Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

<< < 1 2 3 > >>

Articles avec #thriller

BIFFF 2017 Safe Neighborhood Compétition Internationale
BIFFF 2017 Safe Neighborhood Compétition Internationale
BIFFF 2017 Safe Neighborhood Compétition Internationale

BIFFF 2017

Safe Neighborhood

 Compétition Internationale

 

La neige immaculée, les chorales qui passe de maison en maison pour chanter des cantiques de noëls (ding ding dong), de beaux sapins bien décorés, une belle baby-sitter blonde comme les blés, quelle féérique nuit de noël.

 

Mais, nous sommes au…BIFFF, donc ça va tourner au vinaigre, et allez plus vers la lune de sang que celle qui doit éclairer ce bon vieux papa de Noël.

 

Troisième film de fiction si on compte un court métrage du réalisateur Chris Peckover, ce film est bien interprété pour les deux rôles principaux d’Ashley et Luke, je trouve un peu plus juste le second rôle. Une bonne mise en scène, mais un peu trop classique.

 

À la fois comédie noire et film d’horreur, on est surpris tout au long du film par de rebondissement, si certains sont peut-être cousus de fils blanc, l’on est souvent surpris et ce jusqu’à la fin du film.

 

Jusqu’au dernier moment, on est tenu en haleine par le scénario.

 

En résumé, un bon film que je vous conseille de voir en salle, mais il n’est pas pour moi un des favoris de cette compétition.

 

Résumé du film (texte du BIFFF)

Petit garnement chamboulé par sa libido récente, Luke est aux anges lorsqu’il apprend que ses parents prévoient de passer leur samedi soir chez des amis ! Car ça veut dire qu’ils vont faire appel à Ashley, sa baby-sitter de longue date qui a l’art de lui beurrer les cookies avec un doigté qui lui hisse depuis peu le piquet de tente. Mais Ashley va bientôt rentrer à la fac et Luke sait qu’il tient là sa dernière chance pour lui déclarer sa flamme et espérer être gratifié d’un baiser. Sur la bouche, carrément (avec la langue en option, soyons fous !). Mais sa sérénade improvisée va très vite tourner court. Et nous, on ne vous en dira pas plus…

 

Oui : nous resterons volontairement évasifs sur le scénario de Safe Neighborhood, car on veut vous laisser la surprise, mais sachez que vous nous remercierez par la suite ! Ce petit bijou de comédie horrifique réalisé par Chris Peckover sera d’ores et déjà le genre de film que vous rangerez entre Gremlins et Krampus, prêt à être dégusté au moins une fois par an. Violent mais jamais gratuit, et juste incroyable dans ses retournements de situation, ce petit concentré d’humour noir signe également les retrouvailles d’Olivia DeJonge et Ed Oxenbould, précédemment frère et sœur dans The Visit !

 

 

Genre black comedy, horreur

Compétition Internationale

Première Belge

Pays Australie, USA

Audience ENA

Audio Anglais

Sous-Titres Français, Néerlandais

Réalisateur Chris Peckover

 

Casting

Aleks Mikic, Dacre Montgomery, Ed Oxenbould, Levi Miller, Olivia DeJonge, Patrick Warburton, Tara Jade Borg, Tricia Mary Hennessy, Virginia Madsen

 

Distributeur Park Circus Group

Année 2016

Running time 85'

 

Filmographie de Chris Peckover

Réalisateur

2016 Safe Neighborhood

2010 Undocumented

2007 Alive and Well (Short)

 

Scénariste

2016 Safe Neighborhood

2010 Undocumented (written by)

2007 The Racewalker (Short) (screenplay)

 

Producteur

2007 The Racewalker (Short) (producer)

2007 Alive and Well (Short) (producer)

2006 I'm in the Band (Short) (associate producer)

2010 Breast Picture (production assistant)

 

Acteur

2010 Breast Picture Background Actor

2007 Alive and Well (Short) Crash Screamer

 

Hide Hide Show Miscellaneous Crew (1 credit)

 

Divers

Remerciements :

2015 The Worst Year of My Life (special thanks)

2014 Tentacle 8 (thanks)

 

Documentaire

2017 Red Christmas: Making Safe Neighborhood (Documentary) (completed)

Himself

Voir les commentaires

Affiche du film et photo du réalisateur
Affiche du film et photo du réalisateur

Affiche du film et photo du réalisateur

BIFFF 2017

Missing You

Compétition internationale

 

Ce thriller, sud-coréen, bénéficie d’une très bonne mise en scène, d’une excellente photographie et d’une bande-son ou j’ai apprécié surtout pour une scène l’usage des tambours géants d’Okinawa (Japon).

 

Coté jeux des acteurs, aussi bien celui de Hong-Jin Mo, qui as son habitude en plus de réalisé interprète le rôle masculin principal. Mais aussi celui de l’actrice principale, ainsi que la plupart des seconds rôles sont superbes.

 

L’histoire est celle d’une vengeance, comme souvent dans les thrillers, dans tout thriller qui ce respect on trouve soit un psychopathe, soit un sociopathe, sans déflorer le film on se demande combien il y en a.

 

Dans la noirceur des âmes meurtries par les évènements, on sent, comme au fond de la boite de Pandore, un espoir. L’on se demande qui est le plus a blâmé, la police, le serial killer, la jeune fille toute a sa vengeance.

 

Rien n’est simple, surtout que les philosophies taoïste, bouddhiste asiatiques est fors différente de l’occidentale, et la certaine devrais avoir les chakras fermer pour pas mal de temps et coté réincarnations ce retrouvé en mouche, mais on aime souvent ça les mouches au BIFFF.

 

 

À voir et à avoir dans son DVD thèque.

 

 

 

Original title : Neol gi-da-ri-myeo

Résumé : (texte du BIFFF)

D’habitude, Hee-joo se réveille avec l’odeur d’un bon petit déj’ préparé par son papa. Mais pas ce matin. Par contre, ce que voit la petite fille de sept ans lorsqu’elle ouvre les yeux, c’est le cadavre ensanglanté de son père gisant à côté d’elle… Et ça, elle le doit à Ki-bum, un tueur en série particulièrement crapuleux que la police finit par arrêter. Avec au moins sept meurtres à son compteur macabre, Ki-bum va vraisemblablement prendre perpète, mais c’est sans compter sur une justice purement mécanique qui s’est fait un joli nœud avec l’affect émotionnel au profit des preuves : et, pour le coup, cette enflure sadique a clairement le cul bordé de nouilles puisqu’on ne lui colle qu’un seul meurtre sur le dos. 15 ans plus tard, Ki-bum a payé sa dette au rabais à la société et retrouve la liberté. Mais, si les cadavres n’ont pas de mémoire, certaines victimes collatérales, comme Hee-jo, ont bien grandi et ont eu largement le temps de réfléchir à pas mal de choses. Et forcément, le pardon ne fait pas partie du lot…

 

Dans le cercle de plus en plus large des réalisateurs talentueux de Corée, on applaudit bien fort l’arrivée de Mo Hong-jin ! Frappant très fort avec Missing You – un titre faussement romantique et violemment cynique -, il rejoint la grande tradition des péloches de vengeance qui – de Old Boy à I Saw the Devil – ont bâti la réputation largement méritée du cinéma coréen. Vicieux et implacable, Missing You confirme également le talent de Shim Eun-kyung qui a délaissé les comédies légères pour des pépites telles que Seouls Station et Train to Busan !

 

 

 

Compétition Compétition Internationale

Première Première Belge

Pays Corée du Sud

Audience ENA

Audio Coréen

Sous-Titres Anglais, Français, Néerlandais

Réalisateur Hong-Jin Mo

 

Casting

Ahn Jae-hong, Kim Hong-pa, Kim Sung-oh, Kim Won-hae, Shim Eun-kyung, Yoon Je-moon

 

Distributeur Contents Panda

Année 2016

Running time 108'

 

 

BIOGRAPHIE/FILMOGRAPHIE du réalisateur :

Mo Hong-jin

Réalisateur et acteur. Lieu de naissance : Corée du Sud

Films : Missing You, Our Town

Nominations : Grand Bell Award

Sélectionné au BIFFF 2017 pour Missing You

Voir les commentaires

Couverture de l'album

Couverture de l'album

 

CHRONOSQUAD

TOME 1 –

LUNE DE MIEL À L’ÂGE DU BRONZE

PAR

GIORGIO ALBERTINI & GRÉGORY PANACCIONE

 

Telonius Bloch est enfin membre des Chronosquads, une brigade d’agents temporels, chargée de résoudre les problèmes provoqués par les touristes temporels.  Il semble peu  a priori aussi douer pour cette mission que l’es Johnny English pour remplacer 007. On est vite pris par le personnage, parfois on si perd un peu dans les explications scientifiques, tout le monde n’est pas Einstein, surtout pas moi.

 

 Les dessins sont vraiment superbes, des pages pleines absolument ravissantes. Certaines pages sont sans dialogues, marque de fabrique de Grégory Panaccione, curieusement cela ne gêne en rien la lecture, bien au contraire.

 

Prévu en 4 tomes cette première série avec plus de 800 pages couleurs en tout !

 

Je  conseille vraiment la  lecture de cet album, au ceux qui sont à la fois  amateurs de thrillers  et de science-fiction. Le second tome est prévu pour janvier 2017, la série étant prévue sur un an.

 

 Résumé de l’album :

Rien ne nous a vraiment préparé à cette folle épopée mêlant  science-fiction, polar, et roman sentimental. Mais une chose est certaine, vous allez vivre une expérience de lecture jubilatoire… Bloch Telonius vient de recevoir l’appel de sa vie : il va enfin intégrer la mythique Chronosquad pour une mission en Égypte antique.

 

Une première enquête qui parait banale : une fugue d’adolescents d’un centre de vacances. Voilà donc notre nouvel agent qui embarque pour un voyage à travers le temps. Car les Chronosquad sont les agents régulateurs des voyages temporels et des couacs qui peuvent en découler. La pratique s’est en effet popularisée.

 

 Pour 10 999 € à peine, vous pouvez désormais partir 30 jours en Egypte antique en formule tout inclus (ce qui correspond à 1 jour et 1 heure en 2016, quoi que cela varie selon le lieu et l’époque de la destination). Vous pouvez également vous rendre à New York en 1755, à Rome en 44 avant J-C ou à la Préhistoire.

 

Pour l’heure, Bloch Telonius compte sur ses nouveaux coéquipiers expérimentés, Penne et Beylogu, pour résoudre rapidement cette affaire. Mais ce qui se présentait comme une balade temporelle de santé, se transforme, pour Bloch, en voyage initiatique…

 

Biographie 

GIORGIO ALBERTINI

EST NÉ EN 1968 À MILAN, EN ITALIE, OÙ IL RÉSIDE.

Après des études en Histoire médiévale à l’Université de Milan, Giorgio Albertini se consacre pleinement à l’archéologie en participant à de nombreuses fouilles pour des institutions européennes chargées de la restitution graphique de sites archéologiques. Il travaille aussi comme illustrateur historique et scientifique. Il publie en Italie des essais historiques, comme son dernier ouvrage Les jours qui ont changé l’histoire de l’Italie, chez Newton Compton Editori.

 

Parallèlement à cette activité, il entretient un réel intérêt pour la bande dessinée. C’est sous l’impulsion de son camarade d’atelier, Grégory Panaccione, qu’il entreprend l’écriture de Chronosquad, sa première Bd.

 

À 14 ans, il entre à l’école Estienne de Paris, où il apprend les bases du dessin, du graphisme et de la gravure sur cuivre classique. Il poursuit ensuite ses études artistiques aux Beaux-Arts. Après une expérience frustrante dans le monde de la publicité et un crochet par le dessin animé, avec l’écriture de story-board, il se lance dans la bande dessinée. Son premier album, un récit muet, Toby mon ami (Delcourt, 2012), est suivi d’Âme perdue (Delcourt, 2013), de Match (Delcourt, 2014), d’Un océan d’amour avec Lupano (Delcourt, 2014), récompensé du prix BD de la Fnac en 2015 puis de Qui ne dit mot avec Stéphane De Groot au scénario (Delcourt, 2015).

 

 

 

 

Biographie et Bibliographe

Grégory Panaccione est diplômé de l'Académie des beaux-arts de Paris. Après une première expérience en tant qu'illustrateur, il se lance dans l'animation, notamment sur le film Corto Maltese. Également réalisateur de dessins animés chez Jean Chalopin. Grégory Panaccione s’est imposé comme un maître de la bande dessinée muette.

 

Sa Bibliographie

Ziv Zulander (Une aventure de)  One shot en 1994

Toby mon ami  finie en 2012

Âme perdue  One shot en 2013

Papier  en cours  de 2013 à 2015

Match  One shot en 2014

Un océan d'amour  One shot en 2014

Qui ne dit mot  One shot en 2015

Chronosquad en cours

 

 

Album cartonné

240 pages

194 x 255 mm

EAN : 978-2-7560-7413-9

PRIX : 25,50 €

Cette première série est prévue en 4 tomes qui paraîtront en un an,

soit plus de 800 pages couleurs: une gageure !

premiéres planches de l'album
premiéres planches de l'album
premiéres planches de l'album
premiéres planches de l'album

premiéres planches de l'album

Grégory Panaccione

Grégory Panaccione

teaser officiel

Voir les commentaires

Copyright : © 2014 by HIROHISA SATO / NSP Approved Number ZCW-58F

Copyright : © 2014 by HIROHISA SATO / NSP Approved Number ZCW-58F

ASSASSINS :

Hirohisa Sato

Suspense, action et drame familial dans la veine du film "Léon" !

 

Jinsuke est un jeune garçon qui vivait une vie normale, dans une famille normale, avec des occupations normales... mais son quotidien va être bouleversé à deux reprises.

 

Il perdra tout d'abord son père, dégradant significativement le bonheur et le train de vie familial, obligeant la mère à se prostituer pour subvenir aux besoins de sa famille endeuillée.

Mais le malheur poursuit le petit garçon qui voit sa mère se faire assassiner sous ses propres yeux le jour de son anniversaire. Jinsuke est alors pris sous l’aile de Suzuki, une voisine tueuse professionnelle.

Ils vont être obligés de fuir et d’être constamment sur leurs gardes car ils sont pourchassés par… la police ?!

 

« Il y a un an, vous étiez au mauvais endroit au mauvais moment et ton père a eu un sens de la justice trop poussé… » 

 

 

Paru dans le Comic Zenon (Arte, Dodoma…), ASSASSINS est l'histoire d’une cavale de deux jeunes qui n’ont pas la moindre idée de ce qu’on leur veut ! Traqués par la police et des individus bien mal intentionnés, les deux compagnons d’infortune vont essayer tant bien que mal de comprendre ce qui leur arrive. Suzuki qui se retrouve avec un gamin de 10 sur les bras va également devoir endosser malgré elle le rôle de mère pour le petit orphelin.

 

Hirohisa Sato nous propose ici une série saisissante en 3 tomes.

Grâce un scénario prenant dans la veine du film "Léon", un traitement graphique adulte et léché ainsi que des cadrages travaillés, l’auteur fait une entrée remarquée dans le domaine du thriller.

 

Notez qu’afin de vous faire profiter au maximum de la beauté des planches d’ASSASSINS, la première édition de ce titre sera collector puisqu'elle comprendra les très belles pages en couleurs de la prépublication !

 

 

« Il a été tué par un policier ? »

 

 

ASSASSINS, le nouveau thriller choc des éditions Komikku !

Tome 1 disponible en librairie !!

 

ASSASSINS T01

 

Résumé officiel :

À la suite d’une sombre affaire, Hitomi a perdu son mari et se prostitue pour pouvoir élever son fils Jinsuke, 10 ans. Malheureusement, un soir, Hitomi est froidement abattue dans son appartement, sous les yeux de Jinsuke.

Celui-ci échappe de justesse à la mort grâce à l’intervention de la jeune et mystérieuse voisine, mademoiselle Suzuki, qui est en fait une tueuse professionnelle aussi discrète qu’efficace.

Elle recueille et protège le garçon, mais très vite ils se retrouvent pourchassés par la police pour une raison inconnue. Leur cavale commence et la situation est loin d’être évidente pour Suzuki, peu réjouie à l’idée de s’occuper d’un orphelin encore traumatisé par ce qui vient de lui arriver.

 

 

Auteur : Hirohisa Sato

Genre : Action, Thriller, Drame

Format : 13 x 18 cm

Date de sortie : 25/08/2016

3 volumes parus au Japon – Terminé.

Copyright : © 2014 by HIROHISA SATO / NSP Approved Number ZCW-58F

Copyright : © 2014 by HIROHISA SATO / NSP Approved Number ZCW-58F

Voir les commentaires

BIFFF 2016  THE CORPSE OF ANNA FRITZ
BIFFF 2016  THE CORPSE OF ANNA FRITZ

THE CORPSE OF ANNA FRITZ,

Hèctor Hernández Vicens,

Spain, 2015

Compétition Thriller International

Ce film à fait cette année le bonheur, des festivaliers européens, déjà présenté à Strasbourg, le voilà, pour le plaisir de nos amis « biffeurs » au 34eme BIFFF.

 

Ce  huis clos, dérape vite, les protagonistes de toute manière ne peuvent qu’allez vers le gouffre, on s’en doute d’entré, mais les rebondissements, qui n’arrangent rien à la situation.

 

Un peu comme une vis sans fin, on tourne, on tourne, mais jamais on n’en voit le bout, c’est un peu ce qui arrive a nos « héros «  quoique que soit leurs volontés (bonne ou mauvaise) de faire, ça ne fonctionne pas.  

 

J’aime beaucoup ce film et son ambiance on ne peut plus glauque.

 

 

Résumé :

En route pour une soirée arrosée, deux potes font escale dans un hôpital où travaille un ami. Leur excitation est palpable : le corps d'Anna Fritz, jeune actrice en vogue, y repose et ils rêvent de l’admirer. Mais la contemplation va vite virer à l’obsession !

 

Fiche technique :

 

 

Hèctor Hernández Vicens  Réalisateur

Acteurs et actrices

Albert Carbó  Rôle : Pau

Alba Ribas  Rôle : Anna Fritz

Cristian Valencia  Rôle : Ivan

Bernat Saumell  Rôle : Javi

 

Scénario

Scénariste

Isaac P. Creus

Hèctor Hernández Vicens

 

Soundtrack

Compositeur

Tolo Prats

 

Production

 

 

Productrice

Marta Carbó

Laia Cirera

 

Producteur

Xavier Granada

Cristian Valencia

 

Coproducteur

Isaac P. Creus

 

Producteur délégué

Alberto Aranda

Xavier Atance

Hèctor Hernández Vicens

Oriol Maymo

Bernat Saumell

 

 

Equipe technique

Directeur de la photographie Ricard Canyellas

 

Chef monteur Alberto Bernad

Chef décoratrice Carmen Sanfrancisco

 

 Sociétés

 

Production

A Contraluz Films

Beneçé Produccions

Corte y Confección de películas

Playtime Movies

Silendum Films

 

Exportation/Distribution internationale

Özen Film

Voir les commentaires

BIFFF 2016 Enragés Compétition Thrillers

BIFFF 2016

Enragés

Compétition Thrillers

 

Dans ce film, ça flingue, ça défouraille un max, vous êtes prévenus.

La mise en scène pèche parfois, et le jeu des acteurs hors Guillaume Gouix et Lambert Wilson laisse à désirer, Virginie Ledoyen, ne tire pas son épingle du jeu, un peu isolé il faut le dire, dans ce film d’homme, elle est en effet, le pratiquement seul rôle féminin, les autres rôles féminins étant à la fois secondaire et très court.

 

Cela reste un bon thriller, mais je ne pense pas qu’il ait les qualités pour franchir la ligne d’arrivée de la « Compétition Thriller ».

 

Synopsis et détails

 

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

 

Le film fut   présenté en Séance Spéciale du Cinéma de la Plage de Cannes Classics 2015.Un braquage tourne mal. Les 4 criminels trouvent refuge dans un centre commercial où éclatent coups de feu et mouvements de panique. Cernés, ils abattent un homme et prennent en otage une femme. Acculés, ils arrêtent une voiture et prennent la fuite. A bord, un père et son enfant malade, qu'il doit emmener d'urgence à l'hôpital. Hors de contrôle, leur fuite va se transformer en traque sans merci. Désormais, il n'y a plus aucun retour possible pour ces chiens enragés...

(Sources allociné)

 

Réalisateur

Éric Hannezo 

 

Acteurs et actrices

François Arnaud  Rôle : Vincent

Virginie Ledoyen  Rôle : La femme

Lambert Wilson  Rôle : Le père

Guillaume Gouix  Rôle : Sabri

Franck Gastambide  Rôle : Manu

Laurent Lucas  Rôle : Le chef

Gabrielle Lazure  Rôle : Marie

Alexandre Goyette  Rôle : Policier accident

Pompiste dépanneur Pierre Lebeau

Homme ours #1 Dave Lapommeray

Vieille dame Gisèle Trépanier

Femme au chignon Violette Chauveau

Agent de sécurité cale Ariel Ifergan

Caissière Vanessa Gauvin-Brodeur

Mari Vincent Leclerc Villageois

Gordon Masten Villageois

 

Scénario

Scénariste

Benjamin Rataud

Yannick Dahan

Éric Hannezo

 

Soundtrack

Compositeur Laurent Eyquem

Compositeur ROB

 

Production

Producteur

Marc Dujardin

Éric Hannezo

Guillaume Lacroix

Vincent Labrune

 

Coproducteurs

Etienne Mallet

Julien Deris

David Gauquie

Franck Elbase

Nicolas Lesage

Renaud Le Van Kim

Julien Seul

Mathias Rubin

Eric Juherian

Claude Léger

Sylvain Proulx

 

Producteur exécutif

Marc Vade

 

Equipe technique

Directeur de la photographie Kamal Derkaoui

Chef monteur Arthur Tarnowski

Chef décorateur Jean-Andre Carriere

Directeur du casting Daniel Poisson

Directeur du casting Pierre Pageau

Directeur de production Jean-Andre Carriere

 

1er assistant réalisateur

Michaël Viger

 

Chef costumier

Odette Gadoury

 

Conseiller technique

Michaël Viger

Tom Kan

 

Régisseur

Didier Communaux

Benoît Mathieu

 

 

Chef maquilleur

Kathy Kelso

 

Distribution

Attaché de presse François Hassan Guerrar

Attachée de presse Melody Benistant

 

Sociétés

Production

JD Prod

Black Dynamite Films

 

Coproduction

Cinefrance

 

 

Agence de presse Guerrar and Co

 

 

Distributeur France

(Sortie en salle)

Wild Bunch Distribution

Enragés : Photo François Arnaud

Enragés : Photo François Arnaud

Voir les commentaires

Christensen  Dan Riposte éditions Scutella

Christensen  Dan

Riposte

Editions Scutella

Bonjour Dan Christensen

 Dan Christensen,

Vous êtes à Angoulême pour la présentation de « Riposte », il s’agit à la base d’un fait divers, comment avez-vous eu connaissance de ce dernier et eu l’idée d’en faire un album ?

 

Dan Christensen,

Je me suis inspiré de la vie d’un escrimeur italien, qui a vraiment vécu Aldo Nadi, excellent escrimeur, mais assez sec, de très désagréable, exigeant par rapport à l’art de l’escrime. Si une personne le pratiquait mal ou  n’avait pas le talent pour l’exercer, il se faisait vertement critiquer par Aldo Nadi.

 

Je fais de l’escrime depuis mes 16 ans, c’est un sport que j’adore, Aldo Nadi avait écrit un traité sur l’escrime que j’ai lu. À ce moment-là, je me suis intéressé à ce personnage et m’en suis inspiré.

 

Stéphane Dubois,

Quelles sont la partie véridique et la place de la fiction dans « Riposte » ?

 

Dan Christensen,

Tout est imaginé, rien n’est basé sur des faits réels à part les duels qui ont existé au début du siècle, voire après. Aldo Nadi c’est battu en duel une fois, mais sans qu’il y ait de morts.

 

Stéphane Dubois,

Quelques parts le héros de votre histoire est un looser, il se fait passer à tabac, on lui vole son arme et encore nous en sommes a la moitié même pas de l’album.

 

Dan Christensen,

Il se met tout seul dans les ennuis, il est très déplaisant envers tout le monde.

 

Stéphane Dubois,

Comment un auteur américain d’origine danoise en vient à travailler en France ?

 

 Dan Christensen,

J’ai suivi des études de littérature française à la Fac, en Arizona. Un de mes professeurs m’a encouragé à participer à un concours de littérature, le concours était organisé par l’Alliance Française et j’ai gagné un prix. Il s’agissait d’un séjour en France, j’y ai fait mes études aux beaux-arts d’Angoulême. Puis je me suis lancé dans la bande dessinée, mon travail de  fin de 3e année est  devenu mon premier album.

 

Stéphane Dubois,

Vous avez vécu pratiquement plus en France qu’aux USA ?

 

Dan Christensen,

Je me rends compte que sait presque le cas, j’avais 23 ans quand je suis arrivé des USA, et ça fait 20 ans que je suis en France.

 

Stéphane Dubois,

Comment avez-vous trouvé les Éditions Scutella ?

 

Dan Christensen,

Je l’es envoyez à divers éditeurs, qui l’on refuser, cela ne convenait pas à leur ligne éditoriale, soit  l’histoire ne leurs convenait pas,  soit c’était le dessin. J’ai envoyé un dossier à la directrice de Scutella, le projet la intéresser et nous avons travaillé ensemble.

 

Stéphane Dubois,

Il s’agit d’un thriller, vous le définiriez comment ?

 

 Dan Christensen,

Un thriller, un film noir des années 40, des éléments de film noir comme « Gildas ».

 

Stéphane Dubois,

Vous diriez que sait un pur thriller ?

Dan Christensen,

C’est un hommage aux films noirs, il s’agit d’un polar, un hommage à des réalisateurs Jacques Tourneur avec    « La Griffe du passé » ou « Les Tueurs » de Robert Siodmak, « Gildas » de  Charles Vidor.Une des scènes est inspirée de « Gilda »

 

Stéphane Dubois,

Sur quel projet travaillé vous en ce moment ?

 

Dan Christensen,

« Riposte » est  un one-shot, je prépare actuellement un projet pour un éditeur américain, je ne serais pas le scénariste, je ferais le dessin, je travaille déjà sur le tome 2. Il s’agit d’un thriller psychologique à la limite du fantastique, je fais également des traductions pour les Editions Ankama du français à l’anglais.

 

(Réalisé  au Festival International de la BD d’Angoulême, 2015.)

 

Biographie:

Dan Christensen est né en 1972 à San José (Californie) et grandit dans le désert d’Arizona. Très tôt, lorsque la télévision de la maison tombe en panne (elle ne sera pas réparée avant de longues années), il pousse la porte de la bibliothèque du coin et découvre les livres, et plus particulièrement les comics. Il en devient un lecteur vorace. Les histoires de super héros masqués et d’aventuriers de tous genres nourrissent son imaginaire et il passe son enfance à les lire et à les dessiner. À lui tout seul, il utilise plusieurs kilomètres de forêt Amazonienne pour faire ses comics, et petit à petit, une passion pour le dessin et l’écriture naît en lui. Plus tard, il commence des études de littérature française à l’Université d’Arizona, mais après un bref séjour en France, où il apprend l’existence d’une école d’art à Angoulême, il les abandonne pour se consacrer au dessin. Il quitte son désert définitivement en 1996 et passe deux années à l’École de l’Image d’Angoulême. Il en sort avec un diplôme en main et deux histoires courtes parues dans des revues de l’association Café Creed. En 1999, il publie son premier album, Red Hands, chez Le Cycliste, et l’année suivante, il enchaîne avec Duels pour Treize étrange et Les Aventures du Tumbleweed Kid, un feuilleton illustré pour le site Coconino World ,avant de rejoindre La Comédie Illustrée en 2001 avec Un Goût de Cendres, son premier album en couleurs. Quelques années s’écoulent, pendant lesquelles il peaufine le scénario de Paranormal, une trilogie mélangeant deux genres qui lui sont chers, le polar et le comic-book. En automne 2004, le premier tome de la trilogie, l’Ogre, voit le jour aux éditions Carabas, et le deuxième, Les Ombres du Passé, sortira au mois de juin…

 

Sa Bibliographie

Red hands  One shot en 1999

Duels  finie en 2000

Un goût de cendres  en cours  en 2001

 Paranormal  finie de 2004 à 2009

Riposte 2015

Voir les commentaires

Affiche etr Photo du Film, Photo de Joseph Losey, Photo de la Presentation du film au Festival Lumière 2015
Affiche etr Photo du Film, Photo de Joseph Losey, Photo de la Presentation du film au Festival Lumière 2015
Affiche etr Photo du Film, Photo de Joseph Losey, Photo de la Presentation du film au Festival Lumière 2015
Affiche etr Photo du Film, Photo de Joseph Losey, Photo de la Presentation du film au Festival Lumière 2015

Affiche etr Photo du Film, Photo de Joseph Losey, Photo de la Presentation du film au Festival Lumière 2015

M Joseph Losey

Festival Lumière 2015

 

Clotilde Courau et le producteur du film firent la présentation du film au Festival Lumière, le producteur du film de 1951 est le fils de celui du film de Fritz Lang. Son père avait acheté à la veuve de Fritz Lang les droits du film.

 

Ce film fut contrairement à celui de Fritz Lang tourné en décor naturel dans les rues de Los Angeles.

 

Fidèle à l’original le fait de tournée en décors naturels permis au réalisateur de nous montrer les bas-fonds de la ville américaine.

 

Il reste que je préfère l’atmosphère plus noire et plus glauque du film original, le film de Joseph Losey reste néanmoins un film qu’il faut avoir dans sa collection de DVD.

 

Un autre réalisateur avait été pressenti, mais la banque qui devait financer le projet n’en  voulut pas, car inscrit sur la blackliste des « Activité Anti-Américaine » du triste Sénateur Joseph McCarthy, il en fut retiré après avoir courageusement dénoncé d’autres personnes et ce fut au tour de Joseph Losey d’être accusé.

 

Cette chasse à la sorcière des intellectuelles durant 4 ans fut et reste une tache à jamais déshonorant l’Amérique.

 

Comme toujours je vous gâte, cette fois je vous mets les Bandes annonces des deux films, oui je sais je suis trop bon :)

 

Résumé, fiche technique et biographie (Institut Lumière)

 

M

de Joseph Losey , États-Unis , 1951

 

Un insaisissable tueur en série (David Wayne) kidnappe et tue de façon abjecte des fillettes. Il est activement recherché par la police. Mais le mécontentement des habitants est tel que le gang de la ville, qui craint également que la police ne finisse pas fouiller dans ses affaires, ne tarde pas à s’en mêler. Débute alors une chasse à l’homme haletante.

 

Reprise du film allemand M le maudit de Fritz Lang (1931), l’intrigue est transposée en Californie. Joseph Losey a été contraint par son producteur de respecter le découpage original, ce qui pourrait donner à son film des airs de plagiat. Mais il le qualifiera lui-même de "remake" : « "remake" que j’ai fait non sans réticences car je ne crois pas aux "remakes", mais avec une attitude, face au problème, totalement différente de celle de Lang. » (Positif, n°293/294, juillet-août 1985)

 

Et pour cause : si Losey a conservé le thème original, il a tourné entièrement hors studios, contrairement à Lang, ce qui lui a permis d’inscrire une touche personnelle au film, en dépeignant les bas-fonds de Los Angeles.

 

Son libéralisme est également plus marqué que celui de Lang. Il dresse un constat social dans lequel le meurtrier est en fait une victime. Le film constitue un plaidoyer pour une justice équitable et raisonnable, adaptée aux personnes atteintes de démence. L’interprétation de David Wayne est d’ailleurs admirable, rendant presque le personnage de M sympathique, particulièrement dans la scène du jugement final, filmée en un long plan-séquence apte à donner des frissons. Même le crime le plus inexcusable mérite un jugement adéquat.

 

Losey signe un film dont il dira, humblement, « qu’il offre quelques-unes des meilleures choses [qu'il ait] jamais réalisées et d’extraordinaires interprétations. »

 

 

 

M

États-Unis, 1951, 1h28, noir et blanc, format 1.37

Réalisation : Joseph Losey

Assistant réalisation : Robert Aldrich

Scénario : Leo Katcher, Norman Reilly Raine, Waldo Salt, d’après M le maudit (M) de Fritz Lang (scénario de Fritz Lang et Thea von Harbou)

Photo : Ernest Laszlo

Directeur artistique : Martin Obzina

Musique : Michel Michelet

Montage : Edward Mann

Décors : Ray Robinson

Production : Seymour Nebenzal, Superior Pictures

Interprètes : David Wayne (Martin W. Harrow), Howard Da Silva (Carney), Martin Gabel (Charlie Marshall), Luther Adler (Dan Langley), Steve Brodie (lieutenant Becker)

 

Sortie aux États-Unis : mars 1951

Sortie en France : 8 février 1952  

 

Film restauré et présenté en avant-première de la ressortie en salle par Tamasa. 

Ressortie DVD et Blu Ray par Sidonis

M (1951) Film Noir - Joseph Losey

M le Maudit (1931) // Bande-annonce HD (VO)

Voir les commentaires

Scherzo Diabolico Adrian Garcia Bogliano  Strasbourg 2015
Scherzo Diabolico Adrian Garcia Bogliano  Strasbourg 2015

Scherzo Diabolico

Adrian Garcia Bogliano  

Strasbourg 2015

 

Film du réalisateur mexicain  Adrian Garcia Bogliano, le film m’a beaucoup intéressé par son traitement, classez dans le « cross-over », a la limite du thriller et du fantastique, le personnage principal voit son esprit chaviré devant l’indifférence de tous, le cynisme de son chef, une femme plus intéressez par l’argent que par l’amour qu’elle devrait avoir pour son mari.

Même si la fin peut apparaitre confuse à certains, cela reste l’un des meilleurs films de cette sélection.

 

Fiche technique et filmographie

Réalisateur(s) : Adrian Garcia Bogliano Producteur(s) : Andrea Quiroz Hernandez, Carlos Helandez Scénariste(s) : Adrian Garcia Bogliano Photographie : Dario Goldgel Montage : Adrian Garcia Bogliano Musique : Sealtiel Alatriste Interprète(s) : Fancisco Barreiro, Jorge Molina, Daniela Soto Vell

 

Coincé entre une épouse râleuse qui voudrait qu'il gagne plus d'argent et un patron qui l'exploite, Aram travaille sans relâche mais n'entrevoit aucun espoir de promotion. Son dévouement n'est toutefois qu'une façade: il a une maîtresse, et il a fomenté un plan infaillible pour enlever la fille de son chef et réclamer une rançon.

 

Adrian Garcia Bogliano signe là un thriller haletant qui décrit des individus méprisables et traite autant de l’ironie du sort que de la cupidité. Comme une petite voix maléfique, la musique du film également intitulée Scherzo Diabolico, s’infiltre dans le magnifique décor mexicain pour nous rappeler notre impuissance face à certains plans qui, aussi parfaitement huilés soient-ils, sont appelés à déraper et à se retourner contre nous – comme si le diable s’en emparait pour nous jouer un tour.

 

Rediffusion !

Dimanche 27 septembre à 14h au Vox

 

Filmographie

Réalisation

2014   Late Phases  Réalisateur 

2012   Here comes the devil  Réalisateur    

2012   The ABCs of Death  Réalisateur 

2011   Penumbra  Réalisateur 

 2010   Cold Sweat  Réalisateur    

2009   I'll never die alone  Réalisateur 

 Scénario

 2012   Here comes the devil  Scénariste    

2012   The ABCs of Death  Scénariste 

 2011   Penumbra  Scénariste 

 2010   Cold Sweat  Scénariste    

 

 Equipe Technique

 2012   The ABCs of Death  Chef monteur  

Voir les commentaires

Photo du film

Photo du film

 

Der Bunker Nikias Chryssos

Compétition internationale

Strasbourg 2015

 

Premier film du réalisateur Nikias Chryssos, on appréciera l’originalité  de l’action et la photographie.

 

Nikias Chryssos est un réalisateur d’avenir dont on reparlera rapidement.

 

Pour en revenir à « Der Bunker », le film a quand même trop de manque pour à mon sens prétendre à un prix. Il ne suffit pas de faire preuve d’originalité pour que le scénario soit forcement suffisamment solide.

 

L’interprétation laisse parfois également à désirer surtout dans le rôle des parents.

 

En bref, disons qu’il s’agit (ce fut mon vote) d’un film moyen.

 

  

Réalisateur(s) : Nikias Chryssos Producteur(s) : Nikias Chryssos Scénariste(s) : Nikias Chryssos Photographie : Matthias Reisser Montage : Carsten Eder Musique : Leonard Petersen Interprète(s) : Pit Bukowski, Daniel Fripan, Oona von Maydell.

 

Résumé du film

 

Un étudiant ambitieux recherche le calme et la solitude pour se focaliser sur son travail. Il se retrouve dans une résidence ressemblant à un bunker, habité par un couple qui scolarise leur fils Klaus à la maison. Ils lui demandent alors de s’occuper de l’éducation de Klaus qui se révèle avoir de grosses difficultés pour assimiler les leçons qui lui sont dispensées dans ce cadre familial plutôt déstabilisant.

 

Der Bunker est un ovni issu de la scène indé berlinoise. Avec son ambiance lynchienne, ses touches d’humour décalé et ses acteurs parfaitement choisis, Der Bunker n’est pas sans rappeler Der Samurai, autre film berlinois présenté au festival en 2014, avec également le mystérieux Pit Bukowski dans le premier rôle.

 

Rediffusion :

Dimanche 27 septembre à 16h cinéma STAR

Bande Annonce

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 > >>
Haut

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Théâtre. Présent dans les principaux festivals de film fantastique e de science-fiction, salons et conventions.

Pages

Hébergé par Overblog