Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Site sur la Science-fiction et le Fantastique

1 2 > >>

The Voice Thief (2013) 22 minutes

USA | France | Chile

dirigé par Adan Jodorowsky,

 

Film de la famille Jodorowsky, en effet au scénario on retrouve Adan et Alejandro, et comme acteur Cristobal.

 

Ce film est à la fois, surréaliste, sur joué de manière toute a fait voulut et mise en scène, dans la pure veine de ce que faisait le patriarche de la famille, et ce n’est pas Asia Dargento qui aurait freiné ce penchant bien au contraire.

 

À la fois humoristique, horrifique, et ma foi aussi poétique par cette volonté de vouloir retrouvez une voix perdue qui est en fait son âme.

 

Présenté dans la compétition internationale des courts-métrages de ces 14eme Utopiales de Nantes, il est l’un des favoris de cette compétition.

 

 

Synopsis

Naya, chanteuse d’opéra, se fait étrangler par son mari après une violente dispute et en perd sa voix. Elle menace de le quitter s’il ne répare pas, avant minuit, le mal qu’il lui a causé.

 

Fiche techique et Casting

 

Scénario 

Adan Jodorowsky, Alejandro Jodorowsky (story)

 

Casting:

 

 Asia Argento, Cristobal Jodorowsky, Andrés Abel

 

Productions

Borscht, Knightworks, Le Soleil Films

 

Autres films en compétiton : Foxes de Lorcan Finnegan (déjà chroniqué, suivre le lien ci-dessous pour lire ou relire l’article)

The Voice Thief   Adan Jodorowsky
The Voice Thief   Adan Jodorowsky

Voir les commentaires

Le grand cirque du Cavalier chinois

François Coupry (illustrations : Cyril Delmote)

Editions Pascal Galopé

 

Contrairement à l’habitude pour les ouvrages illustrés ou l’auteur confie son texte au dessinateur, la réalisation de cet ouvrage, c’est déroulé de manières totalement différentes.

 

Cyril Delmote réalisa sans trop savoir ce qu’il en ferait des illustrations, puis il se tournât vers François Coupry (voir bio-bibliographie et lien avec son site ci-dessous) avec lequel il avait déjà collaboré quelques années avant, pour lui demander si en se basant sur ces illustrations, il écrirait des contes fantastiques.

 

François Coupry qui a toujours des projets pleins la tête, pensait justement à faire la suite des Contes du cavalier chinois, publié en 1993 chez Robert Laffont.

 

L’exercice de style est ma fois assez réussit, on se prend à lire ces contes fantastiques avec plaisir.

 

16 contes tous avec une illustration de Cyril Delmote vous attendent.

Cette fois c’est les éditions Pascal Galodé qui éditent cet ouvrage.

 

Synopsis

Ils avaient presque tous travaillés dans des cirques et, à tour de rôle, ils me racontèrent des contes inventés par un certain Mao Ti, surnommé « Le cavalier chinois ». Des fables à dormir debout, un ver de terre qui engendre un empereur, un pantin qui parle, un arbre que l’on va enterrer et qui ressuscite, une sirène qui fait prématurément vieillir des enfants, et quelques fantasmagories, vous vous rendez compte !

Ces récits, ils ont failli me rendre fou. D’autant plus qu’après chaque fable, les fantômes de mes ancêtres m’offraient une image, un tableau qui illustrait le conte, vous vous rendez compte !


Biographie

François Coupry est un écrivain né en Provence en 1947. Après des études de lettres, il a été journaliste, éditeur, rédacteur en chef de la revue Roman, premier directeur de la Maison des Écrivains.

Il vit actuellement à Paris. Essayiste, conteur, romancier, François Coupry est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages où le fantastique, le fabuleux, le paradoxe, questionnent sans en avoir l’air « le rôle de la fiction créatrice de la réalité ».

 

Œuvres

Période de l'Amphictyonie attico-délienne. Actes administratifs (n° 89 - 104-33), édité par l'Académie des inscriptions et belles-lettres

La Promenade cassée, 1970

Autocoincés, Gallimard, 1971

Mille pattes sans tête, éditions Jean-Edern Hallier, 1975

L'Anti-éditeur, Hallier, 1976

Écrire c'est vendre : esquisse d'une économie politique de la littérature, Hallier, 1977

Je suis lesbien, Balland, 1978

Ventre bleu, Balland, 1978

Les Italiens d'aujourd’hui, Balland, 1980

La Terre ne tourne pas autour du Soleil, Gallimard, 1980

Le Bonheur est une idée neuve en France : mai 1968-mai 1981, Megrelis, 1981

Torero d'or, avec Catherine Clément, Hachette, Paris, 1981, réédition Robert Laffont 1992, (ISBN 2221073924)

La Vie ordinaire des anges, Robert Laffont, 1983

Le Rire du pharaon, Robert Laffont, 1984

La Récréation du monde, Robert Laffont, 1985

L'Imperméable vert, Bayard-presse, 1986

Avec David Bloom dans le rôle de David Bloom, Robert Laffont, 1987

L'Aventure, Presses de la Renaissance, 1988

Éloge du gros dans un monde sans consistance, Robert Laffont, 1989

L'Énorme tragédie du rêve, Robert Laffont, 1991

Monsieur l'archéologue, Gallimard, 1991

Le Fils du concierge de l’Opéra, Gallimard, 1992

Les Contes du cavalier chinois, Robert Laffont, 1993

L'Enfant qui lisait dans le ciel, Robert Laffont, 1993

Eugène Ionesco, Julliard, 1994

La Corrida, Milan, 1997

Faust et Antigone, Presses de la Renaissance, 1998

Jour de chance, Presses de la Renaissance, 1998

Une journée d'Hélène Larrivière, Presses de la Renaissance, 1998

Abrico amoureux, Zulma, 1999

Les Gitans, Milan, 1999

L'Œil du gitan, éditions du Rocher, 2000

Ma maison dans le caniveau, éditions du Rocher, 2000

Toros de mort, éditions du Rocher, 2000

La Maison dans le Caniveau, Le Rocher 2000

Les trois Coups du cavalier chinois, le Rocher 2005

Zeus et la Bêtise humaine, Le Rocher 2006

Les Souterrains de l'Histoire, édition d’ensemble resserrée et recomposée (comprenant une nouvelle mouture de La Vie ordinaire des Anges), Le Rocher 2008

Où est le vrai Louis XVI ?, Alphée 2011

Le grand cirque du Cavalier chinois François Coupry

Voir les commentaires

Published by Stéphane Dubois - - Contes, LITTERATURE, Livres, Fantastique

X-MEN: DAYS OF FUTURE PAST

bande annonce et Casting

Sortie: 21/05/2014

Réalisateur: Bryan SINGER

 

Casting

Jennifer Lawrence   ...  Raven / Mystique

 Michael Fassbender   ...  Erik Lehnsherr / Magneto

 Evan Peters   ...  Pietro Maximoff / Quicksilver

 Ellen Page   ...  Kitty Pryde / Shadowcat

 Hugh Jackman   ...  Logan / Wolverine

Nicholas Hoult   ...  Hank McCoy / Beast

James McAvoy   ...  Charles Xavier

Anna Paquin   ...  Marie / Rogue

Peter Dinklage   ...  Bolivar Trask

Halle Berry   ...  Ororo Munroe / Storm

Ian McKellen   ...  Erik Lehnsherr / Magneto - older

Patrick Stewart   ...  Professor Charles Xavier

 Shawn Ashmore   ...  Bobby Drake / Iceman

Lucas Till   ...  Alex Summers / Havok

Daniel Cudmore   ...  Piotr Rasputin / Colossus 

X-MEN: DAYS OF FUTURE PAST X-MEN: DAYS OF FUTURE PAST

Voir les commentaires

Published by Stéphane Dubois - - science-fiction, Fantastique, Films, Cinéma, X-MEN

Heroes of the dark saison 1 en DVD

La première saison est précédée par un entretien avec l’ufologue André Darcheville. La série est désormais disponible en deux DVD, dont le second comporte de très intéressants bonus, dont les premières minutes de « James Keane — Les Mystères de Dragopolis » réalisé par Guillaume Bouiges.

 

La série est financée avec quelques milliers d’euros, le premier épisode est un hommage au film de Spielberg « Rencontre du troisième type » dans lequel jouait François Truffaut, il faut tourner sans moyen.

 

Les autres rendent hommage à « Prédator » dans « Ligths in the nigth », cet épisode fut réalisé en très grande partie dans l’improvisation, et à « Pitch Black » dans « Planet of Shadows » cette fois le scénario, la mise en scène est plus aboutis.

 

Guillaume Bouiges est le scénariste, le réalisateur et l’un des acteurs de la série. C’est donc une série d’auteur. Autodidacte Guillaume Bouiges est un passionné.

 

Du premier épisode avec une dizaine d’acteurs, on passe à une trentaine pour le troisième épisode.

 

Pour joindre Guillaume Bouiges suivez le lien de ça page FB ci-dessous et vous trouverez également ci-dessous la bande annonce de la série.

Heroes of the dark

Guillaume Bouiges

Guillaume Bouiges

Voir les commentaires

Published by Stéphane Dubois - - Cinéma -DVD, science-fiction, Série TV, Fantastique, Films, Horreur

L’occasion unique de discuter en direct avec...

Stephen King

 

le 15 novembre 2013 13h-14h

 

 

Interview en direct et en public du maître de l’horreur de 13h à 14h sur Le Mouv’ pour la sortie de La Clé des Vents, nouvel opus de la série La Tour Sombre.

 

La Tour Sombre est pour Stephen King, lui-même, son œuvre majeure. Elle nous plonge dans la quête de Roland de Gilead, le dernier pistolero de son monde.

 

C’est à 19 ans, après avoir lu Tolkien et vu au cinéma Le Bon, La Brute et le Truand que Stephen King a une révélation : lui aussi va écrire. Il va écrire une saga, une épopée, une quête qui saura être aussi grandiose que Le Seigneur des anneaux et aussi vibrante que les westerns à la Sergio Leone. À 19 ans, il le dit lui-même, on a le droit d’être arrogant. Mais cette envie ne le quitte plus, c’est ainsi que née La Tour Sombre.

 

Voilà donc 47 ans que Roland de Gilead a commencé sa quête. Cet étrange mélange de chevalier errant et de Marshall du Far West essaye sans cesse d’atteindre la Tour Sombre, son unique raison de vivre.

 

Après quatre tomes, un accident traumatisant pousse Stephen King à stopper l’écriture. Et c’est en réalisant l’angoisse de ses lecteurs quant au destin de Roland que, pour la seconde fois, le spectre du pistolero le pousse à prendre la plume. Il est temps qu’il finisse ce qu’il a commencé : écrire tant qu’il le peut, parce qu’il n’a plus 19 ans…

 

« La Tour Sombre est la Jupiter du système solaire de mon imaginaire » Stephen King

 

=> Sortie le 6 novembre

 

La Clé des Vents Sortie le 6 Novembre

En 2011, il finit par écrire La Clé des Vents, des années après qu’il avait conclu les histoires de ses personnages. Ce volume inédit s’intercale entre Magie et Cristal et Les loups de la Calla ce qui fait de lui l’épisode quatre et demi.

« Quant à moi, j’ai été ravi d’apprendre que mes vieux amis avaient encore quelque chose à dire. Ce fut un plaisir de les retrouver, des années après. »Stephen King

 

Résumés

La Tour Sombre

Roland de Gilead vit dans l’Entre-Deux-Mondes qui est relié au nôtre d’une façon terrible et fondamentale. Il existe des portes entre le monde de Roland et le nôtre ; l’une d’elles est la mort, les autres sont de vraies portes qui ouvrent sur le New York de notre monde mais à trois époques différentes. C’est par un des portails qu’Eddie, Susannah et Jake passent un jour pour quitter leur ville d’origine, New-York. Ils accompagnent Roland, dernier pistolero chargé de faire régner l’ordre dans ce monde anarchique en ruine, peuplé de monstres.

 

La Clé des Vents

Alors qu’ils arpent le Sentier du Rayon en direction de Calla Bryn Sturgis, une terrible tempête oblige Roland de Gilead et son Ka-tet (Jake, Susannah, Eddie et Ote) à s’abriter dans une bourgade abandonnée depuis longtemps par ses habitants.

Bercés par la lueur des flammes et les hurlements du vent, les quatre compagnons écoutent le pistolero lever le voile sur deux épisodes troubles de son passé…

 

L’auteur

Il fait partie de ces écrivains qu’il n’est plus besoin de présenter. Carrie, Shining, Christine...Autant de romans – et souvent de films – mondialement célèbres. Mais rien ne compte plus à ses yeux que le cycle de La Tour Sombre, son grand oeuvre, une saga-fleuve monumentale dont il entama l’écriture alors qu’il était encore étudiant.

 

L’interview

Stephen King est un amoureux du rock’n’roll.

Le 15 novembre sera donc une journée dédiée sur Le Mouv’ à Stephen King avec, en apothéose, une émission spéciale de 12h à 14h avec le King dans les locaux à partir de 13h.

 

Une dizaine de lecteurs seront sélectionnés pour assister en direct à l’émission dans les studios de Radio France. Vous pourrez également téléphoner pendant toute une heure afin de poser vos questions directement au King.

 

Pour avoir une chance d’assister à l’émission, rendez-vous sur le site du Mouv’ pour remplir le questionnaire spécial La Tour Sombre.

 

 

(Communiqué de presse)

 discuter en direct avec Stephen King

Voir les commentaires

Published by Stéphane Dubois - - Stephen King, LITTERATURE, Livres, Horreur, Fantastique

INTERGALACTIQUE 2013 LYON

 

Après sa première édition en avril 2012, le festival de Science-Fiction de Lyon revient du 25 au 31 Octobre 2013 pour proposer rétrospective cinéma, conférences, salon des littératures de l'imaginaires en compagnie de nombreux partenaires et invités. Le thème 2013 : CYBERPUNK !

 
Le futur décrit dans le cyberpunk n’est plus ce qu’il était dans la science-fiction d’avant 1984 : les épopées cosmiques ou les sociétés totalitaires font place à un futur déglingué, abordé sous l’angle des sans-grades, des marginaux, ou des zones en friche. C’est l’association haute technologie et bas-fonds.
 
Le cyberpunk prend pour décor un monde en crise, où la violence monte d’autant plus qu’elle dispose de moyens de plus en plus destructeurs.
On peut dire de beaucoup d’oeuvres cyberpunk qu’elles n’ont de science-fiction que le nom : elles se contentent de pousser jusqu’au bout les tendances actuelles de la culture capitaliste...
 
Où va ce monde ? Peut-être vers sa destruction, à moins que l’intimité croissante entre l’humain et la technique n’aboutisse à la création d’une forme de vie supérieure, purifiée de ses instincts destructeurs.
 
Cette deuxième édition des Intergalactiques vous propose d’explorer durant six jours en compagnie de 60 invités tune programmationtouchant la littérature, comme le cinéma en pasant par des performances visuelles et sonores.
 
Le futur imaginé autrefois est déjà là, et nous allons vous le prouver.
 
Norman SPINRAD, Gérard KLEIN, Jean-Pierre ANDREVON seront présents lors du salon de l'imaginaire accompagnés de 60 invités attendus tout au long de la semaine !
 
Le catalogue du festival est en ligne sur le site du festival
 
 
LA PROGRAMMATION EN DÉTAILS : 
 

VENDREDI 25 OCTOBRE : Ouverture du festival à la Bibliothèque de la Part-Dieu

  • 19h : Table ronde en présence de Jean-Marc Ligny, Sylvie Lainé et Norman Spinrad.

 

 

SAMEDI 26 OCTOBRE : Salon de la Science-Fiction – 1er Jour
à la MJC Monplaisir, Lyon 8ème :

  • 14h – 19h : Salon Littérature & Cinéma de l’imaginaire et Tables Rondes
  • 18h : Soirée VHS : projection de courts-métrages
  • 19h30 : Concours vidéo 48 Heures plus tard
  • 21h : Concert lecures musicales par THE DEEP ONES


DIMANCHE 27 OCTOBRE : Salon de la Science-Fiction – 2ème Jour
à la MJC Monplaisir, Lyon 8ème :

  • 10h – 18h : Salon Littérature & Cinéma de l’imaginaire et Tables Rondes
  • 16h : Remise du Prix René Barjavel, concours de nouvelles


LUNDI 28 OCTOBRE

  • 14h – 19h : Après-midi Jeux de société Science-fiction au Bar à Jeux du Ludopole, Lyon 2ème
  • 20h30 : Projection AVALON de Mamoru Oshii au Cinéma Opéra, Lyon 1er


MARDI 29 OCTOBRE

  • 14h – 19h : Après-midi Jeux de société Science-fiction au Bar à Jeux du Ludopole, Lyon 2ème
  • 20h30 : Projection AKIRA de Katsuhiro Ohtomo au Cinéma Le Zola, Villeurbanne


MERCREDI 30 OCTOBRE

  • 14h – 17h : Après-midi Jeune Public à Ukronium 1828, Lyon 7ème
  • 20h30 : Projection KIN DZA DZA ! de Gueorgui Danielia au Cinéma Opéra, Lyon 1er


JEUDI 31 OCTOBRE : La Célébration Xénomorphe : Nuit Cyberpunk
au Marché Gare – 34 Rue Casimir Périer, Lyon 2ème

 

La Célébration Xénomorphe est LA soirée de clôture du festival ! Une expérience immersive unique à Lyon, basée sur les technologies de la Réalité Augmentée : de Blade Runner vers le lointain univers d’Alien, traversant les visions de Total Recall et ne s’arrêtant que dans les laboratoires de modification génétique, seule espoir de survie de l’humanité.
 
Ambiance 100% Cyberpunk avec Dresscode plus que conseillé !
Cyber, Punk, Créatures, Cyborgs, Mutants, Freaks futuristes, Fetish, Goth, 
Trans-humains, Xénomorphes !
 
 
 

Tarifs : 14€ : plein tarif / 13€ : FNAC / Digitick (hors frais de location) / 11€ : Prévente partenaire ou sur place avec Dress Code.

Communiqué de Presse
 
intergalactiques 2013

intergalactiques 2013

Voir les commentaires

Mon voisin Totoro (Tonari no Totoro)

 

de Hayao Miyazaki, Japon , 1988

 

Le Festival Lumière 2013 a fait une rétrospective des Studio Ghibli pour leurs 25e anniversaire : «  le Tombeau des lucioles »   , « Princesse Mononoké » (nous en parlerons dans un prochain article) et « Mon voisin Totoro ».

 

Ce dernier de Hayao Miyazaki, comme beaucoup des œuvres de ce cinéaste, le merveilleux plus que le fantastique marque ce film.   Le réalisateur puise dans la tradition shintoïste l’inspiration de ce film, le shintoïste faisant une place importante aux esprits de la nature.

 

A côté de cette influence asiatique on trouve des références a des œuvres occidentales comme par exemple : Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll.

 

600.000 personnes en une semaine, c’est un vrai succès à sa sortie en salle au Japon, ou ces diffusions télévisuelles rassemblent près de 20 millions de personnes. « Tonari no Totoro » la chanson générique du film est devenue l’une des chansons fétiches des écoles maternelles de l’archipel nippon, comme le personnage de « Totoro » est devenu le logo des studios Ghibli.

 

Malheureusement alors qu’il semble exister une version numérique du film, ce fut une pellicule 35 mm qui fut utilisé, pellicule de très mauvaise qualité, c’est très décevant de la part du Festival Lumière. Certes on as eu droit à une version originale sous-titré en français ce qui est un plus par rapport a une version française.

 

Il n’en reste pas moins que dans l’animation ce film accessible dès 4 ans, peut et doit être vu par tous.

 

A ne pas hésiter a voir en salle ou a acheter en DVD / BLU RAY.

 

Synopsis

Deux petites filles, Mei, 4 ans, et Satsuki, 10 ans, s’installent à la campagne avec leur père pour se rapprocher de l’hôpital où séjourne leur mère. Elles découvrent la nature tout autour de la maison et, surtout, l’existence d’animaux étranges et merveilleux, les Totoros, avec qui elles deviennent très amies. Un jour, alors que les fillettes attendent le retour de leur mère, elles apprennent que sa sortie de l’hôpital est repoussée. Mei décide donc alors d’aller lui rendre visite toute seule…

 

 

Mon voisin Totoro (Tonari no Totoro)

Japon, 1988, 1h26, couleurs, format 1.85

 

Réalisateurs :

Hayao Miyazaki 

Direction artistique : Kazuo Oga

Effets spéciaux : Kaoru Tanifuji

Animation : Yoshiharu Sato

Musique : Joe Hisaishi

Montage : Takeshi Seyama

Acteurs et actrices

 

Dakota Fanning Rôle : Satsuki Kusakabe (voice),

Doublé(e) par : Noriko Hidaka

 

Acteurs de doublage (Voix originales)

 Chika Sakamoto  Rôle : Mei

Shigesato Itoi  Rôle : Tatsuo Kusakabe

Sumi Shimamoto  Rôle : Yasuko Kusakabe

Tanie Kitabayashi Rôle : Kanta no obâsan

Hitoshi Takagi Rôle : Totoro

Yûko Maruyama Rôle : Kanta no okâsan

Washio Machiko  Rôle : Sensei

Reiko Suzuki Rôle : Rôba

Kanta no otôsan  Masashi Hirose 

Kanta  Toshiyuki Amagasa

 Kusakari-Otoko  Shigeru Chiba 

Production

 

Producteur 

Yasuyoshi Tokuma 

 

Producteur 

..Toru Hara 

 

Scénario

 

Scénariste : Hayao Miyazaki 

 

Equipe technique

Monteur   Takeshi Seyama 

Compositeur   Joe Hisaishi 

Sociétés

 

Production Le Studio Ghibli

 

Production : Toru Hara, Tokuma Publishing, Studio Ghibli

 

Sortie au Japon : 16 avril 1988

Sortie en France : 8 décembre 1999

Mon voisin Totoro

Mon voisin Totoro

Mon voisin Totoro

Voir les commentaires

Le septième sceau (1957) Ingmar Bergman

 

Dans le cadre du Festival Lumière 2013, nous avons eu le plaisir de voir la version restauré du « Septième sceaux », Bibi Anderson tiens son premier grand rôle, elle tournera à 10 reprises dans sa carrière avec Ingmar Bergman, avec Max von Sydow (Carl Adolf Von Sydow de son vrai nom), elle fera partie des acteurs/actrices récurrentes chez Bergman.

 

Ce film aborde une question fondamentale pour de nombreuses personnes, à savoir, si Dieu et le  Diable existe et donc le Paradis et l’Enfer,  ou si c’est le Néant. La partie d’échec avec la mort, qui est récurrente dans le film provient d’un tableau de Albertus Pictor.

 

Le regard sur la société du moyen-âge relève totalement de l’aspect « berganienne » d l’œuvre  de ce réalisateur. N’y cherchons pas forcément un réalisme que Bergman ne voulait pas exprimé.

 

Si le chevalier Antonius Blok (Max von Sydow) doute, son écuyer Jöns (Gunnar Björnstrand)  lui n’a pas de doute sur le fait que c’est le Néant.

 

Gunnar Björnstrand  est au côté de Max von Sydow, le second pilier du film. Excellent acteur il est l’un des autres acteurs fétiches d Bergman, avec lequel il tournera une vingtaine de fois.

 

Ce film culte à lancer ou confirmer, la carrière internationale du réalisateur et de plusieurs actrices et acteurs, il  obtiendra le  Prix Spécial du Jury de l’édition de1957 du Festival de Cannes.

 

Synopsis et détails

 

De retour des croisades, le chevalier Antonius Blok rencontre la Mort sur son chemin. Il lui demande un délai et propose une partie d'échecs. Dans le même temps, il rencontre le bateleur Jof et sa famille. Jof a vu la vierge Marie. Un des films qui fit découvrir le cinéma suédois et qui contribua à la grande notoriété de Bergman.

 

Casting et fiche technique

Réalisateur :

Ingmar Bergman

 

Acteurs et actrices

 

  Max von Sydow  Rôle : Antonius Block

Gunnar Björnstrand  Rôle : Jöns, l'écuyer

Nils Poppe  Rôle : Jof

Bengt Ekerot  Rôle : La mort

Bibi Andersson  Rôle : Mia

Gunnel Lindblom  Rôle : la jeune femme

Inga Gill  Rôle : Lisa

Maud Hansson  Rôle : la sorcière

Jonas Skat : Erik Strandmark 

Plog, le forgeron   Ake Fridell 

Le séminariste   Anders Ek 

 

Production

 

Producteur 

Allan Ekelund 

Scénario

Scénariste 

Ingmar Bergman 

Equipe technique

Compositeur 

Erik Nordgren 

Monteur 

Lennart Wallén 

Chef décorateur 

P.A. Lundgren 

Directeur de la photographie 

Gunnar Fischer 

Sociétés

Production

Svensk Filmindustri (S.F.)

Le septième sceau (1957) Ingmar Bergman

Le septième sceau (1957) Ingmar Bergman

Voir les commentaires

La Prison Fängelse

de Ingmar Bergman, Suède , 1948

Drame à la fois psychologique avec un contenu fantastique, dans la manière de raconté l’histoire, que dans les thèmes : le bien et le mal, qui es le diable si comme certaines personnes ne croient pas en Dieu ? L’homme dans ça dualité ne serait – il pas son propre diable-dieu ?

 

À travers la société pauvre, misérable de son pays natal, ou déjà tout ce que l’on nous dit de « bien » de nos jours est en place, mais ou n’hésite pas à voler à la femme « perdue » son enfant, ou la peur de voir la police emmené les bébés on ne sait ou pour en faire on ne sait quoi, ou la prostitution est toléré à condition que la bonne société ne le voie pas.

La scène de la « foret d’homme » est typique de l’univers bergamien.

Dans ce premier film dont il a l’idée, il fait le scénario original, la réalisation ce qui sera sa signature désormais.

Il en dira : « Pendant très longtemps, ce film m’est resté complètement étranger. Mais maintenant qu’il m’est possible de jeter un regard d’ensemble sur ma production, il se dégage avec une certaine netteté. Il y a là un entrain cinématographique qui, malgré mon peu d’expérience, est à peu près contrôlé. Hasse Ekman manifesta une loyauté impeccable et il me fut d’un grand secours. Eva Hanning apporta au film une note absolument inattendue de vrai chagrin. Doris Svedlund est aussi aimable. La Prison est un jeu autour d’une âme, et l’âme, c’est elle. Doris brillait avec sa lumière propre, énigmatique. »

À côté du cinéma Ingmar Bergman sera également un grand metteur en scène de théâtre.
 

 

 

Synopsis 

Dans le studio de cinéma où il travaille, Martin (Hasse Ekman), jeune metteur en scène, reçoit la visite de son ancien professeur de mathématiques (Anders Henrikson), tout juste sorti de l’asile, qui lui suggère de faire un film sur l’enfer. Martin y est encouragé par Thomas (Birger Malmsten), son ami journaliste. Ce dernier a en effet rencontré, lors d’un de ses reportages nocturnes, Birgitta-Carolina (Doris Svedlund), une jeune fille qui se prostitue sous la coupe de son fiancé-souteneur Peter (Stig Olin). Thomas pense qu’elle pourrait être le point de départ du futur film.

 

Casting et fiche technique :

La Prison (Fängelse)

Suède, 1948, 1h19, noir et blanc, format 1.37

Réalisation & scénario : Ingmar Bergman

Photo : Göran Strindberg

Musique : Erland von Koch

Montage : Lennart Wallén

Décors : P.A. Lundgren

Production : Lorens Marmstedt, Terrafilms Produktions

Interprètes :

Doris Svedlund (Birgitta-Carolina),

Birger Malmsten (Thomas),

Eva Henning (Sofi),

Hasse Ekman (Martin),

Stig Olin (Peter),

Irma Christenson (Linnea),

Anders Henrikson (Paul),

Marianne Löfgren (Mme Bohlin),

Bibi Lindqvist (Anna),

Curt Masreliez (Alf),

Carl-Henrik Fant (Arne)

 

Sortie en Suède : 19 mars 1949

Sortie en France : 11 mars 1959

 

Oeuvre  d’ Ingmar Bergman

 

 

 

Réalisateur et scénariste

Cinéma

1946 : Crise (Kris)

1946 : Il pleut sur notre amour (Det regnar på vår kärlek)

1947 : L'Éternel Mirage (Skepp till India land)

1948 : Musique dans les ténèbres (Musik i mörker)

1948 : Ville portuaire (Hamnstad)

1949 : La Prison (Fängelse)

1949 : La Fontaine d'Aréthuse ou La Soif (Törst)

1950 : Vers la joie (Till glädje)

1950 : Cela ne se produirait pas ici (Sånt händer inte här)

1951 : Jeux d'été (Sommarlek)

1952 : L'Attente des femmes (Kvinnors väntan)

1953 : Un été avec Monika ou Monika et le désir (Sommaren med Monika)

1953 : La Nuit des forains (Gycklarnas afton)

1954 : Une leçon d'amour (En Lektion i kärlek)

1955 : Rêve de femmes (Kvinnodröm)

1955 : Sourires d'une nuit d'été (Sommarnattens leende)

1957 : Le Septième Sceau (Det Sjunde inseglet)

1957 : Les Fraises sauvages (Smultronstället)

1958 : Au seuil de la vie (Nära livet)

1958 : Rabies

1958 : Le Visage (Ansiktet)

1960 : La Source (Jungfrukällan)

1960 : L'Œil du diable (Djävulens öga)

1961 : À travers le miroir (Såsom i en spegel)

1963 : Les Communiants (Nattvardsgästerna)

1963 : Le Silence (Tystnaden)

1964 : Toutes ses femmes (För att inte tala om alla dessa kvinnor)

1966 : Persona

1967 : Daniel, sketch pour Stimulantia

1968 : L'Heure du loup (Vargtimmen)

1968 : La Honte (Skammen)

1969 : Une passion (En Passion)

1971 : Le Lien (Beröringen)

1972 : Cris et chuchotements (Viskningar och rop)

1973 : Scènes de la vie conjugale (Scener ur ett äktenskap)

1975 : La Flûte enchantée (Trollflöjten)

1976 : Face à face (Ansikte mot ansikte)

1977 : L'Œuf du serpent (The Serpent's Egg)

1978 : Sonate d'automne (Höstsonaten)

1980 : De la vie des marionnettes (Aus dem Leben der Marionetten)

1982 : Fanny et Alexandre (Fanny och Alexander)

1984 : Le Visage de Karin (Karins ansikte)(court-métrage)

1986 : Dokument Fanny och Alexander

Télévision1957 : Herr Sleeman kommer

1958 : Venetianskan

1965 : Don Juan (feuilleton)

1969 : Le Rite (Riten)

1969 : Mon île Faro (Fårö-dokument) - premier documentaire sur l'île Faro

1974 : Le Misanthrope (Misantropen)

1979 : Mon île Faro (Fårö-dokument) - second documentaire, 10 ans après, sur l'île Faro

1983 : L'École des femmes (Hustruskolan)

1984 : Après la répétition (Efter repetitionen)

1986 : Les Deux Bienheureux (De Två saliga)

1992 : La Marquise de Sade (Markisinnan de Sade)

1993 : Les Bacchantes (Backanterna)

1995 : Sista skriket

1997 : En présence d'un clown (Larmar och gör sig till)

2000 : Bildmakarna

2003 : Sarabande (Saraband)

 

Scénariste

Cinéma

1944 : Tourments (Hets) d'Alf Sjöberg

1947 : Kvinna utan ansikte de Gustaf Molander

1948 : Eva (ou Sensualité) de Gustaf Molander

1950 : Medan staden sover de Lars-Eric Kjellgren

1951 : Frånskild de Gustaf Molander

1956 : Sista paret ut de Alf Sjöberg

1957 : Nattens ljus de Lars-Eric Kjellgren

1961 : Le Jardin des plaisirs (sv) (Lustgården) d'Alf Kjellin

1992 : Les Meilleures Intentions (Den Goda viljan) de Bille August

1992 : Les Enfants du dimanche (Söndagsbarnde) Daniel Bergman

2000 : Infidèle (Trolösa) de Liv Ullmann

Télévision1970 : Le Mensonge (Reservatet) de Jan Molander (en)

1970 : Le Mensonge, épisode de la série Play for Today d’Alan Bridges

1973 : Le Mensonge (The Lie) d’Alex Segal

1990 : A Little Night Music de Scott Ellis (en)

1996 : Entretiens Privés (Enskilda samtal) de Liv Ullmann

 

Théâtre

 

Pièces jouées au Théâtre dramatique royal de Stockholm (Kungliga Dramatiska Teater en suédois, abrégé Dramaten) comme metteur en scène, sauf mention contraire :

1951 : Det lyser i kåken de Björn-Erik Höijer (en), avec Maj-Britt Nilsson

1955 : Trämålning, avec Bibi Andersson, Mona Malm (comme auteur)

1961 : La Mouette (titre original : Чайка ; titre suédois : Måsen) d'Anton Tchekhov, avec Eva Dahlbeck

1963 : Qui a peur de Virginia Woolf ? (titre original : Who's afraid of Virginia Woolf ? ; titre suédois : Vem är rädd för Virginia Woolf ?) d'Edward Albee, avec Bibi Andersson

1963 : Sagan de Hjalmar Bergman, avec Erland Josephson, Bibi Andersson, Renée Björling

1964 : Tre knivar från Wei d'Harry Martinson, avec Renée Björling, Mona Malm, Inga Tidblad

1964 : Hedda Gabler d'Henrik Ibsen, avec Renée Björling

1965 : Dom Juan ou le Festin de pierre (Don Juan) de Molière

1966 : L'Instruction (titre original : Die Ermittlung ; titre suédois : Rannsakningen) de Peter Weiss, avec Erland Josephson, Anita Björk

1966 : L'École des femmes (Hustruskolan) de Molière, avec Erland Josephson, Bibi Andersson

1969 : Woyzeck de Georg Büchner

1970 : Le Songe, un jeu de rêves (Ett drömspel) d'August Strindberg, avec Allan Edwall, Renée Björling

1971 : Show de Lars Forssell, avec Harriet Andersson, Allan Edwall

1972 : Le Canard sauvage (Vildanden) d'Henrik Ibsen, avec Max von Sydow, Erland Josephson, Harriet Andersson

1973 : La Sonate des spectres (Spöksonaten) d'August Strindberg, avec Harriet Andersson

1974 : À Damas (Till Damaskus) d'August Strindberg

1975 : La Nuit des rois, ou Ce que vous voudrez (titre original : Twelfth Night, or What you will ; titre suédois : Trettondagsafton) de William Shakespeare, avec Bibi Andersson

1984 : Le Roi Lear (titre original : King Lear ; titre suédois : Kung Lear) de William Shakespeare, avec Ewa Fröling, Jarl Kulle, Lena Olin, Peter Stormare

1985 : Mademoiselle Julie (Fröken Julie) d'August Strindberg, avec Peter Stormare, Lena Olin

1985 : John Gabriel Borkman d'Henrik Ibsen, Théâtre national de l'Odéon, avec Heinz Bennent

1986 : Le Songe, un jeu de rêves (Ett drömspel) d'August Strindberg, avec Lena Olin

1986 : Hamlet de William Shakespeare, avec Peter Stormare

1988 : Le Long Voyage vers la nuit (titre original : Long Day's Journey into Night ; titre suédois : Lång dags färd mot natt) d'Eugene O'Neill, avec Peter Stormare, Jarl Kulle, Bibi Andersson

1989 : La Marquise de Sade (titre original : サド侯爵夫人 - Sado Kōshaku Fujin ; titre suédois : Markisinnan de Sade) de Yukio Mishima, avec Anita Björk

1989 : Une maison de poupée (titre original : Et dukkehjem - titre suédois : Ett dockhem) d'Henrik Ibsen, avec Erland Josephson

1991 : Peer Gynt d'Henrik Ibsen, avec Bibi Andersson

1991 : Mademoiselle Julie (Fröken Julie) d'August Strindberg, avec Peter Stormare, Lena Olin (reprise)

1993 : Sista skriket (comme metteur en scène et auteur) (adaptée pour la télévision en 1995)

1993 : Le Temps et la chambre (titre original : Die Zeit und das Zimmer ; titre suédois : Rummet och tiden) de Botho Strauss, avec Erland Josephson

1994 : Les Variations Goldberg (titre original : Die Goldberg-Variationen ; titre suédois : Goldbergvariationer) de George Tabori, avec Bibi Andersson, Erland Josephson

1994 : Le Conte d'hiver (titre original : The Winter's Tale ; titre suédois : Vintersagan) de William Shakespeare, avec Bibi Andersson, Pernilla August

1995 : Le Misanthrope ou l'Atrabilaire amoureux (Misantropen) de Molière, avec Jarl Kulle

1995 : Yvonne, princesse de Bourgogne (titre original  : Iwona, księżniczka Burgunda ; titre suédois  : Yvonne) de Witold Gombrowicz, avec Erland Josephson

1996 : Les Bacchantes (titre original : Βάκχαι - Bákkhai ; titre suédois : Backanterna) d'Euripide, avec Erland Josephson, Anita Björk

1998 : Bildmakarna de Per Olof Enquist, avec Anita Björk (adaptée pour la télévision en 2000)

2000 : La Sonate des spectres (Spöksonaten) d'August Strindberg, avec Erland Josephson

2000 : Marie Stuart (titre original et suédois : Maria Stuart) de Friedrich von Schiller, avec Pernilla August, Erland Josephson

2002 : Les Revenants (titre original : Gengangare ; titre suédois : Gengångare) d'Henrik Ibsen, avec Pernilla August

 

Distinctions

Oscar du cinéma Oscars 1960 :

Nommé à l'Oscar du meilleur scénario original pour Les Fraises sauvages (Smultronstället)

Oscars 1960 : Oscar du meilleur film de langue étrangère pour La Source (Jungfrukällan)

Oscars 1961 : Oscar du meilleur film de langue étrangère et nommé à l’Oscar du meilleur scénario original pour À travers le miroir (Såsom i en spegel)

Oscars 1974 : Nommé à l’Oscar du meilleur réalisateur, à l’Oscar du meilleur scénario original, et du meilleur film pour Cris et chuchotements (Viskningar och rop)

Oscars 1977 : Nommé à l’Oscar du meilleur réalisateur pour Face à face (Ansikte mot ansikte)

Oscars 1979 : Nommé à l’Oscar du meilleur scénario original pour Sonate d'automne (Höstsonaten)

Oscars 1984 : Oscar du meilleur film de langue étrangère et nommé à l’Oscar du meilleur réalisateur, à l’Oscar du meilleur scénario original pour Fanny et Alexandre (Fanny och Alexander)

BAFTA Awards Bafta 1957 : Nommé au BAFTA Award du meilleur film pour Sourires d'une nuit d'été

Bafta 1959 : Nommé au BAFTA Award du meilleur film pour Les Fraises sauvages

Bafta 1960 : Nommé au BAFTA Award du meilleur film pour Le Visage (Ansiktet)

Bafta 1963 : Nommé au BAFTA Award du meilleur film pour À travers le miroir

Bafta 1984 : Nommé au British Academy Film Award du meilleur film étranger pour Fanny et Alexandre (Fanny och Alexander)

Berlinale Berlinale 1958 : Ours d'or pour Les Fraises sauvages (Smultronstället)

Berlinale 1962 : en compétition officielle avec À travers le miroir (Såsom i en spegel)

1962 : OCIC Award pour À travers le miroir (Såsom i en spegel)

Bodil Awards 1957 : Bodil du meilleur film européen pour Sourires d'une nuit d'été (Sommarnattens leende)

1959 : Bodil du meilleur film européen pour Les Fraises sauvages (Smultronstället)

1974 : Bodil du meilleur film européen pour Cris et chuchotements (Viskningar och rop)

1979 : Bodil du meilleur film européen pour Sonate d'automne (Höstsonaten)

Festival de Cannes Festival de Cannes 1956 :

Sélectionné en compétition officielle avec Sourires d'une nuit d'été (Sommarnattens leende)

Festival de Cannes 1956 : Meilleur humour poétique pour Sourires d'une nuit d'été (Sommarnattens leende)

Festival de Cannes 1957 : Prix du Jury pour Le Septième Sceau (Det sjunde inseglet)

Festival de Cannes 1958 : Sélectionné en compétition officielle avec Au seuil de la vie (Nära livet)

Festival de Cannes 1958 : Prix du meilleur réalisateur pour Au seuil de la vie (Nära livet)

Festival de Cannes 1958 : Prix de la mise en scène pour Au seuil de la vie (Nära livet)

Festival de Cannes 1960 : Sélectionné en compétition officielle avec La Source (Jungfrukällan)

Festival de Cannes 1960 : Mention spéciale pour La Source (Jungfrukällan)

Festival de Cannes 1973 : Grand prix technique pour Cris et chuchotements (Viskningar och rop)

Festival de Cannes 1997 : Palme des palmes, récompense spéciale décernée lors du cinquantenaire du Festival de Cannes 1997

Festival de Cannes 1998 : Prix du jury Œcuménique

César du cinéma Césars 1976 : Nommé au César du meilleur film étranger pour La Flûte enchantée (Trollflöjten)

Césars 1979 : Nommé au César du meilleur film étranger pour Sonate d'automne (Höstsonaten)

Césars 1984 : César du meilleur film étranger pour Fanny et Alexandre (Fanny och Alexander)

Césars 2005 : Nommé au César du meilleur film de l'Union européenne pour Sarabande (Saraband)

Festival David di Donatello 1974 : David du meilleur réalisateur pour Cris et chuchotements (Viskningar och rop)

1984 : David du meilleur réalisateur, du meilleur scénario, et du meilleur film étranger pour Fanny et Alexandre (Fanny och Alexander)

1986 : Luchino Visconti Award

Mostra de Venise Mostra de Venise 1948 : Sélectionné en compétition officielle avec Musique dans les ténèbres (Musik i mörker)

Mostra de Venise 1958 : Prix de la critique pour Les Fraises sauvages (Smultronstället)

Mostra de Venise 1959 : Sélectionné en compétition officielle avec Le Visage (Ansiktet)

Mostra de Venise 1959 : Prix spécial de la critique pour Le Visage (Ansiktet)

Mostra de Venise 1971 : Lion d'or pour sa carrière

Mostra de Venise 1983 : Prix FIPRESCI pour Fanny et Alexandre (Fanny och Alexander)

New York Film Critics Circle Awards 1973 : Meilleur réalisateur et meilleur scénario pour Cris et chuchotements (Viskningar och rop)

1974 : Meilleur scénario pour Scènes de la vie conjugale Scener ur ett äktenskap

1983 : Meilleur réalisateur pour Fanny et Alexandre (Fanny och Alexander)

National Society of Film Critics Awards 1968 : Meilleur réalisateur pour Persona

1969 : Meilleur réalisateur pour La Honte (Skammen)

1971 : Meilleur réalisateur pour Une passion (En Passion)

1973 : Meilleur scénario pour Cris et chuchotements (Viskningar och rop)

1975 : Meilleur scénario pour Scènes de la vie conjugale Scener ur ett äktenskap

1975 : Prix spécial pour La Flûte enchantée (Trollflöjten)

Italian National Syndicate of Film Journalists 1960 : Meilleur réalisateur pour Les Fraises sauvages (Smultronstället)

1961 : Meilleur réalisateur pour Le Septième sceau (Det Sjunde inseglet)

1974 : Meilleur réalisateur pour Cris et chuchotements (Viskningar och rop)

1979 : Meilleur réalisateur pour Sonate d'automne (Höstsonaten)

1984 : Meilleur réalisateur pour Fanny et Alexandre (Fanny och Alexander)

Golden Globe Award 1959 : golden globe du meilleur film étranger pour Les Fraises sauvages (Smultronstället)

1960 : golden globe du meilleur film étranger pour La Source (Jungfrukällan)

1974 : golden globe du meilleur film étranger pour Scènes de la vie conjugale Scener ur ett äktenskap

1976 : golden globe du meilleur film étranger pour Face à face (Ansikte mot ansikte)

1978 : golden globe du meilleur film étranger pour Sonate d'automne (Höstsonaten)

1983 : golden globe du meilleur film étranger pour Fanny et Alexandre (Fanny och Alexander)

1949 : La Prison (Fängelse)

La Prison Fängelse d' Ingmar Bergman, Suède , 1948

La Prison Fängelse d' Ingmar Bergman, Suède , 1948

Voir les commentaires

Premiers résulats SITGES 2013

 

"AU NOM DU FILS" REMPORTE

LE MÉLIÈS D'OR DU MEILLEUR FILM FANTASTIQUE EUROPEEN

 

Le prestigieux Méliès d’or du meilleur long métrage fantastique européen a été attribué vendredi 11 octobre au film AU NOM DU FILS de Vincent Lannoo, lors du Festival International du Film Fantastique de Catalogne de Sitges (Espagne). Le film (Belgique/France, 2012) a été projeté lors du NIFFF 2013.

 

Sélectionné lors du dernier NIFFF, AU NOM DU FILS est un hymne splendide à la vengeance, une oeuvre à la fois sensible et intelligente qui fustige les travers de l’Eglise catholique. Plébiscité par le jury Méliès du festival 2013 (Pilar Anguita-Mackay, scénariste / Anita Egger, journaliste / Yamine Guettari, journaliste), le film de Vincent Lannoo était ainsi nominé pour la Compétition du Méliès d’or. (voir article sur ce site lien en bas de page)

 

Le Méliès d’or du meilleur long métrage fantastique européen est un prix décerné chaque année par la Fédération Européenne de Festivals de Films Fantastiques (FEFFF) lors du Festival de Sitges (Espagne). La FEFFF est un réseau actif entre plus de 20 festivals, comptabilisant plus de 600.000 spectateurs et réparti sur 3 continents. Le but de la FEFFF est de promouvoir la qualité et l’inventivité du cinéma fantastique européen. Le Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel (NIFFF) a rejoint la FEFFF en 2001 et participe depuis au processus de nomination pour le Méliès d’or.

       

Méliès d'or du meilleur court métrage fantastique européen, il revient à VOICE OVER de Martín Roseta, (Espagne, 2011).

 

Alex Van Warmerdam décroche le prix de la machine de temps tandis que «Los Inocentes'makes les jeunes créateurs catalans.

Au Nom du Fils

Au Nom du Fils

Voir les commentaires

1 2 > >>
Haut

       Site sur la Science-fiction et le Fantastique

Site sur toute la culture des genres de l'imaginaire: BD, Cinéma, Livre, Jeux, Thêatre..

Pages

Hébergé par Overblog