Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 30 > >>

Articles avec #litterature

Concours de nouvelles

Concours de nouvelles

Thème du concours est "apprendre et savoir" :

Nous avons accès à un volume d'informations colossal et des outils formidablement puissants ; est-il nécessaire d'apprendre une langue étrangère alors qu'un téléphone portable commence à pouvoir traduire en temps réel, néanmoins il est sans doute nécessaire de la connaître pour comprendre l'autre

Pour un ingénieur qu'est-il important de savoir qu'une méthode existe ou doit-il l'apprendre ?

Beaucoup de situations peuvent découler de cette description que nous laisserons les auteurs nous décrire.

Il s'agit de la première coopération entre la maison d'édition et l'association des anciens de Centrale-Supelec. Je négocie actuellement avec d'autres écoles d'ingénieurs et probablement des médecins pour étudier ces possibilités.

 

Ci-dessous vous pouvez télécharger le règlement et bulletin d’inscription du concours.

 

 

Voir les commentaires

Couverture réalisée par  Caza

Couverture réalisée par Caza

Les Voies de Tim Powers

 

J’ai découvert cet auteur lors de sa première et discrète publication chez « J’ai Lu » en 1986, tout à fait par hasard, en furetant dans une librairie généraliste de province. Le roman s’intitulait « Les Voies d’Anubis », et comportait une belle illustration de couverture réalisée par le grand Caza. Mais il était noyé dans la masse des autres « J’ai Lu », sous la mention « Science-fiction », c’est donc par le plus grand des hasards que je l’ai acheté.

 

D’abord, je ne pense pas que Tim Powers écrive de la science-fiction. Même si « les Voies d’Anubis » conte une histoire de voyage temporel, et que le moyen de parvenir à se déplacer dans le temps est vaguement habillé d’un jargon pseudo-scientifique, il ne s’agit que d’un prétexte grossier, dont l’auteur se débarrasse d’ailleurs assez vite. Je crois plutôt que monsieur Powers est un esprit un tantinet sadique, qui n’aime rien tant que projeter ses héros dans des situations intenables, invraisemblables, et qui s’amuse à leur faire subir les pires avanies. En effet, le héros des « Voies… » est un universitaire américain pas très heureux (il est traumatisé par l’accident de moto qu’il a provoqué et qui a coûté la vie à sa femme), pas très sportif et pas très aventureux. Bref, il est presque un anti-héros, paisible et timoré, un spécialiste de la littérature anglaise parmi tant d’autres professeurs obscurs, que rien ne prédestine à vivre des aventures grand-guignolesques à travers le temps et l’espace.

 

Contacté par un milliardaire aussi retors que cancéreux au dernier degré, notre Brendan Doyle vient à Londres pour donner une conférence sur Coleridge. Très vite, il s’aperçoit que tout n’est pas aussi simple : en fait, le richissime mourant manigance un voyage dans le temps, dont le but avoué est d’assister à une causerie donnée par le poète en 1810 ! Appâté par la curiosité littéraire, Doyle accepte de partir à travers une brèche temporelle, afin de rencontrer Coleridge en chair et en os, et aussi pour glaner quelques renseignements sur un poète énigmatique, William Ashbless.

 

Bien évidemment, rien ne se passe comme prévu, et le malheureux Brendan va se retrouver projeté dans les bas-fonds de Londres où il subira toutes les mésaventures possibles et imaginables, dont il ne sortira pas indemne, ni physiquement, ni moralement.

 

« Les Voies d’Anubis » est un roman inracontable, frénétique, plein de fantaisie et d’humour cruel. À contre-courant des tendances du fantastique actuel, timoré et formaté pour plaire au plus grand nombre, c’est aussi un livre exigeant. Car Powers est aussi un érudit, capable de situer son récit dans des lieux précis, et dans un contexte historique bien défini. Qu’il évoque le Londres crapuleux ou celui de Lord Byron, ou bien Le Caire après le retrait des Français, cet auteur-là sait jouer de la suspension d’incrédulité en insérant ses péripéties imaginaires dans un cadre réaliste minutieusement mis en place. Donc, pour bien apprécier l’ouvrage, il est peut-être recommandé d’avoir un minimum de culture et de curiosité intellectuelle, de savoir que Coleridge n’est pas l’avant-centre de Manchester United, et qu’un mameluk n’est pas une pâtisserie orientale…

 

Alors si les clowns échassiers ne vous font pas peur, si vous voulez rencontrer des mages égyptiens dégénérés, si vous voulez assister à une fête foraine en 1666 sur la Tamise embâclée, si vous voulez savoir comment un loup-garou fait pour s’épiler, empruntez « Les Voies d’Anubis », vous n’en sortirez peut-être pas indemne, vous non plus…

 

En conclusion, j’envie les lecteurs qui vont découvrir Tim Powers aujourd’hui, grâce aux grâce aux rééditions grand format qui sont sorties en librairie chez d'autres éditeurs !

 

Serge Rollet.

 

Voir les commentaires

Éditions de la Banshee

Éditions de la Banshee

 

Naissance d’une nouvelle maison d’édition spécialisée dans les littératures de l’imaginaire :

Les Éditions de la Banshee

Fondées en cette année 2018 par Clémence Martin, les Éditions de la Banshee publient des romans et des recueils de nouvelles qui relèvent des genres du fantastique, de la fantasy, de l’horreur et de la science-fiction.

Une maison d’édition à taille humaine pour promouvoir les genres de l’imaginaire.

En créant les Éditions de la Banshee, Clémence Martin souhaite proposer un tremplin aux romanciers et nouvellistes inconnus ou méconnus, dont les récits relèvent des genres de l’imaginaire et qui peinent à trouver leur place dans les grosses maisons d’édition. L’objectif est ainsi de promouvoir les fictions de l’imaginaire et d’aider les différents auteurs édités à trouver leurs lecteurs par le biais des réseaux sociaux, des plateformes de publication et lors de différents salons du livre. Les auteurs publiés sont accompagnés de la correction à la publication ; puis pour la promotion de leurs œuvres.

 

Contrairement à certaines petites maisons d’éditions qui proposent uniquement des contrats participatifs ou à compte d’auteur, une des ambitions des Éditions de la Banshee est d’offrir la meilleure rémunération possible aux auteurs (10% du prix du livre), afin de les aider à vivre de leur plume. Le reste des bénéfices permet de financer la correction, l’illustration et la promotion des ouvrages.

 Le travail d’édition en lui-même est effectué bénévolement par une petite équipe de trois personnes :

- Clémence Martin qui dirige la maison d’édition et édite les œuvres

- Sébastien Martin qui crée des graphismes et des couvertures

- Agathe Goret qui fait la promotion des œuvres et anime une communauté d’auteurs et de lecteurs, via les réseaux sociaux.

Les œuvres publiées s’adressent à un public de jeunes adultes et d’adultes friands des littératures de l’imaginaire.

De premières parutions prévues pour septembre 2018

En septembre 2018, trois romans et un recueil de nouvelles seront publiés. Les ouvrages seront disponibles en version papier, à la commande. Une publication des œuvres au format numérique est également prévue pour l’année 2019.

 

Communiqué de Presse

Éditions de la Banshee
Éditions de la Banshee
Éditions de la Banshee
Éditions de la Banshee

Voir les commentaires

Les Ombres d'Élyranthe

Les Ombres d'Élyranthe

 

Un nouvel éditeur vient de faire paraître une première anthologie consacrée aux genres de l'imaginaire. Il s'agit des « Ombres d'Élyranthe », une petite association franco-belge gérée de main de maître(sses) par deux autrices issues du forum l' « Écritoire des Ombres ». Lester L, Gore m'a fait parvenir un exemplaire de ce recueil afin que j'en dise quelques mots. Je vais donc commencer, de façon exceptionnelle, par l'aspect extérieur de l'objet.

Je fais en effet partie de cette catégorie de lecteurs qui ne se laissent pas influencer par l'illustration de couverture, et pour tout dire, je préfère les éditions de poche anciennes, moins tapageuses et uniformisées que celles d'aujourd'hui. Parlez-moi plutôt des vieux « J'Ai Lu », avec les illustrations nébuleuses et quasi abstraites de Tibor Csernus, ou des Fleuve Noir avec les couvertures si sexy de Gourdon ! Aujourd'hui, j'ai l'impression que l'édition de l'imaginaire tape dans un stock inépuisable de dessins assistés par informatique comportant obligatoirement des bogoss musculeux et des dragons évoquant davantage le carton-pâte que les forces élémentaires de la nature.

Les « Ombres d'Élyranthe » proposent donc un bel objet, de format agréable, pourvu d'une couverture originale. Il s'agit en fait d'un véritable miroir dépoli, qui tranche sur le fond sombre, entouré de l'image d'un cadre baroque du plus bel effet. J'avoue que l'effet d'ensemble est attirant, et intriguant. Mais, comme disent les Anglais, on ne juge pas un livre à sa couverture.

Alors, « Ombres » est un bel exemple du dynamisme et de la diversité des auteurs français, loin  de l'uniformisation commerciale que l'on retrouve dans les catalogues des « grands » éditeurs, et donc sur les tables des libraires. Science-fiction option « space opera érotique » (remarquable « Trou de Ver »), allégorie poétique à la Chambers (« Les Masques de Carmina », « L'écrivain »), thématique lovecraftienne (« Aquariophilie »), humour sombre (« le Vieux Roger »), tous les genres, tous les aspects des littératures de l'imaginaire sont représentés dans cette anthologie, si bien qu'il est très difficile de les citer tous. À noter aussi que les nouvelles sont toutes assez courtes, ce qui ajoute encore à la variété de l'ouvrage. Ainsi, chacun trouvera son bonheur, selon le genre ou le style qu'il préfère, parmi les dix-neuf nouvelles qui composent « Ombres ».

Enfin, une préface de Ludovic Païni-Kaffin et une présentation des auteurs parachèvent un recueil bien sympathique et hautement recommandable.

 

Serge Rollet.

 

Voir les commentaires

Couverture Elodie Dumoulin

Couverture Elodie Dumoulin

Présences d’Esprits 93

Le zine de des mondes de l’imaginaire

Littérature BD Cinéma TV Jeu Illustration

N° 93 Eté 2018

 

Désormais vous êtes habitué à ce que sur ce site, nous vous parlions de ce fanzine.

 

Alors quoi de neuf dans cette livraison ?

 

Pour commencer, si vous n’êtes pas polonais ou ne lisez pas le polonais couramment, vous ne devez pas connaitre « Stara Bash» de Jôzef Ignacy Krasewki. Cette œuvre est l’une des plus connues de Pologne dans les genres de l’imaginaire.

 

Jôzef Ignacy Krasewki est un auteur prolifique, malheureusement « Stara Bash » n’a jamais été traduit en français. Mais votre fanzine préféré vous offre après une analyse de cette œuvre, la biographie et biographie de cet auteur polonais du 19e siècle, le chapitre 4 du tome 2.  Une vraie rareté que je vous laisse découvrir par vous-même. Nous devons la présentation, ainsi que la traduction de cette œuvre à Anita Chaillou.

 

Concernant le dossier, il est consacré cette fois à l’un des plus étranges créatures des genres de l’imaginaire, qui existe depuis le moyen-âge : Le Golem.    Plusieurs des chroniqueurs de Présences d’Esprits se sont attelés à la tâche. Christophe ‘1416’ Colin, Vincent ‘1379’ Delrue et Marthe ‘1389’  Machorowski.

 

Le dossier aborde aussi bien le mythe que plus ou moins nus connaissons tous avec le « Golem de Prague », puis est aborder les divers aspects fictionnels dans la  littérature le cinéma et les comics, chaque auteur fait p Jôzef Ignacy Krasewki preuve d’une grande érudition sur ton domaine de compétence.

 

 

Les amateurs de Marvel liront la présentation faite de THANOS dans la rubrique Sushi et Burger.

 

Élodie Dumoulin, qui a fait la couverture de ce numéro, donne un entretien sur son parcours et ses techniques de création.

 

Bien sûr vous retrouverez  les rubriques habituelles :

Ceci n’est pas de la SF.

Lectures (Livres)

Bande dessinée / Manga

Jeux

Vision (ciné, DVD)

Numéros anciens

 

  

À la fin ce cet article vous trouverez l’agenda du club afin que vous puissiez nous rencontrer durant ces diverses manifestations. 

 

Une fois de plus, je vous conseille fortement de rejoindre notre club et simultanément de vus abonné au fanzine et à la revue de nouvelles A.O.C .

AGENDA

AGENDA

Voir les commentaires

Les Nocturnes, tome 1 L’Éveil

Les Nocturnes,

tome 1 L’Éveil

 

 Roman des rêves pour jeunes adultes –

 

Premier roman d’Anthony LUCCHINI, Les Nocturnes, tome 1 L’Éveil, un voyage initiatique fantastique qui nous plonge au coeur du pays des rêves et des cauchemars.

 

Anthony LUCCHINI signe ici son premier roman fantastique.

 

Rédigé après 14 ans de réflexion et débuté dans une cour de lycée, ce roman, qui ne devait être au début qu’un recueil de rêves, a très vite pris corps.

 

S’inspirant de tout ce qui l’entoure, Anthony LUCCHINI a su créer un univers cohérent et intriqué dans lequel le lecteur, comme ses personnages, est happé. Au travers de son jeune personnage principal, Rémi, l’auteur met en place un véritable voyage initiatique au cours duquel l’adolescent se retrouve confronté à ses sentiments et ses émotions, pour découvrir qu’ils ont davantage de pouvoir que la violence.

 

Derrière la mise en scène des rêves d’un adolescent introverti et une richesse narrative, à la fois dans l’histoire, mais aussi dans la construction même du récit, il s’agit bien d’un véritable récit fantastique qui met à mal les clichés du genre.

 

Édité par Beta Publisher – Paris

 

Roman disponible depuis le 18 Avril 2018 au prix de 14.99 € TTC

 

4e de COUVERTURE

N’avez-vous jamais rêvé de terres lointaines, de monstres ou de magie ?

Ne vous êtes-vous jamais réveillé avec d’étranges images en tête ou des palpitations ?

Rémi, adolescent renfermé, va découvrir dans le monde de Labàs des vérités insoupçonnées.

Accompagné de ses trois amis, il va, au travers de ce voyage initiatique, vivre des aventures épiques et faire face à ses pires cauchemars.

 

AVIS LECTEURS

Les Miss Cho Colatine Bouquinent - Review complète

Je dois dire que mettre en scène les rêves d’un adolescent introverti est une idée juste sensationnelle. Créer ses mondes magiques avec tout autant de codes que de mondes crée ; les faire vivre en rapport avec la personnalité de Rémi où chaque petits détails te renseignent sur ce qu’il est vraiment sont une idée hyper judicieuse. Le monde de l’auteur est tellement riche que tu ne sais plus où trop donner de la tête (mais pour de très bonnes raisons). T’es finalement happé dans un monde extraordinaire où mille et une couleurs t’explosent à la figure. De l’aventure à gogo, des confrontations, des enjeux importants.

 

C’est gargantuesque ! C’est inimaginable ! C’est fantastique ! Si le roman s’inscrit dans le genre fantastique, on frôle toute de même la fantasy et/ou la science-fiction. L’auteur a la capacité de faire vivre à son lecteur ce dépaysement époustouflant. Son imaginaire déborde pour ton plus grand plaisir. La plume de Anthony Lucchini est 100 % efficace et les changements de narrateur ne freinent aucunement la fluidité du texte.

 

Si t’es fan de fantastique, t’as alors trouvé ton prochain livre de chevet. Garanti 100% aventure !

 

Addcition Livresque - Review complète

Si vous souhaitez vous plonger dans une pure histoire fantastique, alors «Les Nocturnes» saura satisfaire votre envie d’évasion!! En lisant ce récit, je me suis rendu compte que le texte convenait aussi bien aux jeunes lecteurs, environ 15 ans, qu’aux lecteurs plus affirmés.

 

La plume de l’auteur est vraiment très imaginative, Anthony Lucchini a créé de toutes  pièces un univers parallèle avec ses propres lieux et ses propres créatures, où la magie, la féerie et les ténèbres se mélangent, faisant vivre à quatre lycéens des aventures aussi extraordinaires que dangereuses. Une histoire exclusivement fantastique où le réel et l’irréel se confondent pour nous faire rêver les yeux ouverts.

 

BOOKTRAILER

L’une des particularités de notre Maison d’Édition est de créer un ou plusieurs booktrailer pour chacune de nos parutions. Toutes nos vidéos peuvent être directement accessibles sur notre chaîne youtube Beta Publisher (voir lien ci-dessous).

 

(Communiqué de presse)

Voir les commentaires

Entretien Emmanuelle Nuncq Ecrivain

Entretien

Emmanuelle Nuncq

 

 

Stéphane Dubois,

Bonjour Emmanuelle,

Tu as déjà écrit de nombreux textes, tu en as publié combien à ce jour ?

 

Emmanuelle Nuncq,

Écrits je ne les compte plus, je les remanie souvent, j’en suis à mon huitième publié à ce jour. Sur les couvertures il y a une rose par roman publié.

 

Stéphane Dubois,

Quel fut le premier roman que tu as édité ?

 

Emmanuelle Nuncq,

Il n’est pas là, il s’agit de « Porcelaines », qui a obtenu le Prix du premier Roman en ligne 2011 aux éditions Le Manuscrit, déçue par cette maison d’édition, je l’ai retiré après des mois de batailles pour récupérer mes droits.

 

Vous ne le trouverez donc plus dans le commerce.

 

Stéphane Dubois,

Parle-nous de ton dernier roman.

 

Emmanuelle Nuncq,

Il s’agit des « Chercheurs du temps », publié aux Éditions Séma, ce sont des voyageurs dans le temps, un professeur emmène ses élèves étudier différentes disciplines, il engage Roxanne, férue de littérature française. Ils partent voir les auteurs qu’elle étudie. Chaque chapitre est consacré à un auteur. Ils va leur arriver plein d’aventures, et ils ne vont pas spécialement se cantonner à la littérature française du 19e  siècle, ils vont étudier : chrétien de Troyes, Edgar Alan Poe, Jane Austen.

 

Ce sont des auteurs que j’aime particulièrement et j’ai voulu leur consacrer quelques pages.

 

Le premier qu’ils rencontrent est Gérard de Nerval, puis  Baudelaire et Alexandre Dumas, ensuite ils partent à l’époque de la Régence anglaise, car Roxanne aime beaucoup Jane Austen et veut assister  à un bal.

 

Stéphane Dubois,

Tu as pensé à docteur Who en écrivant ton roman ?

 

Emmanuelle Nuncq,

Oui comme dans cette série, cela va dérailler et un méchant va apparaitre rapidement, chaque fois qu’ils veulent aller dans une époque ils n’arrivent pas dans la bonne, ou alors des personnes peu recommandables arrivent.

 

Stéphane Dubois,

Tu as mis combien de temps à écrire ce roman ?

 

Emmanuelle Nuncq,

Le premier épisode je l’ai écrit il y a déjà dix ans, il s’agissait à l’époque d’une Fan-fiction de Docteur Who.

 

Cela a énormément évolué depuis, maintenant c’est mon univers, mais avec le même principe deux personnes partent voyager dans le temps, principe que l’on retrouve aussi dans « Retour vers le Futur ».

 

 

Stéphane Dubois,

Tu fais partie également d’une anthologie « Sur le Balcon », tu peux nous en dire quelques mots ?

 

Emmanuelle Nuncq,

Chaque auteur a proposé son texte sur la base du thème choisi par l’anthologiste. Comme j’aime beaucoup cette période, j’ai choisi le 19e siècle et le balcon est celui d’un théâtre. Il s’agit, sous forme de nouvelle, d’un thriller.   

 

Stéphane Dubois,

Tu as commencé à écrire jeune, vers quel âge ?

 

Emmanuelle Nuncq,

J’ai commencé à écrire vers les 10 à 11 ans, des saynètes pour mes cousins et cousines, des petits poèmes.

 

À cette époque je n’avais pas idée de devenir écrivain. Je me suis mise à écrire sérieusement beaucoup plus tard, aux « Imaginales », il y eut un  speed dating auteur-éditeur. J’ai proposé un roman, que j’avais écrit durant mes heures de travail, j’étais guide et surveillante au  Musée Lorrain à Nancy, parfois j’avais du temps et sur un petit carnet j’écrivais. 

 

 

J’ai passé deux ans à écrire ce roman que j’ai présenté à un éditeur à l’occasion de ce speed dating.

 

Cela a marché et j’ai commencé à me pencher sur le métier d’écrivain.

J’ai participé à des concours de nouvelles j’en ai gagné deux ou trois, mais rien d’important.

 

Je me rappelle de « Poésie en liberté », j’ai obtenu un prix pour cela (« Poésie en liberté » est un concours international de poésie en langue française. Il est ouvert à toute personne en formation de 15 à 25 ans. NDLR).

 

J’ai aussi obtenu pour « Porcelaines »le prix du premier roman en ligne au moment de sa sortie.

 

Stéphane Dubois,

Tu en es à  combien de romans ?

 

Emmanuelle Nuncq,

Actuellement j’en suis à huit romans publiés et trois en préparation. Chaque rose sur la couverture d’un de mes romans correspond au nombre de romans que j’ai déjà publiés.

 

Je prépare une trilogie de fantasy, fantasy gore vraiment sombre.

 

Stéphane Dubois,

Quels sont tes auteurs préférés ?

 

Emmanuelle Nuncq,

Comme vous pouvez le deviner à ce que j’ai dit plus haut, j’aime beaucoup les auteurs français du 19e siècle.

 

Je voue une passion a la pièce « Cyrano de Bergerac », je  l’ai lue une bonne cinquantaine de fois,  j’ai vu une bonne dizaine d’adaptations.

 

Stéphane Dubois,

Quelle est ton adaptation préférée de cette pièce ?

 

Emmanuelle Nuncq,

De toutes celles que j’ai vues, la mise en scène préférée est celle de la Comédie Française. Elle est vraiment bonne et les acteurs sont géniaux, particulièrement Michel Vuillermoz,  elle a d’ailleurs été récompensée.  À cette occasion j’ai redécouvert le rôle de Christian.

 

Stéphane Dubois,

Il y a d’autres formes d’écritures qui t’intéresseraient ?

 

Emmanuelle Nuncq,

J’ai écrit, surtout adolescente, des scénarios. Cela va très vite, et j’ai une écriture très cinématographique, je rêve d’être dans le milieu du cinéma, mais cela coute très cher, mon rêve serait que l’un de mes livres soit adapté au cinéma. J’aimerais avoir plus de rôles : écrire le scénario, jouer dans le film, faire des costumes.

 

Stéphane Dubois,

Des costumes aussi tu en fais ?

 

Emmanuelle Nuncq,

Je fais des costumes pour moi et  j’aimerais dessiner  les costumes   d’un film tiré d’un de mes ouvrages.

 

Quand on écrit, les effets spéciaux coutent beaucoup trop cher.

 

Stéphane Dubois,

Merci pour cet entretien, et nous tiendrons informés les internautes de tes prochaines publications. 

 

Entretien réalisé dans le cadre du BIFFF 2018.

 

 

Bibliographie :

Paru chez Séma Éditions :

Chercheurs 2 Les Chercheurs du Temps,

 

Bordemarge, le 13 avril 2012 aux éditions Castelmore.

 

En février 2016 est paru aux éditions du Chat Noir le premier tome de la trilogie "Palimpsestes" intitulé "Impressionnisme". Le second tome "Symbolisme", est paru en février 2017, et le dernier,   Anachronisme", début 2018, en même temps que "Les Chercheurs du Temps" (Séma), préquelle de "Bordemarge".

 

« Porcelaines » Indisponible

 

Voir les commentaires

 Les Prières de sang thriller fantastique de Jean-Marc Dhainaut.

« Les Prières de sang »

thriller fantastique

de Jean-Marc Dhainaut.

 

L’auteur nous a fait connaitre le personnage d’Alan Lambin avec une nouvelle intitulée  « Alan Lambin et le fantôme au crayon ». Une nouvelle enquête fantastique s’offre à Alan Lambin, cette fois Jean-Marc Dhainaut qui est passionné de fantastique depuis qu’enfant il regardait à la télévision la série culte de  Rod Sterling (25 décembre 1924/28 juin 1975) « La Quatrième Dimension », prend le parti pris d’écrire des histoires alliant histoire, légendes et mystère.

 

Très bien écrit,  on n’arrive pas lever les yeux   de l’ouvrage, on s’enfonce à chaque chapitre un peu plus dans le  mystère. Très scénarisé, il pourrait servir de base à mon sens à un film.

 

Je vous le recommande donc fortement.

 

 

Résumé de l’ouvrage :

Alan Lambin, spécialiste en paranormal, est appelé à enquêter dans un vieux monastère ayant accueilli autrefois quatre templiers en fuite. Depuis, ses murs semblent dissimuler un lourd secret solidement gardé par des âmes hostiles. Les parchemins ne mentent pas, ni ces cris que chacun peut entendre la nuit dans les sombres couloirs du monastère. Et dire que tout a commencé parce qu'une étudiante a acheté un jour une armoire ayant appartenu aux moines. Une armoire qui n'avait pas perdu la mémoire…

 

 

Calendrier des dédicaces

(Sous réserves)

 

14 juillet 2018 : Espace Culturel E.Leclerc de Saint-Amand-les-Eaux (59). Jean-Marc Dhainaut y dédicacera son roman Les Prières de sang de 13 h à 18 h.

 

28 juillet 2018 : Cultura de Hénin-Beaunont (62). Jean-Marc Dhainaut y dédicacera son roman Les Prières de sang de 13 h à 18 h.

 

 17 août 2018 : Espace Culturel E.Leclerc de Guingamp (22). Jean-Marc Dhainaut y dédicacera son roman Les Prières de sang de 15 h à 19 h.

 

18 août 2018 : Cultura de Langueux (22). Jean-Marc Dhainaut y dédicacera son roman Les Prières de sang de 13 h à 18 h.

 

8 & 9 septembre 2018 : Fête du livre de Sains-en-Gohelle (62). Jean-Marc Dhainaut y dédicacera ses romans.

 

15 & 16 septembre 2018 : Les Arkéosiennes, marché et fête médiévale de Douai (59). Jean-Marc Dhainaut y dédicacera ses romans de 10 h à 18 h.

 

10 novembre 2018 : Cultura de Villeneuve-d'Ascq  (59). Jean-Marc Dhainaut y dédicacera son roman Les Prières de sang de 13 h à 18

 

24 novembre 2018 : Cultura Venette (60). Jean-Marc Dhainaut y dédicacera son roman Les Prières de sang de 13 h à 18 h

 

Biographie de l’auteur :

Jean-Marc Dhainaut est né dans le Nord de la France en 1973, au milieu des terrils et des chevalements. L'envie d'écrire ne lui est pas venue par hasard, mais par instinct. Fasciné depuis son enfance par le génie de Rod Serling et sa série La Quatrième Dimension, il chemine naturellement dans l'écriture d'histoires mystérieuses, surprenantes, surnaturelles et chargées d'émotions. Son imagination se perd dans les méandres du temps, de l'Histoire et des légendes. Il vit toujours dans le Nord, loin d'oublier les valeurs que sa famille lui a transmises.

 

Fiche technique :

Roman disponible le 5 juillet 2018 (papier & numérique).

Fantastique

Collection L'ombre des mots

Langue : Française

Format(s): Poche (11x18 cm), EPUB & MOBI

Nombre de pages : 218 pages (Papier), 169 pages env. (EPUB & MOBI)

ISBN : 978-2-37258-044-1 (Papier), 978-2-37258-045-8 (EPUB & MOBI)

EAN : 9782372580441 (Papier), 9782372580458 (EPUB & MOBI)

« Les Prières de sang » thriller fantastique de Jean-Marc Dhainaut. Extrait.

BANDE ANNONCE

Alan Lambin et le fantôme au crayon.

Alan Lambin et le fantôme au crayon.

Alan Lambin et le fantôme au crayon.

6 ans avant La Maison bleu horizon, Alan Lambin était déjà confronté à l'impensable.

 

Une enquête inédite explorant le monde du paranormal avec sensibilité et émotion...

24 pages env.

Alan Lambin et le fantôme au crayon. Téléchargement gratuit et légal.

Voir les commentaires

Les Compagnons de l’ombre Jean-Marc Lofficier 23

Les Compagnons de l’ombre Jean-Marc Lofficier 23

Les Compagnons de l’ombre

Jean-Marc Lofficier

Volume 23

 

Nous en sommes déjà au volume vingt-trois, de cette série commencée en 2007.

 

Des auteurs aussi bien français qu’anglais ou américain nous offrent une nouvelle fois partager des rencontres improbables entre héros et méchants. Certaines plus parodiques que d’autres qui ont un aspect plus d’hommages littéraire.

 

La variété des auteurs de ces douze nouvelles, écrites par douze auteurs différents, fait que chacun devrait y trouver son compte, mais bien sûr également et forcément moins aimé certaines.

 

En ce depuis d’été, c’est l’idéal pour se détendre à la plage.

 

Nous vous offrons ci-dessous en téléchargement légal est gratuit une des nouvelles de ce recueil, grâce aux Éditions Rivière Blanche, qu’il en soit remercier.

 

 

Résumé de l’ouvrage :

Au Japon, Rocambole croise le fer avec Zatoichi; Eugénie Danglars affronte Carmilla la vampire; Arsène Lupin fait équipe avec John Silence et le Père Brown; Harry Dickson retourne explorer les bas-fonds de New York; les agentsde Madame Atomos découvrent l'existence du Peuple; Waldemar Daninsky se bat contre le monstre de Frankenstein; Aramis repousse les forces de Baal; le Capitaine Vampire complote la mort de Von Bork; et le Duc Dorian Hawkmoon s'embarque sur le Ténébreux Vaisseau...

 

111.  Jean-Marc Lofficier.

Les Compagnons de l'Ombre 23

- 300 p. - 21 euros.

Voir les commentaires

Illustration: Daniele Serra

Illustration: Daniele Serra

Quinze Pas Vers l'Etrange

Serge Rollet

 

L’auteur nous offres quinze nouvelles, la plupart fantastique.   Il avait déjà publié aux Editions Rivière Blanche « Le Dieu sans nom » (collection Noire N°82), qui fit grand bruit a l’époque.

 

Cette fois ci, il nous offre quinze nouvelles, très diverses, ce qui fait l’intérêt de l’ouvrage.

 

Ce nouvelliste est dans  la continuité d’écrivains comme  Brown, Bloch ou encore Matheson. D’entrée avec le « Le Sanctuaire » on voit que   l’auteur n’est pas dans l’horrifique, mais plus dans la malice, de l’humour.

 

Chaque nouvelles évoque une thématique différente.

 

Très bien écrit je vous en recommande la lecture, mais quoi de mieux que de vous forger votre propre opinion en lisant et téléchargeant légalement l’extrait ci-dessous, à ce propos je remercie les Editions Rivière Blanche.    

 

 

 

 

Serge Rollet

Noire 110. Quinze Pas Vers l'Etrange

ISBN-13: 978-1-61227-747-9

228 pages - 20 euros

 

 

4E de couverture.

Je ne dors jamais deux fois au même endroit. J'ai changé de ville tous les jours depuis un mois. Mon premier soin est de calfeutrer soigneusement toute ouverture qui se présente dans ma chambre, avant de chercher, le plus souvent en vain, un sommeil d'oubli. Pourtant, je sens l'être, la chose qui me poursuit, se rapprocher de jour en jour. Et ma peur augmente au fur et à mesure que je crois entendre un glissement répugnant s'approcher de la chambre minable que j'occupe ce soir dans un hôtel parisien. Peut-être le fait de consigner cette aventure par écrit pourra-t-il m'aider à surmonter ma terreur. Demain, je m'envole pour le Canada, un pays de glace et de neige où nul reptile ne peut survivre.

 

Le Dieu sans nom, publié en décembre 2015 dans cette même collection Noire, avait déjà frappé les esprits. Avec ce nouveau volume d’une réjouissante diversité, Serge Rollet  confirme s’il en était besoin une maîtrise qui le situe dans la continuité directe des grands maîtres américains tels que Fredric Brown, Robert Bloch ou Richard Matheson.

 

Fort heureusement, ces prestigieux parallèles ne nuisent en rien à la singularité et au tempérament des Quinze pas vers l’étrange. Car si le style ciselé de Serge Rollet peut bel et bien entraîner son lecteur « dans l’abîme du temps », c’est pour mieux le rappeler au bon souvenir de certaines évidences contemporaines. La preuve par quinze avec ce recueil passionnant et subtil, quelque part entre le train fantôme et le musée des horreurs.

 

Du fantastique à la fantasy en passant par la science-fiction et l’horreur, Serge Rollet arpente tous les « territoires de l’inquiétude » avec la même gourmandise communicative. Difficile dans ces conditions de résister à ses invitations au voyage, même s’il s’agit peut-être là d’un aller simple vers l’étrange…

 

 

 

TABLE DES MATIÈRES :

Préface d'Artikel Unbekannt

Le sanctuaire

Le Berserker

Léo

Métamorphoses

L’anneau de Seth

Le dernier des Mokélés

Dans le reflux du temps

Nettoyeur de tranchées

La mort sinueuse

Au pied de la lettre

Gibier

Guérison

Irish tale

Dans la peau

Der Nachrichter

 

 

Biographie de l’auteur :

Amateur des « mauvais genres » de l’imaginaire, Serge Rollet est tombé tout petit dans la marmite lovecraftienne. Il en est ressorti armé de la conviction que le Mythe de Cthulhu méritait d’être repris et augmenté, de préférence avec un style modernisé et contemporain.

 

Depuis, il a publié quelques nouvelles aux éditions de L’œil du Sphinx, chez « Horrifique », divers fanzines aujourd’hui disparus, et dans différentes anthologies dont "Sur les Traces de Lovecraft" chez Nestiveqnen.

 

Après une interruption de quelques années, il est revenu à l’écriture et a publié « Le Dieu sans Nom » et « Quinze Pas vers l'Étrange » chez Rivière Blanche.

 

Parisien d’origine, il vit en Bretagne, entre Ys l’engloutie et Brocéliande, où il prépare divers projets d’écriture tout en exerçant diverses activités alimentaires.

 

Fan de Graham Masterton et de Tim Powers, amateur de théories bizarres et de connaissances saugrenues, il collectionne les livres et les réponses négatives d’employeurs sérieux.

 

Voir les commentaires

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Théâtre. Présent dans les principaux festivals de film fantastique e de science-fiction, salons et conventions.

Pages

Archives

Hébergé par Overblog