Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>

Articles avec #competition internationale

Recherche chroniqueurs / euse BIFFF 2029

Bonjour,

Qui participe au BIFFF 2019 a quelques titres que ce soit ?

Je ne peux pas y allez cette année, qui pourrait chroniqué pour mon site : des films et/ou évènements qui se à cette occasion  déroule ?

Me joindre  via "CONTACT"..

Merci d’avance

Stéphane DUBOIS

Voir les commentaires

Photo © Matt Dayle

Photo © Matt Dayle

MIRA NAIR 

MARRAINE DE LA FABRIQUE CINEMA

DE L'INSTITUT FRANÇAIS 2019

 

Réalisatrice mais aussi productrice, active dans le documentaire comme dans la fiction, à son aise dans le cinéma indépendant comme dans les arcanes de Hollywood, Mira Nair a été la première cinéaste indienne à remporter une Caméra d'or en 1988.

Elle a également réalisé le premier film Disney entièrement tourné sur le sol africain.

Depuis 2004, grâce au Maisha Film Lab, elle a mis son expérience au service des cinéastes émergents du monde entier. Pour l'ensemble de ces raisons, La Fabrique Cinéma de l'Institut français se réjouit d'accueillir Mira Nair, cinéaste prolifique et engagée comme marraine de l'édition 2019.

Biographie :

Mira Nair est une réalisatrice nommée aux Oscars, notamment reconnue pour ses films Salaam Bombay !

(Caméra d'or, Festival de Cannes 1988), Mississippi Masala, The Namesake, Monsoon Wedding - qui remporte le Lion d'or et un BAFTA et devient l'un des films étrangers les plus rentables de tous les temps - et enfin The Reluctant Fundamentalist, récompensé par le German Cinema Award for Peace.

Son dernier film, Queen of Katwe, produit et distribué par Disney, met en vedette l'actrice Lupita Nyong'o, lauréate d'un Oscar.

Après avoir été acclamé, son film Monsoon Wedding (2001) a récemment été adapté pour la scène en tant que comédie musicale. Le spectacle tant attendu, programmé au Berkeley Repertory Theatre connaît une longue série de représentations à guichets fermés en 2017. Elle est la réalisatrice de la prochaine adaptation de A Suitable Boy pour la BBC, qui sortira en 2020.

Militante par nature, Nair fonde en 1989 le Salaam Balak Trust pour les enfants des rues, ainsi que le Maisha Film Lab en Ouganda, une école gratuite destinée à la formation de cinéastes sur le continent africain. En 2014, elle reçoit le prix Padma Bhushan, une décoration civile décernée par le gouvernement indien, pour son travail dans le domaine des arts.

Pour rappel, les projets retenus à l'occasion de la Fabrique Cinéma de l'Institut français 2019 sont :

 

 PROCHE ET MOYEN-ORIENT

EGYPTE : Bootleg de Reem Morsi - Fiction, 1er long métrage, produit par Rula Nasser / Imaginarium Films

 

AFRIQUE

BURKINA FASO : Organisme Religieusement Modifié de Simplice Ganou - Documentaire, 2ème long métrage, produit par Sawdah Carole Kafando / Tilé Fari Films

RWANDA : Tanzanite de Kantarama Gahigiri - Fiction, 2ème long métrage, produit par Kivu Ruhorahoza / PW

TUNISIE : Fouledh de Mehdi Hmili - Documentaire, 2ème long métrage, produit par Moufidah Fedhila / Yol Film House

 

AMERIQUE :

ARGENTINE : Three Brothers de Francisco Paparella - Fiction, 2ème long métrage, produit par Paula Orlando / Rio Azul Films

BRESIL : The French Teacher de Ricardo Alves Jr. - Fiction, 2ème long métrage, produit par Thiago Macêdo Correia / EntreFilmes

ASIE

BANGLADESH : Sand City de Mahde Hasan - Fiction, 1er long métrage, produit par Rubaiyat Hossain / Khona Talkies

INDE : Rapture de Dominic Sangma - Fiction, 2ème long métrage, produit par Jianshang Xu / Anna Films

INDONESIE : Crocodile Tears de Tumpal Tampubolon - Fiction, 1er long métrage, produit par Mandy Marahimin / Tanakhir Films.

LAOS : Raising a Beast de Xaisongkham Induangchanthy - Fiction, 1er long métrage, produit par Lao New Wave Cinema Productions

 

4 projets sont des premiers films et 6 projets des seconds films. 

Seront présents 2 réalisatrices et 7 productrices, ainsi que 8 réalisateurs et 3 producteurs (dont 1 réalisateur / producteur)

C'est la première fois qu'un projet indonésien est sélectionné.

La Fabrique Cinéma de l'Institut français est un programme conçu par l'Institut français, en étroite collaboration avec le Festival de Cannes, en partenariat avec France Médias Monde, la Société des Auteurs, Compositeurs et Éditeurs de Musique (Sacem) et l'Organisation internationale de la Francophonie et avec le soutien de Orange Studio.

 

PARIS, LE 28 MARS 2019,

Communiqué de presse

Voir les commentaires

La Saga de Grimr

 

La Saga de Grimr

Création 2020

D'après La Saga de Grimr de Jérémie Moreau - Fauve d'or au Festival International de la BD d'Angoulême 2018

À PROPOS DE L'ARTISTE

La Saga de Grimr est une quête d’identité tragique dans un décor grandiose. Le héros y est confronté à chacun des piliers de la culture islandaise : le prestige de la généalogie, le culte de la loi et la superstition.

Grimr a perdu ses parents et ses terres lors d’une longue irruption volcanique. Confronté au pire des dénuements il va devoir se faire un nom seul. Il a pourtant des atouts, étant doté d’une force impressionnante, il se sait capable de rivaliser avec les plus fameux héros de saga même s’il n’est le fils de personne. Sa rencontre avec une jeune femme confrontée à un environnement hostile lui semble l’occasion de prouver sa capacité à un avenir héroïque. Une accusation de meurtre va chambouler son projet et le renvoyer à sa condition d’orphelin déshonoré devant lutter contre la loi du puissant et la superstition du peuple.

 

Scénario et dessin :

Jérémie Moreau

Editions Delcourt 2017

Création lumière :

Eric Blosse

Création vidéo :

Benjamin Lacquement

 

L’Equipe artistique

L’ensemble Drift avec Sol Hess, musicien, chanteur, scénariste de bande dessinée britannique; côté musique on le retrouve notamment dans Sweat Like an Ape. Jérôme d’Aviau auteur de BD, batteur, réalisateur, designer de film d’animation; il partage la scène avec Sol Hess dans Sweat Like an Ape. Frédéric Cazaux, musicien et un des piliers artistiques de la Cie Fracas.

Marie Savignat : régisseuse son – Benjamin Lacquement : régisseur vidéo

 

Référence presse

“Jérémy Moreau, signe à 30 ans, une quête initiatique sombre et forte dotée d’un incroyable souffle” Anne Douhaire – France Inter

 

“Porté par un souffle romanesque indéniable, ce récit au long cours (220 pages) vaut aussi pour la beauté magnétique de ses pages.” Frédéric Potet – Le Monde

LA ROUTE PRODUCTIONS EN QUELQUES MOTS

LA ROUTE, comme un clin d’œil à notre condition humaine de chercheurs, combattants, voyageurs en quête de rencontres bienfaisantes où l’artiste en est une source.Créée en 2012, La Route Productions, est une structure bordelaise dont l’ambition première est le développement de carrière par la scène, d’artistes prometteurs dont l’objectif est de trouver un public.

Du Blues à la Cumbia, du Folk trash à la chanson, en passant par le BD-Concert, nous accompagnons les projets artistiques, de la production des œuvres, à leur diffusion et promotion.

 C’est avec cette vision à 360° que nous créons une dynamique importante de structuration des projets artistiques dans tous les domaines afin de représenter un maillon indispensable entre les artistes et l’ensemble de la filière professionnelle. L’engagement scénique, la passion du chant, une écriture exigeante, une sensibilité aiguë sont les talents communs des artistes soutenus par La Route Productions.

Communiqué de presse.

Voir les commentaires

Grand Prix FIBD 2019

46e  FESTIVAL INTERNATIONAL

DE LA BANDE DESSINÉE

D'ANGOULÊME

Les auteurs et autrices en lice pour le Grand Prix

 

    

Depuis 2014, le Grand Prix est attribué, à la suite d’un vote de la communauté des auteurs et autrices professionnels de bande dessinée.

 

 Tous les auteurs et autrices de bande dessinée professionnels, quelle que soit leurs nationalités et dont les œuvres sont traduites en français et diffusées dans l’espace francophone, sont admis à voter pour l’élection du nouveau Grand Prix du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême.

 Le vote s’effectue en deux tours et sous forme électronique. Le lauréat est un auteur ou une autrice vivant au moment du vote, récompensé(e) pour l’ensemble de son œuvre et son empreinte sur l’histoire de la bande dessinée.

 

 L’ensemble de la communauté des autrices et auteurs est éligible, à l’exception des ceux déjà récompensés par un Grand Prix, qu’il soit exceptionnel (prix du 10e, 20e, 40e anniversaire ou du millénaire – sauf le prix du trentenaire dit prix des fondateurs) ou non.

 

 

 

ÉLECTION DU GRAND PRIX

  

PREMIER TOUR

 Un vote en ligne a été ouvert du mardi 8 au 13 janvier 2019 à minuit. Il est demandé à chaque votant de donner librement, sans ordre de préférence, trois noms d'autrices ou d’auteurs pour concourir au titre de Grand Prix.

 

Voici donc les trois auteurs et autrices en lice pour le grand prix cette année :

  

 

Emmanuel Guibert

 

Né en 1964 à Paris (France), Emmanuel Guibert débute sa carrière avec une œuvre exigeante sur la montée du nazisme, Brune, qui lui prendra sept ans de travail. Au contact de ses camarades de l'atelier des Vosges, il décide de changer de technique et publie, entre 2000 et 2008, une série de planches inspirées par les souvenirs de son ami Alan Ingram Cope, La Guerre d'Alan. Fort de ce succès critique et commercial, il continue dans cette veine inspirée de vies avec Le Photographe, d'après des entretiens avec Didier Lefèvre, qui reçoit un Prix Essentiels du Festival en 2007. Grand technicien, reconnu par ses pairs comme un dessinateur innovant et précurseur, Guibert est également un scénariste prolifique.

 

Il crée avec Joann Sfar Les Olives noires, La Fille du Professeur et Sardine de l'Espace, ainsi qu'Ariol, avec Marc Boutavant, et ces deux dernières séries jeunesse vont mettre en lumière ses talents de conteur et de narrateur. Il est lauréat 2017 du Prix René Goscinny et a été mis à l'honneur par le Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême en 2018.

 

 

  

 

Rumiko Takahashi

 

Quarante ans d'une carrière fulgurante, plus de 200 millions d'exemplaires vendus dans le monde, entrée au Eisner Hall of Fame en 2018, Rumiko Takahashi est sans aucun doute l'une des autrices majeures de la bande dessinée mondiale.

 

 Née le 10 octobre 1957, Rumiko Takahashi s'intéresse très tôt à la bande dessinée, et dès le collège, propose ses premières œuvres à des revues. Vers la fin de sa première année à l'université, elle s'inscrit à l'atelier de gekiga fondé par le grand scénariste Kazuo Koike, qui est formel: « toi, tu deviendras pro ».

 

Cette prophétie se réalise l'année suivante, en 1978, quand Rumiko Takahashi entame la publication de Urusei Yatsura (Lamu) dans les pages de l'hebdomadaire Sunday. Enchaînant les succès avec Maison Ikkoku (Juliette je t'aime) puis Ranma 1/2, elle va rapidement devenir la reine du shônen manga, les adaptations animées de ses séries contribuant à asseoir sa popularité bien au-delà des frontières de l'archipel nippon. Dans une société où l'on accepte mal la différence ( « le clou qui dépasse appelle le marteau », dit un dicton bien connu), Rumiko Takahashi s'est toujours attachée à mettre en avant les outsiders et les excentriques, en faisant valoir leur droit à une seconde chance. Pétris de défauts mais aussi profondément humains, ses héros ont ainsi marqué plus d'une génération de lecteurs, au sein d'une œuvre qui, souvent sous le couvert de la comédie, se révèle extrêmement progressiste.

Téléchargez ici des visuels de Rumiko Takahashi

  

 

Chris Ware

 

Né en 1967 à Omaha (États-Unis), Chris Ware est publié très tôt dans RAW, la revue d’avant-garde d’Art Spiegelman et Françoise Mouly. Il entame au début des années 1990 une œuvre d’envergure avec la série des Acme Novelty, vraie-fausse revue à la forme et à la pagination changeante qui installe les personnages bientôt fameux de l’auteur : Quimby the Mouse, Rusty Brown et surtout Jimmy Corrigan. Tous se démarquent par leur timidité, par leur fragilité et par l’empathie immédiate qu’ils suscitent chez le lecteur… Depuis 25 ans, c’est une œuvre originale, qui oscille entre une douce mélancolie et une profonde tristesse, que propose Chris Ware, s’attachant toujours à regarder au microscope le quotidien de ses personnages et leurs gestes les plus dérisoires.

 

Par ailleurs, ses livres se distinguent par leur générosité, avec un graphisme immédiatement reconnaissable et une fabrication soignée. À la ligne claire élégante du trait répond la profusion de textes dont Chris Ware orne ses pages, faisant de chacun de ses livres un monde à explorer, où chaque espace, chaque interstice de papier est susceptible d’être occupé par du dessin et du texte. La force et la densité de cette œuvre n’ont jamais échappé à la critique. Salué à chaque nouvelle parution, Chris Ware a reçu de très nombreux prix, dont 28 Harvey Awards et 22 Eisner Awards.

 

L’auteur publie en 2012 le remarqué Building Stories, un livre-objet impressionnant constitué d’une quinzaine de livres de formats divers pouvant être lus dans un ordre choisi par le lecteur – celui-ci a reçu le Prix Spécial du Jury au Festival d’Angoulême en 2013.

 

SECOND TOUR

 Les trois autrices ou auteurs ayant obtenu le maximum de suffrages au premier tour sont soumis au vote du même collège du mercredi 16 au dimanche 20 janvier 2019 à minuit.

 Le lauréat sera celle ou celui qui aura obtenu le nombre de votes le plus élevé.

 Le nom du nouveau Grand Prix sera annoncé le mercredi 23 janvier 2019 vers 19 heures à l'occasion de l'ouverture officielle du Festival.

 

Historique des Grands Prix

 

Le Grand Prix décerné chaque année vise à récompenser un-e auteur-e pour l'ensemble de son œuvre et sa contribution à l'évolution de la bande dessinée.

 

1974 – André Franquin

1975 – Will Eisner

1976 – Pellos

1977 – Jijé

1978 – Jean-Marc Reiser

1979 – Marijac

1980 – Fred

1981 – Moebius

1982 – Paul Gillon

1983 – Jean-Claude Forest / Claire Bretécher (Grand prix du 10e anniversaire)

1984 – Jean-Claude Mézières

1985 – Jacques Tardi

1986 – Jacques Lob

1987 – Enki Bilal

1988 – Philippe Druillet / Hugo Pratt (Grand prix du 15e anniversaire)

1989 – René Pétillon

1990 – Max Cabanes

1991 – Gotlib

1992 – Frank Margerin / Morris (Grand prix du 20e anniversaire)

1993 – Gérard Lauzier

1994 – Nikita Mandryka

1995 – Philippe Vuillemin

1996 – André Juillard

1997 – Daniel Goossens

1998 – François Boucq

1999 – Robert Crumb / Albert Uderzo (Grand prix spécial du millénaire)

2000 – Florence Cestac

2001 – Martin Veyron

2002 – François Schuiten

2003 – Régis Loisel

2004 – Zep

2005 – Georges Wolinski

2006 – Lewis Trondheim

2007 – José Munoz

2008 – Philippe Dupuy/Charles Berberian

2009 – Blutch

2010 – Baru

2011 – Art Spiegelman

2012 – Jean-Claude Denis

2013 – Willem / Akira Toriyama (Grand prix du 40e anniversaire)

2014 – Bill Watterson

2015 – Katsuhiro Otomo / Cabu, Charb, Honoré, Tignous, Wolinski (Grand prix spécial Charlie Hebdo du 42e Festival)

2016 – Hermann

2017 – Cosey

2018 – Corben

Voir les commentaires

Concours Cosplay Utopiales 2018

Voir les commentaires

Palmarès UTOPIALES 2018

 

Palmarès UTOPIALES 2018

 

PRIX EXTRAORDINAIRE

 

Elisabeth Vonarburg

 

 

Prix littéraires

 

PRIX UTOPIALES

 

 

L’âme des horloges, David Mitchell, Éditions de L’Olivier, 2017

 

Le Prix Utopiales

 

Les Utopiales reconduisent, avec le soutien du Conseil Régional des Pays de la Loire, le Prix Utopiales. Ce prix récompense un roman ou un recueil dont l’auteur est européen, paru ou traduit en langue française durant la saison littéraire qui précède le festival, et appartenant au genre de la science-fiction (hors fantasy). Le jury est composé de 4 jurys lecteurs et d’un président du jury.

 

Le Prix Utopiales est doté de 2000 euros. Cette année, cinq ouvrages était en compétition :

 

 

Autres ouvrages qui était en compétition :

 

L'Or du diable Andreas Eschbach  Editions L’Atalante

 

Espace Lointain Jaroslav Melnik  Agullo Éditions

 

Amatka  Karin Tidbeck  Éditions lLa Voltethan

 

Station : La chute Al Robertson  Éditions Denoël

 

 

PRIX UTOPIALES JEUNESSE

 

Les puissants, T1 : Esclaves, Vic James, Éditions Didier Jeunesse, 2016

 

 

Le Prix Utopiales Jeunesse

Sept jeunes de la région nantaise, âgés de 13 à 16 ans composent le jury officiel. Le Président du Jury est Denis E.Savine, traducteur.Le Prix Utopiales Jeunesse est doté de 2000 euros. Cinq ouvrages était en compétition cette année :

 

 

Autres ouvrages en compétition :

 

The Rain Virginia Bergin  Éditions Bayard

 

Nouvelle Sparte  Erik L’Homme  Éditions Gallimard jeunesse

Star Trip Eric Senabre  Éditions Didier Jeunesse

 

La Mort du Temps Aurélie Wellenstein  Éditions Scrineo

 

 

 

PRIX JULIA VERLANGER

 

L’Enfant de poussière, Patrick K. Dewdney, Éditions Au diable Vauvert, 2018

 

 

 

 

PRIX MEILLEUR ALBUM DE BD

 

Ces jours qui disparaissent, Thimoté Le Boucher, Éditions Glénat, 2017

 

Mention spéciale du jury pour :

Alt-life, Thomas Cadène & Joseph Falzon, Éditions Le Lombard, 2018

 

 

CONCOURS DE NOUVELLES (Scolaire)

Les  noms des  lauréats des prix des concours de nouvelles seront communiqués le lundi 5 novembre.Nous vous en informerons.

 

PRIX CINÉMA

 

PRIX DU JURY // COMPÉTITION INTERNATIONALE DE COURTS-MÉTRAGES

 

Edge of alchemy, Stacey Steers tats-Unis, 2017

 

Mention spéciale du jury :

Rust in peace, Will Welles, États-Unis, 2018

 

 

PRIX DU JURY CANAL + // COMPÉTITION INTERNATIONALE DE COURTS-MÉTRAGES

 

The Replacement, Sean Miller, États-Unis, 2018

 

PRIX DU PUBLIC // COMPÉTITION INTERNATIONALE DE COURTS-MÉTRAGES

 

Irony, de Radheya Jegatheva, Australie, 2017

 

 

GRAND PRIX DU JURY // COMPÉTITION INTERNATIONALE DE LONGS-MÉTRAGES

 

Assassination Nation, de Sam Levinson, États-Unis, 2018

 

 

 

MENTION SPÉCIALE DU JURY // COMPÉTITION INTERNATIONALE DE LONGS-MÉTRAGES

 

The Man with the magic box, Bodo Kox, Italie-Pologne, 2017

 

 

PRIX  DU PUBLIC // COMPÉTITION INTERNATIONALE DE LONGS-MÉTRAGES

 

Freaks, de Zach Lipovsky & Adam B. Stein, États-Unis, 2018

 

 

 

PRIX DU MEILLEUR SCÉNARIO DE JEU DE RÔLE

 

Ex Aequo :

 

Tolkraft pour son scénario : Make Oneida great again et Sébastien Mège pour son scénario : Seul un fou ne sait pas qu’il l’est.

 

PRIX DU MEILLEUR JEU VIDÉO RÉALISÉ A LA GAME JAM

Arena Spirit par Argann Bonneau, Youri Bossus, Étienne Cassin, Rémi Laot, François Mauxion

Voir les commentaires

Spécial Halloween et Méliès d’Or

Spécial Halloween et Méliès d’Or

Le Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg et VRrOOm annoncent un programme VR spécial Halloween pour Octobre.

Le Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg, qui s’est positionné depuis 2015 en tant que pionnier de la diffusion de films de genre en VR présente un programme spécial Halloween sur la plateforme VRrOOm de festivals virtuels à partir du 8 Octobre et pendant un mois entier.

La plateforme VRrOOm souhaite aider les festivals à surmonter les contraintes en espace et en temps auxquels ils sont souvent confrontés, tout en permettant au public du monde entier de participer à des premières prestigieuses avec une programmation éclectique et pointue.

Le programme Halloween proposera un mélange d’œuvres VR et de courts-métrages traditionnels du 8 Octobre au 8 Novembre 2018. VRrOOm proposera ensuite sans discontinuer des œuvres sélectionnées par divers festivals du monde entier. 

L’application propose par ailleurs une salle de cinéma virtuelle spécialement conçue par les designers de la légendaire société américaine THX , enfant chérie de George Lucas. L’auditorium virtuel THX Ultimate Cinema célèbre la création cinématographique sous toutes ses formes en permettant au public du monde entier de vivre la magie de la narration en images animées dans un environnement aux performances techniques inégalées. 

L’appli VRrOOm est disponible sur les téléphones portables opérant sur les systèmes iOS, Android, et Google Daydream. Elle est également téléchargeable sur l’Oculus store pour Gear VR, Oculus Go et Oculus Rift, ainsi que sur Viveport pour HTC Vive. L’application sera gratuite jusqu’au mois de décembre.

******

D’autres parts la 22ème cérémonie du Méliès d’or a eu lieu ce jeudi 11 octobre lors du 51ème Festival international du film fantastique de Sitges en Catalogne.

Le jury composé de la directrice de casting Leo Davis, du programmateur Fran Gayo et de l’actrice Josie Ho ont décerné les Méliès d’or à Climax de Gaspar Noé dans la catégorie longs métrages et à Clanker Man de Ben Steiner dans la catégorie courts métrages. 

 La compétition du Méliès d’or est organisée par la Fédération européenne des Festivals du film fantastique et vise à promouvoir la créativité du cinéma fantastique européen à travers le monde en s’appuyant sur un solide réseau de 24 festivals répartis dans 18 pays d’Europe, d’Asie et d’Amérique du Nord et du Sud, rassemblant 800 000 spectateurs.  

Le Festival européen du film fantastique de Strasbourg (FEFFS) organise la compétition du Méliès d’argent pour la France depuis 2009 et désigne chaque année un long et un court métrage pour concourir au Méliès d’or avec les Méliès d’argent des plus prestigieux festivals de films fantastiques européens. Cette année, lors de la 11ème édition du FEFFS, les Méliès d’argent avaient été décernés à The House That Jack Built de Lars von Trier et au court métrage A l’Aube de Julien Trauman.  

Cette année la Fédération européenne des Festivals du film fantastique a également décerné un Méliès d’or pour sa carrière et pour sa contribution au genre fantastique au réalisateur espagnol Álex de la Iglesia.

Plus d’informations sur la Fédération européenne des Festivals du film fantastique suivre le lien ci-dessous. 

(Communiqué de presse)

Voir les commentaires

Alexandre Lança

Alexandre Lança

Entretien

Alexandre Lança

pour

UN LOFT AU PARADIS.

 

Stéphane Dubois,

Bonjour Alexandre,

Tu es le réalisateur d’UN LOFT AU PARADIS, le paradis est-il si pénible à vivre, si ennuyeux? 

 

Alexandre Lança,

Je pense que le Paradis c’est surtout ce qu’on en fait. Pour moi, il n’y a pas vraiment de rupture, c’est la continuité de ce que l’on a vécu sur Terre. Donc ça pose la question du choix et de la responsabilité, parce que tes choix sur Terre vont conditionner ce que retrouveras au Paradis. Ce n’est pas une question de morale - y’a pas de punition ni de récompense - mais faut être cohérent et faire attention. C’est pour ça que Vincent se rend compte au fur et à mesure du film qu’il s’est trompé, qu’il n’a pas choisi la bonne personne, qu’il n’en était pas vraiment amoureux finalement. Mais il y a zéro morale, et de toute façon le mec est un connard fini.

 

Stéphane Dubois,

Comment avez-vous eu cette idée de scénario ?

 

Alexandre Lança,

Au départ, je voulais en faire une pièce de théâtre : j’avais l’impression que cette histoire, très inspirée du vaudeville parisien, de Feydeau, ne pouvait se raconter que par le médium de la scène. Mais rapidement je me suis rendu compte qu’il fallait en faire un film. Je n’ai aucune idée de comment l’idée du scénario m’est venue concrètement : comme tout le monde je pense, j’ai des idées en vrac et après je les laisse s’agencer, se reconfigurer. C’est surtout les désirs d’histoire qui convoquent les sujets. En l’occurrence, j’avais vraiment envie de faire une sorte de cartoon avec des vrais acteurs, pas des dessins animés, où les corps sont malléables, où personne ne meurt, où la douleur n’existe pas.

 

Stéphane Dubois,

 Quel a été votre parcours, quelle est votre formation ? 

 

Alexandre Lança,

J’ai vécu longtemps à Lisbonne au Portugal, et ensuite je suis venu à Paris pour faire des études de cinéma à la fac. Ça ne m’a pas trop plu, mais j’ai été lauréat de bourses de création étudiantes et j’ai pu financer mon film comme ça. J’ai eu de la chance, car le film a été accompagné à la fin de la postproduction par une société de production et par une autre de distribution, ce qui a permis de sortir le film de son simple carcan de « court étudiant » et d’être vendu à des chaînes, etc. … Mais dans sa pure fabrication et son financement, c’est un film de fin d’études.

 

 

Stéphane Dubois,

Pour vous quelle importance d’être en compétition au Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg ?

Alexandre Lança,

C’est vraiment génial, je suis très content pour l’équipe, pour moi aussi bien sûr, mais c’est plus une victoire collective j’ai l’impression. Je n’aurai pas cru que le film aurait eu le parcours qu’il a eu quand je l’ai tourné, on essayait de faire de notre mieux, mais c’est vrai que je suis encore étonné - mais fier - de ce qu’on a accompli avec l’équipe. Donc oui Strasbourg c’est une belle récompense, c’est encourageant pour la suite.

  

Stéphane Dubois,

Avez-vous d’autres projets cinématographiques ?

 

Alexandre Lanca,

Oui, je viens d’achever un deuxième court-métrage qui s’appelle « Perle de nuit », on a commencé les envois en festival il y a à peine un mois. Ce n’est pas du tout un film de genre même si l’univers reste très onirique. On a beaucoup travaillé sur les matières, sur la nuit, la couleur rouge et bleu… Ça parle de mélancolie, de lâcher-prise, de ce sentiment d’être un peu perdu dans sa vie. J’ai hâte de voir ce que ça donnera en festivals, on verra bien !

 

Biographie :

Après des études secondaires au Portugal, Alexandre Lança vient en France pour y poursuivre des études en cinéma. Un loft au Paradis est son film de fin d’études. Il est sélectionné et primé dans divers festivals internationaux (BIFFF, Strasbourg, Nocturna Madrid) et diffusé à la télévision.

 

Filmographie :

 PERLE DE NUIT - 2018

William, jeune homme timide, rencontre Jade, une stripteaseuse mélancolique. Pour lui rendre service, il décide de l'héberger chez lui. Les deux se découvrent et s'apprivoisent …

Avec Sylvain Debry, Rafaela Jirkovsky, Leïla Muse et Vincent Menjou-Cortès

 UN LOFT AU PARADIS - 2017

Vincent et Emma meurent dans un accident de voiture. En arrivant au Paradis, ils découvrent avec étonnement un grand loft moderne et technologique. Mais Charlotte, la sœur d’Emma et amante de Vincent, décide de contacter le couple dans l’au-delà …

 

Infos sur le film

Pays : France

Année : 2017

Durée : 17′

 

Réalisation : Alexandre Lança

Écrit par Alexandre Lança et Vincent Menjou-Cortès

 

Produit par Isabel Segovia et Stéphanie Dronne

 

Casting :

Vincent Menjou-Cortès : Vincent

Manon Kneusé : Charlotte

Clara Bonnet : Emma

Amélie Porteu de la Morandière : L’amie

Aymeline Alix : La voyante

 

Directeur de la photographie : Florian Solin

Chef décoratrice : Léa Germain

Monteur : Alexis Noël

Musique originale : Hugo Gonzalez-Pioli

Assistante-réalisateur : Jade Debeugny

Scripte : Julie Dupeux-Harlé

Ingénieur du son : Philippe Afonso

Affiche et photos tirées du film
Affiche et photos tirées du film
Affiche et photos tirées du film
Affiche et photos tirées du film
Affiche et photos tirées du film

Affiche et photos tirées du film

Voir les commentaires

PALMARES FEFFS

PALMARES FEFFS

Compétition internationale de films fantastiques

Jury composé de

Anurag Kashyap, Martin Koolhoven, Harry Kümel. 

Octopus d’Or : Cutterhead de Rasmus Kloster Bo

 

Méliès d’Argent : The house that Jack built de Lars Von Trier

 

Mention Spéciale : Prospect de Zeek Earl et Chris Caldwell

 

Prix du public : Cutterhead de Rasmus Kloster Bo

PALMARES FEFFS

Compétition Crossovers

Jury composé de

Anne-Claire Cieutat, Mike Hostench, Christine Poret

 Grand Prix : Xiao Mei de Maren Hwang

 

Mention Spéciale : PIG de Mani Haghighi

PALMARES FEFFS
PALMARES FEFFS

Compétition internationale

de films d’animation

Jury composé de Grégoire Carlé, Ron Dyens, Jérémie Périn

 

Grand Prix :

ex aequo Mirai de Mamoru Hosada

et Chris the Swiss de Anja Kofmel

PALMARES FEFFS

Compétition courts-métrages

Jury composé de

Laurence Algret, Kévin Béclié, Joël Danet, Mélina Napoli

 

Compétition internationale

Octopus d’Or : Babs de Celine Held et Logan George

 

Méliés d’argent : A l’aube de Julien Trauman

 

(concerne les trois sections – compétition internationale, animation, made in France)

 Prix du public : Das mädchen im schnee de Dennis Ledergerber

 

Compétition made in France

Meilleur court-métrage made in France : Chose Mentale de William Laboury

 

Compétition Animation

Prix du jury : Lola, la patate vivante de de Leonid Shmelkov

 

Mention spéciale court-métrage : Mr Deer de Mojtaba Mousavi

 

Prix Jury Jeune : Deer Boy de Katarzyna Gonndek

PALMARES FEFFS

Section jeux Vidéo et Réalité Virtuelle

Octopix : Nine Witches :

Family Disruption de Diego Canepa

 

Prix du public :

The Textorcist (studio : Morbidware

 

Voir les commentaires

LA TOUR

 LA TOUR

Compétition internationale

Longs Métrages Animation

Déjà sélectionner dans plusieurs festivals : BIFF (Corée du Sud, 2018) Sélection  Wide Angle, Helsinki International Film Festival - Love & Anarchy (Finlande, 2018), Festival international du film d'animation d'Annecy (France, 2018) Sélection officielle - Hors compétition, il n’as pas à  ma connaissance encore jamais été primé.

 

Le Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg la sélectionné dans ca nouvelle catégorie : Compétition internationale Longs Métrages Animation.

 

Le sujet est très politique, voir militant, mais sans manichéisme.

 

Conte philosophique autant que réflexion politique, ce film décrit parfaitement ce que fut, ce qu’est et malheureusement ce qui risque de continuer à être le sort des réfugier palestiniens au Liban.

Avec Cinderalla, il celui de cette sélection le plus abouti et qui mériterais le plus un prix, le premier ? Cela risque d’être compliqué vu e thème, et forcement les antagonismes politiques, religieux… par contre un prix spécial me parait bien plus accessible.

Espérons que le jury pensera comme moi.

 

Merci de laisser un commentaire et pensez à vous inscrire aux newsletters du site.

 

*******

 

Résumé du film :

Une palestinienne de onze ans vit dans le camp de réfugiés où elle est née. Lorsque son arrière-grand-père lui donne la clé de sa vieille maison, elle craint qu’il l’ait perdu tout espoir de revenir un jour chez lui. La question des réfugiés palestiniens vue par les yeux d’un enfant.

 

Infos

Pays : France, Norvège, Suède

Année : 2018

Durée : 1h19

 

Casting & Credit :

Réalisateur :

Mats Grorud

Voix :

Romina Adl Kasravi, Mikhalis Koutsogiannakis, Aïssa Maiga

 

Scénariste

Mats Grorud

 

Equipe technique

Directeur artistique

Rui Tenreiro

 

Sociétés

Production

Les Contes Modernes

Production

Tenk.tv

Production

Cinenic

Copyright Foliascope / Les Contes Modernes
Copyright Foliascope / Les Contes Modernes

Copyright Foliascope / Les Contes Modernes

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>
Haut

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Théâtre. Présent dans les principaux festivals de film fantastique e de science-fiction, salons et conventions.

Pages

Hébergé par Overblog