Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>

Articles avec #festival

La Tête contre les murs

La Tête contre les murs

De Georges Franju

Carte blanche à Guillermo Del Toro

LUMIERE 2017

 

Guillermo Del Toro dans ses « cartes blanches » a choisi un film sur l’enferme psychiatrique, on veut faire passer un homme en révolté contre son père pour un malade mental,  le père’ arrange  bien avec la réalité, plutôt que de voir son passée remonter à la surface, il fait interné abusivement son fils.

 

À noter que cette projection a été rendu possible grâce à Jean-Pierre Mocky, qui à prêter sa copie personnelle de ce film, dans lesquels il joue l’un des rôles principaux, voir le rôle principal.

  

Le synopsis « officiel » est à mon sens assez erroné, certes le principal personnage à fait de la prison, mais je ne vois pas à quels moments, il aurait déjà été interné avant le début de l’histoire.

 

Georges Franju, avant de faire des films de fictions, avait été réalisateur de documentaires, cela se ressent dans ce film, on y voit la précision, la rigueur du documentaliste.

 

Cette rigueur lui a été souvent reprochée, particulièrement pour  « La Tête contre les murs », mais aussi dans une moindre mesure pour « Les Yeux sans visage » réalisé en 1960 et dans lesquels Édith Scob, qui dans la « Tête contre les murs » à un rôle secondaire, tiendra le principal rôle féminin.

  

Le médecin n’est pas dupe, mais entre petit notable de province, on s’entraide, quitte à le faire au détriment de la liberté et de la santé mentale de la personne concernée que l’on « bourre «  de médicament pour en fait le rendre définitivement soumis.

 

Je ne suis pas sûr que de nos jours il n’y est pas encore plus d’internements abusifs,  de nombreux scandales émaillent l’actualité ces dernières années à ce sujet.

 

Synopsis

 

François Gérane alterne internements et incarcérations, entrecoupés de quelques escapades furtives. Asile, puis prison, puis asile, asile et asile encore - ou, Hôpital psychiatrique, comme on veut bien aimablement le nommer désormais dans les années 1930. Des enfermements en acte donc, mais aussi psychologiques. Le héros a beau fuir à travers champs, il demeure captif de lui-même : « Les murs sont avant tout tes murs. Ils peuvent reculer devant tes pas, mais ta liberté même reste une enceinte si tu ne sors pas de toi-même », lui souffle la bouche rouillée des serrures de sa chambre de détention. La Tête contre les murs n'est autre que la banale histoire d'un infirme de la liberté.

 

Fiche technique

Titre : La Tête contre les murs

Réalisation : Georges Franju

Scénario : d'après le roman d'Hervé Bazin

Adaptation : Georges Franju, Jean-Pierre Mocky

Dialogues : Jean-Charles Pichon

Assistant réalisateur : Jacques Rouffio

Images : Eugen Schüfftan, assisté de Claude Zidi

Opérateur : Georges Miklachewsky

Musique : Maurice Jarre

Décors : Louis Le Barbenchon

Montage : Suzanne Sandberg

Son : René Sarazin

Maquillage : Louis Dor, assisté de Marcelle Testard

Photographe de plateau : Henri Caruel

Script-girl : Marcelle Hochet

Régisseur : Roger Descoffre

Production : Sirius, Atica, Elpénor-Films

Chef de production : Lucien Masson, Jérôme Goulven

Directeur de production : Jean Velter

Distribution : Sirius

Tournage du 16 mai au 5 juillet 1958

Durée : 92 min

Pellicule 35 mm, noir et blanc

Date de sortie : France : 20 mars 1959

Film français

 

Distribution

 

 

Pierre Brasseur : Dr Varmont

Paul Meurisse : Dr Emery

Jean-Pierre Mocky : François Gérane

Anouk Aimée : Stéphanie

Charles Aznavour : Heurtevent

Jean Galland : Maître Gérane

Jean Ozenne : Comte Elzéar de Chambrelle

Thomy Bourdelle : Colonel Donnadieu

Rudy Lenoir : le planqué

Roger Legris : Decauville, le chauffeur

Henri San Juan : patron du billard

Édith Scob : la folle qui chante

Max Montavon : l'interne au réfectoire

Luis Masson : l'interne

Balpo

Paul Demange

René Alié

Luc Andrieux : un infirmier

Doudou Babet : Le noir

Claude Badolle

Claude Castaing

Jean Henry

Pierre Koplitchev

Jean Labarrère

Jacques Mancier : l'homme au fusil

Claude Mansard

Raoul Marco

Diego Masson

Pierre Mirat : un gardien

Véronique Nordey

Henri Poirier : le curé

Alexandre Randall

Jean Rougerie

Jacques Seiler : un infirmier

André Thorent

Lucien Camiret

Sophie Poncin

Sophie Saint-Just

Monique Ardoin

Georges Pally

Alice Guerpillon : la nageuse

Voir les commentaires

Nuit DEL TORO

Nuit DEL TORO

Nuit Del Toro par Guillermo

 

Guillermo Del Toro , à présenter « sa » Nuit, au 9e Festival Lumière

.

Et comme nous vous gâtons (trop), vous trouverez le fichier audio de l’intervention de Guillermo Del Toro, avec un traducteur de luxe : Thierry Frémaux en personne. Le fichier est en fin d’article en bas de page du site.

 

D’entrée nous avons assisté à la projection d’un de ses plus grands succès, et l’un de ses films les plus engagés : « Le Labythrinte de Pan », l’action ce situe en 1944 dans l’Espagne franquiste, une jeune fille est ou pas l’incarnation d’une princesse, l’intersection entre les deux univers, l’un très concret, quasi documentaire, Guillermlo Del Toro est n’oublions pas à l’origine un réalisateur de documentaire et un univers fantastique.

 

Les trois autres films de cette « Nuit Del Toro » furent :

Hellboy

Cronos

Pacifim Rim

 

Concernant « Pacific Rim » des effets spéciaux et de beaux combats, mais surement pas le meilleur de ses films, même s’il est sympathique.

 

*GUILLLERMO DEL TORO

Biographie

 

Etudiant en effets spéciaux avec Dick Smith (expert en maquillage à l'oeuvre notamment sur L'Exorciste), Guillermo del Toro se consacre pendant dix ans, via sa société Necropia, à la réalisation d'effets pour des productions mexicaines ainsi que sur la série locale La Hora marquada, dont il signe par ailleurs trois épisodes.

 

 

Auteur d'articles pour des publications telles que Sight and sound ou Village voice et d'un livre sur Alfred Hitchcock, Guillermo del Toro réalise son premier film en 1993. Remarqué au Festival de Cannes, Cronos, détournement malin du mythe du vampire, remporte neuf Arieles - l'équivalent mexicain des César - ainsi que de nombreux prix internationaux, et vaut à son auteur une flatteuse réputation.

 

 

Le metteur en scène confirme quatre ans plus tard en traversant la frontière californienne pour réaliser Mimic avec Mira Sorvino. Comme pour Cronos, Guillermo del Toro en signe également le scénario. Gourmand de symboles chrétiens dans son cadre, le cinéaste mexicain impose son univers singulier avec L'Echine du diable tourné en 2001 en Espagne et produit par Pedro Almodovar, puis avec l'explosif Blade 2, toujours emmené par le chasseur de vampires Wesley Snipes.

 

 

Propulsé sur le devant de la scène par ces deux longs métrages, le cinéaste se voit alors proposer de nombreux projets, dont Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban et bien évidemment Blade : Trinity. Il préfèrera toutefois adapter à l'écran un comic book qui lui tient à coeur, Hellboy d'après l'oeuvre de Mike Mignola, pour lequel il parvient à imposer l'un de ses acteurs-fétiches Ron Perlman dans le rôle-titre.

 

 

En 2006, le réalisateur connaît une nouvelle consécration avec le conte fantastique Le Labyrinthe de Pan, présenté en Sélection Officielle en compétition au Festival de Cannes. Cinq ans après avoir donné une suite aux aventures du démon oeuvrant pour le Bien dans Hellboy II, Guillermo del Toro met en scène une gigantesque bataille opposant monstres et robots géants dans le très attendu blockbuster Pacific Rim.

 

 

Parallèlement, le metteur en scène à l'univers atypique participe à l'écriture des scénarios des trois longs-métrages de Peter Jackson : Le Hobbit : Un voyage inattendu, Le Hobbit : La Désolation de Smaug et Le Hobbit : La Bataille des Cinq Armées.

 

 

Guillermo del Toro est ensuite choisi pour faire partie du Jury du Festival de Cannes en 2015 aux côtés de Rossy De Palma et Xavier Dolan ; il est entouré par les présidents Joel et Ethan Coen. La même année, le réalisateur fait son retour au cinéma dans la catégorie épouvante-horreur avec Crimson Peak. Pour ce nouveau film à l'univers aussi angoissant qu'envoûtant, il se dote d'un casting des plus prestigieux composé de Mia Wasikowska, Jessica Chastain, Charlie Hunnman et Tom Hiddleston.

 

  

FILMOGRAPHIE

Réalisateur

 

Cinéma

1985 : Doña Lupe (court métrage)

1987 : Geometria (court métrage)

1993 : Cronos

1997 : Mimic

2001 : L'Échine du Diable (El Espinazo del Diablo)

2002 : Blade 2

2004 : Hellboy

2006 : Le Labyrinthe de Pan (El Laberinto del Fauno)

2008 : Hellboy 2 : Les Légions d'or maudites (Hellboy II: The Golden Army)

2013 : Pacific Rim

2015 : Crimson Peak

2017 : La Forme de l'eau (The Shape of Water)

 

Télévision

1988-1989 : Hora Marcada, épisodes Invasión, Con Todo para Llevar, Caminos de Ayer et Hamburguesas

2013 : Les Simpson, Couch Gag de l'épisode Simpson Horror Show XXIV

2014 : The Strain (saison 1, épisodes 1, 10 et 11)

2016 : Chasseurs de Trolls (Trollhunters) (saison 1, épisode 1)

 

Scénariste

Guillermo del Toro est scénariste de tous ses films à l'exception de Blade 2.

2008 : Hellboy: The Science of Evil (jeu vidéo)

2011 : Don't Be Afraid of the Dark de Troy Nixey

2012 : Le Hobbit : Un voyage inattendu (The Hobbit: An Unexpected Journey) de Peter Jackson

2013 : Le Hobbit : La Désolation de Smaug (The Hobbit: The Desolation of Smaug) de Peter Jackson

2014 : Le Hobbit : La Bataille des Cinq Armées (The Hobbit: The Battle of the Five Armies) de Peter Jackson

2016 : Chasseurs de Trolls (Trollhunters) (saison 1, épisodes 1 et 2)

2018 : Pacific Rim: Uprising de Steven S. DeKnight

 

Producteur

Cinéma

1985 : Doña Lupe de Guillermo del Toro

1985 : Doña Herlinda y su Hijo de Jaime Humberto Hermosillo

1998 : Un envoûtement (Un embrujo) de Carlos Carrera

2001 : L'Échine du Diable (El Espinazo del Diablo)

2002 : Asesino en serio d’Antonio Urrutia

2003 : Jeux d'enfants de Yann Samuell

2004 : Investigations (Crónicas) de Sebastián Cordero

2006 : Caleuche: El llamado del mar de Jorge Olguín

2006 : Le Labyrinthe de Pan (El Laberinto del Fauno)

2007 : L'Orphelinat (El Orfanato) de Juan Antonio Bayona

2007 : Hellboy Animated 3: Iron Shoes de Tad Stones

2008 : Cosas Insignificantes d’Andrea Martínez

2008 : While She Was Out de Susan Montford

2008 : Rudo y Cursi de Carlos Cuarón

2009 : Splice de Vincenzo Natali (producteur délégué)

2009 : Rabia de Sebastián Cordero

2010 : Biutiful d'Alejandro González Iñárritu (producteur délégué)

2010 : Les Yeux de Julia de Guillem Morales

2011 : Kung Fu Panda 2 de Jennifer Yuh Nelson (consultant créatif)

2011 : Le Chat potté (Puss in Boots) de Chris Miller (producteur délégué)

2011 : Don't Be Afraid of the Dark de Troy Nixey

2012 : Les Cinq Légendes (Rise of the Guardians) de Peter Ramsey (producteur délégué)

2013 : Mama d'Andres Muschietti (producteur associé)

2013 : Pacific Rim

2014 : La Légende de Manolo (The Book of Life) de Jorge R. Gutierrez

2015 : La delgada línea amarilla de Celso R. García

2015 : Crimson Peak

2016 : Kung Fu Panda 3 de Jennifer Yuh Nelson (producteur délégué)

2016 : Le Cercle : Rings de F. Javier Gutiérrez (producteur délégué)

2017 : La Forme de l'eau (The Shape of Water)

2018 : Pacific Rim: Uprising de Steven S. DeKnight

 

Télévision

1986 : Hora Marcada

2006 : Hellboy : Le Sabre des tempêtes (Hellboy: Sword of Storms) de Tad Stones et Phil Weinstein

2007 : Hellboy : De sang et de fer (Hellboy Animated: Blood and Iron) de Tad Stones et Victor Cook

2016 : Chasseurs de Trolls (Trollhunters)

 

Œuvres littéraires

Romans

The Strain, coécrit avec Chuck Hogan, New York, William Morrow and Company, 2009

Publié en français sous le titre La Lignée, trad. de Hélène Collon, Presses de la Cité, 2009 (ISBN 978-2-258-08074-4).

 

The Fall, coécrit avec Chuck Hogan, New York, Harper, 2010

Publié en français sous le titre La Chute, trad. de Éric Moreau et Jean-Baptiste Bernet, Presses de la Cité, 2010 (ISBN 2-25808-075-4).

 

The Night Eternal, coécrit avec Chuck Hogan, New York, William Morrow and Company, 2011

Publié en français sous le titre La Nuit éternelle, trad. de Éric Moreau et Jean-Baptiste Bernet, Presses de la Cité, 2010 (ISBN 978-2-258-08076-8).

 

Trollhunters, coécrit avec Daniel Kraus, New York, Hyperion, 2015

Publié en français sous le même titre, trad. de Patrice Lalande, Bayard, 2016 (ISBN 978-2-7470-5852-0).

 

Scénario

Le Labyrinthe de Pan : un film de Guillermo del Toro. L'Avant-scène cinéma n° 597, décembre 2012, 150 p. (ISBN 978-2-84725-092-3)

 

Documents

Cabinet de curiosités : mes carnets, collections et autres obsessions, avec la contribution de Marc Scott Zicree, préface James Cameron, postface Tom Cruise, traduction Isabelle Pernot, Sébastien Baert et Maxime Berrée. Paris : Huginn & Muninn, nov. 2013, 263 p. (ISBN 978-2-36480-128-8)

 

Dans l'antre avec les monstres : mes muses, reliques et autres fétiches / Guillermo del Toro. Paris : Huginn & Muninn, 2016, 152 p. (ISBN 978-2-36480-485-2)

 

Adaptations

Novélisations]

Le Hobbit : la bataille des cinq armées : le livre du film / texte de Natasha Hughes ; adapté du scénario par Fran Walsh, Philippa Boyens, Guillermo del Toro et Peter Jackson ; traduit de l'anglais par Camille Fort. Paris : La Martinière, nov. 2014, 48 p. (ISBN 978-2-7324-5669-0)

 

Pacific Rim : la novélisation officielle du film / novélisation par Alex Irvine du film de Guillermo del Toro d'après Travis Beacham ; scénario Travis Beacham et Guillermo del Toro ; trad. Jocelyne Bourbonnière. Paris : Milady, coll. « Gaming », 2015, 372 p. (ISBN 978-2-8112-1496-8)

 

Bandes dessinées

The Strain : La Lignée (Volume 1) / scénario David Lapham ; dessin Mike Huddleston ; couleur Dan Jackson ; histoire originale Guillermo del Toro et Chuck Hogan ; traduction Ben KG. Saint-Laurent-du-Var : Panini comics, avril 2013. (ISBN 978-2-8094-3050-9)

 

The Strain : La Lignée (Volume 2) / scénario David Lapham ; dessin Mike Huddleston ; couleur Dan Jackson ; histoire originale Guillermo del Toro et Chuck Hogan ; traduction Makma, Ben KG. Saint-Laurent-du-Var : Panini comics, mars 2014. (ISBN 978-2-8094-3830-7)

 

Distinctions

Récompenses

BAFA 2007 : Meilleur film en langue étrangère pour Le Labyrinthe de Pan

Prix Hugo 2007 : Meilleur long métrage dramatique pour Le Labyrinthe de Pan

Prix Nebula 2007 : Meilleur scénario pour Le Labyrinthe de Pan

Saturn Awards 2008 : George Pal Memorial Award

Mostra de Venise 2017 : Lion d'or pour La Forme de l'eau

Présentation de la soirée par Thierry Frémaux et Guillermo Del Toro

Village du Festival

Voir les commentaires

Marché International du Film Classique

Marché International du Film Classique

 

 

En parallèle du Festival Lumière 2017 se déroulera le 5e Marché international du Film Classique.

 

Ce marché réservé aux professionnels à un très riche programme.

 

Vous trouverez en fichier téléchargeable en bas de page le « Guide du MIFC 2017 »

 

Concernant le Festival Lumière, que nous couvrons comme chaque année, vous trouverez sur notre site régulièrement des articles, entretiens…

Voir les commentaires

Deuxième partie du festival Lumière

 

Deuxième partie du

Festival Lumière 2017.

 

Les temps forts de la deuxième partie du festival Lumière.

 

 Jeudi 19 octobre :

14h15 / Comoedia : Hugh Hudson présente son film Les Chariots de feu 14h30 / Institut Lumière : Anna Karina présente son film Vivre ensemble

 

15h / Comédie Odéon : Master Class William Friedkin (également diffusée en direct sur Radio Lumière)

16h45 / Institut Lumière : projection de Wind de Tiong Guan Saw en sa présence, suivie d’une rencontre avec Christopher Doyle

 

17h / Institut Lumière : William Friedkin présente son film Le Convoi de la peur

 

18h / Centre Léon Bérard : séance spéciale pour les enfants hospitalisés. Projection du film Le Roi Lion de Roger Allers et Rob Minkoff. En présence de Julie Gayet. En partenariat avec Les Toiles Enchantées.

 

20h / Cinéma MDP (Pierre-Bénite) : Diane Kurys présente son film Cocktail Molotov

 

20h / Pathé Carré de Soie (Vaulx-en-velin) : Projection de Midnight Express d’Alan Parker (musique Giorgio Moroder), en présence de Hugh Hudson et Christopher Thompson.

 

Vendredi 20 octobre :

11h / Comédie Odéon : Master Class Diane Kurys(également diffusée en direct sur Radio Lumière)

 

11h / Pathé Bellecour : Jean-Paul Rappeneau présente son film Tout feu, tout flamme (Restaurations)

 

15h / Célestins : Master Class Wong Kar-waï (également diffusée en direct sur Radio Lumière)

 

16h45 / Institut Lumière : Clara et Julia Kuperberg présentent leur documentaire Gene Tierney, une star oubliée

 

17h30 / Comoedia : Anna Karina présente Une Femme est une femme de Jean-Luc Godard. 

 

19h30 / Amphithéâtre - Centre des Congrès : Remise du Prix Lumière à Wong Kar-waï en sa présence et celle de nombreux invités. Cérémonie suivie de la projection Les Anges déchus de Wong Kar-Waï.

 

20h30 / Le Polaris (Corbas) : Ciné-concert / Programme de courts métrages de Buster Keaton. Accompagnement live au piano par Elie Dufour.

 

21h30 / Institut Lumière : Nuit William Friedkin (French Connection, Le Convoi de la peur, La Chasse, L’Exorciste [director’s cut]), en sa présence.

 

Samedi 21 octobre :

11h - 19h / Écoles et Lycée de la rue du Premier film : Cinébrocante cinéma et Photographie (entrée libre)

 

11h / Institut Lumière : projection de Jean Douchet, l’enfant agité de Fabien Hagège, Guillaume Namu et Vincent Haasser. En présence des réalisateurs et de Jean Douchet. à partir de 14h15 / Lumière Bellecour : Voyage à travers le cinéma français (épisode 1 à 8) de Bertrand Tavernier.

 

17h30 / Maison du Livre, de l’Image et du Son (Villeurbanne) : Rencontre avec Vincent Perez (entrée libre), suivi d’une dédicace de son livre de photographie “Un Voyage en Russie” co-écrit avec Olivier Rolin.

 

18h45 / Institut Lumière  : Séance Surprise

20h30 / Halle Tony Garnier : Nuit dans l’Espace (Gravity d’Alfonso Cuaron, Interstellar de Christopher Nolan, Star Trek de J.J. Abrams, Seul sur Mars de Ridley Scott)

 

Dimanche 22 octobre :

8h30 / La Meunière : Le Mâchon du festival (sur réservation)

 

9h - 18h / Écoles et Lycée de la rue du Premier film : Cinébrocante cinéma et Photographie (entrée libre)

 

10h30 / Le Zola (Villeurbanne) : Noor Azizi présente En vitesse de Ted Wilde (séance jeune public en partenariat avec Toiles des Mômes).

 

11h / Auditorium de Lyon : Ciné-concert Monte là-dessus ! de Fred C. Newmayer et Sam Taylor, accompagné à l’orgue par Samuel Liégeon.

 

17h / Halle Tony Garnier : Séance de clôture. Projection du film In the Mood for Love de Wong Kar-waï en sa présence.

 

Communiqué de Presse

Voir les commentaires

FESTIVAL DU CINEMA FANTASTIQUE MENTON

FESTIVAL

DU

CINEMA

FANTASTIQUE

MENTON

 

28 ET 29 OCTOBRE 2017

Organisé par Daily Fashion Events

De 10 heures à 22 heures

Projection de films

Stands divers

Exposition Livres

 

Du 28 au 29 Octobre 2017, MENTON jolie ville ou le Citron s’amuse avec le soleil perdra sa tranquillité et sa douceur de vivre pour découvrir la magie du cinéma fantastique.

 

Celui qui vous donne la chair de poule.

 

Une manifestation à la rencontre de l’insolite, de l’irrationnel et du fantastique.

 

Plus de 15 courts métrages en compétition ont été sélectionnés.

 

Vous allez découvrir des auteurs qui viendront partager avec vous des instants qui resteront ancrés dans votre esprit.

 

Des stands ou la magie des mots et des images prendrons possession de votre avenir.

 

Des conférences sur le surnaturelle, des magiciens qui vous transformerons en Terminator.

Deux jours pour partager l’insolite

.

Nous vous attendons au Salon du Louvre du 28 au 29 Octobre 2017 à Menton perle de la France pour rencontrer les envahisseurs de nos cauchemars et de nos rêves.

 

 

 

Fantasy film festival de Menton

Le festival du film  Fantastique

 Promouvoir le cinéma sur le thème du fantastique et de la science-fiction de haute qualité.

 

Le festival du film fantastique de Menton, où vous pourrez trouver toutes sortes de Thèmes sur le fantastique, dans tous les genres et pour tous publics.

 

la Fantasy décrit un monde de fiction peuplé de personnages étranges dotés de certains pouvoirs (sortilèges, sorciers-sorcières, magiciens-magiciennes, gobelins, elfes, dragons, licornes, loup-garou, super-héros, etc.).

 

Le  fantastique quand elle relate, dans un univers réaliste, des événements étranges, le plus souvent irrationnels ou inexplicables (apparition de doubles, de fantômes, de spectres ou de revenants ; labyrinthes étranges ; rêves ou prémonitions ; réincarnation ; événements maléfiques inexpliqués ou apparition de démons ; apparition d'anges ou d'anges gardiens ; objets usuellement inertes mais devenus vivants, etc.).

 

La science-fiction lorsque le récit fait état d'événements ancrés dans la réalité et issus d'une rationalité scientifique identifiable et réalisable à très long terme (robots-cyborgs-androïdes, rencontre d'extraterrestres, clonage, voyages stellaires, voyages dans le temps, etc.).

  

Un festival avec des films en compétition et hors compétitions, qui se clôturera par la soirée « Pirates des Caraïbes »

 

(Communiqué de presse)

Salon du Louvre

Voir les commentaires

Palmarès complet de la 10ème édition du FEFFS

 

LONGS MÉTRAGES

 - Octopus d'or : Double Date de Benjamin Barfoot (UK)

 

 

- Méliès d'argent : Laissez bronzer les cadavres d'Hélène Cattet et Bruno Forzani (FR)

 

- Mention spéciale du jury : Terra e Luz (Earth and light) de Renné França (BR)

 

- Prix du public : Dave Made A Maze de Bill Watterson (USA)

 

- Prix du jury du meilleur film Crossovers : Bitch de Marianna Palka (USA)

COURTS-MÉTRAGES

 

 

- Octopus du meilleur court-métrage international : Saatanan Kanit de Teemu Niukkanen (FIN)

 

- Méliès d'argent du meilleur court-métrage européen : The Absence of Eddy Table de Rune Spaans (NO)

 

- Mention spéciale du jury dans la catégorie internationale : Mouse de Celine Held et Logan George (USA)

 

- Prix du jury du meilleur court-métrage d'animation : The Absence of Eddy Table de Rune Spaans (NO)

 

- Mention spéciale du jury dans la catégorie animation : Cipka (Pussy) de Renata Gasiorowska (PL)

INDIE GAME CONTEST

INDIE GAME CONTEST

5eme INDIE GAME CONTEST

 

- Octopix du meilleur jeu vidéo indépendant : Do Not Feed The Monkeys de Fictiorama Studios (SP)

 

- Prix du jury du meilleur jeu vidéo étudiant : Abadi (ETPA - Ecole technique privée de Photographie et de Game Design)

 

- Prix Arte Creative du meilleur jeu vidéo : oQo de Lance / 3-50

 

JURY 5ÈME INDIE GAME CONTEST

 

 

Isabelle Arvers est auteur, commissaire d’exposition indépendante et game artiste. Son champ d’investigation est l’immatériel, au travers de la relation entre l’art, les jeux vidéo, internet et les nouvelles formes d’images liées au réseau et à l’imagerie numérique. Elle propose également des ateliers et des formations autour de ces formes de création, notamment avec l’association Kareron qu’elle a créée et dirige depuis 2014.

 

 

 

Immergé depuis toujours dans le jeu vidéo, Benoît « ExServ » Reinier ouvre sa chaîne YouTube en 2011 où il publie des vidéos de vulgarisation des mécaniques de gameplay et d’analyse de l’actualité du média. Remarqué notamment par le Nesblog et le site Gamekult, il rejoint ce dernier comme journaliste jusqu’en 2016 ; il est aujourd’hui auteur indépendant et signe ses articles chez Gamekult, NextINpact et 3rd Editions.

 

FibreTigre est auteur de fictions interactives, co-créateur d’Out There au sein de Mi-Clos Studio, titulaire de nombreux prix internationaux. Il intervient actuellement sur la création et le développement de Sigma Theory, Antioch, Out There Chronicles 1, 2 et 3, The Beautiful Walk, Firebird, Maspero Blue et Eugenics. Il est chroniqueur dans le podcast technologique Studio404 et animateur du podcast de culture mathématique Trajectoires. Il est le créateur de La Pièce, 1er escape game original de France et de sa suite, l’Odyssée de la Pièce. Il est également auteur de jeux de société et de romans jeunesse. Il espère vous apporter dans les années qui viennent des aventures étonnantes qui vous passionneront.

 

Elizabeth Maler est cofondatrice du studio Accidental Queens. Leur premier jeu, « A Normal Lost Phone », est sorti en janvier 2017 et s’est vendu à plus de 100.000 exemplaires. À travers une enquête dans l’interface d’un téléphone, le jeu touche à des sujets sensibles, comme l’adolescence, la quête de soi, le passage à l’âge adulte, l’homophobie et la dépression.

 

Voir les commentaires

THE LITTLE HOURS / LES BONNES SŒURS FEFFS

 

 

THE LITTLE HOURS

/ LES BONNES SŒURS

Compétition Crossover

FEFFS

 

Un film léger, même bucolique par moment, mais qui a un fond  historique, les jeunes filles étant envoyées dans des couvents, sans convictions religieuses, mais pour satisfaire les familles. Certaines avaient « fauté », d’autres auraient dû être dotés et ils revenaient bien moins cher de   les casées au couvent.

 

Alors oui, et on le sait d’après des écrits de l’époque, dans les couvents et les monastères on ne ce privait pas d’avoir une sexualité débridée.

 

On exagère je trouve le côté érotique du film, parfois presque présenté comme limite pornographique. Il est, disons plus conte malicieux que pornographique.

 

Le scénario est travaillé, et la photographie tout à fait correct, même plus un seul regret je ne suis pas sûr que dans ‘Italie de 1347 ont parlais comme au 21e siècle, on aurait pu faire un peu attention à certains dialogues.

 

Un bon film dans l’ensemble, mais je ne pense pas qu’il gagne cette   compétition, d’autres films lui sont à mon sens supérieur.

 

 

Résumé du film

 

Italie, 1347. En fuite après avoir fauté avec la femme de son maître, un serviteur trouve refuge dans un couvent, à condition qu’il feigne d’être sourd et muet pour éviter toute tentation aux bonnes sœurs. Chaud devant : The Little Hours, c’est « Sexe, drogue et rock’n roll » chez les bonnes sœurs – au Moyen-Âge, qui plus est !

 

Toutefois, si extravagante soit-elle, cette comédie emmenée par des nonnes couguars n’est pas sans lien avec l’Histoire. Le réalisateur nous donne ici à voir la réalité moins souriante d’une époque où les femmes entraient rarement au couvent par choix. La transgression des interdits sexuels était donc monnaie courante dans ce que Baena appelle les « hauts lieux du pêché ». Si ce film s’inspire librement du Décaméron de Boccace, il rappelle aussi, de par sa thématique, Les Diables de Ken Russell.

  

Infos

Pays : USA

Année : 2016

Durée : 1h30

Version : Anglais / VOSTFR

Avertissement : Tout public

 

Réalisateurs

Jeff Baena  

 

Acteurs et actrices

Alison Brie   Rôle : Alessandra

Aubrey Plaza   Rôle : Fernanda

Dave Franco Rôle : Massetto

John C. Reilly   Rôle : Le père Tommasso

Kate Micucci   Rôle : Ginevra

Molly Shannon   Rôle : Mère supérieure

Fred Armisen   Rôle : Bishop Bartolomeo

Jon Gabrus   Rôle : Guard Gregorio

 

Scénario

Scénariste

Jeff Baena

 

Production : Carlos Cusco, Emerson Machtus, Fernando Loureiro

 

Photographie : Quyen Tran

Montage : Ryan Brown

Musique : Dan Romer

Interprétation : John C . Reilly, Alison Brie, Dave Franco, Aubrey Plaza

Titre original  The Little Hours

Distributeur  Pretty Pictures 

Diffusion : Pretty Pictures

Ventes Internationales : Gunpowder and Sky

 

Année de production 2017

Type de film Long-métrage

Langues Anglais

The Little Hours Trailer - FEFFS 2017

Voir les commentaires

COURTS METRAGE FRANÇAIS

COURTS METRAGE FRANÇAIS

10e Festival Européen

du Film Fantastique

de Strasbourg

 

Fox-terrier, n’est pas un film fantastique, plus un crossover, voir un thriller. Mais je vous rassure ca vas déménager quand même, ou quand le niveau intellectuel de certains des personnages avoisine le zéro  absolu.

 

Et c’est bien là que se situe le problème pour Daniel et son Chien Cajou, les personnes avec qui Daniel doit chassez, et Cajou le Chien le sait bien il y as laissez une patte et il aimerais surement garder les trois autres, mais avec le retour du responsable de son état, il risque d’y avoir un souci.

 

Si vous devez aller chasser avec des chasseurs de votre commune, veillez donc à être ami avec eux, mais aussi que leur Q.I soit suffisant, et si vous êtes pas chasseur, attendez la fin de la période de la chasse.

 

FOX-TERRIER

Daniel et Cajou, son fox-terrier à trois pattes, retrouvent Hervé à la chasse. Cajou, il a trois pattes à cause de Francis, le fils de Gilles.

Fiches thecnique :

 

Scénaristes :

Hubert Charuel, Claude Le Pape

 

Ingénieur du son :

Marc-Olivier Brullé

 

Cadreur :

Sébastien Goepfert

 

Monteuse :

Julie Lena

 

Scripte :

Mélanie Parent-Chauveau

 

Producteur délégué :

Pierre-Louis Garnon

 

Directeur de la photo :

Sébastien Goepfert

 

Assistant son :

Pierre Leblanc

 

Directrice de production :

Sarah Coutausse

 

Monteur son :

Marc-Olivier Brullé

 

Mixeur :

Matthieu Langlet

 

Genre(s) : Fiction

Sous-genres : Humour noir

Thèmes : Meurtre, Monde rural

Langue de tournage : Français

Autre pays coproducteur : France

Nationalité : 100% français (France)

Année de production : 2016

Durée : 14 min 10 secondes

 

QUAND LES POULES ONT EU DES DENTS

Je trouve que ce film nous avertis du danger d’une véritable dictature des écologistes, avec les sectes de végans qui se développent doit nous alerter plus sur le danger de la disparition de l’Humanité et de la nourriture carné, alors que nous sommes depuis toujours omnivores. Ce film est aussi une histoire  sue a censure, les autodafés que l’on as connu tout au long de l’histoire.

 

Film en fait plus engager qu’il n’yu parait du moins a mon sens.

 

SYNOPSIS :

An 2137, Les animaux ont disparu depuis tellement d’années que les jeunes générations ne s’en souviennent plus. Alors que la dictature écologiste au pouvoir tente de réintroduire dans la forêt une poule, les éco-citoyens ont l’interdiction formelle de s’en approcher. Mais Oscar, conservant illégalement un vieux livre de cuisine chez lui, n’a qu’une idée en tête : la manger !

 

ANNÉE : 2017

DURÉE : 24 min

FORMAT : 2k –Scope – DCP

SCÉNARIO : Camille François & David Braun en collaboration avec Mathieu Z’graggen

RÉALISATION : David Braun

PRODUCTION : ALPAGA FILMS / Innervision / Alsace 20

DIFFUSION : Alsace 20

PRODUCTEUR : David Braun

IMAGE : Hervé Roesch

SON : Jérémie Vernerey

MUSIQUE : Julien Hermann

POST-PRODUCTION : KARHU STUDIO

 

 Autres films en compétition:

 LA PEUR DU VIDE

Simone est une vieille dame isolée dont le quotidien est rythmé par un étrange tas de détritus, si imposant dans son petit appartement qu’il l’empêche de vivre normalement. Un jour, Simone se risque à y toucher…

 Infos

Pays : France

Année : 2017

Durée : 15′

Réalisation : Thomas Soulignac

 

MON PÈRE LE POISSON / MY FATHER THE FISH

Dans le chaos d’une ferme du Morvan, Esteban, 7 ans, vit seul avec son père turc. Rentrant de la rivière avec une truite, Esteban trouve celui-ci suffoquant tel un poisson hors de l’eau. Dans l’imaginaire magique de l’enfant tout se mêle : sauver le poisson pour sauver son père…

 Infos

Pays : France, Allemagne

Année : 2017

Durée : 15′

Réalisation : Britta Potthoff, Adrien Pavie

 

Infos

Pays : France

Année : 2017

Durée : 24′

 Réalisation : David Braun

 

ANIMAL

Dans un futur proche, Jawak vit reclus avec un étrange animal dont il prend soin. La nuit, hanté par un grave accident d’enfance, il prépare sa vengeance.

Infos

Pays : France

Année : 2017

Durée : 17′

Réalisation : Jules Janaud, Fabrice Le Nézet

 

 

EVENT HORIZON

Été 1997, dans un petit village d’Écosse, où chaque jour se ressemble et jamais rien ne se passe, un étrange événement cosmique vient perturber le quotidien monotone de Julianne. 

Infos

Pays : France, UK

Année : 2016

Durée : 11′

Réalisation : Joséfa Celestin

Mardi 19 septembre à 20h Star

Mercredi 20 et Vendredi 22 septembre à 14h Star St-Ex

Voir les commentaires

© Nicolas Guérin

© Nicolas Guérin

Wong Kar-wai

王家衛

Prix Lumière 2017

 

C’est le cinéaste chinois Wong Kar-wai qui recevra le prochain Prix Lumière, succédant à Martin Scorsese et à Catherine Deneuve. Il lui sera remis lors de la 9e édition du festival Lumière qui se tiendra à Lyon et dans la Métropole du samedi 14 au dimanche 22 octobre 2017.

 

Décerné par l’Institut Lumière, le Prix Lumière est attribué à Wong Kar-wai pour ses films inclassables qui sont autant d’éclats de beauté, pour la trace qu’il laisse déjà dans l’histoire du cinéma, pour ce que son oeuvre a de splendide et d’inachevé, pour les néons de Hong Kong et les neiges de Mandchourie, et parce que les lunettes noires, c’est quand même très classe.

 

« C’est un grand honneur pour moi d’être le récipiendaire de ce prix et une grande fierté de rejoindre ceux qu’il a déjà distingués, a déclaré Wong Kar-wai. D’appartenir, d’une certaine manière, à cet Institut inspiré par les fondateurs du cinéma, me rend extrêmement humble. Je suis déjà impatient d’être en octobre, à Lyon. »

 

Wong Kar-wai est né en 1958 à Shanghai. A l’âge de 5 ans, il émigre à Hong Kong avec sa mère. C’est en sa compagnie que Wong Kar-wai passe de nombreux après-midis dans les salles de cinéma, absorbant parfois 2 à 3 classiques hollywoodiens par jour, ainsi que des westerns, que sa mère affectionnait particulièrement. C’est lors de ses études d’arts graphiques à l’Ecole polytechnique de Hong Kong que Wong Kar-wai découvre le cinéma européen, la Nouvelle Vague, Bertolucci, Bresson, Godard…

 

Pendant ses études, il intègre le Production Training Course de la chaine TVB des frères Shaw, et devient assistant de production sur des séries et soap opera à succès. Quittant la télévision pour le cinéma, il entre à Cinema City comme scénariste et, en sept ans, signe de son nom une dizaine de scénarios – au total, il écrira une cinquantaine de scripts.

 

En 1988, Wong Kar-wai passe à la réalisation avec As Tears Go By, puis Nos années sauvages (1990), Chungking Express (1994), Les Cendres du temps (1994) et Les Anges déchus (1995). Depuis devenus cultes, ses films posent les bases de l’oeuvre de Wong Kar-wai : le temps, l’errance, la mémoire, les blessures de l’amour. Et sa ville : Hong Kong, personnage de ses films. Son cinéma est celui d’une génération, chroniquant une jeunesse perdue et des personnages marginaux. En développant ses propres codes narratifs, il impose un cinéma d’auteur dans le paysage hongkongais jusque-là internationalement connu pour ses films d’arts martiaux ou ses films policiers.

 

La reconnaissance internationale arrive réellement avec Happy Together (1997), Prix de la mise en scène au Festival de Cannes, et surtout avec In the Mood for Love (2000), formidable succès public et critique. Puis Wong Kar-wai signe 2046 (2004), My Blueberry Nights (2007) et enfin The Grandmaster (2013), à ce jour le plus grand succès de son auteur dans un pays, la Chine, auquel Hong Kong appartient désormais.

 

Chez lui, Wong Kar-wai est une icône mystérieuse, un artisan apportant un soin infini à créer chaque plan, écrin parfait pour ses acteurs tels Tony Leung, Maggie Cheung, Andy Lau, Zhang Ziyi, Gong Li, Leslie Cheung, Faye Wong, mais aussi Norah Jones, Jude Law, Natalie Portman... Impénétrable derrière ses lunettes noires et ses volutes de fumée, Wong Kar-wai est un cinéaste perfectionniste, obsessionnel, repoussant la fin de ses tournages, rallongeant les mois de montage, comme pour retarder le moment où son film ne lui appartiendra plus complètement. À propos de The Grandmaster, il avoue « À vrai dire, j’aurais aimé que l’expérience de ce film ne s’arrête jamais. »

 

Mélancolique, visuel, contemplatif, musical, le cinéma de Wong Kar-wai a su rassembler au-delà d’un cercle de cinéphiles et de critiques, un public séduit par cette recherche esthétique et poétique, menée en compagnie de son chef-opérateur Christopher Doyle et son directeur artistique William Chang. « Il est le peintre de la ville et du coeur humain, de nos désirs, de nos secrets et de nos frustrations, écrivent Michel Ciment et Hubert Niogret dans Positif. Ses rapports avec Hong Kong, de même que sa fascination pour les femmes, sont au centre de sa création. Ce par quoi le plus grand metteur en scène de Hong Kong s’apparente aux artistes du romantisme finissant, un Baudelaire ou un Gustave Moreau. Chez eux aussi, au coeur de la beauté exquise se cache une souffrance indicible. »

 

En plus de 25 ans, Wong Kar-wai a réalisé 10 longs métrages, ainsi que de nombreux courts métrages et clips pour le cinéma, la télévision et la musique. Une oeuvre récompensée par de nombreux prix, en Asie comme dans le monde entier.

  

Le Prix Lumière sera remis à Wong Kar-wai le vendredi 20 octobre au Centre de Congrès de Lyon, en présence du public français et de nombreux invités venus du monde entier.

  

Le Prix Lumière a été créé par Thierry Frémaux et Bertrand Tavernier afin de célébrer à Lyon une personnalité du septième art, à l’endroit même où le Cinématographe a été inventé par Louis et Auguste Lumière et où ils ont tourné leur premier film, Sortie d’Usine, en 1895. Parce qu’il faut savoir exprimer notre gratitude envers les artistes qui habitent nos vies, le Prix Lumière est une distinction qui repose sur le temps, la reconnaissance et l’admiration.

 

Filmographie

 

Réalisateur

 

Longs métrages

1988 : As Tears Go By (旺角卡門)

1990 : Nos années sauvages (阿飛正傳, Days of Being Wild)

1994 : Les Cendres du temps (東邪西毒, Ashes of Time)

1994 : Chungking Express (重慶森林)

1995 : Les Anges déchus (墮落天使, Fallen Angels)

1997 : Happy Together (春光乍洩)

2000 : In the Mood for Love (花樣年華)

2004 : 2046

2007 : My Blueberry Nights (藍莓之夜)

2013 : The Grandmaster (一代宗, Yut doi jung si)

Projets 20xx : The Lady from Shanghai

2016 : Blossoms

 

Autres

1995 : wkw/tk/1996@7'55"hk.net

2000 : Hua Yang De Nian Hua (en) (花樣的年華) (court métrage)

2001 : The Hire: The Follow

2002 : Six Days - clip pour DJ Shadow (album The Private Press)

2004 : Eros - segment La Main

2007 : Chacun son cinéma - segment I Travelled 9 000 km To Give It To You

2007 : There's Only One Sun

 

Scénariste

Wong Kar-wai a écrit de nombreux scénarios avant de venir à la réalisation.

1982 : Once Upon a Rainbow

1983 : Just for Fun

1984 : Silent Romance

1985 : Chase a Fortune

1985 : Intellectual Trio

1985 : Unforgettable Fantasy

1986 : Sweet Surrender

1986 : Rosa

1986 : Goodbye My Hero

1987 : The Final Test

1987 : Final Victory

1987 : Goodbye My Hero

1987 : Flaming Brothers aka Dragon and Tiger Fight

1987 : The Haunted Cop Shop of Horrors

1988 : The Haunted Cop Shop of Horrors 2

1988 : Walk On Fire

1990 : Return Engagement

1992 : Saviour of the Soul

1992 : 92 Legendary La Rose Noire (co-scénariste non crédité).

 

Producteur

Wong Kar-wai a également produit tous ses films à travers la société Jet Tone depuis 1993 à l’exception de Les Cendres du temps, un projet commencé des années auparavant. Il a aussi produit par Jet Tone d’autres films dont certains réalisés par Jeffrey Lau.

 

1987 : Flaming Brothers aka Dragon and Tiger Fight

1993 : The Eagle Shooting Heroes

1997 : First Love: the Litter on the Breeze

2002 : Chinese Odyssey 2002

2003 : Sound of Colors

 

 

Distinctions honorifiques

2013 : Commandeur des Arts et Lettres

2017 : Prix Lumière pour l'ensemble de sa carrière

 

Récompenses

Sélectionné près d'une trentaine de fois dans différents festivals internationaux, il y a remporté de nombreux prix.

Prix du meilleur film, meilleur réalisateur et meilleure direction artistique lors des Hong Kong Film Awards 1991, pour Nos années sauvages

 

Prix du meilleur film et meilleur réalisateur lors des Hong Kong Film Awards 1995, pour Chungking Express

 

Prix du meilleur réalisateur et meilleur scénario lors des Hong Kong Film Critics Society Awards 1995, pour Les Cendres du temps

 

Prix de la mise en scène au Festival de Cannes 1997, pour Happy Together

 

Prix du meilleur film étranger lors de l'Arizona International Film Festival 1998, pour Happy Together

 

Prix du meilleur film étranger lors des Prix du cinéma européen 2000, pour In the Mood for Love

 

César du meilleur film étranger en 2001, pour In the Mood for Love

 

Prix du meilleur film étranger lors des German Film Awards 2001, pour In the Mood for Love

 

Prix du meilleur réalisateur lors des Hong Kong Film Critics Society Awards 2001, pour In the Mood for Love

 

Prix du meilleur film lors du Valdivia International Film Festival 2001, pour In the Mood for Love

 

Prix du meilleur film étranger lors des Argentinean Film Critics Association Awards 2002, pour In the Mood for Love

 

Prix du meilleur film étranger lors des Fotogramas de Plata 2002, pour In the Mood for Love

Prix du meilleur film étranger lors des Prix du cinéma européen 2004, pour 2046

 

Prix du meilleur film étranger lors du Mainichi Film Concours 2005, pour 2046

 

Prix du meilleur film étranger lors des Sant Jordi Awards 2005, pour 2046

 

Prix du meilleur film, meilleur réalisateur et neuf autres prix lors des Hong Kong Film Awards 2013, pour The Grandmaster

 

Prix du meilleur réalisateur aux Asian Film Awards en 2014 pour The Grandmaster

(Source Wikipédia)

Voir les commentaires

Nous vous y donnons rendez-vous

comme chaque année.

 

Illustration de l'affiche: Melvin Zed

Illustration de l'affiche: Melvin Zed

9 ème Festival bloody week-end

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>
Haut

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Théâtre. Présent dans les principaux festivals de film fantastique e de science-fiction, salons et conventions.

Pages

Archives

Hébergé par Overblog