JONATHAN LUNA
ALEX &amp; ADA SARAH VAUGHN ET JONATHAN LUNA
ALEX &amp; ADA SARAH VAUGHN ET JONATHAN LUNA

Voir les commentaires

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Théâtre. Présent dans les principaux festivals de film fantastique e de science-fiction, salons et conventions.

Pages

Archives

Hébergé par Overblog