Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

<< < 10 20 30 31 32 33 > >>

Articles avec #auteur

Affiche du film

Affiche du film

Another Frontier

 Original title :

L'altra frontera

BIFFF 2015

 

Official Selection of the 33rd Brussels International Fantastic Film Festival (BIFFF),European Competition «Meliès D’Or».

 

L’un des grands favoris pour le «Meliès D’Or» et à juste titre très bonne interprétation des premiers et seconds rôle, bien dirigé.

 

Le réalisateur brésilien a clairement dit dans sa présentation du film, qu’il dénonçait le capitalisme, la course à l’audience à tout prix de médias peu scrupuleux.  

 

Les réfugiés d’une guerre dans un pays non déterminé, espère dans une « No Man Land » ou en fait on les contraints à participer à une télé-réalité pour avoir un visa. Ils y sont contraints : hommes, femmes et enfants à oublier toute morale, toutes dignités pour ce fameux visa d’entrée… et de bonnes audiences.

 

Un Koh-Lanta puissance dix en quelques sortes.

 

 Avec une photographie très bien faite et tout à fait appropriez aux scènes, sélectionné au BIFFF ne devrait pas en repartir les mains vides.

 

Il avait déjà réalisé des court-métrage dont en 1996 : « Killer berberechos » avec  Johnny Melville, Tina Grance, Mark Harrington et également des pubs.

A voir et revoir

 

 

 

Fiche technique et résumé source BIFFF

 

Genre aventure, dystopia, near future

 Pays Espagne

 Réalisateur André Cruz Shiraiwa

 CastING Ariadna Gil, Biel Montoro, Gonzalo Cunill, Laura Rayon

 Scénario André Cruz Shiraiwa, Aurora Sulli

 Soundtracks Luc Suarez

 Audio Espagnol

 Sous-Titres Anglais, Français, Néerlandais

 Producteur Luis de la Madrid Soria

 Distributeur Cine de Garage

 Année 2014

 

Résumé du film :

Quelque part dans le monde, une guerre civile fait rage. Après avoir esquivé les chenilles des tanks meurtriers et les viols de masse, Hannah et son fils Leon parviennent enfin à la frontière dont tout le monde parle : le No Man’s Land… Havre de paix épargné par les bombes et les massacres, le NML accueille toutes les victimes collatérales, prêtes à tout pour un visa de sortie.

 

Mais Hannah et son fils vont vite découvrir que ce camp de réfugiés – aussi cosy qu’Auschwitz – n’a rien d’une coopérative désintéressée : le fameux sésame se paie au prix fort. Celui de la meilleure audience… Car tous les réfugiés ne sont rien d’autre que du bétail de téléréalité, où l’éthique la plus sommaire est vite rangée au placard de l’humanité.

 

Entre opérations sans anesthésies, accouchements en direct, adultères croustillants sous l’œil omniscient des caméras, tout est permis afin de gagner les faveurs d’un public digne des arènes romaines.

 

Vous la sentez, cette odeur orwellienne qui émane du premier long d’André Cruz Shiraiwa ?

Il aura fallu cinq ans de gestation pour réaliser cette dystopie époustouflante qui taille un costard paroxystique à la frivolité humaine, à travers le prisme de la téléréalité.

 

Le résultat est sans appel, porté avec brio par Ariadna Gil (Le Labyrinthe de Pan) en mère courage qui se déshumanise entre deux coupures de pub…

TRAILER DU FILM

Voir les commentaires

Delphine Jean : Auteur-Réalisatrice-Chef Opératrice,

Delphine Jean : Auteur-Réalisatrice-Chef Opératrice,

Les Âmes Disparues

 

Delphine Jean

 

Nous nous faisons rarement le vecteur de projet financé en « participatif », non par ostracisme, mais en raison du trop grand nombre de propositions dans le domaine des genres de l’imaginaire que nous recevons.

 

Si nous faisons exceptions pour celui-ci  en raison de ses références à un cinéma que nous apprécions vivement.

À vous de vous faire une opinion.        

 

Ci-dessous le lien direct avec la page du projet.

 

********

 

« Les Âmes Disparues » est un projet ambitieux de fin d’étude, un hommage au genre Fantastique français, délaissé depuis Cocteau et Demy

 

A propos

Vous aimez le Cinéma Fantastique, romantique, aux choix esthétiques audacieux ? Ce projet est fait pour vous ! Aidez nous à lui donner vie !

L'Histoire :

Madison revient à Montmartre, lieu d'une enfance oubliée, causée par la disparition de son père. Elle va être confrontée à cette présence mystérieuse qui s'épanouit dans ce quartier : Gabriel. Une fascination et une relation trouble se noue entre eux. Mais qui est ce véritable Gabriel, un simple jeune homme ou bien plus que cela...

 

L'Origine de l'histoire :

« Les Âmes Disparues » est un projet ambitieux de fin d’étude.

C’est un hommage au genre Fantastique, très en vogue dès les débuts du Cinéma avec "Nosferatu" ou "M Le Maudit " de F. Murnau. Le genre retrouve ses lettres de noblesse ces dernières années avec notamment « Only Lovers Left Alive » de Jim Jarmush.   

 

Ce projet a la modeste ambition de redonner un élan au genre Français, empreint d'un réalisme poétique, tombé en désuétude depuis Jean Cocteau ou Jacques Demy.

Mon film est né de ce désir de mettre en scène le deuil d'une jeune femme après la mort de son père. Pour moi, cette relation père-fille était le moteur de l'histoire. Cette relation s'inscrit chez Madison comme une remémoration et le désir d'oublier en même temps. Ce père disparu est une âme disparue. Tels les personnages de Marguerites Duras dans « Hiroshima mon Amour » et dans l'ensemble de son œuvre artistique.

 

J'ai choisi d'ancrer ce récit dans l'univers du Fantastique car c'est sans doute le genre le plus adéquate : il s'empare des personnages pour mieux les confronter à leurs peurs intérieures, comme le disait Edgar Allan Poe, « Un Fantastique de l’Âme».

 

Le Fantastique, c'est une image inversée de l'âme et du corps.

 

 

 

Thèmes

La rencontre amoureuse :

Je veux traiter les premiers émois amoureux à travers la gestuelle, et la transformation psychologique des personnages. Le regard est ce qui attise leurs curiosités envers l'autre. La rencontre entre Gabriel et Madison constitue la symbiose de deux névroses identiques et complémentaires. 

 

L'oubli:

L'oubli est au centre de la vie de Madison, elle a développé un oubli de soi, des autres. Elle avance dans le néant, l'expérience traumatisante de sa jeunesse à moitié oubliée, à demi rêvée l'enracine sur place, dans un monde déconnecté de la réalité.

Intentions artistiques

C'est principalement le Fantastique sombre et invisible qui m’inspire, tel qu’il est représenté dans les films de « romantisme noir » de Mario Bava. L'utilisation symbolique des couleurs et de l’éclairage magistralement utilisées me poussent à approcher  la mise en scène dans le même sens.

 

Je veux installer une double identité de l'image, faire coexister le Réel et le Fantasme. Pour accompagner les déambulations de Madison, la caméra sera lente, comme une présence étrangère. Elle sera un œil subjectif qui observe, en attendant de dévoiler au fur et à mesure du récit. Cette lenteur doit être contrastée par le rythme plus soutenu et cadencé des scènes de Gabriel.

 

L'image et le son seront une matière en constante mutation.

 

Mon intention est de toucher par les sens, en confrontant le spectateur à une répétition de sensations visuelles et sonores, déconnectées de l'espace.

Delphine Jean

Kylian Waroquet : comédien, interprète le rôle de Gabriel

Kylian Waroquet : comédien, interprète le rôle de Gabriel

Marion CANNEVAL comédienne, interprète le rôle de Maddie

Marion CANNEVAL comédienne, interprète le rôle de Maddie

Voir les commentaires

Illustration de la couverture de Frédéric Le Martelot

Illustration de la couverture de Frédéric Le Martelot

Laurent Whale

Les étoiles s'en balancent

 

 Folio SF, publie en poche l’ouvrage de Laurent Whale « Les Balancent c’est Balancent), ouvrage post-apocalyptique, empreint d’humour et d’amour,  l’action se déroulent dans une France de haine, famine, misère. Le héros survie avec ce qu’ils découvrent grâce à son ULM, la grande peur est les hordes de chiens qui envahissent les villes, comment la combattre ?

L’une des rares ouvres sur la France post-apocalyptique même si on se souvient tous de fahrenheit 451 de  Ray Bradbury adapté au cinéma (1966)  par      François Truffaut avec Oskar Werner, Julie Christie qui le situait en France.

 

 

 

 

Résumé du livre

Dans une France plongée dans la violence, la famine et la misère, Tom Costa fait ce qu’il doit pour survivre ; à bord de son ULM, il chine et glane sa subsistance. Et, dès qu’il peut, il fonce la retrouver, elle, San, sa douce, sa lionne.

Mais bientôt, venu du Nord, un péril bien plus grand que les hordes de chiens sauvages ou les hors-murs le guette : une invasion a commencé et les Villes-États tombent les unes après les autres... Pour contrer cette menace, le vagabond du ciel va devoir former une escadrille de choc. Il pourra compter sur une poignée de têtes brûlées, parmi lesquelles Miki, le petit mécano et Cheyenne, l’insoumis.

 

Ensemble, ils devront tout mettre en œuvre pour sauver leur peau et le peu qu’il leur reste, tandis qu’au-dessus d’eux, les étoiles s’en balancent.

 

Roman d'aventures post-apocalyptiques, Les étoiles s'en balancent offre un divertissement intelligent où l'humour et l'amour sont les maîtres mots.

 

  Collection Folio SF n° 509

 Parution le 05/03/2015 480 pages

 Prix : 8.5  €  ISBN : 9782070459858

 Code Sodis : A45985

 

Biographie (officielle)

Laurent Whale est romancier, nouvelliste et traducteur franco-britannique. Il est l’auteur de 6 romans et de nombreuses nouvelles. Entre deux périodes d’écriture, il traduit des textes anglo-saxons.

 

Son genre de prédilection est la science-fiction, qu'il définit comme "un genre littéraire où tout est possible"1. Il revendique un esprit proche de la défunte collection Fleuve Noir Anticipation2.

 

Goodbye Billy, paru en 2014 aux éditions Critic, est sa première incursion dans le domaine du thriller.

 

Bibliographie (source Wikipédia)

Romans

Goodbye Billy, Éditions Critic 2014.

Les damnés de l'asphalte, Éditions Critic 2013.

Les étoiles s'en balancent, Éditions Critic 2012, Première édition épuisée Rivière Blanche, 2011.

Les Pilleurs d'Âmes, Ad Astra Éditions, 2010 (Prix Rosny aîné 20113)

Les Pierres du rêve, éditions Eons, 2007.

Le Chant des psychomorphes, Rivière Blanche, 2006. Réédition poche : éditions Lokomodo, 2011.

 

Nouvelles

« La chatte de Bukowski », collectif de la librairie Bédéciné, 2014.

« L'affaire du bout du monde », in Galaxies n°30/72, 2014.

« Une bouteille et des ailes », in L'épopée de Cal de Ter, de Paul-Jean Hérault, éd. Black Coat Press, 2009.

« The Show Must Go On », in Black Mamba no 12, éd. Céléphaïs, 2008.

« Agonis », in Géante rouge no 10, éd. Répliques, 2008.

« Nicoland », in Appel d’air, anthologie, éditions ActuSF Les 3 souhaits, 2007.

« Les Humadroïdes », in Le Retour de Cal de Ter, de P.J. Herault, éd. Black Coat Press, 2007.

« Une tourte pour huit », in Géante rouge no 1, éd. Répliques, 2006.

« La Lettre au père Noël », in La machine venue d’ailleurs, de R. Bessière, éd. Eons, 2005, (finaliste Prix Rosny aîné 2006).

« Hélas Elias », in Les Enfants du silence, de C. Ecken, éd. Eons, 2004, (Prix Merlin 2005).

L'Étoile sur la lande, éd. Demeyer, 2004 (Belgique)

« L'Étoile sur la lande » (en collaboration avec A. Le Bussy), in Xuensé no 53, 2004 (Belgique).

 

Traductions

« Conte de fer, de Tor Åge Bringsværd », in Galaxies no 13. 2011

« Interview de Paul McAuley », in Galaxies no 10. 2010

« Same player shoots again », de R.R. Angell, in Galaxies no 8. 2010

« Eternité.com », d’I. Watson & R. Quaglia, in Galaxies no 7. 2010

« Noces océanes », de Julian West, in Galaxies no 6. 2009

« Instinct grégaire », de Jay Caselberg, in Galaxies no 5. 2009

« Exemples aléatoires de fantaisie cosmique », de Jetse de Vries, in Galaxies no 4, 2009

« Neutres », de K.J. Anderson, in Galaxies no 2 (NS), 2008.

« Les Marées de Saturne », de L. Nagata, in Galaxies no 2 (NS), 2008

Voir les commentaires

COSPLAY

Oniriques 2015
Oniriques 2015
Oniriques 2015
Oniriques 2015

Oniriques 2015

Valérie Simon

Album Oniriques 2015
Album Oniriques 2015

Arfhëll Lutin,

Conteur

« colporteur d’histoires »

Album Oniriques 2015

Le village médiéval

et ses stands

Album Oniriques 2015
Album Oniriques 2015
Album Oniriques 2015
Album Oniriques 2015
Album Oniriques 2015

Stand de

« Présences d’Esprits »

Album Oniriques 2015

Voir les commentaires

Marcus Sakey, Les Brillants (tome 1), Série Noire, Gallimard

Marcus Sakey,

Les Brillants (tome 1),

Série Noire,

Gallimard

 

Pour le 70e anniversaire de la Série noire, Galimard publie un thriller fantastique de Marcus Sakey «  Les Brillants ». Cette collection créée par Marcel Duhamel en 1945 est une collection mythique de l’édition française.

 

La mention « tome 1 », laisse pensez à une trilogie, même les sites ni  de l’auteur ni de l’éditeur Gallimard, ne permet pas de vous le garantir.

 

L’auteur Marcus Sakey, ce sert d’une trame policière, pour explorer l’Amérique, alliant habillement suspense sur un fond fantastique ( le pouvoir de quelques personnes), dans un monde de préjugés,    de morale politique trouble, de manipulation et de répression.

 

 

Plébiscité à ça sortis aux USA, par toute la critique, cet ouvrage devrait recevoir un accueil  proche à sa sortie en France, en effet il faudra attendre le 12 février pour le trouver dans vos librairies préférez, pensez à le réserver d’avance.

 

Je ne serais à mon tour que vous le recommandez.

 

Traduction de l’américain : Sébastien Raizer

 

512 pages, sous couverture illustrée, 155 x 225 mm

Genre > Sous-genre : Romans et récits > policiers

 Catégorie > Sous-catégorie : Policiers > Thrillers

 ISBN : 9782070145485 - Gencode : 9782070145485 - Code distributeur : A14548

Prix : 19,90 euros

 

Article basé sur une « épreuve non corrigée »

 

Résumé :            

 

Dans le Wyoming, une petite fille perçoit en un clin d’œil les secrets les plus sombres de tout un chacun. À New York, un homme décrypte les fluctuations des marchés financiers. À Chicago, une femme maîtrise le don d’invisibilité en sachant d’instinct se placer là où personne ne regarde. On les appelle les «Brillants».

 

 Depuis les années 1980, 1 % de la population naît avec ces capacités aussi exceptionnelles qu’inexplicables.

 

 Nick Cooper est l’un deux : agent fédéral, il a un don hors du commun pour traquer les terroristes. Sa nouvelle cible est l’homme le plus dangereux d’Amérique, un Brillant qui fait couler le sang et tente de provoquer une guerre civile entre surdoués et normaux. Mais pour l’arrêter, Cooper va devoir remettre en cause tout ce en quoi il croit, quitte à trahir les siens.

 

Biographie :

 

 Marcus Sakey est né à Flint (Michigan). Il vit à Chicago.

 

 Après Désaxé (The Blade Itself) classé par Esquire dans les cinq meilleurs livres de l'année 2007, et acheté par Ben Affleck, Des gens bien (Good People) est son deuxième roman publié en France.

Couverture de l'édition originale

Couverture de l'édition originale

Voir les commentaires

Jean-Philippe Jaworski « Même pas Mort » Rois du monde 1, Folio SF
Jean-Philippe Jaworski « Même pas Mort » Rois du monde 1, Folio SF

Jean-Philippe Jaworski « Même pas Mort » Rois du monde 1, Folio SF

 

Jean-Philippe Jaworski

« Même pas Mort »

Rois du monde 1,

Folio SF

 

Il est un peu étonnant que Folio la sorte dans sa collection « SF » personnellement je l’aurais plus vu avec le label « Folio Fantasy », cela ne change rien bien sûr au contenu de cette trilogie, publié originellement par les « Moutons électriques » en 2013.

 

Il est assez rare que l’on ait si vite une version de poche, mais il est vrai que l’on n’a pas à faire de traduction.

 

Nous sommes dans un univers d’ heroic-fantasy, le héros principal : Bellovèse échappe à la mort, ou du moins la mort ne semble pas vouloir de lui.

 

 On y retrouve tous les ingrédients de la « fantasy », genre pour lequel Jean-Philippe Jaworski est particulièrement douer, on y retrouve aussi un style très « jeux vidéo » ce qui n’es pas étonnant quand on sait qu’il débuta en étant l’auteur de jeux de rôles amateurs : « Tiers Âge »  inspiré du Seigneur des Anneaux de Tolkien, le second «  Te Deum pour un massacre » donna une version « pro » il se déroulait en France durant les guerres de religion (on-t-elle vraiment cessé l’actualité récente peut nous faire douter).

 

Bâti sous forme d’un récit à la première personne, victime d’un oncle assoiffée de pouvoir, mais qui n’ose pas tuer de jeunes enfants de sa propre ligné, cet oncle le regrette plus tard, mais rien n’y fait, ni personne Bellovèse échappe à la faucheuse.

 

En dire plus serait spolié.

 

Tout ce que je peux dire de plus c’est que je vous recommande vivement la lecture de cette trilogie d’heroic-fantasy.

 

Les tomes suivants devraient paraitre chez Folio en 2016.

 

Biographie

Jean-Philippe Jaworski est un écrivain français de fantasy né en 1969. Il est également l'auteur de plusieurs jeux de rôles

 

Jean-Philippe Jaworski est né en 1969. Après des études de lettres, il est actuellement professeur de lettres modernes au Lycée Notre-Dame Saint-Sigisbert à Nancy.

 

En 19831, il découvre le jeu de rôles, et devient l'auteur de deux jeux de rôles amateurs : Tiers Âge, qui permet de jouer dans l'univers du Seigneur des anneaux de Tolkien, et Te deum pour un massacre, un jeu de rôle historique se déroulant en France pendant les guerres de religion.

 

Te deum pour un massacre aboutit à une édition professionnelle en 2005.

 

Jean-Philippe Jaworski a publié en 2007 un premier recueil de nouvelles de fantasy salué par la critique, Janua Vera (paru chez les moutons électriques et réédité depuis en poche).

 

En 2009, il publie un premier roman, Gagner la guerre, qui remporte le Prix Imaginales dans la catégorie « Roman francophone ».

 

Ces deux livres se déroulent dans le Vieux Royaume, un univers de fantasy où la magie est assez peu présente, quoique puissante, et qui puise largement son inspiration dans le roman de cape et d'épée et le roman historique (Renaissance italienne).

 

En 2013, il publie : Même pas mort, premier tome d'une trilogie intitulée Rois du monde se déroulant chez les Celtes, et notamment les Bituriges (prix Imaginales 2014).

 

Œuvres

 

Jeux de rôle

Tiers Âge, 2000 (jeu de rôle amateur)

Jean-Philippe Jaworski, « Faim de loup », Casus Belli, vol. 2, no 19,‎ 2003 (scénario)

Jean-Philippe Jaworski, Te deum pour un massacre, Éditions du Matagot,‎ 2005 (réimpr. 2010) (jeu de rôle)

Jean-Philippe Jaworski, Trois meschantes affaires, Éditions du Matagot,‎ 2005 (scénarios)

Jean-Philippe Jaworski, « 1562 : Paris assiégé », Casus Belli, vol. 2, no 7,‎ 2006 (scénario)

 

Littérature

 

Univers du Vieux Royaume

Janua Vera, Les moutons électriques, 2007 (recueil de nouvelles) (Prix du Cafard cosmique)

Gagner la guerre, Les moutons électriques, 2009 (roman) (Prix Imaginales, catégorie roman francophone 2009 ; Prix du premier roman Région Rhône-Alpes)

« Nuptiale », publiée en ligne sur le site des Moutons électriques, 2009

« Montefellóne », in Stéphanie Nicot (dir.) Rois et Capitaines, Mnémos, 2009 (nouvelle)

Janua vera, Les moutons électriques, 2010 (recueil de nouvelles, édition augmentée)

« La troisième hypostase », in Stéphanie Nicot (dir.) Magiciennes et Sorciers, Mnémos, 2010 (nouvelle)

« Désolation », in Stéphanie Nicot (dir.) Victimes et Bourreaux, Mnémos, 2011 (nouvelle)

 

Cycle Rois du Monde

1.Même pas mort, Les Moutons électriques, 2013

Prix Imaginales du meilleur roman francophone 2014, prix Planète SF des blogueurs 2014

 

2.Chasse royale, Les Moutons électriques, 2015 À paraître en mai 2015

 

3.La Grande Jument, Les Moutons électriques À paraître

 

 

Articles

Jean-Philippe Jaworski, « Théorie des Humeurs ludiques », Casus Belli, vol. 2, no 14,‎ 2002

Jean-Philippe Jaworski, « Le Seigneur des Anneaux : la tentation du mal », Casus Belli, vol. 2, no 18,‎ 2003 (critique)

Olivier Caïra (dir.), Jérôme Larré (dir.), Jean-Philippe Jaworski et al., Jouer avec l'histoire, Pinkerton Press,‎ 2009, 160 p. (ISBN 978-2-9533916-0-2), « Te Deum pour un massacre : jouer dans une Histoire douloureuse »

« Évasion diégétique », in Jeu est un autre - Le ludique et la science-fiction (Yellow Submarine n°134), 2009

« Le Seigneur des anneaux : roman mythopoétique», in Bifrost (Bifrost(revue) n°76), 2014

 

Autres œuvres

« Celles qui marchent dans l'ombre », in Mythophages, éditions de L'Oxymore, 2004 (nouvelle)

« Préquelle », in Jérôme Vincent, Charlotte Volper & Eric Holstein (dir.), Utopiales 09, Actusf, 2009 (nouvelle)

« Kenningar », in L’O10ssée des 10 ans, Folio SF, 2010

Voir les commentaires

Graham Joyce Lignes de Vie FOLIO SF
Graham Joyce Lignes de Vie FOLIO SF

Graham Joyce Lignes de Vie FOLIO SF

Graham Joyce

Lignes de Vie

Folio SF

 

Très prolixe, en ce mois de janvier, Folio SF nous offre cette fois-ci enfin disponible en version de poche l’ouvrage de Graham Joyce « Ligne de vie » reçut le Grand prix de l'Imaginaire Meilleur roman étranger 2007 pour Lignes de vie, traduite de l’anglais par Mélanie Fazi (prix de la meilleure traduction  au Grand Prix de l’Imaginaire 2007).

 

Cet auteur qui au court de sa carrière reçut de nombreux prix (voir ci-dessous) dont à cinq reprises le British Fantasy Adward.

 

 

Sortie en anglais en 2002, puis publié en 2005, dans sa traduction française, aux Éditions Bragelonne, beaucoup de personnes seront heureuses de le découvrir ou de le redécouvrir en format de poche, toujours plus accessible au plus grand nombre.

 

L’histoire est celle d’un enfant né dans les décombres du bombardement de Coventry durant la 2eme guerre mondiale, région d’où l’auteur est originaire, et dont le traumatisme persista de nombreuses décennies. Dans ces décombres nait un enfant  sans père, Franck, ces talents particuliers rendront encore plus dur pour la famille Vine de lui apprendre a vivre.

 

Ce roman fut le plus primé de sa carrière, et sans son décès prématuré à l’Âge de 60 ans, Graham Joyce nous aurait offert encore de superbes pages, c’est au-delà du Fantastique  l’un des meilleurs écrivains anglais  de sa génération.

 

 

Note :

Comme un conte, Bragelonne, 2015 (en) Some Kind of Fairy Tale, 2012)

À paraître le 18 février  2015

 

 

Biographie

Graham Joyce, né le 22 octobre 1954 à Keresley en Angleterre.

 

Élevé dans un village minier près de Coventry, Graham Joyce obtient un diplôme d'enseignant à Derby, puis une maîtrise de lettres modernes et de littérature américaine à l'université de Leicester où il rencontre sa future femme, Suzanne.

 

Il avait déjà commencé à écrire, mais c'est en Grèce où ils étaient partis vivre (sur l'île de Lesbos et en Crète) qu'il écrit son premier roman publié, Dreamside. Un voyage à Jérusalem lui inspire le roman Requiem.

 

Son fantastique inspiré et subtil en fait l'un des auteurs anglais les plus appréciés du genre. Cinq de ses romans ont été lauréats du prix British Fantasy. The Facts of Life a reçu le prix World Fantasy et Les Nuits de Leningrad a remporté le grand prix de l'Imaginaire 2003, catégorie « Nouvelle étrangère ». La plupart de ses romans sont traduits en plusieurs langues.

 

Tout en poursuivant son travail d'écrivain, il enseigne l'écriture à l'université de Nottingham Trent.

 

Il a coécrit les textes de cinq chansons de The Big Machine, quatrième album studio de la chanteuse française Émilie Simon : Fools Like Us, Rainbow, The Way I See You, Nothing To Do With You et This Is Your World.

 

Il aurait travaillé actuellement sur le scénario du jeu vidéo Doom 4 pour le compte d'id Software.

 

Sous le pseudonyme de William Heaney, Joyce a publié en 2008 le roman Memoirs of a Master Forger, sorti en France en 2009 sous le titre Mémoires d'un maître faussaire. La véritable identité de l'auteur étant maintenant dévoilée, le roman sera republié fin 2009 sous la signature de Joyce et sous le titre How to Make Friends with Demons.

 

Il a succombé le 9 septembre 2014 à un lymphome.

 

Œuvres

L'Enfer du rêve, Pocket coll. terreur, 1995 (en) Dreamside, 1991)

Sorcière, ma sœur, Pocket coll. terreur, 1998 (en) Dark Sister, 1992)

Rêves égarés, Pocket coll. terreur, 2001 (en) House of Lost Dreams, 1993)

Requiem, Pocket coll. terreur, 1996 (en) Requiem, 1995)

L'Intercepteur de cauchemars, Pocket coll. terreur, 1998 (en) The Tooth Fairy, 1996)

Réédité sous le titre La Fée des dents aux éditions Bragelonne en 2008

 

(en) Spiderbite, 1997

En attendant l'orage, Bragelonne, 2006 (en) The Stormwatcher, 1998)

Les Nuits de Leningrad, Bragelonne, 2002 (en) Leningrad Nights, 1999)

Dans Faux rêveur, préface de Peter Straub

 

Indigo, Pocket coll. terreur, 2000 (en) Indigo, 1999)

Fumée d'opium, Pocket coll. terreur, 2003 (en) Smoking Poppy, 2001)

Lignes de vie, Bragelonne, 2005 (en) The Facts of Life, 2002)

Les Limites de l'enchantement, Bragelonne, 2007 ((en) The Limits of Enchantment, 2005)

(en) TWOC, 2005

(en) Do the Creepy Thing, 2006

(en) Three Ways to Snog an Alien, 2008

Mémoires d'un maître faussaire, Bragelonne, 2009 (en) Memoirs of a Master Forger, 2008)

(en) The Devil's Ladder, 2009

Au cœur du silence, Milady, 2013 (en) The Silent Land, 2010)

 

Comme un conte, Bragelonne, 2015 (en) Some Kind of Fairy Tale, 2012)

À paraître le 18 février 2015

 

(en) The Year of the Ladybird, 2013

 

Récompenses

 

Prix World Fantasy Meilleur roman 2003 pour Lignes de vie

 

Prix British Fantasy Meilleur roman 1993 pour Sorcière, ma sœur

Meilleur roman 1996 pour Requiem

Meilleur roman 1997 pour L'Intercepteur de cauchemars

Meilleur roman 2000 pour Indigo

Meilleur roman 2009 pour Mémoires d'un maître faussaire

Meilleur roman de fantasy 2013 pour Comme un conte

 

Grand prix de l'Imaginaire Meilleur roman étranger 2007 pour Lignes de vie

 

(Source Wikipédia)

Voir les commentaires

Trish Trash, rollergirl sur Mars, Dargaud, 2015
Trish Trash, rollergirl sur Mars, Dargaud, 2015

Trish Trash, rollergirl sur Mars, Dargaud, 2015

Entretien JESSICA ABEL

Trish Trash,

rollergirl sur Mars,

Dargaud, 2015

Stéphane Dubois,

Vous sortez : «  Trish Trash, rollergirl sur Mars » à quel public vous adressez vous ?

 

Jessica Abel,

À partir de 15 ans on peut le lire jusqu’as 100 ans (rire)j, Trish Trash habite sur Mars, planète en cours de terraformation, personnage central de cette trilogie ,elle rêve d’être une star de Rollergil, pour pouvoir échappé à l’ennui et sa famille d’adoption.

 

Stéphane Dubois,

C’est un monde totalitaire ?

 

Jessica Abel,

Pas dans le sens politique tu terme, c’est un complexe capitaliste, une entreprise capitaliste qui exploitent les gens à la limite de l’esclavage.

Un peu sur le modèle des contrats qui permirent le peuplement de l’Australie.

 

J’ai déjà dessiné le second tome de Trish Trash, il est terminé.

 

Cela sera une trilogie.

J’aimerais que cet album soit diffusé aux USA.

 

Je fais les dessins, les décors sont faits par mon assistance et j’ai un coloriste, c’est la méthode de travail américaine, un peu comme ateliers les peintres  de la renaissance.

 

Stéphane Dubois,

Vous avez aussi publié une histoire de vampire ?

 

Jessica Abel,

Oui, une histoire assez humoristique qui se passe a Los Angeles avec un vampire…végétarien ?

 

Stéphane Dubois,

Vous avez enseigné la bande dessinée pouvez-vous nous en parler ?

 

Jessica Abel,

J’ais enseigner durant 12 ans à  School of Visual Arts à New York, j’ais publier deux  manuels (avec Matt Madden  ) , sur le procéder narrative, c’est pareil pour la Franco-belge ou les comics, seuls change des aspects comme le découpage…

 

Maintenant je suis résidente  La Maison des auteurs de la BD d’Angoulême depuis 2 ans et demi et je pense le rester encore 1 ou 2 ans.

 

Stéphane Dubois,

Comment avez-vous vous commencer la bande dessinée.

 

Jessica Abel,

J’ais commencer par de petites histoires de 4 ou 5 pages (voir bibliographie NDLR), ils ont été publie en anthologie dans Mirror, Window et Soundtrack, et j’ai également coscénariste la comédie romantique vampirique Ouvert la Nuit,  j’ais publier  chez Delcourt un roman graphique « La Perdita » .

 

 

Biographie

Elle commence à dessiner des bandes dessinées à l'Université de Chicago. En 1992, elle présente une impression maison de son comix Artbabe à Fantagraphics lors de la Chicago Comics Convention, sans succès. Quatre ans plus tard, elle publie toujours Artbabe (un numéro par an) et finit par attirer l'attention de Fantagraphics qui est, depuis, son éditeur.


En 2005, elle termine La Perdida un récit de fiction qui se passe au Mexique.

 

À côté de son activité d'auteur, Jessica Abel enseigne dans la section bande dessinée de l'école des arts visuels (School of Visual Arts) de New York.

Elle est mariée à l'auteur Matt Madden, également enseignant dans la même école.

En 2015, elle publie le premier tome d'une trilogie directement en français, Trish Trash, rollergirl sur Mars, pour Dargaud.

 

Bibliographie

Prix et récompenses

  • 1997 : Prix Harvey du meilleur nouveau talent
  •  
  • 2002 : Prix Harvey de la meilleure nouvelle série pour La Perdida
  •  
  • nommé pour le prix « Essentiels » au FIBD d'Angoulême, en 2006

 

Ouvert la nuit  Abel ( Scénario )   Pleece ( Dessin )   SORIA ( Scénario )

Ouvert la nuit Abel ( Scénario ) Pleece ( Dessin ) SORIA ( Scénario )

Ouvert la nuit

Abel

( Scénario )

Pleece

( Dessin )

SORIA

( Scénario )

 

Quand on est végétarien, le pire en devenant un vampire, ce n'est pas d'avoir à se nourrir de sang, c'est de savoir que c'est pour l'éternité !

 

C'est ce que se dit Dave, devenu vampire à Los Angeles, et contraint pour payer son loyer de devenir l'employé de son maître.

 

Il travaille donc dans un magasin pour vampires, en assurant le tour de nuit.

Sa vie éternelle va changer quand il tombe amoureux d'une jolie mortelle gothique...

 

Une comédie romantique dans la droite ligne de Clerks et Buffy, deux séries télé mythiques chez les ados/jeunes adultes, avec en vedette le plus sympathique loser de l'histoire des vampires !

Entretien Jessica Abel Trish Trash, Dargaud

Voir les commentaires

Entretien

Allais, Jean-Marc

Il pennello

 

Stéphane Dubois,

Avec « Il pennello », tu nous livres avec Serge Perrrotin, une histoire de pinceau magique ?

 

Jean-Marc Allais,

Effectivement, c’est un peintre raté, qui a l’occasion de se procurer un pinceau créée par Léonard de Vinci, et qui permet à n’importe qui de peindre comme un grand artiste.

 

Il va utiliser ce pouvoir sans trop savoir le maitriser, comme un apprenti sorcier. On y retrouve le mythe de Faust.

 

Stéphane Dubois,

Il s’agit d’un one-shot ?

 

Jean-Marc Allais,

C’est en un volume de 90 pages, c’est beaucoup pour un album, mais nous ne voulions pas frustrer le lecteur.

Nous y avons fait deux clins d’œil à des auteurs connus : Serge Le Tendre et Régis Loisel avec La Quête de l'oiseau du temps.

 

Stéphane Dubois,

Comment vient-on à la BD avec des études de biologie et d’électronique ?

 

Jean-Marc Allais,

En fait, il s’agit du hasard, j’ai fait des études de biologies, avant de travailler dans l’industrie de l’électronique,  en 2003, j’ai dû me réorienter.

 

J’ai eu la possibilité de continuer dans l’électronique ou de faire totalement autre chose.

 

J’avais décidé de me lancer dans la peinture, le hasard, si sans est un, a fait que j’ai été orienté vers la bande dessinée.

Stéphane Dubois,

Parallèlement a « Il penello » tu reprends le dessin de la série « Crow Dog » dont 5 volumes sont déjà parus.

 

Jean-Marc Allais,

Le tome 6 est en court d’écriture, j’en suis à la planche 17. Il devrait sortir fin 2015 débuts 2016.

 

La difficulté est de continuer dans la même veine, de faire évoluer le personnage, en partant de cce qu’il est  dans le tome 5, sans défigurer le personnage.

 

Stéphane Dubois,

À plus long terme, tu penses continuer dans le fantastique ?

 

Jean-Marc Allais,

J’ai des projets, le fantastique, la SF oui, sauf de la « fantasy » ou je ne me vois pas du tout travaillé, mais le « temporel » par exemple oui j’aimerais bien. Je suis plus dans des dessins plus réalistes, c’est pour ça que je ne me vois pas dans des œuvres de fantasy.

 

SA BIOGRAPHIE

Après avoir commencé très tôt à dessiner, je me tourne tout naturellement... vers des études de biologie puis d'électronique ! Domaine dans lequel je travaille durant deux décennies. Parallèlement, j'apprends à peindre des portraits à l'huile et je reviens par hasard -mais le hasard existe-t-il ?- au dessin, en collaboration avec Serge Perrotin sur le projet Il pennello.

(texte biographie: Sandawe)

 

photo © Sandawe

photo © Sandawe

Entretien Allais, Jean-Marc Il pennello

Voir les commentaires

Toxic Boy
Toxic Boy

Toxic Boy

Entretien :

Xavier  

Toxic Boy

 

Stéphane Dubois,

Depuis quand fais-tu de la BD ?

 

Xavier,

J’ais commencer vers 17 ans, mais je mis suis mis sérieusement vers mes 20 ans.

 

Stéphane Dubois,

Tu viens de sortir « Toxic Boy »  aux Éditions Sandawe de quoi s’agit-il ?

 

Xavier,

C’est à la croisée des genres, au premier abord les gens pensent à un manga à cause de son format, une pagination importante de plus  de 300 pages. C’est dessiné à l’encre ce qui renforce encore cette impression de manga, mais la narration est dans le style de la Bande dessinée franco-belge.

 

Pour ce qui concerne l’histoire,  il s’agit d’une grande aventure qui parle d’écologie sans se prendre au sérieux. Un enfant en perdition dans un monde où il y a des geysers de produits toxiques, qui surviennent sans que l’on sache ou et transforme les gens en zombies, en monstres.

 

Cet enfant contrairement aux autres, redevient normal au bout d’un moment, il se précipite donc dans ces geysers toxiques alors que tout le monde cherche as les évités.

 

Le premier tome de « Toxic Boy » était fini quand j’ai présenté le  projet à Sandawe. Cela sera une tétralogie de 1200 pages environ.

 

Je voulais prendre mon temps , j’en avais assez des one-shot, imposé par les éditeurs classiques, c’est aussi l’avantage de ce format.

 

Stéphane Dubois,

Tu avais fait quoi comme album avant celui-là ?

 

Xavier,

J’avais réalisé aux Éditions Soleil, un album qui n’est jamais sorti, en raison de la crise qu’il traversait, j’ai comme d’autres auteurs et dessinateurs été l’une des victimes.

 

Ensuite j’ai fait une série de trois tomes aux Éditions Glénat. Root racontait l’histoire d’une gamine qui naissait dans une famille de barbare qui tentait de les ramenés sur le « bon chemin ».

 

Stéphane Dubois,

Pour finir une question d’actualité, que penses-tu du Grand Prix 2015 ?

 

Xavier,

Heuuuuuuuuuuuuuuuuuuu (prenant un air très inspiré), faudrait que je sache qui sait (rire).

 

Stéphane Dubois,

Il s’agit d’Otomo, premier mangaka à avoir obtenu ce prix.

 

Xavier,

J’en suis très heureux, c’est un dessinateur qui a beaucoup influencé mon travail. Il fait partie de ces mangakas qui sont très influencés par la « Franco-belge », il est pour moi international, je pense que cela a été plus facile à lui attribuer que cela l’aurait été pour de « purs » mangakas.   

 

 

Sa biographie (officielle)

C’est lors de son entrée en Maths Sup que Xavier Henrion découvre le dessin. Depuis ce jour et malgré sa naissance en 1979, Xavier ne vieillit plus. À 17 ans donc, il décide d'arrêter ses études scientifiques et entame une croisade pour tenter de rattraper son retard. Il enchaîne des écoles d´art à Paris, Angoulême et Bruxelles pour perfectionner son dessin et apprendre les rudiments de la bande dessinée. C'est à 17 ans qu'il signe son premier album en collaboration avec le scénariste Éric Omond aux éditions Soleil, album qui, tristement, ne sortira jamais. Malgré tout, Xavier travaille sur d'autres projets, notamment ROOT, avec Tehem au scénario, série humoristique qui entre dans la prestigieuse collection « Tchô! la collec’… » de Glénat.

 Texte © Glénat

 

 

Sa Bibliographie

 

Root  en cours  de 2007 à 2009  (Glénat)

 

En chemin elle rencontre...  en cours  en 2009

 

Sticky Pants  One shot en 2014

 

Toxic Boy  en cours  en 2014 (Sandawe)

 

 

Xavier en dédicace

Xavier en dédicace

Voir les commentaires

<< < 10 20 30 31 32 33 > >>
Haut

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Théâtre. Présent dans les principaux festivals de film fantastique e de science-fiction, salons et conventions.

Pages

Hébergé par Overblog